Version classiqueVersion mobile

La Vie des lieux

 | 
Jean-Yves Authier

Troisième Partie. Réhabilitation et changement social. Modèle et processus

Chapitre VIII. Saint-Georges : un « modèle » de réhabilitation

Texte intégral

1La réhabilitation du quartier Saint-Georges (entre le milieu des années soixante-dix et le milieu des années quatre-vingt) peut être décomposée en plusieurs séquences, au sein desquelles prédominent ou se succèdent différents processus cumulatifs et de transformation. Ainsi, dans une première phase, la réhabilitation du quartier s’opère sous la forme d’un processus cumulatif, lié à un phénomène d’appropriation privée du quartier. Puis, dans une deuxième séquence d’évolution, l’intervention de la municipalité, en modifiant la situation d’interaction, enclenche un processus de transformation. Enfin, dans un troisième temps, on assiste à une succession de processus de nature diverse, dans lesquels se confrontent sous des formes variées des décisions publiques et des stratégies d’acteurs privés, qui concourent à une recomposition partielle de Saint-Georges.

1 - L’appropriation privée du quartier : un processus cumulatif

2Dans une première phase, la réhabilitation du quartier prend donc la forme d’un processus cumulatif. Plus précisément, l’entrée dans le système d’interdépendance de nouvelles catégories d’individus – porteurs directement ou indirectement, parfois malgré eux, d’innovations de nature différente, voire antagonique – modifie les sorties du système et génère un mécanisme de rétroaction allant exclusivement vers le système d’interdépendance, à partir duquel se dégage alors un nouveau « produit ».

Les modifications du système d’interdépendance : profils, modes et conditions d’appropriation du quartier

3Pour bien comprendre les changements qui s’opèrent au sein du système d’interdépendance, ou, en d’autres termes, pour bien saisir le phénomène d’appropriation privée du quartier, il faut spécifier quelles sont les personnes « porteuses » de changements, préciser selon quel(s) mode(s) elles interviennent, et expliquer dans quelles conditions leurs pratiques d’appropriation se sont réalisées.

Accédants, nouveaux locataires et intervenants

  • 1 Voir A. BOURDIN, « Restauration/réhabilitation : l’ordre symbolique de l’espace néo-bourgeois », E (...)

4Loin d’appartenir exclusivement aux diverses fractions des couches moyennes salariées, que différents auteurs donnent pour initiatrices des transformations des quartiers anciens1, les individus qui (en s’appropriant « spontanément » le quartier) enclenchent le processus de réhabilitation se distribuent à l’intérieur de catégories socialement différenciées. Toutefois, cette diversité sociale n’est pas aléatoire, mais dépend étroitement des profils d’appropriation observables. Ainsi, parmi ces « initiateurs » du changement, il est possible de distinguer quatre grandes catégories d’individus, qui se différencient localement par leurs rapports au quartier et par leurs capacités d’innovation. Ces quatre catégories sont les accédants à la propriété, les nouveaux locataires, les accédant aux commerces, et les intervenants qui se saisissent du marché immobilier local.

Les accédant à la propriété

5Numériquement assez nombreux, les accédant à la propriété possèdent deux caractéristiques essentielles : en premier lieu, il s’agit de ménages qui se situent, souvent après une forte période de mobilité, en phase de stabilisation résidentielle ; en second lieu, il s’agit d’individus porteurs d’importantes innovations, d’une part parce qu’ils améliorent presque systématiquement leur logement récemment acquis, et, d’autre part parce qu’ils possèdent des caractéristiques socio-démographiques qui tranchent (très) nettement avec la population « traditionnelle » du quartier. Mais il faut dissocier deux sous-populations d’accédants à la propriété. La plus importante est celle constituée par les jeunes ménages, actifs, appartenant à la nébuleuse des couches moyennes salasalariées : disposant bien souvent d’un capital culturel élevé et d’une relative liberté de choix de résidence, ces couples en quête d’historicité et/ou de convivialité « s’emparent » de Saint-Georges – comme de nombreux autres quartiers anciens centraux – selon une logique culturelle et symbolique. La seconde, beaucoup plus marginale, est composée de ménages également assez jeunes, mais issus des franges supérieures de la « classe » ouvrière. Pour ces derniers, l’appropriation de Saint-Georges relève plutôt d’une logique fonctionnelle : en effet, ce qui est déterminant dans leur venue, c’est moins le désir de s’approprier du culturel ou du symbolique, que la volonté de devenir propriétaire ; or, pour ces gens dotés d’un capital technique élevé, l’ancien représente assurément une ressource essentielle (voire exclusive, si l’on considère que l’accès au neuf leur est alors pratiquement interdit) pour satisfaire ce projet, qui est beaucoup moins présent chez les premiers cités.

Les nouveaux locataires

6Plus nombreux que les accédant à la propriété, les nouveaux locataires forment une catégorie d’individus porteurs d’innovations plus limitées. En effet, si leurs caractéristiques socio-démographiques et leurs pratiques du quartier témoignent d’un certain renouvellement par rapport à la population vieillissante de Saint-Georges ou contribuent à réactiver une certaine vie de quartier qui avait tendance à disparaître, leur contribution à la revalorisation du patrimoine bâti reste en revanche relativement faible, dans la mesure où ils ne s’engagent que très rarement, ou que très partiellement, dans des travaux d’amélioration de leur logement. Par ailleurs, ils se caractérisent aussi par un avenir résidentiel beaucoup plus incertain, qui peut les conduire soit à quitter le quartier, soit à rester en accédant à la propriété, soit, plus rarement, à rester sans changer de statut.

7De fait, cette catégorie est composée de jeunes individus, de milieux sociaux divers, non encore stabilisés sur le plan matrimonial et situés plutôt au début de leurs trajectoires professionnelles et sociales. A l’instar des accédant « techniques », leur venue dans le quartier s’inscrit avant tout dans une logique fonctionnelle – il s’agit pour eux de se loger-, même si leurs comportements revêtent parfois aussi une dimension culturelle et/ou communautaire. Autrement dit, pour ces individus disposant d’une liberté de choix résidentiel plus limitée, le quartier ancien représente principalement un lieu où il est possible de trouver, éventuellement pour la première fois, un logement (fût-ce provisoirement), et secondairement un espace de vie convivial, marginal, « un peu bohème ».

Les accédant aux commerces

8Très différente de par sa taille, puisqu’elle ne renferme qu’une dizaine d’individus, la catégorie des accédant aux commerces se distingue également des deux premières catégories présentées, par le mode d’inscription dans le quartier de ses membres : se saisir d’un quartier en tant qu’habitant ou l’investir en tant que commerçant ne sont en effet pas synonymes – même si (mais c’est très rarement le cas ici) un individu peut, dans un même lieu, s’installer à la fois comme habitant et comme commerçant. Sans surprise, elle se distingue aussi par son contenu : comme leur nom l’indique, les accédant aux commerces sont des commerçants, et non pas des représentants des couches moyennes salariées, des ouvriers appartenant aux franges supérieures de la « classe » ouvrière, ou des jeunes mi-étudiants, mi-actifs. Mais ce sont des commerçants qui ont très peu de points communs avec ceux qu’ils remplacent ou ceux qui restent : en effet, contrairement à ces derniers, commerçants et habitants « de toujours » (ou de longue date), les accédant aux commerces sont des anciens salariés, qui, tout en ayant une expérience de la vente, du commerce ou des affaires, n’ont jamais exercé auparavant cette activité. Présents à Saint-Georges parce que les fonds de commerces ne sont pas chers, tous ces individus se situent alors plutôt dans une phase de stabilisation professionnelle même si, du fait de leur relative inexpérience, leur présence dans le quartier peut être éphémère. Enfin, leur potentiel d’innovation varie selon la nature de leur activité : ceux qui accèdent à un commerce de proximité ont un potentiel d’innovation peu important ; en revanche ceux qui ouvrent (ou reprennent) des commerces « non liés au quartier » ont un potentiel d’innovation élevé.

Les intervenants

9Dernière catégorie de « nouveaux venus », les intervenants sont des personnes qui s’approprient Saint-Georges en s’appropriant son patrimoine bâti pour un usage autre que l’occupation. Plus exactement, il s’agit d’individus qui se portent acquéreurs de logements ou d’immeubles soit pour les revendre après travaux (d’importance inégale) soit pour les restaurer (plus complètement) et les louer. Absents physiquement du quartier, ils se caractérisent néanmoins par de fortes capacités d’innovation, puisque leurs comportements sont en mesure de modifier profondément et le marché immobilier local et le quartier, contrairement aux comportements des accédant à la propriété qui ne produisent que des modifications au compte-gouttes. Mais, là encore, il convient de dissocier deux sous-populations : les marchands de biens et les propriétaires bailleurs entrepreneurs.

  • 2 Voir R. BALLAIN, C. JACQUIER, « Les nouveaux territoires de l’intervention publique, le cas de Gre (...)

10Les premiers, qui sont aussi les plus nombreux, se situent dans une logique d’investissement rapide ; au contraire, les seconds agissent dans le cadre d’une logique d’investissement à plus long terme. En conséquence, leurs actions produisent des effets contrastés dans le temps : plus précisément, à très court terme, l’action des marchands de biens, même quand celle-ci consiste seulement à faire des travaux très sommaires et à débiter les immeubles en copropriété, produit des effets innovants, alors que l’action des propriétaires bailleurs entrepreneurs peut produire des effets pervers si ceux-ci font preuve d’attentisme et ne remettent pas sur le marché les logements qui se libèrent ; inversement, à plus long terme, les mises en copropriété peuvent produire des effets pervers dans la mesure où l’entretien des copropriétés pose souvent problème2, alors que la réhabilitation des immeubles par les propriétaires bailleurs permet une revalorisation plus durable du patrimoine.

Indépendance, interdépendance et cooptations

11En présentant séparément dans le paragraphe précédent les différentes catégories d’individus qui, à un titre ou à un autre, s’emparent du quartier, et en dissociant des profils d’appropriation, nous avons fait en quelque sorte comme si le comportement d’appropriation de chaque individu ou tout au moins de chaque catégorie d’individus était étranger au comportement d’autrui ou des autres catégories d’individus ; mais en réalité les choses sont un peu plus compliquées.

12Certes, jusqu’à un certain point, l’entrée dans le quartier d’un individu appartenant à une catégorie peut effectivement être considérée comme indépendante de l’entrée d’un individu d’une autre catégorie. Ainsi, il n’y a probablement pas de lien de cause à effet entre l’installation d’un accédant à la propriété et celle d’un commerçant qui ouvre une galerie d’art. Mais, dans bien des cas, les comportements des individus d’une catégorie interfèrent avec ceux des individus d’une autre ou des autres catégories, ou bien dépendent des conduites des autres individus déjà présents dans le quartier. Par exemple, la diffusion des nouveaux copropriétaires à Saint-Georges n’est possible que dans la mesure où les marchands de biens se saisissent du patrimoine du quartier et mettent en vente des logements en copropriété. De même, l’intervention des marchands de biens à Saint-Georges est possible premièrement parce qu’il y a une demande, deuxièmement parce qu’ils disposent d’une capacité à anticiper les mouvements de population et troisièmement parce qu’une partie des propriétaires « traditionnels » est à ce moment-là (pour des raisons liées à l’évolution des rapports qu’ils entretiennent avec leur patrimoine) disposée à vendre. Et l’on pourrait multiplier les exemples, mais l’idée est claire : ces phénomènes d’appropriation s’inscrivent très largement dans une logique d’interdépendance.

13Et ce n’est pas tout : en effet, à l’intérieur même de la catégorie des nouveaux locataires et dans une moindre mesure au niveau des accédant à la propriété, l’usage très fréquent des cooptations – qu’il s’agisse de cooptations structurées autour de réseaux d’amis (pour les premiers cités) ou de cooptations liées à des logiques de transmissions relationnelles ou familiales (pour les seconds) – donne dans certains cas à ces conduites un caractère beaucoup plus dépendant. Ainsi, dans ces phénomènes d’appropriation se « joue » aussi du lien social entre des individus qui ne sont pas de simples atomes sociaux. En d’autres termes, ces processus interdépendants sont (largement) immergés dans des logiques pré-existantes de réseaux, de relations, qui sont susceptibles le cas échéant d’être mobilisées à d’autres fins, par exemple dans le cadre d’une action collective.

Logiques structurelles, micro-décisions et effets de contexte

  • 3 Voir sur ce point, la contradiction que dénonce J. LAUTMAN, qui consiste (en particulier chez cert (...)

14Reste à comprendre dans quelles conditions ces différentes catégories d’individus se sont alors saisies de Saint-Georges. Le problème est complexe : on ne peut pas en effet ignorer les déterminations macro-sociologique qui interfèrent dans ces phénomènes d’appropriation, et considérer que tout cela peut s’expliquer « de l’intérieur » ; mais, inversement, on ne peut pas non plus tout ramener à ces déterminations globales, sous peine de « dissoudre » le local3.

15De fait, ces phénomènes ont bien à voir en partie avec ce que l’on désigne sous les termes de « retour au centre », de « retour à l’ancien », de « reconquête des quartiers anciens », ou bien encore de « gentrification ». Plus précisément, car ces termes ne sont pas tout à fait synonymes et recouvrent parfois des facteurs explicatifs très différents, cette dynamique d’appropriation de Saint-Georges renvoie bien en partie à la transformation de la demande de logement (liée à l’arrivée à maturité de la « génération du baby-boom »), à l’émergence de nouvelles manières d’habiter, ou bien encore au nouvel engouement pour l’ancien, le patrimoine, l’histoire. Par ailleurs, car la diversité des profils et des catégories recensées précédemment sous-entend que l’on a aussi affaire à d’autres phénomènes généraux, ces pratiques d’appropriation renvoient bien aussi pour une part à la transformation de l’appareil commercial en centre-ville, ou bien à la diffusion de la (co)propriété. Mais tous ces facteurs généraux ne permettent pas précisément de comprendre pourquoi ces différentes catégories d’individus ont convergé, plus particulièrement à ce moment-là, vers Saint-Georges ; c’est ici que l’on retrouve notre objet local. Plus précisément, cette convergence des accédant à la propriété, des nouveaux locataires, des accédant aux commerces ou bien encore des intervenants vers Saint-Georges s’explique aussi, localement, par le fait que ce quartier est, à ce moment-là, pour ces catégories-là, à la différence d’autres secteurs de la ville et en particulier de Saint-Jean, un quartier appropriable.

  • 4 Voir J. BONNIEL, B. BENSOUSSAN et al., « La Croix-Rousse : résistances et recouvrement», Archives (...)

16Appropriable, Saint-Georges l’est bien entendu d’abord en termes économiques : et en effet, tous ces individus expliquent (au moins partiellement) leur présence dans le quartier par des motifs financiers. Mais il l’est aussi à bien d’autres égards, parce qu’il « renferme » bien d’autres valeurs : ainsi, pour certains il est le lieu de la centralité ; pour d’autres, il est un quartier-village, convivial et populaire ; pour d’autres encore, il est un secteur où l’on peut investir, etc. Et la diversité de sa morphologie favorise cette pluralité de valeurs qui donnent sens aux différentes pratiques d’appropriation des nouveaux venus. Plus encore, Saint-Georges, avec ses nouveaux locataires et ses accédant culturels, paraît représenter à ce moment-là une sorte de secteur intermédiaire dans l’espace lyonnais, entre la Croix-Rousse, le quartier ré-approprié par des jeunes intellectuels déclassés... sortis des institutions scolaires4, et Saint-Jean, le quartier investi par les « yuppies ».

  • 5 Voir par exemple les travaux de Pattison, Clay, ou Gale, présentés par Francine Dansereau, dans so (...)

17Si tel est effectivement le cas, cela conduit à reconsidérer quelque peu un certain nombre de schémas d’analyse de la « reconquête des quartiers anciens » qui, en s’appuyant bien souvent sur l’étude d’un seul cas, donnent à penser que ces phénomènes de reconquête s’opèrent par un processus assez simple de succession de différentes catégories sociales, des plus « marginales » au plus fortunées5. En effet, si notre hypothèse est juste, elle indique premièrement que ces phénomènes de reconquête ne sont compréhensibles qu’à l’échelle de l’agglomération, et deuxièmement qu’ils peuvent être simultanément le fait de diverses catégories sociales, localisées à un certain moment dans différents quartiers anciens de la ville. Dans cette hypothèse, qui n’évacue pas la dimension temporelle de ces phénomènes, on peut d’ailleurs tout à fait imaginer qu’un même individu qui à un moment donné s’installe à la Croix-Rousse en tant que « jeune intellectuel déclassé » puisse apparaître quelques années plus tard à Saint-Georges sous les traits d’un accédant culturel.

18Mais retenons l’essentiel : le processus d’appropriation privée de Saint-Georges est la résultante de choix convergents, plus ou moins contraints et relativement interdépendants, effectués par diverses catégories d’individus qui ont des intérêts différents à se saisir à ce moment-là, de ce quartier-là.

Les sorties du système : hétérogénéisation et fragmentation du quartier

19L’entrée de ces nouvelles catégories d’individus dans le système d’interdépendance produit inévitablement des effets sur les sorties du système. En d’autres termes, l’irruption des accédants à la propriété ou aux commerces, l’installation des nouveaux locataires et l’intervention des marchands de biens ou des propriétaires bailleurs entrepreneurs dans le quartier ont localement de multiples conséquences.

20Plus précisément, ces individus porteurs d’innovations de nature diverse enclenchent différents processus de valorisation : ainsi, les accédant à la propriété et les nouveaux locataires génèrent, chacun à leur manière et parfois de façon non intentionnelle, un mouvement de « reprise sociale » du quartier, qui ne se confond pas avec celui initié par les accédant aux commerces qui ouvrent des commerces destinés à une clientèle extérieure à Saint-Georges, ni avec celui porté par les marchands de biens qui tend à intégrer Saint-Georges au marché immobilier lyonnais. De fait, comme le souligne Marcel Roncayolo, les phénomènes de valorisation (et de dévalorisation) ne peuvent se réduire à un schéma trop simple :

  • 6 M. RONCAYOLO, « Destins de la ville héritée », Histoire de la France urbaine (Tome 5), op. cit., p (...)

« Les phénomènes de valorisation (et de dévalorisation) ne peuvent se réduire à un schéma trop simple et n’obéissent pas partout au même jeu de valeurs économiques. On conçoit aussi qu’à la limite ils n’impliquent pas une seule voie, qu’ils tolèrent des stratégies concurrentes ou alternées et que, par exemple, la mise en valeur d’un lieu soit dissociable des grands travaux de surface, du renouvellement ou du maintien de l’architecture6. »

21Toutefois, ici, ces différentes initiatives isolées, additionnables, parfois opposées (comme dans le cas des marchands de biens et des nouveaux locataires, par exemple) et souvent peu visibles sont insuffisantes pour déclencher une véritable dynamique de revalorisation. Ainsi, les quelques réhabilitations d’immeubles, par exemple, n’ont pas d’effet d’entraînement, d’une part parce que le capital correspondant aux propriétaires bailleurs locaux n’est pas assez conséquent pour qu’ils se lancent « spontanément » dans l’opération, et d’autre part parce que de nombreux professionnels de l’immobilier lyonnais hésitent encore à investir dans ce quartier qui, en raison de son passé, n’a pas alors très bonne réputation.

22Au contraire, ces processus de valorisation n’affectent que certains micro-secteurs, et plus particulièrement ceux qui se situent dans la partie septentrionale du quartier, tandis que le reste du quartier continue de se détériorer. Plus fondamentalement, le jeu combiné des processus de valorisation portés par les nouveaux entrants et des processus de dévalorisation portés par les autres agents du système provoque à la fois une hétérogénéisation et une fragmentation de Saint-Georges : d’un côté, il a tendance à être happé par la ville en général et par le Vieux-Lyon en particulier, de l’autre, il se fracture progressivement en micro-secteurs plus ou moins valorisés.

23En réaction à cette évolution naît « Saint-Georges Village », qui va redéfinir autrement les données du quartier.

L’émergence de « Saint-Georges Village » : un effet de rétroaction

24Un processus cumulatif se caractérise, nous l’avons dit, par l’existence de mécanismes de rétroaction allant exclusivement des sorties vers le système d’interdépendance. Ici, un seul phénomène de rétroaction se produit : il se situe dans l’apparition sur la « scène locale » d’une association, « Saint-Georges Village », qui va construire une autre réalité du quartier.

  • 7 Le paradigme (de l’action collective) d’OLSON est le suivant : aucun individu n’a intérêt à agir p (...)

25En effet, malgré le paradigme d’Olson7, des individus ayant des intérêts semblables se regroupent alors au sein d’une association pour les promouvoir. Ces individus sont des commerçants de proximité, âgés, implantés dans le quartier depuis longtemps ou depuis toujours, qui s’opposent à l’évolution en cours de Saint-Georges, à la multiplication des commerces destinés à une clientèle extérieure, aux transformations du tissu social, et qui ne souhaitent pas que l’exemple de Saint-Jean – dont les effets sont à ce moment-là tout à fait visibles – se reproduise dans leur propre quartier.

  • 8 Voir T. JOLIVEAU, Associations d’habitants et urbanisation. L’exemple lyonnais (1880-1983), Editio (...)

26Ainsi leur association au sein de « Saint-Georges Village » renvoi et-elle directement à l’évolution du quartier (et du Vieux-Lyon) ; mais elle s’explique aussi, d’une part, par l’essor des associations et comités de quartier que l’on observe alors en France (et qui n’est pas tout à fait nouveau8), et d’autre part, surtout, par le fait que ces individus entretenaient déjà auparavant des relations de sociabilités, de solidarités, qui fonctionnaient à d’autres fins, mais qui ont pu, dans cette situation particulière, être mobilisées pour cette action collective. Mais insistons : contrairement à ce que suggère le modèle olsonien, la logique de l’action collective n’est pas une logique du tout-ou-rien, associant d’un seul coup ou n’associant pas du tout, des « atomes sociaux » ou des agents situés dans une situation de marché ; en effet, les actions collectives émergent sur un déjà-là, sur tout un ensemble de relations interpersonnelles qui pré-existent à l’action.

27Par ses initiatives, et en particulier par celles de ses « personnalités notoires », « Saint-Georges Village » parvient alors à modifier quelque peu les données du quartier (à travers la création d’un marché biologique, d’une foire à la brocante, etc.) et surtout à affirmer l’identité de Saint-Georges, à travers l’image du « quartier-village », qui renvoie, à défaut de « charge » historique forte, à l’âge d’or mythique de la sociabilité des jours enfuis. Mais cette action collective portée par une catégorie d’individus disposant d’un pouvoir limité ne suffit pas à enrayer l’évolution du quartier et produit même parfois des effets non voulus : ainsi, par exemple, l’image du « quartier-village » favorise l’installation des nouveaux locataires et des accédants « culturels », ces « isolés » et ces « bourgeois » que l’association dénonce. Aussi, ce processus cumulatif aurait bien pu se poursuivre pendant plusieurs années ; mais sous l’effet de multiples facteurs, il va prendre ensuite une autre forme.

2 - Intervention publique et modification de la situation d’interaction

28Dans une seconde phase d’évolution, le changement prend effectivement la forme d’un processus de transformation : sous l’effet de différents facteurs, un changement (dû à l’intervention de la municipalité) s’opère dans l’environnement du système d’interdépendance, et provoque à son tour une modification (des caractéristiques) du système. En d’autres termes, en raison de déterminations de divers ordres, la municipalité, qui jusqu’ici s’était tenue en dehors de l’évolution de Saint-Georges, se saisit à son tour du quartier et de son devenir ; dès lors, le quartier, qui jusque-là se contentait d’enregistrer des mouvements généraux, prend la forme d’un système d’interaction, à l’intérieur duquel un certain nombre d’individus, mais pas tous, tentent d’infléchir son évolution.

Les déterminations de l’intervention publique (ou la transformation de l’environnement)

29La prise en charge soudaine de Saint-Georges et de son devenir par la municipalité peut être expliquée et par la prise en compte de facteurs endogènes et par la prise en compte de facteurs exogènes.

Les facteurs endogènes

  • 9 Voir R. BOUDON, La Logique du social, op. cit., p. 228.

30Dans les processus de transformation de nature endogène, le changement qui s’opère dans l’environnement du système (d’interdépendance ou d’interaction) est déclenché bien souvent soit à cause d’« agressions » des sorties du système, soit à la suite d’« appels » des agents du système9. Dans le cas qui nous intéresse ici, le changement (dans sa variante endogène) procède de ces deux mécanismes : en effet, le revirement de la municipalité que l’on observe alors est lié (en partie) et aux excès de l’évolution « spontanée » de Saint-Georges et aux revendications de « Saint-Georges Village ».

  • 10 Voir O. BENOIT-GUILBOT, « Quartiers-dortoirs ou quartiers-villages », op. cit., p. 128.

31Plus précisément, dans le premier cas, la municipalité réagit à deux « distributions » et à un « événement ». La première distribution, considérée comme dangereuse par la puissance publique, est l’aggravation de la situation de certains micro-secteurs du quartier qui, les années passant, ne cessent de se dégrader. La seconde se situe dans l’essor considérable des copropriétés qui, à court terme, provoque une mutation rapide de la population, à moyen terme, risque d’exclure Saint-Georges du marché locatif lyonnais, et, à plus long terme, peut constituer – comme cela avait été le cas quelques années plutôt dans certains îlots du quartier Saint-Jean – un sérieux obstacle à la réhabilitation du quartier. Quant à l’événement, il s’agit très précisément de « l’histoire du 5/7 rue de la Quarantaine » présentée précédemment. Dans le second cas, l’intervention de la municipalité vise plus particulièrement à satisfaire les demandes des commerçants de « Saint-Georges Village », qui appartiennent à un groupe traditionnellement privilégié par les pouvoirs publics lyonnais. Ainsi, comme dans bien d’autres lieux, c’est aussi en partie par le mythe du village populaire urbain que le quartier a pu être réhabilité10.

32Mais ces facteurs endogènes n’auraient sans doute pas suffi à eux seuls à attirer, à ce moment-là, l’attention de la municipalité sur le quartier Saint-Georges. En d’autres termes, les raisons qui ont conduit la municipalité à se saisir du quartier et de son destin se situent aussi, très largement, au-delà de Saint-Georges.

Les facteurs exogènes

33Plus difficiles à saisir que les premiers, plus nombreux aussi, les facteurs exogènes à l’origine du changement d’attitude de la municipalité à l’égard de Saint-Georges sont repérables à différentes échelles.

  • 11 M. RONCAYOLO, op. cit., p. 123.
  • 12 Voir M. GARDEN, P. GUILLAUME, M. LACAVE, « Introduction historique », L’Esprit des lieux, op. cit. (...)

34Ainsi, un premier niveau de détermination réside dans l’inflexion de la politique de l’Etat en matière de quartier ancien, qui s’opère à partir du milieu des années soixante-dix. Les conditions et les caractéristiques de cette inflexion, qui renvoient plus largement à l’évolution des politiques urbaines (et de l’habitat) de l’Etat, sont aujourd’hui des faits bien connus, que l’on peut rappeler très brièvement : du lendemain de la Seconde Guerre mondiale jusque vers 1975, la politique urbaine de l’Etat était presque entièrement orientée vers la construction neuve, d’abord exclusivement dans les zones périphériques, puis simultanément à l’intérieur des centres-villes et dans les périphéries. Cette politique visait prioritairement à loger l’excédent de la croissance urbaine, puis, dans sa variante « rénovation », à agir sur la crise des centres-villes, dans le prolongement de l’exemple des « CBD » (Central Business Districts) américains. Seules la loi Malraux de 1962, et d’autres initiatives ponctuelles, comme les opérations groupées de restauration immobilière (OGRIM) ou les opérations de résorption de l’habitat insalubre (RHI) se préoccupaient alors de l’existant, mais avec des résultats extrêmement limités. Puis, à partir du milieu des années soixante-dix, le ralentissement de la croissance urbaine et de la construction neuve consécutif à la crise économique, l’extrême dégradation et le dysfonctionnement de l’habitat ancien (qui ne jouait plus son rôle dans le marché du logement), et l’engouement des couches moyennes « montantes » pour les quartiers anciens conduisent l’Etat français, à la suite ou en même temps que d’autres Etats ou villes européens, à modifier sa politique. Le rapport Nora (en 1975), la loi Barre sur le financement du logement (en 1977) et surtout la création des OPAH (en 1977 également) dessinent alors un nouveau paysage juridico-administratif : « l’idée de restauration se substitue à celle de rénovation et annonce une autre stratégie, visant au contraire à l’entretien du patrimoine et à la double conservation du cadre et des comportements11 ». Plus précisément, l’accent est mis dès lors, d’une part sur « la protection active du cadre de vie », c’est-à-dire « sur le maintien en vie d’un milieu humain, et non plus seulement sur la conservation d’ensembles immobiliers »12, et d’autre part, sur la notion de contractualisation, entre l’Etat et les collectivités locales, mais aussi entre l’Etat et les propriétaires.

  • 13 Voir M. BONNEVILLE, « La politique urbaine dans la région lyonnaise de 1945 à 1982 », Bulletin de (...)
  • 14 Voir Plan Construction, Evolution des quartiers anciens, Bilan thématique, 1982, p. 119 et s.
  • 15 Voir M. RONCAYOLO, « Destins de la ville héritée ». Histoire de la France urbaine (Tome 5), op. ci (...)

35Tous ces changements ne sont pas étrangers à l’évolution de la politique urbaine lyonnaise, qui constitue le second niveau de détermination exogène. En effet, (pratiquement) au même moment, la municipalité lyonnaise, qui sous l’impulsion de Louis Pradel avait mené pendant près de vingt ans, souvent avec le concours de l’Etat, une politique ambitieuse de grands travaux, d’équipements structurants, de rénovations, initie, en se saisissant des nouveaux outils institués par l’Etat, une politique plus modeste et plus soucieuse des quartiers anciens13. Toutefois, cette évolution n’est pas la simple reproduction de l’évolution de la politique de l’Etat. En effet, comme le précisent à juste titre les auteurs du bilan thématique consacré à l’évolution des quartiers anciens, la politique de l’Etat est une condition nécessaire, mais non une condition suffisante à la mise en place des politiques locales de réhabilitation14.Autrement dit, les raisons de cet intérêt nouveau porté par la municipalité lyonnaise aux quartiers anciens (centraux), et en particulier à Saint-Georges, s’expliquent aussi à l’échelle locale. A ce niveau, quatre éléments paraissent déterminants : le déclin démographique de Lyon et en particulier de son centre ; le remplacement de Louis Pradel par Francisque Collomb à la tête de la municipalité (avec, dans son équipe, un adjoint à l’urbanisme particulièrement actif : Jacques Moulinier) ; la montée en puissance des classes moyennes salariées dans la cité, qui oblige le nouveau maire à satisfaire certaines de leurs attentes ; et la poursuite de la construction du métro lyonnais (ce qui, au passage, témoigne de l’importance des liens qui unissent, non sans ambiguïté, les politiques de traitement du bâti des secteurs anciens centraux et les politiques de traitement du fonctionnement des agglomérations)15.

  • 16 Voir S. BIAREZ, Le Pouvoir local, op. cit., p. 270.

36Enfin, et le métro nous y conduit, un troisième ensemble de déterminations de nature exogène se situe à l’échelle du Vieux-Lyon. Plus précisément, le revirement de la municipalité lyonnaise à l’égard de Saint-Georges tient aussi à ce que les opérations de restauration engagées depuis 1965 à Saint-Jean arrivent alors à leur terme. Autrement dit, c’est la fin de l’opération Saint-Jean qui, dans une certaine mesure, rend possible, à ce moment-là, la prise en charge de Saint-Georges. Aussi peut-on déceler dans l’attitude des pouvoirs publics un certain pragmatisme – qui selon Sylvie Biarez représente une des caractéristiques lyonnaises16 – ; mais on peut surtout à nouveau relever ici l’importance des effets de calendrier dans l’évolution de Saint-Georges. Ces effets de calendrier apparaissent d’ailleurs également dans l’action de l’association de la « Renaissance du Vieux-Lyon », qui constitue l’autre déterminant de l’intervention publique, repérable à l’échelle du Vieux-Lyon. De fait, cette association traditionnellement plutôt soucieuse de l’image et du devenir de Saint-Jean excerce alors de multiples pressions sur la municipalité pour la conduire à intervenir, d’abord dans le Vieux-Lyon, puis plus spécifiquement à Saint-Georges. Or, son intérêt nouveau pour ce quartier est doublement daté : il s’explique, d’une part, par le fait que la vie associative en France est à ce moment-là très fortement marquée par le modèle de fonctionnement des comités de quartier, ce qui la conduit à prendre davantage en compte les problèmes « quotidiens » de Saint-Georges, Saint-Jean et Saint-Paul, et d’autre part, par le fait qu’à ce moment-là l’association est dirigée par un président (auteur d’une thèse d’urbanisme sur le Vieux-Lyon) qui entretient de très bons rapports avec l’association « Saint-Georges Village », ce qui permet une étroite collaboration entre les deux associations, qui n’existait pas dans le passé.

37Ainsi, sous l’effet de ces événements et déterminations multiples la municipalité change d’attitude à l’égard de Saint-Georges. Autrement dit, sous l’effet de ces facteurs endogènes et exogènes un changement s’opère dans l’environnement du système.

Les modifications du système : de l’interdépendance à l’interaction

  • 17 Voir note 1, p. 199.

38Comme dans tout processus de transformation, le changement qui se produit dans l’environnement du système « provoque à son tour une modification du système ». Ici, la modification apportée se traduit plus particulièrement par un changement de « nature » du système : en effet, le système d’interdépendance précédemment identifié, à l’intérieur duquel les individus-agents avaient des relations (mais) qui n’étaient pas des relations de rôles, fait place, en raison de l’intervention soudaine de la municipalité, à un système d’interaction, dans lequel les individus-acteurs ont des relations de rôles17.

Genèse d’une situation d’interaction

  • 18 S. BIAREZ, Le pouvoir local, op. cit., p. 262.

39Dans un premier temps, l’intervention de la municipalité se traduit plus précisément par la mise en place d’une structure de concertation (le « comité de pilotage » du Vieux-Lyon, qui se transforme par la suite en « comité de pilotage » de Saint-Georges), pilotée par l’agence d’urbanisme de la COURLY et chargée de définir le destin de Saint-Georges. La création de cette structure fait écho à la contractualisation de l’urbanisme prônée par l’Etat, tout particulièrement dans le cas du traitement des quartiers anciens, mais s’inscrit également dans l’évolution du mode de gestion des problèmes urbains de la municipalité lyonnaise. En effet, « au gouvernement personnel de Pradel succède en 1977 une gestion plus décentralisée tendant à officialiser la participation »18... qui colle mieux aux nouveaux enjeux urbains de l’époque.

40Comme dans de très nombreux quartiers anciens promis alors à la réhabilitation (opérationnelle), le temps de la concertation est aussi celui des associations. Ici, la formalisation des enjeux donne naissance à « Vivre à Saint-Georges », une association d’habitants qui, du fait de l’histoire du lieu et du fait de la personnalité de son président, revêt, au moins pour un temps, un caractère transclassiste. Ainsi, une nouvelle fois, malgré le paradigme d’Olson, le quartier redevient le lieu d’éclosion d’une action collective à partir d’intérêts individuels. Mais, plus fondamentalement, l’intervention soudaine de la municipalité modifie alors le jeu des relations ordinaires entre les individus, et « organise » le quartier en un système d’interaction.

  • 19 Y. GRAFMEYER, Habiter Lyon. Milieux et quartiers du centre-ville, Editions du CNRS, Presses univer (...)
  • 20 O. BENOIT-GUILBOT, « Quartiers-dortoirs ou quartiers-villages », op. cit., p. 131.
  • 21 Y. GRAFMEYER, Idem.
  • 22 Voir Y. GRAFMEYER, Ibid., p. 21-22.

41Certes, Saint-Georges ne prend pas la forme d’un « système d’action concret », cher aux sociologues des organisations. On ne peut d’ailleurs en aucun cas, « même lorsque les sociabilités locales y sont très développées », considérer un quartier « comme un ensemble de moyens matériels et humains orientés vers la réalisation d’un objectif commun »19. En effet, « dans un quartier, aucune nécessité n’impose des relations sociales : chacun peut entrer ou sortir du quartier à sa guise ou presque20 ». Cependant, comme le souligne Yves Grafmeyer, un quartier peut être « le support, voire l’objet, de divers enjeux qui mobilisent des fractions plus ou moins importantes de la population résidante. Autour de ces enjeux se développent des formes de coopération, de négociation et de conflits qui sont autant d’éléments structurant les relations entre individus et entre groupes au sein de la localité21 ». C’est précisément ce qui se passe ici : de simple support de mouvements généraux, Saint-Georges devient l’objet d’enjeux qui orientent les actions (collectives) des individus (ou des groupes). Autrement dit, provisoirement, le quartier se rapproche d’un système d’interaction, à la faveur d’actions collectives, mais aussi à la faveur des nouvelles pratiques, et des nouveaux discours des aménageurs, qui par ailleurs ont alors tendance à faire du quartier un espace de concertation privilégié22.

42Ainsi l’intervention de la municipalité confère-t-elle une nouvelle existence collective à Saint-Georges. Aux relations de sociabilités d’autrefois succèdent de nouvelles relations entre les individus et les groupes, qui s’opèrent sous le prisme des nouveaux enjeux. Toutefois, comme dans le passé, mais pour des raisons différentes, le nouveau système d’interaction produit ne « régit » pas les comportements de tous les individus, car les enjeux de la réhabilitation (à la différence d’une opération de construction d’une centrale nucléaire ou d’une autoroute, par exemple) ne sont pas très fortement structurants. Ainsi, certains agents continuent d’intervenir à Saint-Georges sans être pris dans le système d’interaction, à l’image des marchands de biens qui poursuivent leurs investissements en restant dans une logique de marché, qui par définition est une logique d’interdépendance ; mais beaucoup se retrouvent alors dans un nouveau rôle.

Composition de la structure d’interaction

  • 23 Y. GRAFMEYER, Ibid., p. 20.

43Dès lors qu’un quartier devient le support ou l’objet d’enjeux, plusieurs formes d’interactions peuvent émerger. « Parfois, c’est plutôt la coopération qui domine, face par exemple à un projet d’aménagement jugé indésirable par la majorité des habitants. Dans d’autres cas, les groupes en présence dans la localité en apprécient diversement l’image et le destin, en fonction de leur appartenance sociale, de leur ancienneté dans le quartier et de leurs intérêts spécifiques »23. A Saint-Georges, c’est plutôt ce second cas de figure qui prévaut.

44Ainsi, un premier groupe, partisan du statu quo ante se dégage. Il rassemble les accédants culturels et les victimes désignées de l’opération en projet, à savoir les nouveaux locataires, les personnes âgées et les immigrés. Leur alliance, en particulier au sein (ou autour) de « Vivre à Saint-Georges », repose sur un même refus de voir se transformer le quartier, même si les raisons profondes de ce refus varient d’une catégorie à l’autre : on ne peut en effet considérer, par exemple, comme identiques la position de celui qui, accédant culturel, s’oppose pour préserver son environnement, et la position de celui qui, telle une personne âgée, s’oppose pour ne pas perdre son logement. De la même manière, la participation de ces diverses catégories à l’action collective vise à satisfaire des intérêts contrastés : dans le cas des accédant culturels, beaucoup moins menacés directement par l’opération de réhabilitation, et dans le cas de certains locataires issus également des couches moyennes salariées en ascension sociale, la participation à l’action collective s’inscrit, comme dans bien d’autres situations, dans une stratégie identitaire ; au contraire, pour les personnes âgées, pour les immigrés et pour d’autres nouveaux locataires appartenant à des milieux plus modestes, leur engagement s’apparente plutôt à une tactique défensive.

45A côté (mais non pas aux côtés) de ce premier groupe, se trouve un deuxième groupe d’habitants, non opposés, voire favorables à une requalification de Saint-Georges. Parmi ceux-ci se trouvent les accédant techniques qui ont intérêt à ce que le quartier prenne de la valeur, les jeunes anciens du quartier en ascension sociale, devenus propriétaires de leur logement dans les années soixante et/ou propriétaires ou locataires d’une maison de campagne, et tous ceux qui, toutes catégories d’âges et de professions confondues, se situent dans la partie nord de Saint-Georges et ne se reconnaissent pas dans cette entité, mais dans Saint-Jean, en raison de leur passé de fidèle de la paroisse Saint-Jean, ou d’écolier de ce quartier.

46Et ce n’est pas tout : un troisième groupe particulièrement actif est constitué des commerçants de proximité, âgés, habitant Saint-Georges depuis longtemps ou depuis toujours, qui défendent l’image du « quartier-village », convivial, populaire et commerçant, en particulier au sein de « Saint-Georges Village ». A ces derniers, auxquels on peut associer les commerçants de proximité venus s’installer plus récemment, s’opposent deux autres groupes : celui des commerçants de jour détenteurs de commerces fréquentés par une clientèle extérieure au quartier, et celui des commerçants nocturnes et plus particulièrement (à ce moment-là) des restaurateurs. Installés depuis peu de temps dans le quartier, très rarement comme habitants, ces commerçants « non liés au quartier » sont tous favorables à la réhabilitation du quartier et à son désenclavement au sein d’un « Saint-Georges-centre », comparable au prestigieux Saint-Jean ; mais l’intérêt des premiers va plutôt vers une requalification culturelle, tandis que les seconds sont davantage favorables à l’essor de la dimension distractive du quartier.

47A cet ensemble, il faut bien entendu ajouter les différents représentants des pouvoirs publics, ainsi que les techniciens de l’agence d’urbanisme de la COURLY et de la SEMIRELY. Même si tous n’ont pas exactement les mêmes intérêts dans cette situation (l’adjoint d’arrondissement défendra, par exemple, plutôt l’aspect village de Saint-Georges pour satisfaire sa base électorale ; l’adjoint à l’urbanisme la nécessité, au contraire, de réhabiliter massivement le quartier pour préparer la venue du métro, etc.), ils constituent un groupe à part entière, plutôt extérieur au quartier et porteur de projets relativement homogènes, qui visent à revaloriser Saint-Georges. Sans doute n’en aurait-il pas été ainsi, si des différends politiques avaient opposé, par exemple, le responsable chargé de l’urbanisme à la Communauté Urbaine de Lyon (compétente en matière d’urbanisme), à l’adjoint à l’urbanisme de la ville de Lyon, ou aux conseillers d’arrondissements.

  • 24 Voir J.-P. LACAZE, « La place des O.P.A.H. dans la politique urbaine », Les Cahiers de l’A.N.A.H.,(...)

48Enfin, il faut rappeler que certains individus restent extérieurs à ces interactions : les marchands de biens, nous l’avons dit, mais aussi les propriétaires bailleurs, sauf lorsque ceux-ci sont aussi en même temps habitants, commerçants et/ou militants. Ce qui, au passage, ne manque pas de surprendre : en effet, alors même que l’intervention de la municipalité a pour objet de définir la réhabilitation du quartier, les propriétaires bailleurs qui, logiquement, devraient être les parties prenantes de l’opération ne prennent pas part à la négociation. Ceci peut peut-être s’expliquer par leur grand âge, pour certains, ou par le fait qu’ils ne résident pas dans le quartier, pour d’autres, ou bien encore parce que la municipalité pense qu’ils seront bientôt remplacés ou, au contraire, qu’ils s’engageront massivement dans l’opération compte tenu des caractéristiques du marché immobilier local ; mais en tous cas on est loin dans cette phase de « l’urbanisme de participation », qui est censé caractériser les procédures d’OPAH24.

49Ainsi, l’intervention de la municipalité dans le devenir de Saint-Georges, et plus précisément la transformation du quartier en instance de consultation, en objet d’enjeux, donnent naissance à une structure d’interaction originale, à l’intérieur de laquelle coexistent différents groupes d’individus, qui ne partagent pas la même image du quartier et n’envisagent pas de la même manière son destin, parce qu’ils n’ont pas les mêmes intérêts et n’occupent pas la même position dans le système ; mais également parce qu’ils ne possèdent pas les mêmes itinéraires (professionnels, résidentiels, etc.) et ne visent pas les mêmes projets, comme le montre en particulier l’opposition entre les deux groupes d’habitants, qui ne se réduit pas à la classique opposition entre anciens et nouveaux. Aussi, on le voit bien, on ne peut pas, contrairement à ce qu’affirme Raymond Boudon, comprendre l’action des individus uniquement en connaissant les propriétés de la structure d’interaction.

  • 25 L. QUERE, « Les limites du rationalisme critique de R. Boudon », Socius, Bulletin de l’Association (...)

50Mais on ne peut pas non plus, comme le dénonce avec force Louis Quéré dans son analyse du rationalisme critique de Raymond Boudon, introduire « le concept d’interaction (uniquement) pour décrire une structure de situation »25, et renoncer à l’analyse des interactions proprement dites.

La dynamique des interactions

51Ici, durant la phase de concertation orchestrée par la puissance publique, différentes formes d’interactions (entre les pouvoirs publics et les associations, entre les associations, et entre les associations et les divers groupes sociaux présents dans la localité) se nouent, se dénouent ou se succèdent. Plus précisément, comme dans bien d’autres situations, la plupart des habitants, peu préoccupés par les enjeux de l’opération, ou non concernés par l’entité promise à la réhabilitation, participent peu, et la négociation du devenir de Saint-Georges se joue principalement entre des élus soucieux de minimiser les coûts sociaux de leur politique et les associations.

  • 26 O. BENOIT-GUILBOT, « Quartiers-dortoirs ou quartiers-villages », op. cit., p. 152.

52A l’intérieur de ces associations, comme dans bien d’autres cas là aussi, on assiste à des recompositions et à des éclatements au fur et à mesure que les projets publics se précisent : ainsi, l’association « Vivre à Saint-Georges » mobilise d’abord tout à la fois des accédant culturels, des nouveaux locataires, des personnes âgées, des immigrés et des jeunes anciens du quartier, puis seulement des individus appartenant aux quatre premières catégories citées, et finalement, lorsque l’association se trouve complètement prise au jeu de la concertation, uniquement des représentants des accédant culturel et des nouveaux locataires. Mais surtout, on assiste tout au long de la phase de concertation à un conflit entre les deux associations, profitable aux pouvoirs publics, qui ne s’explique pas seulement ici par le fait que leurs membres ont des caractéristiques sociales et de position différentes, mais également par le contexte antécédent à leurs actions : en effet, l’antagonisme entre « Saint-Georges Village » et « Vivre à Saint-Georges » réside en grande partie dans le fait que la première est née dans la seconde moitié des années soixante-dix, sous le regard bienveillant des pouvoirs publics, alors que la seconde est apparue plus tard, en réaction à l’intervention de la municipalité. Et comme bien souvent, les pouvoirs publics ont plutôt privilégié l’association des commerçants. Autrement dit, comme bien souvent, « les pouvoirs institués ont désamorcé les revendications (...) en accédant partiellement à une partie des revendications et en transformant les solutions proposées par (les) classes moyennes salariées à l’avantage des classes moyennes traditionnelles... c’est-à-dire leur clientèle habituelle »26.

53Plus précisément, au terme de la négociation, la SEMIRELY sollicite les élus, qui votent la mise en place de l’OΡΑΗ, et enclenchent par là même une série de processus, variés, qui témoignent de la complexité des rapports entre les politiques publiques et les décisions des acteurs privés.

3 - Politiques publiques, décisions d’acteurs privés et processus de recomposition sociale

54Ainsi dans sa troisième phase, la réhabilitation du quartier s’opère par un enchaînement rapide de processus de changement de courte durée, à l’intérieur desquels se nouent, à chaque fois de façon particulière, des décisions publiques et des stratégies (ou des tactiques) d’acteurs privés. Le premier processus à l’œuvre est un processus de transformation : en réaction à l’appel de certains acteurs du système d’interaction, un changement se produit dans l’environnement du système ; ce changement provoque à son tour des modifications d’ordre organisationnel dans le système d’interaction, mais qui n’ont pas de conséquences significatives sur les sorties. Aussi ce processus de transformation aurait-il pu laisser place à un processus bloqué. Mais l’apparition de nouvelles rétroactions en direction de l’environnement d’une part, et l’intervention de facteurs exogènes d’autre part, conduisent à un nouveau changement dans l’environnement du système et par là même à l’émergence d’un second processus de transformation : le système d’interaction est une nouvelle fois modifié, et, cette fois-ci, les sorties sont nettement affectées. Enfin, assez rapidement, ce second processus de transformation fait place à un processus d’ordre cumulatif, caractérisé par des effets de rétroactions allant des sorties vers le système, lequel tend à prendre, à nouveau, la forme d’un système d’interdépendance.

55En d’autres termes, à l’issue de la concertation, la municipalité instaure l’OPΑΗ du Vieux-Lyon, destinée en priorité à (une partie de) Saint-Georges et à Saint-Paul. Cette décision change les conditions d’intervention des acteurs et provoque l’arrivée de nouveaux intervenants ; mais ces changements se heurtent à l’inertie locale et, dans un premier temps, l’opération de réhabilitation du quartier est bloquée. Cependant, très vite, une nouvelle intervention de la municipalité, consécutive et à une demande de la SEMIRELY et à des déterminations exogènes, se conjugue à l’arrivée contingente d’investisseurs privés : la situation d’interaction est à nouveau modifiée, et cette fois-ci, l’interaction des actions publiques et des actions privées permet à l’opération de réhabilitation du bâti de connaître un certain succès. Enfin, ce succès entraîne à son tour, directement ou indirectement, l’entrée dans le quartier de nouveaux individus et modifie les caractéristiques de la situation, au sein de laquelle l’agrégation des actions de ceux qui entrent et de ceux qui restent produit alors de nouveaux changements, qui se traduisent par une requalification très partielle du quartier.

Politique incitative et inertie locale

56En mettant en place, consécutivement à l’étude de la SEMIRELY, une OPAH couvrant partiellement le quartier Saint-Georges, la municipalité lyonnaise a recours à une procédure incitative qui modifie la situation d’interaction. Ainsi, de nouvelles relations se nouent, notamment entre l’opérateur et les propriétaires bailleurs locaux. Mais, dans un premier temps, cette procédure publique, datée, qui avait fait ses preuves dans d’autres quartiers lyonnais, bute ici sur les résistances des propriétaires.

Du volontarisme à l’incitation

  • 27 Plan Construction, Evolution des quartiers anciens, op. cit., p. 86.

57Sans doute les choix qui s’opèrent parmi les différentes procédures de traitement des quartiers anciens (procédures de secteur sauvegardé, de restauration immobilière groupée, de résorption de l’habitat insalubre, d’OPAH, etc.) sont-ils « fonction des enjeux qui se nouent dans le cadre des transformations des secteurs anciennement urbanisés et des rapports de force sociaux qui s’y développent »27 – c’est bien d’ailleurs ce que nous avons montré ici même, en montrant en quoi le choix de la procédure d’OPAH pour traiter une partie seulement de Saint-Georges avait à voir avec la faible capacité de la population à se mobiliser. Mais ils sont aussi fonction des choix effectués antérieurement, des effets de mode et des conceptions politiques des équipes municipales, dont l’action n’est pas (ou n’est plus) le simple reflet des directives d’un appareil d’Etat qui serait omnipotent.

58Ainsi, dans le cas de Saint-Georges, le choix de la procédure d’OPAH ne peut pas être dissocié de la mise en place du secteur sauvegardé et surtout de l’opération de restauration menée dans les années 1965-1980 à Saint-Jean. Plus précisément, c’est bien en partie à la suite de « l’expérience de Saint-Jean » et des difficultés financières qu’ont provoquées ces choix volontaristes, que la municipalité a pris pour le traitement de Saint-Georges une autre option.

  • 28 Voir A. MOLLET, « OPAH et diversité des marchés immobiliers », in LEVY (J.-P.) et al., La réhabili (...)

59Bien sûr, on ne peut manquer d’ajouter aussi que ces choix sont différents parce qu’ils relèvent d’époques différentes. En effet, quand au début des années soixante la municipalité se saisit de Saint-Jean, et très partiellement de Saint-Georges, la tendance est à la protection volontariste d’ensembles urbains présentant une architecture de qualité qu’il convient de sauvegarder ; en revanche vingt ans plus tard, lorsque la municipalité se saisit de Saint-Georges, c’est la protection du cadre de vie et des comportements qui prédomine. Naturellement, les procédures instituées accompagnent cette évolution. Ainsi, lorsque la municipalité lyonnaise lance l’OΡΑΗ du Vieux-Lyon, cette procédure constitue depuis quelques années un outil particulièrement prisé pour le traitement des quartiers anciens : elle est en effet alors utilisée aussi bien dans des quartiers marqués par un marché immobilier actif (à caractère spéculatif ou pas), pour accompagner ou accélérer un processus de valorisation naissant (à l’exemple de l’OΡΑΗ du Vieux-Lyon), que dans des quartiers marqués par un marché immobilier peu tendu ou situés dans des agglomérations en récession, pour déclencher un processus de valorisation (à l’exemple de l’OΡΑΗ du quartier Brindeau au Havre, ou de l’OΡΑΗ du « Faubourg de Lille » à Valenciennes)28.

  • 29 M. BONNEVILLE, « Politiques et pratiques d’intervention publique dans les vieux quartiers de Greno (...)
  • 30 M.-P. HUSSON et al., op. cit., p. 19.

60Enfin, puisque les orientations d’aménagement des villes ne sont pas les simples effets des directives de l’Etat, il ne faut pas oublier la dimension locale de ce choix. Sur ce point, il faut préciser que l’OΡΑΗ du Vieux-Lyon s’inscrit dans le prolongement d’autres opérations programmées menées (souvent avec succès) dans d’autres quartiers lyonnais. Plus encore, il faut noter qu’après avoir été utilisée entre 1977 et 1981 comme un simple adjuvant dans des quartiers peu dégradés, la procédure d’OPAH constitue alors « l’outil d’intervention privilégié des communes lyonnaises et presque le seul mode utilisé »29. Dans le cas lyonnais, plus particulièrement, ce recours quasi systématique à l’OΡΑΗ tient à ce que « l’OΡΑΗ dans son principe d’action colle à la conception libérale qu’ont (alors) les élus lyonnais de l’intervention municipale pour la mise en valeur des quartiers anciens : une action modérée aidant les privés et leur laissant l’initiative de la restauration30 ».

61Et de fait, la mise en place de l’ΟΡΑΗ du Vieux-Lyon apporte deux avantages, qui modifient les conditions d’intervention des acteurs, et singulièrement celles des propriétaires bailleurs privés : le premier permet à tout propriétaire bailleur privé qui s’engage dans la réhabilitation de son patrimoine de bénéficier automatiquement de subventions à un taux supérieur à celui pratiqué hors OPAH ; le second procure aux propriétaires s’engageant à passer un contrat avec l’Etat et à conventionner les logements qu’ils restaurent des subventions encore plus élevées. Par ailleurs, la décision de la municipalité marque également une certaine implication des pouvoirs publics dans le processus de revalorisation du quartier, de nature à favoriser l’intervention des propriétaires privés.

62En conséquence, ce dispositif entraîne la venue de nouveaux acteurs et, plus fondamentalement, une redistribution des rôles au sein du système d’interaction.

Nouveaux acteurs et nouvelles interactions : le système « ordinaire » de la réhabilitation

63Avec la mise en place de la procédure d’OPAH, les acteurs (individuels ou collectifs) qui s’étaient particulièrement illustrés dans la précédente phase d’évolution du quartier (au moment de la concertation) perdent leur place au sein du système d’interaction, ou changent de rôle ; inversement de nouveaux acteurs apparaissent et génèrent de nouvelles formes d’interactions.

  • 31 Voir M. GARDEN, P. GUILLAUME, M. LACAVE, « Introduction historique », op. cit., p. 37-38.
  • 32 Voir O. BENOIT-GUILBOT, « Quartiers-dortoirs ou quartiers-villages », op. cit., p. 154 à 156.

64Parmi les premiers cités figurent en particulier les associations « Vivre à Saint-Georges » et « Saint-Georges Village ». Il n’est sans doute pas utile ici de revenir sur les raisons « locales » qui expliquent la disparition pure et simple de la première ou bien le repli de la seconde, au moment où l’opération ne fait que commencer. En revanche on peut ajouter, en se situant dans une perspective plus large, que la disparition de « Vivre à Saint-Georges » et donc d’une certaine forme d’action collective n’est peut-être pas étrangère à un reflux plus général de ce type d’action, que l’on observe semble-t-il à ce moment-là en France. C’est en tout cas ce que suggèrent aussi bien Maurice Garden, Pierre Guillaume, et Michel Lacave31, qu’Odile Benoit-Guilbot32. Autrement dit, tout semble s’être passé comme si la mise en place de l’OΡΑΗ avait coïncidé (également) avec un essoufflement général des associations résidentielles.

  • 33 Voir infra, chapitre IX.

65Toutefois, le « désengagement » de ces associations n’implique pas le « désengagement » de tous leurs membres : plus précisément, si de nombreux militants quittent alors le quartier, ou « abandonnent la partie », quelques-uns restent aux devants de la scène, mais dans un autre rôle, en mobilisant d’autres ressources. C’est en particulier le cas de certains commerçants qui se caractérisent alors moins par leur qualité de militant (ou d’ancien militant) de « Saint-Georges Village » que par leur qualité de propriétaire bailleur susceptible de participer à l’opération programmée. De fait, les individus-acteurs du système d’interaction ne sont pas figés : au contraire, ils peuvent à certains moments redéfinir la situation, redéfinir les enjeux et s’impliquer différemment, en mobilisant des ressources qui varient dans le temps33.

  • 34 Voir M. BONNEVILLE, « Politiques et pratiques d’intervention publique dans les vieux quartiers de (...)

66Parmi les nouveaux entrants, on recense principalement des acteurs institutionnels, parmi lesquels figurent notamment, comme dans toutes les OPAH, l’Etat, et plus spécifiquement le préfet, l’ΑΝΑΗ, ou plus exactement la commission locale de l’ANAH, et surtout l’opérateur, en l’occurrence ici la SEMIRELY, dont le rôle est d’animer l’opération et plus précisément d’assister et de conseiller sur le plan architectural et surtout administratif, les propriétaires bailleurs. Mais il convient d’ajouter immédiatement que ce double rôle d’animateur et d’assistant-conseil n’est ni caractéristique de l’action sur le long terme de la SEMIRELY, ni, surtout, caractéristique de l’action des opérateurs d’OPAH. Sur le premier point, la restriction apportée est évidente lorsque l’on se souvient qu’entre 1964 et 1980 la SEMIRELY est principalement intervenue comme maître d’ouvrage dans la réhabilitation de Saint-Jean. Sur le second, il faut préciser qu’il existe dans les opérations programmées une grande diversité d’opérateurs (de l’aménageur à l’animateur), caractérisés par des logiques d’interventions très variées : ainsi, dans le cas lyonnais – où les élus pratiquent très largement la délégation, à l’inverse de l’exemple grenoblois –, le choix des opérateurs est lié, d’une part, aux caractéristiques des secteurs et au devenir que leur assigne la volonté politique, et d’autre part, à un système de mise en concurrence conçu pour éviter tout monopole34.

67Enfin, bien sûr, le dispositif d’OPAH met en jeu, au moins potentiellement, les propriétaires bailleurs, qu’ils soient anciens ou nouveaux dans le quartier. En effet, comme dans toute OPAH, ce sont eux qui, de façon privilégiée, sont invités à s’engager dans la réhabilitation du patrimoine du quartier.

68Concrètement, les relations d’interaction s’effectuent cependant, dans un premier temps, plutôt entre l’opérateur et les régies d’immeubles, qui traditionnellement à Lyon jouent un rôle important dans la gestion, l’entretien et l’amélioration du bâti ; mais ces interactions se soldent par de nombreux blocages qui appellent quelques explications : en théorie, puisque les honoraires du régisseur dépendent du montant des loyers, ce dernier a tout intérêt à favoriser l’amélioration de l’habitat et donc du revenu locatif ; mais les mesures incitatives proposées par l’opérateur ne sont guère appréciées des gestionnaires lyonnais de l’habitat (traditionnellement plutôt méfiants à l’égard des dispositifs étatiques), qui voient les loyers plus faibles que dans le secteur libre (pendant 10 ans) et des occupants qui peuvent échapper à leur « contrôle » ; en outre, compte tenu des faibles capacités financières et du grand âge de leurs clients, les régisseurs ont des réticences à les engager dans des travaux lourds de réhabilitation, même si le temps de rentabilisation escompté, dans le cas, par exemple, d’une réhabilitation privée de type « libérale », peut être relativement court. Aussi, pour surmonter ces résistances, la SEMIRELY s’est-elle adressée, dans un second temps, directement aux propriétaires, et en particulier aux propriétaires militants, en essayant de leur démontrer que participer à l’opération de réhabilitation permettait non seulement de réaliser une affaire économiquement intéressante, mais aussi de contribuer à relancer le quartier.

69Et cependant, toutes ces modifications qui se produisent au sein du système d’interaction, ne changent pas significativement le cours de l’évolution du quartier, qui continue à subir l’action (interdépendante) des marchands de biens.

Inerties locales et effets non voulus

  • 35 Cela vaut d’ailleurs aussi pour une partie des professionnels de l’immobilier lyonnais, qui rechig (...)
  • 36 Plan Construction, Evolution des quartiers anciens, op. cit., p. 73.

70En effet, dans un premier temps, la politique incitative de la municipalité mobilise très peu de propriétaires bailleurs. Le phénomène n’est pas propre à Saint-Georges, et peut aisément s’expliquer par le fait que, bien souvent, les OPAH sont lancées dans des secteurs où l’on relève un déficit de l’investissement privé, ou tout au moins, un déficit de l’investissement des propriétaires bailleurs qui, naturellement, ne favorise pas l’initiative individuelle, puisque chaque propriétaire bailleur a intérêt à attendre l’engagement d’autres propriétaires pour s’engager à son tour, à moindre risque, dans l’opération35. En outre, dans le cas de Saint-Georges, cet attentisme se comprend d’autant plus aisément que la municipalité ne donne pas de preuves tangibles de son engagement dans la réhabilitation du quartier ; or, comme on a pu le constater dans de nombreux quartiers, « le déclenchement, la vigueur de l’initiative privée restent suspendus aux marques concrètes d’encouragement que les collectivités peuvent manifester en rendant lisible la place future de ces espaces et de ces biens dans l’ensemble urbain »36.

71Cela dit, la non-participation de nombreux propriétaires bailleurs privés locaux n’est pas seulement une question d’attentisme – comme le montre d’une certaine manière le bilan de l’opération. Elle s’explique aussi par leurs caractéristiques sociales : en effet, ces propriétaires sont bien souvent des individus âgés, qui disposent d’un petit patrimoine, hérité depuis de longues années et mal entretenu, et de faibles capacités financières ; en conséquence, ils ne sont pas en mesure de s’engager dans des travaux très coûteux et de longue haleine. Au contraire, l’évolution spéculative du marché immobilier local, résultant de l’action des marchands de biens, les conduit plutôt à vendre, à un moment où, par ailleurs, la loi Quillot renforce le pouvoir des locataires.

72Bien sûr, tous ne vendent pas. Autrement dit, certains gardent leur patrimoine en l’état. De fait, même quand un propriétaire bailleur a intérêt à réhabiliter son immeuble ou à le vendre, il se peut qu’il ne fasse rien. Cela s’explique par le fait que l’on ne peut pas réduire la décision d’un propriétaire à sa rationalité économique. En effet, les logiques de décision des propriétaires bailleurs (traditionnels) sont médiatisées par divers paramètres : ainsi, le degré de proximité du propriétaire par rapport à son patrimoine, son niveau de connaissance technique, institutionnelle et financière, ou bien le type de relations qu’il entretient avec ses locataires, par exemple, peuvent le conduire à l’inertie.

73Ainsi, malgré les incitations publiques, les sorties du système ne sont pas significativement modifiées. En conséquence, ce processus aurait sans doute pu se répéter, et entraîner en définitive un profond décalage entre les intentions des acteurs institutionnels et les effets émergents du système d’interaction. Mais une nouvelle combinaison de facteurs de divers ordres va donner naissance à un nouveau processus de transformation.

Politique de prestige, intérêts privés et dynamiques locales

74Comme dans le cas précédent, le second processus de transformation à l’œuvre, au cours de cette troisième phase d’évolution du quartier, est lié à une série de changements (relativement indépendants dans leurs origines et dans leurs principes) qui interviennent dans l’environnement du système, et qui provoquent diverses modifications au sein du système d’interaction. Mais, à la différence du cas précédent, ces diverses modifications, qui se manifestent notamment par une multiplication des acteurs et des enjeux, ont ici des répercussions significatives sur les sorties du système.

La rencontre de deux séries causales indépendantes

75Lancée dans un contexte difficile, l’opération publique de réhabilitation de Saint-Georges bénéficie pourtant, quelques mois plus tard, de nouvelles conditions beaucoup plus favorables : de nouveaux avantages sont offerts à ceux qui souhaitent se lancer dans la restauration de leur patrimoine (augmentation du loyer conventionné, majoration des subventions de l’ΑΝΑΗ, extension des avantages de l’OΡΑΗ aux nouveaux acquéreurs, etc.) ; des signes concrets d’encouragement de la collectivité se manifestent (démarrage de la réhabilitation de l’immeuble du 10 & 12 rue Saint-Georges, ouverture de la rue de la Quarantaine...) ; et l’ancien à réhabiliter devient très recherché. Ces nouvelles conditions résultent en partie de l’action menée par la SEMIRELY auprès des pouvoirs publics ; mais elles sont surtout liées à la rencontre de deux phénomènes datés et indépendants : le surgissement du thème de l’international dans la politique urbaine lyonnaise, et la diffusion en France du modèle de la réhabilitation « en AFUL ».

  • 37 Voir S. BIAREZ, Le Pouvoir local, op.cit., p. 270 et s.
  • 38 On pense en particulier ici au professeur J. LABASSE, auteur notamment en... 1958, d’un article, « (...)

76Ainsi, si les élus améliorent à ce moment-là les conditions de l’opération, ou, en d’autres termes, si les demandes de la SEMIRELY trouvent un écho favorable auprès de la municipalité, c’est aussi, c’est surtout, parce que, dans le même temps, ces élus souhaitent faire accéder la ville de Lyon au rang de métropole internationale, et pour cela faire valoir, entre autres choses, le patrimoine historique de la ville. Certes, ce thème de l’international qui vient ainsi se greffer sur l’opération n’est pas totalement nouveau. En effet, au début des années soixante-dix déjà, la D.A.T.A.R. exprimait sa volonté de faire de Lyon une ville internationale, d’y implanter des centres directionnels à vocation française ou européenne et des firmes multinationales. De même, le Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme (SDAU) de l’agglomération lyonnaise adopté en 1976 affirmait cette même volonté. Enfin, dans les études conduites à partir de 1978 à l’occasion de la révision du Plan d’occupation des sols (POS) de Lyon-Villeurbanne, l’accent était mis également sur la nécessité de défendre la fonction résidentielle, de donner des chances nouvelles au tissu d’activités économiques de la ville, et... de confirmer la vocation métropolitaine de Lyon37. Mais, jusqu’au tournant des années quatre-vingt, ce thème «agitait» seulement une poignée de fonctionnaires ou d’intellectuels38, et ne constituait pas encore un enjeu politique clairement affirmé. Ce n’est véritablement qu’en 1983, soit quelques mois après le lancement de l’OΡΑΗ du Vieux-Lyon, que ces intentions internationales prennent la forme de convictions politiques, comme le rappelle Sylvie Biarez :

  • 39 S. BIAREZ, Le Pouvoir local, op. cit., p. 270.

« Lors des élections municipales de 1983, le maire (...) désire achever les équipements d’une métropole européenne (métro, gare de la Part-Dieu, nouveau parc des expositions, palais des congrès), favoriser les secteurs de pointe et accéder à la dimension internationale. A cette époque, l’Association pour le développement économique de la région lyonnaise (ADERLY), qui s’est attachée à favoriser l’arrivée d’entreprises étrangères et françaises, est en pourparlers avec la DATAR pour signer un contrat « Lyon ville internationale ». La municipalité s’est fixé plusieurs objectifs. Elle veut affirmer le rôle de Lyon en tant que métropole internationale en jouant sur son image extérieure, et développer la capitale d’une région européenne (...)39

77Cette nouvelle volonté politique se traduit par le lancement d’opérations de prestige : Achille-Lignon, Gerland, etc. Mais elle rejaillit aussi sur l’opération de réhabilitation de Saint-Georges en cours. Ainsi, il ne s’agit plus seulement de traiter un secteur bâti soumis à la fois à la spéculation et au délaissement, mais aussi de produire, dans un contexte de concurrence entre villes de second rang de l’espace européen, un ensemble prestigieux (le Vieux-Lyon) susceptible de séduire les entreprises étrangères ou françaises et leurs personnels.

  • 40 M. RONCAYOLO, « A la recherche des politiques urbaines », op. cit., p. 128.

78En cela, l’opération Saint-Georges se distingue, une nouvelle fois, de « l’expérience Saint-Jean », dans la mesure où ces enjeux n’étaient pas vraiment présents dans les années soixante et soixante-dix. Et ce constat peut, semble-t-il, être généralisé : plus précisément, dans les années quatre-vingt le traitement des quartiers anciens centraux des grandes villes françaises paraît privilégier plutôt la production de valeurs de prestige, comme le montre par exemple l’évolution actuelle du secteur des pentes de la Croix-Rousse à Lyon. Le phénomène n’est d’ailleurs pas entièrement nouveau, s’agissant du traitement des quartiers anciens. En effet, dans le passé, les opérations de rénovations urbaines n’étaient pas seulement des opérations de « reconquête sociale » mais aussi, bien souvent, des opérations de prestige, fortement marquées par l’exemple des « CBD » américains. Plus encore, comme l’a très bien montré Marcel Roncayolo, si dans le traitement des centres dits « historiques » on est passé « des rêves « manhattaniens » à l’idéologie de la conservation », « les valeurs de prestige et les valeurs marchandes de centralité » n’ont jamais été totalement « abandonnées »40. Mais, sans doute, ces dernières sont-elles aujourd’hui plus présentes qu’il y a quelques années.

79Ainsi, quelques mois après son lancement, l’opération de réhabilitation se trouve-t-elle prise dans la dynamique de « Lyon métropole internationale ». Mais en même temps, elle se trouve impliquée dans le phénomène de diffusion du « modèle » de la réhabilitation en AFUL, qui fait de Saint-Georges l’un des espaces du marché national de l’habitat ancien à réhabiliter. Dans notre deuxième partie, nous avons montré très précisément, en évoquant en particulier le rôle d’intermédiaire joué par l’association « Renaissance du Vieux-Lyon », comment le « modèle » de la réhabilitation en AFUL avait « pénétré » Saint-Georges, et comment celui-ci s’était ainsi, à ce moment-là, trouvé pris dans une logique de réhabilitation beaucoup plus large. Mais il faut ici aller plus loin et tenter d’expliquer la genèse, le mode de diffusion et les caractéristiques de ce modèle de réhabilitation, qui nous paraît être un trait dominant (et un facteur déterminant) de l’évolution actuelle des quartiers anciens centraux des grandes métropoles françaises.

80A sa source, ce mouvement repose sur la conjonction de trois éléments relativement interdépendants : le premier est la loi sur le financement du logement de 1977 qui limite le droit de déduire les déficits fonciers du revenu global (avec possibilité d’un report sur cinq ans) aux opérations (groupées) réalisées en secteur sauvegardé ; le second est l’essoufflement de la construction neuve qui conduit un certain nombre de professionnels de l’immobilier à rechercher d’autres créneaux ; enfin le troisième est l’incapacité et des propriétaires bailleurs traditionnels des immeubles localisés dans les centres anciens à faire face à la dégradation de leur patrimoine, et des pouvoirs publics (Etat et collectivités locales) à prendre en charge les travaux de réhabilitation extrêmement coûteux de ces immeubles non entretenus.

81A partir de ces éléments favorables, des premières opérations de réhabilitation en AFUL sont lancées, principalement par des professionnels de l’immobilier, en région parisienne puis, rapidement, dans le Vieux-Bordeaux qui constitue l’un des plus grands secteurs sauvegardés de France. Le succès de ces premières opérations entraîne d’autres opérations et, surtout, attire de nouveaux acteurs, et en particulier des investisseurs en quête d’une diversification de leur épargne, qui trouvent là un placement assez peu risqué compte tenu de l’effet de mode, qui entraîne le retour au centre-ville de certaines catégories socio-professionnelles et donne une garantie de location ; ce faisant, on assiste rapidement à des surenchères, qui conduisent les premiers à chercher d’autres secteurs, dans d’autres agglomérations. Et à chaque fois, semble-t-il, ce même phénomène se reproduit : à Lyon, à Toulouse, à Nîmes, etc., avec sans doute une certaine évolution dans le temps : en effet, les années passant, ce « modèle » ayant gagné en notoriété, il est possible qu’aujourd’hui la première phase de diffusion à l’intérieur d’une nouvelle agglomération disparaisse ou soit très fortement réduite, à moins que l’action des seconds soit conditionnée par l’engagement des premiers.

82A la lumière de ce qui précède, deux enseignements complémentaires peuvent être tirés concernant Saint-Georges : premièrement, même s’il n’y avait pas eu l’OΡΑΗ du Vieux-Lyon, les AFUL seraient venues dans ce secteur, mais plus tard et de préférence à Saint-Jean qui possède un patrimoine de plus grande qualité ; autrement dit, l’OΡΑΗ n’a donc fait qu’accélérer le mouvement de diffusion irréversible des AFUL dans l’agglomération lyonnaise. Deuxièmement, Saint-Georges étant le premier quartier lyonnais touché par ce mouvement, il a moins été soumis aux « excès » du modèle – ce qui par exemple n’est pas le cas du secteur des pentes de la Croix-Rousse, où l’intervention plus tardive des AFUL s’accompagne de fortes dérives spéculatives (favorisées par ailleurs par la forte poussée spéculative de l’ensemble du marché immobilier lyonnais depuis 1987).

83Ainsi, quelques mois après son lancement, l’opération de réhabilitation de Saint-Georges se trouve-t-elle prise et dans la dynamique de « Lyon métropole internationale » et dans une phase datée du mouvement de diffusion du « modèle » de la réhabilitation en AFUL. Et ces deux phénomènes, indépendants dans leurs origines et dans leurs principes, se cumulent et se renforcent localement dans leurs effets : plus précisément, d’un côté l’intervention des AFUL satisfait pleinement les élus et leur politique libérale de traitement des quartiers anciens ; de l’autre, la dynamique de « Lyon métropole internationale » est favorable à l’arrivée des AFUL qui ne seraient pas intervenues dans une ville en récession ou dans un quartier non attractif.

Effets de contamination et de composition

84La redéfinition des conditions d’intervention des propriétaires bailleurs privés, les manifestations concrètes de l’engagement de la municipalité dans l’opération, l’inscription de Saint-Georges dans le marché national de l’habitat ancien à réhabiliter, tout cela conduit à une recomposition de la structure d’interaction. Plus précisément, les actions des pouvoirs publics (réhabilitation du 10 & 12 rue Saint-Georges, ouverture de la rue de la Quarantaine...) encouragent de nouveaux propriétaires bailleurs, « militants » ou « joueurs », à participer à l’opération ; tandis que l’intervention de professionnels de l’immobilier et d’investisseurs parisiens familiers de la réhabilitation en AFUL stimule l’investissement des professionnels de l’immobilier et des investisseurs lyonnais.

85Dans ce second cas, les effets de contamination sont bien sûr beaucoup moins déterminés que dans le premier par la situation d’interaction. Néanmoins, l’inscription des professionnels de l’immobilier et des investisseurs (parisiens, lyonnais ou autres) dans le quartier n’est pas totalement compréhensible en termes d’entrée dans un marché : en effet, leur implication dans l’opération doit beaucoup à l’existence de réseaux, qui se nouent localement entre les différents acteurs, en particulier autour de certaines régies d’immeubles lyonnaises. Ces dernières jouent effectivement localement un rôle très important dans ce phénomène de contamination, qui témoigne sans aucun doute d’un changement de stratégies. De fait, il semble bien qu’un certain nombre de régies lyonnaises, celles qui se sont le plus enrichies depuis un demi-siècle, abandonnent peu à peu leurs activités de gestion pour se lancer dans l’investissement. Autrement dit, non seulement l’opération de réhabilitation de Saint-Georges a coïncidé sur le plan national avec un redéploiement du marché de l’ancien à réhabiliter, mais aussi, sur le plan local, avec la redéfinition du rôle de certaines régies d’immeubles.

86Ce faisant, ces deux mécanismes de contamination mettent en jeu des acteurs privés dont l’action relève de logiques différentes : pour les uns, il s’agit d’accepter d’être entraîné dans une opération publique, pour les autres de chercher l’investissement. En conséquence, les premiers ont plutôt tendance à utiliser les « outils » vantés par la SEMIRELY et à prendre en compte le devenir de leurs locataires ; tandis que les seconds cherchent plutôt à rentabiliser au maximum leurs opérations, éventuellement au détriment des locataires. Toutefois, dans de nombreux cas, ces deux logiques se superposent, au moins partiellement, car la participation à l’opération permet d’obtenir en contrepartie des avantages financiers qui servent l’investissement. Ainsi, le projet collectif de la municipalité peut-il se combiner aux objectifs individuels de certains acteurs privés.

  • 41 A. BOURDIN, Le Patrimoine réinventé, op. cit., p. 66-67.

87Mais la nouvelle structure d’interaction issue du nouveau contexte ne comprend pas seulement des individus qui, pour des raisons diverses, participent à l’opération programmée. Elle renferme aussi des propriétaires bailleurs traditionnels qui n’ont pas tous le même comportement : en effet, certains gardent leur patrimoine en état, d’autres vendent (en particulier aux investisseurs), d’autres enfin réhabilitent leur patrimoine, mais en dehors du cadre de l’OΡΑΗ. Autrement dit, on voit apparaître une multiplicité d’acteurs et d’enjeux tout à fait caractéristique, selon Alain Bourdin, d’une nouvelle manière de produire l’espace41.

88Enfin, il faut ajouter que ce nouveau contexte provoque aussi, à la marge, la disparition des marchands de biens, qui n’ont plus les moyens ou d’intérêts à intervenir en tant que tels, et qui soit investissent d’autres quartiers, soit se reconvertissent dans la réhabilitation locative, en s’insérant... dans les AFUL.

La dynamique sélective de la réhabilitation : un effet de contexte

89Toutes ces modifications à l’intérieur du système d’interaction provoquent à leur tour des changements au niveau des sorties du système. Ainsi, les opérations de réhabilitation s’enchaînent à un rythme relativement soutenu (qui dépasse de loin la simple addition des initiatives ponctuelles et « spontanées » relevée dans la première phase d’évolution du quartier), et gagnent en visibilité. Mais cette dynamique, fortement dépendante des logiques d’action des professionnels de l’immobilier et des investisseurs regroupés ou non dans des AFUL, apparaît comme très sélective : en effet, à Saint-Georges (mais le mouvement gagne ensuite l’ensemble du secteur sauvegardé), les opérations de réhabilitation se situent presque exclusivement dans le secteur qui se trouve à la fois intégré au périmètre d’OPAH et au secteur sauvegardé. Et ce n’est pas tout : à l’intérieur de ce secteur qui jouxte Saint-Jean, les immeubles traités sont ceux qui possèdent les meilleures rentes de situation, et non pas forcément ceux qui sont les plus dégradés.

  • 42 Voir A. MOLLET, « O.P.A.H. et évolution des quartiers anciens », communication écrite dans le cadr (...)

90Il existe donc ici une forte distorsion entre les conduites des acteurs privés et les objectifs sociaux contenus dans la procédure d’OPAH. Cette distorsion se retrouve, semble-t-il, dans la plupart des OPAH engagées dans des secteurs dominés par un marché immobilier très actif à caractère spéculatif : en effet, de semblables décalages peuvent être constatés dans les quartiers anciens des villes universitaires ou touristiques, alors que dans les quartiers situés dans des villes où le marché immobilier est moins actif, et où les OPAH sont davantage conduites par des propriétaires bailleurs, les distorsions observées sont beaucoup moins importantes42. Mais elle s’explique aussi ici par le comportement non interventionniste des pouvoirs publics, qui se satisfont pleinement de l’intervention des acteurs privés, et qui, par exemple, ne réalisent que très partiellement le programme des actions urbaines d’accompagnement initialement prévu. De fait, il n’y a pas toujours de continuité entre les politiques locales de traitement des quartiers anciens d’une part, et les procédures ou les orientations de l’Etat en matière de quartiers anciens d’autre part.

91En conséquence, cette dynamique de réhabilitation sélective produit une profonde segmentation du parc, avec, d’un côté, un certain nombre d’immeubles valorisés, et de l’autre, un nombre plus important encore d’immeubles fortement dévalorisés, délaissés par les acteurs privés et non pris en charge, par manque de moyens ou par désintérêt, par la puissance publique ; ce qui au passage montre bien, comme l’affirme Michel Coste, que le phénomène de « reprise » des centres-villes ne s’opère pas sans contradictions :

  • 43 M. COSTE. « Vivre en ville », Histoire de la France urbaine, Tome 5, op. cit., p. 536.

« On dit qu’il est un signe d’embourgeoisement avec les valeurs immobilières plus hautes dans les zones centrales, et en dégradé vers les périphéries. Mais, en réalité, ce sont deux marchés immobiliers qui s’opposent et se répondent : le marché du sordide, des locaux qui rapportent peu mais qui ne coûtent guère, qu’on laisse pourrir, éventuellement en attente de meilleures reprises ; et le marché « haut de gamme » qui paie mais qui coûte à la construction comme à l’entretien43

92Et puis, cette dynamique de réhabilitation a aussi pour conséquence de stopper (pour un temps) la croissance des mises en copropriété, et surtout, de produire d’autres effets, qui vont donner naissance à un nouveau processus cumulatif.

Réhabilitations, effets de rétroaction et changements cumulatifs

93Au terme de sa troisième phase de développement, la réhabilitation du quartier prend effectivement la forme d’un processus de changement cumulatif : des mécanismes de rétroaction s’opèrent entre les sorties du système et le système d’interaction, qui tend à prendre, à nouveau, la forme d’un système d’interdépendance ; à leur tour les sorties de ce nouveau système sont modifiées, mais l’environnement reste inchangé.

Effets de rétroaction et décomposition du système d’interaction

94En améliorant le confort de certains appartements, en remettant sur le marché un stock de logements qui était hors marché, mais aussi en valorisant le patrimoine et l’image du quartier, les opérations de réhabilitation provoquent la venue dans le quartier de nouveaux habitants, de nouveaux commerçants et de nouveaux intervenants. Comme dans de nombreux autres cas, les premiers cités sont principalement des jeunes ménages, sans charge de famille ou avec famille peu nombreuse, au taux d’activité élevé, de nationalité française, appartenant aux catégories sociales moyennes plutôt à dominante intellectuelle ; mais on recense aussi parmi les occupants des logements réhabilités des ménages aisés à mobilité résidentielle forte et, plus marginalement, des représentants de milieux sociaux défavorisés. En ce qui concerne les seconds, il s’agit essentiellement d’individus occasionnellement commerçants qui s’installent de préférence dans des établissements de nuit. Quant aux derniers, ce sont des investisseurs, regroupés le plus souvent au sein de SCI.

95Quantitativement, ce nouvel afflux de personnes n’atteint pas l’ampleur du mouvement d’appropriation qui avait précédé le lancement de l’opération de réhabilitation. Qualitativement, la comparaison est plus complexe. Si l’on raisonne uniquement en termes de catégories sociales, on peut dire que les nouveaux « entrants » (habitants, commerçants ou investisseurs) ne se différencient pas radicalement de la population qui s’était appropriée le quartier avant l’OΡΑΗ. Certes, les nouveaux occupants des immeubles réhabilités, par exemple, ont globalement un statut social un peu plus élevé que les individus venus s’installer avant l’opération ; mais cette élévation du niveau socio-professionnel, cet « embourgeoisement », repérables dans bien d’autres quartiers soumis à la réhabilitation (opérationnelle), s’inscrivent très largement ici dans la continuité des mouvements de population antérieurs à l’opération de réhabilitation, même si la présence des ménages aisés constitue indiscutablement une nouveauté. De même, les néo-commerçants qui ouvrent alors des établissements nocturnes diffèrent bien un peu par leur activité et leur trajectoire des individus venus s’installer avant l’opération dans des commerces de jour « non liés au quartier » ; mais ils sont beaucoup plus proches de ces derniers que des commerçants de proximité qui ont toujours été commerçants. Et cela vaut également pour les investisseurs regroupés en SCI qui se distinguent moins des individus qui se sont appropriés le quartier avant l’OΡΑΗ par le biais par exemple des SCI familiales que des vieux propriétaires patrimoniaux du quartier. Autrement dit, en termes de catégories sociales, l’opération de réhabilitation a plutôt eu ici tendance à accompagner et à renforcer, en les infléchissant parfois, les évolutions antérieures.

96En revanche, si l’on prend en compte le rapport au quartier de ces nouveaux entrants, et qu’on le compare à celui des individus qui se sont approprié le quartier avant l’opération programmée d’amélioration de l’habitat, on relève des différenciations beaucoup plus sensibles. Plus précisément, les premiers cités (toutes catégories confondues) ont un rapport beaucoup plus distancié au quartier que les seconds, comme le montrent par exemple le comportement distant des locataires aisés des logements restaurés non conventionnés vis-à-vis du quartier et de la vie de quartier, ou bien encore l’absence de rapports personnels entre les investisseurs regroupés en SCI et leurs locataires. Ainsi, c’est davantage par leur manière de se saisir du quartier, sans vraiment se l’approprier, que les nouveaux venus se distinguent des individus arrivés avant eux, à l’image par exemple des locataires des immeubles restaurés, qui mettent beaucoup moins en avant leur appartenance à Saint-Georges que leur position dans le centre de Lyon.

  • 44 A. BOURDIN, « Restauration/réhabilitation : l’ordre symbolique de l’espace néo-bourgeois », op. ci (...)

97Mais cette forme de distanciation, cette tendance à l’extériorité qui caractérisent les nouveaux entrants n’épargnent pas totalement le reste de la population : en effet, comme le souligne Alain Bourdin, « chez ceux qui restent se produit un intense phénomène d’acculturation qui fait qu’en fin de compte, ils ne sont effectivement pas les mêmes »44. Aussi, c’est finalement l’ensemble des relations locales qui se trouve modifié, le quartier ayant progressivement tendance à perdre sa consistance en tant qu’espace de vie. D’ailleurs, les pratiques locales de cooptation, qui avant l’opération de réhabilitation jouaient un rôle déterminant dans le peuplement de Saint-Georges, perdent de leur importance – non seulement au profit du jeu du marché, mais également au profit de pratiques de cooptation qui mobilisent des réseaux de relations situés hors de Saint-Georges.

98Ainsi, en définitive, alors que l’opération s’achève et que les interactions entre les propriétaires bailleurs et les pouvoirs publics s’amenuisent, le quartier tend à redevenir le support de mouvements généraux, ou, en d’autres termes, à prendre à nouveau la forme d’un système d’interdépendance, mais dans lequel, à la différence de celui qui était en place avant l’intervention de la municipalité, le lien social apparaît relativement distendu.

Le quartier re-composé

99Comme dans tout processus cumulatif, ces modifications du système, issues de mécanismes de rétroaction provenant des sorties, produisent à leur tour des effets sur les sorties du système. Ainsi, l’arrivée dans le quartier de ces nouveaux habitants, de ces commerçants de nuit et de ces investisseurs renforce le processus de requalification en cours. Plus précisément, sous leurs actions, le quartier acquiert une image beaucoup plus positive que dans le passé (qui favorise l’arrivée d’autres habitants) et le parc immobilier une nouvelle valeur qui le situe en très bonne position dans le marché lyonnais. De plus, avec ses immeubles restaurés, avec ses établissements nocturnes, Saint-Georges joue de nouveaux rôles dans le fonctionnement de l’agglomération : il devient tout à la fois un lieu que l’on visite, et un lieu distractif capable d’attirer, à l’image de Saint-Jean, de la Croix-Rousse, ou de la rue Mercière, des gens venant d’autres secteurs de l’agglomération.

100Toutefois, à l’instar de ce qui s’était passé au moment de l’appropriation privée du quartier ou au niveau des réhabilitations, ces changements cumulatifs portés par les nouveaux entrants se heurtent à l’inertie et aux résistances des autres agents, et n’affectent en définitive que très inégalement le quartier, en favorisant les secteurs déjà privilégiés (situés dans la partie nord) et en délaissant les secteurs les plus dévalorisés (localisés au sud de l’église). Ainsi, une nouvelle fois, l’embourgeoisement de certains micro-espaces de Saint-Georges s’accompagne de la dégradation d’autres micro-espaces du quartier. Plus encore, le processus de requalification conduit au bout du compte à consacrer l’éclatement de Saint-Georges, qui était déjà depuis plusieurs années partagé entre l’enclavement et l’intégration au Vieux-Lyon, entre la revalorisation globale et le morcellement en micro-secteurs spécifiques. Autrement dit, à l’issue de l’opération publique, l’entité promise à la réhabilitation n’a pas gagné en cohérence, ni en identité.

  • 45 Voir M. BONNEVILLE, Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière, Villeurbanne, Presses unive (...)

101Sans doute cette évolution n’a pas été explicitement voulue par la municipalité ; mais elle est bien un effet émergent de la diffusion du « modèle Saint-Jean », ou de l’extension de l’entité Vieux-Lyon-quartier ancien, touristique et ludique, voulues par les pouvoirs publics, pour des raisons qui par ailleurs ont évolué dans le temps. Ainsi, on retrouve ici l’idée formulée par Marc Bonneville à propos de l’opération du Tonkin à Villeurbanne, selon laquelle la vérité d’une opération publique est parfois repérable non pas au niveau local, mais au niveau de l’agglomération45. Certes, les deux situations ne sont guère comparables, dans la mesure où dans les deux cas l’articulation entre l’action publique et les actions des acteurs privés est très différente ; mais le parallèle n’est pas inintéressant à établir, surtout lorsque l’on sait le rôle qu’a joué dans les deux cas le métro. Plus encore, on peut se demander si, dans une certaine mesure, la politique lyonnaise de traitement des espaces bâtis existants n’aurait pas tout simplement pour but, quelles que soient les procédures utilisées, d’accompagner la mise en place du métro, en intervenant directement à certains moments, ou en laissant agir le privé à d’autres moments. En tous cas, cette cohérence au niveau de l’agglomération permet de comprendre l’absence de réaction de la municipalité. Et comme cette réaction ne peut pas venir non plus de l’intérieur du système d’interdépendance, compte tenu de la fragilisation du lien social (qui rend très difficile l’émergence d’une action collective), ce processus d’ordre cumulatif ne peut donc pas donner naissance à un nouveau processus de transformation.

102Au contraire, le processus de réhabilitation de Saint-Georges prend apparemment par la suite la forme d’un processus de type reproductif, qui visiblement a pour effet de renforcer encore davantage l’éclatement du quartier : de fait, près de quinze ans après l’entrée dans le quartier des accédant à la propriété et aux commerces, des nouveaux locataires et des premiers intervenants, l’entité Saint-Georges semble réduite à une portion d’espace autour de l’église Saint-Georges, coincée entre les quais de Saône et les coteaux de Fourvière d’une part, et entre la rue de la Quarantaine et le Vieux-Lyon, modèle Saint-Jean, dont les frontières se sont singulièrement étendues, d’autre part. Autrement dit, Saint-Georges s’est tellement recomposé, qu’il paraît aujourd’hui être composé autrement.

103Ce destin n’est assurément pas partagé pas tous les quartiers anciens situés en centre-ville, et encore moins par tous les quartiers anciens des villes françaises. Plus fondamentalement, ce modèle, dans lequel l’opération de réhabilitation apparaît en définitive, sinon comme une péripétie, du moins comme un événement qui prend sens par rapport à ceux qui l’ont précédé et par son inscription dans le projet des différents acteurs, n’est pas généralisable à toutes les situations. Mais, inversement, il ne vaut pas que pour Saint-Georges, puisqu’il fait voir comment se combine une multitude de phénomènes généraux, que l’on trouve tantôt en grand nombre, tantôt en petit nombre et par endroits pas du tout, dans les quartiers anciens (centraux).

104En particulier, ce modèle montre bien comment se noue tout un système d’actions locales, comment s’entrecroisent diverses logiques d’acteurs, ou bien encore, comment interagissent des procédures, des formes d’intervention (publiques ou privées) et des acteurs (ou des agents). Mais en même temps, il n’épuise pas la complexité du phénomène observé, car la transformation de Saint-Georges ne peut pas entièrement être saisie par une lecture en termes de système. En effet, pour bien comprendre cette transformation, comme pour bien expliquer tout phénomène de changement social en milieu urbain, il est nécessaire de prendre également en compte les diverses temporalités en présence.

Notes

1 Voir A. BOURDIN, « Restauration/réhabilitation : l’ordre symbolique de l’espace néo-bourgeois », Espaces et sociétés, no 30-31, 1979, p. 15-35 ; F. DANSEREAU, « La réanimation urbaine et la reconquête des quartiers anciens par les couches moyennes : tour d’horizon de la littérature nord-américaine », op. cit. ; J. REMY, « Retour aux quartiers anciens - recherches sociologiques », op. cit., etc.

2 Voir R. BALLAIN, C. JACQUIER, « Les nouveaux territoires de l’intervention publique, le cas de Grenoble », D.A.E.I., 40 ans de... réhabilitation de l’habitat en France, op. cit., p. 237-251.

3 Voir sur ce point, la contradiction que dénonce J. LAUTMAN, qui consiste (en particulier chez certains historiens et géographes) à situer l’étude dans le singulier puis à n’accorder de statut explicatif qu’à des facteurs généraux. (J. LAUTMAN, « Pour une théorie de la localité », Cahiers internationaux de sociologie, vol. LXXI, 1981, p. 321-328).

4 Voir J. BONNIEL, B. BENSOUSSAN et al., « La Croix-Rousse : résistances et recouvrement», Archives de l’OCS, vol. 2, Editions du CNRS, 1979.

5 Voir par exemple les travaux de Pattison, Clay, ou Gale, présentés par Francine Dansereau, dans son article (déjà cité) intitulé : « La réanimation urbaine et la reconquête des quartiers anciens par les couches moyennes : tour d’horizon de la littérature nord-américaine ».

6 M. RONCAYOLO, « Destins de la ville héritée », Histoire de la France urbaine (Tome 5), op. cit., p. 395.

7 Le paradigme (de l’action collective) d’OLSON est le suivant : aucun individu n’a intérêt à agir pour soutenir une organisation qui procure des biens et des services collectifs puisqu’il en bénéficiera de toute façon ; il y participera pour autant que cette organisation fournit en outre des satisfactions individuelles.

8 Voir T. JOLIVEAU, Associations d’habitants et urbanisation. L’exemple lyonnais (1880-1983), Editions du CNRS, 1987.

9 Voir R. BOUDON, La Logique du social, op. cit., p. 228.

10 Voir O. BENOIT-GUILBOT, « Quartiers-dortoirs ou quartiers-villages », op. cit., p. 128.

11 M. RONCAYOLO, op. cit., p. 123.

12 Voir M. GARDEN, P. GUILLAUME, M. LACAVE, « Introduction historique », L’Esprit des lieux, op. cit., p. 35 et s.

13 Voir M. BONNEVILLE, « La politique urbaine dans la région lyonnaise de 1945 à 1982 », Bulletin de l’institut d’histoire du temps présent, no 5, 1984, p. 82-92 ; S. BIAREZ, Le Pouvoir local, Editions Economica, 1989.

14 Voir Plan Construction, Evolution des quartiers anciens, Bilan thématique, 1982, p. 119 et s.

15 Voir M. RONCAYOLO, « Destins de la ville héritée ». Histoire de la France urbaine (Tome 5), op. cit., p. 393-394.

16 Voir S. BIAREZ, Le Pouvoir local, op. cit., p. 270.

17 Voir note 1, p. 199.

18 S. BIAREZ, Le pouvoir local, op. cit., p. 262.

19 Y. GRAFMEYER, Habiter Lyon. Milieux et quartiers du centre-ville, Editions du CNRS, Presses universitaires de Lyon, Programme Pluriannuel en Sciences Humaines, 1991. (citation p. 20).

20 O. BENOIT-GUILBOT, « Quartiers-dortoirs ou quartiers-villages », op. cit., p. 131.

21 Y. GRAFMEYER, Idem.

22 Voir Y. GRAFMEYER, Ibid., p. 21-22.

23 Y. GRAFMEYER, Ibid., p. 20.

24 Voir J.-P. LACAZE, « La place des O.P.A.H. dans la politique urbaine », Les Cahiers de l’A.N.A.H., no 32, 1985, p. 30-32.

25 L. QUERE, « Les limites du rationalisme critique de R. Boudon », Socius, Bulletin de l’Association Rencontres Sciences sociales, no 2/3,1986, p. 68-74.

26 O. BENOIT-GUILBOT, « Quartiers-dortoirs ou quartiers-villages », op. cit., p. 152.

27 Plan Construction, Evolution des quartiers anciens, op. cit., p. 86.

28 Voir A. MOLLET, « OPAH et diversité des marchés immobiliers », in LEVY (J.-P.) et al., La réhabilitation des quartiers anciens et de l’habitat existant, Villes et territoires, no 3, Presses universitaires du Mirail, p. 99-113.

29 M. BONNEVILLE, « Politiques et pratiques d’intervention publique dans les vieux quartiers de Grenoble, Lyon et Saint-Etienne », op. cit., p. 276.

30 M.-P. HUSSON et al., op. cit., p. 19.

31 Voir M. GARDEN, P. GUILLAUME, M. LACAVE, « Introduction historique », op. cit., p. 37-38.

32 Voir O. BENOIT-GUILBOT, « Quartiers-dortoirs ou quartiers-villages », op. cit., p. 154 à 156.

33 Voir infra, chapitre IX.

34 Voir M. BONNEVILLE, « Politiques et pratiques d’intervention publique dans les vieux quartiers de Grenoble, Lyon et Saint-Etienne », op. cit.

35 Cela vaut d’ailleurs aussi pour une partie des professionnels de l’immobilier lyonnais, qui rechigne à ce moment-là à se lancer dans ce secteur dévalorisé et pas encore très bien considéré en raison de son passé. De fait, le « milieu » des professionnels de l’immobilier lyonnais ne se réduit pas aux marchands de biens « anticipateurs » évoqués précédemment ; il comprend aussi d’autres catégories d’individus (les régisseurs patrimoniaux, les promoteurs, etc.), qui resteront totalement à l’écart de la réhabilitation de Saint-Georges, ou qui au contraire se raccrocheront par la suite au mouvement.

36 Plan Construction, Evolution des quartiers anciens, op. cit., p. 73.

37 Voir S. BIAREZ, Le Pouvoir local, op.cit., p. 270 et s.

38 On pense en particulier ici au professeur J. LABASSE, auteur notamment en... 1958, d’un article, « Sur le rôle et l’avenir géographique de Lyon » (Revue de géographie de Lyon, 1958, no 4), et en 1981, d’une étude sur « Lyon, ville internationale », réalisée à la demande de la D.A.T.A.R.

39 S. BIAREZ, Le Pouvoir local, op. cit., p. 270.

40 M. RONCAYOLO, « A la recherche des politiques urbaines », op. cit., p. 128.

41 A. BOURDIN, Le Patrimoine réinventé, op. cit., p. 66-67.

42 Voir A. MOLLET, « O.P.A.H. et évolution des quartiers anciens », communication écrite dans le cadre des journées « OPAH et traitement des quartiers anciens : quelles conséquences sociales et économiques », Ecole nationale des Ponts et Chaussées, Paris, mars 1989.

43 M. COSTE. « Vivre en ville », Histoire de la France urbaine, Tome 5, op. cit., p. 536.

44 A. BOURDIN, « Restauration/réhabilitation : l’ordre symbolique de l’espace néo-bourgeois », op. cit., p. 22.

45 Voir M. BONNEVILLE, Naissance et métamorphose d’une banlieue ouvrière, Villeurbanne, Presses universitaires de Lyon, 1979.

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search