Version classiqueVersion mobile

Lyon la nuit

 | 
Jean-Michel Deleuil

Deuxième partie : Espaces, populations et pratiques nocturnes

Chapitre IV. Le jeu subtil des images et des comportements

Texte intégral

1À l’échelle de l’établissement, du quartier, ou de la ville, les espaces et les pratiques nocturnes se définissent, plus que leurs homologues diurnes, en termes d’image et d’identité. Par le jeu des acteurs, la production et la diffusion de représentations émanant de la mairie, des professionnels du loisir nocturne ou des associations de résidents, le quartier de nuit et les populations qui le fréquentent sont fortement et variablement identifiés. Tantôt louangeuses, tantôt péjoratives, les représentations qui en sont données témoignent des antagonismes et des enjeux que cristallise la concentration des lieux du loisir nocturne.

2L’image de l’établissement ou du quartier de nuit promeut l’espace ludique et en motive la fréquentation par les populations séduites. Par un effet en retour négatif, cette fréquentation et les comportements qu’elle induit reproduisent et confirment l’image initiale. Celle-ci est identique et connexe à celle des réseaux de fréquentations, chacune nourrissant l’autre, participant à la frime et à la recherche d’un prestige et d’une identité forte des différents réseaux, et en leur sein de leurs leaders, en conformité avec les modèles comportementaux associés à l’image du quartier et à la mythologie du groupe (culte de la réussite sociale à Saint-Jean, de la bohème et de l’anticonformisme à la Croix-Rousse).

3Mais l’image du quartier peut également séduire des populations que les établissements de nuit rejettent. C’est le cas du centre Presqu’île qui attire en soirée des groupes de jeunes pauvres n’ayant accès qu’aux fast-foods. La représentation du centre où se vit la nuit de la ville motive une fréquentation qui se limite à la déambulation dans le quartier, sans franchissement du seuil des établissements nocturnes ; fréquentation incomplète donc frustrante qui engendre des pratiques de compensation. L’appropriation temporaire d’espaces ouverts du centre-ville en est un exemple : le lieu où s’installe le groupe lui appartient le temps de sa présence, on y boit, on fume, on discute, on plaisante, on réinvente à ciel ouvert un débit de boissons et une sociabilité d’établissement de nuit.

4En revanche, l’appropriation de l’espace en périphérie ne fonctionne pas selon les mêmes mécanismes. Dans ce cas, c’est lors d’une confrontation ou d’un conflit que le lieu de l’ennui collectif, associé à la genèse du groupe, devient l’objet d’un enjeu, objet qu’on s’approprie. La représentation apparaît alors, qui permet une revendication de l’espace indispensable à son appropriation et à sa défense. Ainsi, en centre-ville la représentation précède l’appropriation, alors qu’en périphérie on observe le phénomène inverse.

5La finesse des relations entre l’image et la pratique dans la ville la nuit impose une approche des motivations des fréquentations nocturnes, nœud des représentations et des comportements. Car la ville la nuit est plus une mosaïque d’ambiances que d’espaces, où des populations en quête d’agrément rêvent en même temps qu’elles vivent.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search