Version classiqueVersion mobile

Lyon la nuit

 | 
Jean-Michel Deleuil

Deuxième partie : Espaces, populations et pratiques nocturnes

Chapitre I. Gestions, fréquentations et représentations des quartiers de nuit

Texte intégral

  • 1 « Broadway », Géo, no 85, mars 1986, pp. 140-146.

1Subure, Palais-Royal, Broadway, Montmartre, les quartiers de loisirs nocturnes ont toujours eu leurs chantres et leurs détracteurs. Combien d’écrivains ont-ils fait l’éloge de ces quartiers et de leurs ambiances de fête ? À l’opposé, la concentration spatiale des occasions de volupté (établissements de nuit, débits de boissons ou prostituées) inquiète les partisans de Tordre moral qui voient dans ces quartiers fermenter la subversion et la décadence. À Broadway, que la Ville de New York s’est engagée à « nettoyer », « viennent se produire Bible en poche et accordéon en bandoulière, des prêcheurs en tous genres tentant de sauver les âmes égarées1.

2Mais pour d’autres moralistes, le quartier des plaisirs est salutaire, exutoire indispensable que Ton doit isoler du reste de la ville pour mieux y contrôler et y enfermer les turpitudes humaines :

  • 2 Restif de la Bretonne, Les Nuits de Paris, Ed. d’Aujourd’hui, Le Plan-de-la-Tour, Var, 1980, p. 79

Rue Saint-Honoré, superbe rue. C’est la place naturelle de l’Opéra et des filles. Je voudrais qu’on y concentrât tous les vices dans une espèce de bazar, afin qu’ils ne scandalisent point le reste de la ville ; il faut des vices dans une capitale, mais il faut les traiter comme le feu auquel on abandonne une maison en coupant toutes les communications. Je regarderais comme un excellent citoyen celui qui exécuterait ce plan2.

3C’est aux pouvoirs publics que Restif de la Bretonne s’adresse : ce sont eux qui doivent aménager et contrôler les espaces du loisir nocturne, qui doivent gérer, spatialement et socialement, les antagonismes entre jouisseurs et moralisateurs, entre dormeurs et noctambules, entre monde du jour et vie nocturne. Aujourd’hui, ils doivent de plus préserver les intérêts d’une corporation désormais reconnue, celle des professionnels de la nuit, et améliorer l’image de marque du quartier et de la ville.

I – Antagonismes sociaux et limitations du quartier de nuit

  • 3 J.M. Deleuil, Lyon la nuit, Maîtrise d’études urbaines, Université Lyon 2, 1988.

4Bien qu’étymologiquement, « noctambule » signifie « celui qui marche la nuit », les populations nocturnes lyonnaises privilégient, dans leurs modes de déplacement, la voiture. S’il est vrai que le service nocturne des transports en commun ne satisfait pas les usagers3 et que le taxi est onéreux, la voiture du noctambule lyonnais n’est pas pour lui un simple moyen de transport. C’est aussi le symbole de sa réussite sociale et de son indépendance, en même temps qu’un outil d’appropriation de l’espace par le parking sauvage. C’est un précieux instrument d’affirmation de soi, que l’on gare fréquemment devant la porte des établissements de nuit, en triple file et au mépris de la circulation, dont on fait facilement hurler le klaxon, les pneus et l’autoradio et dont on claque les portières avec suffisance. La voiture est un accessoire indispensable à la frime et à la drague nocturnes, qui se conduit virilement, sans civisme.

5Malheureusement, les pôles de l’animation nocturne lyonnaise sont des quartiers anciens (Vieux-Lyon, Mercière, rue des Marronniers) dont les rues étroites ne sont pas adaptées à la circulation automobile. La municipalité les a donc rendues piétonnes. En y interdisant l’accès des voitures par des limites diverses, cette politique a libéré des espaces, aussitôt envahis par les terrasses des établissements.

  • 4 Le Progrès, 10-12-1979.

6La première piétonnisation d’un quartier de nuit lyonnais, qui a donné lieu à une véritable saga de la limite horaire et spatiale, fut celle de Saint-Jean en 1978. De la place Saint-Jean à la place du Change, des chaînes ferment alors le quartier aux voitures, et l’on veut croire quelques temps que cette solution aux nuisances nocturnes dues aux automobiles sera définitive. En 1979, on lit dans le Progrès : « Les véhicules de toute sorte ayant disparu, ils ont emmené avec eux leurs décibels et leurs avertisseurs, laissant la place aux quelques ivrognes occasionnels, qui ont eux-mêmes peur du silence qui règne dans les rues »4.

  • 5 22-11-1983.
  • 6 Id.

7Pourtant, trois ans plus tard, on trouve dans la presse de nombreuses mentions du fait que la chaîne de la place du Change soit régulièrement sciée, et la place transformée en parking. Pour lutter contre cet envahissement, on renforce les limites, et on pense, pour la place Saint-Jean, « à disposer des bacs à fleurs, protégés par une chaîne reliant des bornes pour éviter leur dégradation5 », et à des barrières condamnant les accès principaux du quartier : « Nous en avons commandé trois, pas jolies mais à toute épreuve », assure le maire d’arrondissement aux journalistes6.

  • 7 Le Journal, 6-04-1984.
  • 8 Lyon Matin, 31-10-1984.

8En 1984, la zone piétonne est élargie. Seuls les commerçants, les taxis et les résidents pourront y accéder en voiture par la rue du Palais-de-Justice. Mais pour cela, « il leur faudra montrer patte blanche au fonctionnaire de police affecté en permanence à la barrière automatique installée côté quai Rolland »7. À peine ce nouveau système est-il inauguré que des mains anonymes, sans doute celles de patrons d’établissements de nuit, coupent les chaînes au chalumeau et cassent à la masse une borne de 700 kg, « pour prendre d’assaut quelques places »8.

9Un samedi soir de mars 1985, un habitant de la rue Saint-Jean compte de sa fenêtre le passage de 153 voitures entre 20 h 30 et 21 h 30, de 17 entre 0 h 30 et 0 h 45. Les limites de la zone piétonne sont allègrement transgressées par les clients des établissements de nuit, et il n’est pas rare que des riverains excédés tordent les essuie-glaces et crèvent les pneus des véhicules envahissants.

  • 9 Le Progrès, 8-03-1985.
  • 10 Id., 1-07-1985.
  • 11 Lyon Libération, 14-11-1986.

10Quand la tension atteint un niveau critique, d’éphémères associations voient le jour, chacune y allant de sa proposition avec une approche différente de l’espace. Celle des commerçants de nuit du quartier soumet à la mairie son « plan » : jalonner les rues par des plots permettant la circulation des voitures mais interdisant leur stationnement. L’association de résidents « Vivre au calme à Saint-Jean » s’y oppose et reste favorable à la conservation d’une zone piétonne et précise « qu’elle est prête à prendre à sa charge la fermeture de la rue du Palais-de-Justice et ce à l’aide d’une chaîne ». Pour en assurer le gardiennage, l’association propose de faire les démarches nécessaires afin de mettre en place 6 T.U.C.. « Le système ne constitue pas un bouclage du quartier mais permet une entrée sélective », explique l’association9. La mairie tranche : à partir du 1-7-1985, « la rue Saint-Jean sera interdite aux voitures, sauf de 7 h à 11 h 30. Elle sera obstruée par deux grandes bornes reliées par une chaîne cadenassée de la place du Change à la rue de la Bombarde. Les rues Est et Ouest seront également fermées »10. Un an plus tard, les clés des cadenas se sont multipliées à tel point que « les interdictions de circulation ne sont pratiquement plus respectées »11.

  • 12 Le Progrès, 30-11-1986.

11C’est ensuite à « Renaissance du Vieux-Lyon » d’exposer son projet : le quartier piéton compterait quatre entrées, dans les rues du Bœuf, Mandelot, Saint-Jean, et Juiverie, fermées de 11 h 30 à 4 h 30 par des barrières automatiques. Les habitants, munis de cartes magnétiques, pourraient accéder à cette zone 20 mn par jour. Le 30-11-1986, le conseil municipal adopte un projet semblable, prévoyant deux entrées, rues Lainerie et Saint-Jean. Les habitants utiliseront exclusivement la première, alors que les services de police et de secours entreront dans la zone piétonne par la seconde, où « un interphone incorporé à la borne d’entrée et une caméra de surveillance seront reliés à la cabine de Lyon Parc Auto sous le Palais de Justice, où un préposé, après avoir vérifié qui se présente, pourra l’ouvrir par un bouton » ; et le maire d’arrondissement de préciser : « Il n’est pas question de boucler le quartier, nous voulons simplement lui redonner une véritable zone piétonne »12.

12De 1978 à 1987, on n’a donc cessé de renforcer les limites de la zone piétonne, mais sans que le discours municipal ne revendique un zoning volontariste. Ces opérations, concrétisées par un matériel répressif et contraignant (barrières, chaînes...) et une présence policière plus ou moins perceptible, ne doivent pas démotiver les clients des établissements de nuit. À chaque renforcement du système, le discours officiel dédramatise donc la situation.

  • 13 Vivre à Lyon, no 104. 10-87.

13En octobre 1987, le journal municipal Vivre à Lyon explique que « sans parler du bouclage d’un secteur, il s’agit néanmoins d’une opération sans précédent13 » quand le dernier dispositif est inauguré : la barrière métallique, trop visible et symboliquement liberticide est remplacée par la borne en fonte de 40 cm, indestructible, discrète et amovible, qui disparaît dans le sol sur commande des cartes magnétiques des résidents.

  • 14 Le Progrès, 30-10-1987.
  • 15 Id., 7-11-1988.

14Cependant, les quais qui longent le Vieux-Lyon n’ont pas été piétonnisés, et le stationnement anarchique y obstrue la circulation nocturne. Les opérations répressives, verbalisations et fourrières-surprises provoquent la colère des patrons d’établissements. En 1987, le Progrès titre : « Quelques bornes pour la paix »14, mais, quelques mois plus tard, le discours des exploitants se teinte de connotations guerrières : « Sans parler du guet permanent de l’ennemi (...) on comprend que les noctambules hésitent maintenant à fréquenter (les établissements) du Vieux-Lyon, et particulièrement sur les quais de Saône où les assauts de la police sont menés jusqu’au quai Pierre Scize »15.

15Pour donner le change tout en désclérosant la circulation, la municipalité décide, en 1990, de permettre le stationnement des voitures, la nuit uniquement, sur la promenade du quai Romain-Rolland. La barrière qui en assurait le statut piéton sera donc ouverte en soirée. Les automobilistes nocturnes ont donc gagné un territoire sur le domaine piéton suffisamment proche des pubs et boîtes de nuit pour satisfaire les amateurs de stationnement sauvage de proximité. Il semblerait que, depuis, les triples files de voitures garées sur le quai se fassent plus rares.

16Cependant, si la voiture a été éradiquée des zones piétonnes, ces espaces sont maintenant l’enjeu de conflits entre résidents et exploitants à la saison des terrasses. Jean-Louis, restaurateur rue Mercière est clair. « L’association d’habitants est fière de nous faire beaucoup d’ennuis. C’est la guerre. » La rue Mercière devient piétonne en 1986, à la demande des commerçants. D’énormes pots de fleurs (des palmiers !) ferment la rue aux voitures de mai à mi-septembre. Les terrasses envahissent les trottoirs, les piétons circulant sur la chaussée. Durant l’été 1986, les établissements voient leur clientèle augmenter de moitié.

  • 16 Id., 1-06-1991.

Invasion bruyante et intolérable pour les « anti », prolongement de plein air indispensable pour les « pro », l’occupation de la voie publique (par les terrasses), est chaque année un problème déclencheur de petites guéguerres entre commerçants et riverains16.

  • 17 Lyon Figaro, 10-07-1983.

17Simultanément, la rue des Marronniers, courte et étroite, voit s’ouvrir nombre de restaurants : ils sont 8 en 1984, 18 en 1991. Leurs propriétaires obtiennent la piétonnisation de la rue, fermée par une borne semblable à celles de Saint-Jean. Jusqu’en 1990, les terrasses ne cessent de s’étendre rue des Marronniers et rue Mercière, au point de gêner la circulation des piétons, et à Saint-Jean, où les véhicules de secours sont dans l’impossibilité d’intervenir en cas d’accident. En 1989, la COURLY peint sur les trottoirs de la rue Mercière les limites que les terrasses ne doivent pas dépasser et fait tester par un restaurateur un système révolutionnaire : l’estrade en bois rétractable, « structures mobiles sur lesquelles sont installées tables et chaises, évitant tout dépassement des limites autorisées »17, mais ce système n’est pas généralisable à tous les établissements lyonnais, et les terrasses continuent d’envahir l’espace piéton.

18Jusqu’à 18 h, elles sont pour la plupart en conformité avec les règlements de sécurité (3,5 m entre les deux rives), mais passé cet horaire, les fonctionnaires de la COURLY ont terminé leurs visites de contrôle, et les terrasses gonflent brusquement. De plus, quand elles sont verbalisées, l’amende est amortie en une heure sur la surface interdite, et, même si elles doivent disparaître à minuit, certaines accueillent encore des touristes à 3 h.

  • 18 Le Progrès, 18-07-1991 ;

19En 1991, la municipalité doit prendre des mesures plus sévères, verbalisations très dissuasives en particulier en cas de récidive, voire intervention de la fourrière qui emmène tables et chaises illicites. L’adjoint au maire chargé du cadre de vie explique : « Ce décret (sic) nous permettra de mettre fin à la dégradation des espaces urbains, d’imposer des limites afin que la tranquillité des gens et les impératifs de sécurité soient respectés »18. Limites spatiales tout d’abord, dont les dépassements seront contrôlés par des fonctionnaires qui pourront sévir de nuit ; limites horaires ensuite, variant selon les quartiers : rue Mercière et à Saint-Jean, les terrasses sont autorisées jusqu’à 1 h ; rue des Marronniers, elles doivent disparaître à minuit, car :

  • 19 Id.

la rue des Marronniers n’a pas la même vocation que la rue Mercière (...) Les gens viennent ici pour manger et non pour faire la fête. L’esprit de la rue des Marronniers est beaucoup plus intime que celui de la rue Mercière et nous tenons à conserver cette spécificité19.

20La gestion des quartiers de nuit, en particulier leur zoning, intègre ainsi des paramètres d’ordre socio-spatial, les fréquentations et les pratiques, en relation avec l’identité de chaque quartier. Malheureusement, la caractéristique première du quartier nocturne est de posséder deux identités bien distinctes, celle de la nuit et celle du jour. D’autant plus distinctes qu’elles sont en partie produites par les exploitants d’établissements de nuit et les résidents pour justifier leurs revendications respectives.

II – Dualité jour/nuit et identités du quartier

21Dans les quartiers de nuit lyonnais, les antagonismes entre résidents et patrons d’établissements donnent lieu à une politique municipale de production de limites spatiales. Ces antagonismes et cette politique s’assortissent de discours par lesquels chaque acteur produit une image du quartier qui justifie son rôle et son type d’intervention. À en croire ces discours, l’enjeu premier du différend habitants/patrons serait « la vie du quartier », qui semble gravement menacée : « Depuis 15 ans, les établissements font mourir le quartier » (Bernard), « Sans les commerces nocturnes le quartier serait mort, vous voulez faire mourir le quartier » dit Michel au maire d’arrondissement qui entend limiter les terrasses.

22Aux discours œcuméniques et apaisants de la municipalité (« Nous souhaitons une bonne entente entre les habitants et les commerçants du quartier ») répondent ceux des parties en présence. On y trouve l’omniprésente et sulfureuse référence en matière de quartier nocturne, Pigalle, référence toujours péjorative : « Le Vieux-Lyon ne veut pas devenir Pigalle » (Annie) ; « Le Vieux-Lyon se plaint de devenir un ghetto comme Montmartre » (Paul) ; « Au mieux ça deviendra la rue de la Huchette, au pire Pigalle » (Bernard) ; « Les élus ont peur des mots et ne diront jamais dans une assemblée d’habitants que le Vieux-Lyon est un quartier nocturne, parce que c’est choquant comme si c’était Pigalle » (Michel).

23Le consensus existe : préserver la vie du quartier, et conserver au Vieux-Lyon une identité valorisante, opposée à la décadence montmartroise. Naissent alors les polémiques autour de l’identité du quartier. La plus houleuse oppose habitants et patrons sur le thème « Vieux-Lyon quartier de nuit ? ». « Non, répondent les premiers, puisqu’il connaît une vie diurne et que ses 10 000 habitants vivent le jour » ; « Oui, pensent les autres, puisqu’il concentre la plupart des établissements de nuit de la ville ».

  • 20 Sur commande de la Renaissance du Vieux-Lyon.

24La dualité jour/nuit du Vieux-Lyon rend irréconciliables les parties en présence, qui parlent du même espace, mais pas du même quartier. La dichotomie entre vie diurne et vie nocturne est trop évidente, spatialement et socialement. Spatialement parce que les rues présentent un paysage de commerces et d’établissements alternativement ouverts et fermés en fonction de l’heure ; socialement parce que les fréquentations diurnes et nocturnes du Vieux-Lyon, qui concernent des groupes sociaux différents, n’ont en commun ni leurs motivations ni leurs pratiques. Pour résoudre les problèmes posés par cette trop nette dualité, le cabinet Synéthic de Villeurbanne, propose, en 1980, une fusion des deux moments du quartier, dans l’espace et dans le temps : amélioration des vitrines mortes des établissements de nuit et éclairage des commerces diurnes en soirée ; coïncidence des horaires d’ouverture de tous les commerces pour faire cohabiter le soir populations diurnes et nocturnes20.

25Vœu pieux. Si depuis 10 ans il est vrai que le no man’s land horaire de début de soirée s’est estompé, cela n’a en rien modifié les données du problème. Les manifestations économiques et sociales de la double vie du quartier restent perçues et représentées par les habitants et les professionnels de façon diamétralement opposée. En premier lieu, les nuisances sonores de l’animation nocturne, qui scandalisent les habitants, sont relativisées par les exploitants : apanage regrettable du quartier de loisir, elles ne dérangent finalement « que des gens qui n’ont qu’à pas habiter un quartier de nuit » (Michel). Ces patrons ne manquent d’ailleurs pas de rappeler qu’« il y a 20 ans, il y avait le marché-gare sur le quai. Les camionneurs arrivaient à minuit et il y avait du vacarme toute la nuit ». Vacarme à son tour relativisé par les résidents : « C’était le bruit du travail, et non de l’amusement, le ronron d’une activité traditionnelle. Aujourd’hui les habitants ne supportent plus les nuisances » (Annie).

26Le paysage urbain est un second thème de discorde. Chaque parti s’attache à ne décrire que la moitié de la vie du quartier qui le concerne, jour ou nuit. Ainsi, l’impact des établissements de nuit sur le paysage du quartier (rappelons qu’il s’agit d’un superbe quartier Renaissance, plus grand secteur sauvegardé d’Europe) est considéré à la lumière du jour par les associations d’habitants : « Le Vieux-Lyon est visité de jour, pas de nuit. L’idée que de plus en plus il donne l’impression de quelque chose de mort avec des vitrines closes, c’est catastrophique » (Bernard) ; « Quai Rolland, deux pubs ont des volets roulants. En secteur sauvegardé c’est immonde. Et ils n’ouvrent qu’à 17 h. » (Annie). Les patrons d’établissements prennent plutôt en compte l’aspect nocturne de la question :

La beauté du quartier est un point positif, avec des rues piétonnes où les gens se baladent le soir parce que les établissements éclairent les rues. Fermez-les et il n’y aurait plus personne en soirée dans le Vieux-Lyon. Les gens auraient l’impression d’être dans un coupe-gorge avec ces ruelles étroites. Les gens ne rentreraient plus dans Saint-Jean (Michel).

27Selon l’éclairage choisi, jour ou nuit, le rôle de l’établissement de nuit dans l’attractivité et la fréquentation du Vieux-Lyon change radicalement. Et ce d’autant plus que les populations qu’il attire de nuit sont très différentes de celles qui fréquentent le quartier de jour. Qualitativement, les populations nocturnes du Vieux-Lyon ne sont pas perçues uniformément par les tenants du jour et de la nuit. Pour Bernard, « une restauration de mauvaise qualité a amené une clientèle de mauvaise qualité. La clientèle des shampouineuses et des représentants de commerce en goguette n’est pas très agréable le soir. La clientèle bourgeoise lyonnaise, ça fait 15 ans qu’on ne la voit plus ». Son de cloche très différent chez les professionnels : « C’est une autre clientèle qu’il y a 10 ou 15 ans. J’ai constaté une énorme amélioration » ; « C’était la Cour des Miracles il y a 10 ans. Ça s’est vachement assaini » (Michel).

28Sur les pentes de la Croix-Rousse, un débat semblable oppose non plus habitants et patrons mais patrons et municipalité. Celle-ci voit dans les rues du 1er arrondissement « les fêtards qui vomissent, toute une faune criminogène qui s’empare de la rue jusqu’à 5 h du matin » (Roland Chandelon). Alors que pour Sylvie :

Les décideurs ont une image du quartier comme si c’était la jungle et qu’ils étaient débordés par la délinquance. Or nous sommes trois filles à tenir un bar depuis des années jusqu’à 1 h du matin, sans videur, sans sonnette et sans problème. Je vis ici, je peux assurer que c’est un quartier tranquille. Évidemment, ça brasse, c’est un peu bizarre.

29L’anathème qu’on lance sur certaines populations nocturnes en sous-évaluant leur niveau socio-culturel ou en dramatisant une situation élargit le fossé qui les sépare, dans les discours, d’autres clientèles, dont on fait mieux l’apologie. Fi des shampouineuses pour Bernard, qui ajoute : « On ne voit pas de familles ou de gens sortant des clients étrangers. Entre 30 et 40 ans, c’est une clientèle qui n’est pas du tout friquée et qui n’amène pas d’étrangers ». Et Roland Chandelon, maire du 1er arrondissement, de regretter l’échec du projet Castel, dont je reparlerai, qui aurait accueilli « une clientèle de 35-45 ans, une clientèle argentée et internationale dont on pourrait penser qu’elle aurait été peu nuisante pour le quartier ».

30Par delà le constat des nuisances du loisir nocturne et la difficulté de faire cohabiter sur un même quartier le monde du jour et celui de la nuit, la condamnation de populations nocturnes s’apparente à la production d’une identité de ces populations, que le discours répand pour mieux justifier la défense d’intérêts privés (commerçants de jour du Vieux-Lyon) ou la politique municipale (rénovation et investissement de la Croix-Rousse).

31Puisque la concentration d’établissements de nuit dans certains quartiers de Lyon est à ce point problématique (dualité jour/nuit ingérable, locaux et voirie inadaptés, nuisances, fréquentations indésirées...), les différents acteurs, municipalité, habitants et professionnels, s’interrogent sur l’éventualité de nouvelles localisations d’établissements en secteur tertiaire, sur le modèle des villes allemandes, « où le centre est destiné à faire des affaires de jour comme de nuit sans problème entre habitants et noctambules » (R. Chandelon).

32Malheureusement, « Le quartier de bureaux, c’est lugubre » (Kamel) et l’on craint que le paysage du secteur tertiaire ne soit un obstacle à la fréquentation nocturne d’un tel quartier. Pourtant, si l’on trouve quelques « Saint-Jean c’est quand même beau » dans les discours des noctambules, il est vraisemblable que la qualité architecturale du quartier n’entre pas en ligne de compte dans sa fréquentation nocturne. L’argument ne fait qu’apparaître dans le discours (quand il est présent), alibi culturel de loisirs à la mode ou réflexe chauvin d’apologie du patrimoine, sans relation avec la pratique : « À Saint-Jean, y’a de très belles maisons, c’est dommage qu’on ne les regarde pas » (Jaqueline). Les boîtes de nuit du Vieux-Lyon sont d’ailleurs concentrées quai Romain-Rolland, seul endroit du quartier ou l’architecture soit sans intérêt. Les fenêtres à meneaux et les façades Renaissance sont étrangères à l’attraction nocturne du Vieux-Lyon. Michel observe : « Les gens sont attirés par la lumière et la foule attire la foule » ; et Christian ajoute : « Les gens vont où il y a beaucoup de boîtes de nuit. Ils veulent avoir un choix. Saint-Jean ça marche pour ça ».

33Alors quels seraient les obstacles à une implantation massive de boîtes de nuit en quartier tertiaire de bureaux, puisque le site lui-même ne serait pas un repoussoir, et que la lumière et la foule y trouveraient facilement leur place ? D’abord la frilosité des régies et des propriétaires, et la politique préfectorale de non-distribution d’autorisations de fermeture tardive. « Nous avons pensé nous installer vers Gerland mais ça a été très clair : pas d’autorisation » (Kamel). Ensuite la cherté des locaux, le prix des loyers que Kamel voudrait contourner avec l’aide de la Ville « comme pour les gymnases, les crêches et les maisons du troisième âge ». Enfin, si la concentration engendre la fréquentation, les premiers établissements en secteur tertiaire ne bénéficieront pas de cet effet du nombre. C’est le problème que connaît l’Actuel, à la Part-Dieu. Reste par ailleurs à noter que l’établissement de nuit ne prospère que grâce à sa réputation, sa notoriété, ce qu’évoque son nom dans les milieux nocturnes. Le quartier tertiaire ne paraît pas adapté, dans l’état actuel des choses à Lyon, à la publicité que recherchent les professionnels, contrairement aux bords de Saône, où les établissements sont en vue de deux quais très passagers. « Il nous faut une image, donc l’implantation importe. Dans un quartier de bureaux, on vous voit moins, vous flashez moins » (Kamel). Il faudra là encore attendre concentration des établissements et fréquentation massive pour que l’enseigne joue efficacement son rôle attractif, et que le rêve de Pierre-Yves se réalise : « À Lyon, il faudrait une grande avenue avec plein de néons et des boîtes de nuit à tous les numéros ».

III – Fréquentations et identité nocturne du quartier, essai de typologie

34À la tombée de la nuit, le champ urbain des possibles se réduit. Seul le quartier de nuit reste fréquenté de façon quantitativement non négligeable, attirant des groupes ayant arrêté leur destination (tel ou tels établissements), ainsi que les populations indécises, qui choisiront sur place. La forte concentration d’établissements de nuit et de restaurants dans des quartiers comme Saint-Jean ou Mercière est un facteur attractif certain, mais, paradoxalement, la concurrence entre établissements, qui en découle, restreint l’éventail des activités et des ambiances proposées. Rue Mercière, la moitié des restaurants proposent les mêmes menus aux mêmes prix, et à Saint-Jean, « on trouve la même chose à x exemplaires, la plupart des boîtes de nuit proposent les mêmes prestations » (Christian).

35À terme, la concentration des établissements, de plus en plus nombreux à se partager une clientèle non extensible, entraîne une uniformisation des loisirs nocturnes, puis une baisse de la qualité des prestations qui s’accompagne d’une dégradation de l’image de marque du quartier. « Il y a 146 restaurants sur le Vieux-Lyon, et pas plus de 15 qu’on peut recommander à des amis. Nous, les habitants du quartier, nous n’y allons plus » (Bernard). « Les restaurants de Saint-Jean n’ont plus aucune notoriété » (Paul).

36À l’image des établissements, des ambiances et des activités de loisir proposées, les clientèles s’uniformisent. D’une part, les habitants et les représentants des classes supérieures désertent les établissements de nuit du quartier, au rapport qualité/prix exécrable, d’autre part, ces établissements continuent à pratiquer une politique d’exclusion des populations les plus défavorisées, pas assez consommatrices (prix élevés, « tenue correcte exigée », sélection des clients par les videurs...).

37Ainsi, l’attractif « quartier des possibles » nocturne se révèle vite être en fait le « quartier des choix restreints », voire « le quartier des pas-possibles ». L’uniformisation des établissements et des clientèles entraîne une normalisation des comportements qui elle aussi va rejaillir sur l’identité du quartier. Christophe explique : « À Saint-Jean, il faut suivre les rails. Tu peux pas t’écarter. Si t’offres pas un verre à la fille, ça se passe mal, parce que c’est comme ça que ça doit se passer. Saint-Jean c’est artificiel, le côté superficiel de la nuit, où tout le monde est en représentation ».

38Le Vieux-Lyon nocturne a peu de chantres. Ceux qui le pratiquent régulièrement aiment l’homogénéité sécurisante des groupes sociaux qu’on y côtoie, et ses établissements, en particulier les hauts-lieux de la drague nocturne (La Grange au Bouc, L’Alibi...) : ils fréquentent un réseau d’établissements proches, non un quartier. Cette notion est quasi absente de leurs discours, et n’intervient que pour situer telle boîte de nuit dans la ville. Citons tout de même Jacqueline, qui, pour tromper sa solitude, se berce d’illusions sur le Vieux-Lyon nocturne, et traduit en termes de sociabilité l’étroitesse des rues médiévales : « On se croise plus près dans la rue, ça fait plus échelle humaine, plus intime, plus petit village que la rue de la République. » Interprétation rare. Le plus souvent, on identifie Saint-Jean à la mauvaise qualité des prestations : « Saint-Jean c’est dégueulasse » (Paul), ou à leurs prix : « Saint-Jean devrait s’appeler Saint-Argent » (Christophe).

39Cependant, le quartier de nuit peut revêtir d’autres formes que celle du Vieux-Lyon et être identifié de façon radicalement différente. À ma connaissance, aucune typologie des quartiers nocturnes à travers les villes du monde n’existe. Je restreindrai donc mon étude à la bipolarité lyonnaise Saint-Jean/Croix-Rousse ; configuration sans doute unique mais particulièrement intéressante : chacun de ces quartiers a son histoire, ses populations résidentes, ses établissements, ses normes comportementales, son identité nocturne. Avec cette nuance importante : si peu de gens revendiquent leur attachement au Vieux-Lyon nocturne, (hormis les patrons d’établissements, mais on est alors en présence d’un attachement plus spéculatif qu’affectif), en revanche, les pentes de la Croix-Rousse sont revendiquées, idéalisées, aimées, la nuit.

40Ainsi, quand un discours compare les deux quartiers nocturnes, il blâme Saint-Jean pour valoriser les Pentes, rarement l’inverse. À travers ces discours apparaissent les identités comparées de ces deux quartiers, subjectives mais révélatrices, ainsi que certains critères qui montrent que la Croix-Rousse et le Vieux-Lyon appartiennent à des familles de quartiers nocturnes différentes.

41Malgré le fort contraste lumineux qui existe entre ces deux quartiers, le paysage et l’éclairage interviennent peu dans les critères les distinguant. Les identifications comparées de ces deux espaces privilégient les perceptions du social à celles du décor. Les différences fondamentales entre Saint-Jean et Croix-Rousse ne sont pas celles du patrimoine et de sa mise en valeur, ce sont d’abord celles qui ont trait à l’organisation et à la production du loisir nocturne : « À Saint-Jean le cadre est sympa mais j’en suis revenue ; à la Croix-Rousse, il se passe des choses différentes » (Lilas) ; « À Saint-Jean, tu vois mais dessous y’a rien, alors qu’à la Croix-Rousse, plus tu creuses plus tu trouves des trucs » (Fred) ; « Le Vieux-Lyon n’est pas un endroit de création alors que la Croix-Rousse oui » (Sylvie).

42Les fréquentations, socialement identifiées, contribuent à exprimer la dichotomie entre les deux quartiers : « Sur les Pentes, tu t’intègres mieux si t’es peintre que si t’es cadre commercial chez I.B.M.. Eux, c’est plutôt Saint-Jean/Mercière » (Christophe) ; « À Saint-Jean, la clientèle est plus âgée, plus bourgeoise, les contacts sont difficiles ou pas intéressants. Par contre à la Croix-Rousse, c’est plus sympa, les gens sont plus enclins à discuter, y’a plus de jeunes qui n’ont pas les moyens » (Lilas). Le quartier nocturne est également identifié en fonction du degré de sociabilité auquel donnent lieu ses établissements, degré inversement proportionnel à la perception qu’on a du rôle de l’argent dans la production du loisir : « La différence profonde entre Saint-Jean et Croix-Rousse, c’est l’argent. C’est plus convivial à la Croix-Rousse parce qu’il y a des bars, alors que Saint-Jean c’est resto-pub-boîte » (Christophe).

43Conséquence logique de la différenciation des populations nocturnes, les goûts, les modes et les normes comportementales de chacune contribuent à qualifier le quartier :

Ceux qui fréquentent les Pentes s’habillent en noir et portent des boucles d’oreille. Les gens qui vont à Saint-Jean ne vont pas à la Croix-Rousse où les gens ne sont pas habillés comme eux, ne pensent pas comme eux, et ne boivent pas la même chose qu’eux. La bière est le fondement alcoolique de la Croix-Rousse, alors qu’à Saint-Jean c’est cocktail, alcool fort, ou jus de fruit (Christophe).

44La vie nocturne de la Croix-Rousse a, bien sûr, ses détracteurs, mais ceux-ci ne se soucient pas de comparer le Vieux-Lyon et les Pentes. Il leur suffit d’identifier socialement, et péjorativement, les populations nocturnes du quartier : « La Croix-Rousse, c’est très très très marginal. Y’a des artistes, des fumistes, des profiteurs, des squats » (J.-Louis). L’identité nocturne des Pentes se résume souvent, chez leurs détracteurs, à cette image floue de repaire de marginaux. Ni le paysage, ni la diversité des loisirs nocturnes (littérature, comédie, musique, performances diverses...), n’interviennent dans ces discours, entièrement consacrés aux populations nocturnes dont l’origine sociale est aussi douteuse que les établissements qu’elles fréquentent : « On ne sait pas ce qui se passe à l’intérieur de ces boîtes sombres, obscures. Il y a trop d’établissements underground, marginaux, qui tirent l’image du quartier vers le bas, qui ne sont pas valorisants » (R. Chandelon).

45Il paraît donc primordial de considérer la fréquentation sociale du quartier de nuit comme une caractéristique essentielle de son identité. Cependant, une enquête précise sur les origines des populations nocturnes de Saint-Jean et de la Croix-Rousse montrerait certainement qu’elles sont moins éloignées sur le terrain que dans les discours, issues des couches moyennes et populaires. Avec cette distinction importante qui fait que les modèles de comportements sont, eux, radicalement différents selon le quartier, même s’ils procèdent de la même logique, l’imitation au service du désir.

46Dans chaque quartier, les pratiques d’une population drainante (classes moyennes à Saint-Jean, couches populaires à la Croix-Rousse), ont attiré la fréquentation d’une population drainée (couches populaires à Saint-Jean, classes moyennes sur les Pentes), en imposant un modèle comportemental. Ainsi, à Saint-Jean, des gens d’origine modeste miment les loisirs de la réussite sociale (voiture emblématique, largesses financières, costume soigné), tandis qu’à la Croix-Rousse, de jeunes intellectuels des classes moyennes vivent une nuit de bohème, de déclassés. L’image des quartiers qui en résulte est respectivement celle de Saint-Jean/quartier pour cadres supérieurs ou professions libérales, et Croix-Rousse/quartier de marginaux. Pour révélatrices qu’elles soient, ces identités ne renvoient pas à la fréquentation réelle des quartiers mais aux modèles comportementaux de leurs populations nocturnes.

47Par ailleurs, nous avons vu, au gré des politiques, des pratiques et des discours, d’autres facteurs de différenciation entre Saint-Jean, Croix-Rousse, et un éventuel quartier de nuit tertiaire à l’image des centre-villes de Stuttgart ou Francfort. Une confrontation de ces facteurs permettrait-elle d’aboutir à une typologie pertinente des quartiers de nuit ? Pour ma part, je ne peux que proposer l’hypothèse suivante, que viendront infirmer ou confirmer, espérons-le, des études ultérieures. Je distinguerai donc le quartier nocturne spontané ou culturel, au sens sociologique du terme : Croix-Rousse, Pigalle et Bastille années 1950 ; le quartier nocturne investi par les établissements de nuit (spatialement et économiquement) : Saint-Jean, rue Mercière ; enfin le quartier de bureaux/pôle nocturne.

48Cette typologie, que présente le tableau ci-dessous, n’a pas de prétentions universelles. Lui échappent les quartiers que le cas lyonnais ne révèle pas, entre autres les quartiers à thèmes, spécialisés dans le commerce du sexe (Pigalle années 1980, Bangkok), les rapports homosexuels (Los Angeles, Hambourg), le jeu (Las Vegas), la consommation d’alcool (certaines villes Scandinaves), etc. Leur éventuelle étude pourra faire apparaître de nouveaux critères de différenciation comme la taille de la ville, les pratiques socio-culturelles locales (de consommation, de loisir, de rapports hommes/femmes, jeunes/vieux, riches/pauvres...) ou les législations en vigueur (pratiques licites, tolérées, interdites, et leurs influences sur le quartier nocturne). Vaste sujet.

  • 21 Le Progrès, 10-12-1979.
  • 22 Lyon la Cendrée, op. cit., p. 198.

49Pour en revenir au cas lyonnais, signalons que la différenciation Saint-Jean-Mercière/Croix-Rousse est le fruit de processus, que ces quartiers ne sont pas figés en l’état actuel, et que les critères de leur différenciation sont eux-mêmes affectés par l’évolution des politiques urbaines, des stratégies renouvelées, des déplacements d’enjeux et d’investissements. La réhabilitation des Pentes, en particulier, va probablement bouleverser le quartier dans ses populations résidentes, ses établissements, ses fréquentations, son identité. Saint-Jean et Mercière ont connu le même type d’intervention. Avant elle, on en parlait en ces termes, comme on le fait aujourd’hui de la Croix-Rousse : « Saint-Jean, ses ruelles sombres, ses allées énigmatiques, ses cours sordides (...). En y pénétrant le soir tombé, on était pas sûr d’en ressortir indemne21 » ; « La Mercière (sic), coin de pègre, de prostitution et de soulards...On y danse jusqu’à 11 h dans les guinches »22. Les mêmes discours accompagnent les mêmes politiques, qui auront sans doute les mêmes conséquences, en particulier rendre vacants un grand nombre de locaux commerciaux. La municipalité, incapable de les préempter tous, devra-t-elle constater l’installation massive de restaurants et d’établissements de nuit ? Sous la pression de ces nouveaux professionnels, la préfecture accordera-t-elle plus largement qu’aujourd’hui les autorisations nécessaires ? Les Pentes de la Croix-Rousse risquent en quelques années de se voir transformées en quartier investi : Saint-Jean ne sera pas devenu Pigalle mais la Croix-Rousse sera devenu Saint-Jean. Les premiers signes de cette mutation sont parfaitement visibles dans la rue Royale, que de nouveaux restaurateurs et professionnels de la nuit investissent progressivement.

Typologie des quartiers de nuit

Typologie des quartiers de nuit

AFT : Autorisation de fermeture tardive
É : Établissement
F : Fréquentation
P : Population
Q : Quartier

Notes

1 « Broadway », Géo, no 85, mars 1986, pp. 140-146.

2 Restif de la Bretonne, Les Nuits de Paris, Ed. d’Aujourd’hui, Le Plan-de-la-Tour, Var, 1980, p. 79.

3 J.M. Deleuil, Lyon la nuit, Maîtrise d’études urbaines, Université Lyon 2, 1988.

4 Le Progrès, 10-12-1979.

5 22-11-1983.

6 Id.

7 Le Journal, 6-04-1984.

8 Lyon Matin, 31-10-1984.

9 Le Progrès, 8-03-1985.

10 Id., 1-07-1985.

11 Lyon Libération, 14-11-1986.

12 Le Progrès, 30-11-1986.

13 Vivre à Lyon, no 104. 10-87.

14 Le Progrès, 30-10-1987.

15 Id., 7-11-1988.

16 Id., 1-06-1991.

17 Lyon Figaro, 10-07-1983.

18 Le Progrès, 18-07-1991 ;

19 Id.

20 Sur commande de la Renaissance du Vieux-Lyon.

21 Le Progrès, 10-12-1979.

22 Lyon la Cendrée, op. cit., p. 198.

Table des illustrations

Titre Typologie des quartiers de nuit
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Légende AFT : Autorisation de fermeture tardiveÉ : ÉtablissementF : FréquentationP : PopulationQ : Quartier
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search