Version classiqueVersion mobile

La Vie des lieux

 | 
Jean-Yves Authier

Première Partie. Saint-Georges. Héritages et caractéristiques

Chapitre IV. Un quartier populaire et convivial... à géométrie variable

Texte intégral

1Si Saint-Georges est marqué au milieu des années soixante-dix par sa situation (en marge de Saint-Jean, en marge du Vieux-Lyon), sa dégradation (particulière) et sa morphologie (relativement contrastée), il se caractérise aussi par son organisation sociale, par sa micro-structure locale. En d’autres termes, Saint-Georges à cette époque, c’est également des gens, des personnages pittoresques, un ensemble de relations de voisinage, d’entraide, de solidarité ou de conflits. Quinze ans plus tard, il n’est pas très aisé de restituer fidèlement cette dimension du quartier, de décrire avec précision ces personnages, de retranscrire fidèlement cette réalité antérieure, cette ambiance passée ; car les choses ont changé, bien sûr, mais aussi parce que les traces écrites, sonores ou visuelles de cette période font largement défaut.

2Nous avons donc pris ici le parti de reconstituer cette réalité en prenant appui sur les discours, les témoignages, d’anciens habitants du quartier. Une telle initiative n’était pas sans risque : on sait combien, dans ce genre de propos, les oublis, les confusions, les amalgames, les déformations peuvent être nombreux ; on sait aussi combien les individus ont tendance à enjoliver le passé, « le bon vieux temps », qui est aussi le temps où ils étaient eux-mêmes plus jeunes ; on sait enfin ce que la mémoire individuelle doit à la mémoire collective. Aussi, pour atténuer ces biais, nous avons privilégié, lorsque cela était possible, les témoignages des habitants et des commerçants qui se sont précisément installés à Saint-Georges au début des années soixante-dix ; de même, nous avons systématiquement opposé chaque témoignage aux autres témoignages ; enfin, dans certains cas, nous avons confronté les discours recueillis aux données (quantitatives) objectives que nous possédions. En dépit de ces précautions, la reconstruction de la micro-structure du quartier Saint-Georges du milieu des années soixante-dix proposée ici n’est sans doute pas parfaite ; mais elle permet de saisir plus complètement ce qu’était alors ce quartier, et la manière dont on y vivait.

3A l’époque, Saint-Georges est encore, à l’image de son passé, un quartier populaire, peuplé de gens assez peu fortunés et de personnages « hauts en couleurs », qui entretiennent de multiples relations de sociabilité et de solidarité ; mais il est aussi un « espace de vie » structuré autour de diverses oppositions et de différentes représentations.

1 - Les gens et la vie du quartier

4Vers 1975, la plupart des habitants du quartier Saint-Georges sont des gens relativement modestes, dont la présence est à la fois le signe d’une certaine continuité et le résultat d’une évolution certaine. Plus précisément, on trouve essentiellement, d’une part, comme dans les années cinquante mais dans une plus faible proportion, des ouvriers, qui représentent tout de même encore près d’un actif sur deux, et d’autre part, des personnes âgées et des immigrés, qui témoignent du vieillissement et de la paupérisation du quartier. Ce sont donc très largement des « captifs », qui partagent par ailleurs les mêmes (mauvaises) conditions de l’habitat.

5En outre, il s’agit dans de nombreux cas de gens nés à Saint-Georges, ou tout au moins installés dans ce quartier depuis de longues années ; de sorte que les plus anciens apparaissent comme les dépositaires de son passé.

« Quand je suis arrivée ici, il y avait des gens qui étaient là depuis trente, quarante, cinquante ans (...) ; il y avait des gens qui incarnaient le passé de ce quartier ancien. » (Habitante, installée à Saint-Georges en 1975).

6De fait, la présence de ces « anciens » procure au quartier une épaisseur, une durée, mais aussi une mémoire collective chargée non pas d’images « historiques », mais d’anecdotes, d’événements, de faits, de détails appartenant au quotidien de leur jeunesse, à l’âge d’or du quartier. Et l’on peut citer ici pêle-mêle : les joutes et leurs deux grandes fêtes annuelles avec défilé dans le quartier ; les laveuses employées de 6 heures du matin à 7 heures du soir sur les « plattes » (les bateaux lyonnais où les laveuses et les ménagères venaient laver leur linge) stationnées au bord de la Saône ; « L’Associé », l’épicerie-comptoir-coopérative (au 42 de la rue Saint-Georges) où, le soir, les ouvriers se retrouvaient pour boire le verre de l’amitié et oublier les fatigues du jour ; les troupeaux de chèvres parcourant les rues sous la conduite du chevrier, qui venait vendre leur lait pour 0,15 F le bol ; les bagarres entre « gones » du quartier et « gones » de Saint-Jean, etc.

7Enfin, parmi ces gens, il se dégage un certain nombre de personnages pittoresques : « le père Gaillard », « la mère Tacquart », « Seignimorte, le boucher », « Boissonnier, le charbonnier », etc. Ces figures locales sont presque toujours des commerçants traditionnels qui résident depuis très longtemps (parfois depuis toujours) à Saint-Georges. Ils rythment la vie de Saint-Georges, animent le quartier, et entretiennent les relations d’entraide et de solidarité.

« Je me souviens en 1976 lorsque je suis arrivé, il y avait dans le quartier un boucher qui s’appelait Seignimorte qui faisait le pot-au-feu sur la place de la Trinité pour les vieux ; donc on savait que tel jour c’était le pot-au-feu, tel jour c’était autre chose, et on venait avec sa casserole (...), on venait prendre sa part et le lendemain on venait chercher autre chose. » (Habitant, à Saint-Georges depuis 1976).

8Car Saint-Georges, en raison de sa petite taille, de sa topographie, de son relatif isolement dans l’espace lyonnais, et de la stabilité assez importante (d’une partie) de sa population, demeure encore au milieu des années soixante-dix un quartiers dans lequel les relations d’interconnaissance, de sociabilité et de solidarité sont nombreuses et vivantes. Ainsi, à cette époque, les gens se côtoient dans les ruelles étroites du quartier ou dans les petits commerces ; de nombreux locataires sont logés sans bail écrit et les gestes d’entraide sont multiples :

« Avant, la maison ici, c’était toute une famille de douze locataires. Quand on ne voyait pas quelqu’un pendant deux ou trois jours, on se disait il est malade, il a quelque chose (...). Je me rappelle de Μ. P..., cela faisait deux jours que je ne l’avais pas vu... il est mort dans son lit. Et qui c’est qui l’a habillé ? C’est monsieur le curé et moi. C’est tous des trucs que l’on faisait beaucoup. On se faisait du souci : quand quelqu’un était mort, on faisait une quête ; quand il y avait un baptême, ma femme achetait une barboteuse ou un bouquet de fleurs. » (Laitier, installé à Saint-Georges depuis 1949).

  • 1 Voir O. ZELLER, op.cit., p.188-190.

9Certes, ces relations et ces pratiques sont alors très certainement, en raison notamment de la dégradation de Saint-Georges, moins dominantes que dans le passé ; mais leur survie pérennise le caractère convivial et solidaire de ce quartier (qui dans le passé a été l’exemple même du quartier lyonnais laborieux et pauvre1), et confère encore à Saint-Georges une densité propre, qui donne sens à cet ancien dicton selon lequel l’habitant de Saint-Georges « descend faire ses courses à Saint-Georges, se change pour aller à Saint-Jean et s’habille pour aller en ville ».

  • 2 J.-P. MOTTE, « Vive le quartier ! », Economie et Humanisme, no 261, 1981, p. 41-49.

10Toutefois, il ne faut pas majorer le poids de ces traits « communautaires », « ni non plus être prisonnier d’une image qui assimilerait (Saint-Georges) au village d’autrefois, englobant tous les habitants dans les mêmes rythmes, les mêmes tâches, les mêmes lieux »2. Au contraire, il convient de nuancer cette image – célébrée dans tous les témoignages que nous avons recueillis (à un moment où, il est vrai, le contexte de la réhabilitation favorisait ce genre de propos nostalgiques), et d’insister sur la cohésion toute relative de Saint-Georges.

2 - Une cohésion limitée, un quartier multiple

11Si, au milieu des années soixante-dix, Saint-Georges apparaît comme un quartier relativement isolé, il ne constitue pas pour autant une entité autonome, vivant en autarcie : ainsi, la plupart des habitants-« témoins » (actifs) que nous avons interrogés travaillaient à l’époque à l’extérieur de Saint-Georges ; de même, certains commerçants avaient parmi leur clientèle des gens qui transitaient dans ce quartier – qui possédait à ce moment-là plusieurs têtes de station de bus (place Benoît-Crépu) et deux funiculaires (avenue Adolphe-Max) ; et puis, dernier exemple, Saint-Georges abritait également à l’époque un lieu, le « Centre d’expression populaire », qui servait de local à de nombreuses associations « gauchistes », « alternatives » (de l’« Association médicale franco-palestinienne » au « Mouvement pour la libération de l’avortement et de la contraception », en passant par le « Comité Larzac », les groupes de soutien aux peuples d’Amérique Latine, etc.), fréquenté par des gens très extérieurs à Saint-Georges.

12Mais surtout, Saint-Georges renferme alors deux oppositions. La première se situe, selon Bernard Frangin, entre « les rapins du Nord » et les « tenants des vieilles traditions du Sud » :

  • 3 Ce commentaire est extrait de l’article de Bernard Frangin, « Saint-Georges sur Saône (I) », paru (...)

« La frontière est tracée par l’église : c’est à partir de là que se comptent les Nordistes et les Sudistes. Lincoln ce pourrait être le peintre Gérard Mignot qui anime l’armée des rapins du Nord (de la Trinité à l’église) et Lee s’appellerait Jean-Guy Mourguet, le tenant des vieilles traditions du Sud... »3 ;

13la seconde, beaucoup moins marquée (à l’époque), oppose (selon les propos d’un enquêté-commerçant arrivé dans le quartier en 1971) les « commerçants louches » et les « commerçants honnêtes », c’est-à-dire les commerçants-restaurateurs qui travaillent après huit heures du soir, et les commerçants traditionnels de proximité qui travaillent pendant la journée.

14Aussi, la cohésion de Saint-Georges au milieu des années soixante-dix n’est pas absolue. Plus encore, les représentations des limites du quartier produites par les habitants et les commerçants locaux fait apparaître divers Saint-Georges ; mais citons quelques exemples :

  • 4 Voir carte no 6, page suivante.

« Le quartier Saint-Georges s’étend de l’avenue Adolphe-Max jusqu’à la montée de Choulans, limité à l’ouest par la colline de Fourvière et à l’est par la Saône »4. (Commerçante, située rue Monseigneur Lavarenne, native de Saint-Georges).
« Avant, Saint-Georges s’étendait de l’église Saint-Georges jusqu’à l’extrémité de la rue de la Quarantaine : c’était le village de Saint-Georges. » (Habitant, résidant dans la partie sud de la rue Saint-Georges, installé dans le quartier en 1965).
« Nous, on nous a toujours dit qu’on habitait Saint-Jean ; Saint-Georges, ça commence après l’église, je crois. » (Habitante, résidant rue du Vieil-Renversé, installée à Saint-Georges en 1969).
« Saint-Georges ça part de l’ancien pont d’Ainay et puis ça va jusqu’à la rue du Vieil-Renversé. (Pourquoi ?) Parce que nous on allait à l’école à Saint-Georges et puis ceux qui habitaient après la rue du Vieil-Renversé allaient à Saint-Jean. (...) Et quand on partait ensemble en colonie, il y avait vraiment deux clans... » (Habitante, résidant rue du Doyenné, née à Saint-Georges).
« Nous on ne peut pas parler de Saint-Georges, on est à la remorque de Saint-Georges, mais on est Saint-Jean. Saint-Georges ça commence rue du Doyenné vers la pharmacie. D’ailleurs tous les décès là ils se font à Saint-Jean, cathédrale Saint-Jean. Le vrai Saint-Georges, c’est la rue Saint-Georges, et depuis l’église jusqu’à la sécurité sociale (rue de la Quarantaine). Tandis que nous, c’est Saint-Jean. » (Commerçant, situé place du Doyenné, depuis 1955).
« Je crois que c’est la rue Ferrachat qui délimite la paroisse. Moi, je me suis toujours considérée comme étant de Saint-Jean. C’est ma paroisse : on est toujours allé à la messe à Saint-Jean ; je me suis mariée à Saint-Jean. (...) Je ne connais pas Saint-Georges. » (Habitante, résidant rue Bellièvre, depuis 1969).

15Extraites d’entretiens réalisés en 1985 et 1986, ces « définitions » de Saint-Georges mettent en évidence, de prime abord, la pluralité de ce quartier au milieu des années quatre-vingt ; mais elles permettent également, soit parce qu’elles se réfèrent explicitement au passé, soit parce qu’elles possèdent une dimension relativement intemporelle, de dégager un certain nombre d’éléments sur la micro-structure passée de Saint-Georges. Plus précisément, en se fondant sur ces propos, il est possible d’affirmer, sans grand risque, qu’au milieu des années soixante-dix, Saint-Georges n’est pas un, mais pluriel.

16De fait, on peut alors dissocier le « village » de Saint-Georges, la paroisse de Saint-Georges, le Saint-Georges « laïque », le « vrai » Saint-Georges (qui s’oppose au Saint-Jean factice produit par la rénovation ?), etc. ; soit une multiplicité de micro-structures qui correspondent à autant de représentations et de pratiques, authentiques ou mémorisées. Et sans doute ces différenciations, qui transparaissent encore en partie en 1985-86, sont alors particulièrement aiguës, pour deux raisons : d’abord, parce que le « poids » de la paroisse était à l’époque relativement important (en dépit de la fermeture de l’église Saint-Georges, survenue en 1971 pour des raisons de sécurité) ; ensuite, parce que la population de Saint-Georges était à cette époque largement composée d’individus qui avaient dans le passé fréquenté (directement ou par l’intermédiaire de leurs enfants) les écoles du quartier.

Carte n o  6 : Saint-Georges, un quartier à "géométrie variable" : les limites du quartier selon les habitants.

  • 5 Cette expression est empruntée à Odile Benoit-Guilbot. Voir O. BENOIT-GUILBOT, « Présentation », C (...)

17Ainsi, même si Saint-Georges conserve encore, au milieu des années soixante-dix, une densité propre, qui le différencie de Saint-Jean, il se présente en même temps comme un quartier à « géométrie variable»5, structuré autour de différentes représentations et de diverses oppositions.

18Plus globalement, au terme de cet état du lieu, qui ne peut cependant pas être totalement considéré comme un état initial, nous avons montré que Saint-Georges, quartier historique, mais sans histoire, historiquement et réellement différent de Saint-Jean, se présentait au milieu des années soixante-dix, à la suite de divers phénomènes d’évolution, comme un quartier à la fois central et périphérique, fortement dégradé à tous points de vue, mais morphologiquement contrasté, doté d’une micro-structure complexe, qui laisse entrevoir à la fois « un espace de vie » populaire et convivial, et « plusieurs » Saint-Georges.

19C’est sur ce déjà-là, fait d’histoire, de durée, de conditions matérielles, de mémoire collective, de solidarités et de conflits, mais aussi de processus de marginalisation, de changements de populations qui fragilisent le quartier, qu’intervient, dans la seconde moitié des années soixante-dix, le processus de réhabilitation.

Notes

1 Voir O. ZELLER, op.cit., p.188-190.

2 J.-P. MOTTE, « Vive le quartier ! », Economie et Humanisme, no 261, 1981, p. 41-49.

3 Ce commentaire est extrait de l’article de Bernard Frangin, « Saint-Georges sur Saône (I) », paru dans Le Progrès de Lyon le 8 janvier 1980 ; mais il peut selon nous relativement bien s’appliquer au quartier Saint-Georges du milieu des années soixante-dix (les individus cités étant d’ailleurs également présents à cette époque).

4 Voir carte no 6, page suivante.

5 Cette expression est empruntée à Odile Benoit-Guilbot. Voir O. BENOIT-GUILBOT, « Présentation », Cahiers de l’observation du changement social, vol. VI, Editions du CNRS, 1982, p. 11.

Table des illustrations

Légende Carte n o  6 : Saint-Georges, un quartier à "géométrie variable" : les limites du quartier selon les habitants.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 343k

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search