Version classiqueVersion mobile

Lyon la nuit

 | 
Jean-Michel Deleuil

Deuxième partie : Espaces, populations et pratiques nocturnes

Chapitre III. Espaces ouverts, espaces de confrontations et d’appropriation

Texte intégral

1Vivre la nuit de la ville est un privilège. « Privilège » est le nom du club du complexe nocturne de La Colline, le nom de l’abonnement U.G.C., celui de la carte de fidélité à la Vieille Rhumerie et le slogan laconique du théâtre des Célestins est : « Votre privilège ».

2La sélection des clientèles, indispensable pour qu’une fréquentation soit vécue comme un privilège, exclut du loisir nocturne ceux dont le faciès, le vêtement, les pratiques ou la fortune ne correspondent pas aux critères fixés par les exploitants. La plupart des exclus se résignent, rentrent chez eux et disparaissent du paysage urbain nocturne, mais certains s’évertuent à vouloir vivre un peu de la nuit de la ville. Ne leur reste alors, comme espaces pratiquables, que le domaine public, les rues, les places du centre-ville, les parkings périphériques.

3Dans le centre, la rue permet de faire se côtoyer ceux qui ont accès aux loisirs nocturnes, et ceux qui en sont exclus. Pour chacun, cette rencontre révèle la réalité d’un autre monde. Elle augmente la frustration des uns, et l’inquiétude des autres de voir leurs privilèges nocturnes remis en question, et n’appréciant pas qu’au milieu de leurs relations sociales nocturnes homogènes fassent irruption des éléments étrangers à leur milieu.

4Les espaces ouverts centraux où sont confrontées ces populations, en particulier les rues piétonnes, sont l’objet de discours et de pratiques spécifiques. Par dépit, et en réaction à leur exclusion, les premiers s’approprient ces espaces symboliques, s’y installent pour la soirée ou pour la nuit, au grand désespoir de ceux qui se sentent chez eux dans le centre-ville et qui refusent que des populations périphériques viennent marquer de leur présence le paysage central de la ville nocturne.

5En banlieue, les jeunes des grands ensembles, qui n’ont que très rarement accès aux établissements de nuit, se retrouvent, au pied de leurs immeubles. Les chaussées, les parkings et les terrains vagues sont les espaces de leur sociabilité nocturne de bande. Tant que le système reste équilibré (un groupe/un espace), le discours ne se fait pas revendicatif, l’espace n’est ni identifié ni mythifié. On ne peut donc pas parler d’appropriation de l’espace. En revanche, dès qu’intervient un élément extérieur, une bande rivale, ou la police, on identifie l’espace, on le revendique, on le défend. Ce qui n’était que le décor informel de la convivialité se transforme en un territoire recélant les racines, la genèse et les spécificités de la bande. Il sert de référence au groupe et devient un élément constitutif de sa conscience et de son identité sociale.

6Si, en centre-ville, la nuit permet de s’approprier illusoirement l’espace des autres, en périphérie, elle est l’occasion de s’approprier et de défendre son propre espace contre un élément extérieur. La confrontation nocturne de populations antagoniques peut ainsi déclencher chez les exclus du loisir nocturne en établissement une réaction d’appropriation de l’espace que sous-tend la volonté d’affirmer socialement l’existence du groupe.

I – La ségrégation en établissement de nuit par la sélection des clientèles

7Jusqu’aux années 1960, la sélection des clientèles d’établissements de nuit se faisait d’elle-même, par les prix, les ambiances, les types de loisirs. Même s’il leur arrivait de fréquenter le même quartier de nuit, les populations nocturnes se mélangeaient peu, mais aucune n’était réellement privée de loisir nocturne. Le goût de la sortie en soirée n’était pas encore très répandu, et les établissements du centre-ville, ainsi que les bals de week-end des quartiers périphériques suffisaient à contenter toutes les demandes. Bien sûr, beaucoup de populations n’avaient pas de pratiques nocturnes, mais, n’en étant pas demandeuses, elles n’en étaient pas frustrées.

8C’est la Grange au Bouc qui, vers 1965, commença à pratiquer une politique de sélection de la clientèle à partir de critères vestimentaires. Cette sélection, qu’aucun problème de fréquentation ne justifiait, n’était en réalité qu’une opération publicitaire destinée à promouvoir le soi-disant standing de l’établissement, et ne reflétait donc pas un contexte social d’exclusion ou d’antagonisme entre populations nocturnes.

À la Grange, il fallait une cravate pour entrer. Ça leur a posé des problèmes parce qu’ils acceptaient un petit maquereau villeurbannais en cravate fluorescente et refusaient un cadre supérieur en pull cachemire (Pierre). La Grange au Bouc était très sélect par rapport à la cravate. Un jour, ils ont refusé la bande à Eddy Barclay sous prétexte qu’ils n’avaient pas tous des cravates ! (Jacky)

9Les décennies 1960 et 1970 voient la demande en loisir nocturne augmenter considérablement, en particulier chez les jeunes. La sortie en boîte est à la mode et devient indispensable aux pratiques sociales adolescentes et post-adolescentes. Les enfants de l’immigration nord-africaine, dont les parents n’avaient jamais fréquenté les établissements de nuit, veulent aussi connaître les joies de leur génération, la discothèque en premier lieu. Ils constituent une population non négligeable et fortement demandeuse de loisirs nocturnes, de plus en plus refoulée à l’entrée des boîtes de nuit. « Plus on avait de problèmes de sélection dans l’agglomération lyonnaise, plus on allait loin, là où la peur de l’Arabe n’existait pas. On est allés à la Colline, à Saint-Symphorien, et puis plus loin, jusqu’à la frontière suisse » (Azouz). La situation est nouvelle : la société de consommation ne cesse de faire l’apologie du loisir nocturne, pendant qu’une population qui en est fortement demandeuse se voit exclue des établissements.

10Si les pubs et les bars de nuit ne pratiquent qu’une sélection douce (par les prix, les ambiances...), les établissements dansants attirent les 18-25 ans de toutes les catégories sociales, que les exploitants trient par une sélection dure. Ils inventent pour cela la « tenue correcte exigée » de façon à justifier le regard que portera sur le client éventuel le Cerbère de service. C’est dans les années 1970 que naît ainsi le rituel de franchissement du seuil de l’établissement : le client sonne ou frappe à la porte, on le regarde, on le jauge ; la porte s’ouvre. Ou ne s’ouvre pas. Officiellement, le regard ne porte que sur le vêtement, censé dévoiler l’état d’esprit et la personnalité du client :

Nous sommes très sévères sur la tenue vestimentaire, mais nous recevons des gens de toutes les classes. Il y a des gens qui avec peu de moyens savent s’habiller très correctement. La clientèle est donc très large mais avec le même objectif : « Je suis bien habillé, respect du voisin, des amis, de l’endroit où je vais, je m’amuse convenablement, j’ai envie de faire la fête, je n’ennuie personne ». Mais il est évident qu’avec la concurrence nous visons la même clientèle, une clientèle propre, pas de loubard, pas de gens à problèmes, donc on met la barre assez haut (Michaël), (cf. Annexe 3)

11En une fraction de seconde, l’œil du professionnel qui commande l’ouverture de la porte classe les personnes qui se présentent parmi les « oui » ou les « non ». Le prétexte « tenue correcte exigée » permet de trier les faciès. Pour ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir montrer patte blanche, le seuil clos de la boîte de nuit, la porte qu’ils espèrent franchir après l’examen visuel de rigueur, est un objet d’angoisse obsédant qui, symboliquement, dépasse le simple cadre du loisir nocturne :

Un jour, à Saint-Jean, un jeune est allé chercher un fusil et a tiré sur un videur qui n’avait pas voulu le laisser entrer. Il était parti dans l’idée de s’amuser et s’était retrouvé devant une porte. T’imagines ? tu veux te changer les idées, tu te retrouves devant une porte. (...) On est rejeté systématiquement. À chaque fois c’est enfoncer un peu plus profond le jeune qui reste devant la porte. C’est la vie de tous les jours (Malek).

12Dans les discours des exploitants, la survie de l’entreprise justifie la sélection des clientèles (sélection tolérée mais illégale puisque, selon la loi, on ne peut, et on ne doit, refuser l’entrée d’un établissement de nuit qu’aux personnes mineures ou ivres). Chez les professionnels, on veut d’abord éviter la violence, car, à la moindre bagarre, la préfecture peut fermer l’établissement. Ainsi, « ceux qui sont refusés à la porte, c’est les jeunes à problèmes, ceux des banlieues, qui mettent le feu aux voitures » (Pierre-Yves) « Un établissement qui accepte une mauvaise clientèle ne peut pas survivre longtemps » (Michaël) et surtout, on veut préserver la clientèle lucrative, fidèle et consommatrice : « Si on accepte n’importe qui, la clientèle bien se sauve » (Michaël).

13C’est de cette clientèle qu’émane la première demande de sélection, la volonté de conserver l’homogénéité sociale du groupe fréquentant l’établissement. Qu’un élément étranger vienne partager les loisirs nocturnes du groupe en pratiquant le même espace, et voilà que l’ambiance se modifie. Car la présence de cet individu peut être le signe avant-coureur de l’évolution spatiale d’un autre réseau social. On entre alors dans une logique de concurrence qui voit le groupe initial réclamer ou imposer l’exclusion du nouveau venu : l’établissement est approprié par un groupe et ne semble pas pouvoir faire cohabiter durant leurs loisirs nocturnes plusieurs réseaux. À la moindre confrontation, la souveraineté du groupe initial est remise en question. Va-t-il devoir abandonner son établissement de prédilection ? Le groupe lui-même va-t-il éclater ? Les leaders conserveront-ils leur cour, leur autorité et leurs conquêtes féminines ?

14Les privilèges que confère le loisir en boîte de nuit introduisent une rivalité entre les groupes qui peuvent être amenés à se rencontrer. Les exploitants en ont pris leur parti et accueillent des clientèles homogènes, si possible les plus lucratives. La violence dont parlent les professionnels est l’aboutissement de cette concurrence, qui n’a guère évolué depuis les bagarres de bals de villages : confrontation – rivalité – affrontement des groupes.

15De fait, cette violence est toujours amplifiée dans le discours des exploitants qui redoutent l’épée de Damoclès des fermetures administratives. La réalité de la confrontation inter-groupes est plus nuancée, moins sauvage, et s’exprime davantage en termes de crainte, d’inquiétude, de trouble :

Nous refusons les gens qui nous laissent penser qu’ils risquent de semer le trouble d’une manière ou d’une autre (Michaël). C’est un racisme de commerçant. L’Arabe fait peur parce que la clientèle blanche qui consomme à l’intérieur craint une trop grande concentration d’Arabes. Comme la concentration commence par la présence, on interdit la présence (Azouz). Les bars évitent les maghrébins parce que s’il y en a un qui vient, y’en a dix le lendemain et ils sèment le trouble (Jean).

16Le trouble, la violence latente, les antagonismes entre groupes, que les ambiances révèlent vite lorsqu’il s’agit de partager la piste de danse ou les faveurs des filles, sont imputés au groupe nouveau, qui réclame le droit à l’accès au loisir nocturne. Bien que l’antagonisme soit symétrique, les exploitants choisissent une clientèle, la « meilleure », et ne consentent à recevoir les moins favorisés que quand la clientèle lucrative les a délaissés par mode et inconstance. Reste qu’au bas de l’échelle sociale, que de plus en plus on superpose à une échelle raciale, aucun établissement ne permet une pratique de loisir nocturne ; et les professionnels ne sont pas prêts à modifier leurs perceptions des populations nocturnes, ni leurs politiques de sélection. Quand Pierre-Yves essaye d’imaginer l’inimaginable, un espace de loisir de nuit pour les jeunes des banlieues, le résultat est le suivant :

Nous avons le souci de préserver une certaine clientèle. Mais si la loi était moins sévère en cas de bagarre, il y aurait des établissements de grande surface, fourre-tout, avec du bordel tous les week-ends et un service d’ordre monumental. On peut monter un hangar aux Minguettes ou à Vaulx-en-Velin, avec des jeux de lumière, du rap, et un gorille tous les deux mètres en cas de problème, et témoignage de films vidéo à l’appui pour prouver que le personnel n’a fait que régler un problème.

17La corporation des exploitants d’établissements de nuit n’envisage la fête des jeunes pauvres que dans la violence et la répression, et n’imagine donc pour eux qu’un espace festif carcéral. En revanche, certains établissements de la Croix-Rousse ont montré que la sélection à l’entrée n’était pas indispensable à la survie de toutes les entreprises, et que les « jeunes à problèmes » pouvaient pratiquer le loisir nocturne en établissement sans provoquer violence et désordres. Le Kool Ka de la rue Burdeau en est un exemple d’autant plus révélateur qu’il est le fruit de l’initiative de trois jeunes beurs amateurs de rap, non de professionnels de la nuit aguerris.

18Une fois encore, la Croix-Rousse se distingue dans la nuit lyonnaise. Elle voit fleurir les initiatives locales, en tant que quartier spontané, et les patrons d’établissements n’y pratiquent pas de sélection des clientèles.

Les discothèques sont restées sur l’image du jeune arabe qui fout le bordel. Alors on n’a rien d’autre à faire que d’organiser notre nuit lyonnaise, avec les propriétaires de bars (de la Croix-Rousse). Y’a des animations pratiquement tous les soirs et ça marche à merveille. Y’a pas de gros bras à l’entrée, y’a quelque chose qui se passe (Malek).

19Seule l’initiative des populations exclues du loisir nocturne par les professionnels peut corriger cette exclusion et leur offrir un accès à de nouveaux établissements de nuit. Les autres populations s’approprient par leur mode de fréquentation leurs établissements de prédilection, appropriation socio-spatiale d’où l’exploitant tire sa rémunération en excluant les groupes rivaux. Ceux qui sont exclus de toutes les discothèques n’ont pas d’autre possibilité que de produire les leurs. Mission impossible pour ces groupes de jeunes défavorisés, qui se voient systématiquement condamnés à rester enfermés dehors. Doivent-ils se résigner à ne pas vivre la nuit de la ville ? Certains s’y refusent et pratiquent les seuls espaces qui ne leur soient pas interdits, les rues.

II – Appropriation du domaine public en centre-ville et confrontation de populations nocturnes

20Les débits de boissons ne pratiquant aucune forme de sélection, c’est-à-dire dont l’entrée est libre, et qui acceptent de servir en soirée des consommations peu chères comme le café, accueillent des clientèles variées, dont une part importante de populations étrangères et de jeunes français d’origine maghrébine. Ces établissements, des quartiers périphériques et de la place des Terreaux, ne bénéficient pas de dérogations à l’heure de fermeture légale. L’autorisation de fermeture tardive permet à la préfecture de trier les réseaux spatiaux, d’éliminer de l’animation nocturne de la ville les réseaux sociaux indésirables en fermant les établissements susceptibles de les accueillir. Le temps, l’espace et l’autorisation sont les trois dimensions du contrôle préfectoral qui gère les fréquentations et les comportements nocturnes.

21Mais les établissements dansants, privilégiés par les pratiques festives et la sociabilité des jeunes, pratiquent une sélection raciale/sociale quasi systématique, même en soirée. D’une part, les boîtes de nuit proposent une rupture avec le quotidien, le dépaysement, l’évasion ; d’autre part, leur accès est conditionné par tout un jeu d’œilleton, de guichet, de porte qui parfois s’ouvre sur l’évasion. Selon cette métaphore, les populations refusées au seuil des boîtes de nuit sont condamnées à rester enfermées dehors.

22Frustrés dans leur démarche de demande de loisir nocturne, ces jeunes de la périphérie, qui sont venus dans les quartiers centraux pour se distraire, se voient limités à la pratique du domaine public, espace ouvert duquel on ne peut les exclure. Pratique de compensation, la déambulation nocturne dans les rues piétonnes de la Presqu’île est un loisir peu onéreux. Par la fréquentation du fast-food, la consommation est réduite à son strict minimum. L’animation du centre-ville, la jouissance du paysage, participent à l’agrément de la sortie, ainsi que le plaisir d’échapper au contrôle social et familial du quartier d’origine.

23Mais hors de ce contrôle, on gagne en indépendance ce qu’on perd en sécurité. Le groupe, et les liens de solidarité qui le soudent, gagnent alors en importance.

  • 1 Rue de la République.

Rue de la Ré1, on restait entre nous, parce que c’est toujours un moment de risque, de bagarre. On rencontrait pas les lyonnais, des fois des mecs de notre quartier, qu’on connaissait un peu. Sinon on restait entre nous (Azouz).

24Plus cohérent que jamais, le groupe se démarque d’autant plus du reste de la population qui pratique le même espace. En évitant de se fondre dans la foule anonyme, le groupe ressent, et fait ressentir aux autres avec plus d’ampleur, son identité sociale. L’espace central la nuit, le groupe et les autres, sont les éléments du curieux jeu que joue Apache : « On n’a pas assez d’argent pour aller au cani (au café), alors on boit nos bouteilles. On fait rien, on est ensemble, on montre qu’on est là, on regarde passer les autres, on provoque gentiment ».

25La confrontation des groupes nocturnes en centre-ville est ambiguë. Potentiellement dangereuse, elle est néanmoins jouissive. Rappelant leur exclusion aux exclus, elle est tout de même recherchée par ceux-ci. La fréquentation du centre est une pratique de revanche, et l’appropriation de l’espace qui en résulte est motivée par un désir d’affirmation sociale, de victoire mettant fin à une série de refus ou d’échecs. « Quand t’es bien installé au centre de la ville, c’est comme si t’avais réussi à séduire une femme, comme si t’avais gagné, si t’étais allé au bout » (Azouz).

26Plus que jamais, la ville représente le système social englobant. S’en approprier en soirée quelques mètres carrés du centre, quand on vient de la banlieue, c’est s’autopromouvoir l’égal de ceux qui vivent le centre au quotidien, c’est affirmer son droit à pratiquer l’espace malgré les ségrégations. Ici, la valeur du rapport à l’espace réside dans le fait qu’il permet un rapport aux autres particulièrement rare. L’essentiel est donc de faire acte de présence. Devant l’Hôtel de Ville s’il le faut : « Ici (Place des Terreaux), on est chez nous. Enfin... la nuit » (Apache).

27L’individu s’efface devant la cohésion du groupe, qui seul est habilité à affirmer une identité sociale sur un espace que l’on s’approprie aux yeux et à la barbe des populations du centre. Cette sortie nocturne, à la fois loisir et manifestation, tient lieu de rituel ludique, permettant de juger des réactions des autres lors de la confrontation provoquée, et d’apprécier ses propres aptitudes à supporter la pression sociale environnante qui tend à expulser les éléments étrangers. Là encore, le groupe encourage l’individu dans ce simulacre de guéguerrilla urbaine ou de monopoly du culot. « On attaquait mieux la ville en groupe » (Azouz).

28Sur le terrain, les réactions des populations du centre-ville lors de telles confrontations sont difficiles à appréhender. On presse le pas, on détourne le regard, on ne répond pas aux sollicitations, on feint d’ignorer la confrontation, on refuse de constater la présence, donc indirectement l’existence et l’identité des intrus.

29En revanche, les discours montrent qu’on n’y est pas indifférent. Commerçants, élus et journalistes, en particulier, produisent des représentations très intéressantes de la rue de la République et de ses populations nocturnes.

  • 2 Lyon Soir, 23-06-1983.
  • 3 Tout Lyon, 28-07-1983.

30En premier lieu, ces discours amalgament, et calomnient, tous les groupes indésirables, des jeunes de banlieue aux sans-domicile-fixe : « Marginaux, marchands à la sauvette, bruits, odeurs, malpropreté, vandalisme (...) une faune détestable2 ». « La chasse aux clochards de pacotille, marginaux de la base, faux saltimbanques, la police pourrait s’en charger »3. La peur prédomine. La confrontation inquiète, et bien qu’elle ne soit pas à l’origine d’actes d’agression ou de délinquance, le sentiment d’insécurité augmente dans des proportions délirantes :

  • 4 Un conseiller municipal au Journal, 12-06-1986.
  • 5 La Croix, 20-11-1981.

On se sent racketté4. Lyon est une ville où règne une certaine psychose de peur (sic). Même en ville après 22 h, on ne se sent plus en sécurité. (...) C’est une ville où l’on a peur. En plein centre-ville nous voyons défiler des jeunes inoccupés5.

31Le cœur de la ville, la nuit, des antagonismes sociaux et des populations rivales se disputant l’espace de la rue emblématique de la bourgeoisie lyonnaise du xixe siècle, tous les éléments sont rassemblés pour qu’éclose le phantasme nocturne. La réalité disparaît sous le poids des mythes et des nostalgies, et les allégories remplacent dans le discours les acteurs réels. Attention, le Bien et le Mal vont s’affronter et déchaîner la violence :

  • 6 Rémi Burnichon « La rue de la Ré en quelques maux », Lyon Matin, 25-01-1984.

« Il semble téméraire de flâner à la sortie des cinémas à une heure avancée de la soirée. Et même si cette crainte n’est qu’en partie fondée, elle existe. Il n’y a d’ailleurs plus aucun intérêt à s’attarder dans la rue, tous les grands cafés ayant disparu : plus de terrasse, plus question d’aller prendre un dernier café avant de rentrer. C’est là une des raisons de cette insécurité. Une population différente de celle qui fréquentait Le Tonneau ou La Paix. Difficile, de plus, de se rabattre sur les fast-foods qui fleurissent, du fait d’une mauvaise réputation rapidement acquise. (...) Certains soirs, se retrouvent face à face des bandes de petits loubards et un échantillon musclé des commerçants en colère. Ce phénomène de délinquance s’explique notamment par l’existence du métro qui permet aux banlieusards de rallier rapidement le centre. L’instauration d’une artère piétonne partait d’une idée louable de recréer une vie urbaine plus animée, moins indifférente : recréer une ambiance “moyenâgeuse” en un mot. Malheureusement, on ne retrouve de cette époque que les coupe-bourses, les bandes de coquins mal intentionnés ou autres individus non recommandables »6.

32Ce morceau d’anthologie montre comment la confrontation de populations nocturnes en centre-ville peut déclencher chez certains des réactions de paranoïa délirante. Les affrontements et les agressions dont il est question sont purement imaginaires, fruits d’une fantasmagorie de classe. On ne retrouve aucune autre mention de tels faits dans toute la presse de l’époque.

33Alors pourquoi ces discours ? Parce qu’en dramatisant une situation, on remet en cause la légitimité des acteurs et de leurs pratiques, on pose un faux problème en terme de droit. Du constat d’incompatibilité sociale entre populations, le discours glisse vers l’incompatibilité spatiale, première démarche ségrégationniste : « J’aimerais que la place des Terreaux retrouve un lustre qu’elle a bien perdu. Les populations des Pentes ne sont peut-être pas compatibles avec le standing de la Presqu’île » (Paul).

  • 7 Lyon Libération.
  • 8 Le maire du 2e arrondissement au conseil municipal, le 20-06-1983.
  • 9 Le même à Lyon Figaro, 9-05-1988.

34On en arrive dans un deuxième temps à poser la question du droit de chacun à pratiquer le domaine public. Une commerçante regrette « la démocratisation de la rue de la République. La nuit du 8 décembre, fête de la Vierge, on a même vu des marchands de merguez7 ! » Et les élus de reprendre à leur compte cette démarche : « Il faut savoir jusqu’à quel point des marginaux peuvent occuper le domaine public sans qu’il y ait possibilité d’intervention8 » ; « La vrai solution se trouve au niveau législatif. Il faudrait appliquer des sanctions »9.

  • 10 Un conseiller municipal au Journal le 12-06-1986.
  • 11 A. Mure, op. cit., p. 50.

35La loi n’est pas enfreinte par les populations incriminées dans leurs pratiques nocturnes de l’espace central, mais l’inflation des discours amène les commerçants et les élus à traiter du problème comme si tel était le cas. « Il s’agit de faire respecter la loi »10. La fréquentation du centre-ville par des populations périphériques n’est pas un délit, mais elle est vécue et représentée ainsi par les populations centrales auxquelles elles sont alors confrontées : « Tout ce ramassis de voleurs, de trafiquants, qui débarquent rue de la Ré le samedi soir, sèment la panique chez les passants, volent les sacs, cambriolent les appartements, attaquent les promeneurs inoffensifs »11.

  • 12 Vivre à Lyon, 02-1988.
  • 13 Lyon Matin, 25-01-1984.
  • 14 Lyon Libération, 12-01-1988.

36Puisqu’il n’y a pas délit, il est impensable que la police investisse la Presqu’île en soirée, ce qui serait déplorable en terme d’image du quartier. C’est donc vers la prévention que se retournent les élus et les populations du centre-ville. Or quel type d’intervention spatiale empêcherait l’appropriation de la rue de la République par « ceux qui y ont élu domicile, bivouaquant sur les jardinières et prenant leur bain dans les fontaines entre deux agressions12 » ? Une modification du mobilier urbain, bien sûr. Il convient donc d’« éviter l’installation de matériels qui permettent comme les bornes de la place de la République, le rassemblement d’une faune bien peu respectable »13. Certains conseillers veulent aller plus loin, modifier le paysage et le rendre apte à un contrôle visuel total, « améliorer l’éclairage des façades de prestige » et « supprimer les jardinières qui permettent à une certaine faune de rester rue de la République des nuits entières »14.

  • 15 Id.

37L’ordre social qui doit régner sur les soirées de la Presqu’île impose qu’un ordre spatial soit organisé, bannissant le contraste, le relief, l’irrégularité et la fantaisie : « Finis les obstacles qui permettent l’embuscade. Il faut tout changer. Planter des arbres proprets, taillés en boule, et lisser le pavage »15.

  • 16 Vivre à Lyon, 02-1988.

38Le 25 janvier 1988, le conseil municipal adopte « la suppression des jardinières-dortoirs »16, mais pourtant la rue de la République reste un espace de confrontation, où déambulent les populations sorties des fast-foods ou du théâtre des Célestins. Certaines se prennent à rêver, s’approprient éphémèrement quelques mètres carrés de l’espace le plus prestigieux de la ville et déclarent : « Ici, la nuit, on est les rois » (Apache). Des rois dont le trône provisoire est l’espace, non la jardinière.

III – La nuit en banlieue, de l’appropriation à l’émeute

  • 17 Un policier en civil lors d’une ronde nocturne en Seine-Saint-Denis, « Carnets de Route », A2, 3-1 (...)

39En centre-ville, la pratique nocturne d’appropriation de l’espace par des jeunes des périphéries est une démarche qui vise à provoquer une confrontation avec d’autres groupes sociaux. Pour lutter contre la pression sociale centrifuge qui résulte de cette confrontation, le groupe resserre ses liens de solidarité et s’ancre au sol, comme on joue à s’agripper à un rocher pour résister aux vagues. En périphérie, en revanche, la confrontation est rare : le degré de fréquentation nocturne de l’espace par des populations étrangères au quartier est nul. Le contrôle d’identité policier, quelques contacts entre bandes voisines, moins souvent rivales qu’on ne le croit, sont les seules occasions nocturnes de confrontation en périphérie. Or, si on ne peut parler d’appropriation de l’espace hors confrontation, encore faut-il que celle-ci soit assez intense pour qu’elle donne lieu à une démarche revendiquée. Pour que ce soit le cas en périphérie, il faut attendre que la confrontation jeunes/policiers tourne au rapport de force (périodes de tension, rodéos, émeutes) : « La cité, c’est le territoire des jeunes. Là, les policiers entrent chez les jeunes. Pour eux c’est une violation de domicile17. »

40Mais quand le soir est calme, et qu’il ne peut y avoir de confrontation faute de partenaire, la motivation première de l’appropriation de l’espace par le groupe disparaît. Le tag fait alors figure d’astucieux palliatif : issu de l’immémorial graffiti, il provoque une confrontation différée entre groupes ou individus, en même temps qu’il témoigne d’une appropriation de l’espace. D’autant plus intéressante est cette pratique, qu’elle peut facilement s’exporter vers d’autres quartiers, et que la nuit, propice aux manifestations clandestines, permet ainsi, grâce à un geste d’une seconde, d’imposer son nom pendant plusieurs jours à un espace et aux populations qui le pratiquent ou le possèdent..

41Une géographie du tag dans l’agglomération lyonnaise ne peut être entreprise ici. Notons tout de même qu’il convient de différencier deux formes de tags. La première concerne le tag par lequel on s’approprie son espace de vie, son quotidien, son quartier, ses arrêts de bus, ses stations de métro. C’est une signature jubilatoire, un clin d’œil affectif et narcissique, comme le Z de Zorro. La deuxième est le tag revendicatif et provocateur, qui s’approprie un espace ou un objet symbolique, central. L’identité du tagueur est une arme, un projectile. Le tag est l’impact de ce projectile sur le mur de l’institution, de l’argent, de la culture académique... Les espaces les plus propices sont souvent les plus fermés, les plus souterrains : galeries, traboules, passages couverts, stations de métro, espaces qui conviennent idéalement au goût du complot, de la subversion underground, de la résistance nocturne. Les deux formes de tags peuvent être illustrées respectivement à Paris et Lyon par ceux des stations du R.E.R. Nord ou des Pentes de la Croix-Rousse (première forme) ; et par les opérations commandos qu’ont subies les stations Louvre et Hôtel-de-Ville (aux noms évocateurs), ou le passage de l’Argue et le camion de l’Orchestre National de Lyon place Saint-Jean lors de la fête de la Musique 1990.

  • 18 Un tagueur de Chanteloup, « 52 sur la Une », TF1, 29-03-1991.

42Dans tous les cas, le tag confronte les populations concernées à l’identité de l’auteur, longtemps après le passage de celui-ci, et concrétise une démarche d’appropriation de l’espace. Témoin le nom d’un groupe de jeunes tagueurs de la région parisienne : Z.O.A., Zone d’Occupation Active, où l’on retrouve les concepts de base : espace, appropriation, pratique. Le spatial médiatise le social, et, dans les discours accompagnant la pratique, les deux domaines se confondent : « On est dans des oubliettes, on n’est pas reconnu. Alors le tag ça sert à montrer qu’on est là »18.

43Sur le terrain, en périphérie, le groupe non confronté se sent peu exister. C’est la nuit de l’ennui, de « la rouille », qui fait succéder, aux échecs diurnes du monde du travail, l’exclusion du loisir nocturne. La nécessité d’une sociabilité de soirée hors famille et la ségrégation pratiquée par les établissements de nuit, ainsi que les manques de moyens financiers et de modes de transport conduisent invariablement les jeunes des cités à occuper le seul espace dont ils disposent, le parking :

  • 19 Le Matin, 27-07-1981.

On se fait jeter des boîtes à cause de nos têtes. On n’a aucun endroit pour se retrouver. Chez nous on est huit dans un F4. Je peux quand même pas y passer mes soirées. Alors que faire ? Glander (...) rester des heures debout, anorak sur le dos, sous un lampadaire, au pied d’une tour silencieuse, en faisant passer un maigre joint19.

  • 20 Le Progrès, 13-07-1981.
  • 21 Id.

44L’établissement de nuit, la boîte rêvée dont on est exclu polarisent toutes les frustrations liées à l’envie et à l’impossibilité de consommer. Il n’est pas question d’ériger la ségrégation pratiquée par les établissements de nuit en cause des événements qu’ont connus certaines banlieues lyonnaises ; cependant, il convient de noter que cette exclusion, trop souvent jugée futile par ceux qui n’en font pas l’objet, influence profondément l’imaginaire des jeunes de banlieue et génère chez eux une douloureuse représentation du système social. Deux démarches en sont le fruit : le repli sur soi/sur son espace, « L’hiver on se retrouve dans les allées. Quand il fait beau on s’installe sur le parking. C’est le seul endroit qui nous appartient, c’est chez nous20 » ; et le coup de force, « Il est minuit, des jeunes reviennent de la Colline, une boîte où sont refusés les “bronzés”. Ils ont cassé les vitres et les revoilà sur le parking »21.

  • 22 Id.

45Privés de loisirs nocturnes, d’établissements à s’approprier où, comme les jeunes des autres classes, ils pourraient développer leurs pratiques culturelles et conviviales, ceux des cités de banlieue ne connaissent que l’animation du parking nocturne. Aux soirs d’émeute, seul moment où leurs discours sont médiatisés, les revendications suivantes sont récurrentes : « Eh vous, les journalistes, écrivez qu’on en a marre d’être traités de bougnoules, de moins-que-rien, de fainéants (...). On veut du boulot et pouvoir rentrer dans les boîtes de nuit »22.

46Lors des émeutes aux Minguettes, Vénissieux comptait 65 000 habitants, aucun établissement de nuit et une pizzéria ouverte en soirée à 6 km de la cité. Dans de telles conditions d’isolement social et spatial, le droit à la fête auquel les jeunes ne renoncent pas facilement ne peut prendre qu’une forme délictueuse. Le rodéo nocturne est, jusqu’à présent, le seul spectacle qui anime la nuit des cités de banlieue. Le rituel est toujours le même : appropriation d’un objet de culte, une puissante voiture du centre-ville, retour en banlieue, rodéo avec la police, lapidation des véhicules de police et feu de joie avec la voiture à court de pneus.

47Ce rituel nocturne est un spectacle offert par une vedette locale à son public, avec les accessoires du luxe et de la consommation, et la participation involontaire de policiers-faire-valoir (cf. Annexe 4).

  • 23 Lyon Libération, 30-09-1981.
  • 24 Id., 23-07-1981.
  • 25 Id.

Toute la cité est à ses fenêtres, par familles entières23. La plus belle nuit c’est quand les copains ont ramené une Porsche 924 toute neuve ! À 150 à l’heure, on faisait des dérapages contrôlés24 ! Au troisième passage (de la voiture volée), une roue arrière a éclaté, alors la jante a jeté des étincelles. De l’avis des connaisseurs, c’était beau mais un peu court25.

  • 26 Le Progrès, 5-09-1981.

48À nuit exceptionnelle, réactions exceptionnelles. Grâce à l’événement, rodéo ou émeute, la nuit des banlieues sort de l’ombre, se médiatise et fournit matière à représentations dramatiques. Systématiquement, la terminologie journalistique employée alors fait allusion au cinéma et à la télévision : « western », « série B », « triste feuilleton », « dessin animé », « festival de Cannes aux Minguettes », « Quand le film est fini à la télé, il continue dans la rue »26. Encore le spectacle, mais ici il renvoie non seulement à l’exceptionnelle animation de la périphérie, mais également à la fiction, qui permet d’appréhender la réalité de la banlieue, si éloignée socialement et spatialement du quotidien des classes moyennes que celles-ci semblent avoir besoin du label « vu à la télé » pour y croire.

49Par ailleurs, nuit et banlieue se complètent merveilleusement pour alimenter le goût du sordide et du terrible d’une part de l’opinion publique. Quand elle est sous-tendue par une volonté pamphlétaire, la production des représentations de l’espace et des événements intègre ce retentissement des objets nuit et banlieue, et l’identité de l’espace en est immédiatement affectée.

  • 27 Le Figaro, 23-11-1983.
  • 28 Le Quotidien de Paris, 8-06-1982.

50Le paysage est le premier support de la représentation idéologique : « Ce quartier dont la grisaille a été voulue par la municipalité communiste... »27, « Une colline hérissée de tours grises, les Minguettes »28. L’ambiance nocturne sert à transcrire l’anxiété, les tensions sociales, la peur. En 1982, Libération commente un reportage de FR3 :

  • 29 Lyon Libération, 15-01-1982.
  • 30 Lyon Matin, 16-01-1982.

(Les commerçants) craignent les bagarres, comme en témoigne une commerçante. Le tout s’enchaînant sur des images glauques de la nuit lyonnaise sur une petite musique triste29. Quant au sentiment d’insécurité, (les réalisateurs) l’ont exprimé en donnant (du quartier) des images inquiétantes d’ombre et de nuit30.

  • 31 Le Quotidien de Paris, 8-06-1982.
  • 32 Lyon Matin, 16-01-1982.

51Pour situer l’événement socialement, on le situe géographiquement : le quartier en ébullition est situé hors la ville : « Après être sorti de Lyon, une grande avenue bordée d’immeubles direction Vénissieux : à l’extérieur Sud de la ville, un peu à l’écart (...) les Minguettes31 » ; « (Des images) qui font ressembler les Minguettes aux fortifs des années 30 »32. Cette ressemblance n’est pas physique, ni même sociologique, elle est géographique et sociale, c’est celle de la marginalité. Le quartier en marge de la ville abrite des populations en marge du système social, qui s’approprient cet espace pour mieux s’y livrer à leurs activités coupables :

  • 33 Un adjoint au maire de Vaulx-en-Velin au Progrès, 9-10-1990.
  • 34 Le Figaro, 25-11-1983.

La vie est meilleure pour les délinquants quand ils sont maîtres chez eux. (L’émeute profite) aux dealers, aux voleurs, à tous ceux qui ont intérêt à ce que se perpétuent les conditions de leurs trafics et de leurs exactions33. Les policiers ne peuvent plus pénétrer aux Minguettes. Les responsables sont conscients du danger que représente une population incontrôlée, les repris de justice et les malfaiteurs de tous bords profitent de la situation. Les honnêtes gens sont terrorisés34.

52Le manichéisme ne peut pas être absent de ces représentations, mettant en scène un affrontement, la nuit. Tous les éléments sont rassemblés pour que le mythe de l’antagonisme Bien/Mal donne lieu à de spectaculaires effusions dans l’enfer périphérique. Ces représentations ont le mérite de situer clairement, et idéologiquement, où est le Bien, où est le Mal. La périphérie n’est plus perçue qu’au travers de l’événement représenté, c’est-à-dire comme un champ de bataille.

  • 35 Le Point, 15-10-1990.
  • 36 Paris-Match, 15-10-1990.
  • 37 Le Figaro, 9-10-1990.
  • 38 Un représentant du Front national à Vaulx-en-Velin, Lyon Libération, 10-10-1990.

(Le) jet de grenade lacrymogène (fut) pendant quatre nuits l’unité de mesure de Vaulx-en-Velin35. La guérilla urbaine menace les cités-dortoirs (...) la banlieue à feu et à sang36. La mise à feu et à sang de Vaulx-en-Velin soulève bien des questions37. Les émeutiers manœuvrent en escouades organisées contre les policiers. Nous appelons les Vaudais à la résistance française38.

  • 39 Un jeune de Vénissieux à Lyon Libération, 30-09-1981.

53Mêmes références guerrières chez les émeutiers : « Les CRS ratissent ici tous les soirs en état d’ébriété comme pendant la guerre d’Algérie39. »

54Le feu vient compléter le paysage infernal de la périphérie. Côté émeute, le feu de joie conclut spectaculairement l’appropriation et la destruction des objets de la consommation, voitures et commerces. Côté répression, il figure la subversion en marche, la précarité du système social.

  • 40 Le Figaro, 23-11-1983.
  • 41 Lyon Libération, 23-07-1981.

Chaque étincelle reste propice à une explosion, comme le prouve la nouvelle flambée de violence qui vient de déferler sur ce quartier40. Les flammes font à nouveau la lumière sur des phénomènes sociaux propres aux grands ensembles41.

  • 42 Le Quotidien de Paris, 8-06-1982.

55Exceptionnellement, il peut servir, comme dans la logique des émeutiers, à exorciser, à s’approprier et à détruire l’objet haï : « Faut-il brûler les Minguettes42 ? »

56Sans minimiser la gravité des émeutes, il convient de noter que les représentations qui en sont faites sont toujours dramatisées. La nuit n’est pas étrangère à ce phénomène. Les affrontements les plus violents sont, pour la plupart, nocturnes, et le moindre incendie prend dans la nuit les proportions d’un spectacle d’apocalypse. L’espace, comme les acteurs de l’événement, perdent dans les représentations une part de réalité compensée par une dimension nouvelle, d’ordre symbolique. Plus que de jour, les représentations de la ville la nuit font la part belle à la mythologie et au fantasme. Dans le cas de la nuit d’émeute en périphérie, rare occasion de production de représentations des banlieues par les médias, l’identité de l’espace et de ses populations en est d’autant plus profondément affectée, et renvoie à des images infernales que ne viennent pas contrebalancer les représentations moins dramatiques. En ce sens, les mythes nocturnes pèsent d’un poids particulier sur la perception des phénomènes sociaux et spatiaux périphériques. Trop souvent infernalisée, en particulier pour des raisons idéologiques, jamais idéalisée, l’identité nocturne des banlieues populaires paye un lourd tribut à la part du mythe dans les représentations de la nuit urbaine.

Notes

1 Rue de la République.

2 Lyon Soir, 23-06-1983.

3 Tout Lyon, 28-07-1983.

4 Un conseiller municipal au Journal, 12-06-1986.

5 La Croix, 20-11-1981.

6 Rémi Burnichon « La rue de la Ré en quelques maux », Lyon Matin, 25-01-1984.

7 Lyon Libération.

8 Le maire du 2e arrondissement au conseil municipal, le 20-06-1983.

9 Le même à Lyon Figaro, 9-05-1988.

10 Un conseiller municipal au Journal le 12-06-1986.

11 A. Mure, op. cit., p. 50.

12 Vivre à Lyon, 02-1988.

13 Lyon Matin, 25-01-1984.

14 Lyon Libération, 12-01-1988.

15 Id.

16 Vivre à Lyon, 02-1988.

17 Un policier en civil lors d’une ronde nocturne en Seine-Saint-Denis, « Carnets de Route », A2, 3-12-1990.

18 Un tagueur de Chanteloup, « 52 sur la Une », TF1, 29-03-1991.

19 Le Matin, 27-07-1981.

20 Le Progrès, 13-07-1981.

21 Id.

22 Id.

23 Lyon Libération, 30-09-1981.

24 Id., 23-07-1981.

25 Id.

26 Le Progrès, 5-09-1981.

27 Le Figaro, 23-11-1983.

28 Le Quotidien de Paris, 8-06-1982.

29 Lyon Libération, 15-01-1982.

30 Lyon Matin, 16-01-1982.

31 Le Quotidien de Paris, 8-06-1982.

32 Lyon Matin, 16-01-1982.

33 Un adjoint au maire de Vaulx-en-Velin au Progrès, 9-10-1990.

34 Le Figaro, 25-11-1983.

35 Le Point, 15-10-1990.

36 Paris-Match, 15-10-1990.

37 Le Figaro, 9-10-1990.

38 Un représentant du Front national à Vaulx-en-Velin, Lyon Libération, 10-10-1990.

39 Un jeune de Vénissieux à Lyon Libération, 30-09-1981.

40 Le Figaro, 23-11-1983.

41 Lyon Libération, 23-07-1981.

42 Le Quotidien de Paris, 8-06-1982.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search