Version classiqueVersion mobile

Lyon la nuit

 | 
Jean-Michel Deleuil

Troisième partie : La ville la nuit, de l’agrément à l’affect

Chapitre III. La ville nocturne est érotique

Texte intégral

1Dans la ville le jour, les organes sensoriels fonctionnent en pilote automatique, et les désirs ne motivent pas les pratiques, ou si peu. Les espaces diurnes ne sont que rarement concernés par les fréquentations de loisir, de plaisir ou d’agrément, et, lorsque c’est le cas (espaces verts, équipements culturels et sportifs, restaurants...), leur fréquentation n’engendre pas une perception globale de la ville comme instrument de plaisir, comme outil de dépaysement et de bonheur.

2Les ambiances diurnes existent, mais sont perçues la plupart du temps de façon neutre, et n’influencent pas les représentations et identifications de l’espace. En revanche, la nuit, on ne peut concevoir un espace qu’en référence à l’ambiance qui y règne : c’est en fonction de leurs ambiances que les espaces nocturnes sont perçus, et représentés, mais également fréquentés, identifiés et mythifiés. Il existe dans la nuit urbaine une alchimie spécifique entre les espaces, les ambiances, les désirs et les mythes, et c’est cette alchimie que j’appellerai l’érotique de l’espace. Le plus souvent nourrie des ambiances de fête, de gaieté et de plaisir, elle existe aussi dans sa version dramatique, fréquente en littérature, érotique morbide, perverse ou tragique :

  • 1 J. Reverzy, Place des angoisses, Flammarion, Paris, 1977, p. 190.

Ce soir encore le passé a grogné sur mes pas (...). Cela survint lorsque la nuit tombait ; aux vitrines des boutiques s’allumaient des lumières misérables que j’ai vues s’étoiler, s’effiler, se multiplier, comme si j’eusse contemplé le monde à travers une larme1.

3Les références au drame ou à la fête dans les représentations des nuits urbaines sont deux manifestations courantes de l’érotisation de la ville par la nuit. La ville nocturne donne du plaisir. Qu’il s’agisse de celui de la fête et de la joie, ou de celui, masochiste et morbide, du drame et du chagrin, le plaisir est présent dans la ville nocturne et influence les rapports à l’espace : les lieux et les décors de nos nuits en sont imprégnés, ou du moins c’est ainsi que nous les représentons.

4Nous l’avons vu, lors de la pratique nocturne, quête motivée par le désir, le moi nocturne émerge et se livre à des relations et communications spécifiquement nocturnes dans des espaces le plus souvent produits à cet effet. Lors des trajets, comme lors du loisir, les sens fonctionnent avec une nouvelle acuité et participent intensément à l’agrément des fréquentations, facteur primordial de l’identification des espaces nocturnes. Ces espaces, sur lesquels on projette nos désirs, et que l’on gratifie de certaines vertus analgésiques, dépaysantes ou euphorisantes, sont les seuls lieux urbains où la sensualité s’exacerbe, jusqu’à l’ivresse. Il en résulte des perceptions et des représentations spécifiques des établissements de nuit et des espaces nocturnes, ainsi qu’un affect profond et durable de la ville, celle du plaisir, de l’évasion, des mythes nocturnes du « tout-est-possible » et de la Vraie Vie.

I – Perceptions et sensations dans la ville nocturne

5La nuit urbaine se définit en premier lieu comme un moment d’obscurité contrastée durant lequel la majeure partie de la population sommeille. Obscurité et silence sont variables selon les heures et les lieux mais sont les caractéristiques premières de la ville la nuit. Or, tous deux relèvent de perceptions sensorielles, et révèlent que le jeu des perceptions et des lectures de l’espace nocturne est d’abord influencé par de nouveaux contrastes auditifs et visuels, et ne peut donc être identique à celui que connaît la ville diurne. Une étude approfondie et une typologie comparée des perceptions diurnes et nocturnes ne peuvent être entreprises ici. Je n’aborderai le sujet qu’avec la simple intention de montrer que la sensibilité commandant les perceptions varie du jour à la nuit, et que, dans la ville nocturne, cette sensibilité se teinte de sensualité. La mécanique diurne des sensations fait alors place à des perceptions non indépendantes des désirs motivant les fréquentations de l’espace, et influençant l’identification des lieux.

6Notons tout d’abord qu’objectivement la répartition spatiale des stimuli varie entre le jour et la nuit. La chose est évidente dans les domaines oculaires (production artificielle de la lumière, répartition décidée des objets lumineux, transformation du paysage urbain...) et auditifs (cessation de nombreuses activités, modes de transport et de déplacement différents, animation des quartiers de nuit, silence des quartiers périphériques troublé épisodiquement par une alarme, une sirène ou le moteur d’un bolide...). Mais il existe également, la nuit, une géographie olfactive différente de celle du jour : les quartiers investis, riches en restaurants, s’emplissent d’odeurs de cuisine, les quartiers périphériques du Sud-Est sont inondés de relents industriels spécifiquement nocturnes (« Ce soir, ça sent Feyzin » dit-on alors), les principaux carrefours du centre-ville et les abords des équipements culturels ou sportifs, les soirs d’événement populaires, sentent la merguez et la friture. Il y a quelques décennies, se serait ajouté à cette liste non exhaustive le doux parfum nocturne des curages de fosses d’aisance par l’Artillerie de Vénissieux.

7Mais, du point de vue des perceptions de l’espace, cet aspect s’avère moins intéressant que celui des sensations subjectives. Celles-ci font en effet intervenir la façon dont on utilise volontairement ses sens, que l’on mobilise davantage la nuit que le jour pour identifier les lieux et jouir des ambiances : un éveil général des sens accompagne la quête nocturne.

  • 2 C. Nicoïdsky, op. cit., p. 22.
  • 3 E. Hall, La dimension cachée, Seuil, Paris, 1971.

8Certes, la diminution de l’acuité visuelle entraîne en compensation une mobilisation plus grande des autres sens : ce que l’on ne voit plus, on peut l’entendre ou le sentir. « On longe le mur du 15 Grande Rue de la Guillotière, qui longe la boulangerie. Qui longe, la nuit tombée, une odeur de farine, de mie tiède et fraîche2. » Fréquemment représentée en littérature, la boulangerie la nuit est un lieu particulièrement érotique de la ville, où se mêlent les joies de la convivialité et les plaisirs sensuels, en premier lieu ceux de l’odorat. E. Hall se souvient par exemple avoir été témoin du fait que, une nuit de la Libération, le parfum nocturne d’une boulangerie arrêta net une jeep de l’armée américaine roulant à vive allure3.

9Mais, par-delà l’aspect automatique de compensation des sens, l’éveil de l’odorat et de l’ouie découle d’une démarche volontaire d’épanouissement sensoriel :

La nuit, je ne suis pas fermée comme si j’étais dans le métro durant la journée. J’ai la tête ouverte. J’écoute tout ce qui se passe. Y’a plein de sons, y’a plein d’odeurs. Peut-être que le jour aussi, mais on les sent moins. La nuit, on est plus concentré sur ce qui ne se voit pas (Caroline).

10Les discours, de façon quasi unanime, tendraient à prouver que la ville la nuit est potentiellement plus riche en occasions de sensations que celle du jour. Objectivement, c’est faux ; mais ceci révèle que l’éveil nocturne des sens permet de justifier la pratique de la ville la nuit. Quand la vie et la ville diurnes ne répondent pas à nos attentes, et ne comblent pas nos désirs, on mythifie la ville nocturne et ses ambiances. Lors de la pratique, les sens en éveil viennent accréditer l’hypothèse de la ville plus riche en sensations, donc plus digne d’être fréquentée :

J’ai toujours aimé me balader la nuit. C’est un autre monde. On entend des bruits qu’on n’entend pas la journée, on voit des choses qu’on ne peut voir que la nuit (J.-Luc). La nuit, c’est l’atmosphère. On a les lumières, on a les ombres, on a les bruits ; on entend les gens rire, manger... On a une certaine chaleur, même en plein hiver (Tony).

11La nuit, tous les sens sont mobilisés et l’éventail des perceptions des espaces, des objets et des matières s’élargit. L’ambiance environnante est perçue plus globalement et avec plus d’acuité : elle emplit l’espace avec plus de densité. Dans les représentations de lieux nocturnes, on privilégie donc l’ambiant, le sensuel et le qualitatif, au détriment du fonctionnel et du quantitatif, plus diurnes :

  • 4 M. Lesage, Les noces de Lyon, Pygmalion, Paris, 1981, p. 377.

Quelqu’un chantait le refrain d’une chanson en vogue. Puis la voix se fit lointaine et s’estompa. Un voile gris effaçait les dernières maisons avant les jardins fermés de murs et les berges du Rhône. Le pavé semblait gras sous le pied. Il luisait doucement recouvert par une bruine fine qui sentait le bois brûlé. Artus et Floriane, serrés l’un contre l’autre, marchaient silencieux dans la ruelle obscure4.

12Même chose chez Béraud : nous retrouvons dans le texte suivant des références à tous les sens. On cherchera vainement des représentations équivalentes du Lyon diurne :

  • 5 H. Béraud, cité par J. Courtine, Touring, no 949, B.M.L.

Le bon temps, à l’heure où l’édredon léger des brouillards descendait sur les lits jumeaux des fleuves, c’était l’heure où on ne rencontrait plus, dans Lyon endormi, que des agents, des bouquetières et des vidangeurs. Ceux qui savaient boire se dirigeaient vers les obscures et fraîches ruelles où sont les vieux cafés. Au loin, on entendait le roulement d’un fiacre, et l’on sentait dans la nuit l’odeur d’un feu de bois, qui, chez un boulanger voisin, brûlait en crépitant5.

13C’est une évidence, les établissements de nuit permettent d’assouvir des plaisirs sensuels. On y boit, on y mange, on y fume, on y danse. Le décor flatte l’œil, et la musique les oreilles. Les odeurs se mélangent, tabac, cuisine, parfums et eaux de toilette. Le toucher n’est pas en reste. Pour meubler et aménager leurs établissements, les professionnels préfèrent certaines matières, mais ne les mélangent que rarement : le velours (le Factory), le bois (l’Albion), le skaï (le Drungly). Remarquons qu’en règle générale les établissements du Vieux-Lyon et du quartier Mercière (quartiers investis) privilégient les tissus, dont le velours, que ceux de la Croix-Rousse préfèrent le bois, et les boîtes excentrées le skaï et tous les faux cuirs du marché.

14La ville elle-même est à découvrir, à sentir : « Lever la tête, regarder les immeubles, ça fait partie des plaisirs de la sortie. » (Zouzou) Pour que sa fréquentation soit exaltante, elle doit offrir des paysages, des ambiances et des spectacles diversement sensuels.

La nuit, le décor ça peut être fou. Surréaliste. Moi je me balade la nuit pour le plaisir du paysage, pour délirer (Sergio). « Aller voir, voir seulement les putes dans le centre, c’était pour nous le paroxisme de la débauche et de la jouissance » (Azouz).

15L’identité de la ville et de ses lieux en est nécessairement affectée : la ville est magnifiée, elle donne du plaisir, elle est belle :

Une ville, la nuit, est dessinée, elle est pure, tranquille, même si ça bouge. Les bruits... T’entends juste un ronflement, ou un rire qui perce... C’est incroyable ce qu’on peut ressentir, entendre, et voir... Je trouve ça beau (Tony).

16Plus que leur intensité, c’est la diversité des sensations qui détermine l’agrément de la pratique nocturne. Voici une intéressante représentation d’une trajectoire solitaire de loisir dans Lyon la nuit, qui montre que la pratique de la ville nocturne est un tout, où la déambulation et les trajets participent à l’agrément au même titre que la fréquentation d’établissements. Les établissements et les consommations, les lieux et les sensations se succèdent, précisément rythmés par le cours des heures, jusqu’à apaisement du désir et trajet retour :

  • 6 Sur la terre comme au ciel, op. cit. p. 84-85.

J’avais de moins en moins envie de rentrer montée de la Grande-Côte, pas envie non plus de voir n’importe qui. Je décidais de dîner seul au restaurant. Une demi-heure plus tard, je me garais sur le trottoir rue Palais-Grillet, en face de la pizzéria Carlo, où l’on mange les meilleures pizzas du monde. (...) À 10 h 15, abruti de chaleur et de bruit, je sortis et fis un tour à pied qui me mena de l’autre côté de la Saône, à Saint-Jean. Je ne m’étais pas promené dans le Vieux-Lyon depuis pas mal de temps. Des travaux de rénovation métamorphosaient le quartier. Je reconnus à peine le Temple et la place du Change, décrassés et joliment éclairés. Chose qui ne m’arrive jamais, je m’arrêtai dans quatre cafés pour boire du vin. À minuit, je repris faim et m’envoyais une crèpe à la Tortore. À 1 h 15, gai sans être ivre le moins du monde, je regagnais tranquillement la montée de la Grande-Côte. La nuit avait une vraie douceur d’été6.

  • 7 P. Sansot, op. cit., p. 57.

17Quand la pratique de la ville fait une place aussi large au plaisir des sens, le glissement qui s’est opéré entre sensibilité diurne et sensualité nocturne, et qui participe à l’érotisation de la ville, peut induire des interprétations d’ordre sexuel et des assimilations du type objet urbain/objet sexuel. Comme nous l’avons vu, le désir sexuel masculin est prééminent dans la ville la nuit ; c’est donc lui qui induit l’émergence du mythe de la ville/femme : « La ville est une femme, avec de fortes connotations libidineuses. On pénètre dans une ville, au cœur de la ville. » (Azouz) « La ville (la nuit) est à parcourir, à caresser, à pénétrer comme un corps féminin et (...) comme un tel corps, elle possède ses creux et ses points chauds »7.

18Certes, des perceptions de la ville nocturne à sa mythification comme objet de plaisir sensuel/sexuel, il y a un pas que tout le monde ne franchit pas. Ceci illustre cependant le fait que les pratiques et les représentations de la ville la nuit sont indissociables d’un imaginaire de la ville nocturne, en particulier de mythes, que la ville diurne ignore. L’éveil nocturne des sens est au service de cet imaginaire. Il résulte d’une démarche volontaire, une quête dans la ville des traces d’une inscription spatiale des mythes, qui prouverait leur pertinence, non en tant que mythes, mais comme des réalités indéniables et consolatrices.

II – L’imaginaire et les mythes nocturnes de la ville

19En mobilisant ses sens, on perçoit la ville nocturne, ses lieux et ses ambiances, d’une façon spécifique. Pour peu qu’en sus l’imaginaire vienne altérer l’interprétation mentale des perceptions, l’espace s’apparente à un ailleurs que le désir motivant appelait. L’imaginaire, individuel ou collectif, influence les pratiques et les représentations de l’espace avec plus de retentissement que durant le jour. Au service du désir, il accompagne la quête nocturne, la dirige parfois, et organise les perceptions sensorielles de façon à produire un système de représentations des espaces et des ambiances apte à contenter le désir. Dans les discours, cette démarche apparaît sous la forme de comparaisons, faisant intervenir une chose perçue puis son interprétation révélant un objet imaginaire ; nous en verrons des exemples.

20La motivation première de la sortie nocturne se résume en un verbe : changer. Changer de lieu, de quartier ou d’établissement, à défaut de pouvoir changer de ville, pour changer d’ambiance, de rapports au temps, à l’espace, aux autres. L’imaginaire du voyage et du dépaysement est donc logiquement le plus fréquent dans les discours. Il permet d’éluder la contradiction inavouée : « Je veux changer de vie/de ville ; je ne peux pas ». « Il suffit que je descende dans la rue pour partir. Tu vas faire un tour dans la nuit sans savoir où tu vas... Sans être sûr de revenir... Je ferme ma porte et hop ! je suis ailleurs ! » (Emma). « En voyage, j’aime bien voir défiler les villes éclairées, et quand je me balade dans Lyon, c’est pareil » (Sergio).

21Cette projection de l’imaginaire dans l’espace détermine de nouvelles identifications et affecte les représentations des objets et des lieux urbains. Voici l’exemple de l’immeuble/paquebot :

  • 8 H. Béraud, Ciel de suie, Éd. de France, Paris, 1933, p. 56.
  • 9 Béni ou le Paradis privé, A. Begag, Seuil, Paris, 1989, p. 36.

Les immenses immeubles de la Duchère, quand la nuit tombait et que les appartements s’éclairaient, c’était le paquebot France qui se payait l’Atlantique (Azouz). « De l’autre côté du fleuve, les maisons s’illuminaient comme de gros navires8. » « Dans une atmosphère de couvre-feu, j’ai traversé le parking du SUMA en courant face à notre bâtiment qui ressembblait à un paquebot fantôme assis sur un océan de nuit calme. Seuls les hublots phosphorescents indiquaient que des hommes vivaient à bord. À cette heure-ci, on sentait la carcasse du monstre respirer au rythme de l’obscurité9. »

22Cependant l’influence de l’imaginaire du voyage et du changement nocturne ne se fait pas ressentir que dans les représentations et identifications des espaces et des objets urbains. Elle est patente dans nombre de pratiques, en et hors établissement. Elle explique notamment les fréquentations nocturnes d’espaces marginaux comme les galeries, les souterrains de la Croix-Rousse, le port Édouard-Herriot, les friches industrielles, les campagnes environnantes ou les cimetières : « Le cimetière de Loyasse domine Lyon. La nuit, les arbres morts, le vent, les bruits, la rumeur... Tu sens quelque chose de pas banal. C’est un vrai plaisir » (Jean-Luc).

23Les pratiques nocturnes de Jean-Luc sont exceptionnelles, certes, mais révèlent comment l’imaginaire peut modifier le rapport à l’espace et induire une affection particulière de la ville et de ses lieux. Fasciné par la légende du Lyon noir et secret, Jean-Luc escalade la nuit les façades des monuments en réfection, visite les souterrains, les cimetières, les lieux les plus surprenants de la ville et en organise des visites guidées :

Sous Saint-Just, il y a une vieille citerne romaine intacte. Y aller la nuit, ça prend une autre dimension. Et puis l’imagination galope. On est vraiment hors du monde. Escalader une façade, se retrouver au sommet d’un bâtiment et dominer Lyon, ça permet de découvrir un autre Lyon, le Lyon des mystères, de l’aventure... C’est un peu de piment. Ce qui manque le plus dans une grande ville, c’est l’aventure.

24Par des chemins originaux, Jean-Luc ne fait que mettre en pratique la devise de Denise, que l’on retrouve peu ou prou dans de nombreux discours : « Il faut un petit frisson de découverte, c’est le but de la sortie nocturne. »

25Voyage, aventure, découverte, le vocabulaire par lequel s’exprime le loisir nocturne semble concerner une autre ville que celle du quotidien. Pourtant, c’est bien la même, simplement métamorphosée par la nuit, érotisée. En établissement comme hors établissement, le loisir est à la hauteur du désir quand l’ambiance permet à l’imaginaire d’interpréter les perceptions en termes d’ailleurs :

Qu’est-ce qu’on cherche dans tout ça ? De la musique, des lumières, des voix, le contact des autres dans un bruit un peu étourdissant... C’est l’évasion, c’est le thème de mes photos. L’évasion dans ces lieux de nuit glauques avec l’alcool et les fumées (Pierre-Louis). « Mon meilleur souvenir de nuit, c’était dans une boîte de jazz. On s’est soûlé avec les musiciens de Miles Davis et on a tapé le bœuf jusqu’à 8 h. Là, tu passes vraiment la nuit en dehors du monde » (Christophe).

26L’établissement de nuit doit donc offrir une diversité de sensations rares, une ambiance permettant une évasion imaginaire. Évasion spatiale, dans le lieu produit à cet effet, hermétiquement clos comme un isolat dans la ville, dont le nom, le décor et les prestations font référence à d’autres espaces ou d’autres temps, comme nous l’avons vu, et évasion sociale des contraintes relationnelles diurnes, des inhibitions qu’imposent la morale et la vie en société. Les professionnels de la nuit doivent donc susciter un imaginaire d’évasion qui fera le succès de l’établissement, et contrôler que les comportements restent en deçà du seuil que l’imaginaire a franchi ; ils doivent concilier défoulement et sécurité. « Nous sommes des exutoires. Sans boîte de nuit, où les gens feraient-ils sauter leur soupape de sécurité ? Ils viennent se défouler chez nous, et nous, nous contrôlons qu’ils ne débordent pas trop, qu’ils ne franchissent pas certaines limites » (Michaël). Ce contrôle s’exerce sur les comportements, en particulier sur les consommations de produits d’autant plus prisés qu’ils comblent plusieurs désirs : plaisir sensuel, modification des perceptions, désinhibition... Les professionnels accueillant des publics jeunes guettent les éventuels fumeurs de haschich, et tous ou presque contrôlent les consommations d’alcool :

Les gens ont besoin d’artifices. Nous, nous usons de ceux autorisés : cigarettes, musique, un peu d’alcool. Notre philosophie est de faire faire la fête aux gens sans les faire boire, ou le moins possible. Je veux que par la qualité de l’animation, les gens arrivent à une sorte de transe, leur faire croire qu’ils sont en vacances, leur apporter une sorte de fraîcheur. Les gens ont besoin de s’éclater ? Très bien, j’en fais mon métier. C’est à nous de leur faire oublier leurs soucis en leur servant un minimum d’alcool, en leur apportant le délire par l’ambiance. L’atmosphère musicale style Club-Méd ou musique brésilienne pour qu’ils se croient en vacances, ou des vieux Claude François pour qu’ils redeviennent des enfants (Pierre-Yves).

27En et hors établissement, la ville la nuit est traditionnellement le moment de la transe où deux désirs connexes motivent pratiques et représentations : transgresser et transcender. Chacun renvoie respectivement à un mythe de la ville nocturne : le tout-est-possible et la Vraie Vie.

La nuit, c’est le moment où on brave les interdits, où on est libéré (Christophe). « C’est le lieu de tous les possibles, grâce à l’anonymat de la nuit. Tu peux tout faire, tous les interdits, c’est fantastique » (Azouz).

28La nuit plus que le jour, transgresser, c’est vivre libre. Du moins dans la mythologie, car les pratiques transgressantes sont infiniment plus rares que les discours apologues de la transgression. Quant au mythe de la transcendance, lui aussi entretient le culte de la vie en liberté par delà les contraintes spatiales, sociales ou ontologiques. Dans la littérature, c’est dans la ville la nuit que se pose la question de la vie, de la mort, ou de l’immortalité.

  • 10 P. Belletto, L’enfer, P.O.L., Lyon, 1986, p. 139.

Entre le canal de Jonage et la rue des Archers, souvent la haine et le mépris du monde m’étouffèrent, mais je n’en respirais que mieux. Je fonçais dans la nuit (...) je fonçais sur la voie de l’immortalité10.

29Dans les pratiques et les représentations, la fréquentation des espaces nocturnes doit pouvoir s’interpréter en référence à une transcendance, gage de la Vraie Vie. Les discours expriment la chose en termes de fiction : « fantastique », « surréaliste », « extraordinaire »... C’est ainsi que devraient être la vie et la ville, et ainsi qu’elles ne sont pas, sauf la nuit, dans la mythologie urbaine.

30Pourtant, dans la réalité objective de la ville nocturne, c’est-à-dire hors du jeu des perceptions et des interprétations, rien ne justifie l’émergence des mythes, si ce n’est la diminution du contrôle social liée à l’obscurité, qui est bien plus restreinte que ce que l’on veut croire. Entre la réalité et la mythologie de la ville nocturne, le fossé est large. Il faut donc entretenir boulimiquement l’illusion, ou y renoncer, douloureusement.

Faire la fête, c’est rentrer, sortir, bouger. Être quelque part où il se passe quelque chose d’extraordinaire, et puis changer de bar et trouver autre chose d’extraordinaire, etc. (Christophe).

31Quand l’illusion disparaît, les lieux perdent de leur magie, démystifiés. En début de parcours et d’entretien, Tony trouvait la ville « belle ». Le chemin du retour et la fin du discours sont plus amers : « Finalement, y’a pas de poésie, ces endroits (de drague) respirent le mal de vivre. Ils ne sont pas beaux. »

32Mais qu’on ne s’y trompe pas, l’amertume et la désillusion participent aussi à l’érotique de la ville nocturne. À l’euphorie de la fête succède une tristesse qui n’exclut pas une certaine jouissance, et qui, elle aussi, se nourrit des ambiances qui emplissent les espaces de la ville nocturne :

Le monde de la nuit, c’est avant tout la mélancolie. C’est la fête aussi, mais ça revient au même. Le faux bonheur, la tentative d’évasion, par l’alcool, le tabac, les concentrations humaines, les fausses amitiés et les vraies camaraderies. L’Albion c’est un vrai pub, avec une ambiance douce et un peu tragique qui est celle que je recherche. On boit de la bière, accoudé au comptoir, et on ne demande rien d’autre que le soulagement de la solitude, qu’on porte toute sa vie de toute façon (Pierre-Louis).

33Les pratiques et les représentations de l’espace sont diversement affectées ou conditionnées par l’érotique de la ville nocturne. Tous les individus n’y sont pas uniformément sensibles, mais sa présence et son influence sont patentes dans tous les discours produits par des personnes ou des groupes fréquentant la ville la nuit par désir (la fréquentation de nécessité ou de fonction s’apparente à la vie diurne et ne m’intéresse pas ici).

34Par conséquent, les discours de populations nocturnes doivent toujours être appréhendés en tenant compte de cet aspect. Plus que les autres, ils font intervenir des mythes ou des objets imaginaires pour exprimer la réalité urbaine de la nuit, la plus subjective de toutes. Fort heureusement, les thèmes mythiques de la ville nocturne sont récurrents, ce qui permet de les repérer facilement et de traiter les discours en connaissance de cause, sachant qu’ils ne consistent ni en expressions de connaissances objectives ni en représentations désordonnées de mythes farfelus et vides de sens. Ils mélangent expérience et croyance, comme les pratiques, et, comme elles, ils fusionnent ces deux aspects de la vie des gens sur un terrain précis, l’espace :

  • 11 Le Petit Paumé, Guide de Lyon 1989, p. 273.

« DESCENDS AU CŒUR DE LYON.
AUX DOUZE COUPS DE MINUIT
LAISSE LE SON LA LUXURE ET L’ENVIE
ENVAHIR TON CŒUR ET TA RAISON.
ALORS, LECTEUR AUDACIEUX
TU FERAS À TATONS LE VOYAGE DÉLICIEUX
AU CENTRE DE LA NUIT »11.

35Une osmose s’opère entre la ville et la nuit. Le cœur de la nuit/le centre de la ville sont représentés comme la combinaison idéale moment/espace de la transcendance. Mais ici, le centre de la ville n’est pas celui de la ville diurne, c’est le lieu dont l’ambiance permet, grâce au jeu des perceptions et des interprétations, la résurgence de l’imaginaire. C’est l’établissement, le quartier ou la rue, c’est l’espace que l’on pratique avec agrément, et autour duquel on réorganise mentalement le système social et spatial, en rêvant que la ville, la société, ou le cosmos ne sont que de lointains satellites gravitant autour de la piste de danse ou du trottoir où l’on se trouve.

36Pour que l’agrément soit optimal, au cœur de la nuit et de la ville, le moment doit être long et la ville nocturne riche en sensations et émotions, diversifiée dans ses ambiances, donc ses lieux festifs, établissements et quartiers qui deviennent pour quelques heures et pour les populations qui les fréquentent, autant de centres du monde.

Notes

1 J. Reverzy, Place des angoisses, Flammarion, Paris, 1977, p. 190.

2 C. Nicoïdsky, op. cit., p. 22.

3 E. Hall, La dimension cachée, Seuil, Paris, 1971.

4 M. Lesage, Les noces de Lyon, Pygmalion, Paris, 1981, p. 377.

5 H. Béraud, cité par J. Courtine, Touring, no 949, B.M.L.

6 Sur la terre comme au ciel, op. cit. p. 84-85.

7 P. Sansot, op. cit., p. 57.

8 H. Béraud, Ciel de suie, Éd. de France, Paris, 1933, p. 56.

9 Béni ou le Paradis privé, A. Begag, Seuil, Paris, 1989, p. 36.

10 P. Belletto, L’enfer, P.O.L., Lyon, 1986, p. 139.

11 Le Petit Paumé, Guide de Lyon 1989, p. 273.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search