Version classiqueVersion mobile

Lyon la nuit

 | 
Jean-Michel Deleuil

Annexe 4. Une représentation de nuit de rodéo à Vaulx-en-Velin

Texte intégral

1« Eh les Rohrs ! (les Rats = les jeunes de la cité) Ça quine ! (les pneus hurlent) » (...) Le Central Bar s’est vidé. Sa clientèle a rejoint sur le trottoir la trentaine d’adolescents adossés aux palissades qui scrutent dans la pénombre entre les réverbères cassés l’extrémité de l’avenue Jean-Moulin. (...). Le bolide vient de prendre le tournant sur deux roues, « quinant » dans un chuintement strident. « BMW 728 ! » avance un connaisseur. « 735 Injection », rectifie un gamin qui n’a pas dix ans. « 20 briques en tous cas ». (...) Immatriculation allemande. « C’est Jimmy, il l’a piquée au Sofitel de la Place Bellecour » (...) « Le salaud ! Il a réussi à lever deux minettes de la Bodéga ». « C’est une boîte des beaux quartiers, interdite aux arabes. Mais Jimmy c’est un vicelard. Il passe partout ». Toute la cité est à ses fenêtres, par familles entières (...)

2« Alors M. Fernand, vous avez pas encore téléphoné aux flics ?

3— Eh, j’suis pas une balance !

4— Dites plutôt que vous osez plus. »

5En principe on ne touche qu’aux bagnoles des riches. Mais il y a des bavures. Aux Minguettes en juillet, tout a commencé parce qu’ils ont fait cramer la tire d’un voisin raciste.

6La BMW a reparu (avec) un fourgon de police au cul (...) La BM fonce, fait le tour du pâté de HLM, fonce sur le fourgon et lui rentre dedans. Les voleurs giclent et disparaissent dans la nuit. Les policiers sautent à terre mais une volée de cailloux les stoppe net.(...)

7Le fourgon repart en cahotant. Les enfants entourent la BM, défoncent le coffre, poussent un hurlement de victoire. Ils extirpent un appareil photo qui disparaît aussitôt et un manteau de fourrure. Des cris stridents aux fenêtres. Puis deux femmes en gandoura se précipitent dans la rue et se saisissent du manteau. « C’est mon fils qui a volé la voiture ! ». La première arrache le trophée et s’enfuit. La seconde en tremble d’émotion. « Si tu m’le rends pas, j’y pose la plainte ! » (...)

8Les mômes ont ouvert les quatre portes, pompent l’essence, la répandent, craquent une allumette. Le brasier illumine la moitié de la cité (...).

9« Trois mois avec les rats de Lyon », Lyon Libération, 30-09-8 I

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search