Version classiqueVersion mobile

La Vie des lieux

 | 
Jean-Yves Authier

Deuxième Partie. La réhabilitation en actes

Chapitre VI. La politisation de Saint-Georges : enjeux locaux, négociation et décision d’aménagement

Texte intégral

1Au tournant des années quatre-vingt, une première inflexion s’opère dans le processus de réhabilitation : sous l’effet de différents facteurs, le « quartier-village » se transforme brusquement en quartier-enjeu(x). Dès lors une phase de négociation s’engage entre les pouvoirs publics et les associations locales sur le devenir de Saint-Georges, au cours de laquelle les premiers, forts de l’expérience acquise lors de précédents conflits urbains assez similiaires, réussissent relativement rapidement à faire admettre leurs projets aux secondes. Ainsi, dès la fin de l’année 1982, la mise en place d’une Opération programmée d’amélioration de l’habitat dans le Vieux-Lyon est décidée : cette OPAH constitue une « nouvelle donne » pour Saint-Georges, et institue un nouveau cadre pour la réhabilitation de ce quartier.

1 - Du « quartier-village » au quartier-enjeu(x) : le devenir de Saint-Georges en question

2Alors que dans la seconde moitié des années soixante-dix l’évolution du quartier Saint-Georges s’était opérée sans véritables tensions, on assiste au contraire, dès le début des années quatre-vingt, à une certaine objectivation de la réhabilitation et à une cristallisation de ses enjeux. Trois événements contribuent plus particulièrement à cet infléchissement : le premier se situe dans l’affirmation des mutations « spontanées », nées », qui deviennent ainsi plus lisibles pour les populations en présence ; le second est lié à la nouvelle attitude de la municipalité lyonnaise, qui, désireuse de relancer la réhabilitation du Vieux-Lyon, va faire de la réhabilitation de Saint-Georges une priorité ; enfin le dernier est un corollaire des deux premiers : il s’agit de l’apparition sur la scène locale d’une nouvelle association, « Vivre à Saint-Georges », qui va intervenir pour préserver le quartier et l’avenir de ses habitants.

L’affirmation des mutations et la lisibilité des enjeux

3L’affirmation des mutations « spontanées » au tournant des années quatre-vingt est liée en tout premier lieu à un phénomène cumulatif. En effet, avec le passage des années, les commerces travaillant avec une clientèle très extérieure au quartier, par exemple, ou bien les logements restaurés et occupés par des gens relativement fortunés deviennent plus nombreux, et donc plus visibles et plus préoccupants pour les populations en place.

4En second lieu, si ces mutations et leurs enjeux gagnent en lisibilité à ce moment-là, cela tient à la « systématisation » des transformations. Plus précisément, la multiplication des mises en copropriété, et surtout le gel des logements vacants – pratiqué par un grand nombre de «nouveaux» propriétaires, dans la perspective d’une réhabilitation prochaine de leur(s) immeuble(s) – contraignent alors, non plus seulement les personnes âgées, mais aussi toute une partie des habitants les moins fortunés, parmi ceux qui avaient choisi de s’installer à Saint-Georges entre 1975 et 1980, à quitter le quartier.

5Dans la réalité, ce second phénomène est cependant un peu plus complexe. En effet, tous ces nouveaux départs ne résultent pas de l’accentuation des mutations « spontanées », et en particulier de celles liées à l’intervention des « nouveaux » propriétaires. Plus précisément, si il y a bien dans certains cas une relation de causalité directe entre l’évolution des conditions matérielles de Saint-Georges et le départ d’une partie des individus peu fortunés arrivés dans la seconde moitié des années soixante-dix, il existe aussi d’autres cas où les départs de ces individus sont liés plus particulièrement à l’évolution de leurs propres conditions. En effet, on se souvient que dans cette catégorie d’habitants arrivés entre 1975 et 1980, beaucoup sont venus s’installer à Saint-Georges au moment où ils étaient étudiants ou dans une situation professionnelle précaire ; au moment où également ils n’étaient pas mariés et n’avaient pas d’enfants. La suite va de soi : quelques années plus tard, certains terminent leurs études, d’autres trouvent un emploi stable, d’autres encore se marient ou bien ont des enfants ; et pour une ou plusieurs de ces raisons ils quittent alors Saint-Georges. Bien sûr, dans ces cas de départs « volontaires », l’absence dans le quartier de logements relativement grands, confortables, et financièrement abordables peut parfois intervenir dans leur décision de quitter Saint-Georges ; mais cela n’est pas toujours vrai, car leur changement de condition(s) ne leur laisse pas toujours le choix de rester ou non dans le quartier.

6Mais qu’ils soient directement, partiellement, ou nullement liés à l’évolution de Saint-Georges, ces « nouveaux » départs contribuent bien, indéniablement, à rendre alors plus apparente la réhabilitation de Saint-Georges, et par là même à rendre plus lisibles les menaces qui pèsent sur de nombreux autres habitants du quartier. Ainsi, dans le cas en particulier des individus venus s’installer à Saint-Georges à la même époque dans des conditions semblables, et qui demeurent dans le quartier, ces départs de voisins, d’amis... suscitent alors de vives inquiétudes et de multiples interrogations, quant au devenir de Saint-Georges ou quant à leur propre avenir dans ce quartier.

  • 1 Voir C. LALEIX, « Etrange rénovation rue de la Quarantaine », Le Progrès, 19 novembre 1981.

7Enfin, au-delà de ce phénomène de « systématisation », à la fois réel et amplifié, l’affirmation des mutations « spontanées » s’explique encore par la médiatisation en 1981 de « l’étrange rénovation » de l’immeuble situé au 5-7 rue de la Quarantaine1, qui révèle alors très clairement aux habitants du quartier une partie des changements en cours, et une part des enjeux qui se nouent à Saint-Georges. L’immeuble est un bâtiment vétuste, avec des logements sans confort : « les wc sont sur le palier, il n’y a pas de salles de bains ». « Neuf familles vivent là. Certaines depuis quarante ans, d’autres depuis vingt ans ». Au dernier étage se trouve une personne âgée de 93 ans, très attachée à son quartier. Entre 1977 et 1981, les appartements libérés n’ont pas été reloués. Puis, en août 1981, le « nouveau » propriétaire (« il y en a eu plusieurs ») entreprend des travaux, « sans prévenir personne ». A la suite de nombreuses irrégularités et de divers incidents, le toit est endommagé, les fenêtres et les portes des appartements vacants sont enlevées et les murs percés pour permettre l’installation d’une tuyauterie d’évacuation. Deux mois plus tard, de nouveaux travaux sont entrepris chez les locataires en congé : « une dame, à son retour, constate la disparition de son chauffe-eau. Et à la place, un trou dans le mur ». Les réactions des locataires, longuement reproduites dans l’article, font état de leurs angoisses : « Quel est le but du propriétaire ? A-t-il démoli l’immeuble pour le rendre invivable et nous obliger à partir ? Veut-il le transformer ensuite en logements de standing au loyer inaccessible pour nous ? Qu’allons-nous devenir ?». Et la personne âgée ajoute : « Je sais bien ‘qu’ils voudraient m’envoyer dans une maison de vieux. Dès que j’y pense je pleure. Mais ici c’est chez moi depuis plus de 40 ans. Pas question que je parte. »

8L’histoire est exemplaire : derrière le cas singulier de cet immeuble sont mis en lumière les mouvements de propriétés en cours, les intentions d’un certain nombre de « nouveaux » propriétaires, les perspectives éventuelles d’évolution de Saint-Georges, et surtout les menaces qui pèsent sur de nombreux habitants du quartier.

9Ainsi, brusquement, au tournant des années quatre-vingt, les mutations « spontanées » gagnent en visibilité et en lisibilité. Dès lors, se dessine une multiplicité d’enjeux, individuels ou collectifs, disséminés dans la quotidienneté des habitants et de ceux qui se saisissent de Saint-Georges, ou au contraire publicisés. Parallèlement, Saint-Georges devient à ce moment-là un des enjeux de la nouvelle politique de restauration du Vieux-Lyon.

Saint-Georges, enjeu de la nouvelle politique de restauration du Vieux-Lyon

10Après la création du secteur sauvegardé en 1964 et la mise en place, quelques temps plus tard, de l’opération de restauration des îlots 15 et 18 (à Saint-Jean), confiée à la SEMIRELY, l’action de la municipalité en faveur du Vieux-Lyon avait eu, nous l’avons vu, progressivement tendance au cours des années soixante-dix à s’essouffler. Mais, au tournant des années quatre-vingt, la tendance s’inverse, et l’on assiste de nouveau à une prise en charge (et en compte) de ce secteur par les pouvoirs publics.

11Les raisons de ce nouveau « retournement » (après celui de 1963-64) sont multiples : une première explication se situe dans le mouvement général d’évolution des politiques urbaines françaises, qui se traduit alors par un regain d’intérêt très net pour les quartiers anciens situés en centre-ville, comme l’atteste par exemple la création des opérations programmées d’amélioration de l’habitat, en 1977. Une seconde explication, en partie liée au contexte général qui vient d’être évoqué, se trouve plus particulièrement dans le surgissement, au tournant des années quatre-vingt, d’une nouvelle politique urbaine lyonnaise, dont les composantes principales ne sont plus comme sous le « règne » de Louis Pradel (maire de Lyon de 1957 à 1976), les grands travaux, la quantité, le béton et la rénovation, mais plutôt « la reconquête du centre », « l’amélioration de la qualité de la vie au “coeur” de la ville », la réhabilitation, etc. A cela, il y a plusieurs raisons, qui tiennent notamment à l’évolution socio-économique de Lyon et en particulier ici à l’érosion démographique et au déclin économique du centre de Lyon dans les années soixante-dix, au remplacement (en 1976) de Louis Pradel par Francisque Collomb à la tête de la municipalité, et à la montée en puissance des nouvelles couches moyennes salariées dans la cité, qui oblige le nouveau maire à satisfaire certaines de leurs attentes.

  • 2 AGURCO, Etude préalable du Vieux-Lyon, Communauté urbaine et Ville de Lyon, 1981, 2ème éd., 1983, (...)

12A ces deux premières explications s’ajoutent trois autres facteurs qui renvoient plus spécifiquement au Vieux-Lyon. Le premier correspond au fait que les opérations engagées par la SEMIRELY sur les îlots 15 et 18, dans le cadre de la Loi Malraux, sont, en 1980, terminées. Le second est que le Plan de sauvegarde et de mise en valeur du Vieux-Lyon, mis en chantier à partir de 1964, est également à ce moment-là, après diverses péripéties, en voie d’approbation définitive. Le troisième est lié au fait que les différents tracés de la ligne D du métro qui s’élaborent à cette époque prévoient (presque tous) la création à terme d’une station (au moins) dans cet ensemble historique. Ainsi, le Vieux-Lyon se trouve alors dans une situation qui « nécessite » de « définir les directions à donner à la poursuite de (sa) restauration »2.

13Enfin, la « réappropriation » du Vieux-Lyon par les pouvoirs publics, au tout début des années quatre-vingt, s’explique encore par l’action de la « Renaissance du Vieux-Lyon » qui, dès octobre 1979, demande (par l’intermédiaire de son « Bulletin de liaison ») la mise en place d’une OPAH « englobant l’ensemble du Vieux-Lyon, au-delà même des limites étriquées du secteur sauvegardé ».

14Ainsi pour toutes ces raisons la municipalité lyonnaise, sous l’impulsion de l’adjoint à l’urbanisme (Jacques Moulinier), se saisit à nouveau au début des années quatre-vingt du Vieux-Lyon. Plus précisément, elle décide dans un premier temps, en janvier 1980, d’exercer son droit de préemption, pour tenter de freiner la spéculation immobilière entretenue par les marchands de biens. Puis, surtout, elle lance dans un second temps, au milieu de l’année, une « Etude préalable » sur le Vieux-Lyon. L’objet de cette étude, subventionnée par le Fonds d’aménagement urbain (FAU) et confiée à l’Agence d’urbanisme de la communauté urbaine de Lyon (COURLY), est double : il s’agit de faire le point sur la situation du Vieux-Lyon, puis de proposer des actions.

15L’étude est publiée en avril 1981. Elle préconise la mise en place d’une Opération programmée d’amélioration de l’habitat (OPAH) destinée prioritairement aux quartiers Saint-Georges et Saint-Paul, et la mise en œuvre de plusieurs « actions publiques d’accompagnement ». Ce faisant, elle définit les fondements d’une nouvelle politique de restauration du Vieux-Lyon qui, à la différence de celle mise en œuvre entre 1964 et 1975, vise à faire porter l’effort non plus sur le quartier Saint-Jean, mais sur les quartiers Saint-Georges et Saint-Paul.

16Ce choix qui fait de Saint-Georges un nouvel enjeu est justifié, en particulier dans le chapitre 3 de l’Etude préalable, d’une part par le fait que « les actions de la collectivité concentrées jusqu’à présent sur le quartier Saint-Jean n’ont pas rejailli jusqu’à (Saint-Georges et Saint-Paul) », et d’autre part par la nécessité de freiner la spéculation immobilière, et en particulier le mouvement des mises en copropriétés qui affectent Saint-Georges et Saint-Paul – à cause de la revalorisation du quartier Saint-Jean.

17Aussi la proposition d’intervention de la collectivité locale à Saint-Georges s’explique-t-elle plus largement par un souci de revitaliser le Vieux-Lyon. En cela, le choix de Saint-Georges est fortement marqué par la stratégie de « reconquête du centre » des pouvoirs publics. Dans le même temps, ce choix doit beaucoup à l’action de la « Renaissance du Vieux-Lyon » qui, après avoir demandé dès octobre 1979 la mise en place d’une OPAH englobant l’ensemble du Vieux-Lyon, se résigne quelques mois plus tard, en raison de l’inertie des élus, à demander une OPAH pour Saint-Georges. Plus justement, le choix de Saint-Georges apparaît ici comme le produit du rapport de forces existant entre la municipalité d’un côté et l’association « Renaissance du Vieux-Lyon » de l’autre.

18Très concrètement, ce choix se traduit, au niveau de l’Etude préalable, par la sélection d’un nombre assez important « d’immeubles susceptibles d’être restaurés », et surtout, par la définition de quatre grands partis pris urbanistiques pour Saint-Georges : le premier est la réalisation d’une opération de rénovation sur l’îlot Vieil-Renversé Ferrachat, côté place Benoît-Crépu ; le second est la réaffectation de la place Bâtonnier-Valensio ; le troisième est la création d’un secteur piétonnier ; enfin le dernier est la réouverture de la rue de la Quarantaine.

19Aussi, la publication de cette Etude au mois d’avril 1981 va révéler aux habitants de Saint-Georges toute une série de projets susceptibles de modifier profondément la configuration de leur quartier. Ce faisant, cette publicisation de la nouvelle politique de restauration du Vieux Lyon, qui fait du quartier Saint-Georges un enjeu, va être en partie à l’origine de la création de l’association « Vivre à Saint-Georges », qui constitue le troisième événement à l’origine de la cristallisation des enjeux qui se produit alors à Saint-Georges.

« Vivre à Saint-Georges »... demain !

20« Vivre à Saint-Georges » est juridiquement créée en juin 1981, avec pour principaux objectifs « de préserver la vie et l’animation originale dont est doté ce quartier », de défendre « les différents groupes sociaux qui l’animent », « de promouvoir l’information en toute matière relative au quartier (urbanisme, logement, cadre de vie...), ou bien encore « de favoriser les contacts et rencontres entre les individus. »

  • 3 Extrait de l’entretien de M. G... (voir infra).

21Au départ, cette association, c’est « un noyau de gens qui se connaissaient depuis quelques années ou quelques mois, (...) qui avaient envie ou qui se sentaient disponibles pour faire des choses ensemble3 ». Plus précisément, c’est une dizaine d’individus, relativement jeunes, installés assez récemment à Saint-Georges – le plus souvent comme locataires –, qui appartiennent en majorité aux nouvelles couches moyennes salariées.

Tel est le cas de M. G..., l’un des membres fondateurs de l’association : M. G... est arrivé dans le quartier Saint-Georges en 1976, après avoir passé d’abord trois ans dans une chambre d’étudiant à la Croix-Rousse, puis quatre ans dans une résidence universitaire à Villeurbanne. Au moment de son installation dans le quartier il est âgé de 24 ans, célibataire, et termine ses études. Sa venue à Saint-Georges est motivée par la position du quartier, à proximité du centre-ville, par son « côté village » et par le fait qu’il possède déjà sur place plusieurs relations. Cinq ans plus tard, lorsqu’il participe à la création de « Vivre à Saint-Georges », il est toujours célibataire, et loge toujours dans le même appartement, mais il exerce une activité professionnelle : il est animateur socio-culturel, dans un organisme situé dans une banlieue de Lyon.

22L’association de ces individus au sein de « Vivre à Saint-Georges » est liée à la fois à leurs propres caractéristiques et au contexte dans lequel se trouve alors le quartier. Plus précisément, leur action est motivée, en premier lieu, par une volonté de réagir collectivement aux menaces provoquées par la multiplication des opérations de restauration d’immeubles ou de parties d’immeubles qui pèsent sur les habitants du quartier socialement moins favorisés, mais aussi sur eux-mêmes et sur les habitants socialement proches d’eux qui sont venus s’installer également à Saint-Georges dans la seconde moitié des années soixante-dix. En second lieu, leur regroupement correspond à un désir de réaliser diverses manifestations, d’organiser des fêtes, d’animer le quartier, d’activer des relations de sociabilités. Et puis (même si cela n’est pas avoué, par exemple, par M. G...) leur engagement dans cette action collective vise aussi à intervenir sur les projets de la municipalité, que l’Etude préalable du Vieux-Lyon a depuis peu révélés.

  • 4 Voir les nombreux travaux réalisés dans le cadre de l’ΑΤΡ du CNRS consacrée à « l’Observation du c (...)

23Ainsi, on retrouve à travers ces premières caractéristiques de « Vivre à Saint-Georges » de nombreux traits communs aux associations résidentielles qui fleurissent à l’époque dans la plupart des grandes villes françaises : en effet, la forte présence au sein de cette association d’individus appartenant aux nouvelles couches moyennes salariées, la proportion importante parmi ces individus de nouveaux résidants, et leur désir d’aider les autres habitants (moins favorisés socialement) à défendre leur environnement contre les menaces extérieures, tout cela constitue à ce moment-là le lot de multiples associations de défense, liées à un quartier situé dans une grande métropole4.

24Mais la réalité de « Vivre à Saint-Georges » ne s’épuise pas dans ces caractéristiques communes – ni d’ailleurs dans ses origines. Ainsi, deux autres caractéristiques propres à cette association doivent être soulignées. La première tient au fait que cette association, dominée par des représentants des couches moyennes salariées, est présidée non pas par l’un de ceux-ci mais par un postier. La seconde se situe dans l’évolution de la composition sociologique de « Vivre à Saint-Georges» : formée à l’origine en majorité de représentants des nouvelles couches moyennes salariées (mais pas exclusivement), cette association acquiert très vite une dimension « interclassiste », avec l’arrivée de nouveaux adhérents totalement étrangers « au milieu » des nouvelles couches moyennes salariées.

« Il y avait deux types d’adhérents : l’adhérent-actif et le membre-adhérent. Parmi les adhérents-actifs, les deux tiers étaient plutôt des gens comme moi, c’est-à-dire des jeunes avec un discours, une analyse, des envies, un certain nombre d’actions ; et il y avait un tiers de gens qui étaient des habitants du quartier, type ancien ouvrier : un couple d’employés à la SNCF, un retraité, des gens modestes. Et puis au niveau des membres plus généraux et moins actifs, il y avait effectivement des gens qui nous croisaient dans le quartier, dans les commerces (...). On avait aussi des familles immigrées et notamment des hommes immigrés qui venaient et qui étaient adhérents. (...) Et la chose peut-être essentielle que je retiens c’est que ça avait un petit peu un caractère inter-génération. Ça concernait à la fois des gens entre 25 et 35 ans, mais aussi des gens qui avaient 40, 50, 60, 70 ans et parfois je dirais même 80 ou 90 ans, lorsque c’étaient les enfants qui avaient entre 50 et 60 ans qui venaient défendre les intérêts de leurs parents – qui eux ne se déplaçaient plus – en fréquentant l’association. » (M. G...).

  • 5 Voir O. BENOIT-GUILBOT, op. cit., p. 143.

25Ces deux caractéristiques sont très intéressantes à relever dans la mesure où de nombreux travaux menés dans diverses localités sur les associations donnent au contraire à penser, d’une part, que l’« interclassisme » associatif n’existe pas en grande ville, à la différence de ce qui se passe dans certaines petites villes ou dans certains villages et, d’autre part, pour reprendre la formule d’Odile Benoit-Guilbot, (qu’)« à association ouvrière, président ouvrier ; (qu’)à président ouvrier, association ouvrière5 ». De fait, si l’on considère ces deux propositions issues de nombreuses recherches, menées sur des terrains différents, comme deux « règles » sociologiques, il convient alors de s’interroger sur le caractère exceptionnel de « Vivre à Saint-Georges ».

26Trois éléments semblent pouvoir ici expliquer le caractère non ségrégationniste de « Vivre à Saint-Georges ». Le premier tient aux caractéristiques mêmes du quartier : plus précisément, si Saint-Georges est bien un quartier situé dans une grande ville, il est aussi (même si les choses sont alors en train d’évoluer), à cause de son histoire, de sa position, de sa topographie, de sa population, etc., en quelque sorte à la fois en marge de la ville et proche sous certains aspects du village. Le second est lié au fait que Saint-Georges est alors soumis à des menaces très concrètes, ce qui favorise – au moins pour un temps – l’adhésion des individus socialement peu favorisés. Enfin, le dernier élément, qui est peut-être ici le plus décisif, est lié à la personnalité du président, et à sa position d’intermédiaire entre les représentants des nouvelles couches moyennes salariées et les autres adhérents de « Vivre à Saint-Georges».

« On avait un président (...) qui a beaucoup joué dans l’association : à la fois parce que c’était un personnage-bonhomme, aussi bien physiquement qu’intellectuellement, rassurant par son physique, par son rythme de vie, qui avait la chance d’avoir un boulot qui lui laissait une grande disponibilité, à des heures où il pouvait rencontrer beaucoup de monde, qui était issu d’un milieu modeste, en ayant le langage de ce milieu modeste, la façon d’être, la compréhension des situations... et ça c’est un peu le volet, l’autre partie de l’association ; tout en étant proche de nous par sa compagne, par les engagements qu’il avait eus, par l’évolution personnelle qu’il a eue et qui fait qu’il était vraiment la charnière. » (M. G...).

27Mais au-delà de ces caractéristiques spécifiques, la réalité de « Vivre à Saint-Georges », c’est aussi bien sûr plusieurs actions. Au cours de ses premiers mois d’existence, ses actions sont essentiellement de trois ordres. En premier lieu, elle intervient ponctuellement pour venir en aide aux habitants du quartier confrontés à des problèmes liés aux pratiques de certains propriétaires ou marchands de biens. Ici, son intervention prend des formes diverses : parfois elle joue un rôle de « conseil » auprès des habitants en difficulté, en les informant de leurs droits ; parfois elle entreprend des actions en justice pour contraindre un propriétaire à respecter la législation en matière de réhabilitation ; parfois elle a recours à des pétitions pour solliciter l’intervention des pouvoirs publics. Ainsi, dans le cas de l’immeuble du 5-7 rue de la Quarantaine précédemment évoqué, « Vivre à Saint-Georges » est d’abord intervenue pour informer les locataires, puis a attaqué le propriétaire en justice pour l’obliger à cesser ses travaux et à réparer les dommages qu’il avait causés aux locataires, puis a poussé par divers moyens ce même propriétaire à vendre, et enfin a sollicité par le biais d’une pétition la municipalité pour préempter l’immeuble. Ces actions, relativement fréquentes, lui permettent d’étendre son rayonnement sur le quartier, de mobiliser de nouveaux adhérents, et d’obtenir par là même une certaine légitimité au niveau des pouvoirs publics.

  • 6 Selon une légende bien connue, saint Georges aurait terrassé un dragon auquel une femme devait êtr (...)

28En second lieu, l’association « Vivre à Saint-Georges » diffuse épisodiquement un journal de quatre pages, « Georgio le Maudit », qui vise à informer les habitants du quartier des activités de l’association, mais surtout à les sensibiliser aux enjeux qui se nouent à l’échelle de Saint-Georges. A la lecture des premiers numéros de ce journal on constate que la référence au « quartier-village », chère aux commerçants de « Saint-Georges Village », est très peu présente dans les différents « articles ». De même on remarque que les symboles de l’histoire de Saint-Georges, tels que le personnage de Guignol ou les soyeux, qui auraient pu être réappropriés par l’association, sont ici absents des discours sur le quartier. Ce qui est associé à Saint-Georges, c’est son passé récent de quartier laborieux, convivial et solidaire, c’est un certain nombre d’anecdotes et de personnages pittoresques et c’est aussi l’image légendaire de saint Georges terrassant le dragon6. Autrement dit, l’objectivation de Saint-Georges s’opère essentiellement ici à travers l’image d’un quartier « authentique », banal et menacé, qui s’oppose implicitement à l’image factice, historique et menaçante du quartier Saint-Jean. Aussi, on peut s’interroger sur les raisons pour lesquelles le passé ancien de Saint-Georges est ainsi « amnésié » ; ou, en d’autres termes, se demander pourquoi Guignol ou les soyeux n’ont pas été ici exhumés et utilisés, comme ont pu l’être par exemple les différents éléments de l’histoire de la Croix-Rousse. Plusieurs réponses peuvent être avancées. Ainsi, on peut rappeler que Saint-Georges n’est pas la Croix-Rousse : en effet, à l’image du quartier-haut lieu de l’histoire urbaine et industrielle étroitement associée à la Croix-Rousse, Saint-Georges ne peut opposer que son passé de « quartier-village », convivial et anonyme. De même, il faut se souvenir que l’histoire de Saint-Georges comporte toute une série d’éléments non ré-appropriables, soit parce qu’ils ont déjà été réappropriés (les soyeux dans l’imagerie Croix-Roussienne, Guignol dans l’imagerie lyonnaise), soit parce qu’ils sont connotés négativement (la boucherie ; la peste...). Enfin, on peut formuler l’hypothèse selon laquelle cette « amnésie » est liée à un décalage temporel qui fait que cette mode du recours à l’histoire est alors passée quand survient « Vivre à Saint-Georges ».

29Enfin, le troisième type d’actions menées par « Vivre à Saint-Georges » correspond à des prises de positions très virulentes face à l’évolution du quartier Saint-Georges et face aux projets de la municipalité, souvent relayées par la presse locale, qui toutes contribuent alors, à leur tour, à rendre plus apparents les enjeux qui se jouent à Saint-Georges, et surtout à ériger le quartier en enjeu à défendre, contre les « promoteurs » qui ici ou là posent des problèmes aux locataires, contre les projets d’urbanisme de la municipalité et contre ceux qui menacent de faire évoluer Saint-Georges vers une configuration similaire à celle du quartier Saint-Jean.

30Ainsi, on assiste bien, au tournant des années quatre-vingt, du fait de l’exacerbation des mutations « spontanées », du fait de l’intervention des pouvoirs publics et du fait de la création de « Vivre à Saint-Georges », à une cristallisation des enjeux qui se nouent autour de différentes images du centre, et qui associent Saint-Georges parfois à un quartier « vivant », parfois à un quartier « dortoir », parfois à un quartier « vitrine », parfois à un quartier « musée », ou parfois encore à un quartier « ludique ». Mais cette cristallisation des enjeux ne va pas déboucher ici sur des « luttes urbaines ». Au contraire, une phase de concertation s’engage alors entre les pouvoirs publics et les associations de Saint-Georges, qui, loin de cristalliser les forces sociales de ce quartier, va accentuer les clivages entre les associations, entre les associations et les habitants, et entre les habitants.

2 - La négociation de l’avenir de Saint-Georges

  • 7 Voir A. BOURDIN, Le Patrimoine réinventé, P.U.F., 1984, p. 64 et s.

31Au moment où la municipalité lyonnaise élabore de nouveaux projets pour restaurer le Vieux-Lyon, et plus particulièrement le quartier Saint-Georges, l’heure n’est plus, comme dans les années soixante-dix, à la confrontation ouverte et frontale entre des comités de quartiers ou d’usagers plus ou moins marqués par le militantisme post-soixante-huitard et les pouvoirs publics, autour d’enjeux très fortement mobilisateurs, tels que la rénovation urbaine par exemple. De fait, l’échec de ces comités et leur remplacement par des structures associatives moins contestatrices d’une part, et l’évolution des municipalités dans leurs rapports aux associations d’autre part, permettent à l’époque l’émergence de nouvelles formes de négociation, autour d’enjeux également en mutation qui, à l’image de la réhabilitation, présentent la particularité d’être en partie négociables7.

32C’est dans ce nouveau contexte global, qui a ses propres implications locales, que s’engage la négociation de l’avenir de Saint-Georges. Cette dernière s’opère plus précisément sur le mode de la concertation, instauré par la puissance publique. Prises au jeu de cette concertation, les associations de Saint-Georges se divisent et surtout tendent à s’isoler de la population du quartier qui, quant à elle, reste pour diverses raisons très largement à l’écart de la négociation publique des enjeux locaux.

Le « jeu » de la concertation

33Forte de son expérience acquise dans la gestion des conflits urbains, notamment à l’occasion de l’opération de rénovation du quartier de la Croix-Rousse, la municipalité lyonnaise associe dès le lancement de l’Etude préalable sur le Vieux-Lyon les associations concernées (conformément d’ailleurs à l’esprit de la circulaire de mars 1977 instituant les OPAH), en créant, comme dans de nombreux autres quartiers lyonnais, un « comité de pilotage ». Placé sous la responsabilité de l’adjoint au maire de Lyon chargé de l’urbanisme, et composé des adjoints au maire de Lyon pour le 5ème arrondissement, de divers techniciens (de la ville, de la Communauté urbaine de Lyon, de l’agence d’urbanisme de la COURLY) et des représentants des associations locales (dont « la Renaissance du Vieux-Lyon », et « Saint-Georges Village ») ce « comité de pilotage du Vieux-Lyon » est une structure informelle, sans pouvoir de décision, qui a pour objet d’alimenter et d’orienter l’Etude préalable menée par l’agence d’urbanisme de la COURLY. Il comprend quatre commissions (habitat, activités économiques, équipement, circulation) qui se réunissent épisodiquement pour évoquer les problèmes liés au bâti, aux commerces, etc., et pour discuter des solutions à apporter. Ce faisant, il permet, dans une certaine mesure, à la « Renaissance du Vieux-Lyon » et à « Saint-Georges Village », qui figure alors depuis peu de temps dans l’organigramme de la « Renaissance du Vieux-Lyon » (en tant que membre associé), de faire valoir, en amont, leurs inquiétudes et leurs doléances.

34Puis, après la publication de l’Etude préalable du Vieux-Lyon, et à l’occasion de l’enquête publique relative au plan de sauvegarde et de mise en valeur du Vieux-Lyon, la municipalité consulte à nouveau les associations, mais aussi les habitants du Vieux-Lyon, sur les projets de restauration de ce secteur. Plus précisément, elle met en place pendant un mois et demi (du 19 octobre au 27 novembre 1981) une double exposition au palais Saint-Jean qui présente à la fois (conformément à la loi) le plan de sauvegarde et (à son initiative) les propositions de l’Etude préalable. Cette exposition, fortement médiatisée (à l’aide de tracts distribués dans les boîtes aux lettres des habitants, de banderoles placées à proximité du palais Saint-Jean, de publicités dans les journaux, etc.) rencontre un vif succès, avec 1500 visiteurs, soit plus de 10 % de la population totale du Vieux-Lyon – alors que les enquêtes publiques ne touchent généralement que 2 % à 4 % des populations concernées-, et donne lieu, dans le cadre de l’enquête publique, à de multiples « observations ».

35Ces observations, exprimées par les différentes associations du Vieux-Lyon mais aussi par près de cent individus (parmi lesquels on dénombre 27 habitants et 6 commerçants de Saint-Georges), portent sur des objets très divers : les démolitions, la circulation, les logements sociaux, les activités nocturnes, les limites du secteur sauvegardé, etc. Mais surtout, elles ne se limitent pas au particulier, à l’immédiat, et vont bien souvent au-delà d’une simple critique du document. Autrement dit, à côté des observations « classiques » relatives à telle ou telle affectation d’immeuble, on relève assez souvent des observations de fond.

36Mais, comme bien souvent dans ce type de « concertation », peu d’observations sont suivies d’effet. Plus précisément, les pouvoirs publics ne prennent en compte que certaines remarques, critiques ou propositions portant sur des points de détail ou sur des options urbanistiques accessoires et rejettent toutes les observations relatives aux orientations générales ou aux partis pris fondamentaux du plan : ainsi, ils acceptent de revenir sur les démolitions de certains immeubles, ou de modifier le schéma des voies piétonnes pour les quartiers Saint-Georges et Saint-Paul, mais ils refusent de remettre en cause la philosophie du plan ou d’étendre les limites du secteur sauvegardé jusqu’à l’extrémité (sud) de la rue de la Quarantaine.

37Enfin, pour poursuivre la concertation avec les associations sur le devenir de Saint-Georges, la municipalité instaure (en décembre 1981) un comité de pilotage spécifique aux problèmes du quartier Saint-Georges. Ce « comité de pilotage de Saint-Georges », composé d’élus, de techniciens et de membres de « Saint-Georges Village » et de « Vivre à Saint-Georges », est chargé plus particulièrement de travailler à la mise en œuvre de certaines propositions contenues dans l’Etude préalable, d’alimenter et d’orienter l’Etude de réalisation de l’OPAH du Vieux-Lyon (confiée à la SEMIRELY, récemment réactivée), et plus particulièrement de préparer la mise en œuvre de cette opération à Saint-Georges. Mais, dans la réalité, son fonctionnement est relativement restreint. En effet, au cours de cette phase de négociation du destin de Saint-Georges, ce comité se réunit seulement trois fois : une première fois pour discuter de l’ouverture de la rue de la Quarantaine ; une seconde fois pour réfléchir aux devenirs de l’extrémité sud de la rue de la Quarantaine, de la place Valensio et d’un équipement public ; et une dernière fois pour poursuivre la réflexion sur la réaffectation de cet équipement public. De plus, à chaque fois, les associations sont appelées à s’exprimer sur des projets élaborés par les techniciens ; autrement dit, elles ne participent pas elles-mêmes à l’élaboration de ces projets, et surtout, elles n’interviennent pas dans le choix des projets proposés. En d’autres termes, tout se passe comme si la participation des associations à la concertation mise en place par la puissance publique supposait au préalable l’acceptation des choix de la municipalité. C’est précisément ce que dénonce très clairement l’association « Vivre à Saint-Georges », dans une lettre adressée à l’adjoint à l’urbanisme de la ville de Lyon, qui, en réaction à un article paru dans la presse (qui faisait état des critiques de « Vivre à Saint-Georges » à l’égard des conditions d’élaboration de l’ΟΡΑΗ et de ses objectifs), avait par courrier menacé l’association de ne plus « continuer à jouer (avec elle) le jeu » de la concertation.

« Jouer le jeu » ?
a) Est-ce accepter votre point de vue sur la concertation, c’est-à-dire approuver au préalable et globalement votre politique de réhabilitation ? Nous savons que si toute OPAH devrait avoir des finalités sociales, la façon de mener les études influe largement sur la nature des résultats (...).
b) Cela suppose-t-il de nous contenter de vous donner approbation sur les problèmes ponctuels (ouverture de la rue de la Quarantaine, aménagement de la place Valensio) sans les mettre en rapport avec la politique d’ensemble ? La collaboration étroite avec votre équipe de techniciens nous semble réduite. Les projets qui nous sont présentés sont élaborés sans notre concours. La question de fond, à savoir, la nature et la pertinence des aménagements proposés, n’est pas posée lors des réunions de comité de pilotage. »
(Association « Vivre à Saint-Georges », lettre du 25 février 1982).

38Ainsi, même si les moyens mis en œuvre par la municipalité sont relativement importants, la concertation avec les associations (et plus exceptionnellement avec les habitants) apparaît en définitive assez superficielle. Et pourtant, ses effets pratiques sont loin d’être nuls.

39En effet, en instaurant très tôt un comité de pilotage du Vieux-Lyon, puis un comité de pilotage spécifique aux problèmes du quartier Saint-Georges, ouverts aux associations locales, les pouvoirs publics placent « Saint-Georges Village » et « Vivre à Saint-Georges » dans une situation d’interlocuteurs privilégiés, de partenaires, d’« associés ». Ce faisant, cette association de fait, dans un cadre défini a priori par la municipalité, structure inévitablement les interventions de « Saint-Georges Village » et de « Vivre à Saint-Georges », et permet en particulier à la puissance publique de répondre relativement facilement à leurs requêtes. Certes, ce système de concertation, qui conduit au bout du compte à minimiser les coûts sociaux de la mise en place de la politique de restauration de Saint-Georges, n’exclut pas parfois certains « dérapages », comme en témoignent certaines actions ou certains propos de « Vivre à Saint-Georges ». Mais ces dérapages font en quelque sorte partie du jeu – car « Vivre à Saint-Georges » ne peut se contenter pour survivre de participer «au-dehors» à la concertation, elle doit aussi adopter une position contestatrice « au-dedans » – et sont sans risque pour la municipalité.

40Par ailleurs, la concertation permet aussi à la municipalité de dégager sur des cas très précis certains compromis. Ainsi, à la suite de la réunion du comité de pilotage de Saint-Georges consacrée à l’aménagement de la place Valensio, il est décidé de différer la mise en œuvre du projet proposé par l’Etude préalable, qui divise « Saint-Georges Village » et « Vivre à Saint-Georges », et de relancer de nouvelles études.

41Enfin, la concertation offre à la municipalité un moyen de sensibiliser certains responsables de « Saint-Georges Village », à la fois commerçants et propriétaires bailleurs, au fonctionnement de l’opération programmée d’amélioration de l’habitat, et par là même lui procure un moyen d’anticiper le lancement de cette opération.

  • 8 R. LEDRUT, « Politique urbaine et pouvoir local », Espaces et Sociétés, no 20-21, 1977, p. 12.
  • 9 Voir Ph. FRITSCH, « Effets disciplinaires ou fonction idéologique des procédures de concertation » (...)

42Ainsi, comme l’a écrit Raymond Ledrut, « la concertation n’est pas seulement un masque dont la fonction serait purement idéologique (...) ; elle a également une fonction pratique certaine »8. Ici, elle conduit plus particulièrement à désamorcer les conflits, et à faire accepter, sans trop de heurts, la proposition d’une opération programmée pour le Vieux-Lyon, ou plus justement pour Saint-Georges (et Saint-Paul). Mais il ne faut pas exagérer l’efficace de ce système, ni le pouvoir de « quadrillage disciplinaire »9 de la concertation. Plus précisément, si la négociation publique des enjeux locaux et, in fine, la mise en place de l’opération publique de restauration se sont déroulées en l’absence de confrontations brutales durables, cela est dû aussi aux comportements des associations et à leurs évolutions pendant la phase de négociation.

Divisions et démissions des associations locales

43Lorsqu’un quartier est menacé par un projet d’aménagement, il est relativement fréquent de voir les associations locales coopérer. Ce n’est pas vraiment le cas ici. Au contraire, durant toute la phase de négociation du devenir de Saint-Georges, on assiste à de multiples conflits entre « Saint-Georges Village » et « Vivre à Saint-Georges », qui servent très largement les intérêts de la municipalité.

44Ainsi, « Saint-Georges Village » et « Vivre à Saint-Georges » s’opposent sur l’aménagement de la place Bâtonnier-Valensio : la première souhaite que la municipalité construise (ou fasse construire) sur cette place des logements sociaux avec au rez-de-chaussée des locaux commerciaux destinés à accueillir des nouveaux commerces de jour traditionnels ; inversement, la seconde désire que la fonction d’espace vert de cette place soit conservée et demande que la place soit aménagée en tant que lieu public d’animation. De même, « Saint-Georges Village » agit pour la réouverture de la rue de la Quarantaine, tandis que « Vivre à Saint-Georges » y est opposée. Ou bien encore, « Vivre à Saint-Georges » tente de décider les pouvoirs publics à construire une passerelle en lieu et place de l’ancien pont d’Ainay pour désenclaver la partie sud de Saint-Georges, mais « Saint-Georges Village », qui craint de voir partir « ses clients » de la rue de la Quarantaine s’approvisionner rue Vaubecour (de l’autre côté de la Saône), fait pression pour que cette construction ne se réalise pas.

45Ces conflits reflètent bien entendu les intérêts des deux « populations » : en effet, les commerçants traditionnels de « Saint-Georges Village » ont intérêt à ce que l’on construise de nouveaux logements, à ce que des gens puissent passer dans le quartier, à ce que de nouveaux commerces de proximité s’installent, pour que l’activité commerciale traditionnelle de Saint-Georges se développe à nouveau et pour que leurs propres affaires prospèrent. De même, les habitants de « Vivre à Saint-Georges » ont intérêt à préserver leur environnement, à freiner les constructions de nouveaux logements (alors que de nombreux logements sont vides), etc. Toutefois ces intérêts différents ne sont pas foncièrement divergents : ainsi, la préservation du « petit commerce », et le maintien des habitants ne sont pas deux objectifs incompatibles ; au contraire, il est clair que les commerçants traditionnels ont besoin des habitants et vice-versa. Plus encore, on peut même dire que ces deux associations n’apprécient pas de façon radicalement différente l’image et le destin de Saint-Georges. Autrement dit, le différend à l’origine de l’opposition et de l’affrontement entre « Saint-Georges Village » et « Vivre à Saint-Georges » est ailleurs.

46Et en effet, ce qui oppose fondamentalement les deux associations, ce sont leurs manières de poser les problèmes, leurs modes d’actions et leur langage. Ces divergences sont étroitement liées, pour une part, aux caractéristiques sociales des membres de chaque association et à leur ancienneté dans le quartier. Plus précisément, elles s’expliquent en partie par les différences sociales et culturelles qui séparent les anciens commerçants traditionnels de « Saint-Georges Village » et les jeunes animateurs de « Vivre à Saint-Georges », récemment installés dans le quartier. D’autre part, ces divergences sont également à rapprocher des conditions différentes d’apparition de chacune de ces associations : de fait, « Saint-Georges Village » est apparue dès la fin des années soixante-dix, sous le regard bienveillant des adjoints du 5ème arrondissement désireux d’affaiblir la « Renaissance du Vieux-Lyon » ; alors que « Vivre à Saint-Georges » est née, quelques années plus tard, de la contestation du Plan de sauvegarde et de mise en valeur du Vieux-Lyon et des projets d’OPAH lancés par la municipalité.

« Je crois que ce qui les gênait c’était qu’ils avaient une stratégie de négociation et de collaboration avec la mairie du 5ème qui était de dire, nous commerçants on est un petit peu les seuls à avoir existé au départ de manière un peu structurée et on a une manière de vous le demander qui n’est pas une remise en cause fondamentale de la société, mais une remise en cause de la manière dont vous nous considérez nous. « Vivre à Saint-Georges » a été une association différente de la leur qui potentiellement était concurrente, qui d’autre part ne posait pas les problèmes en termes de commerçants, mais en termes d’un certain nombre de questions, dont la question du commerce local. Et ça un certain nombre de gens l’ont mal supporté en termes d’antériorité, de concurrence potentielle et de manière de poser les problèmes. En plus, peut-être (...) qu’à l’époque aussi on avait une verve, peut-être aussi certains propos dans les journaux, certaines prises de positions qu’on pouvait avoir qui ne sont pas passés auprès des commerçants. » (M. G..., ancien membre dirigeant de « Vivre à Saint-Georges »).
« La différence a voulu que nous n’étions pas sur la même base d’âge : c’étaient des jeunes, très jeunes qui n’avaient absolument pas le même objectif que nous. Nous on voyait les choses qui étaient plus concrètes ; eux voyaient les choses qui étaient plus jeunes, plus vivantes, j’veux pas vous dire... un peu marginales quoi si vous voulez, mais enfin ça rejoint un peu ça. Je ne suis pas contre, mais le travail ne se soudait absolument pas dans la même encontre. (...) C’étaient des jeunes qui étaient venus habiter le quartier et puis on les voit plus, ils sont partis maintenant. » (Mme M..., ancienne présidente de « Saint-Georges Village »).

47Ainsi, la cristallisation des enjeux et l’élaboration des projets de réhabilitation de Saint-Georges n’ont pas « soudé » les associations locales, mais au contraire ont généré entre elles des rivalités et des conflits. Et il est certain que la municipalité et ses représentants ont pu jouer au maximum sur ces rivalités et ces conflits, à la fois pour obtenir certains compromis et surtout pour faire admettre leur politique.

48Mais ces divergences, ces rivalités et ces conflits n’expliquent pas tout : les difficultés de « Saint-Georges Village » et de « Vivre à Saint-Georges » à faire valoir leurs intérêts et à peser sur la négociation des enjeux locaux se confondent, progressivement, avec les difficultés que chacune d’elles rencontre pour se maintenir sur la scène locale. De fait, alors que les projets d’aménagement de la municipalité s’affirment, on assiste à un repli des associations de Saint-Georges, qui s’opère selon des modes très différents dans les deux cas.

49Dans le cas de « Saint-Georges Village », le repli constaté est lié à la fois à l’évolution du contexte et à une mutation de l’association. Plus précisément, dans un premier temps, l’essor des commerces « non liés au quartier » (de jour et de nuit) et l’installation de nouveaux commerçants fragilisent la position et l’action de « Saint-Georges Village » : sa représentativité devient beaucoup moins évidente ; et ses initiatives pour préserver le « quartier-village » restent sans écho au niveau des nouveaux commerçants qui n’apprécient pas particulièrement cette image de Saint-Georges et imaginent un destin plus touristique ou plus ludique pour ce quartier. Puis, dans un second temps, la mutation des commerces et des commerçants se répercute en partie au sein même de l’association. Ainsi, au début de 1983, la présidente de l’association, mercière de son état, née à Saint-Georges et farouche défenseur du « quartier-village », cède sa place à un ancien artisan-maçon non originaire de Lyon, qui a ouvert une galerie de peinture en 1980, qui n’habite pas le quartier et qui souhaite que Saint-Georges devienne un quartier restauré que l’on visite, à l’image de Saint-Jean : c’est le signe manifeste du repli des commerçants traditionnels âgés, qui avaient mis en place et animé pendant plusieurs années l’association, et qui alors semblent avoir de plus en plus de difficultés à saisir les nouveaux enjeux qui se font jour dans le cadre de l’ΟΡΑΗ du Vieux-Lyon. Et ce repli provoque plus largement à son tour le retrait de « Saint-Georges Village » de la scène locale : d’abord parce que la « nouvelle » association a beaucoup moins d’inquiétudes vis-à-vis de l’ΟΡΑΗ à faire valoir ; ensuite parce que le nouveau président ne possède pas le même « prestige », les mêmes relations (avec les élus) et les mêmes préoccupations (en terme de quartier) que l’ancienne présidente ; et enfin, parce qu’entre les anciens commerçants nostalgiques du « quartier-village » et les nouveaux commerçants « de nuit » peu concernés par les problèmes du quartier et des commerces « de jour », il y a peu de monde pour soutenir les éventuelles actions de l’association. Aussi, pendant quelques temps, « Saint-Georges Village » va tenter de « survivre » en menant quelques actions purement commerciales, mais très vite l’association va « tomber en sommeil ».

  • 10 Voir B. BENSOUSSAN, « Le recours au quartier », op. cit.

50Dans le cas de « Vivre à Saint-Georges », le repli constaté se produit selon un scénario tout autre, marqué par la dévitalisation de l’association. Cette dévitalisation s’explique en premier lieu par l’évolution des pratiques de « Vivre à Saint-Georges ». Très formellement, on peut distinguer dans cette évolution trois phases successives : une phase de contestation ; une phase de contestation et de négociation ; et une phase de négociation. La première correspond approximativement aux premiers mois d’existence de l’association, au moment où celle-ci se saisit de problèmes très concrets (d’expulsions...) et fortement mobilisateurs. La seconde démarre avec la mise en place du comité de pilotage de Saint-Georges : à ce moment-là, les militants de « Vivre à Saint-Georges» – à l’instar des « porte-parole officiels » du quartier de la Croix-Rousse10 – jouent au-dedans le jeu de la contestation, et au-dehors celui de la négociation et de la concertation. Enfin, la troisième survient lorsque les choix de la municipalité s’affirment : dès lors, « Vivre à Saint-Georges » continue à jouer le jeu de la concertation, à un niveau à la fois plus technique et plus abstrait, et délaisse presque totalement son action sur le terrain. Ce faisant, on assiste peu à peu à « une dérive de l’association vers des gens qui étaient proches de l’architecture ou qui étaient engagés professionnellement dans l’architecture, dont l’architecture pouvait consciemment ou inconsciemment devenir le jouet ou en tous cas le moyen de vérifier des théories non plus architecturales mais politiques sur le terrain. » (M. G...).

51Cette dérive transparaît très nettement à travers l’évolution du journal de « Vivre à Saint-Georges » : ainsi, dans les premiers numéros de « Georgio le Maudit », les articles étaient signés par « un vieux Saint-Georgien », par « une habitante de Saint-Georges », par « des habitants de Saint-Georges », par « un habitant du quartier » ou bien encore par « l’association “Vivre à Saint-Georges” » ; en revanche, dans les derniers numéros, les signataires sont le « groupe d’étude de l’association », puis deux militants-architectes. De même, on constate qu’aux premiers articles concrets, anecdotiques et nostalgiques succèdent progressivement des textes à la fois plus abstraits, et plus techniques.

52Aussi, cette dérive, cette « professionnalisation » de « Vivre à Saint-Georges » se traduisent par un désengagement d’une partie des adhérents, et concourent par là même en partie à la dévitalisation de l’association.

« Je crois qu’on était ce qu’on était et à un moment donné quand il a fallu passer des problèmes concrets et personnels à... et élargir, ce qui était l’acte concret passait au second plan parce qu’il était résolu ou pris en compte, et restait le discours, l’échange, ou le dialogue qui avait tendance à se faire plutôt à notre initiative, selon notre mode de dialogue qui fait que des gens petit à petit ne se sont plus reconnus dans ce qu’on était. On était différent, et c’est vrai que si un immigré, un retraité ou un ouvrier se sent concerné parce qu’on touche à son logement ou à tel ou tel aspect du quartier, ensuite, si c’est un petit peu plus global, un petit peu plus général, un petit peu plus politique – au sens large du terme, d’administration de la cité – ils se reconnaissent peut-être moins dans des propos de jeunes en plus qui ont une formation, un langage intellectuels et ça je crois que c’est quelque chose qui a fait un peu notre perte. » (M. G...).

53Au-delà de ce phénomène – qui à l’époque affecte sans aucun doute d’autres associations résidentielles, dans d’autres quartiers –, la dévitalisation de « Vivre à Saint-Georges » s’explique aussi par trois événements, étroitement liés dans le temps et relativement interdépendants. Le premier survient en décembre 1982 : il s’agit du lancement de l’ΟΡΑΗ dans sa phase opérationnelle. En effet, cet événement, qui marque en quelque sorte les limites de l’action de « Vivre à Saint-Georges », contribue très sensiblement à démobiliser les (derniers) militants de l’association :

« A une certaine échelle du problème on était capable de faire face, parce que ça restait quelque chose d’abstrait, parce que les choses n’avaient pas commencé ; mais dès lors que ces choses se mettaient en branle c’était un petit peu David contre Goliath et on s’est dit c’est trop gros pour nous, physiquement et intellectuellement, on n’y va pas, on baisse les bras. » (M. G...).

  • 11 O. BENOIT-GUILBOT, op. cit., p. 144.

54Le second intervient au tout début de l’année 1983 : il s’agit du transfert (très symbolique) du local de l’association, du 26 rue du Doyenné à la nouvelle « Maison des associations », place Saint-Jean. Dès lors, « Vivre à Saint-Georges » cesse d’exister physiquement dans le quartier. Mais surtout, seuls les militants qui « sortent du quartier » se retrouvent dans le nouveau local ; les habitants de Saint-Georges et en particulier les personnes âgées qui « passaient » à l’ancien local ne se déplacent pas – traditions obligent – à Saint-Jean. Ainsi, en s’installant à Saint-Jean, et en oubliant les rivalités historiques existant entre les deux quartiers, « Vivre à Saint-Georges » se place en quelque sorte en marge de Saint-Georges. Enfin, le troisième événement, fatal à l’association, se produit au milieu de cette même année : le présidents-« mé-«médiateur», contraint de quitter le quartier pour des raisons professionnelles, abandonne son poste ; personne ne le remplace et, deux ans après sa création, l’association tombe : c’est probablement, selon Odile Benoit-Guilbot, le sort réservé aux associations... « interclassistes »11.

55Ainsi, en raison de leurs conflits et de leurs propres difficultés à se maintenir sur le devant de la scène locale, les associations de Saint-Georges ont finalement eu une influence assez limitée, en intensité et en durée, dans la négociation des enjeux locaux. En même temps, elles ont eu également une influence assez réduite sur les habitants du quartier, qui, quant à eux, sont très largement restés en dehors de la concertation.

La non-participation des habitants

  • 12 Dans l’absolu, il faudrait ajouter la participation de nombreux résidants à diverses pétitions (po (...)

56La participation d’une vingtaine d’individus à l’enquête publique sur le plan de sauvegarde et de mise en valeur du Vieux-Lyon, et la participation irrégulière et limitée d’une soixantaine de personnes (militants non compris) aux actions de « Vivre à Saint-Georges » constituent les deux seuls modes de participation des habitants à la négociation publique des enjeux locaux12. Autrement dit, dans leur ensemble les résidents de Saint-Georges n’ont pas pris part à la négociation sur le devenir de leur quartier.

57A cela, il y a plusieurs raisons. Tout d’abord, la participation n’est pas une pratique qui va de soi : participer suppose en effet un certain pouvoir, un certain niveau social, ne serait-ce que pour maîtriser le langage urbanistique souvent très complexe ; or, dans le cas de Saint-Georges, nous sommes très largement en présence de personnes relativement modestes, qui ont peu (ou pas) de pouvoir et qui sont socialement très éloignées du pouvoir. Ensuite, pour qu’il y ait participation, il faut qu’il y ait des structures de concertation ouvertes aux habitants ; or, à l’exception de l’enquête publique, les moyens mis en place par la municipalité et ses représentants pour recueillir l’avis de la « population » (tels que les comités de pilotage du Vieux-Lyon ou de Saint-Georges, par exemple) s’adressaient uniquement aux associations. Par ailleurs, pour que les gens participent, il faut que les associations locales soient attractives ; or, si « Vivre à Saint-Georges » a réussi à attirer provisoirement certains habitants (bien souvent parce que ceux-ci étaient confrontés à des menaces précises, mais ponctuelles), elle a aussi repoussé d’autres habitants, en raison de son comportement, considéré comme trop marqué politiquement :

« Passé un temps, on faisait partie d’une association de quartier (...) mais ça tournait à la politique ! Dès qu’on y allait ça tournait automatiquement à la politique. Ce n’est pas ce qu’on voulait. Si on veut que tous les gens viennent aux réunions il ne faut pas qu’il y ait ces espèces d’agitateurs politiques. Passé un temps, il était question de bâtir des maisons place Bâtonnier-Valensio et il y a des gens qui sont venus que je n’avais jamais vus dans le quartier, que les gens ne connaissaient pas et qui faisaient signer des pétitions contre ces maisons (...) Finalement, il y a eu un mouvement bizarre, on sentait que c’était très politisé (...) Si bien que les quelques personnes de bonne volonté qui voulaient commencer à s’intéresser à l’affaire sont parties et ont tout laissé tomber. Ils ont dit bon on continue à vivre comme ça. » (Mme S...).

  • 13 Citations extraites du document intitulé : Plan de sauvegarde et de mise en valeur du Vieux-Lyon, (...)

58Et puis enfin, et surtout, pour que les habitants participent, il est nécessaire qu’ils se sentent concernés par les enjeux locaux. Or, ni l’opération programmée d’amélioration de l’habitat du Vieux-Lyon, ni même Saint-Georges, ne constituent à proprement parler un enjeu collectif mobilisateur. En effet, même si elle est susceptible de provoquer divers changements, l’OPAH ne représente pas une menace suffisamment forte, comme peut l’être une opération de rénovation, pour générer provisoirement ou durablement une réaction collective des habitants ; par ailleurs, elle est associée non pas à Saint-Georges, mais au Vieux-Lyon, c’est-à-dire à une entité dans laquelle, pour des raisons historiques, très peu d’habitants de Saint-Georges se reconnaissent. Quant à Saint-Georges, même s’il possède encore une certaine consistance et une certaine densité, il ne constitue pas un enjeu, ou un enjeu unique, pour tous les habitants, puisque tous ne s’identifient pas au même quartier (à l’exemple des « nordistes » ou des « sudistes », ou bien encore de ceux qui se réclament de Saint-Jean), et parce que tous n’apprécient pas de la même manière son destin ; certains par exemple « se (félicitent) de la rénovation « intelligente » en cours et (s’élèvent) contre la malpropreté et les déprédations des locataires, « surtout les jeunes » ; d’autres au contraire dénoncent « la spéculation immobilière bétonnière » ou la « spéculation sur le loisir-distraction de luxe vaniteux, de grande-belle bouffe »13.

59Ainsi, pour toutes ces raisons, les habitants ont très peu pris part à la négociation collective. Plus encore, les réactions les plus nombreuses sont des réactions individuelles autour d’enjeux individuels, qui procèdent essentiellement selon deux formes : soit, le plus souvent, l’habitant-locataire confronté à des travaux ou à la vente de son logement « choisit » de quitter le quartier ; soit il décide de rester à Saint-Georges et il accède alors à la propriété.

Tel est le cas de Mlle T... : Mlle T... s’est installée comme locataire à Saint-Georges en 1978, en connaissant déjà le quartier (pour l’avoir fréquenté pendant son enfance) et certains habitants ; elle est alors célibataire, âgée de 21 ans, et elle poursuit ses études tout en travaillant en même temps dans une entreprise culturelle. Quatre ans et demi plus tard, l’uni-propriétaire de l’immeuble cède son bien à « un promoteur » qui projette de restaurer les façades et les parties communes, d’aménager très sommairement l’intérieur des logements puis de revendre ces logements par lots. Face à ces menaces, Mlle T..., qui est alors toujours célibataire et toujours engagée et dans des études et dans une activité professionnelle, contacte dans un premier temps, avec les autres locataires, « Vivre à Saint-Georges », mais « suit sans suivre la vie de l’association » ; et puis finalement « (elle) fait le saut, et (elle) achète », par l’intermédiaire du Plan d’Epargne Logement de ses parents.

60Ainsi, dans le cas de Saint-Georges, la négociation des enjeux liés au projet public de réhabilitation n’a pas vraiment contribué à l’affirmation du quartier, mais bien plutôt provoqué un renforcement des clivages entre habitants et commerçants, entre nouveaux et anciens commerçants, entre habitants-partisans de la « rénovation » et habitants-adversaires de la « spéculation immobilière », etc.

3 - Une OPAH pour le Vieux-Lyon, une situation nouvelle pour Saint-Georges

61Soumis au conseil municipal de Lyon à la fin du mois d’octobre 1982, le projet de réhabilitation du Vieux-Lyon, et plus précisément des quartiers Saint-Georges et Saint-Paul, est adopté « à l’unanimité et sous les applaudissements ». Un mois plus tard, le 1er décembre, l’OPAH du Vieux-Lyon entre dans sa phase opérationnelle. Dès lors, Saint-Georges devient, pour trois ans, l’objet d’une procédure publique de réhabilitation, qui modifie très sensiblement le cadre de la réhabilitation du quartier, et en particulier les conditions d’intervention des différents acteurs.

62Pour bien saisir cette situation nouvelle, nous présenterons tout d’abord la procédure d’OPAH, telle qu’elle se caractérisait à l’époque ; puis nous mettrons en évidence les enjeux de l’ΟΡΑΗ du Vieux-Lyon ; enfin, nous exposerons plus particulièrement le programme de l’ΟΡΑΗ à Saint-Georges, qui renferme les projets des pouvoirs publics pour ce quartier.

La procédure d’OPAH : définitions et caractéristiques

63Créées en 1977, les opérations programmées d’amélioration de l’habitat (OPAH) constituent l’instrument privilégié de la nouvelle politique d’amélioration de l’habitat de l’Etat, qui se met en place dans la seconde moitié des années soixante-dix – dans le prolongement notamment des rapports Barre et Nora-, en raison tout à la fois des résultats médiocres des procédures « contraignantes, sectorisées et limitées » issues de la loi du 4 août 1962 (secteurs sauvegardés, opérations groupées de restauration immobilière) et de la loi du 10 juillet 1970 (résorption de l’habitat insalubre), de l’essoufflement de la construction neuve et de l’achèvement des grandes opérations d’urbanisme, et de l’émergence et du succès de la notion de cadre de vie – qui conduisent alors à appréhender les problèmes de l’habitat non plus seulement en termes de logement, mais également en termes d’environnement et de vie sociale de quartier.

  • 14 F. PAIN, L’évolution de la politique en matière de quartiers anciens, communication écrite dans le (...)

64En peu de mots, une OPAH est une procédure « qui doit permettre de préserver et (d’)améliorer le patrimoine immobilier en assurant le maintien sur place des habitants dans de meilleures conditions de confort mais aussi l’aménagement global des centres anciens et la réanimation de la vie sociale avec la création d’espaces publics, de services collectifs, de transports14 ». En d’autres termes, c’est une procédure qui poursuit principalement deux objectifs, difficilement conciliables : revaloriser le capital immobilier (en remettant notamment sur le marché les logements vacants) et améliorer les conditions d’existence de la population en la maintenant sur place.

65Très concrètement, l’initiative du lancement de l’OPAH appartient à la collectivité locale, qui lance l’Etude préalable, puis confie ensuite l’Etude de réalisation et la conduite de l’opération à un opérateur de son choix. L’Etude de réalisation définit le nombre de logements à réhabiliter pendant l’opération et propose une liste d’actions urbaines d’accompagnement (qui peuvent porter sur l’aménagement d’espaces publics, sur la création d’équipements publics, etc.), dont le financement est assuré en partie par le Fonds d’aménagement urbain (FAU).

66La durée de l’opération est fixée (en principe) à trois ans. Pendant cette durée, les propriétaires bailleurs privés qui se lancent dans l’amélioration de leurs logements locatifs peuvent bénéficier de subventions majorées de l’ΑΝΑΗ (Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat), qui peuvent être majorées une seconde fois, à condition qu’ils passent une convention avec l’Etat : dans ce second cas, ces propriétaires s’engagent, en contrepartie, à appliquer pendant une période déterminée (en général pour 9 ans ou 12 ans) les loyers « conventionnés » imposés par l’Etat (et calculés à partir de l’indice du coût de la construction), qui sont bien souvent très inférieurs aux loyers « libres » établis selon les lois du marché. Par ailleurs, pendant la durée de l’opération, l’ΑΝΑΗ accorde exceptionnellement ses aides aux logements n’ayant pas été assujettis à la taxe additionnelle au droit de bail, à condition qu’ils soient remis en location à la fin de l’opération.

67Utilisée dans des situations extrêmement diverses à la fin des années soixante-dix, cette procédure ne peut être employée à partir de 1980 que dans deux cas :

  • 15 Circulaire du 10 juillet 1980.

« – lorsqu’il faut créer un effet d’entraînement susceptible de durer au-delà des trois années et dans deux situations préoccupantes : l’évolution générée par le libre jeu du marché risque de déboucher sur des situations aux conséquences sociales inacceptables ou, au contraire, aucun mouvement spontané ne vient remédier à la dégradation physique du patrimoine bâti, risquant d’accuser ainsi un processus de paupérisation et de ségrégation sociale ;
– lorsqu’il faut traiter dans un tissu diversifié des bâtiments ou îlots de grande qualité architecturale ou des logements insalubres susceptibles d’être améliorés15 ».

68Puis, en 1982, seule est retenue la situation de crise au niveau social : si l’on ne rencontre qu’un « simple inconfort de l’habitat », aucune opération ne pourra être lancée.

  • 16 M. LACAZE, « La place des O.P.A.H. dans la politique urbaine », Cahiers de l’A.N.A.H., no 32, août (...)
  • 17 Idem.

69Ainsi, loin d’être seulement un dispositif destiné à améliorer les logements, l’ΟΡΑΗ « est une procédure d’urbanisme au sens plein du terme », (qui) « correspond à un projet global de revalorisation, de requalification d’un quartier ancien... »16. De plus, il s’agit d’une procédure contractuelle et, surtout, d’une procédure incitative, que l’on peut situer « par rapport aux tendances actuelles de l’urbanisme qui valorisent la participation des acteurs »17. C’est une procédure contractuelle parce qu’elle fait l’objet d’une convention (d’un contrat) entre la collectivité locale, l’Etat (représenté par le préfet) et l’ΑΝΑΗ. C’est aussi une procédure incitative, car les propriétaires restent libres de saisir les aides qui leur sont offertes ou de les ignorer ; autrement dit, ils restent libres de s’engager ou de ne pas s’engager dans l’opération. Et c’est enfin plus largement une procédure que l’on peut situer « par rapport aux tendances actuelles de l’urbanisme qui valorisent la participation des acteurs », parce que, outre la participation des propriétaires, l’ΟΡΑΗ suppose l’adhésion des habitants et des commerçants concernés, ou en d’autres termes, parce que son succès repose, pour l’essentiel, sur l’audience qu’elle rencontre auprès de la population intéressée.

70De ces faits, l’ΟΡΑΗ se différencie singulièrement des procédures antérieures mises en place par l’Etat, qui consistaient bien souvent à définir a priori un état futur à réaliser coûte que coûte, c’est-à-dire en contraignant éventuellement les propriétaires, et en ignorant bien souvent les populations en présence. Aussi, dans le cas du Vieux-Lyon, plus particulièrement, cette procédure souple et incitative utilisée pour réhabiliter le quartier Saint-Georges se distingue très nettement de la procédure d’intervention directe employée par les pouvoirs publics à l’occasion de la restauration de Saint-Jean.

71Cependant, si les opérations publiques de réhabilitation de Saint-Jean et de Saint-Georges diffèrent très sensiblement quant aux procédures utilisées, leurs enjeux se recouvrent en partie ; mais en partie seulement.

Les enjeux de l’ΟΡΑΗ du Vieux-Lyon

72En présentant très formellement dans les développements précédents la procédure d’OPAH, nous avons indiqué qu’elle visait principalement deux objectifs : un objectif économique de revalorisation d’un capital immobilier en situation critique ; et un objectif social consistant à rétablir au bénéfice de la population du quartier des conditions de confort de logement et d’environnement conformes aux normes en vigueur. Mais nous avons ajouté immédiatement que ces deux objectifs étaient bien souvent difficilement conciliables dans la pratique. Aussi, selon les cas, l’accent est mis plutôt sur l’aspect économique ou bien au contraire plutôt sur la dimension sociale de l’opération.

73Dans le cas de l’ΟΡΑΗ du Vieux-Lyon, la priorité est donnée très clairement à la revalorisation économique du capital immobilier. Cela apparaît de façon très explicite dans les propos de l’Etude de réalisation, qui précise les objectifs et le contenu de l’opération programmée. Cela transparaît aussi dans l’absence de toute enquête sociale préalable : de fait, si le lancement de l’ΟΡΑΗ a été précédé d’une enquête minutieuse auprès des propriétaires privés (dont l’Etude de réalisation rend très largement compte), elle n’a pas donné lieu dans le même temps à une enquête sociale ; au contraire, les seuls éléments sociodémographiques qui ont été pris en compte (pour justifier notamment la « décomposition » de Saint-Georges) sont les données (surannées) des recensements de 1962, 1968 et 1975.

74Et puis ce parti pris se manifeste également à travers le choix de l’opérateur : en effet, en confiant l’ΟΡΑΗ du Vieux-Lyon à une société spécialisée dans la restauration (la SEMIRELY), et non pas à un «opérateur social » – tel qu’une ARIM par exemple-, la municipalité marque clairement sa volonté de faire en priorité de l’ΟΡΑΗ une opération « immobilière ». Plus encore, en choisissant très précisément le même opérateur qui avait été chargé de la restauration du quartier Saint-Jean dans les années soixante – soixante-dix, la puissance publique indique sans ambiguïté, comme le suggérait déjà l’Etude préalable, que cette opération vise à prolonger l’action de revalorisation du bâti menée à Saint-Jean.

75Toutefois, ce n’est pas là son seul enjeu. En effet, au-delà de ses objectifs en termes de restauration du cadre bâti, l’ΟΡΑΗ du Vieux-Lyon vise aussi à légitimer et à promouvoir le Vieux-Lyon. C’est ce que révèle en particulier l’introduction de l’Etude de réalisation :

« La population du Vieux-Lyon était (est toujours) en baisse régulière ; il y a de plus en plus de logements inoccupés et inhabitables ; l’image de marque de certains secteurs périphériques du Vieux-Lyon devient très mauvaise dans le reste de la ville. Il était temps de réagir. Le Vieux-Lyon constitue un ensemble sociologique (...) homogène et conscient de son homogénéité. (...) L’action publique concerne l’ensemble du Vieux-Lyon. L’OPAH touche St-Georges et St-Paul parce que rien ne permet d’espérer que ces quartiers pourront être réhabilités sans intervention publique (...). »

76Cet extrait est très clair dans son ambiguïté : en affirmant que le Vieux-Lyon constitue un « ensemble sociologique homogène », cet énoncé vise à imposer comme légitime le « paradigme du Vieux-Lyon » ; en préconisant des actions spécifiques pour deux secteurs spécifiés – Saint-Georges et Saint-Paul – qui se distinguent par la mauvaise image de marque qu’ils possèdent, ce discours tend à justifier la démarche des pouvoirs publics qui consiste à (re)construire l’identité du Vieux-Lyon. Autrement dit, le Vieux-Lyon apparaît tour à tour comme une représentation et comme une volonté ; corollairement, l’ΟΡΑΗ se présente comme un mode d’objectivation de cette représentation et comme un outil de cette volonté.

  • 18 Voir infra, chapitre VIII.
  • 19 Voir carte no 7, page suivante.

77Ainsi, même si l’ΟΡΑΗ est destinée en priorité à Saint-Georges et à Saint-Paul, elle correspond fondamentalement à une volonté d’élargir l’action de restauration menée à Saint-Jean, pour promouvoir une certaine image du Vieux-Lyon. En cela, cette opération ne se situe pas seulement dans la politique de « reconquête du centre », précédemment évoquée ; elle s’inscrit aussi dans la stratégie de développement de « la dimension européenne » (ou internationale) de Lyon, qui tend alors à devenir l’autre volet de la politique urbaine lyonnaise18. Plus précisément, en se proposant d’améliorer « l’image de marque de certains secteurs périphériques du Vieux-Lyon », l’ΟΡΑΗ vise à promouvoir le « produit » Vieux-Lyon, qui à l’instar du quartier Gerland, de la gare de la Part-Dieu ou du métro, pour citer quelques projets alors en chantier, est susceptible d’étendre le rayonnement de la « métropole » lyonnaise. A ce propos, il est d’ailleurs tout à fait significatif d’observer qu’à Saint-Georges, par exemple, le périmètre d’OPAH ne recouvre pas tout le quartier (contrairement aux vœux exprimés par les habitants et les associations du quartier) : en effet, l’extrémité sud de la rue Saint-Georges et la rue de la Quarantaine – qui forment pourtant à l’époque les deux secteurs les plus dégradés de Saint-Georges – ne sont pas intégrés au périmètre de l’opération19.

78Sans doute faut-il voir ici, dans le choix de cette procédure incitative, dans la priorité accordée à la revalorisation du bâti, et dans les limites étriquées du périmètre d’OPAH à Saint-Georges, une confirmation de la thèse avancée récemment par Michel Bonetti (lors de la conférence internationale sur « les enjeux urbains de l’habitat », CILOG, Paris, 3-6 juillet 1990), selon laquelle il existerait une adéquation entre les moyens alloués à la réhabilitation par la puissance publique et, d’une part le niveau social des populations concernées, d’autre part leurs capacités à s’organiser et à faire valoir leurs intérêts. En effet, ces moyens mis en œuvre pour la réhabilitation (sociale) de Saint-Georges, quartier plutôt populaire, abritant une population qui, nous l’avons vu, a du mal à faire valoir ses intérêts, paraissent somme toute limités, en particulier si on les compare à ceux utilisés pour la restauration du quartier Saint-Jean, plutôt bourgeois.

79Mais il est temps, précisément, de découvrir plus en détail le programme de l’ΟΡΑΗ à Saint-Georges.

Le programme de l’OΡΑΗ à Saint-Georges : une nouvelle donne

80Conformément aux circulaires instituant les opérations programmées d’amélioration de l’habitat, le programme de l’ΟΡΑΗ du Vieux-Lyon, détaillé dans l’Etude de réalisation, comporte un certain nombre de propositions relatives à la réhabilitation de l’habitat, et définit diverses actions urbaines d’accompagnement.

81En ce qui concerne l’action sur le bâti, le programme prévoit (pour les deux secteurs de Saint-Georges et Saint-Paul) la réhabilitation de 420 logements en 3 ans, qui se décomposent comme suit :

  • 250 logements privés locatifs, financés par des subventions (éventuellement majorées) de l’ΑΝΑΗ ;
  • 150 logements publics locatifs, financés par le biais de Prêts locatifs aidés (PLA) ;
  • et 20 logements occupés par des propriétaires privés, financés par l’intermédiaire de Primes à l’amélioration de l’habitat (PAH)

Carte n o  7 : Le périmètre de L’ΟΡΑΗ du Vieux-Lyon

82Au niveau des réhabilitations privées, l’Etude de réalisation ne fournit pas d’estimations plus précises pour le quartier Saint-Georges. Cependant, elle révèle que 67 propriétaires bailleurs à Saint-Georges ont été contactés (contre 23 seulement pour le quartier Saint-Paul), et qu’un certain nombre d’entre eux – en particulier des propriétaires qui sont aussi militants d’associations du quartier – se sont déclarés prêts à intervenir dans l’opération, dès la première année. En revanche, le programme des réhabilitations publiques est un peu plus détaillé, au moins pour la première année. Plus précisément, selon l’Etude de réalisation, « pour lancer le mouvement de la réhabilitation » et faire apparaître « d’une manière tangible la volonté de la collectivité de ne pas laisser se poursuivre la dégradation de certaines parties du Vieux-Lyon », cinquante-deux logements devraient être mis en chantier en 1983 : 29 logements 8 rue Juiverie et 8 logements 18 rue Lainerie, à Saint-Paul ; et 15 logements 10 & 12 rue Saint-Georges, à Saint-Georges. Dans chacun de ces cas, il est prévu de confier l’opération, par l’intermédiaire d’un bail emphytéotique, à une société anonyme d’HLM. Puis, pendant les deux années suivantes, la collectivité devrait réhabiliter, selon le même rythme, près d’une centaine de logements, toujours par le biais d’organismes ou de sociétés anonymes d’HLM, à l’intérieur d’immeubles appartenant déjà à la ville ou qui seront préemptés par la COURLY, pour « créer dans le centre ancien des logements sociaux en parfait état », et « pour rééquilibrer les mouvements spontanés de la réhabilitation privée » ; mais l’étude de réalisation ne précise pas le nombre exact de logements publics qui devront être réhabilités au cours de ces deux années à Saint-Georges et ne spécificie pas non plus quels sont les immeubles qui devront être préemptés. Ainsi, le programme des réhabilitations publiques demeure extrêmement limité à Saint-Georges, puisqu’il ne comprend effectivement que 15 logements clairement définis ; ce qui confirme tout à fait nos propos selon lesquels l’enjeu social de l’opération est secondaire.

83En ce qui concerne les « interventions de nature urbanistique », il est prévu principalement un réaménagement de la place Bâtonnier Valensio, la réouverture de la rue de la Quarantaine (sur le quai Fulchiron, puis sur la montée de Choulans), et l’aménagement du terrain vague situé à l’extrémité sud de la rue de la Quarantaine (avec construction d’un parc de stationnement, d’un gymnase, et d’une quarantaine de logements sociaux). A cela s’ajoutent la réfection d’un équipement public situé montée du Gourguillon et, même si en ce domaine il s’agit davantage d’un projet que d’une proposition, la « piétonisation » de certaines rues du quartier.

84Enfin, outre ces propositions d’intervention, l’Etude de réalisation formule diverses mises en garde, recommandations, et intentions sur les questions des commerces, du relogement, du cas de la population étrangère, et surtout de la politique foncière que la collectivité locale doit mener pour éviter une flambée des prix du foncier.

85Ainsi, même si l’ΟΡΑΗ du Vieux-Lyon constitue un moyen somme toute limité pour la réhabilitation (sociale) de Saint-Georges, elle offre un certain nombre de financements pour la réhabilitation de son habitat et engage (contrairement au passé) les pouvoirs publics dans l’aménagement du quartier. En cela, elle crée une nouvelle donne, susceptible de modifier le comportement des acteurs (en particulier des propriétaires bailleurs privés) et/ou d’attirer de nouveaux acteurs. Aussi son lancement en décembre 1982 marque-t-il le début d’une nouvelle phase dans le processus de réhabilitation de Saint-Georges.

Notes

1 Voir C. LALEIX, « Etrange rénovation rue de la Quarantaine », Le Progrès, 19 novembre 1981.

2 AGURCO, Etude préalable du Vieux-Lyon, Communauté urbaine et Ville de Lyon, 1981, 2ème éd., 1983, p. 7. (Voir infra).

3 Extrait de l’entretien de M. G... (voir infra).

4 Voir les nombreux travaux réalisés dans le cadre de l’ΑΤΡ du CNRS consacrée à « l’Observation du changement social », et en particulier les travaux de J. BONNIEL et de B. BENSOUSSAN sur les associations du quartier de la Croix-Rousse (Archives de l’OCS no 4 et Cahiers de l’OCS no XVI) ; voir également l’article synthétique de O. BENOIT-GUILBOT, « Quartiers-dortoirs ou quartiers-village, op. cit., p. 141 et s.

5 Voir O. BENOIT-GUILBOT, op. cit., p. 143.

6 Selon une légende bien connue, saint Georges aurait terrassé un dragon auquel une femme devait être sacrifiée. Dans les différents numéros de « Georgio le Maudit », la référence à cette légende apparaît sous la forme d’un dessin en première page dans lequel un individu (qui représente « Vivre à Saint-Georges » ?) terrasse un dragon (qui représente les pouvoirs publics, les promoteurs, ceux qui ouvrent des boîtes de nuit, Saint-Jean ?).

7 Voir A. BOURDIN, Le Patrimoine réinventé, P.U.F., 1984, p. 64 et s.

8 R. LEDRUT, « Politique urbaine et pouvoir local », Espaces et Sociétés, no 20-21, 1977, p. 12.

9 Voir Ph. FRITSCH, « Effets disciplinaires ou fonction idéologique des procédures de concertation », Cahiers de recherche, Groupe de recherche sur le procès de socialisation, Université Lyon II, no 2,1978, p. 73-111.

10 Voir B. BENSOUSSAN, « Le recours au quartier », op. cit.

11 O. BENOIT-GUILBOT, op. cit., p. 144.

12 Dans l’absolu, il faudrait ajouter la participation de nombreux résidants à diverses pétitions (pour l’ouverture de la rue de la Quarantaine, pour la préemption de l’immeuble du 5-7 rue de la Quarantaine, etc.) ; mais cette forme de participation est extrêmement limitée, quant à ses objets, quant à ses effets, et (surtout) quant à l’implication des participants.

13 Citations extraites du document intitulé : Plan de sauvegarde et de mise en valeur du Vieux-Lyon, commission locale, examen des observations effectuées lors de l’enquête publique, MUL/DDE du Rhône, 1982, p. 85 et p. 106-107.

14 F. PAIN, L’évolution de la politique en matière de quartiers anciens, communication écrite dans le cadre des journées « OPAH et traitement des quartiers anciens : quelles conséquences sociales et économiques », Ecole nationale des Ponts et Chaussées, Paris, mars 1989, p. 4.

15 Circulaire du 10 juillet 1980.

16 M. LACAZE, « La place des O.P.A.H. dans la politique urbaine », Cahiers de l’A.N.A.H., no 32, août 1985, p. 31.

17 Idem.

18 Voir infra, chapitre VIII.

19 Voir carte no 7, page suivante.

Table des illustrations

Légende Carte n o  7 : Le périmètre de L’ΟΡΑΗ du Vieux-Lyon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9119/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 653k

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search