Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie des lieux

 | 
Jean-Yves Authier

Troisième Partie. Réhabilitation et changement social. Modèle et processus

Réhabilitation et changement social

Modèle et processus

Texte intégral

1Dans les trois chapitres précédents, nous nous sommes principalement attaché à décrire ce qui s’est passé à Saint-Georges entre le milieu des années soixante-dix et le milieu des années quatre-vingt, et, plus précisément, à « raconter » comment ce quartier populaire et convivial, enclavé, dégradé et stigmatisé aux alentours de 1975, est devenu, dix ans plus tard, à la fois un quartier « montrable », valorisé et attractif, et en même temps un quartier très morcelé, partagé en particulier entre un secteur nord fortement requalifié et par endroits assez semblable au prestigieux quartier Saint-Jean, et un secteur sud encore très dévalorisé. Ce faisant, nous avons pu constater que l’histoire de la réhabilitation de Saint-Georges ne se réduit pas à la séquence quartier ancien dégradé – opération publique – revalorisation : en effet, il y a des changements qui interviennent avant l’opération publique de réhabilitation ; et l’opération, qui dans une certaine mesure apparaît comme une conséquence des logiques résidentielles et des mouvements de propriétés antérieurs, ne modifie pas uniformément les choses, en raison notamment de la diversité des comportements des acteurs privés, qui parfois ont conforté, parfois ont ignoré, mais parfois aussi ont contrecarré les desseins de la municipalité. Ainsi, Saint-Georges n’est pas le simple reflet d’une politique, ni le produit de grandes forces sociales, mais bien plutôt, comme nous l’avons montré, le produit social de pratiques concurrentes (ou alternées), dont la dynamique doit être à présent expliquée.

2Dans cette perspective une question s’impose d’emblée : est-il possible de construire, à partir de l’évolution de Saint-Georges, un modèle (approximatif) de la réhabilitation qui puisse s’appliquer à un ensemble limité de situations réelles ? Autrement dit, s’agit-il d’une proposition réaliste ? S’agit-il d’une proposition réalisable ?

3Sous son apparente banalité, le premier problème identifié renvoie à la délicate question de la généralisation, à laquelle se trouve inévitablement confrontée toute analyse sociologique localisée. Dans le cas qui nous intéresse ici, on ne peut évidemment pas considérer Saint-Georges comme un quartier représentatif (au sens où l’on parle « d’échantillon représentatif ») des quartiers anciens français, ou même seulement des quartiers anciens centraux des villes françaises. En revanche, on peut parfaitement considérer que les processus observés localement, à l’échelle de Saint-Georges, sont en fait des processus (beaucoup) plus généraux, combinés de façon originale, mais non unique. Dans ces conditions, la construction du modèle envisagée a bien un sens, qui consiste très précisément à « faire voir » comment ces processus généraux se nouent à Saint-Georges.

4C’est ici qu’intervient le second problème énoncé : comment, en effet, enfermer la dynamique d’évolution de Saint-Georges dans une grille d’intelligibilité, compte tenu de la multiplicité des acteurs, des pratiques, et des processus à l’œuvre ? Mais aussi, comment intégrer dans un modèle la diversité des niveaux de détermination, compte tenu du fait que l’évolution du quartier est le produit de dynamiques s’exerçant à différentes échelles ? Ou bien encore, comment rendre compte d’une dynamique qui mêle des processus macro-sociaux et des microdécisions d’acteurs ? Le problème est éminemment délicat. Pour le surmonter, nous avons pris ici le parti de recourir à la méthodologie wébérienne de l’idéaltype ; mais citons Max Wéber :

  • 1 M. WEBER, Essais sur la théorie de la science, Plon, 1965, p. 181.

« On obtient un idéaltype en accentuant unilatéralement un ou plusieurs points de vue et en enchaînant une multitude de phénomènes donnés isolément, diffus et discrets, que l’on trouve tantôt en grand nombre, tantôt en petit nombre et par endroits pas du tout, qu’on ordonne selon différents points de vue, choisis unilatéralement, pour former un tableau de pensée homogène. On ne trouve nulle part un pareil tableau dans sa pureté conceptuelle : il est une utopie. Le travail historique aura pour tâche de déterminer dans chaque cas particulier combien la réalité se rapproche ou s’écarte de ce tableau idéal... ».1

  • 2 R. BOUDON. La Logique du social. Introduction à l’analyse sociologique, Hachette, 2ème édition, 19 (...)

5Ainsi, pour construire notre modèle, pour montrer pourquoi les choses se sont passées ainsi (et pas autrement), nous avons choisi de dégager parmi les caractéristiques multiples de l’évolution de Saint-Georges les significations importantes. Dans ce but, nous nous sommes très largement inspiré, dans un premier temps (chapitre VIII), des catégories d’analyse du changement social « réactivées » par Raymond Boudon (en considérant au passage que la réhabilitation pouvait être assimilée à une forme de changement social), et en particulier des différents types de processus de changement social présentés dans La Logique du social2.

  • 3 Par définition, les systèmes d’interdépendance désignent « les systèmes d’interaction où les actio (...)
  • 4 Idem, p. 232.

Ces différents types de processus se structurent autour de trois « entités fondamentales » : le système dans lequel se trouvent les agents (s’il s’agit d’un système d’interdépendance) ou les acteurs (s’il s’agit d’un système d’interaction)3 ; son environnement, qui renferme les variables institutionnelles, économiques, historiques, etc. ; et les sorties du système, qui peuvent être des événements élémentaires ou des distributions d’événements. Partant de ces trois éléments de base, Raymond Boudon distingue trois grands types de processus de changement social : les processus répétitifs (appelés aussi processus reproductifs ou bloqués) caractérisés par l’absence d’effets de rétroaction ; les processus cumulatifs définis par la présence de mécanismes de rétroaction allant exclusivement des sorties vers le système d’interdépendance (ou d’interaction) ; et les processus de transformation qui comportent des effets de rétroaction (soit directs, soit indirects, soit à la fois directs et indirects) sur l’environnement. En outre, il dissocie également des processus de nature endogène et des processus de nature exogène, tout en reconnaissant que, bien souvent, dans ce second cas, le changement est à la fois exogène et endogène puisqu’« un changement exogène provoque toujours une cascade plus ou moins complexe de conséquences qui représentent des ajustements endogènes »4.

6A l’usage, ce dispositif conceptuel, nécessaire pour montrer par exemple comment se noue tout un système d’actions locales sur des enjeux liés à Saint-Georges, s’est avéré cependant insuffisant pour lire l’ensemble des processus à l’œuvre. C’est pourquoi, dans un second temps (chapitre IX), est proposée une autre lecture de la réhabilitation de Saint-Georges, qui prolonge (et ponctue) le travail d’explication, en mettant en évidence, au-delà du cas de Saint-Georges, l’importance des temporalités (des processus et des individus) en présence dans les situations de changement social en milieu urbain.

Notes

1 M. WEBER, Essais sur la théorie de la science, Plon, 1965, p. 181.

2 R. BOUDON. La Logique du social. Introduction à l’analyse sociologique, Hachette, 2ème édition, 1983.

3 Par définition, les systèmes d’interdépendance désignent « les systèmes d’interaction où les actions individuelles peuvent être analysées sans référence à la catégorie des rôles ». Inversement, dans les systèmes d’interaction, les relations entre les individus prennent la forme de relations de rôles. Pour illustrer cette distinction, Raymond Boudon évoque un exemple très simple ; nous le citons : « j’observe l’écoulement d’une queue devant la caisse d'un cinéma. Les clients accomplissent tous la même séquence d'actions : ils annoncent le film qu’ils souhaitent voir, acquittent le prix du ticket. Ces actions sont effectuées dans le contexte du système d’interaction client caissière. Ce système définit avec une grande clarté le rôle des deux protagonistes (...). Considérons maintenant l’ensemble des spectateurs potentiels qui forment la queue. Ces spectateurs constituent un système d’interaction : les chances que chacun a de rentrer dans la salle, le temps d’attente auquel chacun est exposé sont déterminées par les autres. Ainsi, le fait que X ait choisi de voir le même film que Y et soit arrivé plus tôt que Y a pour conséquence que X impose à Y une attente supplémentaire. X et Y sont donc bien dans une situation d’interaction, mais non dans une relation de rôles. Pour distinguer cette situation de la première, nous parlerons de systèmes d’interdépendance. » (R. BOUDON, La Logique du social, op. cit., p. 117-118).

4 Idem, p. 232.

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site