Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie des lieux

 | 
Jean-Yves Authier

Conclusion

Texte intégral

1A l’origine de cette étude se trouvait une double préoccupation, qui peut se résumer par le biais de deux questions : comment les villes se transforment-elles aujourd’hui ? Comment peut-on, d’un point de vue sociologique, analyser leurs transformations ? Pour tenter de répondre à ces deux interrogations autrement que par un discours d’ordre spéculatif, nous nous sommes donné d’emblée à travers la question de la réhabilitation des quartiers anciens (centraux) un objet d’analyse plus limité, en même temps qu’un terrain d’observation à la fois singulier mais non unique : le quartier Saint-Georges à Lyon.

2Ainsi, notre analyse s’est principalement focalisée sur ce quartier ancien lyonnais, dont on s’est attaché dans une première partie à mettre en évidence les caractéristiques, en insistant plus particulièrement sur sa situation au début des années soixante-dix. A cette époque, à la suite déjà de divers processus d’évolution, Saint-Georges se présentait comme « un morceau de ville » occupant une position curieuse, à la marge du secteur sauvegardé du Vieux-Lyon, à la périphérie d’un haut lieu de la restauration immobilière (Saint-Jean). En même temps, il apparaissait alors comme un quartier fortement quoique inégalement dégradé, mais aussi comme un « espace de vie » populaire et convivial, aux frontières diversement définies.

3C’est sur ce déjà-là, chargé d’histoire, de durée, de conditions matérielles, de mémoire collective, mais aussi de phénomènes de marginalisation, de changements de populations qui, en fragilisant le quartier, préparent dans une certaine mesure les mutations ultérieures, qu’intervient la réhabilitation, dont on s’est efforcé dans notre seconde partie de suivre et de décrire en détail les différentes étapes, jusqu’au milieu des années quatre-vingt. A l’issue de cette période charnière, il apparaît clairement que Saint-Georges s’est recomposé, mais diversement. De fait, ce quartier ancien, « historique », mais presque rejeté à la périphérie de la ville aux alentours de 1975 est devenu dix ans plus tard un quartier « montrable », valorisé et attractif, en même temps qu’un quartier très morcelé, à l’intérieur duquel se distinguent de façon très nette un secteur nord fortement requalifié et par endroits assez semblable au prestigieux quartier Saint-Jean, et un secteur sud encore très dévalorisé. Autrement dit, à l’issue de cette période d’évolution, on assiste sans aucun doute à une réinsertion de Saint-Georges dans le paysage lyonnais, mais à une réinsertion partielle – qui fait que si Saint-Georges existe alors sans doute davantage vu du dehors, il existe probablement moins à ce moment-là vu de l’intérieur.

4Dans cette évolution contrastée, l’opération programmée d’amélioration de l’habitat mise en œuvre dès la fin de l’année 1982 apparaît sans surprise comme un moment important ; mais la réhabilitation de ce quartier ancien ne se réduit pas à cette opération et à ses conséquences. En effet, notre analyse a clairement montré que des changements, plus ou moins visibles, au niveau de la population, des commerces ou des propriétés étaient en cours avant l’opération (qui ont d’ailleurs en partie contribué à sa mise en place), mais aussi qu’il existait un certain nombre de décalages entre les effets de cette opération et les intentions initiales des acteurs institutionnels, en raison de la diversité des comportements des acteurs privés, qui parfois ont conforté, parfois ont ignoré, mais parfois aussi ont contrecarré les desseins de la municipalité. Plus fondamentalement, au terme de cette première approche essentiellement descriptive de la transformation de Saint-Georges, il est apparu que ce quartier n’était pas le simple effet d’une politique, ni le produit de grandes forces sociales, mais bien plutôt le produit social de pratiques concurrentes ou alternées dont la dynamique nécessitait un effort d’explication.

  • 1 Le mot « exemplaire » peut en effet évoquer soit le « paradigme », soit le «spécimen», soit encore (...)

5C’est à cet effort d’explication que nous nous sommes livré dans notre troisième partie, plus théorique, en cherchant dans un premier temps à construire, à partir de ce quartier exemplaire (dans le sens, ici, où il constitue un cas singulier, un « spécimen », d’une « série » de quartiers anciens semblables1) un modèle de transformation qui puisse servir de grille de lecture pour un nombre limité de situations comparables. Ce modèle, élaboré à partir des instruments d’analyse du changement social « réactivés » par Raymond Boudon, a permis de formaliser diverses interactions, diverses rétroactions, et plus largement de montrer comment s’enchaînent des processus ou des séquences de processus à l’intérieur desquels s’articulent, s’entrecroisent ou se succèdent diverses logiques, pour produire au bout du compte du changement social. Ainsi, ce modèle a permis, par exemple, de « faire voir » comment à un moment donné de la réhabilitation de Saint-Georges l’intervention des pouvoirs publics modifie, en transformant la situation d’interaction, le jeu des relations ordinaires entre les individus ; ou bien, autre exemple, comment à un autre moment de l’histoire de ce lieu telle logique nationale, ou plus exactement tel moment du développement d’une logique nationale, rencontre tel moment du développement des phénomènes propres à Saint-Georges. Au passage, ce modèle nous a ainsi conduit dans une certaine mesure à substituer à l’opposition urbanisme opérationnel/mouvements de populations, qui a très largement commandé les analyses produites dans notre deuxième partie, le couple acteurs/système.

6Construction nécessaire pour la compréhension du processus de réhabilitation de Saint-Georges, très utile en particulier pour bien saisir comment se noue tout un système d’actions locales autour d’un certain nombre d’enjeux, ce modèle nous a cependant semblé insuffisant pour rendre compte totalement de la complexité du processus étudié, et notamment assez peu adapté pour souligner pleinement l’importance des diverses temporalités en présence dans cette « situation » de changement social. C’est pourquoi nous nous sommes penché dans un deuxième temps sur l’analyse de ces diverses temporalités, en distinguant d’un côté les temporalités des processus, qui se manifestent sous la forme d’effets de calendriers, d’enchaînements de séquences qui mettent en œuvre différentes échelles d’espaces et de temps, et de l’autre les temporalités des individus, constituées à la fois par le temps « objectif » des enchaînements d’états et d’événements qui structurent leurs biographies, et par le temps plus « subjectif » de la mémoire, et surtout, des rythmes selon lesquels ces individus s’impliquent diversement au fil du temps dans les enjeux locaux, en mobilisant tour à tour différentes ressources et/ou différentes dimensions de leur existence.

7Ce faisant, l’analyse a alors montré que la réhabilitation pouvait être considérée comme la résultante d’une dynamique, d’un enchaînement de séquences, à l’intérieur desquelles s’articulent diversement dans le temps des données objectives (les rotations des commerces et des commerçants, les inflexions de la politique urbaine lyonnaise...), des processus, des situations qui possèdent leurs propres temporalités, et des subjectivités d’individus-agents ou d’individus-acteurs. Plus largement, cette prise en compte plus systématique des temporalités en présence (et du jeu de leurs interactions) a permis d’illustrer l’idée selon laquelle la transformation d’un quartier ancien pouvait être en partie plutôt la conséquence d’un renouvellement de sa population (ou d’une fraction de celle-ci), ou bien au contraire, ou à un autre moment de l’histoire de ce lieu, plutôt l’effet d’une immobilisation prolongée de ses habitants (ou de certains de ses habitants) qui, dans ce cas-là, redéfinissent au cours du temps les enjeux, les situations, et leurs manières de s’impliquer, en mobilisant d’autres ressources ou d’autres dimensions de leur existence. En même temps, nous avons pu souligner alors à quel point la recomposition d’un quartier ancien, même lorsque que celui-ci n’a pas d’histoire re-connue, pouvait être fortement liée à l’enchevêtrement de processus historiques, qui se nouent de façon singulière à l’échelle de l’agglomération dans laquelle il est situé, comme à l’échelle du quartier lui-même.

  • 2 M. CASTELLS, « Y a-t-il une sociologie urbaine ? », Sociologie du travail, vol. X, no 1, 1968, p.  (...)

8Ainsi, à l’analyse en termes d’acteurs et de système précédemment évoquée est venue en quelque sorte se surimposer une analyse fondée sur le couple temporalités des processus/temporalités des individus. Mais ces deux regards différents portés successivement sur la réhabilitation (de Saint-Georges) ne sont pas contradictoires ; au contraire ils se complètent et illustrent pleinement dans leur complémentarité toute la complexité (et tout l’intérêt) des objets urbains. De fait, contrairement à ce que l’on peut observer dans le cas d’une école ou dans le cas d’une entreprise, il n’y a généralement pas, dans le cas d’une ville ou d’un quartier, de coïncidence entre « une unité réelle et un système de statuts et de rôles », d’une part, et entre cette unité réelle et « un ensemble de moyens orientés vers un objectif socialement spécifique », d’autre part2. Cependant, certains quartiers, à certains moments de leur histoire, peuvent devenir, à l’image de Saint-Georges, le support d’enjeux capables de structurer localement les relations entre individus et entre groupes. Aussi, à ce moment-là, leur évolution peut être justiciable d’une analyse en termes d’acteurs et de système. Mais ce moment ne constitue par définition qu’un temps (plus ou moins fort) de leur évolution. En conséquence, la mobilisation du couple à la fois statique et abstrait d’acteurs et de système, qui fonctionne bien pour faire voir comment se noue tout un système d’actions locales autour d’enjeux spécifiques, ne peut être également qu’un moment de l’analyse des processus à l’œuvre – qui doivent être aussi saisis autrement, en tenant compte notamment (comme nous l’avons fait) des différentes dimensions et des différents modes d’implication des individus.

9Car dans la ville les individus ne sont pas aussi fortement rattachables à un statut et à un rôle que peuvent l’être les membres d’une organisation (à l’image de l’élève, du professeur, et du proviseur, dans un lycée), puisqu’ils peuvent être, par exemple, tout à la fois habitants, commerçants et propriétaires bailleurs, et agir à un moment comme habitants, à un autre moment en tant que commerçants, et dans un troisième temps comme propriétaires bailleurs ; mais c’est bien justement cette double originalité qui non seulement caractérise les situations urbaines mais permet de comprendre (en partie) comment les espaces urbains se transforment. Plus précisément, c’est bien en montrant comment au fil du temps se sont mobilisées différentes catégories d’acteurs, ou en d’autres termes comment les individus, selon l’évolution des contextes et selon l’évolution des dynamiques interpersonnelles, ont joué avec les différentes dimensions de leur existence, que nous sommes parvenu (en partie) à restituer la complexité de la réhabilitation du quartier Saint-Georges.

10Ainsi le cas « exemplaire » de Saint-Georges (dans le sens cette fois-ci du « paradigme » susceptible de faire comprendre d’autres situations) invite-t-il finalement à considérer la transformation des quartiers anciens comme le produit des interactions qui s’opèrent entre d’une part, des populations, construites par des processus qui se déploient à différentes échelles de temps et d’espaces, et d’autre part, des processus, dont la combinaison et l’enchaînement peuvent se trouver infléchis à l’échelle locale par la nature même des populations qui s’y trouvent impliquées. Par extension, il nous semble que c’est dans l’analyse des mobilités et des mobilisations temporellement différenciées des individus, dans la prise en considération des temporalités des processus, et dans la mise en évidence des interactions existantes entre ces deux niveaux (celui des processus et celui des logiques d’acteurs ou d’agents susceptibles de réinterpréter les situations), saisies à des échelles d’observation différentes, qu’il est possible d’appréhender la transformation des villes contemporaines.

11Autrement dit, le renouvellement des analyses urbaines réside probablement dans l’examen des diverses temporalités à l’œuvre dans la ville. Evidemment, la tâche n’est pas facile : en effet, il n’est pas toujours très commode de mener conjointement une analyse des dynamiques des populations et une analyse des logiques des lieux, ou, en d’autres termes, de rechercher simultanément une totalisation sur des individus et une totalisation sur des espaces. C’est pourquoi, une collaboration plus étroite entre les chercheurs des différentes disciplines des sciences humaines et sociales nous paraît aujourd’hui (plus que jamais) indispensable pour comprendre l’évolution complexe des villes contemporaines.

Notes

1 Le mot « exemplaire » peut en effet évoquer soit le « paradigme », soit le «spécimen», soit encore le « modèle » ; voir A. MICOUD, « Les lieux exemplaires : des lieux pour faire croire à de nouveaux espaces », in A. MICOUD et al., Des Hauts-lieux. La construction sociale de l’exemplarité, Editions du CNRS, 1991, p. 53-63.

2 M. CASTELLS, « Y a-t-il une sociologie urbaine ? », Sociologie du travail, vol. X, no 1, 1968, p. 72-90, (citations, p. 89).

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site