Version classiqueVersion mobile

Lyon la nuit

 | 
Jean-Michel Deleuil

Introduction

Texte intégral

À Nadine et Anna
À nos parents

Le bruit des cabarets, la fange du trottoir,
Les platanes déchus s’effeuillant dans l’air noir,
L’omnibus, ouragan de ferraille et de boues,
Qui grince, mal assis entre ses quatres roues,
Et roule ses yeux verts et rouges lentement,
Les ouvriers allant au club, tout en fumant
Leur brûle-gueule au nez des agents de police,
Toits qui dégouttent, murs suintants, pavé qui glisse,
Bitume défoncé, ruisseaux comblant l’égout,
Voilà ma route - avec le paradis au bout.

Paul Verlaine, La Bonne Chanson (XVI), hiver 1869.

1Les sociétés humaines sont confrontées au rythme nycthéméral que nous impose la rotation de la Terre. Quand le jour s’achève, l'obscurité fait obstacle à la continuité de nos besognes. La nuit est une contrainte sauvage et irrépressible, un front pionnier universel, selon l’expression de Pierre Desfontaines. Les sciences sociales s’y sont surtout intéressées au sujet du sommeil, de la chambre, de nos pratiques intimes, mais l’extérieur-nuit a suscité peu de recherches. Pourtant, depuis l’Antiquité, la ville continue d’exister après le coucher du soleil, et ne saurait être considérée comme un dortoir géant. La nuit est aussi un moment de veille.

2La ville qui dort est vulnérable. Jusqu’au moyen-âge, l’autorité organise sa défense nocturne par la réclusion et le couvre-feu. Au signal de la cloche ou du tambour, le travail cesse, les portes sont fermées. Parfois, des chaînes sont tendues en travers des rues et des cours d’eau. La nuit de la ville est alors livrée à la violence des ribauds, que tente de réprimer un contrôle militaire ou civil peu efficace.

3Quand le contexte économique et social l’autorise, l’éclairage public se développe. Il facilite l’intervention du médecin et des secours en cas d’urgence, et optimise le contrôle de l’autorité, dont les agents doivent voir pour savoir, et circuler pour réprimer.

4Mais, simultanément, les premiers éclairages urbains révèlent au corps social que la ville est finalement pratiquable de nuit, et pas seulement de façon exceptionnelle. Se multiplient alors les occasions de veille, les circulations, les activités, les échanges : peu à peu, le front pionnier est défriché, et la nuit annexée par le corps social. La ville s’ouvre à la nuit qui la transforme, en une osmose entre temps et espaces tout à fait singulière.

5Voilà qui complique l’organisation du contrôle par les autorités. Marge du jour, la nuit reste potentiellement violente et subversive. Pour la policer, l’autorité impose des cadres stricts aux activités nocturnes, de façon à en éradiquer les aspects informels. Cette domestication, même imparfaite, donne lieu à des réglementations qui limitent les temps et les espaces de la nuit urbaine. Un jeu complexe d’autorisations et d’interdictions, de tolérances et de répressions, d’ouvertures et de fermetures, contraint les pratiques, façonne les paysages, et détermine la physionomie nocturne de la ville. La nuit est urbanisée par la limite, spatiale et temporelle.

6Pourtant, il existe une mythologie séculaire de la nuit sauvage, qui ne connaît ni contrainte ni contrôle, et qui abolit les barrières sociales. Peuplée de démons ou de créatures de rêves, cette nuit irrationnelle reste un fixateur privilégié de la fantasmagorie sociale et de l’imaginaire urbain. Cristallisation des angoisses ou des désirs collectifs, défouloir trivial ou refuge poétique, la nuit est l’exutoire de la ville.

7Pourtant, l’étude générale des nuits urbaines reste à faire. La recherche ne dispose pas de travaux suffisamment variés pour mener la synthèse que le sujet mérite, à travers les villes, les âges et les cultures. La thèse dont cet ouvrage est issu, avait pour objectif de montrer que la nuit pouvait et devait être étudiée, serait-ce dans un cadre monographique, imposé par les conditions de recherche et une bibliographie scientifique restreinte.

8Mais pourquoi avoir choisi Lyon, la boudeuse, la triste, la couchetôt, alors que Berlin, Barcelone ou Paris ont une tradition nocturne autrement consistante ? Parce que le cas lyonnais est doublement intéressant : il présente à la fois une nuit objective assez complexe, et une nuit du discours et de l'identité locale particulièrement révélatrice des relations ambiguës qu’entretient le corps social lyonnais avec ses nuits. La double image de Lyon « Ville-Lumière » et « Ville noire et secrète » en est une éloquente illustration.

9Cette étude du Lyon nocturne s’inscrit dans le cadre d’une géographie sociale et qualitative, plus attentive aux mots qu’aux chiffres. Elle a été menée à partir de textes divers (archives, articles, romans...) et d’entretiens semi-directifs auxquels se sont prêtés très aimablement les personnes dont la liste figure à l’annexe 1. Leur concours me fut précieux, et je les en remercie.

10Bien sûr, certains lecteurs regretteront que cet ouvrage ne traite ni du travail, ni des transports de nuit, mais il m’était impossible d'aborder tous les aspects nocturnes de la ville. Encore faut-il signaler que la thèse initiale comprend une partie consacrée à l’étude des politiques d’éclairage et à l’évolution du paysage nocturne de Lyon, de 1820 à nos jours. Cette partie, trop volumineuse, n’a pu être reproduite ici, et les lecteurs éventuellement intéressés par le sujet devront se référer à la version universitaire de mon travail. La diversité des thèmes envisageables dans le cadre d’une telle étude montre que la nuit de la ville, édifiante et inépuisable, s’ouvre à nous comme une formidable mine à ciel ouvert.

11Enrichissons-nous de cette réalité.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search