Version classiqueVersion mobile

La Vie des lieux

 | 
Jean-Yves Authier

Deuxième Partie. La réhabilitation en actes

Chapitre V. L’évolution spontanée du « quartier-village » : innovations et dégradations

Texte intégral

1A partir du milieu des années soixante-dix, et jusqu’au tout début des années quatre-vingt, on assiste à une série de mutations qui s’opèrent « spontanément », en dehors de toute intervention publique : des nouvelles figures commerçantes s’installent, en créant des établissements qui drainent une clientèle extérieure à Saint-Georges ; des immeubles sont restaurés ou sont achetés par de nouveaux propriétaires en vue d’une restauration prochaine ; et une nouvelle population fait son apparition dans le quartier. Toutefois, ces mutations, fragiles et peu visibles, produisent des effets limités à l’échelle du quartier qui, simultanément, continue à se dégrader, parfois de manière dramatique. Mais une évolution est bien en cours, qui se manifeste par la fragmentation et l’hétérogénéisation de cette ancienne enclave, conduisant une partie de la population de Saint-Georges à se mobiliser, derrière l’image (mythique) du « quartier-village ».

1 - Les mutations « spontanées »

2Dans la seconde moitié des années soixante-dix, les pouvoirs publics continuent de se désintéresser du quartier Saint-Georges. Pourtant, des mini-changements, relativement indépendants et souvent indifférents à la proximité de Saint-Jean affectent alors Saint-Georges. Ils apparaissent à la fois au niveau des commerces, du bâti et de la population.

Nouveaux commerces et nouveaux commerçants

3Entre 1975 et 1980, l’effectif global des commerces de Saint-Georges connaît une légère progression, qui rompt avec vingt années de rétraction drastique. Mais surtout, on assiste dans le même temps à un développement très sensible des commerces « non liés au quartier » : non seulement ces derniers sont deux fois plus nombreux en 1980 ; mais en plus, ils représentent alors près d’un commerce sur trois, contre un peu moins d’un commerce sur six seulement en 1975 (cf. tableau 4). Dans ce mouvement, ce sont les restaurants et cafés-restaurants, les galeries d’art et surtout les artisans d’art qui se sont le plus multipliés, passant respectivement de 9 à 17, de 4 à 8, et de 3 à 8.

Tableau 4. Evolution de la structure commerciale du quartier Saint-Georges (1975-1980).

COMMERCES/ANNÉES

1975

1980

Commerces de proximité (1)

92

79

Commerces non liés au quartier (2)

17

36

Total des commerces en activité

109

115

Source : données personnelles construites à partir de la matrice générale des patentes du secteur Saint-Irénée de 1975, et des matrices générale et complémentaire de la taxe professionnelle du secteur Saint-Jean/Fourvière de 1980.
(1) Les « commerces de proximité » regroupent les commerces qui vivent essentiellement avec une clientèle de quartier, c’est-à-dire : les commerces traditionnels alimentaires (boucheries, épiceries, boulangeries...), les commerces traditionnels non alimentaires (drogueries, merceries, bureaux de tabac...), les artisans traditionnels (qui ont pignon sur rue et qui font de la vente), les cafés (à l’exception des cafés-restaurants et des bars nocturnes) et les boutiques de cadeaux et de vêtements (magasins de photos, librairies, bonneteries...).
(2) Les « commerces non liés au quartier » désignent ceux qui drainent principalement une clientèle extérieure au quartier, à savoir : les bars nocturnes, les restaurants et cafés-restaurants, les discothèques, les artisans d’art (qui ont pignon sur rue et qui font de la vente) et les galeries d’art.

4Les raisons de l’essor soudain de ces « nouveaux » commerces à Saint-Georges résident dans la conjonction de trois grands facteurs : en premier lieu, il y a la vacance de nombreux pas-de-porte, qui résulte du déclin des commerces de proximité ; en second lieu, on peut citer le faible coût des fonds de commerce, qui s’explique par la forte dévalorisation de Saint-Georges, entre les années cinquante et les années soixante-dix ; enfin, il faut ajouter les possibilités importantes d’annexion de tout ou partie des caves des immeubles, qui ont été à l’origine de nombreuses créations de commerces, et notamment des créations de restaurants.

5Avec la multiplication de ces commerces s’opère un réel changement, qui n’affecte pas seulement le tissu commercial local. En effet, Saint-Georges, fort de ces nouveaux établissements, parvient alors, à l’instar du « prestigieux » Saint-Jean, mais de manière beaucoup plus modeste, à attirer une clientèle parfois très extérieure au quartier. Dans le même temps, l’essor de ces nouveaux commerces se traduit également par la venue de « nouveaux commerçants ».

6Parler de « nouveaux commerçants », c’est reprendre dans une certaine mesure l’opposition spontanément élaborée par les habitants du quartier entre « anciens » et « nouveaux » commerçants. Dans cette construction commune, qui fonctionne dans la pratique (avant que le sociologue arrive sur le terrain !), la catégorie « nouveaux commerçants » désigne les commerçants récemment installés dans le quartier, indépendamment de leur mode d’installation (qu’il s’agisse d’une succession, d’une création ou bien encore d’une transformation d’un commerce existant) et de leur activité (qui peut être liée ou non au quartier). Mais ici, raisonner sociologiquement en termes de « nouveaux commerçants », c’est aussi et surtout prendre en compte leurs conditions d’individus nouvellement commerçants.

  • 1 Parmi nos enquêtés-commerçants, sept se sont installés à Saint-Georges entre 1975 et 1980.

7De fait, les commerçants qui s’installent à Saint-Georges entre 1975 et 1980 ne sont pas pour la plupart d’anciens commerçants. Ainsi, ceux que nous avons interviewés1 avaient eu parfois dans leur passé un rapport avec le commerce, en tant que vendeur ou représentant, ou bien plus rarement en tant que descendant de commerçants, mais venaient plus souvent d’horizon tout autre : l’un était auparavant maçon en Normandie, une autre était employée dans une société d’informatique, etc. En conséquence, leur installation à Saint-Georges est essentiellement interprétée en termes d’entrée dans le commerce. Pour eux, en effet, ce qui explique leur présence à Saint-Georges, c’est avant tout leur volonté d’ouvrir un commerce. Le faible coût des fonds de commerce, et parfois la dimension ancienne du quartier ou la connaissance des anciens « propriétaires » viennent ensuite, comme des facteurs secondaires qui ont favorisé leur choix professionnel. La proximité de Saint-Jean est très peu évoquée. Et tous s’accordent à dire que lorsqu’ils se sont installés on ne parlait pas encore de la réhabilitation éventuelle de Saint-Georges.

8Les raisons qui les ont conduits à devenir commerçants sont plus complexes à saisir : ainsi, ils sont devenus commerçants tantôt « pour faire autre chose », tantôt « pour faire quelque chose », tantôt encore « parce qu’(ils) n’(avaient) rien d’autre à faire ». Cependant cette nouvelle activité n’est jamais considérée comme totalement fortuite ; au contraire leur passé (de vendeur, d’employée disposant de fortes responsabilités) justifie à leurs yeux leur nouvelle condition (de cafetier restaurateur, de commerçante dans le prêt-à-porter...), même s’ils reconnaissent parfois « avoir appris leur métier sur le tas » :

« Je suis passé directement de maçon à ici ; et puis j’ai appris mon métier sur le tas. Au départ j’avais quelques connaissances, enfin j’appréciais certaines choses en peinture mais enfin depuis que je suis installé je connais plus de trucs. » (Galeriste, installé en 1980).

9L’examen plus précis de leurs itinéraires permet de souligner encore deux faits : en premier lieu, ces individus, qui s’installent vers quarante ans comme commerçants, proviennent en majorité du milieu salarié ; en second lieu, au moment de leur installation, ils occupaient des emplois plutôt précaires ou ne travaillaient plus, alors que leur conjoint exerçait une activité professionnelle autre, qui constituait l’activité principale du ménage. Autrement dit, cela signifie, premièrement, que leur « choix » est vraisemblablement associé à un certain désir d’indépendance et, deuxièmement surtout, que leur nouvelle activité correspond à une activité secondaire pour leur ménage.

10Par là même, ces nouvelles figures commerçantes se différencient très nettement des commerçants anciennement installés à Saint-Georges. En effet, ces derniers ont au contraire presque toujours été commerçants. Issus bien souvent de familles déjà dans le commerce, ils ont même dans certains cas directement succédé à leurs parents. En outre, ils sont plus âgés, travaillent plutôt en couple, dans des commerces de proximité, et se font une « haute idée » de leur profession.

« Attention, on ne se baptise pas commerçant du jour au lendemain comme ça ; ce sont de très gros sacrifices : il faut travailler de 8 heures du matin, une heure à midi de coupure, jusqu’à 19 heures le soir. Il faut vous dire qu’on ne travaille pas 7 jours sur 7, mais 6 jours et demi sur 7, ça c’est certain. » (Mercière, née à Saint-Georges).

11Différents par leurs trajectoires et leurs positions sociales, « nouveaux » et « anciens » commerçants se distinguent encore au niveau de leur rapport à Saint-Georges. Plus précisément, les premiers n’habitent généralement pas sur place, ne travaillent pas (ou très peu) avec les habitants, et n’ont pas de passé dans ce quartier ; au contraire, les seconds logent très souvent au-dessus de leur commerce (ou tout au moins près de celui-ci), ont une clientèle essentiellement locale, et peuvent se vanter d’avoir vingt, trente ou même quarante années de présence à Saint-Georges. Toutefois, il convient de nuancer légèrement cette vue d’ensemble, dans la mesure où l’on recense également, dans certains commerces de bouche délaissés par des commerçants âgés partis à la retraite, des nouveaux venus, relativement jeunes, issus de l’apprentissage, qui résident à Saint-Georges et qui ont une clientèle de quartier.

Mouvements de propriétés et auto-réhabilitations

12Parallèlement à ces divers changements, qui conduisent à mettre en présence de nouveaux acteurs diversement impliqués dans la situation locale, des mutations importantes se produisent au niveau des propriétés et du bâti. Ces dernières peuvent être appréciées en partie à l’aide des graphiques 1 et 2 :

Graphique no 1. Evolution de la structure de la propriété du quartier Saint-Georges (1955-1980).

Graphique no 1. Evolution de la structure de la propriété du quartier Saint-Georges (1955-1980).

Source : données personnelles construites à partir du fichier des hypothèques.

Graphique no 2. Evolutions de l’uni-propriété et de la copropriété à Saint-Georges (1965-1980).

Graphique no 2. Evolutions de l’uni-propriété et de la copropriété à Saint-Georges (1965-1980).

Source : données personnelles construites à partir du fichier des hypothèques.

13A la lecture du premier graphique, on constate qu’il y a eu, entre 1975 et 1980, une accélération sensible des transferts de propriété : en effet, le contraste entre les deux derniers rectangles (qui concernent les années 1975 et 1980) est plus important que ceux existant entre les autres rectangles, pris deux à deux et successivement. A la lecture du second, on remarque que ce phénomène tient pour une large part à l’affirmation du chassé-croisé entre les uni-propriétés et les copropriétés et, plus précisément, à la contraction plus importante des uni propriétés d’une part, et à l’essor plus soutenu des copropriétés d’autre part.

14Le premier événement se comprend aisément : il renvoie aux difficultés grandissantes des petits propriétaires, qui ont de plus en plus de mal à faire face aux dépenses liées à la conservation de leur(s) immeuble(s) à faibles rapports. Certes, le problème n’est pas nouveau ; mais il se pose alors avec plus d’acuité dans la mesure où les logements vacants sont plus nombreux, les immeubles davantage dégradés, et les propriétaires plus âgés : ainsi, plutôt que de s’endetter pour assurer les frais croissants d’entretien, ou les coûts très élevés de la restauration de leurs immeubles, les petits propriétaires âgés ont préféré bien souvent vendre, à un moment où d’ailleurs le contexte était sans doute plus favorable que dans le passé.

15Le second événement est plus complexe : il résulte à la fois de la multiplication des mises en copropriétés « traditionnelles » et de l’émergence de nouvelles formes de mises en copropriétés. La multiplication des premières, qui s’effectuent ou bien entre héritiers d’un propriétaire unique (après parfois une période d’indivision) ou bien, plus fréquemment, entre un uni-propriétaire souvent âgé qui connaît des difficultés financières et (une partie de) ses anciens locataires peu fortunés (mais contraints d’acheter ou de partir), est étroitement liée à l’affirmation du déclin des uni-propriétés précédemment évoqué, et participe assez peu à la revalorisation de Saint-Georges. L’apparition des secondes, qui s’opèrent soit entre des marchands de biens et des anciens locataires ou plus souvent des nouveaux arrivants, soit, plus rarement, entre des propriétaires uniques (ou leurs héritiers) et des nouveaux occupants, contribue davantage à revaloriser le quartier et s’explique plus spécifiquement par l’arrivée d’une « nouvelle » population et, surtout, par la venue massive des marchands de biens à Saint-Georges, après 1975.

16En effet, au cours de la période 1975-1980, de nombreux marchands de biens choisissent d’intervenir à Saint-Georges. La proximité du quartier Saint-Jean fortement rénové, l’attrait croissant des quartiers anciens, et l’engouement de nombreux ménages pour la copropriété sont bien souvent des facteurs déterminants dans leur choix. Concrètement, leurs interventions se structurent ainsi : dans un premier temps, le marchand de biens achète à bas prix un immeuble (à un uni propriétaire en difficulté) ; puis il fait des travaux légers (peinture de la façade côté rue, installation des sanitaires...) et enfin il revend l’immeuble en plusieurs lots, en réalisant au passage une plus-value importante puisque chaque lot (ou couple de lots) équivaut approximativement au prix d’achat de l’ensemble de l’immeuble.

17Ces nouvelles pratiques constituent un changement très important dans l’évolution de Saint-Georges, pour plusieurs raisons : d’abord parce que la venue de ces marchands de biens fait montre d’un intérêt nouveau à l’égard de ce quartier, que confirme par ailleurs l’arrivée de nouveaux habitants ; ensuite parce que les pratiques spéculatives de ces marchands de biens, en tirant à la hausse les prix des propriétés, augmentent la valeur (économique) de Saint-Georges ; et enfin parce que se met ainsi en place, progressivement, un marché avec des investisseurs, des offreurs, des demandeurs, etc.

18Ceci étant, l’essor soutenu des mises en copropriétés à Saint-Georges entre 1975 et 1980 – qui n’est évidemment pas étranger au mouvement général d’expansion de la copropriété en France – et la contraction drastique des uni-propriétés, ne sont pas les seules composantes du processus d’intensification sus-dénommé. En effet, aux débitages fréquents des propriétés uniques en copropriétés s’ajoutent également de nombreuses ventes d’immeubles. Ainsi, entre 1976 et 1980, cinquante-trois immeubles ont changé de propriétaires, ce qui, même si cet effectif doit être très légèrement minoré dans la mesure où certaines ventes préfigurent des mises en copropriétés (qui n’étaient pas encore effectives en 1980), constitue une donnée absolument pas négligeable.

  • 2 Traditionnellement, on distingue deux types de SCI : les SCI « familiales », qui regroupent exclus (...)

19Et ce n’est pas tout : si l’on étudie de plus près ces transactions on constate qu’elles se réalisent souvent au profit de propriétaires extérieurs au quartier, et parfois même – ce qui est très nouveau à Saint-Georges – au profit de Sociétés Civiles Immobilières, essentiellement « familiales »2. Par là même, ces ventes participent aussi au processus de diversification des propriétaires et témoignent également du nouvel attrait que constitue Saint-Georges pour un certain nombre de propriétaires bailleurs.

20Ces derniers se caractérisent par une relative homogénéité de positions et de trajectoires sociales, et par des stratégies très similaires : plus précisément, il s’agit de Lyonnais (au sens large) moyennement âgés, déjà détenteurs d’un patrimoine composé de plusieurs immeubles et en particulier d’immeubles anciens généralement acquis, qui ont une certaine expérience dans l’immobilier. Aussi, leur acquisition à Saint-Georges s’inscrit et dans une logique patrimoniale et dans une perspective économique. Plus fondamentalement, leur investissement dans ce quartier est justifié, parfois par la position presque centrale qu’occupe selon eux Saint-Georges dans Lyon, souvent par le faible prix de vente de l’immeuble, et toujours par le fait que cette acquisition devait leur permettre de faire de la réhabilitation. Mais si certains ont effectivement réalisé rapidement cet objectif (en dehors de toute incitation publique), d’autres ont dû renoncer pour diverses raisons, et quelques-uns ont différé leur projet.

  • 3 SEMIRELY, OPAH du Vieux-Lyon. Etude de réalisation, octobre 1982. (Voir infra, chapitre VI).

21Aussi, dans certains cas, des immeubles ont non seulement changé de mains, mais aussi changé de tête. En d’autres termes, conjointement ou parallèlement à l’accélération des transferts de propriétés, la mutation du bâti se manifeste également à ce moment-là par la réhabilitation « spontanée » d’un certain nombre d’immeubles et de logements. Mais, contrairement aux mouvements de propriétés, ces réhabilitations « spontanées », qui se confinent bien souvent aux logements, qui font fréquemment appel au travail au noir, et qui utilisent des financements non publics, demeurent difficiles à évaluer avec précision. Ainsi, il n’est pas possible de proposer des données globales sur les réhabilitations réalisées à Saint-Georges entre 1975 et 1980. Le seul indicateur disponible est celui fourni par l’Etude de réalisation de l’ΟΡΑΗ du Vieux-Lyon, élaborée par la SEMIRELY, qui révèle que huit immeubles ont été réhabilités à Saint-Georges avant le lancement de l’opération (en décembre 1982)3. Mais ce chiffre ne permet pas de comptabiliser le nombre exact d’immeubles restaurés entre 1975 et 1980 ; et surtout il ne prend pas en compte les réhabilitations de logements effectuées par les copropriétaires occupants. Cependant, en prenant appui sur les différents discours que nous avons recueillis, on peut estimer de manière un peu impressionniste que ces réhabilitations « spontanément » pratiquées dans la seconde moitié des années soixante-dix, constituent un phénomène somme toute limité, mais non négligeable.

  • 4 Parmi nos différents enquêtés (propriétaires, habitants, commerçants), neuf se sont spontanément e (...)

22Si l’on examine de près les cas que nous avons pu identifier4, on remarque, tant au niveau des propriétaires bailleurs qu’au niveau des copropriétaires (et propriétaires) occupants, un certain nombre de traits communs. Ainsi, les propriétaires bailleurs qui se sont «spontanément» engagés entre 1975 et 1980 dans la réhabilitation de leur immeuble situé à Saint-Georges sont tous des Lyonnais (au sens large), détenteurs d’un patrimoine immobilier relativement conséquent. De même, ce sont tous des individus proches de la cinquantaine, qui possèdent et une grande capacité d’auto-financement et, du fait de leur statut d’artisan (généralement dans le bâtiment), des dispositions à entreprendre. Aussi, les travaux qu’ils ont menés ont été décidés « de leur propre chef » ; réalisés souvent par eux-mêmes ou plus précisément par leur entreprise ; et toujours financés par des fonds propres, sans subvention (publique ou de type ANAH), dans une logique exclusivement privée. Toutefois, on peut distinguer ici deux types de propriétaires bailleurs : en effet, parfois le propriétaire est un héritier détenteur d’un important patrimoine, qui agit essentiellement pour conserver et valoriser ce patrimoine qu’il souhaite transmettre à ses descendants – avec beaucoup d’attention pour les locataires qu’il côtoie fréquemment et peu d’illusions sur la rentabilité (immédiate) de son opération ; parfois, au contraire, il s’agit d’un nouvel acquéreur qui intervient pour accroître son patrimoine, qu’il envisage également de léguer à ses enfants, mais aussi pour réaliser des profits.

Tel est le cas de M. F... : M. F... est marié, père de deux enfants et habite dans la proche banlieue de Lyon. Fils d’un artisan-maçon, il possède depuis vingt-cinq ans sa propre entreprise de bâtiment (maçonnerie, peinture, carrelage...) qui emploie une dizaine de salariés. Indirectement impliqué, de par sa profession, dans le milieu immobilier, il fait très tôt de l’immobilier sa seconde activité : il est d’abord, parallèlement, marchand de biens ; puis il se reconvertit dans le locatif. Ainsi, depuis le milieu des années soixante-dix, il achète ici ou là, à Lyon ou dans la périphérie de Lyon, des immeubles, toujours anciens, qu’il fait restaurer par son entreprise et puis qu’il loue. Son achat en 1976 d’un immeuble à Saint-Georges s’inscrit dans cette logique d’acquisition-réhabilitation-location, qui s’apparente à une stratégie d’investissement à long terme orientée vers la constitution d’un patrimoine qu’il souhaite transmettre à ses enfants. Néanmoins, cette acquisition n’est pas le fruit du hasard : l’aspect ancien de l’immeuble, son faible prix et son emplacement dans le Vieux-Lyon – supposé être un secteur locatif très recherché - sont autant de motifs qui ont conduit M. F... à acheter ; mais l’explication première de son geste réside dans la position (presque) centrale qu’occupe, selon lui, Saint-Georges à l’intérieur de Lyon :
« Moi, c’est la proximité du centre qui m’a fait agir de la sorte (...). J’ai investi là-bas parce que je savais que les gens avaient envie d’habiter le centre-ville, parce que les frais de transport coûtent trop cher aux gens. »
La réhabilitation, ensuite, de cet immeuble est un corollaire de l’acquisition. Les travaux de mise au confort des logements ont été réalisés en grande partie par son entreprise, et financés (à 80 %) par des emprunts bancaires et (à 20 %) par des fonds propres, comme dans toutes les opérations qu’il a menées à la Croix-Rousse, à Villeurbanne, etc. Il n’a pas perçu de subvention de l’ΑΝΑΗ, car il possédait son bien depuis moins de deux ans, au moment des travaux. En fait, il sollicite très rarement l’AΝΑΗ et ne participe jamais aux opérations publiques, qui, selon lui, « impliquent un blocage des loyers » : son objectif est de restaurer des logements anciens soumis à la législation de 1948, pour les extraire de ce régime et pour les louer aux prix du marché.

23Les stratégies des copropriétaires (et propriétaires) occupants qui se sont engagés eux aussi spontanément entre 1975 et 1980 dans la réhabilitation de leur logement sont évidemment fort différentes, puisque leurs actions se situent non pas vraiment dans une logique d’investissement, mais plutôt dans une logique de consommation. En outre, ces copropriétaires se distinguent également des propriétaires bailleurs par leurs caractéristiques sociales originales. Plus précisément, il s’agit de couples d’actifs, âgés de 30 à 40 ans, avec un enfant, qui occupent des positions sociales ascendantes. Généralement, ce sont aussi d’anciens locataires qui viennent de différents secteurs de l’agglomération lyonnaise. Mais la plupart possédaient antérieurement des relations dans le quartier ; et surtout, plusieurs d’entre eux avaient déjà, à un moment de leur itinéraire résidentiel, habité à Saint-Georges.

24Les raisons qui les ont conduits à devenir propriétaires sont très diverses. Mais, là encore, c’est bien souvent le faible prix d’achat du logement, parfois lié à un désir de « retaper quelque chose », qui a poussé ces ménages à acheter, puis, rapidement, à réaliser des travaux (souvent très importants), qu’ils ont financés par des emprunts, et parfois par l’intermédiaire de plans-épargne-logement concédés par les parents de l’un des conjoints.

25Ceci dit, il convient une nouvelle fois de dissocier ici deux sous-cas de figures : en effet, on recense d’une part des « nouveaux » copropriétaires caractérisés par un capital culturel élevé et une trajectoire résidentielle très mouvementée (avec au moins un séjour à l’étranger), qui s’installent à Saint-Georges pour être dans de l’ancien et près du centre-ville ; et d’autre part des ménages moins mobiles, qui possèdent essentiellement un capital « technique », qui leur permet d’accéder à la propriété dans un quartier ancien.

26Ainsi, à l’image des mutations commerciales, les transformations « spontanées » qui affectent alors le bâti s’accompagnent de changements au niveau de la population des propriétaires (bailleurs ou occupants). Mais cette catégorie n’est pas la seule en évolution. En effet, on assiste plus largement, après 1975, à une mutation de la population résidante de Saint-Georges.

L’installation de nouveaux habitants

27Les seules données quantitatives exhaustives disponibles pour mesurer les mouvements de populations du quartier Saint-Georges au cours de la seconde moitié des années soixante-dix sont celles fournies par les recensements de l’INSEE de 1975 et 1982. Mais l’utilisation de ces données pose ici quatre problèmes, d’inégale gravité. Le premier est lié à l’espace : plus précisément, le découpage retenu par l’INSEE, qui distingue un secteur appelé « Vieux-Lyon sud » (ou îlot no 503) composé de la totalité du quartier Saint-Georges, d’une petite partie du quartier Saint-Just, et de l’extrémité nord de la rue Tramassac (située à Saint-Jean), ne se confond pas exactement avec notre périmètre d’étude ; toutefois, la distorsion n’est pas ici fondamentale. Le deuxième, plus gênant, est d’ordre temporel : en effet, la période couverte par les deux recensements (1975-1982) déborde légèrement la période étudiée (1975-1980). Le troisième, encore plus délicat ici, réside dans le caractère statique de ces sources : de fait, les recensements donnent seulement des photographies instantanées de la population d’un îlot, d’un quartier, d’une commune... – que l’on peut ensuite comparer, en opposant par exemple les photographies de 1975 et de 1982, de l’îlot, du quartier ou de la commune... ; mais ils ne permettent pas de voir tous les événements qui peuvent survenir entre les instantanés : ainsi, par exemple, si une catégorie particulière d’habitants s’installe dans un quartier peu de temps après un recensement, et qu’elle quitte ce quartier peu avant le recensement suivant, elle n’apparaîtra pas. Enfin, un quatrième problème, également d’importance, se situe au niveau de ce que l’on peut appeler l’effet statistique du recensement ; cet effet consiste à agréger des changements qui ne sont pas tout à fait de même nature : ainsi, si l’on compare l’évolution de la distribution par catégories socio-professionnelles de la population d’un quartier entre deux recensements, et que l’on constate par exemple une augmentation significative de la catégorie des « cadres moyens », la tentation est grande de conclure à l’installation d’une population importante de cadres moyens dans ce quartier, entre les deux recensements ; or, cette augmentation peut résulter à la fois de l’arrivée de cadres moyens dans le quartier et du changement d’activité d’un certain nombre d’habitants du quartier déjà présents lors du premier recensement, ou arrivés peu après ce dernier. Ainsi on peut citer le cas de M. G... qui était étudiant quand il s’est installé à Saint-Georges en 1976 et qui, en 1982, au moment du recensement, était cadre dans un organisme de formation.

28Aussi, il nous a paru indispensable, pour affiner notre analyse, de compléter ces données quantitatives par des éléments qualitatifs, recueillis au cours des entretiens que nous avons réalisés auprès d’un échantillon d’individus qui se sont installés à Saint-Georges entre 1975 et 1980. L’échantillon comprend ici quatorze individus, qui ont également en commun le fait d’être toujours présents dans ce quartier en 1986, au moment de notre enquête de terrain.

  • 5 Voir tableaux et graphiques en annexe.

29L’étude des données quantitatives issues des recensements de l’INSEE fait apparaître des changements socio-démographiques très importants5. Ainsi, on observe que si la population de Saint-Georges a encore un peu tendance à diminuer entre 1975 et 1982 (passant de 4430 à 4140 habitants), elle a surtout tendance à se renouveler : en effet, près de 60 % des individus recensés à Saint-Georges en 1982 sont arrivés après 1975, ce qui représente un chiffre tout à fait considérable pour ce quartier longtemps peu attractif qui, en 1975 encore, était peuplé à près de 60 % de personnes déjà recensées à Saint-Georges lors du recensement de 1968.

30Si l’on examine les caractéristiques de cette nouvelle population, on constate qu’il s’agit d’une population relativement jeune, composée principalement de célibataires et de couples avec un ou zéro enfant, qui possèdent un niveau d’étude élevé, et qui appartiennent à la catégorie des « professions intermédiaires », ou, moins fréquemment, à celle des « cadres et professions intellectuelles supérieures » : en effet, entre les deux recensements, le pourcentage des « 20-34 » ans passe de 25,2 à 35,8 ; celui des ménages à une personne de 41,6 à 53,5 ; celui des individus ayant un niveau d’étude supérieur au Bac. de 6,9 à 21,9 ; celui des « professions intermédiaires » de 12,4 à 27,9 ; et enfin celui des « cadres et professions intellectuelles supérieures » de 5,2 à 19,1. Autrement dit, on remarque qu’il s’agit principalement d’individus appartenant aux nouvelles couches moyennes salariées.

31Cet « embourgeoisement » n’est pas surprenant : il participe très largement au mouvement global et bien connu de reconquête des quartiers anciens que l’on observe alors dans la plupart des villes françaises et anglo-saxonnes. Mais, et ceci est tout à fait essentiel, on ne peut absolument pas réduire ce processus de recomposition à un afflux massif de représentants des nouvelles couches moyennes salariées, ou, en d’autres termes, assimiler les nouveaux arrivants de la période 1975-1980 à la nouvelle population précédemment identifiée. En effet, l’étude de nos entretiens d’individus installés à Saint-Georges entre 1975 et 1980 révèle au contraire, premièrement, que d’autres catégories d’individus se sont installés provisoirement à Saint-Georges au cours de cette période et, deuxièmement, qu’un certain nombre de représentants des nouvelles couches moyennes salariées recensés en 1982 possédaient, au moment de leur entrée dans le quartier, des caractéristiques « signalétiques » qui ne correspondent pas particulièrement aux attributs traditionnels de ces nouvelles couches moyennes.

32Plus précisément, on peut, semble-t-il, distinguer fondamentalement trois grandes catégories de nouveaux arrivants : une première est composée de couples d’actifs, avec ou sans enfant, qui appartiennent effectivement aux nouvelles couches moyennes salariées, et qui, en venant ou en revenant à Saint-Georges, accèdent à la copropriété ; une seconde, numériquement plus importante, est formée de célibataires, plus jeunes, issus de milieux sociaux divers, qui poursuivent des études supérieures tout en exerçant une activité professionnelle, souvent précaire, dans des milieux socio-culturels ou artistiques, et qui s’installent dans le quartier généralement en tant que locataire ; enfin la troisième est une catégorie « autre », définie en quelque sorte par défaut, dans laquelle on trouve principalement des copropriétaires appartenant aux couches moyennes traditionnelles en situation de retour et des locataires employés, retraités ou inactifs.

33Ainsi, le mouvement « spontané » de recomposition sociale qui s’opère à Saint-Georges, dans la seconde moitié des années soixante-dix, est loin d’être uniforme. Toutefois, si les nouveaux arrivants de la période 1975-1980 se distinguent assez nettement au niveau de leurs caractéristiques de positions et de trajectoires, ils se différencient assez peu, en revanche, en ce qui concerne leurs conditions d’entrée ou leurs motifs d’installation dans ce quartier.

34De fait, très peu de nouveaux arrivants se sont installés à Saint-Georges, « par hasard », par l’intermédiaire d’une agence immobilière, sans déjà connaître le quartier. Au contraire, la plupart d’entre eux possédaient préalablement des relations à Saint-Georges, voire même, mais plus rarement, avaient déjà habité ce quartier. Corollairement, ils ont très souvent trouvé leur logement en utilisant leurs réseaux, implantés sur place. Plus précisément, il apparaît que le mode d’installation alors dominant fonctionnait non pas selon une logique de marché – certains locataires étant d’ailleurs logés sans bail écrit –, mais selon un système de cooptation au sein duquel les futurs occupants étaient cooptés soit par les anciens occupants, soit par les voisins des anciens occupants, qui, dans les deux cas, entretenaient bien souvent des relations directes avec leurs propriétaires.

35En conséquence, la plupart des nouveaux arrivants ont rejoint Saint-Georges parce que ce quartier concentrait divers réseaux de sociabilités, structurés tantôt autour de lieux « alternatifs » (à l’image de « la Clef de Saint-Georges », un bar-restaurant collectif), tantôt autour d’activités artistiques (en particulier théâtrales), tantôt encore autour de pratiques socio-culturelles communes liées à leurs conditions professionnelles (à l’exemple des « fêtes » étudiantes). Mais ils ont également choisi Saint-Georges pour son côté convivial, son ambiance de « petit village », son aspect à la fois marginal et bohème, et parce que dans ce quartier proche du centre-ville (et partiellement vide !) les loyers ou les prix des logements étaient très modestes :

« Comme tout étudiant on circule ; comme tout étudiant qui vient d’ailleurs on veut trouver l’endroit où l’on se sentira bien ; et en cherchant j’ai trouvé le quartier Saint-Georges. Mais en fait, j’avais des amis aussi qui l’habitaient et je crois qu’entre 1976 et 1980 il y a eu tout un afflux de personnes, j’sais pas si c’est un afflux d’ailleurs, je crois que c’est plutôt un ensemble de gens qui sur une base affinitaire, ce quartier, ce qu’il était, les échos qu’on en avait, faisait qu’il était attirant et que les gens venaient ; et un facteur non négligeable, c’était le coût peu élevé des locations et des appartements. » (Habitant, à Saint-Georges depuis 1976).

36Ainsi, on remarque que cette population de nouveaux arrivants, socialement différenciée, n’était pas globalement indifférente à certaines valeurs culturelles relativement spécifiées, et à un certain mode de vie qui de toute évidence se mariaient assez bien, à l’époque, avec les caractéristiques du quartier Saint-Georges. A ce propos, il est intéressant de constater qu’une partie d’entre eux avait séjourné auparavant dans le quartier de la Croix-Rousse, qui présentait quelques années plus tôt un profil assez similaire. Progressivement, ces nouveaux arrivants vont renforcer les réseaux existants, dans lesquels se côtoient essentiellement des nouveaux locataires, puis développer d’autres réseaux de sociabilités, davantage ouverts aux nouveaux copropriétaires, qui donneront notamment naissance, au début des années quatre-vingt, à une association d’habitants de Saint-Georges.

37En résumé, ce qui transparaît de cette analyse des nouveaux arrivants et de leurs modes d’installation, c’est l’existence à Saint-Georges, entre 1975 et 1980-82, d’un mouvement ample, novateur, spontané et pluriel de repopulation, qui prend appui à la fois sur différentes catégories d’individus – extérieurs mais non totalement étrangers à Saint-Georges – à la recherche « d’un nouvel art d’habiter », et sur des pratiques de cooptation. Plus globalement, ce que mettent en évidence aussi bien les évolutions des commerces, des propriétés et de la population de Saint-Georges, entre 1975 et 1980, c’est une série de mutations, qui s’opèrent « spontanément », en dehors de toute intervention publique, et qui marquent une certaine recomposition du quartier.

2 - Les limites du changement et la pérennité des dégradations

38Dans la seconde moitié des années soixante-dix, ce mouvement de recomposition, qui n’est pas un simple retour au passé, reste cependant doublement limité, à la fois par la fragilité et la faible visibilité des mutations « spontanées », et par la continuité des dégradations. Plus précisément, sous l’effet conjugué d’un double phénomène de recomposition-décomposition, Saint-Georges a alors tendance à se fragmenter et à s’hétérogénéiser.

La fragilité et l’opacité des mutations

39En évoquant plus haut l’installation après 1975 de nouveaux arrivants à Saint-Georges, et plus précisément en soulignant le fait qu’une fraction relativement importante d’entre eux a quitté assez rapidement le quartier, nous avons eu déjà l’occasion d’entrevoir le caractère parfois incertain des mutations spontanées. Mais la fragilité de ces dernières ne s’épuise pas dans ces départs précipités. Ainsi, pour rester sur les mouvements de populations, on peut aussi observer que dans l’ensemble des nouveaux habitants qui emménagent à Saint-Georges entre 1975 et 1980, nombreux sont ceux qui occupent des positions précaires, soit sur le plan personnel, soit au niveau professionnel, soit vis-à-vis de leur logement, et qui de ces faits sont susceptibles le cas échéant – à l’occasion d’un changement de situation familiale ou professionnelle, ou bien à l’occasion d’une rupture de bail... ou d’une opération d’urbanisme affectant le quartier – de déserter très facilement Saint-Georges.

  • 6 Y. RICHARD, La Réhabilitation : logique économique et stratégies patrimoniales, Mémoire de DEA de (...)

40De même, au niveau du bâti, l’inertie d’un certain nombre de nouveaux propriétaires bailleurs ou de leurs régisseurs, qui refusent alors (en spéculant sur l’avenir) de s’engager dans la restauration, témoigne également de la fragilité des mutations « spontanées ». Et cela est aussi vrai en ce qui concerne les mises en copropriétés, car « si la mise en copropriété marque sensiblement une mutation démographique à court terme, elle peut cependant à long terme accroître le processus de dégradation sociale d’un quartier (...) d’une part parce que les copropriétaires sont plutôt négligents vis-à-vis de l’entretien des immeubles, et d’autre part parce que les copropriétés sont parfois mises en location après un temps d’occupation6 ».

41Dans le cas des mutations commerciales, la fébrilité des changements est encore plus évidente. En effet, on constate que la progression du nombre des commerces entre 1975 et 1980 s’accompagne d’un accroissement sensible du taux de rotation des commerçants. Plus précisément, il apparaît que plusieurs nouveaux commerçants, en particulier parmi les commerçants qui avaient récemment ouvert un commerce « non lié au quartier », revendent leur fonds de commerce après seulement quelques mois d’activité. Certes, le phénomène n’est pas surprenant, compte tenu de la faible expérience de ces nouvelles figures commerçantes ; mais il reflète parfaitement, à travers le jeu périodique des ouvertures / fermetures / réouvertures / fermetures... l’incertitude des transformations socio-économiques alors en cours à Saint-Georges.

42Enfin, une dernière manifestation de la fragilité des mutations « spontanées » peut être rapportée à travers l’histoire de l’hôtel « Ramada », qui a été abondamment relatée dans la presse locale. En peu de mots, cette histoire, qui survient à la fin des années soixante-dix, est celle d’un projet de création d’un hôtel à l’extrémité de la rue de la Quarantaine, dont la réalisation – considérée comme essentielle pour la restructuration de la partie sud de Saint-Georges – est alors fréquemment annoncée comme imminente, et qui en définitive ne sera jamais réalisé, du fait du retrait des promoteurs du projet. Une arlésienne, en somme, qui renforce incontestablement les autres incertitudes.

43Ainsi, les changements qui s’opèrent à Saint-Georges entre 1975 et 1980 sont dans l’ensemble assez incertains. Parfois leur fragilité apparaît clairement aux yeux des habitants du quartier, lorsque ceux-ci constatent par exemple la fermeture d’un restaurant pourtant récemment ouvert. Mais, très souvent, ces mutations « spontanées » et fragiles sont également assez peu visibles. Dans certains cas, cette faible visibilité tient à la nature même du changement, à ses caractéristiques propres : on pense ici notamment aux transferts de propriétés, à la diversification des propriétaires, mais également aux réhabilitations « spontanées » réalisées à l’intérieur des logements en copropriété, qui tous constituent sans aucun doute de véritables innovations, mais qui tous interviennent en quelque sorte en coulisse.

44Dans d’autres cas, cette faible visibilité est liée au fait qu’il s’agit de changements somme toute très limités spatialement. Ceci est particulièrement vrai pour les mutations commerciales : en effet, on constate que la grande majorité des nouveaux commerces qui s’ouvrent à Saint-Georges au cours de cette période est localisée dans des secteurs à la fois très spécifiés et très restreints : dans la rue Saint-Georges, entre la place de la Trinité et la place Valensio ; dans la rue du Doyenné, entre la rue du Vieil-Renversé et la place François-Bertras ; et dans la rue Marius-Gonin, entre la rue Bellièvre et la place du Doyenné ; alors que le reste de Saint-Georges (et notamment toute la partie sud, au-delà de l’église) ignore très largement ce phénomène de création de commerces. En conséquence, à l’échelle du quartier, la mutation des commerces n’apparaît pas toujours clairement.

45Dans tous les cas, la visibilité des mutations spontanées se heurte par ailleurs à la concurrence de Saint-Jean, dont la transformation déjà ancienne se poursuit très sensiblement : et l’on peut mentionner ici, par exemple, la « piétonnisation » de la rue Saint-Jean en 1978, qui s’accompagne d’un profond changement de commerces ; ou bien évoquer l’intervention des offices HLM (OPAC, Office HLM de la COURLY), qui à partir de 1978 réhabilitent plusieurs immeubles de la rue Saint-Jean (le 38, le 40, le 56, le 58...) ; ou bien encore souligner le dynamisme de l’initiative privée dans ce quartier, à cette époque. Plus précisément, la création de quelques restaurants ou la réhabilitation de quelques immeubles à Saint-Georges passent relativement inaperçues, quand, au même moment et quelques mètres plus loin, des changements à très grande échelle de populations, de commerces, ou des réhabilitations d’immeubles nombreuses, en cours ou achevées, « s’affichent », faisant de Saint-Jean un véritable quartier « vitrine » du Vieux-Lyon.

46Toutefois, le principal obstacle à la transparence des mutations « spontanées », et à leur affirmation, est alors ailleurs : il se situe dans la poursuite, parfois dramatique, des dégradations.

Continuité et théâtralité des dégradations

47Malgré l’apparition de nouveaux commerces et l’installation de nouveaux arrivants, malgré les réhabilitations de quelques immeubles et de plusieurs logements en copropriété, le quartier Saint-Georges continue en effet, entre 1975 et 1980, à se dégrader. Ainsi, au niveau commercial, on assiste plus particulièrement à de nouvelles fermetures de commerces traditionnels de proximité, qui s’expliquent en partie par les difficultés (précédemment évoquées) du petit commerce en centre-ville, et en partie par un double événement (invoqué systématiquement par tous les commerçants « traditionnels » interviewés) qui survient à Saint-Georges à la fin des années soixante-dix : il s’agit du déplacement, de la place Benoît-Crépu à la place Belle cour, de l’autre côté de la Saône, de deux terminus de lignes de bus, qui déversaient dans le quartier une clientèle de transit assez importante, provenant de la riche banlieue ouest de Lyon. De fait, les suppressions de ces têtes de station, qui ont par ailleurs très fortement accentué l’enclavement de Saint-Georges, ont directement provoqué la cessation d’activité de plusieurs commerces traditionnels, en particulier place Benoît-Crépu. Et si quelques rares commerçants se sont réinstallés dans le quartier, dans des secteurs commercialement plus dynamiques, la plupart sont partis dans la périphérie lyonnaise (à Francheville, à Sainte-Foy-lès-Lyon) pour se rapprocher de leur ancienne clientèle de passage.

48De même, sur le plan démographique, malgré l’arrivée de nouvelles catégories d’habitants, Saint-Georges continue de se dépeupler, perdant, entre 1975 et 1982, près de 10 % de sa population. Comme par le passé, la partie sud du quartier, au-delà de l’église, est le secteur le plus touché par ce phénomène de dépopulation, que l’on retrouve également dans les autres quartiers du Vieux-Lyon.

49Enfin, dans le domaine du logement, on constate, d’une part, une aggravation de l’état de certaines anciennes copropriétés et de nombreux appartements locatifs non entretenus par leur propriétaire, et surtout, d’autre part, une augmentation très sensible du nombre de logements vacants (de l’ordre de 30 % environ, entre 1975 et 1982), qui s’explique bien sûr par l’exode d’une partie de la population de Saint-Georges, mais aussi par la présence de divers chantiers (de restauration, de ravalement...) et par les comportements de certains nouveaux propriétaires bailleurs qui, dans la perspective d’une réhabilitation prochaine de leur immeuble, ne remettent pas en location les appartements qui se libèrent.

50Ceci dit, toutes ces nouvelles dégradations ne sont pas, d’un point de vue quantitatif, aussi importantes que celles qu’a connues le quartier Saint-Georges entre les années cinquante et le début des années soixante-dix, et notamment entre 1970 et 1975. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, la diminution des commerces liés au quartier, qui était de l’ordre de 26,5 % entre 1970 et 1975, n’est plus que de 14 % entre 1975 et 1980. Mais elles concourent très souvent à la dramatisation du phénomène ancien de décomposition de Saint-Georges. De fait, c’est à ce moment-là, par exemple, que la partie sud de la rue Saint-Georges perd ses derniers commerçants. C’est aussi à cette époque que disparaissent les dernières épiceries-comptoirs et les derniers porte-pots, dans lesquels des commerçants pittoresques entretenaient les sociabilités d’antan. Et le phénomène n’est pas seulement cumulatif. Ainsi, dans certains logements devenus vacants, on assiste alors à l’émergence et à la diffusion de phénomènes de squatterisation – voire de prostitution – qui génèrent parfois, ici ou là, divers incidents spectaculaires (incendies, bagarres...), particulièrement révélateurs de la déchéance de certains immeubles ou micro-secteurs de Saint-Georges. Dans un tout autre domaine, c’est la disparition progressive des anciens habitants qui accentue encore le drame de la dégradation du quartier. En effet, le dépeuplement continu du quartier se traduit alors moins par l’exode de jeunes ménages en quête d’un logement ou de célibataires en âge de se marier comme dans les années soixante – soixante-dix, mais davantage par les disparitions et les départs, volontaires ou plus souvent contraints, de nombreuses personnes âgées (qui ne représentent plus en 1982 que 13,8 % de la population de Saint-Georges, contre 18,9 % en 1975) ; or ces départs concrétisent toujours, comme le rappelle Suzanne Rosenberg, la mort du quartier :

  • 7 S. ROSENBERG, « Vivre dans son quartier... quand même », Les Annales de la recherche urbaine, no 9 (...)

« Un quartier vivant, c’est une tradition continuée de micro-transformations, une perdurance sociale qui ne peut s’affirmer qu’à travers des témoins, une parole, des pratiques. Les personnes âgées sont en fait les piliers du quartier, celles qui en donnent en permanence le sens, en évaluent les changements. Leur fuite signifie la mort du quartier (...)7. »

51Ainsi, contrairement aux mutations spontanées qui se développent assez largement en coulisse, les dégradations qui perdurent occupent le devant de la scène locale. Toutefois, ces deux phénomènes participent alors à un même mouvement de désintégration de l’ancien quartier Saint-Georges.

La désintégration de l’ancien quartier

52Ce mouvement, distinct du phénomène de dépérissement observé dans le passé, se réalise très largement à travers la fragmentation du quartier. De fait, loin d’être indifférents aux différences micro-spatiales historiquement produites, les processus de valorisation et de dévalorisation qui sont apparus ou se sont perpétués entre 1975 et 1980 à Saint-Georges ont provoqué un véritable morcellement de ce quartier. Plus précisément, les phénomènes de valorisation (comme l’essor des nouveaux commerces « non liés au quartier », comme les réhabilitations « spontanées » d’immeubles ou de logements, etc.) ont affecté de façon préférentielle les portions d’espace de Saint-Georges qui étaient déjà au début des années soixante-dix les moins dégradées ; inversement, les micro-secteurs qui étaient déjà auparavant les moins favorisés ont été les plus concernés par les nouvelles dégradations (en particulier par les fermetures de commerces de proximité, par les vacances de logements, etc.).

53Ainsi, progressivement, la différence entre la partie nord et la partie sud de Saint-Georges s’est transformée en une opposition très forte entre un secteur nord relativement dynamique, avec un tissu commercial assez dense et diversifié, une population encore importante et variée, et ici ou là des immeubles restaurés, et un secteur sud, au-delà de l’église Saint-Georges, commercialement et démographiquement sinistré. De même, le quai à l’est où la copropriété s’est généralisée dans les immeubles ravalés, et les pentes à l’ouest qui ont fait l’objet entre 1975 et 1980 d’une reconquête sous forme d’habitat individuel se sont peu à peu, mais très nettement singularisés.

54A une échelle plus fine, d’autres oppositions ou singularités se sont également formées. Ainsi, dans la partie nord du quartier, la rue du Doyenné est restée une artère très commerçante, où prédominent les commerces de proximité ; au contraire dans la partie septentrionale de la rue Saint-Georges – qui prolonge la rue du Bœuf située à Saint-Jean – les commerces traditionnels ont fortement diminué et ont été remplacés en partie par des commerces « non liés au quartier » : c’est dans cette portion de rue et dans son environnement immédiat (à l’extrémité de la rue Ferrachat par exemple) que l’on trouve en particulier à cette époque la plus forte concentration de commerces nocturnes (et en particulier de restaurants) ; quant aux petites rues transversales (la rue Bellièvre, la rue du Vieil-Renversé...) elles ont perdu l’essentiel de leur activité commerciale. De même dans la partie sud, la dégradation apparaît alors de plus en plus marquée à mesure que l’on s’éloigne de l’église Saint-Georges ; plus encore la rue de la Quarantaine devient – avec les fermetures des derniers commerces traditionnels de proximité, à l’extrémité de la rue Saint-Georges, au niveau de l’ancien pont d’Ainay – un micro-secteur largement isolé du quartier Saint-Georges.

55Mais cette fragmentation du quartier Saint-Georges dans la seconde moitié des années soixante-dix n’est pas seulement d’ordre spatial. En effet, avec l’essor des commerces de nuit (en particulier des restaurants), s’établit également, progressivement là encore, une véritable fracture entre le quartier « de jour » et le quartier « de nuit ». Et même si cette fracture n’est pas alors aussi marquée que celle qui existe à Saint-Jean, en raison du nombre beaucoup plus limité d’établissements nocturnes localisés à Saint-Georges, elle constitue cependant un élément important de rupture avec le passé.

56Parallèlement, la désintégration de l’ancien quartier se produit également à travers la juxtaposition d’éléments très dissemblables. En effet, on assiste alors non plus seulement, comme dans les années cinquante, soixante et même soixante-dix – soixante-quinze, à la simple contraction des composantes anciennes de Saint-Georges, mais aussi, avec l’apparition ou la diffusion de nouveaux « composants » totalement étrangers au passé de ce quartier, à une diversification, et plus encore à un éclatement de la structure du quartier Saint-Georges.

57Mais prenons un premier exemple : au niveau des commerces, jusque vers 1975, le quartier Saint-Georges perdait un nombre important d’établissements ; mais il conservait une structure commerciale assez homogène, dans laquelle prédominaient très largement les commerces traditionnels de proximité. Au contraire, à la fin des années soixante-dix, avec l’essor des restaurants, des galeries d’art, des magasins d’antiquités, etc., Saint-Georges concentre un ensemble de commerces hétérogène, dans lequel voisinent des commerces de jour et des commerces de nuit, des commerces liés au quartier et des commerces qui vivent avec une clientèle extérieure à Saint-Georges, etc.

58Ce même phénomène se retrouve au niveau de la population commerçante. En effet, entre 1950 et 1975 cette dernière s’est considérablement réduite ; mais elle ne s’est pas alors pour autant diversifiée : ainsi, aux alentours de 1975, les commerçants de Saint-Georges partageaient très largement les mêmes caractéristiques de positions et de trajectoires sociales, et avaient des pratiques assez similaires. En revanche, à la fin des années soixante-dix, avec la venue de nouvelles figures commerçantes (nouvellement dans le commerce, résidant à l’extérieur du quartier, etc.), Saint-Georges rassemble des commerçants aux profils et aux pratiques très différents.

59Il en va de même pour la population globale du quartier. Certes, le mouvement de dépopulation qui a affecté Saint-Georges dans les années cinquante, soixante et dans la première moitié des années soixante-dix avait déjà quelque peu modifié la composition sociale du quartier, mais essentiellement en accentuant le poids de deux catégories modestes : les personnes âgées et les immigrés. Au contraire, l’installation entre 1975 et 1982 de nouvelles catégories sociales, alors même que le processus de dépopulation se poursuit, transforme le tissu social de Saint-Georges, qui devient un quartier où cohabitent des « groupes » sociaux très différents.

60Et l’on pourrait multiplier ici les exemples, en évoquant l’évolution des modes de transfert des propriétés, avec l’arrivée après 1975 des marchands de biens et des sociétés civiles immobilières familiales ; ou bien en rappelant que le processus ancien de dégradation du bâti s’accompagne dans la seconde moitié des années soixante-dix d’un début de différenciation des conditions d’habitat, avec l’apparition de diverses réhabilitations « spontanées », etc. L’idée essentielle à retenir est que Saint-Georges, à la fin des années soixante-dix, tend à perdre son individualité, en devenant, à tout point de vue, un quartier de plus en plus hétérogène.

  • 8 L. WIRTH, « Urbanism as a Way of Life », The American Journal of Sociology, vol. 44, juillet 1938. (...)

61Cette évolution « spontanée » est très clairement la conséquence de « l’appropriation » (d’une partie) de Saint-Georges par de nouveaux « acteurs », essentiellement lyonnais, qui autrefois étaient absents de ce quartier. Par là même, elle est aussi la résultante de la pénétrabilité tout à fait récente de ce quartier longtemps enclavé, marginalisé et évité. En fait, tout se passe comme si dans la seconde moitié des années soixante-dix la ville happait Saint-Georges. En retour, celui-ci commence alors à proposer là des commerces, là des logements, à une clientèle d’agglomération. Ce faisant, Saint-Georges tend, mais inégalement, à s’intégrer à Lyon, ou en tout cas à se repositionner dans cette agglomération. Dans le même temps, Saint-Georges a tendance à se « citadiniser », en partageant le caractère socialement hétérogène de la ville, mis en évidence en particulier par Louis Wirth8.

3 - Le recours au « quartier-village »

62Parallèlement, ou concurremment, l’évolution « spontanée » de Saint-Georges entre 1975 et 1980 est marquée d’abord par l’apparition éphémère d’un Comité populaire créé pour « défendre la vie du quartier et permettre l’auto-organisation des habitants », puis, surtout, par l’action d’une jeune association de vieux commerçants, baptisée « Saint-Georges Village », qui parvient progressivement à promouvoir l’image d’un Saint-Georges – « village ».

La parenthèse du « Comité populaire Saint-Georges-Quarantaine »

63Créé officiellement en mai 1976, sous la forme d’une association loi 1901, le « Comité populaire Saint-Georges-Quarantaine » survient à un moment où les marchands de biens commencent à se saisir de Saint-Georges et à débiter des immeubles en copropriétés au profit de nouveaux occupants relativement fortunés. Cependant, la concomitance de ces deux événements doit être appréhendée avec précaution : plus précisément, si l’émergence du « Comité populaire Saint-Georges Quarantaine » apparaît bien comme une réaction à certaines mutations « spontanées » qui se réalisent à l’époque à Saint-Georges, elle doit aussi être analysée comme une réaction « sociale » plus générale, relativement indépendante du quartier et de son évolution.

  • 9 Le bureau est composé comme suit : Président : un étudiant âgé de 26 ans domicilié à Saint-Georges (...)

64Ainsi, si l’on examine les projets initiaux ou les quelques actions effectives de ce Comité, présidé par un étudiant âgé de 26 ans et dirigé plus largement par un bureau et un conseil d’administration composés de jeunes gens, de conditions relativement modestes, qui ne résident pas tous à Saint-Georges9, on constate que le logement, l’habitat, les problèmes des locataires et plus globalement Saint-Georges ne sont pas ses seules préoccupations. En effet, au-delà de ses initiatives ciblées sur quelques immeubles menacés de vente, ou menées en faveur de certains locataires menacés d’expulsion, le Comité s’engage, ou tout au moins se propose d’intervenir, dans de multiples domaines, qui parfois dépassent très nettement le cas de Saint-Georges : et l’on peut citer ici, parmi ses projets, la création d’un restaurant populaire, l’installation d’une laverie collective, la mise en place d’une « formation-cuisine » ; ou bien, parmi ses actions, l’instauration de cours d’arabe, le soutien actif aux mouvements de luttes des femmes, etc.

  • 10 Citation extraite d’un document « interne ». C’est nous (J.-Y. A.) qui soulignons.

65En outre, toutes ces pratiques s’accompagnent d’un ensemble de discours, de réflexions collectives particulièrement représentatives du militantisme de l’après 68, centrés sur les possibilités et les conditions de mobilisation et de sensibilisation des « habitants du quartier non encore organisés et non conscients de leur classe ou de leur situation sociale dans le quartier comme dans la vie en général10 ».

  • 11 En cela, le « Comité populaire Saint-Georges-Quarantaine » est à rapprocher des différents mouveme (...)

66De fait, le « Comité populaire Saint-Georges-Quarantaine » n’est pas seulement une association créée pour défendre un quartier menacé ou des locataires en danger ; il est aussi, à l’image des nombreux autres comités de quartier qui se créent alors dans les grandes villes françaises, l’expression d’autres luttes sociales11, qui restent confinées à l’es pace du quartier, parce que ce dernier est perçu à l’époque comme le lieu à partir duquel la population peut se mobiliser. Mais, dans la pratique, le Comité ne va absolument pas toucher les habitants de Saint-Georges, y compris sur les problèmes spécifiques du quartier, et va finalement disparaître très rapidement.

  • 12 Voir B. BENSOUSSAN, « Le recours au quartier », Cahiers de l’observation du changement social, vol (...)

67Dans le paysage urbain de la seconde moitié des années soixante-dix, cette disparition ne constitue pas un cas isolé : ainsi, le « Comité populaire de la Croix-Rousse » par exemple, connaît à la même époque un sort (assez) similaire12. Autrement dit, l’échec du « Comité populaire Saint-Georges-Quarantaine » peut être en partie considéré comme l’échec d’une forme particulière de militantisme local, héritée de Mai 68, qui sans doute apparaissait alors comme surannée. En partie seulement, précisons-nous, car l’échec très net de ce comité, dont l’activité ne s’est pas poursuivie très longtemps – à la différence notamment du Comité populaire de la Croix-Rousse –, s’explique encore par trois autres facteurs qui renvoient plus spécifiquement à Saint-Georges.

68Le premier tient à la présence de clivages assez importants au sein de la population de Saint-Georges, qui dépassent la simple opposition entre « anciens » et « nouveaux ». En effet, nous l’avons vu, les habitants de Saint-Georges au milieu des années soixante-dix ne s’identifiaient pas tous au même espace : pour certains leur quartier s’étendait de l’extrémité sud de la rue Saint-Georges jusqu’à la rue Ferrachat ; pour d’autres il s’arrêtait, côté nord, au niveau de l’église Saint-Georges ; pour d’autres encore, Saint-Georges c’était « là-bas », « plus loin », etc. Aussi, ils pouvaient difficilement se reconnaître dans l’entité Saint-Georges-Quarantaine objectivée par le Comité.

69Le second facteur, plus significatif, est lié à l’absence de véritables enjeux au niveau du quartier, susceptibles de mobiliser la population. En effet, comme nous l’avons montré précédemment, les événements qui interviennent à l’époque à Saint-Georges sont exclusivement des changements « spontanés », relativement limités et assez peu visibles, qui ne constituent en aucun cas une menace claire pour le quartier, comme l’était par exemple le projet de rénovation de la montée de la Grande Côte à la Croix-Rousse.

70Enfin, le dernier facteur renvoie à l’image et à l’histoire de Saint-Georges. Plus précisément, il nous semble que si le Comité populaire de Saint-Georges n’est absolument pas parvenu à s’imposer localement, c’est aussi parce que Saint-Georges ne possédait pas, à la différence là encore de la Croix-Rousse, une tradition et une image de luttes sociales, susceptibles d’être réappropriées. Certes, nous l’avons vu, Saint-Georges a bien été dans le passé, comme la Croix-Rousse, un quartier de travailleurs de la soie ; mais il l’a été avant l’invention du métier Jacquart, lorsque la soie n’était pas encore une industrie ; par conséquent, il n’a pas connu, contrairement cette fois-ci à la Croix-Rousse, les luttes des ouvriers de la soie, les révoltes des canuts.

71Ainsi, pour toutes ces raisons, qui relèvent pour une large part de Saint-Georges, l’histoire du « Comité populaire Saint-Georges-Quarantaine » n’a été qu’une courte parenthèse.

« Saint-Georges Village » et la promotion du « quartier-village »

72C’est en recourant à une image plus signifiante de Saint-Georges, et en dénonçant d’autres changements, plus apparents, que l’association « Saint-Georges Village » va parvenir au contraire à occuper durablement la scène locale, et finalement à promouvoir en partie ce quartier.

73Créée en avril 1977, « Saint-Georges Village » se présente à l’origine comme une association de commerçants qui entend œuvrer pour « la défense du commerce et la qualité de la vie dans Saint-Georges ». Mais cette définition par trop juridique masque très largement la réalité et les véritables objectifs de cette association. La réalité de « Saint-Georges Village », tout au moins au départ, c’est un bureau restreint composé d’un boulanger (le président), d’un cafetier (le vice-président), d’une papetière (la secrétaire), d’une mercière (la trésorière) et d’un grainetier (le trésorier-adjoint). Plus fondamentalement, « Saint-Georges Village » en 1977, c’est un noyau de petits commerçants traditionnels, relativement âgés, implantés depuis de longues années à Saint-Georges, voire depuis toujours, qui sont aussi habitants du quartier et parfois même propriétaires-bailleurs.

74Aussi, les objectifs initiaux de « Saint-Georges Village » visent plus spécifiquement, d’une part, à défendre les commerçants traditionnels et l’activité commerciale diurne, et, d’autre part, à « faire revivre le village », populaire et convivial. Dans le premier cas, il s’agit plus concrètement de faire face, à très court terme, à la menace du déplacement des terminus des lignes de bus situés place Benoît-Crépu et, à moyen terme, au dépérissement des commerces de proximité et à leur remplacement par des établissements nocturnes. Dans le second cas, il s’agit d’enrayer plus largement le déclin du quartier et de faire admettre l’existence de Saint-Georges, comme le rappelle l’un des membres fondateurs de « Saint-Georges Village » :

« (A l’époque) on aurait dit que le Vieux-Lyon c’était Saint-Jean un point c’est tout ; et moi en mon âme et conscience je pensais qu’il y avait trois saints (Saint-Jean, Saint-Georges, Saint-Paul) et que les deux autres n’étaient pas plus pauvres que le premier ; par conséquent j’ai voulu faire valoir que Saint-Georges existait aussi. »

  • 13 Voir O. GIRERD, S. SAMBIN, Centre historique ou quartier ?..., op.cit., p. 107-109.

75Cette citation prend tout son sens si l’on évoque le contexte associatif de l’époque. A ce moment-là, il existait dans le Vieux-Lyon deux principales associations. La première est la « Renaissance du Vieux-Lyon » qui, nous l’avons vu, avait eu au milieu des années soixante un rôle prépondérant dans la mise en place du secteur sauvegardé. A l’époque, cette association d’habitants du Vieux-Lyon et de non-habitants amoureux des vieilles pierres, bien établie dans le champ politique local, agissait toujours très activement pour la restauration du Vieux-Lyon ; mais ses discours, comme ses actions, étaient alors essentiellement centrés sur Saint-Jean, le quartier le plus prestigieux sur le plan architectural. La seconde, beaucoup moins active, est l’Association des commerçants du Vieux-Lyon (ACVL)13 : créée en 1973, cette association regroupait près du cinquième des commerçants patentés du Vieux-Lyon et œuvrait principalement pour la défense et la promotion du commerce dans le Vieux-Lyon ; mais là encore l’ACVL, qui était en réalité composée presque exclusivement de commerçants situés à Saint-Jean (qui exploitaient par ailleurs très largement des commerces « non liés au quartier »), se préoccupait plus spécifiquement, sous le vocable « Vieux-Lyon », des problèmes du quartier Saint-Jean (en particulier de la création d’une zone piétonne), et ignorait les difficultés des commerçants (traditionnels) de Saint-Georges. Ainsi, ce que stigmatise l’auteur de la citation, dans sa première proposition, ce sont les comportements partiaux (à l’époque) de ces deux associations. C’est dire que la création, mais également les actions, de « Saint-Georges Village » doivent aussi être replacées dans le contexte plus large de la vie associative du Vieux-Lyon.

76Après des premiers mois d’existence difficiles, au cours desquels l’association assiste impuissante aux déplacements tant redoutés des terminus des lignes de bus de la place Benoit-Crépu, « Saint-Georges Village » parvient, en grande partie grâce à la personnalité de sa nouvelle présidente, une mercière, fille de commerçant, descendante d’une famille installée depuis plusieurs générations dans le quartier, propriétaire de deux immeubles à Saint-Georges, et élue donc à la tête de l’association en 1979, à s’imposer sur la scène locale : d’une part, en attirant en son sein d’autres commerçants « de jour », et notamment des commerçants « de jour » exploitant des commerces non liés au quartier ; et d’autre part, surtout, en parvenant assez rapidement à se faire reconnaître par les pouvoirs publics.

77Cette reconnaissance précoce, qui est tout à la fois une reconnaissance de ce qu’elle représente, en tant qu’identité, et une reconnaissance de Saint-Georges, en tant qu’entité, s’explique en partie par l’arrivée, à l’occasion des élections municipales de mars 1977, d’une nouvelle adjointe d’arrondissement : en effet, cette dernière, en quête d’interlocuteurs locaux, va rapidement cautionner la présence de « Saint-Georges Village ». Les raisons en sont claires : il s’agit, au niveau du Vieux-Lyon, de briser l’hégémonie de « la Renaissance du Vieux-Lyon», en lui opposant un partenaire-concurrent qui, le cas échéant, peut se transformer en adversaire : et de disposer, à Saint-Georges, d’une association beaucoup plus malléable que la « Renaissance du Vieux-Lyon ».

78Grâce à cette reconnaissance bienveillante, l’association « Saint-Georges Village » parvient ainsi, à la fin des années soixante-dix, à réaliser deux de ces principaux projets : le premier est la création en mars 1978 d’un marché biologique hebdomadaire, place Bâtonnier Valensio ; le second est la tenue à partir d’octobre 1979 d’une foire à la brocante trimestrielle, place Benoît-Crépu. A cela il faut encore ajouter la réouverture le 8 décembre 1979 de l’église Saint-Georges (fermée depuis 1971 pour des raisons de sécurité), acquise grâce aux pressions conjuguées de nombreux habitants du quartier.

79Ces deux créations et cette réouverture reflètent parfaitement les objectifs des commerçants de « Saint-Georges Village ». Ainsi, la mise en place d’un marché sur la place qui jouxte l’église, ou la réouverture de celle-ci contribuent clairement à souligner le caractère villageois de Saint-Georges et à créer une certaine animation dans le quartier. Dans le même temps ce marché biologique, qui est alors le seul marché biologique installé à Lyon, ou bien la foire à la brocante sont aussi des possibilités de « faire valoir » l’existence du quartier Saint-Georges.

80Et en effet, à la fin des années soixante-dix, le quartier Saint-Georges, fort de ces nouveaux attributs, est l’objet de nombreux articles de presse, qui tous le représentent sous les traits d’un « quartier village ».

Les représentations du « village » et l’évolution du quartier

  • 14 Voir O. BENOIT-GUILBOT, « Quartiers-dortoirs ou quartiers-villages ? », in L’Esprit des lieux, Edi (...)

81Cette célébration de Saint-Georges – « village » au moment où ce quartier est en train de se désintégrer en s’intégrant à la ville peut paraître surprenante ; comme peut apparaître anachronique l’action de l’association « Saint-Georges Village ». Mais, dans la seconde moitié des années soixante-dix, il n’est sans doute pas de grande ville en France qui ne possède son(ou ses) « quartier(s)-village(s) », et peu de quartiers anciens qui n’abritent pas une association qui, au moins provisoirement, se saisit de l’image du village. Autrement dit, l’apparition à Saint-Georges en 1977 d’une association recourant au symbole du village, ou la célébration de Saint-Georges – « village » s’inscrivent dans un mouvement daté plus global, qui marque le retour du quartier sur la scène urbaine et sociale, et dans le cas plus particulier des quartiers« villages » le succès d’une certaine critique (post-soixante-huitarde) de la ville, qui valorise l’interconnaissance, la convivialité, etc.14

82Toutefois, il faut noter ici que le recours au symbole du quartier village n’est pas comme dans de nombreux quartiers le fait de nouveaux habitants – appartenant aux nouvelles classes moyennes salariées – en quête d’une « identité sociale » ; il est le fait de petits commerçants traditionnels de proximité, installés depuis de longues années à Saint-Georges, qui cherchent avant tout à sauvegarder leur place dans ce quartier et à préserver l’intégrité de Saint-Georges. De fait, en se référant explicitement à l’image du quartier-village, les commerçants de l’association visent en premier lieu à légitimer et à défendre leur présence à Saint-Georges face à l’arrivée des nouveaux commerçants et en particulier des commerçants de nuit : en effet, qui dit village dit relations d’interconnaissance, convivialité, mais aussi petits commerces de proximité, petits commerçants traditionnels... et non pas restaurants ou bars nocturnes. En second lieu, l’image du village est utilisée par ces commerçants-anciens habitants du quartier, à la fois pour autonomiser le quartier Saint-Georges et pour le différencier du quartier Saint-Jean rénové, « factice », « artificiel », et considéré alors comme « l’exemple à ne pas suivre ».

83Autrement dit, le recours des commerçants de l’association « Saint-Georges Village » au symbole du quartier-village est avant tout un recours de circonstance, face à l’arrivée sur la scène locale de nouveaux commerçants aux intérêts divergents, face au dépérissement du petit commerce traditionnel, et plus largement face aux risques de diffusion des transformations survenues à Saint-Jean. En cela, ce recours est étroitement lié à l’évolution « spontanée » de Saint-Georges, ou tout au moins à l’évolution visible de ce quartier, c’est-à-dire essentiellement aux mutations affectant le tissu commercial et la population commerçante. Mais, dans le même temps, l’image du quartier-village – qui est opposée à la figure de la ville – méconnaît et masque d’autres changements, tel le renouvellement de la population, tels les transferts de propriétés, etc. Plus fondamentalement, il s’agit (comme dans bien des cas) d’une représentation tronquée, qui tout à la fois idéalise le passé de Saint-Georges, nie la complexité de sa réalité présente et occulte toute une série d’enjeux relatifs à son avenir.

  • 15 O. BRACHET, « La démocratie locale vue sous l’angle d’un lieu : le quartier, et d’une méthode : l’ (...)
  • 16 Voir (par exemple) P. BOURDIEU, « L’identité et la représentation », Actes de la recherche en scie (...)

84Et pourtant, cette image du quartier-village n’est pas uniquement un mythe trompeur, une représentation nostalgique... qui aurait pour seule fonction d’accompagner l’évolution « spontanée » de Saint-Georges. Elle est aussi une construction qui produit en retour certains effets sur la réalité de ce quartier. Ainsi, elle contribue tout d’abord à marquer le quartier Saint-Georges. Plus précisément, si à cette époque le quartier Saint-Jean est associé à l’image du Vieux-Lyon, Saint-Georges est, pour sa part, étroitement lié à l’image du « village ». Autrement dit, cette représentation constitue alors un des éléments de la réalité de Saint-Georges - au même titre, quoique différemment, que sa désintégration – et contribue même partiellement à sa reconnaissance. En second lieu, et en appliquant au « quartier-village » ce que Olivier Brachet écrit à propos du quartier, on peut dire que l’image du quartier-village permet également de « (fixer) une sorte de «solidarité résiduelle » qui (s’affiche) face « aux dangers extérieurs »15. Autrement dit, cela signifie qu’en se saisissant de l’image du quartier village, les commerçants de l’association instituent un « rapport de force symbolique » (au sens de Pierre Bourdieu)16 entre les commerçants (ou habitants) « authentiques » de Saint-Georges et ceux qui, tels les nouveaux commerçants de nuit, viennent de l’extérieur ou sont « étrangers » à Saint-Georges et « veulent du mal » à leurs commerces ou plus largement à leur quartier. En d’autres termes encore, cela veut dire que l’image du quartier-village n’est pas une simple remémoration du passé, mais aussi un mot-d’ordre d’actualité. Enfin, et ceci n’est pas du tout négligeable, l’image du quartier-village fonctionne également comme un slogan publicitaire à destination principalement d’une clientèle extérieure à Saint-Georges et accessoirement à destination de possibles futurs habitants sensibles aux charmes du « village ». Par là même, cette image participe en partie au désenclavement du quartier et à son intégration à la ville. En cela, elle contribue d’une certaine manière aux changements alors en cours et renforce, dans le même temps, les pratiques... des « nouveaux » commerçants !

85Ainsi, loin d’être seulement un signe d’accompagnement de l’évolution « spontanée » de Saint-Georges, le recours des membres de l’association « Saint-Georges Village » à l’image du « quartier-village » induit en retour des effets divers, et parfois contradictoires. Mais ces effets demeurent limités, dans la mesure où en se référant au symbole du quartier-village les commerçants de l’association ignorent et occultent toute une série de changements susceptibles de modifier très sensiblement la configuration de Saint-Georges.

86A la suite de ces développements, il apparaît très clairement que dans la deuxième moitié des années soixante-dix, le quartier Saint-Georges commence très sensiblement à « bouger », après une longue période sinon d’immobilisme, du moins de régression. Plus précisé ment, l’ouverture de commerces « non liés au quartier » et l’arrivée de nouveaux commerçants, les interventions des marchands de biens ou de propriétaires jusqu’alors « étrangers » à Saint-Georges, ou bien encore le profond renouvellement de la population contribuent incontestablement à réactiver ce quartier. Aux dégradations anciennes et continues viennent ainsi s’ajouter des mutations innovantes qui, progressivement, rompent les équilibres du passé. Peu à peu, le quartier « traditionnel » éclate : la relative homogénéité de Saint-Georges (de sa population, de ses commerces, de ses conditions d’habitat...) fait place à une forte hétérogénéité, caractéristique du milieu urbain ; mieux même, cette ancienne enclave s’ouvre sur la ville en proposant quelques activités à une clientèle d’agglomération. Et tous ces changements s’opèrent « spontanément », c’est-à-dire en dehors de toute intervention publique, sous l’action ici de nouveaux commerçants, là de propriétaires nouvellement dans le quartier, ou là de nouveaux arrivants.

87Cependant, ce mouvement de réhabilitation « spontané » n’est pas global. En l’absence d’enjeux importants, les différents secteurs morphologiques de Saint-Georges réagissent en effet très diversement aux transformations qui affectent le quartier. Aussi, on assiste dans le même temps à une fragmentation très nette de Saint-Georges, qui accentue encore la désintégration de l’ancien quartier. C’est cette disparition progressive du quartier Saint-Georges « traditionnel » qui donne naissance à plusieurs actions collectives. Parmi celles-ci, il faut retenir plus particulièrement l’action des petits commerçants traditionnels de « Saint-Georges Village » qui contribue notamment à associer Saint-Georges à l’image du « quartier-village ». De fait, à ce moment-là, Saint-Georges devient tout à la fois un « quartier-village » et un quartier très différent du quartier Saint-Georges enclavé, méconnu et fortement dégradé du début des années soixante-dix.

  • 17 Voir F. DANSEREAU, « La réanimation urbaine et la reconquête des quartiers anciens par les couches (...)

88Mais, « il ne suffit pas de comparer une même zone à deux points dans le temps ; c’est sa position relative à la structure d’ensemble à deux moments qu’il faut comparer »17. A ce propos, nous avons indiqué déjà que l’évolution spontanée du quartier Saint-Georges entre 1975 et 1980 se caractérisait par un léger repositionnement de Saint-Georges à l’intérieur de Lyon, grâce en particulier à l’installation de nouveaux commerces capables d’attirer une clientèle très extérieure au quartier. Mais ceci ne suffit pas. Il faut ajouter qu’en dépit des nombreuses mutations intervenues à cette époque à Saint-Georges, ce quartier fait toujours figure à la fin des années soixante-dix de « parent pauvre » du quartier Saint-Jean. Plus encore, on peut dire que l’écart entre les deux quartiers s’est encore accentué au cours de la période 1975-1980. En effet, la poursuite des réhabilitations, par des intervenants publics ou privés, et surtout la « piétonisation » de la rue Saint-Jean en 1978, ont fait alors de Saint-Jean un véritable « haut-lieu » lyonnais, visité par de nombreux touristes et fréquenté par de non moins nombreux noctambules ; ce qui n’est évidemment pas à l’époque le cas de Saint-Georges, dont les transformations restent limitées et peu visibles.

Notes

1 Parmi nos enquêtés-commerçants, sept se sont installés à Saint-Georges entre 1975 et 1980.

2 Traditionnellement, on distingue deux types de SCI : les SCI « familiales », qui regroupent exclusivement des porteurs de parts possédant des liens familiaux, et qui s’articulent généralement autour d’un individu qui fait vivre la société et qui détient bien souvent l’essentiel des parts ; et les SCI non spécifiquement familiales, qui sont constituées de personnes qui, sans être liées familialement, doivent (en principe !) se connaître, et qui sont dirigées par un gérant qui, dans la plupart des cas, est à l’origine de la création de la société.

3 SEMIRELY, OPAH du Vieux-Lyon. Etude de réalisation, octobre 1982. (Voir infra, chapitre VI).

4 Parmi nos différents enquêtés (propriétaires, habitants, commerçants), neuf se sont spontanément engagés dans la réhabilitation de leur logement ou de leur immeuble : cinq copropriétaires occupants, trois propriétaires bailleurs et un propriétaire occupant.

5 Voir tableaux et graphiques en annexe.

6 Y. RICHARD, La Réhabilitation : logique économique et stratégies patrimoniales, Mémoire de DEA de Sociologie, Université Lyon II, 1985.

7 S. ROSENBERG, « Vivre dans son quartier... quand même », Les Annales de la recherche urbaine, no 9, 1980, p. 65.

8 L. WIRTH, « Urbanism as a Way of Life », The American Journal of Sociology, vol. 44, juillet 1938. Texte traduit en français par Y. GRAFMEYER et I. JOSEPH dans leur ouvrage consacré à l’« Ecole de Chicago ». Voir Y. GRAFMEYER, I. JOSEPH, L’Ecole de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Aubier, 2e éd., 1984, p. 251-277.

9 Le bureau est composé comme suit : Président : un étudiant âgé de 26 ans domicilié à Saint-Georges ; Vice-Président : un employé de bureau âgé de 23 ans domicilié à la Guillotière ; Secrétaire : une chômeuse âgée de 29 ans domiciliée à Saint-Georges ; Trésorière : une secrétaire âgée de 21 ans domiciliée à Saint-Georges. Le conseil d’administration comprend un éducateur de 30 ans résidant dans le 5° arrondissement de Lyon, un monteur de 26 ans résidant également dans le 5° arrondissement, un commis d’administration universitaire de 38 ans résidant à Saint-Georges et une étudiante de 23 ans résidant dans le 5° arrondissement.

10 Citation extraite d’un document « interne ». C’est nous (J.-Y. A.) qui soulignons.

11 En cela, le « Comité populaire Saint-Georges-Quarantaine » est à rapprocher des différents mouvements « alternatifs » qui, au début des années soixante-dix, avaient élu domicile au 44 rue Saint-Georges.

12 Voir B. BENSOUSSAN, « Le recours au quartier », Cahiers de l’observation du changement social, vol. XVI, Editions du CNRS, 1982, p. 183-227.

13 Voir O. GIRERD, S. SAMBIN, Centre historique ou quartier ?..., op.cit., p. 107-109.

14 Voir O. BENOIT-GUILBOT, « Quartiers-dortoirs ou quartiers-villages ? », in L’Esprit des lieux, Editions du CNRS, 1986, p. 127-156.

15 O. BRACHET, « La démocratie locale vue sous l’angle d’un lieu : le quartier, et d’une méthode : l’enquête », Economie et Humanisme, no 261, 1981, p. 33.

16 Voir (par exemple) P. BOURDIEU, « L’identité et la représentation », Actes de la recherche en sciences sociales, no 35, novembre 1980.

17 Voir F. DANSEREAU, « La réanimation urbaine et la reconquête des quartiers anciens par les couches moyennes : tour d’horizon de la littérature nord-américaine », Sociologie du Travail, vol. 21, no 2,1985, p. 201.

Table des illustrations

Titre Graphique no 1. Evolution de la structure de la propriété du quartier Saint-Georges (1955-1980).
Légende Source : données personnelles construites à partir du fichier des hypothèques.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9116/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Graphique no 2. Evolutions de l’uni-propriété et de la copropriété à Saint-Georges (1965-1980).
Légende Source : données personnelles construites à partir du fichier des hypothèques.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9116/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search