Version classiqueVersion mobile

Lyon la nuit

 | 
Jean-Michel Deleuil

Annexe 3. Représentation de la sélection au seuil des discothèques

Texte intégral

1« Dis-moi où tu sors, je te dirai qui tu es ! Si cette maxime n’est pas complètement fiable, elle s’applique bien quand même à la majeure partie des noctambules.

2Selon votre style, branché, rock, punk, tango, valse, jazzy, house music, ou “lambadé”, vous trouverez forcément l’endroit qui vous convient et ceux avec qui le partager.

3Pour faire partie du monde de la nuit, si telle est votre ambition, il est impératif d’être l’habitué d’un lieu, choisissez-le sérieusement, il pourrait devenir votre quartier général.

4P.S. : la première impression est la bonne. Après avoir sonné et avant que l’œil intransigeant du portier ne se colle au judas, vérifiez si votre look correspond bien à l’établissement. Sinon vous risquez de vous faire définitivement refouler. »

5Lyon-Poche, Guide de la Nuit 89-90

6Béni est un adolescent de La Duchère, d’origine algérienne. Ce soir-là, il sort pour la première fois en boîte. Avec ses copains, il doit aller au Paradis, où il sait qu’il retrouvera celle qu’il aime en secret, France. Les préparatifs vestimentaires et le trajet se sont faits dans le trac et l’enthousiasme. Le voilà maintenant à la porte du Paradis :

7« Une vingtaine de marches à gravir au total. En haut, une cabine en verre, véritable tour de contrôle. Un homme est assis à l’intérieur, je le vois bien. Il encaisse les prix d’entrée affichés sur le mur, juste au dessus de l’autre monsieur, le videur. (...) Son regard de faucon scrute toute la montée d’escalier où nous sommes entassés. Parvenu plus près de la cabine, une affichette me saute aux yeux : “Tenue correcte exigée, club privé. Réservé aux membres adhérents.” Un Paradis privé ! Voilà la punition divine ! (...)

8Mais pourquoi le videur se met-il à me regarder droit dans les yeux ? Il ne fixe que moi (...). Il parle au caissier à présent. Le caissier se met à m’ausculter du regard lui aussi. Il fait “non”. Un signe tranchant de le tête. Non. Je l’ai vu. (...) Je n’ai pas la tenue correcte exigée, j’en suis sûr. Les yeux des deux hommes le disent. (...). Le videur à col roulé m’attend. Je le sais, je le sens. Je ne le regarde pas. Faire comme si je n’avais rien remarqué du tout. Mais ses yeux me brûlent les oreilles. »

9Béni ou le Paradis privé, A. Begag, Seuil, Paris, 1989

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search