Version classiqueVersion mobile

Lyon la nuit

 | 
Jean-Michel Deleuil

Première partie : L’évolution sociale et spatiale des loisirs nocturnes à Lyon de 1946 à 1990

Chapitre III. 1973-1990, récession et répression affectent le loisir nocturne lyonnais

Texte intégral

I – Un nouveau contexte pour le loisir : la crise

1Lors de la période précédente, la prospérité du loisir de nuit profitait à de nombreuses personnes : professionnels, truands, policiers corrompus... Dès 1973, le contrecoup de la crise économique touche les milieux nocturnes, en particulier les établissements les plus chics dont les bénéfices diminuent avec les fréquentations. D’année en année, la clientèle argentée qu’accueillait le Comœdia de la place des Célestins se raréfie : pour s’adapter, la discothèque se transforme en piano-bar, établissement à l’ambiance plus intimiste. Les milieux les plus aisés, les politiques et les élites de la ville désertent peu à peu la nuit lyonnaise ; l’heure est plus au marasme qu’à la gaudriole, et le récent scandale des Escuries du Roy (un député et des policiers lyonnais sont compromis dans une grave affaire de proxénétisme) éclabousse les milieux nocturnes. Dorénavant, le notable lyonnais ne pourra plus être aperçu en boîte de nuit sans être discrédité et soupçonné des pires collusions.

  • 1 D’après les bulletins de l’association « Renaissance du Vieux-Lyon », mai 1982 et juin 1987.

2Les professionnels du loisir nocturne se retournent donc vers les clientèles les plus lucratives : les classes moyennes et les jeunes, moins argentés mais plus nombreux, et dont les pratiques nocturnes ont moins souffert de la récession. Les établissements continuent à déserter la Presqu’île pour envahir Saint-Jean, mais, crise oblige, leurs activités sont plus précaires et nombreux sont ceux qui commencent une interminable série de changements de propriétaire. Les licences de débits de boissons se transfèrent dans le Vieux-Lyon avec une célérité inouïe : les établissements en bénéficiant sont 90 en 1967, 130 en 1976, 180 en 1982, et 194 en 19861.

3Saint-Jean ne suffit plus à accueillir les localisations des restaurants et des établissements de nuit. Ceux-ci s’implantent donc peu à peu à Saint-Paul, en remontant le cours de la Saône, tout au long du quai Pierre-Scize. Vers 1986, cette extension du quartier de nuit s’arrête : à force de juxtaposer les établissements les uns aux autres depuis le quai Rolland, le long du seul axe automobile important desservant le quartier et selon le sens de la circulation (la diffusion vers l’intérieur des terres est impossible de par le relief de la colline de Fourvière dominant le fleuve), on atteint les abords de Vaise, quartier trop éloigné du cœur du Vieux-Lyon pour qu’on puisse y jouir du phénomène de proximité qui provoque un turn-over des clientèles et facilite la publicité de l’établissement. Désormais, les localisations d’établissements nouveaux vont privilégier les quais de Saône rive gauche, vis à vis de Saint-Paul, et redescendre ces quais dans le sens de la circulation vers le quartier Mercière rénové depuis peu.

  • 2 Restaurant traditionnel lyonnais.

4Sur le modèle du Vieux-Lyon, la rue Mercière et les abords du quai Saint-Antoine sont réhabilités à la fin des années 1970. Avec la disparition du marché aux fleurs, les locaux en pied d’immeubles qui servaient au stockage des produits sont vacants. Le Saint-Antoine est la première boîte à s’ouvrir dans ce secteur, grâce à un échange de bons procédés : le propriétaire du local, ancien maraîcher, cherche à se recycler, devient barman, et sa femme tient le vestiaire de l’établissement, dont le patron est locataire de ses employés. La rue Mercière, elle, n’a jamais été dépourvue de débits de boissons et d’établissements de nuit, mais avant la restauration, ils ne connaissent qu’un succès moyen, mis à part le restaurant « le Bistrot de Lyon », rendez-vous des personnalités de passage et des notables lyonnais. La restauration du quartier va permettre à son patron de mener une politique expansionniste rapidement couronnée de succès puisqu’il inaugure à côté de son restaurant, pas moins de quatre établissements contigus : le Bar du Bistrot et le Sunset Café, ainsi qu’un bar à vin et un bouchon2. À l’autre bout de la rue, se monte le Saint-Louis, piano bar, dont le patron rachète le modeste restaurant voisin et en fait le Moss. Entre ces deux pôles créés par des acteurs spécifiques autour de deux établissements de base, le Bistrot de Lyon et le Saint-Louis, se montent en quelques années restaurants et boîtes de nuit : le Mozart, les Enfants Terribles, le Mercière... Déjà en 1982, l’évolution des fréquentations nocturnes du quartier était patente et un journaliste lyonnais en dressait le bilan suivant :

  • 3 Vivre à Lyon, no 47, Juin 1982.

Au Bistrot de Lyon, tous et toutes y passent, de Louis Aragon à Eddy Mitchell, d’Annie Girardot à Carole Laure, de J.-C. Pascal à J.-C. Boutier, via Brialy ou Poiret. Comme image de marque, difficile de trouver mieux ni plus contagieux. Au point qu’en 6-7 ans, tout le quartier Mercière-Saint-Antoine s’est fardé d’un je-ne-sais-quoi qui incite ceux qui le connaissent mal à le cataloguer un tantinet snob, gadget, luxueux et futile. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, on l’évitait plutôt, ce souk des bords de Saône. Ou alors, à l’inverse, des fils de bonne famille en retard de sensations passaient à l’aube pour boire le petit dernier et se frotter à cette faune qui se lève quand « les gens » se couchent3.

5Le reste de la Presqu’île voit son animation nocturne diminuer. Certes, des établissements phares comme Eddie et Domino, le John’s, le Paradiso ou le BC Blues existent toujours, mais beaucoup de débits de boissons, du quartier Grôlée en particulier, ne renouvellent plus leurs demandes de fermeture tardive. Rue Bellecordière, les imprimeries de la presse locale ont disparu, rejetées en périphérie, et les derniers établissements qui accueillaient jadis les journalistes jusqu’à l’aube ferment à 1 h. Les grands cafés de la rue de la République se raréfient au profit des fast-foods, et de grandes salles de cinéma du centre-ville ferment : le Tivoli, le Bellecour, le Royal. L’animation de soirée du secteur Bellecour-Jacobins-République a considérablement diminué, son animation tardive est nulle. Plus au sud, le centre d’échanges de la gare de Perrache a isolé un peu plus le quartier de « Derrière les voûtes » du reste de la Presqu’île. Les hôtels et les brasseries du cours Verdun, dont l’accès est devenu très complexe pour les gens n’arrivant pas directement de la gare, voient leurs recettes diminuer de 30 à 50 %. En 1978, Marin-Laflêche vend un de ses hôtels, en ferme un autre. Son empire hôtelier est mis en liquidation judiciaire (les frasques nocturnes du propriétaire ne sont pas étrangères à cette faillite, mais le complexe Perrache y a largement contribué). Un an plus tard, Jean Vittet, fils de la célèbre Mère Vittet, dont la brasserie du cours de Verdun fut un haut lieu nocturne et gastronomique durant plusieurs décennies, ouvre un restaurant sur la place Carnot, à proximité du complexe, mais sur l’autre rive du cours Verdun, afin de pallier une éventuelle faillite du restaurant familial. Ce redéploiement économique et spatial annonce une diminution de l’animation nocturne du Sud de la Presqu’île, y compris aux alentours du marché-gare.

  • 4 Le Journal, 9-10-1979.

6La même année, on peut lire dans Le Journal : « (La nuit) vous verrez Perrache se transformer en lieu de rencontre pour fêtards, clochards, fugueurs égarés. (Vous entrez) dans un autre monde, celui de la misère »4. C’est au centre d’échanges de Perrache qu’apparaît dans le paysage lyonnais cette nouvelle population de marginaux et de sans-domicile-fixe, laissée pour compte de la crise et du chômage, et c’est la nuit qu’on la remarque. Désormais, elle fera partie du décor urbain de nuit, ne cessera de peupler les représentations journalistiques et de nourrir les phantasmes d’autres populations. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

7De l’autre côté du Rhône s’achève un autre grand chantier, celui du centre tertiaire de la Part-Dieu. Outre l’auditorium Maurice-Ravel, le nouveau quartier n’est doté que d’un établissement à vocation nocturne, sous le centre commercial. Il s’agit du Palladium, inspiré du Palace parisien, qui deviendra plus tard l’Actuel puis l’Eclip’s. Au début des années 1980 ouvre le Scorpion, très rapidement frappé d’une fermeture administrative, et il faut attendre 1989 pour que le Factory, monté par un ancien gérant du Palladium, concurrence l’Eclip’s. La rénovation du quartier a pourtant permis la construction de locaux neufs de grande superficie et sans voisinage, plus adaptés au défoulement nocturne en boîte de nuit que les petits établissements du Vieux-Lyon ; mais le coût des loyers dissuade les patrons de boîtes de nuit qui préfèrent cumuler les avantages d’une grande surface et d’un mètre carré bon marché en s’installant en périphérie lointaine. Nombre de discothèques récentes se sont implantées hors Lyon : le Pénitencier (Sérézin), la Bergerie (Quincieux), le César Palace (Grenay), le Free Way (Villefranche), le Louis d’Or (Crémieux), le Pacific Club (Ternay), le Trimaran 2 (Meyzieux), le Truc(k) (Vénissieux) et le Xyphos (Couzon). Ces établissements de grande surface ne peuvent être attractifs que dans la mesure où ils sont fréquentés par une masse critique de clients. Que la clientèle diminue, et l’ambiance boîte de nuit disparaît, se dissout dans un espace trop grand, trop vide.

8En conséquence, les discothèques périphériques ne fonctionnent que les vendredis et samedis soir, proposant des ambiances de masse où l’on se noie dans la foule plutôt que de pratiquer une sociabilité entre intimes. Toutes se disputent les mêmes clientèles, les 17-25 ans et les 25-40 ans des classes moyennes et populaires. À l’échelle de l’agglomération lyonnaise, ces populations ne sont pas assez demandeuses de loisirs nocturnes pour faire fonctionner de façon optimale tous les établissements de ce type qu’une concurrence acharnée oppose. Les stratégies des patrons aboutissent donc soit à la spécialisation des établissements, et au ciblage d’une clientèle, soit à l’accueil conjugué des deux tranches d’âge susdites.

9La spécialisation se fait d’abord connaître par le nom de l’établissement qui laisse deviner l’ambiance et les choix musicaux des animateurs. Ainsi le Truc(k), qui appartenait aux propriétaires de la Locomotive de Paris avant sa fermeture en 1989, visait une clientèle de jeunes amateurs de rock pur et dur, excluant toute variété de la programmation musicale, tandis que la publicité de la Rivièra (Pont de Chazey) propose aux 40-60 ans de « danser tango, boléro, paso doble et valse dans un cadre féerique ».

10Cependant, les établissements les plus prospères sont ceux qui ont opté pour la double clientèle, sur le modèle de la Colline. Cette discothèque, dès sa création en 1968, se compose de deux salles communicantes : une yéyé avec tourne-disque et une classique avec orchestre. Michael, le patron, explique : « Au cours des années 1970, on s’est aperçu que les gens se mélangeaient de moins en moins, qu’ils ne passaient plus d’une salle à l’autre. En 1983, nous avons donc séparé les deux salles, pour faire le Cotton Club pour les 17-25 ans et le Privilège pour les plus âgés. » Depuis, le slogan de l’établissement est : « Deux styles différents, un même objectif : la fête. »

11Durant les années 1980, on voit ainsi le Moulin Rouge se doter d’un Moulin Club, le Xyphos se dédoubler en Titan (discothèque) et Paradoxe (club) et le César Palace vanter, outre sa discothèque renommée, son nouveau club privé. Rappelons que juridiquement, le club privé est géré par une association « loi 1901 » et ne peut recevoir que des membres de l’association. Les authentiques clubs privés sont donc rarissimes. Les patrons de discothèques abusent de cette appellation pour dissuader les clients inopportuns, rassurer la clientèle sur la sélection de celle-ci, et décomplexer les clients mûrs. Passé un certain âge, on ne sort pas en boîte, on va au club.

12Le Drungly est organisé de façon plus originale. La ségrégation entre tranches d’âge ne s’opère pas entre deux salles distinctes mais entre l’intérieur et l’extérieur de l’établissement. Pierre-Yves, le patron, explique :

À l’extérieur, nous faisons grill, piscine et bar de nuit à ciel ouvert pour des gens de 30 à 50 ans. On a essayé d’introduire cette clientèle dans la discothèque. C’est à chaque fois la catastrophe, et ce n’est pas une question de programmation musicale. Les 30-50 ans se sentent mal à l’aise par rapport à la jeunesse et font un complexe de supériorité. Dès qu’ils sont entourés de jeunes, ils deviennent agressifs : « Pour qui vous me prennez ? » etc... Ils veulent des privilèges, ne pas payer à l’entrée, être servis à la table... En boîte de nuit, les mélanges ne sont pas à faire, c’est bien connu.

13Les établissements de nuit périphériques des années 1970 et 1980 augmentent plus vite que les clientèles auxquelles ils s’adressent. La concurrence s’intensifie et induit une véritable course à l’armement en matière de décor et d’animation. Le mobilier doit être impeccable, souvent renouvelé, ainsi que le matériel :

En 1970, on avait une rampe avec 18 spots. J’appuyais sur un bouton derrière le bar pour les faire clignoter. Ça ne coûtait rien et tout le monde était ravi. Aujourd’hui, le moindre effet coute de 5 000 à 50 000 F, et les clients les remarquent à peine. Par contre, si je les supprime, on ferme dans quinze jours (Pierre-Yves).

14Les investissements nécessaires au succès de l’établissement ont considérablement augmenté, ainsi que les droits que réclame la Sacem, la bête noire de la profession. En bon chefs d’entreprises, les patrons de boîte de nuit font appel, depuis les années 1980, à d’autres professionnels qui prennent en charge l’organisation d’animations diverses. En contrepartie, la boîte de nuit devient un espace de promotion :

Nous sommes démarchés par des agents de spectacles, des filières, des connaissances, pour promouvoir un chanteur inconnu, faire tourner un nouveau au Top 50, ou des spectacles de magie, de fakirs, de danseuses topless. M. Jeff organise les élections de Miss nue, de la fesse coquine, pour sourire... La soirée Miss Penthouse était très réussie, avec des mannequins et des filles du public. Le jury était fait de distributeurs de whisky, des gens de Penthouse et de Sky-Rock (radio F.M. privée) (Pierre-Yves).

15Durant ces années où cinéma et télévision abreuvent quotidiennement les spectateurs d’images fortes et d’effets spéciaux, les clientèles de boîtes de nuit demandent toujours plus d’ambiances étonnantes, de dépaysement. Les décors, les mobiliers et les jeux de lumières se complexifient, les références et les modèles du loisir nocturne changent d’objets, les établissements changent de nom et s’adaptent aux nouveaux mythes de l’évasion, à commencer par la conquête spatiale. En 1973 s’ouvre le Lunaire (Sathonay) ; quelques temps plus tard, le Spoutnik ; le groupe Pulsar se produit lors de l’inauguration du Bastring :

  • 5 Lyon-Poche, no 60, 11-1-1973, p. 46.

On entre dans un autre monde, on croit rêver, c’est un aquarium, c’est l’espace galactique. L’éclairage ne s’impose pas, il est comme un parfum diffusé allant du jaune au bleu et mourant dans le mauve pâle. Rien n’est agressif, le bar aux formes arrondies est plus qu’accueillant. (...) La piste de danse en inox permet toutes les exhibitions5.

16Cette mode n’aura qu’un temps, et l’invitation au voyage se fera plus maritime dans les années 1980, avec le Vaisseau Public, le Hublot, le Navire Bar, le Transbordeur. Des espaces insolites, et clos, invitent à une sociabilité d’initiés en milieu fermé : l’Hôpital, le Factory, le Cocon d’Or, le Château, le Refuge, le Zoo, l’Aquarius, le Pénitencier. Réidentification sociale et partage éphémère du prestige d’une noblesse romanesque ou des milieux artistiques sont proposés au César Palace, au Mylord, aux Ducs, au Monte-Cristo, au Don Quichotte, au Comte Zaroff, au Dizzy, au Balzac, au Mozart. D’autres se réfèrent au voyage dans le temps : le Café Baroque, le Pub 1900, les Années Folles, le Swing, le Charleston.

17L’établissement de nuit doit apparaître comme un espace en rupture avec la ville diurne et la vie quotidienne contingentée (l’Alibi), aliénante (le Taboo, l’Amnésia, le Madness, Ma Petite Folie), inhibitrice (Au Cœur de l’Aventure, le Liberty’s, l’Évasion, l’Incognito, l’Exil). Le slogan de ce dernier représente à lui seul ce que recherchent les clientèles et ce que proposent les établissements : « Loin de tout l’espace d’un soir ».

18Les destinations sont variées. Paris reste mythique (le Matignon, l’Odéon, le Quartier Latin), ainsi que les U.S.A., bien que la côte Est tombe en désuétude, crise oblige, au profit du Centre et de l’Ouest (le Saint-Louis, le Mississippi, le Texas, le Pacific). Mais, en ces années où le « sea, sex and sun » du Club Méditerranée n’a toujours que plus de succès, le dépaysement nocturne privilégie les références exotiques. Le décor et les consommations des établissements concernés sont mis au diapason des cartes postales subtropicales, et le nom de l’établissement, par son évocation d’un climat chaud, véhicule à la fois une référence attractive et une image de la sociabilité qu’il propose. Depuis 1973, on a ainsi vu dans les rues de Lyon les enseignes au néon de : l’African Village, l’Africana Club, Via Brazil, le Club des Iles, le Club Caraïbes, la Plantation, le Béluga, la Pachanga, le Chantaco, la Sagaie, le Banana s Club, le Blue Banana, l’Iguaçu, le Pago-Pago, la Sangria, l’Empika, le Madiana, le Mathé Pub, le Colonial Café, ou le Tahonga dont la publicité vante « le charme d’Outre-Atlantique, les cocktails de flibustiers ».

II – La fête n’est plus ce qu’elle était

19De 1973 à 1990, les demandes de permission de nuit confirment l’évolution observée sur la période précédente. Les associations religieuses et les anciens combattants disparaissent de la liste des organisateurs de festivités nocturnes, comme disparaissent les pratiques d’« aide aux vieux du quartier », les collectes de fonds pour les colonies de vacances, les mutuelles ou les œuvres diverses. Les manifestations sportives donnent encore lieu à quelques permissions de nuit, à l’initiative de clubs ou de fédérations, mais ces pratiques se font plus rares, et ne se réfèrent plus au quartier.

20En revanche, de nouvelles communautés apparaissent. Les Ivoiriens de Lyon, l’Association Zaïroise, les Étudiants Camerounais, l’Association des Jeunes Comoriens ou l’Amicale des Ressortissants Sénégalais fréquentent systématiquement la Cafétéria Charlemagne de Perrache. Seule la communauté arménienne semble avoir conservé des pratiques festives nocturnes régulières depuis les années 1950, représentée aujourd’hui par l’Amicale de la Nouvelle Génération Arménienne.

21Les fêtes familiales et les soirées entre amis représentent toujours une forte proportion des permissions de nuit motivées, et ce d’autant plus que les activités associatives ont fortement diminué. Cependant, on ne fête plus les mêmes moments : le baptême, la communion et les fiançailles disparaissent des motivations festives car on ne les affecte plus du poids traditionnel des grands événements du cours de la vie, et le mariage recule devant l’anniversaire : le couple que les familles célébraient lors des fiançailles et mariages laisse la place à l’individu fêtant son propre anniversaire entre amis. La fête familiale traditionnelle, désormais plus diurne que nocturne, se replie sur le foyer ou la résidence secondaire. La nuit de fête entre proches dans Lyon devient celle de l’amitié et des relations plutôt que celle de la parentèle et de la filiation. Ainsi, en 1952, on trouve, parmi ces permissions de nuit, 84 % de mariages et 12 % d’anniversaires. En 1988 le rapport s’est inversé : 75 % d’anniversaires et 20 % de mariages.

22Les festivités auxquelles donnent lieu les relations de travail, de profession, de corporation, sans avoir diminué, ont changé de visage. Si les milieux estudiantins sont toujours demandeurs de permissions de nuit, les syndicats, les mutuelles, les associations et corporations d’ouvriers ou d’artisans disparaissent des organisateurs de festivités nocturnes. On ne trouve plus trace que de rares « départs en retraite SNCF » et de quelques fêtes de corporations des couches moyennes supérieures, en particulier des professions libérales qui perpétuent les fêtes estudiantines de leur jeunesse (bals des dentistes, des médecins, des avocats...)

23En revanche, on voit nettement se multiplier les soirées organisées par les entreprises ou les comités d’établissements. Politique paternaliste des entreprises rassemblant comme de grandes familles les membres qui les composent pour améliorer les relations sociales en leur sein ou initiatives des salariés ? Les demandes de permissions de nuit ne sont pas assez précises pour qu’on puisse savoir dans quelle mesure ces deux démarches coexistent. Néanmoins, le fait est que nombre de demandes font référence au nom d’une entreprise, B.P., Établissements Fleurs de France, Transports Puthet...

24Les références à l’espace, en particulier au quartier, n’apparaissent plus que très rarement : les amicales boulistes, les associations de quartier, religieuses, politiques, sportives ou de solidarité, ne participent plus à l’animation nocturne locale. Seules les associations de la Croix-Rousse entretiennent nuitamment, en même temps qu’une identité et une mémoire locale, le sentiment d’appartenance au quartier : en 1985, le Collectif Croix-Roussien pour l’Égalité et contre le Racisme organise une semaine d’expositions et de spectacles dans diverses salles du plateau et des pentes sur le thème « Vivre ensemble à la Croix-Rousse » ; en 1984, l’Association le Petit Croix-Roussien organise à la maison de la Danse une grande soirée en l’honneur du quartier :

  • 6 Le Progrès, 15-2-1984.

Nombreux furent les Croix-Roussiens qui répondirent à l’appel. Environ 250 personnes sont en effet venues applaudir un spectacle savamment dosé et varié, exclusivement composé d’artistes locaux. Les élèves de l’école d’accordéon de Roger Poujol (Président de la République de la Croix-Rousse) et le groupe punk « Lanterne Rouge » ont permis de relier les générations6.

25Cependant, ces initiatives, pour intéressantes qu’elles soient, ne doivent pas masquer la diminution quantitative des permissions de nuit délivrées aux établissements et salles des 1er et 4e arrondissements. Comme dans tous les quartiers populaires, les organisations de festivités nocturnes à la Croix-Rousse se font rares. Ce sont en effet les débits de boissons et établissements du centre-ville qui drainent la grande majorité des permissions de nuit, ceux du 2’arrondissement, en particulier entre Jacobins et Terreaux, la place Bellecour étant définitivement privée d’animation depuis la fermeture de l’Hôtel de l’Europe, et ceux du Vieux-Lyon, voisins des pubs et boîtes de nuit : la carte des permissions de nuit tend à reproduire celle des autorisations de fermeture tardive, mais sans qu’apparaissent d’adresses franchement récurrentes.

26Le phénomène observé précédemment continue : on délègue aux patrons de débits de boissons le soin d’organiser et de recevoir les festivités exceptionnelles. Les établissements du centre accueillent ainsi des pratiques de groupes périphériques, et, de plus, nombre de permissions de nuit sont motivées par les fréquentations tardives du centre-ville nocturne et une demande de restauration que les établissements à fermeture tardive ne peuvent satisfaire (accueil de groupes importants de touristes, de « clients visitant le Vieux-Lyon avant de venir manger », de « gens sortant d’un spectacle à 11 h. »...) Enfin, la multiplication des « soirées » (non motivées) organisées par les patrons d’établissements centraux ne bénéficiant pas d’autorisations de fermeture tardive permet à ceux-ci de compenser le manque à gagner qui en découle. En 1978, le patron de l’Amarcord à Saint-Georges justifie ainsi ses demandes répétées de permissions de nuit : « Mon horaire actuel (fermeture à 1 h) ne me permet pas de recevoir ma clientèle et ma situation m’oblige à les mettre à la porte alors que la soirée ne fait que commencer, ce qui ne les pousse pas à revenir. » En 1988, des établissements comme le Zénith ou le Tchin-Tchin sont coutumiers du fait et organisent hebdomadairement des soirées grâce aux permissions de nuit délivrées par la mairie.

27À l’initiative des patrons de débits de boissons, les permissions de nuit participent à la promotion et au chiffre d’affaires des établissements centraux. La soirée d’inauguration est désormais systématique, et permet de constituer une clientèle de base dont on entretient la fidélité en organisant régulièrement des soirées à thèmes. Sur le modèle des boîtes de nuit, ces soirées exceptionnelles proposent des ambiances dépaysantes, exotiques ou folkloriques : soirées « tzigane », « irlandaise », « polonaise », « brésilienne », « années 30 », « années 50 », « années 60 », « années 70 » pour les débits de boissons, soirées « paella » ou « choucroute » pour les restaurants. Pour financer la publicité et les moyens techniques exceptionnels nécessaires au succès de ces soirées, de généreux mécènes sont associés à leur organisation. La permission de nuit permet ainsi, outre la promotion de l’établissement, celle de médias (radios privées, serveurs minitels), de marques dont la publicité est sévèrement contrôlée et qui cherchent à assortir leur nom d’une connotation festive (cigarettes, alcools) ainsi que d’entreprises diverses ou de mutuelles étudiantes, voire de collectivités locales. À la fin des années 1980, ces derniers sponsors sont à l’origine d’une nouvelle orientation thématique des festivités nocturnes, celle de la réussite scolaire et universitaire, du prestige du diplôme. Ce moment de la vie que la famille n’a jamais fêté hors foyer et que les boîtes de nuit ne peuvent exploiter en tant que prétexte à défoulement et à dépaysement, donne lieu à des célébrations nocturnes d’un nouveau type, comme « la Nuit des Winners », à l’initiative de la Communauté Urbaine en 1990 en l’honneur des bacheliers de l’année, ou « La Grande Nuit de la Réussite » (estudiantine) organisée à l’Eclip’s par Radio Scoop et la Smerra (mutuelle étudiante).

28Simultanément naissent de nouvelles festivités qui n’apparaissent pas dans les listes de permissions de nuit, et pour cause, mais qui sont néanmoins dignes d’intérêt. Il s’agit de fêtes informelles, tolérées par les autorités, et qui concernent chaque année plusieurs milliers de personnes. Un ancien local industriel appartenant à un syndicat d’artisans, ne répondant pas aux normes de sécurité, ainsi qu’un bateau clair amarré quai Claude-Bernard, accueillent régulièrement des festivités illicites. Tout un chacun peut en effet louer ces locaux pour la nuit, y servir de l’alcool à bas prix et sans licence, inviter les gens à danser sans autorisation et hors du contrôle de la Sacem, moyennant une faible « participation aux frais ». Les vigiles se louent 500 F pièce et doivent éviter tout débordement, bien que de tragiques faits divers aient montré qu’il leur arrivait de les provoquer. Ces soirées extrêmement rémunératrices sont organisées par des groupes d’étudiants pour financer des activités diverses ou des loisirs individuels (à l’image de cet étudiant qui s’offrit une voiture en fêtant trois fois ses 20 ans), ou d’acteurs anonymes exploitant le fait que nombre de populations fortement demandeuses de loisirs nocturnes n’y ont pas accès financièrement ou racialement. « Nuit du Zouc », « Nuit des Antilles », « Nuit Africaine », « Nuit de la Femme Africaine », « Nuit du Reggae », « Nuit du Raï » sont ainsi régulièrement organisées en ces lieux sans qu’il soit possible de savoir à qui profitent ces festivités. Gageons qu’il ne s’agit pas toujours d’associations de communautés, lesquelles passeraient plus souvent par la procédure légale et très simple de la demande de permission de nuit. Nous retrouvons ici des références aux noms évocateurs des pays chauds, comme ceux des établissements de nuit, mais dans un cadre bien différent. La nuit lyonnaise est décidément exotique, mais à chaque population ses espaces, ses loisirs, ses moyens, son exotisme, dépaysant ou nostalgique.

III – Plus d’établissements que d’ambiances

29Depuis longtemps, les truands fréquentent les établissements de nuit lyonnais, et parfois y paradent. L’opinion publique ne s’en est jamais émue qu’épisodiquement. Mais, quand le scandale éclabousse politiques et policiers, l’image des milieux nocturnes bascule. On connaissait les accointances entre patrons d’établissements et groupes mafieux, et celles-ci étaient relativement tolérées. Mais le scandale du début des années 70 fait en sorte que désormais le professionnel du loisir nocturne sera systématiquement assimilé à un truand, l’homme politique aperçu en boîte de nuit à un voyou.

30Or les bals d’associations ou de corporations disparaissent du paysage festif lyonnais. Le loisir nocturne familial et traditionnel de la bourgeoisie lyonnaise disparaît avec la fermeture de l’Hôtel de l’Europe : le loisir de nuit n’appartient plus qu’aux établissements spécialisés, discrédités. À de rares exceptions près, les notables désertent la nuit lyonnaise, et vont opposer une inertie considérable à son développement. Simultanément, la préfecture, traumatisée par le scandale qui a mis en cause certains de ses services, durcit sa politique d’autorisation de fermetures tardives, de façon à ne plus être soupçonnée de sympathie pour les professionnels du loisir nocturne. Nous en verrons plus loin les conséquences.

31Le discrédit jeté sur les milieux nocturnes s’accompagne d’une forte répression du grand banditisme local, qui diminue dans des proportions inouïes, se déplaçant vers Marseille, Paris ou Grenoble. Certes, quelques groupes mafieux continuent à pratiquer le racket des boîtes de nuit des quais de Saône et du quartier Mercière, mais dans de tout autres proportions ; de plus, phénomène symptomatique, la prostitution disparaît peu à peu des rues du centre-ville et trouve de nouveaux médias (réseaux minitels) et de nouveaux espaces (saunas, salons de massage, parkings, aires de repos des grands axes périphériques...).

32Les liens traditionnels qui faisaient vivre en symbiose patrons d’établissements et gangs mafieux s’estompent peu à peu. Les professionnels du loisir nocturne peuvent commencer à prétendre à une certaine reconnaissance sociale de leur corporation, au moment où le discrédit qui pèse sur eux est à son apogée, ce qui restreint leurs initiatives durant toutes les années 1980.

33La traduction spatiale de ce marasme, aggravé par la récession, se lit dans la diminution de l’animation nocturne de la Presqu’île. Les autorisations de fermeture tardive s’y font plus rares, et se concentrent dans des secteurs réinvestis par les établissements de nuit (rues des Marronniers, Mercière, quai Saint-Antoine). Sur le modèle du Vieux-Lyon, ces quartiers se spécialisent dans l’animation nocturne du centre-ville. Concentrant débits de boissons et restaurants, ce sont eux qui drainent, à l’initiative des professionnels ou des clientèles attirées, le plus grand nombre de permissions de nuit, privilégiant respectivement les 2e et 5e arrondissements (cf. Carte 4).

34Les stratégies qui ont donné naissance à ces quartiers de nuit se perpétuent. À la fin des années 1980, les professionnels continuent à diversifier et à spécialiser leurs prestations, souvent à partir d’un établissement de base devenu prestigieux. À Saint-Jean, le patron du Solas ouvre le Café des Ambassadeurs, la Cour des Loges se dote d’une annexe, la Tour Rose se déplace et se transforme en complexe d’accueil et de restauration. Sur son modèle, plusieurs restaurateurs du centre Presqu’Ile-Saint-Jean ouvrent aux alentours de leur établissement une annexe pour accueillir les clients à midi, une épicerie fine où le nom de l’établissement cautionne la qualité des produits, ou un traiteur qui propose la cuisine du chef à emporter.

35Certes, ces activités ne concernent plus directement la vie nocturne, mais elles illustrent parfaitement les contradictions qui façonnent les quartiers de nuit du type Mercière et Vieux-Lyon : trop onéreuse à mettre en œuvre, la polyvalence n’y est plus de mise. Les professionnels optent donc pour la spécialisation de chaque établissement d’une part, leur multiplicité et complémentarité d’autre part. Les mêmes stratégies s’appliquant aux mêmes clientèles et aux mêmes espaces, on aboutit à une uniformisation des prestations, des consommations et des loisirs. L’identité du quartier en est nécessairement affectée.

36Cependant, si le loisir de nuit lyonnais s’est déplacé et a évolué de façon à donner naissance à des quartiers spécialisés non traditionnels du type Saint-Jean-Mercière, il est un quartier que l’on doit qualifier de nocturne de par ses fréquentations et les représentations qui en sont faites, bien qu’il ne jouisse pratiquement pas d’autorisations de fermeture tardive. Il s’agit des pentes de la Croix-Rousse, dernier lieu nocturne où l’on trouve encore des établissements polyvalents, quartier que protège, discrédite ou menace, une réputation entretenue de quartier louche, dangereux, clandestin, marginal. Que dorénavant le loisir nocturne appartienne au quartier de nuit ne doit pas dissimuler la diversité de ces quartiers, la spécificité de leurs productions, gestions, pratiques et représentations. Mais, pour appréhender ces thèmes primordiaux de la réalité urbaine de nuit, d’autres sources, d’autres méthodes et d’autres problématiques sont à envisager.

Le loisir nocturne à Lyon 1973-1990

Le loisir nocturne à Lyon 1973-1990

Notes

1 D’après les bulletins de l’association « Renaissance du Vieux-Lyon », mai 1982 et juin 1987.

2 Restaurant traditionnel lyonnais.

3 Vivre à Lyon, no 47, Juin 1982.

4 Le Journal, 9-10-1979.

5 Lyon-Poche, no 60, 11-1-1973, p. 46.

6 Le Progrès, 15-2-1984.

Table des illustrations

Titre Le loisir nocturne à Lyon 1973-1990
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search