Version classiqueVersion mobile

Lyon la nuit

 | 
Jean-Michel Deleuil

Première partie : L’évolution sociale et spatiale des loisirs nocturnes à Lyon de 1946 à 1990

Chapitre II. 1962-1973, nouvelles pratiques, nouvelles stratégies, nouveaux espaces

Texte intégral

I – L’investissement...

1Le début des années 1960 voit arriver à Lyon une population pied-noire dont certains individus participent immédiatement au renouvellement du monde nocturne de la ville. D’une part quelques rapatriés arrivent en métropole avec d’importants moyens financiers et l’envie de se distraire en les dépensant, d’autre part quelques autres vont organiser un milieu pied-noir et vivre de la prospérité des établissements nocturnes sans travailler, par le racket et le proxénétisme, concurrençant ainsi le milieu local.

2La place des Célestins et la rue Mercière, cadres traditionnels de la prostitution lyonnaise, deviennent trop exiguës pour recevoir les nouvelles filles. Celles-ci vont se répandre dans les rues de la Presqu’île, en particulier vers le nord, en remontant les rues de Brest et Édouard-Herriot, et en s’appropriant les trottoirs des rues adjacentes.

3L’hypercentre nocturne Célestins-Jacobins éclate sous l’influence de cette nouvelle animation et voit, tout au long des années 1960, sa fréquentation diminuer au profit de nouveaux établissements et d’autres secteurs de la Presqu’île. Les autorisations de fermeture tardive de ces années montrent en particulier que le sud-ouest du 1er arrondissement, les rues Longue, Lanterne, Dubois, Neuve, etc., sont dotées de nouveaux établissements, débits de boissons ou restaurants, fermant à 2 h du matin. Simultanément, se densifient en établissements nocturnes les secteurs Opéra-Terreaux et Bellecordière-Confort (Est de la Presqu’île), ce dernier étant spécialisé dans l’accueil de journalistes de la presse locale de par la proximité de imprimeries rue Bellecordière (le Jour et Nuit, la Brasserie de la Presse, le Café du Midi). Les Célestins, le quartier Grôlée et la place de la République restent des espaces très fréquentés en soirée, mais ils ne monopolisent plus l’animation nocturne du centre-ville.

4De la même façon, mais à une autre échelle, les autorisations de fermeture tardive montrent que de nouveaux pôles nocturnes apparaissent dans le paysage lyonnais. D’abord le long des quais de Saône, rive droite, quais accueillant le marché de gros et dont les établissements, restaurants et débits de boissons, dérogent aux horaires de fonctionnement. Ils ouvrent à 2 h du matin pour recevoir les maraîchers et les noctambules qui aiment finir leur nuit par un repas traditionnel dans une ambiance pittoresque.

5Durant les années 1950, le marché de gros ne donnait lieu qu’à de rares autorisations d’ouverture précoce (avant 6 h) à 4 h seulement. En 1962, en revanche, le quai Romain-Rolland compte quatre débits de boissons ouvrant à 2 h. S’ajoutent à leur activité le bruit des camions qu’on décharge, des marchandises qu’on déplace... Les nuisances engendrées par le marché de gros et la nouvelle ampleur de celui-ci, désormais trop important pour les quais de Saône, décident la municipalité à le déplacer vers le marché-gare actuel, au sud de la Presqu’île. Dès 1966, de nombreux établissements obtiennent des autorisations de fermeture tardive autour du nouveau marché, rues Casimir-Périer et Charlemagne, pour recevoir nuitamment les camionneurs et les maraîchers, mais aussi, selon les établissements, les voyageurs de passage à Perrache ou des clients aisés et gourmands à la recherche d’une cuisine de qualité que la proximité du marché doit cautionner.

6La zone concentrant la majorité des établissements à fonctionnement nocturne s’élargit donc, en particulier vers le sud de la Presqu’île et les quais de Saône rive droite. Car le déplacement du marché de gros ne met pas fin à l’animation nocturne du Vieux-Lyon.

7Au cours des années 1960, la demande de loisir nocturne ne cesse d’augmenter : l’émancipation relative des 20-25 ans, la diffusion massive des modes yéyé puis rock, ou la consommation du disque sont autant de facteurs qui rendent l’organisation du loisir nocturne particulièrement lucrative. La centralité ou la proximité de l’établissement ne sont plus indispensables à l’attraction de la clientèle, dorénavant largement motorisée, ni la pompe désuète des décors d’établissements anciens, ni la qualité des orchestres, désormais remplacés par les pickups. Le King’s Club, cours d’Herbouville, est l’exemple type d’une nouvelle génération d’établissements nocturnes ; en 1965, on écrit au préfet :

  • 1 A.P.R. 1965.

Je suis propriétaire d’un fond de commerce de café-bar-restaurant (que) j’ai l’intention de transformer en établissement pour lequel j’ai l’honneur de solliciter le bénéfice de l’ouverture pendant toute la nuit. Il s’agirait d’un débit de boissons (dansant) sans orchestre ni attraction et dans lequel fonctionnerait seulement un électrophone. Cette activité ne nuirait en aucune façon à la tranquillité du quartier. Quant au parking des voitures, il pourrait facilement s’effectuer sur le quai1.

8Suite à la rénovation du Vieux-Lyon et au départ du marché de gros, beaucoup de locaux commerciaux en pied d’immeuble y sont vacants, leurs loyers dérisoires, et les licences des anciens débits de boissons disponibles à moindre frais, suite aux difficultés que connaissent les anciens bars et restaurants pour maraîchers. Les locaux, exigus, sont loin d’atteindre la capacité moyenne des établissements du centre-ville mais, d’une part, le tourne-disque remplace avantageusement l’orchestre, spatialement et économiquement, et d’autre part, la stratégie des professionnels du loisir s’oriente vers la multiplication des établissements, dans le Vieux-Lyon en particulier.

9Deux précurseurs, A. et R. sont à l’origine de l’investissement du Vieux-Lyon par les établissements nocturnes. En 1962, le Café des Acacias devient la Grange au Bouc, première boîte de nuit du quai Romain-Rolland, aussitôt rackettée par le milieu pied-noir. A., alors grand ponte de la mafia lyonnaise et propriétaire du John’s rue Stella, offre sa protection aux associés gérant l’établissement, et en devient l’« actionnaire majoritaire », pratique éprouvée qui permet aux caïds d’être à la tête d’empires de boîtes de nuit et de pubs. Progressivement, A. ouvre plusieurs restaurants à proximité de la Grange au Bouc. L’investissement de Saint-Jean a commencé.

10Simultanément, et alors que la Grange au Bouc s’impose immédiatement comme un haut lieu des nuits lyonnaises, R. monte, à quelques mètres de la boîte, la Vieille Rhumerie quai Rolland, puis un pub rue de la Baleine, puis le Pique-Assiette quai Rolland, le Florian place de la Baleine, et enfin, à l’angle du quai Rolland et de la rue de la Baleine, le Kobdo Club : cinq établissements dans un mouchoir de poche.

11Sur les traces de ces acteurs, et jalousant leur succès, d’autres professionnels investissent le quartier, créant par grappes successives qui viennent s’agglomérer aux précédentes, de nouveaux établissements de nuit. La préfecture accorde sans rechigner les autorisations nécessaires à l’animation de ce qui est en train de devenir un nouveau quartier de nuit.

12À la fin des années 1960, et alors que Saint-Jean est déjà densément équipé d’établissements nocturnes, de nouvelles stratégies donnent naissance aux discothèques de grande surface, pouvant accueillir de 800 à 1500 personnes, situées en dehors de la ville, où le mètre carré se rentabilise facilement : le Drungly à Pusignan, la Colline à Saint-Symphorien-d’Ozon, le Panorama ou le Moulin Rouge d’Albigny-sur-Saône datent de cette époque. Ces établissements, de dimension industrielle, ne peuvent fonctionner correctement qu’en fidélisant une clientèle lointaine, c’est-à-dire en menant des politiques et des campagnes de promotion spécifiques : ils nécessitent plus une gestion d’entreprise que de petit commerce, et annoncent la formation d’une réelle corporation des professionnels du loisir nocturne.

13En une décennie, les localisations, les modèles et les consommations ont évolué avec une célérité unique. Vers 1956-1958, l’américanisation des loisirs nocturnes s’impose et Lyon voit fleurir les Whisky-Clubs, qui connaissent leur heure de gloire entre 1960 et 1964. Jean (cf. Annexe 1) raconte : « On a commencé à boire du whisky dans les années 1950. Au début, on trouvait que ça sentait la punaise. Dans les whisky-clubs, vous aviez votre bouteille avec votre nom, c’était très chic. » Et Jacky se souvient : « C’était des établissements sélects, au décor écossais ou américain, avec des bouteilles de whisky sur les tables qui servaient de bougeoirs, et de la musique de crooner, Sinatra, Dean Martin... »

14Jusqu’en 1968, le nom des établissements de nuit fait souvent référence au whisky ou au mythe américain : le John’s, le Whisky à Gogo, le New York Whisky, le Baby Scotch Club, le Jimmy’s, le Scotch Club. Mais le whisky passe vite de mode et les rhumeries font leur apparition dans le Vieux-Lyon, établissements aux références exotiques (le Moana, le Kobdo, l’Oasis...)

15En 1968, le New York Whisky est débaptisé, et ne s’appelle plus que le New York. Les modèles mythiques auxquels font référence les noms d’établissements des années 1960 font ainsi une large place aux villes et aux quartiers prestigieux, car le loisir nocturne ne vaut d’être vécu qu’en quelques hauts lieux urbains : le Miami, le Hollywood, le Broadway, le Monaco, le Biarritz, le Venise. Outre ces rappels géographiques, apparaissent également des références historiques : le Coliséum, le Ménestrel, les Escuries du Roy, où éclatera le scandale. Autre thème de prestige associé aux noms des établissements de l’époque, les courses de chevaux servent l’image de marque du Chantilly, du Longchamp, du Jockey Club.

16Le nom de l’établissement, premier vecteur de sa promotion, propose souvent un type de sociabilité. L’enseigne annonce la couleur : drague et succès amoureux assurés à la Grange au Bouc, au Don Juan, au San Antonio ; nuit de faste à la Dolce Vita et à la Bohème ; sociabilité « authentique » à référence rurale, comme lors d’un dimanche à la campagne ou en résidence secondaire, au Chalet, à la Remise, au Ranch, ou au Cabanon. Quant à la Grotte, au Caveau, à la Mine (Givors !), et aux établissements se réclamant du Club, il est clair qu’on peut s’y enfermer entre personnes du même monde, s’isoler en groupes homogènes.

17Tandis que cette nouvelle génération d’établissements de nuit se développe, les dancings populaires des quartiers Ouest ferment peu à peu leurs portes, de nombreux établissements nocturnes fleurissent dans la Presqu’île et le Vieux-Lyon, souvent montés grâce à des financements obscurs. Les stratégies mafieuses ne sont bien sûr pas étrangères à ce phénomène : traditionnellement, le truand qui se respecte doit fréquenter les établissements de nuit, s’y informer, s’y montrer, s’y imposer et faire courir le bruit de ses exploits. Au cours de sa progression dans la hiérarchie mafieuse, il fréquente successivement le bouge périphérique, puis l’établissement du centre-ville, pour peut-être arriver à la consécration, l’accession à la propriété, officielle ou non, d’un établissement de nuit, voire d’un empire, d’un réseau d’établissements.

18De 1962 à 1973, les milieux lyonnais ont un pied sur chaque rive de la Saône : un à Saint-Jean pour l’exploitation ou le racket des établissements, un autre dans la Presqu’île avec, en plus de ces pratiques, le proxénétisme sous différentes formes. Bars à hôtesses montantes, hôtels de passes, centaines de filles arpentant les trottoirs, c’est l’âge d’or de la prostitution lyonnaise. Pierre s’en souvient : « La Presqu’île c’était cent fois plus beau qu’aujourd’hui, avec un déballage de chair fraîche, de frou-frous, de cuir, complètement dingue ! Les Lyonnais pouvaient assouvir leurs phantasmes sans monter à Paris. »

19En ce qui concerne le racket, il est moins exposé aux yeux de la foule, et éminemment difficile à cerner, la part de frime dans les discours valant celle du non-dit. Notons cependant qu’il n’est pas un mythe de série B, en particulier à cette époque, où il est appliqué systématiquement aux établissements de nuit, avec son cortège de pressions, règlements de comptes et représailles. Les incendies d’établissements de nuit sont alors beaucoup plus fréquents qu’aujourd’hui : la plupart des boîtes de l’époque ont brûlé entre 1962 et 1970. Pour faire pression sur un propriétaire récalcitrant, certains truands déposaient devant la porte de l’établissement un pot de chrysanthèmes en signe d’ultimatum.

20Cette période où la prospérité du loisir nocturne n’a d’égale que l’obscurité des transferts économiques qu’il occasionne et la confidentialité des relations entre ses acteurs, s’achève avec la grande répression des milieux lyonnais et la dénonciation publique des collusions politico-policiéro-gangstéristes.

II – ...et la délégation

21La période 1962-1973 est marquée par une diminution caractéristique des demandes de permissions de nuit. Marasme de la vie associative, ou attractivité des établissements de nuit qui se sont diversifiés en centre-ville, et qui proposent au public, en particulier aux jeunes, des loisirs nocturnes nouveaux, les initiatives festives familiales ou associatives diminuent de moitié par rapport à la période précédente.

  • 2 D’après J. Bondil, Le cinéma à Lyon, 1894-1973, Maîtrise d’Histoire, Université Lyon 2, 1974.

22Parallèlement, on voit les dancings de quartier fermer les uns après les autres ainsi que les cinémas. Au nombre de 95 en 1950 sur la commune de Lyon, on compte 94 salles en 1960 et seulement 45 en 1970. Comme le montre le tableau ci-dessous2, elles ont surtout disparu des quartiers périphériques :

Nombre de cinémas par années et par arrondissement

Nombre de cinémas par années et par arrondissement
  • 3 R. de Fragny, Cinquante ans de vie culturelle à Lyon, Ed. Résonances, Lyon 1982, p. 158.

23Les quartiers périphériques perdent notoirement de leur animation nocturne. En 1968, le 8e arrondissement apparaît comme un « quartier dépourvu de tout lieu de distraction3 », ce qui justifie la transformation de la récente salle des fêtes en « Théâtre du Huitième ». Les salles diverses où s’animaient régulièrement les nuits de quartier des années 1950 restent à la disposition des associations pour l’organisation de bals et galas de bienfaisance, mais ces manifestations se marginalisent. Elles attirent moins de monde, en particulier moins de jeunes, et se déroulent de plus en plus souvent le dimanche après-midi, disparaissant du paysage nocturne lyonnais. Corollaire du non-renouvellement par les jeunes des personnes concernées par ces activités associatives, le vieillissement de ces populations les fait abandonner les festivités nocturnes pour des kermesses d’après-midi plus raisonnables. Les associations d’anciens combattants et les associations catholiques (scouts, Éducation Populaire de quartier...) dont l’activité nocturne était prépondérante dix ans auparavant, disparaissent peu à peu des permissions de nuit.

24Mis à part la salle Darius-Milhaud (3e) et le siège de l’Amicale Laïque de la Croix-Rousse (4e), les grandes salles des fêtes et lieux associatifs font beaucoup moins l’objet de demandes de permissions de nuit, au profit de débits de boissons et de restaurants. Ceci implique une dispersion spatiale beaucoup plus grande des festivités spontanées, les adresses récurrentes étant plus rares que durant la période précédente ; et socialement, un changement des pratiques festives, la sociabilité du bal reculant devant celle de la table. Certes on danse toujours sur les terrains de boules, voire sur les terrains de basket des écoles, mais moins souvent, et « les musiciens du quartier » ne sont plus mentionnés dans l’organisation de la fête. Les associations fréquentent davantage des établissements choisis selon des critères nouveaux où la proximité intervient moins. La référence au quartier disparaît progressivement des textes de permissions de nuit, des motivations comme des noms des associations demandeuses. On trouve encore mention de « Communes libres » et de sections locales du PCF, mais la vie associative de quartier semble moins vivace, et se pratique surtout le jour.

  • 4 Fête foraine lyonnaise.
  • 5 P.N. 1973, A.M.L.

25Le Plateau de la Duchère fait figure d’exception, où l’on inaugure de grands ensembles particulièrement excentrés et sans quartier contigu. Les populations modestes qui y résident n’ont guère la possibilité d’accéder aux établissements de nuit du centre-ville. Les permissions de nuit émanant des habitants ne sont pas innombrables mais concernent systématiquement des espaces du quartier, où le manque d’équipements et de débits de boissons se fait sentir : il n’en existe qu’un, la Brasserie du centre commercial. C’est elle qui accueille toutes les festivités locales, les mariages, le bal des Sapeurs-Pompiers ou la soirée d’ouverture de la vogue4. Entre les parkings et la galerie marchande, la brasserie ne peut servir de siège à l’amicale bouliste. Celle-ci se voit contrainte d’organiser son concours et son bal « le long des immeubles 450 à 455 »5.

26Les autres quartiers semblent moins isolés et mieux équipés, et pourtant la permission de nuit y perd son caractère de fête exceptionnelle et spontanée. Les festivités familiales et associatives reculent devant l’augmentation des permissions de nuit stratégiques : les patrons de débits de boissons en sont régulièrement demandeurs, dans le but de fidéliser une clientèle et promouvoir l’établissement, même s’ils ne sont pas spécialisés dans l’accueil de noces et banquets. Sur leur initiative, on commence à fêter l’inauguration des bars ou leurs anniversaires. Pour augmenter la fréquence des festivités, certains optent pour le concours de belote mensuel et tardif (le Café de Saint-Rambert), d’autres se spécialisent dans la soirée dansante hebdomadaire d’association (Auberge de la rue de Bourgogne). Vraisemblablement, cette stratégie permet de contourner les autorisations de fermeture tardive et les autorisations de dancings, en laissant l’établissement ouvert aux personnes étrangères au groupe organisateur, le plus souvent fantôme ; la pratique est illégale mais tolérée dans la mesure où le voisinage ne se plaint d’aucune nuisance, et où l’établissement jouit des protections politico-administratives nécessaires. Rappelons qu’à l’époque les services de police lyonnais sont très tolérants.

27L’organisation des festivités nocturnes étant progressivement prise en charge par les professionnels du loisir et de la consommation nocturnes, les salles des fêtes et de bals sont peu à peu désertées. Le récent Palais des Congrès reçoit peu de festivités nocturnes, et seuls le Palais d’Hiver et les établissements prestigieux de la place Bellecour attirent régulièrement des foules importantes à l’occasion de permissions de nuit répétées.

28Du moins au début des années 1960 car, dès 1965, les salons Berrier et Millet sont transformés en Facultés Catholiques, et la Maison Dorée devient l’annexe du Syndicat d’Initiative. L’Hôtel de l’Europe reste le premier établissement bénéficiant de permissions de nuit jusqu’en 1969, date à laquelle ses locaux accueillent la Direction judiciaire pour la Jeunesse. La place Bellecour cesse alors de constituer un pôle nocturne de la ville. En 1973, le deuxième arrondissement n’arrive qu’en septième position (sur neuf) au regard du nombre des permissions de nuit par arrondissement : en 1962, il recevait 33 % des permissions de nuit, en 1968, 24 %, et en 1973, après la fermeture de l’Hôtel de l’Europe, seulement 3 %.

29En revanche, le Palais d’Hiver jouit, de par sa localisation périphérique, d’une absence de voisinage, d’une superficie importante et d’une salle quasi modulable. À la fois dancing, salle des fêtes et salle de spectacle, il accueille des manifestations très diverses, à un rythme soutenu, dont l’organisation est toujours plus simple et moins chère qu’en centre-ville. Le Palais d’Hiver, contrairement aux salons et aux anciens établissements centraux, s’est adapté aux nouvelles demandes de loisir nocturne et de spectacle. Le texte suivant, daté de 1968, le décrit ainsi :

  • 6 J. Meilhaut, « Le Palais d’Hiver », dans La Vie lyonnaise, no155, 1-1-1968, pp. 32-33.

Le folklore standardisé que déversent les transistors a-t-il tué le music-hall ? Le spectacle a dû opérer sa révolution industrielle. Mais, si la plupart des salles lyonnaises d’avant-guerre ont fermé leurs portes, l’une d’elle est devenu en moins de 50 ans, l’une des plus importantes d’Europe : le Palais d’Hiver (...). Le public ? Bal militaire, nuit de l’étudiant, gala de la presse sportive, bal de la boucherie, chaque soirée possède une atmosphère particulière. Au bal des finances on trouve encore un air de province qu’on chercherait en vain le samedi soir, quand Eddy Mitchell catalyse les énergies vocales des teen-agers. Avec lui, Johnny Halliday et les Beatles déchaînent des ouragans où le vandalisme délibéré est moins à craindre que les débordements de l’hystérie collective. Jusqu’à présent, le pire a été évité. En revanche, le public de la Soirée de l’Entreprise, soirée mondaine où on applaudit poliment une vedette de prestige, passe pour être le plus difficile de ceux qu’attirent les quelques 250 galas annuels du Palais d’Hiver6.

III – La fête par la consommation

30La période 1962-1973 constitue une phase transitoire des nuits lyonnaises à tous égards. Les enjeux économiques que cristallise le loisir nocturne augmentent brutalement au début des années 1960 sous les effets conjugués de la hausse du niveau de vie et l’apparition de nouveaux modes de consommation. Cet essor incline les professionnels, et les gangs mafieux, à investir dans la nuit urbaine avec plus de dynamisme. De nouvelles stratégies de localisation et d’organisation du loisir nocturne voient le jour, motivées par une recherche de rentabilité optimale.

31Les établissements de nuit se multiplient et désertent l’hypercentre traditionnel des Célestins : le centre-ville nocturne s’étend dans la Presqu’île, les professionnels commencent à investir Saint-Jean, et certains s’exilent en lointaine périphérie pour y créer des établissements isolés à grande surface. Simultanément, la place Bellecour, qui voit se fermer ses salons, perd son ancienne animation nocturne. Néanmoins, et compte tenu du fait que la cartographie qui suit (cf. Carte 3) présente l’activité nocturne cumulée des années 1962 à 1973, le 2’arrondissement apparaît comme un lieu encore privilégié par les permissions de nuit, sous l’influence des années 1962 à 1965, durant lesquelles l’attraction des salons est optimale. Cependant leur fermeture induit une augmentation, en valeur relative, des festivités spontanées des quartiers périphériques des 3e, 4e, 7e, 8e et 9e arrondissements.

32Le loisir nocturne se déplace donc, sous l’impulsion de nouveaux patrons, officiels ou officieux, qui saisissent avec à-propos les opportunités immobilières qu’offrent le Vieux-Lyon rénové ou les campagnes environnantes. Mais l’investissement de Saint-Jean par les professionnels n’est rendu possible que par une modification de l’organisation du loisir nocturne : les nouveaux établissements du Vieux-Lyon occupent des locaux minuscules, où n’entrerait pas un orchestre complet. L’électrophone rend possible l’exploitation de petites boîtes de nuit et participe simultanément au renouvellement des pratiques festives. Désormais, on danse au son du disque, de la voix de la vedette enregistrée, que l’on peut consommer chez soi ou en boîte. L’industrie du disque, les radios et la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) inventent le Top 50, imposent aux clients et aux professionnels des programmes musicaux stéréotypés et jetables, qui se succèdent au gré des modes et des campagnes de promotion.

33Tous ces phénomènes concourent à la séparation spatiale des loisirs nocturnes : les établissements se spécialisent dans le débit de boissons ou la danse. Le spectacle et la scène quittent à la fois le centre-ville et l’établissement de nuit pour connaître une autre évolution, avec d’autres acteurs, les producteurs de spectacles, et d’autres espaces, les salles périphériques à grande capacité. Le Palais d’Hiver est symptomatique de cette mutation : dernier établissement polyvalent d’envergure, il est tour à tour dancing, salle des fêtes, et salle de spectacle, mais ne propose que des soirées spécialisées se succédant.

34Cette séparation des loisirs induit celle des clientèles. Certes, le loisir nocturne n’a jamais été vraiment interclassiste, mais la spécialisation des établissements renforce les dichotomies entre les populations les fréquentant. La concurrence ne faisant qu’augmenter, les patrons doivent fidéliser des clientèles spécifiques, ce qui devrait engendrer une diversification des établissements, mais, leurs bénéfices étant tributaires des consommations à la mode et des populations les plus rémunératrices, on assiste en fait à une uniformisation des établissements, ce qui contribue, par un effet en retour positif, à accentuer la concurrence ; nous aurons l’occasion d’y revenir.

Le loisir nocturne à Lyon 1962-1973

Le loisir nocturne à Lyon 1962-1973

35Faisant flèche de tout bois, les professionnels du loisir nocturne se font demandeurs de permissions de nuit, et, quand ils n’en ont pas l’initiative, on leur délègue volontiers l’organisation des festivités nocturnes. La fête spontanée et non déléguée se raréfie, comme la pratique musicale traditionnelle qui faisait danser la famille, les amis et les gens du quartier : savoir jouer d’un instrument n’est plus indispensable pour animer une soirée dansante, brancher l’électrophone suffit.

36La nuit de loisir commence donc à ne concerner que les fréquentations d’établissements spécialisés, agglomérés en quartier de nuit ou disséminés dans la nature, dont les patrons vont subir les conséquences de deux crises simultanées.

Notes

1 A.P.R. 1965.

2 D’après J. Bondil, Le cinéma à Lyon, 1894-1973, Maîtrise d’Histoire, Université Lyon 2, 1974.

3 R. de Fragny, Cinquante ans de vie culturelle à Lyon, Ed. Résonances, Lyon 1982, p. 158.

4 Fête foraine lyonnaise.

5 P.N. 1973, A.M.L.

6 J. Meilhaut, « Le Palais d’Hiver », dans La Vie lyonnaise, no155, 1-1-1968, pp. 32-33.

Table des illustrations

Titre Nombre de cinémas par années et par arrondissement
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Le loisir nocturne à Lyon 1962-1973
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9212/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 274k

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search