Version classiqueVersion mobile

Lyon la nuit

 | 
Jean-Michel Deleuil

Deuxième partie : Espaces, populations et pratiques nocturnes

Chapitre II. Pratiques et fréquentations de loisir nocturnes en établissements

Texte intégral

I – Rythmes des fréquentations nocturnes

1Dans l’état actuel de la recherche sur Lyon la nuit, aucune littérature ne permet la moindre affirmation catégorique en matière de fréquentation générale des lieux nocturnes de la ville. Les discours des usagers et des professionnels nous serviront donc de fil d’Ariane. Non qu’ils apportent point par point tel élément fiable et définitif, bien que le cas puisse se présenter, mais leur compilation et leur synthèse font apparaître des thèmes récurrents certainement révélateurs des modes de fréquentation des établissements de nuit lyonnais.

2En premier lieu, la distinction entre fréquentation de semaine et fréquentation de week-end s’impose, sur le mode suivant : « Lundi, mardi, mercredi, c’est le désert, jeudi ça commence, vendredi et samedi c’est plein » (J.-Louis) ; « Lundi, mardi, mercredi c’est mort mort mort. Ca commence à bouger le jeudi, le vendredi ça va à peu près, le samedi c’est plein, le dimanche, c’est terminé » (Michaël).

3Une typologie des populations nocturnes rapportée aux jours de la semaine paraît hasardeuse mais, vraisemblablement, celles de la semaine sont en moyenne plus âgées et plus aisées que celles du week-end.

On passe du désert en début de semaine à une saturation vendredi-samedi, mais ce ne sont pas les mêmes gens. Les patrons préfèrent la clientèle de début de semaine, plus intéressante que celle du week-end, même si elle est plus rare, elle dépense plus d’argent (J.Louis). Il y a 300-400 personnes qui se retrouvent du mardi au vendredi. Le samedi, c’est pas les mêmes clients. Le noyau qui sort en semaine ne sort pas le samedi soir (Régis).

4En conséquence, les établissements adaptent leurs heures et jours d’ouverture aux clientèles qu’ils ciblent. Le Factory fonctionne ainsi : « Nous sommes ouverts au public vendredi, samedi et veilles de fêtes. En semaine nous faisons des soirées privées pour les entreprises » (Kamel). Quant au Drungly, comme toutes les boîtes à grande surface périphériques, il accueille des clientèles peu consommatrices. Ici, le chiffre d’affaires dépend davantage du nombre d’entrées. Il ne peut donc rentabiliser son espace 7 jours sur 7 : « Nous sommes forcément une boîte de week-end. N’ayant pas la possibilité de moduler la salle, et situés en périphérie, on ne peut pas espérer avoir assez de monde en semaine » (Michaël).

5Les discothèques de week-end, en majorité périphériques, se spécialisent dans l’accueil des 17-23 ans et, le cas échéant, s’adjoignent un « club » pour attirer les 25-40 ans des classes moyennes et populaires. Les clientèles d’âge mûr des classes aisées fréquentent plutôt les débits de boissons du centre-ville. Les populations nocturnes de la semaine et celles du week-end ne se mélangent donc qu’exceptionnellement puisque leurs pratiques sont à la fois séparées dans le temps (jours différents), et dans l’espace (établissements différents).

6Autre facteur conditionnant les fréquentations, l’heure de fermeture des établissements dépend des autorisations de fermeture tardive. Nous avons vu l’impact de ces autorisations préfectorales sur les localisations d’établissements, l’animation des quartiers et l’identité de la ville, mais il reste à mesurer leur influence sur les pratiques nocturnes. Rappelons que l’heure de fermeture légale des débits de boissons est fixée dans tout le département à 1 h, depuis l’arrêté préfectoral du 21-12-1953. En 40 ans, les modes de vie ont quelque peu évolué, en particulier les pratiques nocturnes. Pierre-Yves, fort de ses 25 ans de métier, se souvient et commente :

En 1970, on ouvrait à 21 h. À 20 h 30, les gens faisaient la queue devant la porte, et à 1 h du matin c’était fini. À cette époque, c’était l’éclosion des discothèques, les gens étaient surtout habitués aux bals, de 20 h à 1 h. Au début, les gens ont conservé cette habitude. C’était très spontané, cette envie de danser, de fête. Petit à petit, le phénomène de nouveauté s’est émoussé et une érosion a commencé à se faire. La sortie en boîte est devenue une habitude, et les gens ont commencé à dire : « On va attendre qu’il y ait un peu de monde ». Aujourd’hui, on ouvre à 22 h, les premiers clients arrivent à 22 h 30, et le gros de la clientèle vers 23 h 30-1 h. Parce que nous sommes une boîte pour les 18-23 ans. Pour les plus vieux, c’est vide avant 1 h. Les gens ont décalé leur heure d’arrivée en disant : « On ne va pas arriver les premiers ».

7En augmentant leur surface d’accueil dans des proportions parfois démesurées, les discothèques sont en partie responsables de ce phénomène d’arrivée à retardement : « Il faut un minimum de promiscuité pour espérer que les gens viennent chercher un peu de contact humain » (Pierre-Yves) ; c’est-à-dire une concentration critique, plus longue à obtenir sur une grande surface, ce qui amène les clientèles, par un effet en retour positif, à fréquenter les établissements de nuit plus tardivement, donc à retarder encore l’effet de concentration.

8Ce phénomène est un aspect parmi d’autres d’une lente évolution des pratiques nocturnes qu’on n’a cessé de retarder depuis 40 ans, conséquence de l’évolution des modes de vie, de l’organisation du travail et du loisir, des transports, des localisations d’activités et d’établissements. Les horaires des fréquentations ont évolué vers le plus tard, ce qui entraîne un manque à gagner pour les discothèques en début de soirée ; mais l’heure de fermeture légale est restée inchangée. Désormais elle ampute de tranches horaires importantes l’activité de certains établissements ne bénéficiant pas d’autorisations de fermeture tardive. « Nous faisons notre chiffre d’affaires à partir de 11 h, et à 1 h il faut fermer. C’est dur de mettre les gens à la porte, de les voir discuter pour savoir où ils vont pouvoir continuer la nuit » (Sylvie).

9Ce ne sont pas les clients potentiels qui manquent à la nuit lyonnaise. L’animation nocturne de la ville souffre surtout d’une inadaptation des autorisations de fermeture tardive aux fréquentations des établissements de nuit. La soirée-type de Zouzou n’est pas exceptionnelle, loin de là :

Rendez-vous chez les uns ou chez les autres, on se prépare, on boit un coup, on papote... Le temps de sortir on arrive souvent quand ça ferme. Alors on essaie de trouver autre chose et en cas d’échec, on se replie chez quelqu’un. À partir de minuit 30, les portes commencent à se fermer.

10Restent alors ouverts deux types d’établissements : bars de nuit, pubs et restaurants pour clients mûrs et aisés, ou discothèques diverses ; choix restreints, qui laissent sans possibilité de loisir nocturne en établissement les jeunes qui ne sont pas attirés par les prestations des discothèques ou qui n’ont pas accès aux derniers établissements ouverts, pour des raisons financières ou pour délit de sale gueule. « A la Croix-Rousse, à 1 h, y’a plus rien. T’es obligé d’aller en boîte et pour nous c’est impossible » (Malek).

11Dans l’état actuel des choses, la fermeture obligatoire à 1 h réduit après cette heure les choix de fréquentation des établissements de nuit et des quartiers, ainsi que la diversité des ambiances et des activités de loisir. Reste à danser et/ou boire. Exit la scène locale, les concours de nouvelles de l’Atmosphères, les spectacles, les concerts, les performances et les manifestations sans prétention. À ce titre, l’exemple du Glob est intéressant. Lors de son ouverture, en octobre 1988, les responsables adoptent pour leur établissement un statut hybride : SARL jusqu’à 1 h, il contourne l’obligation de fermeture en se transformant alors en club privé. En mai 1990, un contrôle de police révèle que tous les clients ne possèdent pas de carte de membre, obligatoire après 1 h. L’établissement est fermé pour 6 mois. En novembre 1990, le Glob ouvre à nouveau, et ferme à 1 h, l’heure à laquelle arrive ses habitués. Il faudra une grève de la faim retentissante, une campagne de presse nationale et les pressions du ministère de la Culture sur la préfecture pour que le Glob obtienne l’autorisation de fermer à 5 h. Par-delà l’anecdote, le discours de F. Bresse, coresponsable du Glob, montre que l’adaptation des horaires aux fréquentations tardives des établissements, en particulier de ceux qui promeuvent la scène, est un enjeu autant politique qu’économique :

  • 1 « Rock à Lyon », reportage de T.L.M., 3-04-1991.

Lyon était la capitale du rock en France. Aujourd’hui, nous manquons de salles et surtout d’autorisations pour rester ouverts. Le public rock sort la nuit, pas à 8 h du soir. Si les lieux recevant certains types de spectacles disent à l’artiste qui s’est déplacé, qui vient peut-être d’Angleterre, « Arrêtez de jouer, parce qu’il faut que tout le monde aille se coucher », je pense que Lyon ne pourra pas prétendre à l’image qu’elle revendique au sein de l’Europe1.

12Cet argument n’est pas rare dans les milieux nocturnes, et même s’il est employé pour défendre les intérêts de certains professionnels, il faut bien reconnaître qu’il ne manque pas de pertinence : la diversité et la spécificité locale des établissements de nuit confèrent à la ville une dimension qui confirme ou non ses prétentions internationales diurnes, nous aurons l’occasion d’y revenir.

13« Quiétude et sécurité d’abord » objectent les services préfectoraux. Il n’est pas question de minimiser les nuisances qu’entraînent pour le voisinage les sorties de boîtes de nuit. Comme nous l’avons vu précédemment, elles posent de réels problèmes, mais, bien que ça puisse paraître paradoxal, une fermeture précoce de l’établissement, loin de les réduire, peut les engendrer :

À 3 h, 90 % du chiffre d’affaires est fait. Donc, si nous demandons un droit au travail jusqu’à 5 h, c’est pour faire plaisir aux gens, pour ne pas à avoir à les mettre à la porte. Pour vider une boîte comme le Factory, il faut une demi-heure. Et évacuer 500 personnes qui ont envie de danser, à 3 h du matin, ça fait du bruit. Il vaut mieux les laisser partir en petite quantité (Kamel).

14Quant à ce qui est de la sécurité, et en particulier des accidents de la route provoqués par des personnes sortant de boîte de nuit, l’expérience faite dans le département des Landes montre que le nombre de ces accidents est inversement proportionnel à l’heure de fermeture :

  • 2 Le Président de la FEDD (fédération des exploitants de discothèques et de dancings), à Ciel mon Mar (...)

Durant 4 ans, nous avons retardé petit à petit la fermeture des discothèques. Simultanément, le nombre des accidents a diminué. Quand nous fermions tôt, un grand nombre de véhicules étaient lâchés sur la route. Les jeunes étaient déçus de ne pas pouvoir s’amuser plus longtemps. Ils étaient excités, et la fermeture des établissements ne les empêchaient pas de consommer de l’alcool puisqu’ils buvaient leurs propres bouteilles, dans les voitures, dans la campagne, n’importe où. Ils buvaient donc beaucoup plus qu’en boîte, où l’alcool est cher et rationné. Les résultats ont été dramatiques. Par contre, on s’est aperçu que lorsque les discothèques ferment au petit matin, les départs sont plus étalés et les exploitants contrôlent plus facilement que les personnes éméchées ont dessoulé. Dans certains cas, les patrons offraient un petit déjeuner solide. Le nombre des accidents a diminué de façon considérable2.

II – Trajectoires et réseaux de fréquentations

15Boîtes de nuit et débits de boissons ne sont pas fréquentés selon les mêmes modalités. La soirée-discothèque donne lieu à la fréquentation d’un petit nombre d’établissements, un voire deux. Si l’on ne se rend pas directement à la discothèque, où l’on finit généralement la nuit, on peut boire un verre quelque part, mais cette consommation concerne rarement plus d’un établissement. En revanche, la soirée-bar ou pub peut couramment amener à fréquenter de trois à cinq établissements, parfois plus. Au sortir du débit de boissons, contrairement au cas de la discothèque, rien n’est prévu. La tentation d’un dernier verre, le souvenir d’une bonne adresse, peuvent toujours amener à fréquenter un établissement supplémentaire. On peut d’ailleurs corréler ce genre de pratique à la fréquence des sorties nocturnes, dans la mesure où la fréquentation de plusieurs établissements dans la même nuit est le fait de personnes ayant des pratiques nocturnes régulières, même si l’inverse n’est pas vrai, puisqu’une pratique peut être très fréquente mais ne concerner qu’un établissement.

16Ce sont les personnes à pratiques fréquentes/établissements multiples que l’on pourrait appeler noctambules. Mais ce mot n’appartient pas au monde de la nuit, et n’est pas revendiqué, ou très rarement, par les populations nocturnes. C’est avant tout une facilité du langage diurne pour qualifier des individus ou des groupes d’origines sociales très diverses, j’éviterai donc de l’employer. Cependant les pratiques de ces populations sont les plus intéressantes. En effet, la fréquentation d’un établissement unique, telle discothèque le samedi soir, telle salle de spectacle, tel restaurant en famille, tel pub entre relations, ne peut donner lieu qu’à une étude restreinte sur l’attractivité des établissements et des quartiers, alors que la fréquentation d’établissements multiples se révèle, pour la géographie de la nuit urbaine, bien plus riche. Elle peut être en effet rapprochée d’autres pratiques couplées qui, en s’inscrivant dans l’espace, privilégient certains circuits.

17Ces trajectoires ne sont pas aléatoires. Elles résultent de décisions et d’habitudes individuelles ou de rituels collectifs, comme la sortie spectacle/consommation : au Ciné-Théâtre du Vieux-Lyon,

... après le spectacle, on va manger à la Mâchonnerie avec les habitués et les acteurs, depuis plus de six ans (Sandra) ; du Théâtre des Ateliers, « beaucoup de gens qui sortent vont au Bistrot de Lyon » (Paul). On va au Théâtre pour aller au resto après ; c’est très Célestins. La sortie TNP, c’est plutôt « on va prendre un pot après ». Pour les Célestins, c’est la femme de tel couple qui téléphone aux copains pour leur dire : « On va voir Fanny Ardant et après on va au restaurant ». Ça se fait beaucoup chez les jeunes bourgeois lyonnais. Après la pièce, on va chez Jean-François, le resto à côté, ou rue Mercière, pas loin (Patricia).

18Les fréquentations individuelles répètent également certains parcours, que chacun organise de façon à trouver l’ambiance qu’il faut au bon moment, si possible à proximité :

Quand je sors, je vais au Broadway et après à la Petite Taverne (Tony). Le début de soirée, c’est le Bottleneck ou le Dizzy, après c’est Les Louffiats, l’Éphénéon ou l’Atmosphères, et puis le Palace Mobile, parce qu’y a que ça pour écouter du rock à 4 h du matin (Christophe). (Dans le Vieux-Lyon), je laisse ma voiture au parking, je choisis un bar, et je change quand j’en ai marre. Ca fait marcher, ça permet de distiller avant de rentrer autre part (Jean).

19Quand les établissements sont fréquentés successivement, ils forment dans l’espace des réseaux qui s’entrecroisent assez peu d’une population nocturne à une autre, déterminés qu’ils sont par les goûts et les moyens de chacune, la proximité des établissements et leur heure de fermeture. Les discours révèlent la prééminence de deux réseaux, respectivement inscrits dans les quartiers nocturnes de Lyon : le réseau des quartiers investis (établissements du Vieux-Lyon et du quartier Mercière) : « Le Pub Danois en début de soirée. En ce moment les établissements branchés, c’est Mercière et Quai de Saône, le Café de la Mairie, le 42, le Mercière, le Cicéron, le Bistrot » (Régis) ; « Le Solas, le Quartier Latin, le Flamenco, Quai Pierre-Scize, ça bouge » (Jean-Louis) ; et celui du quartier spontané (établissements des Pentes de la Croix-Rousse) : « Palace Mobile, Blue Banana, le Dizzy, le Cocon d’Or, le Bleu Nuit, le Bar du Conservatoire » (Zouzou) ; « L’Atmo, c’est le cœur de la nuit du quartier. De là, tu sais si tu peux aller à droite, ou à gauche, si y’a quelque chose à faire au Nombril du Monde, ou au Théâtre d’Ubu, ou au Public Café des rockers » (Malek).

20De ces fréquentations d’établissements en forme de réseaux spatiaux naissent des sociabilités d’habitués, des réseaux sociaux :

Je débarque à l’Éphénéon. Y’a 50 personnes. J’en connais bien 2, assez bien 10, j’en ai déjà vu 25, et les autres je risque de les revoir. Bon, c’est le circuit, c’est normal qu’ils soient dedans. Tu fais la fermeture des Louffiats, et puis tu vas au Palace Mobile et tu retrouves les gens qui étaient aux Louffiats. Des fois, sans se connaître, on part en même temps d’un endroit, on fait le même trajet dans la rue, et on se retrouve dans un autre endroit au même moment (Christophe). À force de fréquenter les mêmes endroits, on reconnaît des gens avec lesquels on passe des moments sympas, des habitués qu’on sait où retrouver (Zouzou).

21Mais attention, quand deux réseaux spatiaux ne se chevauchent pas, ce qui est le cas le plus fréquent, mieux vaut éviter de mettre en contact les populations qui les fréquentent. Si aucun établissement n’est commun aux réseaux spatiaux, il risque d’y avoir incompatibilité d’humeur entre les réseaux sociaux. Christophe, qui fréquente selon les nuits des réseaux différents, prend garde de ne pas se mélanger les circuits : « Si je sors de l’Atmo (Croix-Rousse) à 1 h du matin, pas question que j’emmène des gens à l’Alibi (Saint-Jean) ».

22Dans le temps et dans l’espace, ces réseaux de fréquentations sont évolutifs. Mois après mois, ils se renouvellent, incluent de nouveaux établissements et en délaissent d’autres, mais évoluent séparément. Pour illustrer cette dynamique, Christophe rend mobiles, dans ses propos, les clients et les débits de boissons : « Les gens ont tendance à se déplacer, les bars aussi. Si tu cherches l’étincelle, il faut les suivre. » Dans chaque réseau, un petit nombre d’individus influence les pratiques collectives en renouvelant avant les autres leurs trajectoires nocturnes. « Ca marche aux mots d’ordre. Du jour au lendemain, quelques uns décident “non, là c’est dépassé”. C’est les branchés, qui fonctionnent à la mode » (Pierre-Louis).

Un noyau de leaders draine les autres, les gens qui vont bouger les premiers. C’est souvent des groupes de jeunes, qui attirent, qui font changer les établissements (au sein des réseaux). Y’a des clans, le team des scooters, le team des V-Max. Ils se regroupent à des endroits très précis et ils attirent du monde. Avant c’était la Façade, et puis ils sont allés chez Billy, et maintenant ils sont au Gallery’s (Régis).

23Ce phénomène de fréquentation par imitation n’est pas récent. Déjà, dans les années 60, « la Grange au Bouc a eu du succès parce que le patron a réussi à y amener des personalités lyonnaises »(Jacky). Aujourd’hui, les patrons les plus ambitieux, des quartiers investis en particulier, misent sur ce phénomène pour augmenter en quantité les populations nocturnes de Lyon, unanimement jugées trop peu nombreuses au regard de la taille de l’agglomération, et surtout en qualité, c’est-à-dire inciter les 30-50 ans des classes aisées à augmenter leurs pratiques et leur consommation nocturnes. Deux types de clients-locomotives intéressent ces professionnels : les vedettes nationales de l’art, du show-biz, etc., et les représentants des classes supérieures et des élites lyonnaises.

  • 3 Lyon-Poche, no 1821, 2-10-1991.
  • 4 Id., no 1752, 7-11-1990.

24La fréquentation des artistes, acteurs, et personnalités médiatiques ne laisse pas à désirer : dîners et réceptions d’après-spectacle au Bistrot de Lyon, tournées promotionnelles d’acteurs pour la sortie d’un film, de chanteurs pour leur dernier disque, il n’est pas une semaine sans que Lyon-Poche ne révèle, photo à l’appui, que « Didier Barbelivien a chanté son dernier tube au César Palace »3, ou que « le Comœdia recevait hier soir Michel Duchaussoy4 » ; le passage de Yannick Noah aux Enfants Terribles a sans doute mieux promu l’établissement, et à moindre coût, qu’une campagne publicitaire classique.

  • 5 J. Boncommand, « Le corps et l’âme de la ville », Chronique sociale de France Cahier 3-4, Paris, 15 (...)

25En revanche, les professionnels de la nuit sont moins enthousiastes en ce qui concerne les fréquentations nocturnes des personnalités politiques et économiques lyonnaises. Si ces pratiques étaient régulières et correctement médiatisées, elles entraîneraient dans leur sillage une augmentation conséquente des fréquentations nocturnes des classes moyennes d’âge mûr, en améliorant l’image de marque des milieux nocturnes que les scandales passés ont mise à mal pour longtemps. Malheureusement, il n’est pas dans les traditions de la bourgeoisie lyonnaise de s’exhiber sur les pistes des dancings. En 1958, J. Boncommand faisait l’apologie du restaurant lyonnais et concluait : « Si ce n’est pas là amuse-gueule mais amusement (le restaurant), je consens à boire des cocktails au relent de benzol, affublé d’un bonnet en papier comme les pauvres diables qui s’égaient laborieusement dans les boîtes de nuit5. » De l’avis général, la situation n’a guère évolué : « Dans les classes aisées, on ne veut pas se montrer en train de faire la fête, de sortir le soir » (Michaël). « Ils ont une main sur le visage et se demandent “Est-ce qu’on va me voir ? Si je délire, je vais passer pour ce que je ne suis pas dans ma bonne ville de Lyon” » (Kamel).

Lyon est menée par des autorités bourgeoises qui fréquentent beaucoup plus les restaurants que le délire nocturne. Lyon est la ville du bien-manger, pas du bien-baiser ou du bien-délirer. On va au resto, et une fois la panse pleine, au dodo (Pierre-Yves).

26Conséquence de cette tradition, la restauration lyonnaise jouit d’une notoriété imméritée, alors que le loisir nocturne ne fait que reproduire des modèles extérieurs. Seul le quartier spontané de la Croix-Rousse offre des exemples d’établissements de nuit que l’on pourrait qualifier de spécifiquement lyonnais, établissements créatifs mais marginaux que ne fréquenteront jamais les élites locales. Pour séduire celles-ci, les professionnels doivent s’inspirer d’expériences étrangères : « Au Bistrot de Lyon, l’optique du patron a été d’être parisien. C’était une carte à jouer. Il manquait un établissement d’une certaine classe, où il y ait une ambiance » (Paul). « Le Florian de la rue de la Baleine imite celui de Venise, avec les fresques, mais c’est très décevant » (Pierre-Louis). De la même façon, le Palladium était inspiré du Palace, et le Truc(k) de la Locomotive de Paris, laquelle en était l’actionnaire principal. Les politiques eux-mêmes, malgré l’échec du Palladium et du Truc(k), espèrent attirer à Lyon « une grande signature de la nuit, comme un Crazy-Horse, Régine ou Castel » (R. Chandelon), qui pourra accueillir les pratiques nocturnes des élites européennes. Un tel investissement serait un aveu supplémentaire de l’indifférence des élites lyonnaises pour le loisir nocturne : un établissement conçu et géré en référence aux nuits parisiennes, recevant des clients importants pour la ville, mais étrangers à la ville.

III – Fréquentations spatiales et pratiques sociales

  • 6 P. Mérindol, Lyon, le sang et l’argent, éd. A. Moreau, Paris, 1978, pp. 89-91.
  • 7 Id., p. 95.
  • 8 A. Mure, Rue du Parfait Silence, La Table Ronde, Paris, 1991, p. 248.

27Quand la pratique nocturne est fréquente, mais qu’elle ne concerne qu’un établissement, ou un réseau d’établissements hiérarchisés autour d’un pôle emblématique, cet établissement devient le lieu de rencontre d’un réseau social, d’un groupe. La chose est évidente dans le cas de débits de boissons spécialisés dans l’accueil de communautés ethniques, ou homosexuelles, mais elle concerne également des établissements non officiellement spécialisés. Lieu de sociabilité où se resserrent les liens de solidarité, où circulent les informations, où se décident les stratégies, l’établissement de nuit offre au groupe l’occasion de multiplier les relations en son sein, de s’organiser, parfois de se hiérarchiser autour d’un leader. Dans les années 1950, « la Belle Cordière se transformait (en soirée) en bureau de recrutement (pour l’UPR). (...) Les militants qui se recrutaient dans la bonne bourgeoisie étaient invités à apporter là leur soutien »6. En 1978, « le Bar Américain de la rue de l’Arbre-Sec connaît beaucoup d’agitation les soirs de conseil municipal. C’est là que se retrouve le clan Béraudier »7. Aujourd’hui, « le Cintra est devenu le QG de Bernard Sarroca, chef de cabinet de Michel Noir »8.

28Quand le débit de boissons est pratiqué comme un lieu stratégique, il suscite les curiosités. Selon que l’on appartienne ou non au groupe qui s’y retrouve, c’est là qu’on va s’informer, ou espionner :

(À la Croix-Rousse), certains établissements n’ont jamais eu de problèmes, et n’obtiennent pas d’autorisation (de fermeture tardive). À peine installé, le D... en a eu une jusqu’à 5 h. Parce qu’un des associés est un ancien policier et qu’il renseigne la préfecture. Soit tu joues le jeu de la police et t’es tranquille, soit tu refuses parce que c’est pas ton boulot, et on va te dire : « Désolé, un voisin a porté plainte, pas d’autorisation » (Sylvie). Le D... est un bar d’indics. Ils indiquent les passages, les groupes. Le boulot d’indic, c’est connaître un maximum de gens et faire des recoupements entre les réseaux qui existent. Dans les bars comme ça t’es aux premières loges (Emma).

29Pour éviter toute publicité malencontreuse, les représentants des classes supérieures ont la possibilité d’échapper à une promiscuité dangereuse en fréquentant des établissements adéquats :

  • 9 Id., p. 140.

Après avoir été le théâtre de conciliabules politiques discrets, sinon secrets, les salons de la Mère Brazier servent à traiter d’importants marchés. Il est difficile à Lyon de trouver un restaurant où l’on peut discuter sans être entendu des tables voisines, et ces petits salons, quelle ressource9 !

  • 10 Id., p. 304 et 314.

30Ces pratiques, bien que minoritaires, illustrent en quoi la fréquentation d’un établissement de nuit permet la fréquentation d’un milieu social homogène. Les pratiques peuvent même être ritualisées, et, de loisir, se transformer en obligation de classe. Elles concernent alors les établissements « qu’il faut » fréquenter : « Les jeunes bourgeois du 6e arrondissement vont à l’Actuel parce que dans leur milieu, il faut aller à l’Actuel » (Fred). Dans la fiction d’A. Mure, on peut lire, à propos de la soirée de la Chandeleur qui voit des invités prestigieux faire sauter des crêpes avec un louis d’or dans la main « pour avoir du bonheur toute l’année » : « La soirée des crêpes au Sofitel (...) N’oubliez pas, il faut être là » ; « Il y avait ce témoignage sous-jacent de connivence, d’être heureux de se retrouver, de faire parti du même monde10. »

  • 11 P, Mérindol, op. cit., p. 115.

31Appartenir à certains groupes sociaux, c’est partager leurs pratiques nocturnes. Pour ceux qui en sont en marge, participer aux mêmes fréquentations de nuit permet de s’intégrer au groupe éphémèrement et de rêver de promotion sociale : « J. Augé (ancien parrain lyonnais) ne détonnait pas dans une clientèle de commerçants et d’industriels. Discret et silencieux au bout du bar, il pouvait imaginer qu’il était devenu un notable11. »

32À Lyon peut être plus qu’ailleurs, la reproduction des pratiques nocturnes traditionnelles de la bourgeoisie locale, les échanges de bons procédés et l’entretien des relations mondaines privilégient la fréquentation des théâtres, en particulier celui des Célestins.

J’ai une petite prédilection pour les Célestins et les Ateliers. J’ai de très bons rapports avec Lucet et Chevassieux (les directeurs respectifs). Je leur ai souvent rendu des services durant mes activités à la municipalité, alors ils m’invitent souvent. Avec ma femme nous avons beaucoup fréquenté le théâtre Tête-d’Or parce que j’avais rendu des services à Germaine Bœuf qui m’invitait. (Aux Célestins) nous allons à presque tous les spectacles. Je téléphone à Françoise Ray pour savoir s’il y a des places pour tel ou tel soir. On rencontre quelques fois des amis mais ce sont des coïncidences. C’est même rare qu’il n’y ait personne que je connaisse dans le public. Une fois je me suis retrouvé à côté de Michel Noir, une autre fois avec une conseillère d’arrondissement. Et puis il y a les milieux de l’enseignement, de la politique, de l’architecture, de l’urbanisme... mais c’est le hasard (Paul).

  • 12 R. de Fragny, op. cit., p. 26.
  • 13 « Un revenant », film de Christian-Jacques, 1940.

33Tous les moments de la vie bourgeoise peuvent justifier la fréquentation des Célestins : l’initiation et l’adoubement : « Si tu as une très chère amie, conduis-la à un de ces spectacles, elle sera enchantée si elle est cultivée12 » ; le mariage, la fusion de lignages : « Tu rencontreras ta fiancée après-demain au théâtre des Célestins, où tes futurs beaux-parents ont loué (...) deux loges à cette intention13 » ; l’âge mûr : « C’est la sortie où l’on s’habille, par respect pour ce théâtre et pour son public. Il faut s’intégrer à ce milieu. On a envie de penser à dans dix ans. La génération des 35-40 ans est le produit de la précédente et elle prépare la suivante » (Patricia) ; lieu emblématique des conventions de la bourgeoisie lyonnaise, c’est au Théâtre des Célestins que le jeune héros de Christian-Jacques, rebelle à sa classe et refusant le mariage que lui impose son père, se suicide un soir de première en se jetant sur la scène du haut des cintres.

34Par la fréquentation de cet équipement culturel, les membres de la caste entretiennent des relations de sociabilité indispensables à sa cohésion. Mais quand, dans les périodes troubles, l’ordre social est en péril, c’est une cohésion interclassiste que la Culture et son théâtre doivent conserver. Ainsi, en 1941, il fallait :

  • 14 R. de Fragny, op. cit., p. 89.

... d’abord réconforter les plus malheureux (c’est-à-dire) organiser des spectacles pour les classes laborieuses. Non pas « faire de l’art populaire » ce qui péjorativement frôle la médiocrité, mais des manifestations de qualité, les mêmes que celles offertes à une prétendue élite. Pour la mise sur pied d’un tel projet, il me fut nécessaire de créer l’association « Art et Théâtre pour tous ». Des industriels, des banquiers se montrèrent généreux. (...) En sorte que l’on vient de présenter Carmen gratuitement devant douze cents métallos heureux et un peu intimidés pour la plupart de s’asseoir pour la première fois dans ces fauteuils rouges et une salle aux lambris d’or (les Célestins)14.

35Cette démarche procède de la même logique que les précédentes : par la fréquentation du même lieu, on appartient au même monde, lequel n’est plus limité ici à une classe sociale. Le message est clair : industriels et métallurgistes appartiennent au même monde, la France en crise, où les classes sont plus que jamais solidaires et proches les unes des autres. Bien que n’assistant pas aux mêmes représentations.

36Complémentaire de cette démarche descendante, celle de Malek se veut ascendante. Modeste épicier maghrébin de la Croix-Rousse, il fait de ses sorties culturelles la preuve de son intégration à la société française. Par la fréquentation des équipements culturels lyonnais, il veut croire et montrer qu’il appartient au même monde que le public traditionnel :

Grâce à la vie nocturne, j’ai compris ce qu’était la culture. La vie nocturne m’a enrichi intellectuellement. Je suis allé voir la Vie Parisienne : 220 F, Gallotta : 250 F, la Nuit du Jazz : 250 F. C’est bien beau d’aller dans les bars et dans les pubs, mais quand t’as envie d’aller un peu plus haut, c’est vite impossible par manque de moyens. Avec le temps, j’espère que l’Opéra ou ce genre de choses arrivent à mélanger les gens. Parce que ce n’est pas n’importe qui qui va au théâtre. Moi quand j’y vais, les gens sont surpris. Pas fâchés mais surpris. Si on voyait plus de gens comme moi dans les théâtres, plus souvent, ça rentrerait dans les mentalités, ça ferait partie du paysage.

37La fréquentation des lieux nocturnes devrait permettre la rencontre, la compagnie et la découverte des autres. Tous les discours font l’apologie de la convivialité, motivation première de la sortie nocturne. On parle de mélange, de brassage social, de sociabilité sans limite de classes.

Pour une nuit réussie, il faut une bonne bouffe, de l’alcool en moyenne quantité, de la très bonne musique et des gens sympathiques qui se mélangent. C’est ça, des gens qui se mélangent (Régis). À l’Atmo, y’a vraiment un mélange. Y’a une concentration de tout, c’est pour te dire si c’est mélangé ! Des artistes, des rockers, des étudiants... de tout (Malek).

38Pourtant les pratiques et les modes de fréquentation d’établissements montrent que les contacts entre populations nocturnes sont rares, que leurs échanges sont limités, accidentels (dichotomies entre fréquentations de semaine et de week-end, entre réseaux socio-spatiaux...). Au point que dans les discours, on confonde « les autres » avec « les personnes de mon réseau » : « Les gens qui sortent, on sait exactement où ils sont » (Régis) ; Christophe, plus lucide, se voit contraint de varier ses trajectoires nocturnes pour renouveler ses rencontres : « J’essaye de diversifier les endroits où je vais. Maintenant je vais même au Bistrot de Lyon. »

39À la vérité, les fréquentations des établissements de nuit entraînent une concentration des groupes, non leur mélange. « À Lyon, le milieu de la nuit est très éclaté, chacun dans son coin. C’est très sectaire. Les babas, les rockers, les branchés, les BCBG... c’est très sectaire » (Kamel). En fait de brassage, les fréquentations nocturnes ne provoquent guère que la rencontre de gens peu différents socialement, c’est-à-dire qu’on ne se mélange qu’entre soi :

Je rencontre surtout des gens qui peuvent organiser leur temps de travail de façon à ne pas dormir la nuit, des étudiants, des professions libérales, des représentants. En fait ce sont des gens qui me ressemblent (Denise). La nuit, les gens que je rencontre sont des gens qui fument la même chose que moi, qui écoutent la même musique, qui aiment faire la fête, se coucher tard et pas se lever tôt, comme moi (Philippe). Y’a beaucoup de gens que je ne vois que dans les concerts. Je ne sais même pas leurs noms mais ça ne fait rien, on sait qu’on se reverra au prochain concert, on sait qu’on est un peu pareils dans le fond (Fred).

40De ces fréquentations répétées naît la déception de ne vivre que des relations nocturnes conventionnelles. On aimerait abolir les frontières sociales du jour, du travail, mais les fréquentations nocturnes, largement dépendantes de l’origine sociale, reproduisent ces limites. D’où l’amertume et les désillusions récurrentes des discours :

C’est difficile de rencontrer des gens nouveaux à Lyon (Christophe). On rencontre des gens, on sympathise mais huit fois sur dix ce ne sont pas des gens intéressants (Régis). C’est vrai qu’il peut y avoir des soirées intéressantes. Mais bon, y’en a tellement de pas intéressantes qu’on se demande si on va continuer à sortir (J-Louis). Il ne faut pas se leurrer, on a tous la même mentalité, et des comportements stéréotypés. On finit par trouver que ces rencontres ne sont pas satisfaisantes. Elles sont éphémères, elles se ressemblent (Denise).

  • 15 A. Cauquelin, La Ville la nuit, P.U.F., Paris, 1977.

41Pourtant, inlassablement, on sort en continuant à croire que les fréquentations nocturnes ne sont pas porteuses d’espoir pour rien, que « la nuit, tout est possible », et que « Je vais rencontrer quelqu’un de fantastique » (Christophe). La réalité n’est pas à la hauteur du mythe et provoque dans les discours l’apparition du déni et de la contradiction. Anne Cauquelin15 a étudié avec une grande pertinence le déni, le « Je sais bien... mais quand même » dans le discours nocturne à Paris. C’est pour elle la prédominance du désir sur le savoir qui provoque le déni, quand on refuse que la réalité ampute une partie du désir. Le discours de Zouzou en est l’exemple type. De l’expression d’un savoir peu enthousiasmant, il glisse vers celle d’un désir (c’est l’élément « heure tardive » qui articule les deux), et se conclu par un déni inévitable :

Les clientèles ne se mélangent pas beaucoup. On est assez cloisonnés. Même quand on essaie de décloisonner, de discuter... c’est pas toujours évident. C’est assez fermé, chacun son rythme, c’est dommage. Même si on n’a pas de point commun, on peut discuter. Tard dans la nuit, peut-être, l’heure passant, vers les 4, 5 h. la personne à la table à côté vous adresse la parole...mais enfin, bon...

42Contrairement au déni, strictement individuel, la contradiction s’inscrit dans un environnement social et révèle le décalage qui existe entre un discours universaliste et une pratique limitée socialement, spatialement ou temporellement :

Il m’arrive de rencontrer n’importe qui dans les milieux nocturnes, c’est ça qui est intéressant, c’est mélangé, y’a pas de règle. (...) Y’a un peu de lassitude, on prend les mêmes et on recommence. On voit toujours les mêmes personnes, y’a pas assez de gens qui sortent (...) Je ne sors pas le samedi, y’a trop de monde (J-Louis). Je sors pour être bien avec des gens, rencontrer des gens, parce que je m’intéresse à l’humain. Quitter un groupe, entrer dans un autre... (...) Je préfère sortir en semaine que le week-end. Le samedi, c’est les conventions familiales, c’est là qu’il y a le plus d’employés et d’ouvriers (Denise). La rencontre, c’est du pur hasard (...) Tu fais un choix sur les manières, le physique. Alors tu marches dans le coup ou pas (Denise).

43L’établissement de nuit est un lieu où la rencontre est sûre. Il est contrôlé, policé, et sa clientèle est homogénéisée par les politiques des exploitants et les modes de fréquentations. À l’inverse, la rue est un espace ouvert où l’on peut réellement côtoyer n’importe qui. Hors de tout contrôle social ou presque, la rencontre ne s’exprime plus dans les mêmes termes, et le discours se fait moins universaliste. Dialogue :

— La nuit j’aime rencontrer des gens différents.
— Dans la rue ?
— Ah non, pas dans la rue, on n’est pas sûr de faire une bonne rencontre, faut pas trop chercher (J-Louis).

44Les populations nocturnes de la rue ne sont pas sélectionnées. On peut donc y côtoyer des personnes appartenant à d’autres réseaux nocturnes, mais aussi des gens ne fréquentant aucun établissement de nuit, qui échappent donc aux classifications somme toute rassurantes des différents réseaux, ne pratiquant la ville la nuit que dans ses espaces ouverts, rues piétonnes, places... Une des caractéristiques les plus intéressantes de la ville nocturne, c’est qu’elle permet, plus que le jour, de faire se côtoyer, au hasard d’un bout de trottoir, des populations dont les appartenances sociales et les pratiques sont diamétralement opposées. Ces gens ne se connaissent pas, et la rencontre est alors vécue bien différemment que dans le cadre de l’établissement nocturne.

Notes

1 « Rock à Lyon », reportage de T.L.M., 3-04-1991.

2 Le Président de la FEDD (fédération des exploitants de discothèques et de dancings), à Ciel mon Mardi, TF1, 28-04-1992.

3 Lyon-Poche, no 1821, 2-10-1991.

4 Id., no 1752, 7-11-1990.

5 J. Boncommand, « Le corps et l’âme de la ville », Chronique sociale de France Cahier 3-4, Paris, 15-06-1958.

6 P. Mérindol, Lyon, le sang et l’argent, éd. A. Moreau, Paris, 1978, pp. 89-91.

7 Id., p. 95.

8 A. Mure, Rue du Parfait Silence, La Table Ronde, Paris, 1991, p. 248.

9 Id., p. 140.

10 Id., p. 304 et 314.

11 P, Mérindol, op. cit., p. 115.

12 R. de Fragny, op. cit., p. 26.

13 « Un revenant », film de Christian-Jacques, 1940.

14 R. de Fragny, op. cit., p. 89.

15 A. Cauquelin, La Ville la nuit, P.U.F., Paris, 1977.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search