Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie des lieux

 | 
Jean-Yves Authier

Première Partie. Saint-Georges. Héritages et caractéristiques

Chapitre III. Un quartier pluriel

Texte intégral

1Etiré le long du cours de la Saône, adossé à la colline de Fourvière, et délimité au nord et au sud par deux frontières urbaines : l’avenue Adolphe-Max et la montée de Choulans, Saint-Georges est un quartier de taille modeste, qui, cependant, présente des formes (bâties et urbaines) relativement contrastées.

2Ainsi, constitué pour l’essentiel d’immeubles construits au Moyen-Age ou à l’époque Renaissance, de qualité moyenne (au nord de l’église) ou plus médiocre (au sud), il abrite aussi des immeubles datant de la seconde moitié du XIXe siècle, qui parfois possèdent un certain cachet (à l'image des immeubles du quai Fulchiron), mais qui parfois, au contraire, sont sans prétention (à l’exemple des bâtiments de la rue de la Quarantaine). De même, il concentre tantôt des îlots très densément bâtis, qui laissent très peu passer la lumière, en particulier à l’intérieur du rectangle délimité par la rue Saint-Georges, la rue Ferrachat, la place Benoît-Crépu et la place François-Bertras, tantôt au contraire des espaces plus dégagés et plus aérés, autour de la place du Doyenné ou de l’avenue Adolphe-Max notamment. Par ailleurs, il renferme aussi bien des montées très escarpées (la montée des Epies, la montée du Gourguillon), que de larges artères (le quai Fulchiron, la rue de la Quarantaine, l’avenue Adolphe-Max), ou de toutes petites ruelles (la rue Ferrachat, la rue du Vieil-Renversé, la rue Marius-Gonin...).

3Plus précisément, si l’on se déplace du nord au sud, on distingue d’abord un ensemble relativement compact d’îlots, séparés les uns des autres par des voies relativement étroites, sur lesquels sont concentrées de très nombreuses et de très anciennes habitations de qualité moyenne ; puis, après l’église, un nombre moins élevé de constructions, situées de part et d’autre de la rue Saint-Georges puis de la rue de la Quarantaine, dont la qualité va en décroissant. A cela s’ajoutent, à l’est, quelques maisons et jardins accrochés à la colline de Fourvière, et à l'ouest, le quai (Fulchiron) qui, depuis 1820, protège le quartier des crues de la Saône.

  • 1 Voir P. BILLAND, op. cit., p. 113 et s.

4Dans la seconde moitié du XIXe siècle, ces différences morphologiques s’accompagnaient bien souvent (déjà) de différenciations sociodémographiques. Ainsi, au dénombrement de 1861, la population du quai Fulchiron (alors récemment aménagé) comprenait 24 % de «bourgeois rentiers » et 8,57 % de « professions libérales » (avocats, architectes...), tandis que ces catégories ne formaient respectivement que 8,37 % et 1,2 % de la population de la rue Saint-Georges ; de même, on recensait à cette date deux domestiques pour trois familles, quai Fulchiron, contre seulement un domestique pour dix familles, rue Saint-Georges1.

  • 2 Voir G. PEREC, Espèces d’espaces, Editions Galilée, 1974.
  • 3 Voir carte no 5, page suivante.

5Un peu plus d’un siècle plus tard, ces différences morphologiques héritées du passé se sont maintenues ou ont été recomposées, à la faveur des phénomènes d’évolution décrits dans le chapitre précédent. Ainsi, au milieu des années soixante-dix, Saint-Georges se présente également comme un quartier pluriel, au sein duquel on peut repérer plus précisément six « espèces d’espaces » (selon la formule de Georges Pérec2): l’avenue Adolphe-Max et le quai Fulchiron ; le secteur « centre » de Saint-Georges ; les montées des Epies et du Gourguillon ; la partie sud de la rue Saint-Georges ; la rue de la Quarantaine ; et les « pentes » de Saint-Georges3.

1 - L’avenue Adolphe-Max et le quai Fulchiron

6Situés aux marges du quartier Saint-Georges, tout à côté de Saint-Jean ou dans le prolongement du quai qui longe Saint-Jean, l’avenue Adolphe-Max (côté Saint-Georges) et le quai Fulchiron constituent, au milieu des années soixante-dix, des espaces relativement valorisés.

7En effet, ces larges artères sont bordées principalement d’immeubles du XIXe siècle, en bon état, avec parfois des façades récemment ravalées. A l’intérieur de ces immeubles se trouvent de vastes logements, ensoleillés – avec, sur le quai Fulchiron plus particulièrement, une grande qualité de vue –, qui, pour toutes ces raisons, sont habités dans une très large majorité par des copropriétaires (sauf dans la partie sud du quai Fulchiron) plutôt fortunés – qui sont soit (le plus souvent) les héritiers des anciens uni-propriétaires, soit (plus rarement) des nouveaux habitants du quartier. Par ailleurs, ces deux voies, très fréquentées, notamment dans le cas de l'avenue Adolphe-Max, qui abrite les terminus des funiculaires menant à Fourvière et à Saint-Just, conservent de nombreux commerces, souvent prospères.

Carte n o  5 : Les différents "espèces d'espaces" du quartier Saint-Georges.

8En somme, il s’agit d’espaces privilégiés, un peu à part. D’ailleurs, en 1975, dans leur thèse sur le Vieux-Lyon (déjà évoquée), Olivier Girerd et Sylvie Sambin dissociaient le quai Fulchiron de Saint-Georges – au bénéfice d’un découpage du Vieux-Lyon en quatre quartiers : Saint-Paul, Saint-Jean, Saint-Georges et les quais (de Bondy, Romain-Rolland et Fulchiron).

2 - Le secteur « centre » de Saint-Georges

9Délimité grossièrement au nord par la place du Doyenné, au sud par la place François-Bertras, à l’ouest par la place de la Trinité et à l’est par la place Benoit-Crépu et la rue Monseigneur Lavarenne, ce secteur constitue au milieu des années soixante-dix le « cœur » du quartier. C’est ici, dans cet espace en partie remodelé au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, très densément bâti et encore fortement peuplé (d’ouvriers, d’employés, de retraités), que l’on trouve la plus forte concentration de commerces (en particulier rue Saint-Georges et rue du Doyenné, où la largeur des façades n’excède pas bien souvent trois mètres), dans lesquels les habitants s’approvisionnent fréquemment. C’est également là que se situent les très rares établissements qui parviennent à attirer une clientèle extérieure au quartier, à l’image de la célèbre « Galerie Saint-Georges » (située au 22 rue Saint-Georges). C’est encore dans ce lieu, dans ces ruelles étroites et pittoresques (la rue du Vieil-Renversé, la rue Ferrachat...) où les résidents déambulent et se rencontrent, que se dégage une certaine animation. C’est enfin là que passent les deux voies principales de Saint-Georges, au tracé imparfaitement rectiligne : la rue du Doyenné et (une partie de) la rue Saint-Georges.

10Mais il s’agit aussi d’un secteur en déclin, marqué par le processus de fermetures des commerces, et surtout par le mouvement d’exode de la population, qui délaisse des habitations datant du Moyen-Age ou de la Renaissance, en très mauvais état : ainsi, entre 1962 et 1968, l’îlot situé entre la rue Mourguet, la place de la Trinité, la rue Bellièvre et la rue du Doyenné a perdu près d'un habitant sur deux, et l’îlot localisé entre la place François-Bertras, la rue Saint-Georges, la rue du Vieil-Renversé et la rue du Doyenné près d’un habitant sur trois.

3 - Les montées des Epies et du Gourguillon

11De part leur topographie, les montées des Epies et du Gourguillon forment « naturellement » une espèce d’espace très particulière. Mais dans le quartier Saint-Georges du milieu des années soixante-dix, ces deux lieux se distinguent aussi sur d’autres plans. Ainsi, à la différence du secteur précédent, ces deux montées très escarpées ne constituent pas du tout, à cette époque, un secteur commerçant. En revanche, elles concentrent, dans ce qui constitue les constructions les plus anciennes de Saint-Georges, les plus fortes proportions de population immigrée (notamment maghrébine) du quartier : ainsi, selon Olivier Girerd et Sylvie Sambin, il ne reste, par exemple, que cinq familles françaises dans la montée du Gourguillon en 1975.

1. Un immeuble du XIXe siècle de qualité, quai Fulchiron. (Jean-Paul Tabey, 1971. Collection Renaissance du Vieux-Lyon).

2. Le secteur « centre » de Saint-Georges : des ruelles étroites...
(Courtiès, 1967. Collection Renaissance du Vieux-Lyon).

3.... et des commerces pittoresques.
(Marc Lévin, 1975. Collection Renaissance du Vieux-Lyon).

4. La montée du Gourguillon, le Café du Soleil.
(Marc Lévin, 1972. Collection Renaissance du Vieux-Lyon).

5. La partie sud de la rue Saint-Georges : un secteur très dégradé.
(Jean-Paul Tabey, 1972. Collection Renaissance du Vieux-Lyon).

6. Les « pentes » de Saint-Georges, où « les maisons escaladent la colline sans jamais atteindre Fourvière ».
(Marc Lévin, 1985. Collection Renaissance du Vieux-Lyon).

12Aussi ces deux montées fonctionnent-elles très largement alors comme des espaces clos, délaissés, voire évités par la grande majorité de la population de Saint-Georges : c’est particulièrement vrai pour la montée étroite et sombre des Epies ; c’est un peu moins net pour la montée du Gourguillon, plus aérée, qui assure une liaison piétonne entre Saint-Georges et le quartier Saint-Just. Mais, malgré ces variations, la montée des Epies et la montée du Gourguillon constituent bien un même type d’espace, négativement connoté.

4 - La partie sud de la rue Saint-Georges

13Situé entre l’église Saint-Georges et la rue de la Quarantaine, à l’extérieur du périmètre du secteur sauvegardé du Vieux-Lyon, ce secteur rue, de qualité architecturale très moyenne, est aux alentours de 1975 un lieu en désuétude. Plus encore, il forme, sans aucun doute, l’espace le plus représentatif du quartier Saint-Georges – dégradé – du milieu des années soixante-dix : en effet, il possède un bâti en très mauvais état, de nombreux logements vacants, des copropriétés vétustes acquises par d’anciens locataires peu fortunés, et des commerces en voie d’abandon. Autrefois très fortement peuplé, il connaît en outre depuis plusieurs années un processus très net de densification, qui va croissant.

14Par ailleurs, il constitue également un espace « intermédiaire », au sens propre et au sens figuré du terme, entre le secteur « centre » de Saint-Georges et la rue de la Quarantaine.

5 - La rue de la Quarantaine

  • 4 J. DE ROSNAY, Saint-Georges, village au coeur de Lyon, op. cit., p. 52.

15Localisée à l’extrémité sud du quartier Saint-Georges, la rue de la Quarantaine – qui doit son nom à la présence, vers 1500, d’un hospice « qui hébergeait pendant quarante jours les personnes suspectes de porter le microbe de la peste »4 – constitue au milieu des années soixante-dix un secteur assez peu valorisé. Plus précisément, il s’agit d’un espace-cul-de-sac, composé d’un bâti du XIXe siècle, modeste, composite, sans intérêt architectural et souvent vétuste. Beaucoup moins densément bâti que le reste du quartier, il abrite une population relativement réduite, qui se compose pour une large part de gens de conditions très modestes. Ancien petit « centre » industriel du Vieux-Lyon, il est animé encore par quelques entreprises et entrepôts, témoins de son passé, mais ne possède presque plus de commerces.

16Il faut dire que l’aménagement du tunnel de Fourvière, à la fin des années soixante et jusqu’au début des années soixante-dix, qui a entraîné la fermeture de cette rue, a provoqué simultanément la démolition de plusieurs immeubles, la disparition de divers commerces, et finalement la dégradation et l’isolement de ce secteur. Aussi, à cette époque, la rue de la Quarantaine fait-elle un peu figure d’espace périphérique, d’extension du quartier Saint-Georges.

6 - Les « pentes » de Saint-Georges

  • 5 J. PELLETIER, « Les quartiers de Lyon », Grande Encyclopédie de Lyon et des communes du Rhône, Edi (...)

17Au-delà et autour de la montée des Epies et de la montée du Gourguillon, mais aussi derrière les immeubles de la rue Saint-Georges (situés côté Fourvière), le quartier Saint-Georges mord un peu sur la colline de Fourvière : ici, en effet, « des maisons escaladent la colline sans jamais atteindre Fourvière »5. Ce sont ces espaces habités, presque montagneux, en tous cas très pittoresques, bien exposés, avec souvent des perspectives très étendues, qui forment le sixième secteur du quartier Saint-Georges.

18Pourtant, au milieu des années soixante-dix, ce secteur qui présente bien des atouts n’est pas particulièrement valorisé. Au contraire, les maisons individuelles, dotées bien souvent de terrasses et/ou de jardins, sont en mauvais état et dans certains cas partiellement abandonnées.

19Ainsi, vers 1975, Saint-Georges se caractérise par une morphologie relativement contrastée, qui reflète les différences de qualité des divers secteurs du quartier, mais également, et ces deux éléments sont étroitement liés, leur diversité d’évolution, notamment entre les années cinquante et le milieu des années soixante-dix. Toutefois, ces distinctions morphologiques ne doivent pas être surestimées. Plus précisément, si Saint-Georges apparaît bien au milieu des années soixante-dix comme un quartier pluriel, il ne constitue pas vraiment (alors) un quartier morcelé en micro-secteurs fortement différenciés. D’ailleurs, l'analyse de sa micro-structure sociale montre qu’il possède encore une certaine cohésion, même si celle-ci a des limites.

Notes

1 Voir P. BILLAND, op. cit., p. 113 et s.

2 Voir G. PEREC, Espèces d’espaces, Editions Galilée, 1974.

3 Voir carte no 5, page suivante.

4 J. DE ROSNAY, Saint-Georges, village au coeur de Lyon, op. cit., p. 52.

5 J. PELLETIER, « Les quartiers de Lyon », Grande Encyclopédie de Lyon et des communes du Rhône, Editions Horvath, 1983.

Table des illustrations

Légende Carte n o  5 : Les différents "espèces d'espaces" du quartier Saint-Georges.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9104/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende 1. Un immeuble du XIXe siècle de qualité, quai Fulchiron. (Jean-Paul Tabey, 1971. Collection Renaissance du Vieux-Lyon).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9104/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende 2. Le secteur « centre » de Saint-Georges : des ruelles étroites...(Courtiès, 1967. Collection Renaissance du Vieux-Lyon).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9104/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende 3.... et des commerces pittoresques.(Marc Lévin, 1975. Collection Renaissance du Vieux-Lyon).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9104/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende 4. La montée du Gourguillon, le Café du Soleil.(Marc Lévin, 1972. Collection Renaissance du Vieux-Lyon).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9104/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende 5. La partie sud de la rue Saint-Georges : un secteur très dégradé.(Jean-Paul Tabey, 1972. Collection Renaissance du Vieux-Lyon).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9104/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende 6. Les « pentes » de Saint-Georges, où « les maisons escaladent la colline sans jamais atteindre Fourvière ».(Marc Lévin, 1985. Collection Renaissance du Vieux-Lyon).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9104/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site