Version classiqueVersion mobile

Lyon la nuit

 | 
Jean-Michel Deleuil

Première partie : L’évolution sociale et spatiale des loisirs nocturnes à Lyon de 1946 à 1990

Chapitre I. 1946-1962, premières transformations de la nuit lyonnaise traditionnelle

Texte intégral

I – Ancien centre nocturne et nouveaux établissements

1Jusqu’en 1954, les nuits lyonnaises sont courtes. Les débits de boissons doivent fermer à 0 h 30 et les « dancings avec orchestre » ne peuvent rester ouverts jusqu’à 5 h que dans la nuit du samedi au dimanche. Seuls les établissements jouissant d’une autorisation de fermeture tardive peuvent recevoir des clients jusqu’à 2 h. C’est l’arrêté préfectoral du 23-12-1953 qui retarde l’heure légale de fermeture des débits de boissons à 1 h., horaire inchangé depuis.

2Les fermetures tardives sont donc limitées à 2 h, ce qui paraît contraignant au regard de celles pratiquées aujourd’hui. De plus, rares sont les établissements qui en bénéficient : ils sont 52 en 1952 (ils seront 132 en 1990). Parmi eux, 49 se trouvent sur la Presqu’île, dont 41 entre Bellecour et Terreaux. Ces établissements échappent à toute typologie. Il s’agit de débits de boissons où se produisent des orchestres fixes ou itinérants, qui peuvent tenir lieu de restaurant ou de dancing, et accueillir des spectacles de music-hall ou des vedettes de la chanson. Ils sont très souvent polyvalents, au point que certains d’entre eux peuvent proposer successivement toutes ces prestations à leurs clientèles au cours d’une même soirée.

3La place de la République et les Cordeliers offrent alors un grand choix d’établissements de nuit. Le Grand Café Riche, le Métropole, le John s, le Royal sont les établissements chics des années 1950, où l’on écoute des orchestres et des petites formations de jazz, avec piano, violon, guitare, batterie, mais dont l’accordéon est absent.

4Cependant, l’hypercentre de l’animation nocturne se situe aux alentours de la place des Célestins que Marcel Grancher, un Parisien, décrit ainsi en 1937 :

  • 1 M. Grancher, Lyon la Cendrée, Ed. Lugdunum, Lyon, 1937, p. 18.

La rue des Archers, c’est un peu notre rue Fontaine. Et la place des Célestins, notre place Pigalle. Aussi bien qu’à Paris, nous y possédons tout ce qu’il faut pour s’amuser en famille : des boîtes de nuit, des shackers, des poules, des jazzmen, des cosaques – de Vaise – des marchands de came, des diseuses – qu’elles disent-réalistes, des Madame Cabinet, des types soûls, des entraîneuses – très entraînantes – des garçons en vest-coats blancs, des souteneurs, des journalistes, de tout vous dis-je1.

5Après guerre, l’ambiance a peu changé : la prostitution est florissante rue Mercière et autour des établissements concentrés de la place des Célestins. Ici comme dans toute la ville, nombre d’établissements ont conservé leur nom d’avant-guerre : les Capucines, le Mimosa, le Cyclamen, les Ambassadeurs, le Perroquet, le Comœdia, l’Alcazar, le Moulin du Sans-Souci, l’Harmonie, et le Grillon, établissement phare du quartier des Célestins qui a traversé sans encombre l’Occupation et la Libération, « rendez-vous de la bonne société, Mme Blanche Dulac reçoit ».

6À l’origine, le Grillon fut ouvert, entre les deux guerres, par un marchand de soie qui désirait y accueillir ses clients étrangers. Mais, en fait de bonne société, l’établissement et le quartier sont fréquentés par des truands plus ou moins influents, des fils du peuple enrichis sans travailler, d’ex-pontes du marché noir, des industriels, des commerçants et des fils de famille en goguette. La plupart des patrons sont d’anciens truands reconvertis.

7On trouve ainsi aux alentours de la petite place des Célestins Chez Lucienne, les Ambassadeurs, rendez-vous des vedettes parisiennes, des femmes infidèles et des gigolos, l’Outa, au décor de chalet autrichien, l’impérial Café, très chic, les Capucines, la Brasserie des Archers, où se réunissaient les artistes sortant du théâtre des Célestins, le Perroquet, cabaret à entraîneuses, et le Comœdia, que Jacky Vuillermoz, ancien patron de l’établissement, décrit ainsi :

Dans les années 1950, c’était un bar à apéritif. Quand la mode de l’apéritif a disparu, c’est devenu une discothèque à la clientèle aisée : hommes politiques, étudiants en médecine, industriels, sportifs du rugby ou du football, et vedettes en tournée du cabaret, de la chanson ou du music-hall.

8Hors du centre Bellecour-Terreaux, les établissements nocturnes sont rares, du moins au début de la période qui nous intéresse. Quelques uns sont de modestes débits de boissons bénéficiant d’autorisations de fermeture tardive, mais ne pouvant accueillir après l’heure légale que des clientèles spécifiques. Ils sont isolés dans des quartiers sans animation mais bénéficient de la proximité de lieux dont les activités cessent tardivement. Ainsi, autour de la gare de Perrache, plusieurs établissements ne peuvent ouvrir leur portes après l’heure légale qu’aux employés du centre de tri postal, comme le Café de Trion ne peut recevoir que les employés du dépot O.T.L. (Omnibus et Tramways Lyonnais) « à l’exception de toute autre personne » ; et le bar des Minimes ne bénéficie d’une dérogation que les soirs de représentation au théâtre de Fourvière voisin.

9Les autres établissements de nuit périphériques sont des dancings. Aucun n’est alors situé sur la rive droite de la Saône : ils sont tous localisés aux Brotteaux, à la Guillotière et à Monplaisir, sur la rive gauche du Rhône. Outre les autorisations dont ils jouissent, les seuls documents susceptibles de nous renseigner à leur sujet sont les plaintes des riverains et les rapports de police les concernant. D’après ces textes, une nette distinction doit être faite entre les établissements dansants périphériques en fonction de leurs clientèles, familiales ou mafieuses.

10Les derniers bals musettes et les établissements qui en sont le prolongement sont mal famés, fréquentés par des petits truands, des prostituées et leurs souteneurs, dont les débordements ne sont pas du goût du voisinage. En 1948, un habitant de la rue du Dauphiné se plaint au commissaire du troisième arrondissement à propos du Moulin de Sans-Souci :

  • 2 A.M.L. 1948 (sic).

Non seulement ces jeunes gens font du tapage nocturne, mais il ne se passe pas un jour sans qu’ils se battent (...). La majorité, ce sont des gens de la pègre de la Villette et bien d’autres dont on ne connaît pas les moyens d’existence (...). Il y a trois bals par semaine, vendredi, samedi et dimanche. C’est à croire que ces zazous ne travaillent pas souvent2.

  • 3 Rapport de police adressé au maire, 1949, A.M.L.

11Ces établissements ne bénéficient d’aucune protection officieuse, comme c’est souvent le cas dans le centre. Leur activité est donc précaire. Ils ne fonctionnent qu’en pointillé, entre deux fermetures administratives imposées par la préfecture. C’est le cas du Moulin et du Pigall’s, rue Tête-d’Or, où « de nombreuses descentes de police ont été nécessaires, en raison de la mauvaise fréquentation de l’établissement par des oisifs peu recommandables »3.

  • 4 Publicité, 1950, A.M.L.

12Ruiné par de trop nombreuses fermetures administratives, le Pigall’s change de propriétaire en 1950 et devient le Monde, « un cadre moderne, une tenue impeccable, des jeux de lumière »4. Le changement de nom évoque un changement de modèle, et constitue un signe avant-coureur de renouvellement du loisir nocturne, consécutif à la croissance de la demande chez les jeunes et les classes aisées. Peu à peu, les voyous des Charpennes et du Tonkin déplacent leurs pratiques nocturnes vers Villeurbanne ou Décines.

13Cependant, il est des dancings de quartier dont les clientèles ne troublent par l’ordre public, comme le Coliséum, le Mimosa et l’Alcazar, tous trois situés place Aristide-Briand, petit centre nocturne de la rive gauche. Ici, pas d’algarade, les seules nuisances sont sonores. Les clients sont des amateurs de danse, couples ou groupes d’amis issus des classes moyennes et populaires. L’ambiance est bon enfant mais nuit au sommeil du voisinage, comme aux alentours de tous les établissements nocturnes.

  • 5 Plainte adressée au maire, 1951, A.M.L.

14Curieusement, les nuisances sonores ne donnent pas lieu à des plaintes uniformes dans tous les quartiers, du moins au regard de la documentation disponible : les plaintes les plus fréquentes ne sont pas issues du centre, où pourtant les établissements nocturnes sont concentrés, mais des quartiers périphériques, où les travailleurs veulent dormir et le font savoir. Une pétition condamne ainsi le Pisano, rue Tête-d’Or, en 1951 : « (...) En plus de l’accordéon, il y a maintenant une batterie (...). Nous sommes un groupe de travailleurs qui demandons le repos et la tranquillité5. »

15Dans le centre, où l’animation est plus bruyante, les résidents, mieux isolés ou plus résistants aux bruits, se plaignent peu des établissements de nuit. Seuls les patrons d’hôtels s’insurgent régulièrement contre leurs nuisances au nom du sommeil de leurs clients.

  • 6 Id. 1950.
  • 7 Id. 1954.

16Les Cordeliers et la place de la République concentrent les hôtels de luxe, ainsi que des débits de boissons chics à fermeture tardive, qui bénéficient, de par cette proximité, d’un potentiel de clientèle disponible en soirée et argentée. Mais cette logique économique et spatiale contrarie celle des hôteliers selon laquelle établissements nocturnes et hôtels ne font pas bon voisinage. La croisade anti-bruit que mène durant plusieurs années le propriétaire du Carlton contre le Grand Café Riche est symptomatique de cet antagonisme. L’hôtelier multiplie les plaintes au maire, jusqu’à le « mettre en garde contre une révolte grondante (pour) éviter des heurts qui semblent inévitables en raison de l’exaspération des voisins (comprendre : des hôteliers de la place de la République)6. » Après des années d’acharnement inutiles, (le Grand Café Riche jouit de solides appuis à la mairie comme à la préfecture), le patron du Carlton se résigne, et, en désespoir de cause, demande que l’orchestre du Grand Café « ne joue que de la musique classique ou de la musique douce »7. Hélas, l’heure est au jazz et l’orchestre du Grand Café, uniquement constitué de jeunes femmes, attire la jeunesse dorée de toute la ville, population déjà largement motorisée et particulièrement bruyante.

17La fermeture des Ambassadeurs en 1953 annonce le déclin de la place des Célestins en tant qu’hypercentre nocturne. La rive gauche du Rhône voit en effet s’ouvrir de nouveaux établissements de nuit qui vont, à la fin des années 1950, entrer en concurrence avec ceux de la Presqu’île. Deux acteurs sont à l’origine de ce déplacement. D’une part, la famille Vuillermoz, propriétaire du Comœdia et du Savoie en centre-ville, reprend le théâtre de l’Horloge, cours Lafayette, datant de la Belle Époque, et en fait le Broadway, dancing et salle de spectacle pouvant accueillir jusqu’à 1200 personnes : seule une localisation périphérique permet une telle capacité, logique économique et spatiale qui préfigure les installations de boîtes de nuit en milieu rural des décennies suivantes.

18D’autre part, le groupe Lamour ouvre en quelques années de nouveaux débits de boissons à fermeture tardive, toujours sur la rive gauche. Lamour est propriétaire du Palais d’Hiver, grande salle de spectacle périphérique, en bordure de Villeurbanne, qui ne connaît pas encore son heure de gloire mais propose déjà des animations nouvelles, importées des États-Unis, comme son Marathon de la danse annuel, où les couples en compétitions dansent jusqu’à épuisement. L’Alcazar, place Aristide-Briand, le Monde et le Pisano, rue Tête-d’Or, sont rachetés par Lamour, qui ouvre simultanément le Whisky à Gogo, place Maréchal-Lyautey, et le Jockey Club cours Vitton. L’empire Lamour s’étend sur tout le 6e arrondissement, quartier chic, et une partie du 3e.

19Ces établissements rompent avec la tradition nocturne lyonnaise à plus d’un titre. Les clients sont des hommes aisés, voire des notables, qui découvrent un nouveau loisir nocturne, nourri d’une sociabilité plus intime, bien différente de la promiscuité et du tohu-bohu des établissements du centre, et un nouveau modèle d’identification, le mythe américain. Le Whisky-club, titre générique de ce type d’établissements, préfigure ce que nous appelons le Pub, débit de boissons nocturne, chic et feutré, où l’on consomme des alcools chers en petits groupes de relations (ce qui est exactement l’inverse du Pub ou Public House au sens britannique du terme).

20Cependant, l’animation nocturne de la ville est également le fruit des festivités spontanées, non proposées par des professionnels. Tant en centre-ville qu’en périphérie, les fêtes organisées grâce aux permissions de nuit municipales animent la nuit des quartiers par la rumeur des bals, des banquets et des flonflons de l’accordéon.

II – Tout le monde fait la fête

21La fête de famille est, durant la période 1946-1962, la plus fréquente : elle existe dans tous les arrondissements, toutes les populations, et représente, selon les années, entre 30 et 50 % des fêtes spontanées.

22Durant cette période, tous les âges, tous les moments de la vie sont prétextes à l’organisation de bals, noces ou banquets : baptême, communion, fiançailles, mariages, anniversaires de mariage, seuls les décès ne donnent pas lieu à réjouissance, et pour cause. L’anniversaire individuel existe, mais semble peu pratiqué. On fête surtout la famille, le couple et les enfants, aux différents stades de leur maturation. Le rapport à la famille est également présent dans certaines occasions de fêtes comme la conscription des garçons, première séparation d’avec les parents qui confère un nouveau statut à l’enfant désormais adulte.

  • 8 P.N. 1946 et 1958, A.M.L.

23D’une guerre à une autre, du « retour des prisonniers » au « départ de mon fils pour l’Algérie »8, la chose militaire est régulièrement présente dans l’éventail des motifs festifs de l’époque. D’innombrables amicales de conscrits et associations d’anciens combattants réunissent, lors de festivités nocturnes, des hommes ayant partagé quelques moments de leur passé guerrier ou militaire. L’Association des Poilus d’Orient, les Gônes des Stalags, les Anciens FFI-FTPF de Vaise, les Prisonniers de Guerre de Derrière les Voûtes (quartier sud de la Presqu’île)... plus de 20 associations de ce genre organisent une à quatre fois par an commémorations et banquets.

24Le même souci de retrouvailles anime les associations d’anciens élèves, du secondaire ou du supérieur, du public comme du privé (Anciens de la Martinière, de Sup de Co, de la Faculté Catholique, ou de l’Externat Sainte-Marie...), qui se réunissent le plus souvent dans des débits de boissons ou des locaux proches ou internes à leur ancienne école.

25Le monde du travail apparaît également très fréquemment dans les permissions de nuit : comités d’entreprises, associations corporatives, « Amicale des plombiers », « personnel de l’Hôpital des Charpennes »... et surtout d’innombrables sociétés de secours mutuel organisent bals et festivités pour financer leurs œuvres. Les cheminots et les employés de l’O.T.L. sont les plus actifs : de fréquentes permissions de nuit sont délivrées aux établissements qu’ils fréquentent en soirée, proches de leurs gares ou de leurs dépôts, et leur permettent de fêter régulièrement les départs en retraite de collègues ou de réunir leurs associations, « le Jardin du Cheminot », « l’Union Artistique et Intellectuelle des Cheminots Français », « les Employés de l’O.T.L. », ou « les Dirigeants des Services O.T.L. ».

26La fête nocturne permet d’entretenir et de renforcer les liens de sociabilité et de solidarité au sein des entreprises, des corporations et des syndicats et, à plus forte raison, des communautés ethniques ou religieuses. Les associations de personnes étrangères à Lyon sont parmi les plus demandeuses de permissions de nuit, et, si la plupart concernent des ressortissants de nationalités diverses (les Hellènes de Lyon, les Étudiants Cambodgiens, l’Association pour le développement culturel et artistique des Jeunes Arméniens, ou l’Union Patriotique de Tcharsandjak), le nombre des associations régionalistes n’est pas négligeable : les Amitiés Corses, les Gars du Nord, les Ebaudes Bressanes, les Beaujolais de Lyon...

27En ce qui concerne les associations religieuses, on trouve mention annuellement de festivités organisées à proximité de l’église de la Guillotière par la paroisse russe Saint-Nicolas et l’Église grecque, à l’occasion de la Pâque orthodoxe. Mais les associations d’obédience catholique sont largement majoritaires : Amis des Scouts, Œuvres de Ste Jeanne d’Arc et St Louis, les Amis de Ste Jeanne d’Arc, la Société Familiale de Ste Blandine etc... multiplient les festivités nocturnes pour financer leurs œuvres et colonies de vacances. Ces associations sont les seules à ne jamais fréquenter, à l’occasion de leurs permissions de nuit, des débits de boissons : leurs soirées sont organisées aux sièges des associations, aux Ci-Fa (« cinémas familiaux » paroissiaux) ou dans les salles paroissiales, bénéficiant pour l’occasion d’autorisations de débits de boissons provisoires. Autre particularité des pratiques nocturnes de ces associations, elles concernent tous les quartiers sans exception : les Associations d’Éducation Populaire (catholiques) sont partout présentes, et organisent dans chaque quartier bals et galas de bienfaisance.

28La vie de quartier nourrit la vie associative. Dans les permissions de nuit de cette période, le nom du quartier est souvent présent dans celui de l’association, qu’il s’agisse de religion, de politique (Parti Communiste de la Part-Dieu, J.O.C. de Montchat...), de sport (Rugby à 13 du 7e, Amicale Cycliste Vaisoise...), ou de musique (Chanson Croix-Roussienne, Harmonie de Monplaisir...). Les permissions de nuit ainsi motivées concernent moins les quartiers aisés que les quartiers populaires, en particulier Vaise, Montchat et la Croix-Rousse. Ces quartiers sont également les fiefs de « Communes Libres » et d’associations diverses (la République Optimiste de Montchat, les Joyeux Perrachois, les Rigolards de Saint-Vincent...) qui organisent régulièrement bals « au profit des vieux du quartier » ou concours de boules nocturnes.

  • 9 P.N. 1949.

29Dans les quartiers populaires, le débit de boisson-siège de la société bouliste locale-terrain de boules joue un rôle important dans les festivités nocturnes : c’est un lieu de sociabilité privilégié qui, à la belle saison, permet de cumuler les loisirs. On y festoie, on participe ou on assiste aux concours, et un bal en plein air, sur le terrain de boules, clôture la soirée. La musique est fournie par les accordéonistes amateurs du quartier. Jamais mentionné dans les festivités nocturnes du centre-ville, l’accordéon est omniprésent dans les manifestations culturelles de la périphérie. L’Amicale Vaisoise d’Accordéon, entre autres, se produit régulièrement au Café Debard, à l’occasion de festivités diverses ou tout simplement « pour entraîner nos jeunes à la pratique de l’accordéon »9.

30Les débits de boissons, centres de l’animation de quartier, sont les locaux les plus concernés par les fêtes populaires. Ensuite viennent les salles municipales ou associatives à la disposition des petites associations de quartier : Salle des conférences de Montchat, Foyer Perrache, Siège de la Chanson Croix-Roussienne, Salle Louis-Loucheur à Vaise, Salle Étienne-Dolet à la Part-Dieu, l’Union Helvétique aux Brotteaux...

31La troisième catégorie de lieux affectés de permissions de nuit n’apparaît qu’au début des années 1950. Il s’agit de débits de boissons, la plupart du temps de restaurants, assez spacieux pour accueillir facilement noces, banquets et festivités diverses. Ces établissements excentrés, comme l’Orangeraie, ne reçoivent pas les populations du quartier, mais des associations et des familles venues de l’agglomération entière, à la recherche d’un local nocturne permettant d’éviter les démarches administratives. On commence alors à déléguer au propriétaire de l’établissement le soin d’organiser la fête, signe avant-coureur d’un profond bouleversement social et spatial des pratiques festives.

  • 10 P.N. 1952.

32Dans le centre-ville, les patrons d’établissements ont, depuis la Libération, l’initiative des festivités : ils sont demandeurs de permissions de nuit, moins pour attirer d’anonymes associations que pour accueillir une clientèle prestigieuse. La permission de nuit leur permet souvent de fermer après l’heure de fermeture tardive (2 h). Le bar Métropole de la place de la République soigne son image de marque en recevant « les artistes des Célestins » après chaque première, et « les sportifs du rallye de Charbonnières » chaque année ; de même que l’Hôtel Saint-Nizier multiplie les demandes de permissions de nuit pour honorer ses clients prestigieux, comme, en 1952, Claude Luter et Sidney Bechet « qui ont joué à l’Opéra pour les vieux du quartier »10.

33Cependant, si le deuxième arrondissement est de loin celui qui reçoit le plus de permissions de nuit, (plus de 30 % entre 1946 et 1962), c’est surtout grâce à l’attraction des salons de la place Bellecour. L’Hôtel de l’Europe appartenant à un syndicat agricole, les salons Berrier et Millet, propriété de l’état-major de l’armée de terre, et la Maison Dorée, salle municipale concédée à un exploitant de débits de boissons, accueillent hebdomadairement les festivités de groupes divers et mettent à leur disposition, outre de vastes et luxueuses salles de danse, leur licence de débit de boissons et parfois un orchestre de musiciens professionnels.

34Dans ces établissements de la place Bellecour, l’organisation de bals nocturnes est l’occasion, pour les associations, corporations et syndicats de se réunir mais surtout de dégager des bénéfices conséquents afin de financer leurs activités et œuvres diverses. Ici, contrairement au cas des permissions de nuit accordées aux petits débits de boissons périphériques, l’entrée est libre : les personnes extérieures au groupe organisateur peuvent participer au bal, et c’est de leurs consommations que se dégagent les bénéfices une fois amorti le prix de la location de la salle et du bar. Ainsi, sans en avoir le statut, les salons fonctionnent comme des dancings, au profit des propriétaires puis d’associations renouvelées de soir en soir. La clientèle de base est faite d’habitués, jeunes, couples et familles aisées qui peuvent tout aussi bien fréquenter le « Bal des Facteurs de Ville » que celui de « la Fédération des Poids et Haltères ».

35Contrairement aux festivités de quartier, celles de la place Bellecour sont fréquentées par une majorité de personnes extérieures au groupe organisateur. Le succès renouvelé de ces bals explique l’attraction de cet hypercentre sur les associations désireuses de renflouer leur caisse en s’amusant. Parmi elles, on trouve nombre d’associations d’anciens combattants et autres médaillés militaires, des corporations diverses, des associations et fédérations sportives. Mais ici, la référence spatiale attachée au nom du groupe n’est plus à l’échelle du quartier : elle concerne la ville (« Football Club de Lyon », « Association Sportive Universitaire Lyonnaise »...), ou le département (« Yacht-Club du Rhône », « Syndicat Artisanal des Mécaniciens du Rhône »...).

36Nombre de permissions de nuit concernant les salons de la place Bellecour émanent de groupes socialement éloignés des populations du centre-ville qui fréquentent ces bals (« Union Fraternelle des Employés en Pharmacie », « Association des Secrétaires Sténotypistes », « Les Agents de maîtrise de la Ciba »...), ce qui donna certainement lieu à des confrontations intéressantes, mais, phénomène spécifique au centre-ville, on note également, parmi ces organisateurs, des corporations plus aisées qui ne fréquentent jamais les établissements périphériques (« Syndicat des Professions Judiciaires », « Bal des Étudiants Chirurgiens-Dentistes », « Bal des Avocats »...).

37Autre caractéristique de ces festivités de centre-ville, elles consistent exclusivement en soirées dansantes. Place Bellecour, on ne festoie pas, on ne joue ni aux cartes ni aux boules, on ne fait pas de musique. On laisse ce soin aux professionnels et on danse.

III – Plus d’ambiances que d’établissements

38De 1946 à 1962, aucun quartier de Lyon n’est franchement dépourvu de permissions de nuit, bien que leur animation respective soit très variable : le 8e arrondissement reçoit de 3 à 6 % des permissions de nuit, le 2e, de 30 à 33 %, dont plus de la moitié concernent la place Bellecour. Celle-ci est le lieu des bals de la bonne société lyonnaise, parfois fréquentée par des populations plus modestes, mais toujours très animée.

39En périphérie, les festivités s’organisent autour de la famille et d’une vie associative forte. Le quartier est l’espace de référence commun à ces pratiques : il apparaît comme le lieu de vie de la famille et le creuset de ses relations sociales. Simultanément, c’est à cette échelle que les associations politiques ou religieuses sont les plus actives. Les pratiques festives de ces réseaux sociaux s’inscrivent dans le quartier de référence grâce au débit de boissons local, au siège de l’association, à la cour de l’école ou à la salle municipale du quartier. Certaines adresses sont donc récurrentes, et apparaissent comme des lieux non négligeables de l’animation nocturne de quartier.

40Les établissements nocturnes sont concentrés en centre-ville, en particulier place des Célestins (cf. carte 2). En sorte que le cœur de l’animation de la nuit lyonnaise se partage entre les deux places voisines de la Presqu’île : Bellecour et Célestins ; la première connaît une animation distinguée, tandis qu’à quelques mètres la seconde reçoit les fréquentations interlopes et les pratiques canailles. La rue Mercière reste un lieu important de la prostitution lyonnaise, plus sordide que la place des Célestins, et les abords de la rue de la République sont animés en soirée par une population confraternelle de journalistes, d’étudiants, d’hommes mûrs en goguette et de filles de joie.

41En périphérie se dessine un centre secondaire, place Aristide-Briand où se concentrent quelques dancings importants. Sous l’impulsion de deux acteurs, la rive gauche connaît, au cours des années 1950, une croissance du nombre de ses établissements nocturnes. Ceci annonce un renouvellement du loisir de nuit. La scène (music-hall, chanson...) quitte peu à peu le débit de boissons central à la recherche de superficies plus grandes, dans le but d’optimiser les audiences. La même stratégie apparaît chez les propriétaires de dancings. La scène opère donc un glissement du bar à l’établissement de danse à grande surface. Il en résulte une remise en question du débit de boissons polyvalent et central qui aboutit à la création de nouveaux bars de nuit, désormais spécialisés : les bars à whisky renouvellent les décors, les consommations, les ambiances, et les types de sociabilités. Le rôle des images de marque de l’établissement et de sa clientèle, qui sont connexes, gagne en importance. Désormais, les populations nocturnes vont se différencier plus strictement dans leurs pratiques en adoptant les modèles que leur proposent les professionnels. La mode à suivre va déterminer de nouveaux comportements, de nouvelles identifications des espaces (établissements ou quartiers) et des populations, en fonction de leurs pratiques, de leur lieu de fréquentation, et de leur consommations. La première vague est américanisante (musique, alcool, terminologies...), mais d’autres viendront.

Le loisir nocturne à Lyon 1946-1962

Le loisir nocturne à Lyon 1946-1962

Notes

1 M. Grancher, Lyon la Cendrée, Ed. Lugdunum, Lyon, 1937, p. 18.

2 A.M.L. 1948 (sic).

3 Rapport de police adressé au maire, 1949, A.M.L.

4 Publicité, 1950, A.M.L.

5 Plainte adressée au maire, 1951, A.M.L.

6 Id. 1950.

7 Id. 1954.

8 P.N. 1946 et 1958, A.M.L.

9 P.N. 1949.

10 P.N. 1952.

Table des illustrations

Titre Le loisir nocturne à Lyon 1946-1962
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 238k

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search