Version classiqueVersion mobile

Lyon la nuit

 | 
Jean-Michel Deleuil

Deuxième partie : Espaces, populations et pratiques nocturnes

Espaces, populations et pratique nocturnes

Texte intégral

1En France, les nuits urbaines sont rythmées par les autorités préfectorales, qui fixent les heures de fermeture légale des débits de boissons (1 h dans le Rhône depuis 1954) et accordent, limitent ou retirent les autorisations de fermeture tardive. Dans le Rhône, ces autorisations ne sont accordées qu’aux établissements « ayant fait leurs preuves » et doivent être renouvelées tous les six mois à deux ans ; politique arbitraire et bridante spécifiquement lyonnaise puisque dans le reste du pays, ces autorisations sont délivrées définitivement à tout nouvel établissement de nuit, sauf infraction de l’exploitant.

2La mairie n’intervient qu’à titre exceptionnel, lors des grandes manifestations médiatiques, en délivrant des autorisations d’ouverture nocturne prolongée à tous les débits de boissons, les 8 décembre, 13 et 14 juillet, Fête de la Musique, Noël, Jour de l’An, feux de la Saint-Jean, période de foire... Michel explique : « Pour le départ du Tour de France, on nous demande de rester ouverts toute la nuit, parce qu’on va parler de Lyon, que la presse va venir. Pourquoi pas les autres jours ? On ne peut pas faire fonctionner une ville européenne dans ces conditions. »

3À l’heure de la médiatisation des nuits urbaines, l’image de marque de Lyon est ternie par la médiocrité de sa vie nocturne, je n’aurai que trop l’occasion d’y revenir. Au regard de la situation d’autres villes européennes en matière de législation et d’heures d’ouverture des établissements de nuit, il est vrai que Lyon fait figure de ville morte (cf. Annexe 2).

  • 1 J. Lavarenne, « Lyon, son visage et son âme », Chronique Sociale de France, Paris, 1948, p. 14.
  • 2 L. Pradel, Mon Lyon superbe, Solar, Paris, 1976, p. 100.

4Il est révolu le temps où les élites lyonnaises se flattaient de la faible animation nocturne de la ville, où l’on écrivait : « Lyon a ses cinémas, ses cafés, ses dancings et même ses boîtes de nuit, si c’est à ce signe qu’on juge de l’agrément d’une ville. S’il y en a moins qu’ailleurs, c’est tout à notre honneur »1. Durant des décennies, les édiles ont salué la ville laborieuse. Ils ne pouvaient dans le même temps faire l’apologie du loisir nocturne. « Le Lyonnais n’est pas triste, c’est un bon vivant, mais c’est avant tout un travailleur »2, écrivait Pradel en 1976.

5Aujourd’hui, l’austérité vertueuse à laquelle ce discours renvoie, n’est plus de mise. Pour Kamel, « Lyon, c’est une ville de travailleurs, une grande cité dortoir, une ville coincée où les gens dorment ». Désormais, l’image de la ville de travail n’évoque plus ni respectabilité ni prospérité, mais au contraire, fatigue, routine besogneuse, stagnation économique.

6Place donc à « Lyon ville d’affaires ». Si le travail est diurne, et requiert le sain repos nocturne de l’honnête homme, les affaires se traitent 24 heures sur 24, au bureau comme au pub. À la fin des années 1980, l’accueil que l’on réserve à l’homme d’affaires, au congressiste, à l’étranger prestigieux, est l’objet d’une inquiétude grandissante. Les discours des professionnels et des décideurs font souvent allusion à ce client idéal déçu par les prestations nocturnes lyonnaises et désertant la ville. En voici un exemple parmi tant d’autres :

Lors des congrès, quand les gens viennent à Lyon, ils disent « On s'emmerde à Lyon », et ils vont passer la soirée à Paris. C’est du commerce en moins, des revenus en moins, pour les hôtels et les restaurants, et indirectement des recettes en moins pour la ville. Et pour l’image de Lyon, c’est déplorable. On nous dit souvent : « Lyon, c’est bien, c’est une belle ville, on y mange bien, mais alors la nuit... (grimace) » (Christian).

  • 3 V. Bosch, directeur du Transbordeur, sur Télé Lyon Métropole le 3-4-1991.
  • 4 Guide de Lyon 1991, Office du Tourisme (je souligne).

7Pour mettre un terme à ce cauchemar et relancer les nuits lyonnaises, municipalité et exploitants reprennent la profession de foi de Victor Bosch : « Une ville internationale doit bouger la nuit. Plus on se couchera tard, plus il y aura de lieux ouverts à 5 h du matin, plus il y aura une dimension internationale à Lyon »3. Le ton de l’Office du tourisme se fait péremptoire, et encourage la fréquentation de Lyon la nuit : « Avant ou après le restaurant, mais obligatoirement avant de regagner votre hôtel, laissez-vous attirer par la vie nocturne de Lyon. Donnez-vous la peine de lire ce qui suit, vous ne pourrez pas résister, vous serez séduits »4.

8Dans l’urgence, les professionnels de la nuit se regroupent au sein de l’Association des Discothèques de Lyon et de sa Région (ADLR). Interlocuteurs convenables pour la municipalité, puisque respectant un cahier des charges précis, ces patrons d’établissements interviennent auprès de la préfecture pour obtenir une augmentation conséquente des autorisations de fermetures tardives. À l’Hôtel de Ville, Christian commente :

Nous aimerions inverser la politique des dérogations à l’heure légale de fermeture, mais la préfecture n’y est pas prête. Nous, nous associons l’ADLR aux festivités de la ville, à l’Office du Tourisme etc... ça améliore l’image de marque et les retombées pour la ville.

9Trois parties en présence, trois espaces de référence : la mairie s’inquiète pour « la ville », l’ADLR défend les intérêts des patrons d’établissements, et la préfecture gère les fermetures tardives, par le biais des arrondissements, à l’échelle des quartiers. C’est à cette échelle que s’articulent les procédures préfectorales et les stratégies de localisation des exploitants. Les autorisations de fermeture tardive sont en effet délivrées sur avis favorable du commissaire d’arrondissement, lequel participe ainsi indirectement au processus de localisation des établissements nocturnes, comme l’explique Kamel, en termes réitérés de quartier :

Il y a des quartiers où l’administration interdit l’implantation des discothèques. Elle bloque les autorisations et c’est la mort à petit feu. Nous sommes liés aux autorisations qui dépendent des commissaires de quartier. Certains ne veulent rien savoir. À 20 h, il faut que ce soit l’extinction des feux dans le quartier, pour avoir un quartier tranquille.

10Kamel fait allusion aux Pentes de la Croix-Rousse. Sylvie, qui y travaille, confirme : « Les autorisations sont arbitraires. Ici on nous les refuse sans nous dire pourquoi ». Les archives de la Préfecture sont éloquentes : elles montrent qu’aux yeux de la police, l’autorisation de fermeture tardive génère une animation nocturne indésirable dans certains quartiers ; au point que dans le texte suivant, « l’heure légale de fermeture des débits de boissons » semble devenir « l’heure légale de fermeture du quartier » : suite à une demande d’autorisation de fermeture tardive d’une crèperie, le commissaire de police du 1er arrondissement rapporte au contrôleur général :

  • 5 7-12-1987, A.P.R.

L’exploitation de cet établissement n’a jamais donné lieu à des remarques défavorables ; néanmoins, il risque de devenir un pôle d’attraction pour les noctambules qui fréquentent le quartier après l’heure légale. Une dérogation constituerait un précédent que ne manqueraient pas d’invoquer les autres exploitants5.

  • 6 Rapport du commissaire du 1er arrondissement au Préfet, date illisible (années 1980), A.P.R.

11L’argument est fréquent, et montre la volonté préfectorale de tuer dans l’œuf toute velléité de fermeture tardive sur les pentes : « Le quartier voyant fleurir les établissements turcs, la moindre dérogation créérait un précédent qui serait vite exploité par les autres exploitants »6.

12En revanche, l’animation nocturne du Vieux-Lyon n’est pas assimilée par la préfecture à un désordre qu’il faudrait contenir. Quartier de nuit privilégié, les autorisations y ont été délivrées avec largesse et restent encore plus faciles à obtenir ici qu’ailleurs. Dans ce quartier, vu le nombre élevé d’établissements en jouissant, l’autorisation de fermeture tardive n’est plus « un précédent », mais une formalité nécessaire à la bonne marche des établissements. Ainsi, une restauratrice écrit :

Vu l'arrivée tardive de la clientèle dans ce quartier (Saint-Jean), il m’est difficile de travailler en fermant à 1 h. De plus, mes concurrents les plus proches jouissent d’une ouverture tardive et je perds de ce fait une partie de ma clientèle.

13Elle sera entendue.

14Hors de ces quartiers atypiques, l’autorisation de fermeture tardive est délivrée au coup par coup, en fonction de paramètres aussi divers qu’intéressants, comme le montre l’exemple du Palladium en 1982 : suite à une demande de fermeture tardive de la part des exploitants, le commissaire du 3e arrondissement pèse le pour et le contre dans un rapport adressé au directeur départemental des polices urbaines. D’abord le contre :

L’octroi d’une telle dérogation pourrait susciter de nouvelles demandes de la part d’établissements situés à proximité et de ce fait entraîner certains problèmes de nature à troubler l’ordre public, vu la fréquentation habituelle du centre commercial (de la Part-Dieu).

15Puis le pour :

  • 7 31-03-1982, A.P.R.

« En ce qui concerne la clientèle du Palladium, jeune dans l’ensemble, une sélection financière s’est instaurée de par le prix d’entrée fixé à 70 Francs »7.

16La dérogation sera accordée. La décision préfectorale a nécessité une description du contexte géographique et social qui révèle, par-delà l’anecdote « Palladium », les concepts permettant d’appréhender, à différentes échelles, la production du loisir nocturne et ses conséquences. Dans un espace de référence, le quartier, et au sein d’un réseau de débits de boissons dont l’ouverture tardive troublerait « l’ordre public », s’implante une boîte de nuit haut de gamme. Les populations nocturnes que l’on peut voir dans le quartier sont différenciées de la clientèle sélectionnée par l’établissement. Cette sélection, indispensable à l’obtention de la dérogation, va donner lieu à la production d’une limite forte à l’entrée de la discothèque.

17Ainsi l’identification sociale des populations nocturnes, par les exploitants et les pouvoirs publics, et la sélection qui en résulte, engendrent une dichotomie des pratiques spatiales, une ségrégation entre l’intérieur et l’extérieur de l’établissement. Le quartier, l’établissement et le domaine public sont donc trois espaces de référence indispensables à l’étude du loisir urbain nocturne dans sa production par les professionnels et l’administration, dans les fréquentations et les pratiques culturelles, sociales et spatiales des différentes populations de la nuit.

Notes

1 J. Lavarenne, « Lyon, son visage et son âme », Chronique Sociale de France, Paris, 1948, p. 14.

2 L. Pradel, Mon Lyon superbe, Solar, Paris, 1976, p. 100.

3 V. Bosch, directeur du Transbordeur, sur Télé Lyon Métropole le 3-4-1991.

4 Guide de Lyon 1991, Office du Tourisme (je souligne).

5 7-12-1987, A.P.R.

6 Rapport du commissaire du 1er arrondissement au Préfet, date illisible (années 1980), A.P.R.

7 31-03-1982, A.P.R.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search