Version classiqueVersion mobile

Lyon la nuit

 | 
Jean-Michel Deleuil

Première partie : L’évolution sociale et spatiale des loisirs nocturnes à Lyon de 1946 à 1990

L’évolution sociale et spatiale des loisirs nocturnes à Lyon de 1946 à 1990

Texte intégral

Lyon- Quartiers Arrondissements

Lyon- Quartiers Arrondissements

Ai – Ainay
Be – Bellecour
Br – Brotteaux
Ce – Célestins
Co – Cordeliers
CPI – Croix-Rousse Plateau
CPe – Croix-Rousse Pentes
EU – États-Unis
Fo – Fourvière
Ge – Gerland
Gu – Guillotière
Ja – Jacobins
LD – La Duchère
Me – Mercière
Mp – Monplaisir
Mc – Montchat
PD – Part-Dieu
Pe – Perrache
PJ – Point-du-Jour
SG – Saint-Georges
SJe – Saint-Jean
SJu – Saint-Just
SP – Saint-Paul
Te – Terreaux
Va – Vaise

1Pour appréhender correctement l’organisation socio-spatiale du loisir nocturne lyonnais actuel, il est indispensable d’en connaître les récentes évolutions. Depuis un demi-siècle, il a subi tous les bouleversements sociaux, économiques et culturels qu’a connus la société française. Son inscription dans l’espace urbain en a été affectée, et l’organisation que nous en connaissons aujourd’hui en est le fruit, tant sur le plan spatial (quartiers de nuit, isolats périphériques...), qu’économique (regroupement des professionnels en corporation, déséconomies et profits divers...).

2Sans entrer dans le détail des sources qui permettent de retracer cette évolution, citons rapidement les principales : les autorisations de bals, délivrées par la mairie aux établissements dansants ; les autorisations de fermeture tardive (AFT), délivrées par la préfecture et permettant à un établissement de déroger à l’heure de fermeture légale (1 h) pour une durée de six mois à deux ans. Notons au passage que la préfecture du Rhône est la seule en France à pratiquer cette politique. Partout ailleurs, ces autorisations sont définitives, n’étant retirées qu’en cas d’infraction de la part du propriétaire de l’établissement. Cet état de choses est emblématique de la situation de la nuit lyonnaise, nous aurons l’occasion d’y revenir.

3Par ailleurs, jusqu’aux années 1970, les pratiques festives sont aussi le fait de groupes divers qui organisent eux-mêmes leur loisir nocturne. Pour ce faire, ils ont besoin d’un local et d’une autorisation, la permission de nuit. Celle-ci est délivrée par la mairie à une personne ou à un groupe pour lui permettre d’organiser une fête exceptionnelle dans un lieu non spécifiquement nocturne (débit de boissons, salle des fêtes, siège d’associations...).

4À partir de ces documents, auxquels il faut ajouter la littérature et la presse locale, on retrace aisément l’évolution sociale, spatiale et économique qu’a connue le loisir nocturne lyonnais depuis 1946. Cette évolution n’a pas été linéaire. Trois périodes se dessinent, séparées par des moments de fracture où se cumulent les effets de plusieurs paramètres évolutifs. Ainsi, en 1962, le loisir nocturne se renouvelle par le remplacement définitif de l’orchestre par le pick-up, par l’affirmation du rôle de la consommation dans le loisir, les nouvelles modes et pratiques des jeunes, et le renouvellement des stratégies des patrons d’établissements et des groupes mafieux. L’année 1973 présente aussi une simultanéité d’événements qui modifient la physionomie de Lyon la nuit : la crise pétrolière, la baisse du pouvoir d’achat et des bénéfices des professionnels, le scandale des policiers proxénètes et le début de la grande répression du milieu lyonnais. 1946-1962, 1962-1973, et 1973-1990 sont donc trois périodes distinctes que nous allons successivement évoquer.

Table des illustrations

Titre Lyon- Quartiers Arrondissements
Légende Ai – AinayBe – BellecourBr – BrotteauxCe – CélestinsCo – CordeliersCPI – Croix-Rousse PlateauCPe – Croix-Rousse PentesEU – États-UnisFo – FourvièreGe – GerlandGu – GuillotièreJa – JacobinsLD – La DuchèreMe – MercièreMp – MonplaisirMc – MontchatPD – Part-DieuPe – PerrachePJ – Point-du-JourSG – Saint-GeorgesSJe – Saint-JeanSJu – Saint-JustSP – Saint-PaulTe – TerreauxVa – Vaise
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search