Version classiqueVersion mobile

Lyon la nuit

 | 
Jean-Michel Deleuil

Troisième partie : La ville la nuit, de l’agrément à l’affect

La ville la nuit, de l'agrément à l'affect

Texte intégral

1Fin XVIIIe siècle, Paris, la nuit. Un homme qui dit s’être « transformé en hibou » arpente les rues de la capitale. Pourfendeur du crime et du vice, justicier modeste mais implacable, Restif de la Bretonne nourrit sa philosophie de ces déambulations nocturnes. Sa démarche est avant tout morale. La fréquentation de la ville la nuit lui révèle les turpitudes et les excentricités humaines, ainsi que les pratiques déviantes ou clandestines, les dysfonctionnements de la machine sociale. Au terme de chacun de ses périples, il s’installe à la pointe de l'Ile de la Cité, et, face au fleuve et à la ville, note ses observations de la nuit et s’interroge sur la condition humaine.

2Lui-même s’est surnommé « le spectateur nocturne », et en effet la ville la nuit lui offre un double spectacle : d’abord celui des matières et des éléments, pavés luisants, ciel ténébreux, courant du fleuve, qui inspirèrent nombre de littérateurs ; ensuite celui des métiers, des loisirs, des pratiques et des attitudes nocturnes ; révélateur des conditions, le spectacle du social.

3Mais observer un objet sur le mode spectaculaire, c’est révéler qu’il existe un désir sous-jacent à ce goût, à ce choix du spectaculaire. C’est le regard et le discours du spectateur, et non le paysage, qui font de ce paysage un spectacle.

  • 1 P. Sansot, Poétique de la ville, Klincksieck, Paris, 1971.

4Le désir est peu présent dans les activités urbaines diurnes. En revanche, il motive la pratique de la ville nocturne et modifie chez l’individu comme chez le groupe le rapport au temps, le rapport à l’espace, et le rapport aux autres. Paraphrasant Pierre Sansot1, on peut dire que, la nuit, le temps, l’espace et l’événement gagnent « en dignité et en sens », et que les représentations mentales, individuelles ou collectives, en sont affectées avec un retentissement plus profond que durant la journée balisée, banalisée, pauvre en émotions et en sensations.

  • 2 R. Bohringer, C’est beau une ville la nuit, Denoël, Paris, 1988, p. 29.

5La quête au service du désir alimente la mythologie nocturne, laquelle, en retour, justifie la quête et permet de croire qu’elle sera fructueuse. Dès la nuit tombée, on veut croire que le contrôle social est aboli par l’obscurité relative de la ville, et que dès lors « tout est possible », même ce qui n’est pas permis. On veut croire qu’il existe une vraie vie, que l’on ne peut vivre qu’« ailleurs » selon le mot de Rimbaud, que cet ailleurs, c’est le cœur de la ville nocturne, et qu’une fraternité tacite unit tout ce qui participe de la même nuit, par-delà les classes sociales, voire la condition humaine : « Les ombres des poubelles sont fraternelles »2.

6Cette démarche s’accompagne d’un éveil, parfois d’un dérèglement des sens, qui vont modifier les perceptions de l’espace, et ce d’autant plus que celui-ci n’est pas seulement le lieu et le décor de la quête. Il en est aussi le témoin, l’outil, le média.

  • 3 J. Green, Villes, Éd. de la Différence, Paris, 1985.

Arriver ici vers la chute du jour, c’est le bon moment. Se glisser dans une ville inconnue à l’heure où la lumière hésite (...) il y a là une joie secrète : je ne sais pas ce que j’espère, mais j’espère beaucoup3.

7Cette quête, dont l’objet peut être inconnu, ennoblit l’espace. Si l’on ignore ce que l’on cherche, en revanche, on sait où on le cherche : le désir est projeté sur l’espace, et l’identité de l’espace, alors chargée d’émotions, console le désir inassouvi, et remplace dans l’affect l’objet convoité, mythique, inatteignable. Cette projection des désirs et des mythes dans l’espace, sur les lieux, les paysages et les objets urbains, rend la ville, la nuit, érotique.

Notes

1 P. Sansot, Poétique de la ville, Klincksieck, Paris, 1971.

2 R. Bohringer, C’est beau une ville la nuit, Denoël, Paris, 1988, p. 29.

3 J. Green, Villes, Éd. de la Différence, Paris, 1985.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search