Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie des lieux

 | 
Jean-Yves Authier

Troisième Partie. Réhabilitation et changement social. Modèle et processus

Chapitre IX. Processus, logiques d’acteurs et changement social

Texte intégral

1Si, dans ses grandes lignes, notre « modèle » s’inspire bien des cadres d’analyse du changement social développés par Raymond Boudon, il mobilise aussi des catégories définies selon d’autres principes. De fait, il existe, semble-t-il, chez l’auteur de La Logique du social un paradoxe qui consiste à analyser des processus (ou plutôt des fragments de processus) de changement social par le biais de catégories d’analyse qui, dans leur principe, ne sont pas tellement marquées par la notion de temps. En effet, quand on parle de système, de structure d’interaction, ou bien encore d’acteur, on raisonne à partir de catégories qui, dans leur principe, ne sont pas vraiment d’ordre processuel. En conséquence, le recours à ces catégories peut très bien donner lieu à des analyses transversales, visant à mettre en évidence uniquement des logiques de situation, sans prise en compte de la dimension historique des phénomènes étudiés. Or, l’idée même de changement social, tout comme d’ailleurs la notion de processus sont indissociables de la notion de temps. Plus précisément, raisonner en termes de processus, c’est évoquer des séquences, des événements, des durées ; c’est se placer dans une perspective longitudinale ; c’est vouloir restituer une historicité, fût-elle brève. Bref, c’est prendre en compte les temporalités des processus et des individus impliqués dans ces processus que l’on étudie. Et ici, cette dimension s’impose doublement puisque ce qui est étudié, la réhabilitation, renvoie « par définition » au passé, à la mémoire, au patrimoine, à l’histoire.

  • 1 Voir G. BALANDIER. « La sociologie aujourd’hui », Cahiers internationaux de sociologie, vol. LXXI, (...)

2Autrement dit, la question de la temporalité, dont Georges Balandier soulignait il y a dix ans déjà tout l’intérêt sociologique1, ne peut être évacuée de l'analyse des processus de changement social en général et de l’explication des phénomènes de réhabilitation en particulier. Au contraire, la réhabilitation peut être, dans une certaine mesure, définie comme le croisement de deux ordres de temporalité, celui des processus, sous forme d’effets de calendrier, et celui des individus, sous forme de mémoire, de mobilité et de mobilisation de ressources qui varient dans le temps.

3Aussi, dans ce dernier chapitre, nous examinerons successivement ces deux ordres de temporalités, qui interviennent massivement dans l’histoire de Saint-Georges, mais que l’on peut repérer aussi dans bien d’autres situations de changement social ; puis nous tenterons de montrer comment, dans le temps, la redéfinition du quartier, de la situation, de la structure d'interaction d’une part, et la mobilité ou l’immobilisation des individus, d’autre part, interagissent. Ce faisant, nous proposerons une autre lecture de la réhabilitation, qui prolonge le travail d’explication entrepris à l’aide de notre modèle.

1. Processus et effets de calendrier : de l’esprit des lieux à l’esprit du temps

  • 2 Y. GRAFMEYER, Identités sociales et espaces de mobilité. Approche longitudinale de quelques milieu (...)

« Il convient (...) de prendre en compte, dans la lignée des travaux (...) de Philippe Ariès ou encore de Louis Chevalier, l’enchevêtrement des processus historiques qui, obéissant à des logiques et à des rythmes multiples, concourent au devenir singulier de chaque agglomération2. »

  • 3 B. BENSOUSSAN, J. BONNIEL, « Le quartier de la Croix-Rousse à Lyon. Parcours d’une socialité en ma (...)
  • 4 B. PICON, « “Protection” et “Réhabilitation”. Crise de croissance (Le Parc naturel régional de Cam (...)

4On peut être un quartier sans histoire (reconnue) et en même temps un quartier fortement marqué par l’enchevêtrement de processus historiques. Tel est bien l’un des enseignements qui se dégage de l’analyse de Saint-Georges. En effet, contrairement à ce que l’on a pu observer dans d’autres quartiers anciens – comme la Croix-Rousse à Lyon3 ou le Panier à Marseille4 –, l’histoire de Saint-Georges intervient très peu dans le processus de recomposition dont il est l’objet : à l’exception de l’image mythique du « quartier-village », son passé n'a effectivement pas été vraiment mobilisé, réquisitionné, ou exhumé par sa population, ni même seulement par une fraction de cette population. Et pourtant, la réhabilitation de ce quartier est étroitement liée à une histoire, qui produit massivement des effets de calendrier.

5En effet, la redéfinition sociale de Saint-Georges ne se comprend pas sans le calendrier de Saint-Jean, sans le calendrier de la CroixRousse, sans le calendrier des maires, sans le calendrier du mouvement associatif et des associations, sans le calendrier de la politique urbaine lyonnaise, etc. Ainsi, pour ne reprendre qu’un seul exemple, c’est bien en partie parce que « l’expérience Saint-Jean » se termine, que peut démarrer, sur des bases différentes (parce que les enjeux ne sont plus les mêmes ; parce que les modes d’action de la municipalité et des associations, hérités des expériences du passé, se sont modifiés ; parce que les procédures de l’Etat se sont renouvelées, etc.), l’opération Saint-Georges. Bien entendu, tout ce qui vient d’être évoqué ici s’inscrit dans des processus historiques beaucoup plus généraux, dans lesquels se mêlent notamment, la crise économique, la montée en puissance de la réhabilitation, le désengagement de l’Etat, etc. ; mais localement, à l’échelle de Lyon, à l’échelle de Saint-Georges, ces processus historiques se nouent de façon singulière, et pas seulement en raison des spécificités culturelles ou en fonction de la géographie socio-physique de Lyon, mais aussi parce qu’à Lyon, comme dans chaque agglomération, l’enchaînement des rythmes est spécifique.

  • 5 Voir L. MARIN, « Le lieu du pouvoir à Versailles », in A. MICOUD et al., Des hauts-lieux. La const (...)
  • 6 Voir L’Esprit des lieux, localités et changement social en France, Editions du CNRS, 1986.

6En d’autres termes, Saint-Georges est pour une large part le produit d’une histoire locale riche en effets de calendrier ; mais c’est tout aussi vrai de Saint-Jean, de la Croix-Rousse, ou bien encore souvenons-nous du quartier Mercière-Saint-Antoine qui, au début des années soixante, avait été sacrifié au bénéfice de Saint-Jean, prouvant ainsi, comme le rappelle Louis Marin citant Furetière, « (qu’)il ne peut pas y avoir deux choses dans le même lieu5 ». C’est dire qu’à « l’esprit des lieux », cher aux observateurs du changement social et culturel6, qui n’est pas dans le cas de Saint-Georges sans importance, comme l’ont montré par exemple les rivalités entre « nordistes » et « sudistes », l’histoire de « Saint-Georges village», ou bien encore les résistances de certains propriétaires bailleurs âgés face à l’opération de réhabilitation, il faut ajouter, pour bien comprendre la dynamique des espaces locaux, l’esprit du temps.

  • 7 G. LEVI, Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Gallimard (...)

7Naturellement, cette prise en compte du temps, de l’enchaînement des processus historiques, et non plus seulement de l'histoire des lieux, rend encore plus délicate la question du contexte dans lequel le chercheur doit se placer pour bien comprendre la réalité qu’il étudie. Sur ce point, l’exemple de Saint-Georges a montré très clairement, dans le prolongement notamment des travaux de Giovanni Levi7, qu’il était nécessaire parfois de prendre un contexte très large (par exemple pour saisir le mouvement de diffusion du modèle de la réhabilitation en AFUL), et parfois, à d’autres moments de l’analyse, un niveau très local (pour restituer par exemple l’histoire du 5/7 rue de la Quarantaine). En tous cas, on ne peut ignorer que ce qui peut apparaître comme une simple distribution à une échelle et/ou à un moment donné, peut tout aussi bien apparaître comme un processus si l’on prend en compte des échelles différentes et/ou des durées plus longues.

8Mais l’appréhension des phénomènes de changement social ne suppose pas seulement la prise en compte de la temporalité des processus et des effets de calendrier qui pèsent sur les situations ; elle nécessite aussi une prise en compte des temporalités des individus impliqués dans ces situations.

2 - Mémoire, mobilité, mobilisation et logiques d’acteurs

9Qu’ils soient acteurs dans un système d’interaction, ou agents dans un système d’interdépendance, les individus qui par leurs actions prennent part à des processus de changement social, et plus précisément ici à la recomposition d’un espace local, sont triplement dotés de temporalité.

10La première marque de temporalité des individus est constituée par leur mémoire. Cette dernière, qui parfois se confond avec la mémoire collective, ou bien encore avec la tradition, oriente leurs conduites dans de multiples situations : ainsi, quand les personnes âgées nées à Saint-Georges refusent de « suivre » l’association « Vivre à Saint-Georges » lorsque cette dernière quitte son local situé dans le quartier pour s’installer dans la maison des associations à Saint-Jean, elles agissent en souvenir de leur passé, et plus précisément du temps où habitants de Saint-Georges et habitants de Saint-Jean ne se fréquentaient pas. Ou bien, autre exemple, quand à la fin des années soixante-dix, de nombreux professionnels de l’immobilier lyonnais rechignent à investir à Saint-Georges, alors que ce quartier occupe une position privilégiée dans le prolongement du quartier Saint-Jean récemment restauré, ils se fondent sur la mauvaise réputation de Saint-Georges, véhiculée par la mémoire collective.

  • 8 Voir (par exemple) : R. BOUDON, La Logique du social, op. cit., p. 169.
  • 9 J-C. CHAMBOREDON, M. LEMAIRE, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et le (...)

11La seconde empreinte du temps sur les individus renvoie à leurs mobilités, et plus précisément à leurs itinéraires, à leurs trajets, à leurs trajectoires (sociales, résidentielles, professionnelles, etc.), qui là encore donnent sens à leurs conduites. De fait, les comportements des individus ne peuvent être totalement intelligibles au regard des propriétés de la structure d’interdépendance (ou d’interaction) dans laquelle ils sont momentanément insérés8 ; ni d’ailleurs par la seule prise en compte de leur appartenance socio-professionnelle et de leurs caractéristiques socio-démographiques. L’idée n’est pas nouvelle : ainsi, il y a vingt ans déjà, dans un article consacré aux habitants d’un grand ensemble de la première génération, Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire avaient bien montré en quoi la diversité des opinions des habitants à l’égard du grand ensemble et la diversité de leurs pratiques à l’intérieur de cet espace étaient liées à la diversité de leurs trajectoires et en particulier à leur possibilité ou à leur impossibilité de le quitter9. Dans le cas de Saint-Georges, cette « vieille » idée a été maintes fois vérifiée : ainsi, pour ne prendre qu’un seul exemple, notre analyse a bien montré que le clivage apparu entre les différentes fractions d’habitants à propos du devenir de Saint-Georges était lié non seulement à la diversité de leurs intérêts et de leurs caractéristiques socio-professionnelles, mais encore à la diversité de leur passé et de leurs projets.

12Enfin, et c’est sans doute ce qui apparaît le plus nettement dans le cas de Saint-Georges, la temporalité des individus réside aussi dans leur capacité à s’impliquer différemment dans les enjeux locaux en mobilisant des ressources qui varient dans le temps. Et l’on peut rappeler ici, pour exemple, le cas de cette commerçante, habitante du quartier, mais aussi propriétaire de deux immeubles situés à Saint-Georges, qui s’est mobilisée à un moment dans une action collective qui mettait en avant ses intérêts de commerçant de proximité, et est devenue de ce même fait une « militante », puis qui s’est retirée de l’action militante, pour jouer, en tant que propriétaire bailleur (cette fois-ci), un certain jeu dans la réhabilitation, qui, au nom de son passé de militante et de ses propres intérêts à Saint-Georges, l’a fait participer de manière particulièrement active aux enjeux publics de l’opération, parce qu’elle avait en tête non seulement une certaine conception de son métier, mais aussi des manières d’habiter Saint-Georges, et des manières de traiter ses locataires, qui étaient aussi ses voisins. Mais on peut également citer le cas d’autres commerçants qui n’ont pas pris part aux enjeux en tant que commerçants, mais sont intervenus à un moment donné en tant qu’habitants ; ou bien encore, dernier exemple, le cas de certains accédant culturels, qui, au cours de la première phase du processus, ont individuellement pris part, de manière non intentionnelle, à la revalorisation de Saint-Georges, puis qui sont devenus des militants de « Vivre à Saint-Georges » très actifs sur la scène locale, et qui, enfin, après le lancement de l’opération programmée de réhabilitation, ont cessé d’être actifs.

13De fait, les individus sont non seulement pris dans une multiplicité de rôles (celui du commerçant, celui du père de famille, celui du citoyen français..., par exemple) mais ils peuvent aussi, à tout instant ou presque, redéfinir les situations, redéfinir les enjeux, et s’impliquer diversement, en mobilisant de multiples ressources. Ce qui, au passage, ne signifie pas qu’ils disposent d’une liberté d’action absolue : en effet, leurs actions sont aussi contraintes par les situations, par les systèmes (d’interdépendance ou d’interaction), ou bien encore par les processus et par leurs conséquences ; mais toutes ces contraintes ne s’exercent pas de manière univoque et ne sont pas totalement structurantes puisque, précisément, les individus peuvent en fonction de leur mémoire, de leur histoire, de leur socialisation, de leurs ressources réinterpréter ces situations, et le cas échéant modifier en retour ces structures, ces systèmes, ou ces processus.

14Du coup, puisque les individus peuvent, au cours du temps, s’impliquer différemment dans les enjeux, se pose la question de savoir qu’est-ce qui précisément change quand on parle de changement. Ainsi, dans l’exemple de la personne qui au départ apparaît comme commerçant, puis à un autre moment de l’histoire du lieu comme militant, et enfin dans un troisième temps comme propriétaire bailleur, la situation a changé (trois fois), l’identité de cette personne s’est redéfinie (à plusieurs reprises), mais il s’agit bien de la même personne. Autrement dit, les structures d’interdépendance, les situations d’interaction, les données « objectives » du quartier peuvent changer, et les individus demeurer, non pas « identiques », mais demeurer tout de même. Inversement, les individus peuvent changer « en chair et en os » et n’apporter aucun changement. Et c’est bien précisément ce jeu entre des processus, des situations, des données « objectives » qui possèdent leur propre temporalité d’une part, et les mobilités « effectives » ou « relatives » des individus d’autre part, qui concourent au changement social, et qui plus particulièrement ici, président à la transformation de Saint-Georges : c’est ce que nous allons développer dans notre prochaine section.

15Pour conclure celle-ci, il faut ajouter que cette dimension temporelle, multiple, ne concerne pas seulement les individus. Plus précisément, les associations sont elles aussi « porteuses » de temporalité. Ainsi, nous avons montré, en critiquant le paradigme d’Olson, que leur émergence était rendue possible grâce à la préexistence de logiques de relations, de réseaux, fonctionnant à d'autres fins, mais susceptibles précisément d’être mobilisées dans le cadre d'une action collective. De même nous avons vu, notamment à travers le cas de « Saint-Georges Village », que les logiques d’actions des associations ne sont pas figées ; autrement dit, qu’elles sont susceptibles de changement, dès lors, par exemple, que leur base sociale se transforme – et, plus précisément ici, dès lors que le poids des commerçants de proximité de « toujours » diminue au profit des commerçants de jour non liés au quartier, porteurs d’autres intérêts et dotés d’autres projets. Enfin, nous avons pu observer que le conflit entre « Saint-Georges Village » et « Vivre à Saint-Georges», loin d’être seulement compréhensible par la situation d’interaction, était lié au contexte antécédent à leur action, et plus particulièrement aux conditions dans lesquelles ces deux forces sociales s’étaient constituées. Bien entendu, comme pour les individus, les temporalités propres à chaque association se croisent avec d’autres ordres de temporalités, et notamment ici avec le calendrier du mouvement associatif - qui permet en particulier de penser que si « Vivre à Saint-Georges» avait existé dix ans plutôt, elle aurait probablement agi selon un modèle assez proche du mode d’action du comité populaire de la Croix-Rousse.

3 - Mobilité, reconduction, transformation, changement

  • 10 M. GARDEN, P. GUILLAUME, M. LACAVE, « Introduction historique », in L’Esprit des lieux, op. cit., (...)

16Ainsi, si pour l’historien, « toute observation du changement social doit commencer par une observation de la mobilité et de ses différences de rythme »10, pour le sociologue, toute analyse du changement social doit conduire à une analyse de ce qui précisément change et, inversement, de ce qui effectivement reste stable. Et cette double question se pose non seulement pour les individus, mais aussi pour les entités dans lesquelles ils se trouvent insérés, qu’il s’agisse d’une entreprise, d’un quartier, ou bien encore d’un système d’interdépendance ou d’interaction. Plus précisément, lorsque l’on s’intéresse à la dynamique d’un espace local, ce qu’il s’agit d’analyser, dans le temps, c’est le jeu entre les formes de mobilité et d’immobilisation des individus d’une part, et les caractéristiques des situations dans lesquelles ils sont impliqués d’autre part.

17Mais considérons séparément, pour commencer, les phénomènes de mobilité ou d’immobilisation des individus. Ces phénomènes peuvent donner naissance à quatre formes « élémentaires » de changement. Ainsi, en premier lieu, on peut observer des situations où s’opèrent dans le même temps et un renouvellement de la population, et une transformation du contexte local : dans ce premier cas, que l’on peut qualifier de « changement-tout-court », les arrivants se distinguent de ceux qu’ils remplacent non seulement par leurs caractéristiques sociodémographiques, mais aussi par leurs manières d’être et par leurs conduites : c’est, par exemple, assez largement ce qui s’est produit pendant les années soixante-dix dans le quartier Saint-Jean, à Lyon. Mais, second cas de figure, il peut y avoir des situations où le renouvellement de la population ne s’accompagne pas de modification du contexte : dans ce cas, que l’on peut qualifier de « changement à l’identique », de nouveaux venus prennent la place des anciens occupants, mais malgré leurs différences sociales, ils se comportent comme leurs prédécesseurs : c’est, dans une certaine mesure, ce qui s’est passé à Saint-Georges entre 1975 et 1980 environ.

18Et cette ambivalence se retrouve dans le cas, opposé, de l’immobilisation. Ainsi, dans un certain nombre de contextes, on peut relever, c’est la troisième combinaison possible, à la fois une stabilité de la population et une permanence des structures locales : dans ce cas, caractéristique des phénomènes de reconduction ou de reproduction (qui constituent une forme de changement parmi d’autres), il n’y a pas de renouvellement des individus et ceux qui sont présents restent « crispés » dans les mêmes attitudes, les mêmes intérêts, les mêmes conduites : c’est en quelque sorte, par exemple, la situation de Saint-Georges dans les années 1930-1950. Mais, et c’est le dernier cas, on peut encore trouver des situations où la stabilité de la population peut être source de changements : dans ce cas, de « changement sans changement», les individus restent stables, mais redéfinissent au cours du temps les enjeux, les situations, et s’impliquent différemment en mobilisant d’autres ressources : c’est d’une certaine manière ce qui s’est passé, par exemple, à Saint-Georges, au tournant des années quatre-vingt.

19Nous l’avons indiqué d’emblée, toutes ces figures du changement correspondent en fait à des formes « élémentaires » : dans la réalité, dans un même lieu, ces différentes formes apparaissent presque toujours de façon combinée – ce qui explique nos précautions de langage dans l’énonciation des différents exemples. En effet, il est assez rare que l’on assiste à un renouvellement total, ou au contraire à une stabilité absolue, de la population d’un quartier. Autrement dit, très souvent le renouvellement d’une partie de la population se combine avec l’immobilisation des autres habitants (et inversement), en donnant lieu à des configurations très diverses. Ainsi, par exemple, dans le quartier Saint-Georges réhabilité, nous avons relevé et la présence de nouvelles catégories d’habitants porteuses de nouvelles manières de se conduire, et le maintien d’autres catégories d’habitants qui avaient tendance à « imiter » les manières d’être et d’habiter des nouveaux venus.

20Mais ce n’est pas tout : en effet, nous l’avons dit en commençant, ces phénomènes de mobilité et d’immobilisation ne concourent pas seuls au changement social. Dans certains cas, ils composent avec d’autres phénomènes (qui n’ont pas toujours la même temporalité) : par exemple avec la transformation du bâti, ou bien encore avec les actions de la municipalité, qui le cas échéant peuvent modifier les situations d’interaction. Autrement dit, ils se produisent soit dans des situations où, par ailleurs, « il ne se passe rien », soit, au contraire, dans des contextes où, par ailleurs, « il se passe des choses ».

  • 11 Voir Y. GRAFMEYER, Habiter Lyon. Milieux et quartiers du centre-ville, op. cit.
  • 12 Il s’agit plus précisément de deux secteurs anciens (le « secteur Croix-Rousse » et le secteur « B (...)

21Le premier cas peut être illustré par l’étude menée par Yves Grafmeyer sur trois « petites » populations de trois secteurs localisés dans la partie centrale de l’agglomération lyonnaise11. Dans ces trois secteurs12, à l’écart des opérations de restructuration de la ville, au bâti plutôt stable, l’auteur constate depuis deux ou trois décennies « une relative continuité dans les caractéristiques générales du peuplement », qui tient au fait que le taux de rotation des personnes y est faible. Mais cette relative stabilité des structures (socio-démographiques) et des personnes n’est pas sans produire de changement. Non pas parce qu’il y a renouvellement de certains occupants : en effet, ce renouvellement n’entraîne pas ici de transformation notable dans les différents secteurs, en raison du poids des logiques de transmissions familiales, de la richesse des réseaux d’information et de recommandation, et de la présence d’« intermédiaires » qui filtrent les entrées ; mais parce que, paradoxalement, l’immobilisation prolongée d’une partie de la population commande divers processus endogènes de changement, dont les effets sont peut-être moins visibles, ou moins immédiats, mais bien réels.

22Le second cas renvoie en particulier à Saint-Georges. En effet, Saint-Georges, entre le milieu des années soixante-dix et le milieu des années quatre-vingt, est l’exemple même d’un quartier où « il se passe des choses ». Dans ce contexte, les phénomènes de mobilité et d’immobilisation des individus participent diversement, dans le temps, aux changements. Plus précisément, dans une première séquence d’évolution, alors que le cadre bâti se transforme très peu, on relève un taux de renouvellement des individus très élevé ; mais les effets de ce renouvellement sont contrastés : certaines catégories de nouveaux venus apportent des modifications notables au quartier : c’est le cas des accédant aux commerces qui ouvrent des établissements destinés à une clientèle extérieure à Saint-Georges, ou des « accédant culturels » qui réhabilitent leur logement ; mais d’autres catégories, à l’image des nouveaux locataires, ont tendance à se confondre avec ceux qui restent. Et ce n’est pas tout : durant cette première phase, l’immobilisation prolongée des propriétaires bailleurs âgés favorise l’entrée en scène des marchands de biens, et surtout, un certain nombre de commerçants de proximité, présents dans le quartier depuis de longues années, voire depuis toujours, s’investissent différemment et redéfinissent, par le biais de « Saint-Georges Village », les données initiales du quartier. Puis, dans une seconde séquence, marquée par l’intervention des pouvoirs publics, c’est plutôt la stabilité des individus qui paraît l’emporter ; mais de nombreux individus, parmi les accédant culturels, parmi les nouveaux locataires, mais aussi parmi les habitants installés depuis plus longtemps à Saint-Georges s’impliquent différemment, en participant à des actions collectives qui contribuent à redéfinir autrement les enjeux du quartier. Enfin, dans un dernier temps, la transformation (sélective) du cadre bâti suscite de nouvelles mobilités : ces dernières s’opèrent à un rythme beaucoup moins élevé que lors de la première phase, et apportent à leur tour des modifications contrastées : de fait, tous les nouveaux venus ne constituent pas vraiment, d’un point de vue socio-démographique, des individus nouveaux dans le quartier ; en revanche, tous les nouveaux venus ont tendance à moins vivre à Saint-Georges, qui par ailleurs éclate de toutes parts ; et cette tendance à l’extériorité tend à gagner ceux qui restent et qui, du coup, ne sont plus tout à fait les mêmes. Au bout du compte, la recomposition de Saint-Georges s’est donc opérée, parfois grâce au renouvellement de ses habitants, parfois au contraire en raison de leur stabilité.

23Ainsi, il n’y a pas de corrélation automatique entre mobilité et changement, ou inversement, entre immobilisation et permanence. Autrement dit, il faut envisager la dynamique des espaces locaux, et plus généralement les phénomènes de changement social, comme des séquences dans lesquelles s’articulent, dans le temps, des données objectives et des subjectivités d’individus-agents ou d’individus-acteurs.

Notes

1 Voir G. BALANDIER. « La sociologie aujourd’hui », Cahiers internationaux de sociologie, vol. LXXI, 1981, p. 197-204.

2 Y. GRAFMEYER, Identités sociales et espaces de mobilité. Approche longitudinale de quelques milieux lyonnais, Thèse de Doctorat d’Etat, Université de Paris V, 1990, 3 vol. (citation p. 7).

3 B. BENSOUSSAN, J. BONNIEL, « Le quartier de la Croix-Rousse à Lyon. Parcours d’une socialité en marge », Archives de l’OCS, vol. I, p. 101-138.

4 B. PICON, « “Protection” et “Réhabilitation”. Crise de croissance (Le Parc naturel régional de Camargue, le quartier du Panier à Marseille) », Cahiers de l’OCS, vol. IX, 1982.

5 Voir L. MARIN, « Le lieu du pouvoir à Versailles », in A. MICOUD et al., Des hauts-lieux. La construction sociale de l’exemplarité, Editions du CNRS, 1991, p. 117-132. (citation p. 117-118).

6 Voir L’Esprit des lieux, localités et changement social en France, Editions du CNRS, 1986.

7 G. LEVI, Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Gallimard, 1989.

8 Voir (par exemple) : R. BOUDON, La Logique du social, op. cit., p. 169.

9 J-C. CHAMBOREDON, M. LEMAIRE, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, vol. XI 1970, p. 3-33.

10 M. GARDEN, P. GUILLAUME, M. LACAVE, « Introduction historique », in L’Esprit des lieux, op. cit., p. 15.

11 Voir Y. GRAFMEYER, Habiter Lyon. Milieux et quartiers du centre-ville, op. cit.

12 Il s’agit plus précisément de deux secteurs anciens (le « secteur Croix-Rousse » et le secteur « Brotteaux Ouest ») et d’un secteur reconstruit au milieu des années 50 (le secteur « Brotteaux Nord »).

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site