Version classiqueVersion mobile

La Vie des lieux

 | 
Jean-Yves Authier

Première Partie. Saint-Georges. Héritages et caractéristiques

Chapitre II. Un quartier particulièrement dégradé

Texte intégral

  • 1 Voir notamment : Plan Construction, Evolution des quartiers anciens, Bilan thématique, 1982, 222 p

1La dégradation des quartiers anciens centraux, entre les années cinquante et les années soixante-dix, est un phénomène que l’on a pu observer dans la plupart des villes françaises, et qui a été analysé déjà à plusieurs reprises1. En peu de mots, ce phénomène résulte du mouvement de délocalisation des divers capitaux (immobilier, commercial, industriel) et de la modification de la division technique et sociale de l’espace, qui intervient à partir de l’aménagement des espaces situés à la périphérie des communes et des agglomérations.

2La dégradation du quartier Saint-Georges (au cours de la même période) s’inscrit bien entendu dans cette évolution générale, et relève également de ces tendances globales ; mais elle se caractérise aussi par des formes particulières, qui sont étroitement liées à sa situation singulière. Cette dégradation affecte tout à la fois l’activité commerciale, la population et le bâti de Saint-Georges.

1 - Le dépérissement de l’activité commerciale

3L’évolution de la structure commerciale de Saint-Georges entre les années cinquante et le milieu des années soixante-dix est marquée par une très forte diminution du nombre des commerces. Plus précisément, en 20 ans, entre 1955 et 1975, le quartier a perdu près de 40 % de ses commerces – avec, pour la seule période 1970-1975, une perte qui s’élève à plus de 25 % (cf. tableau 1, page suivante).

Tableau 1. Evolution du nombre des commerces en activité à Saint-Georges (1955-1975)

Tableau 1. Evolution du nombre des commerces en activité à Saint-Georges (1955-1975)

Source : Données personnelles construites à partir de l’Indicateur lyonnais Henry et de la matrice générale des patentes du secteur Saint-Irénée de 1975.

4Dans ce mouvement, qui s’affirme sans cesse au fil du temps, ce sont les petits commerces traditionnels de proximité : merceries, drogueries, bonneteries, graineteries, porte-pots..., et plus spécifiquement encore les petits commerces traditionnels alimentaires : épiceries, laiteries, charcuteries, boulangeries... qui ont été les plus touchés. Ainsi, par exemple, dans la seule rue Saint-Georges, sept épiceries ont fermé entre 1955 et 1975.

5La rétraction importante de ces petits commerces, qui, au-delà de leur rôle économique, assuraient une fonction sociale non négligeable, trouve bien sûr son origine dans le déclin général des petits commerces de proximité, délaissés par des citadins qui sont de moins en moins présents dans leur quartier (à midi, le week-end), et qui surtout, avec le développement de l’automobile, s’approvisionnent de plus en plus fréquemment dans les grandes surfaces concentrées dans des zones spécifiées, distinctes de leur lieu de résidence. Mais ces nombreuses fermetures sont également étroitement liées à certains événements propres à Saint-Georges : aux démolitions dans les années soixante de quelques immeubles, rue Saint-Georges ; à la disparition au tout début des années soixante-dix, lors de la construction du tunnel de Fourvière, de plusieurs bâtiments à l’extrémité de la rue de la Quarantaine ; ou bien encore au départ d’une partie importante de la population.

6Et ce n’est pas tout : la détérioration de la situation commerciale de Saint-Georges entre les années cinquante et le milieu des années soixante-dix peut aussi sans doute s’expliquer par le fait que très peu de nouveaux commerçants se sont installés, à ce moment-là, dans le quartier. En effet, si l’on regarde ce qui s’est passé pour l’ensemble du Vieux-Lyon au cours de cette période (cf. tableau 2), on remarque que le nombre de petits commerces traditionnels de proximité a également diminué, mais que l’effectif global des commerces a au contraire augmenté, grâce à l’installation de nouveaux établissements.

Tableau. 2. Evolution de la structure commerciale du Vieux-Lyon (1967-1974)

COMMERCES/ANNÉES

1967

1974

Nombre total de commerces

507

557

– dont commerces « traditionnels »

276

235

– dont établissements nocturnes

81

133

Source : R. LEBEAU, op. cit.

7Toutefois, cette vue d’ensemble doit être nuancée, car la contraction du tissu commercial n’a pas affecté uniformément le quartier Saint-Georges. Ainsi, si l’on compare les distributions des commerces de 1955 et de 1975, on constate que la partie sud, au-delà de l’église, a été globalement beaucoup plus fortement atteinte par le processus de rétraction que la partie nord. A titre d’exemple, à l’extrémité sud de Saint-Georges, la rue de la Quarantaine a perdu les 2/3 de ses commerces en vingt ans (avec 12 commerces en 1955 contre 4 seulement en 1975), alors qu’à l’extrémité nord, le nombre de commerces situés dans l’avenue Adolphe-Max, côté Saint-Georges, est resté stable (avec 7 commerces en 1955 et en 1975).

8Ces évolutions contrastées sont liées en partie aux démolitions d’immeubles précédemment évoquées : c’est évidemment le cas pour la rue de la Quarantaine ; et c’est aussi le cas pour le micro-secteur situé entre le 26 et le 42 rue Saint-Georges, où l’on dénombrait avant la création de la Place Valensio pas moins de 10 commerces :

  • 2 J. DE ROSNAY, op. cit., p. 49.

« Il y avait là un fromager au 26, un garage au 28, un entrepôt au 30, un coiffeur puis un photographe au 32, un épicier au 34, un récupérateur au 36, un cordonnier et un chocolatier au 38, un charbonnier et une dégraisseuse au 40, un marchand de chaussures et “les vins de France” au 42 »2.

9Mais les différenciations relevées s’expliquent aussi très certainement par la position singulière de Saint-Georges : plus précisément, on peut penser que la proximité du quartier Saint-Jean en rénovation a joué un rôle important dans la relative stabilité du tissu commercial au nord du quartier. En tous cas, les rares « nouveaux » commerces qui se sont ouverts à Saint-Georges au cours de cette période, se sont presque tous établis dans cette partie septentrionale.

10Ainsi, dans le domaine commercial, le phénomène de dégradation a été à la fois massif et très inégal, du nord au sud de Saint-Georges.

2 - Le dépeuplement du quartier

11Au niveau démographique, Saint-Georges enregistre également, entre les années cinquante et le milieu des années soixante-dix, une forte décroissance. Peuplé de près de 6000 habitants en 1962 (5830 exactement), il compte en effet treize ans plus tard moins de 4000 habitants (3990 précisément). Plus encore, entre 1968 et 1975, plus d’un habitant sur quatre a quitté le quartier.

12Cette forte décroissance s’explique en partie par les destructions précédemment évoquées de plusieurs immeubles situés à l’extrémité de la rue de la Quarantaine et rue Saint-Georges, par les menaces de démolitions d’autres immeubles, survenues à l’occasion de l’élaboration du Plan d’occupation des sols (dans lequel il fut envisagé un temps d’inscrire l’élargissement de la rue de la Quarantaine – dans sa totalité – et de la rue Saint-Georges – dans sa partie extérieure au secteur sauvegardé), et par le déclin démograghique de Lyon au cours des années soixante – soixante-dix. Mais ce dépeuplement brutal, observable également à la même époque à Saint-Jean et Saint-Paul (mais dans de moindres proportions), résulte plus fondamentalement du mouvement (relativement) global et daté de « désertification » des quartiers anciens centraux des grandes villes françaises : en peu de mots, ce mouvement, qui se situe approximativement dans les années 1965-1975, correspond à l’exode d’une partie de la population des quartiers anciens centraux vers les grands ensembles dotés d’éléments de confort modernistes, qui s’érigent pendant ces années-là dans les secteurs périphériques des grandes villes et dans les banlieues. De fait, l’érosion démographique de Saint-Georges (dans les années 60-75) provient principalement du départ de nombreux jeunes habitants en âge de se marier, et plus encore de nombreux jeunes couples en quête d’un logement, qui s’installent alors à la Duchère, au Point du Jour à Lyon, mais aussi aux Minguettes à Vénissieux, dans le quartier de Parilly à Bron, etc.

13Cette tendance a stoppé brutalement un processus de reproduction de la population qui était particulièrement actif à Saint-Georges jusqu’à la fin des années cinquante. Auparavant, en effet, quand on habitait Saint-Georges et que l’on se mariait – souvent avec une personne qui habitait également le quartier ou qui y travaillait –, on s’installait à Saint-Georges, très souvent dans le logement encore occupé par les (beaux) parents, ou, plus fréquemment encore, par le (beau) père ou la (belle) mère devenus veufs. Ainsi, sur les dix couples installés à Saint-Georges avant 1960 que nous avons interviewés, huit ont emménagé au moment de leur mariage, et sept sont formés d’au moins une personne résidant déjà à Saint-Georges avant le mariage.

14Corollairement, le mouvement de dépopulation de Saint-Georges s’est traduit et par un vieillissement très sensible de la population, et par un accroissement substantiel des ménages à une personne : ainsi, au recensement de 1975, près d’un habitant sur cinq avait 65 ans ou plus, et 41,1 % des ménages étaient des ménages à une personne.

15Mais, là-encore, ce phénomène n’a pas affecté uniformément Saint-Georges. En effet, si l’on examine plus finement ce mouvement de dépopulation, on constate d’importantes disparités à l’intérieur du quartier. Ainsi, par exemple, le taux de dépopulation entre 1962 et 1975 du quai Fulchiron, où prédominaient les copropriétés, a été nettement moins élevé que le taux moyen de dépopulation du quartier ; inversement, les immeubles situés entre la rue du Doyenné et la rue Saint-Georges d’une part, la place François-Bertras et la rue Bellièvre d’autre part, qui étaient souvent à la fois les plus dégradés et les plus peuplés, ont eu dans le même temps un taux de dépopulation qui dépassait très largement ce taux moyen. Par ailleurs, dans certains cas, le départ massif des anciens habitants de Saint-Georges, a été compensé par l’installation de familles étrangères, en particulier maghrébines, qui étaient alors chassées de Saint-Jean du fait de la rénovation : cela a été notamment le cas pour les immeubles de la montée des Epies et de la montée du Gourguillon, qui sont progressivement devenues de véritables « ghettos » à l’intérieur de Saint-Georges. Ainsi, même si le dépeuplement de Saint-Georges a été massif, il a eu localement des effets très contrastés.

16Pour conclure sur ce point, il faut ajouter que si le flux des départs a été très important au cours de cette période, le flux des arrivées a été relativement faible (si l’on excepte les ménages chassés de Saint-Jean), à cause de la concurrence des grands ensembles périphériques bien sûr, mais aussi en raison de la mauvaise réputation de Saint-Georges (liée à son passé, et alimentée notamment en 1970 par l’histoire du « Gang des cagoules », une affaire de truands – largement développée par la presse locale –, dont le « repaire » se trouvait montée du Gourguillon) et surtout en raison du très mauvais état des logements disponibles.

3 - La dégradation du bâti

17La dégradation du bâti du quartier Saint-Georges, entre les années cinquante et le milieu des années soixante-dix est un fait indiscutable, mais plus difficile à cerner que le dépérissement de l’activité commerciale ou que le mouvement de dépopulation, pour deux raisons principales : d’abord parce que les données relatives à l’état du bâti et à son évolution sont très fragmentaires ; ensuite, et surtout, parce que la dégradation du bâti de Saint-Georges ne se confond pas avec la période considérée.

18Datant pour l’essentiel du Moyen-Age, et surtout de l’époque Renaissance (à l’exception des immeubles de l’avenue Adolphe-Max et de la rue de la Quarantaine, érigés dans la seconde moitié du XIXe siècle), le bâti de Saint-Georges, qui se présente très souvent sous la forme de deux corps de bâtiment, de type R + 4 en général, situés dans le prolongement l’un de l’autre (l’un sur rue, l’autre sur cour, avec entre les deux un escalier qui prolonge les loggias à chaque niveau), a en effet connu très tôt, en raison de la marginalisation historique du quartier à l’intérieur de Lyon et au sein même du Vieux-Lyon, des signes de dégradation. Ainsi, sans remonter trop loin dans le passé, on peut noter qu’au XIXe siècle déjà, les logements étaient dans « un état déplorable » :

  • 3 P. BILLAND, op. cit., p. 129-130.

« Les logements de deux à trois pièces, dont le prix de location est abordable aux petites bourses (compris entre 200 F et 400 F) sont partout dans un état déplorable à Saint-Georges. Ils sont mal éclairés, pas de soleil, parfois touchés par les crues de la Saône. Les WC sont presque toujours communs à l’étage, quand ils ne le sont pas pour tout l’immeuble, et répandent une odeur infecte. Les escaliers sont quelquefois sans aucune aération, constamment humides, ils sont mal entretenus, toujours mal éclairés et glissants. Les murs des logements sont noircis par le temps et la malpropreté3. »

19Puis, au cours de la première moitié du XXe siècle, le moratoire sur les loyers (de 1914 à 1939) a accentué ce phénomène ancien de dégradation du bâti, en limitant très sensiblement l’intervention des propriétaires – qui, en outre, lorsqu’ils possédaient des propriétés à la fois à Saint-Georges et à Saint-Jean avaient alors plutôt tendance à privilégier la (ou les) propriété(s) située(s) dans le quartier Saint-Jean.

« La maison située à Saint-Jean avait été entretenue, alors que celle de Saint-Georges ne l’avait pas été. (...) Une maison ne pouvait pas vivre par ses loyers à l’époque qui a précédé la dernière guerre ; il fallait faire un choix et mes parents ont entretenu une maison et n’ont pas pu entretenir l’autre. Il faut dire que la maison de Saint-Jean est mieux située, elle a plus de possibilités et puis je vous l’ai dit il a fallu faire un choix à l’époque et la maison de Saint-Georges a été un peu sacrifiée » (Propriétaire, résidant dans le quartier d’Ainay).

  • 4 Le pourcentage d’immeubles en copropriété à Saint-Georges passe de 16,7 % en 1955 à 37,8 % en 1975 (...)

20Enfin, entre les années cinquante et le milieu des années soixante-dix, ce processus, loin de s’atténuer, s’est encore aggravé à la suite du vieillissement « naturel » des immeubles, à la suite, surtout, de la non prise en charge de ce vieillissement (au niveau local, comme au niveau national), mais aussi en raison de l’essor d’un phénomène relativement nouveau : la mise en copropriété des immeubles, qui rend souvent très difficiles les opérations d’entretien des parties communes4. Toutefois, les incidences de ce dernier phénomène doivent être légèrement nuancées. En effet, le processus de mise en copropriété qui apparaît alors revêt principalement deux formes, opposées, qui génèrent deux cas de figures très contrastés : soit la mise en copropriété de l’immeuble correspond au « partage » d’une uni-propriété entre héritiers, et l’immeuble a alors toutes les chances d’être relativement bien entretenu ; soit la mise en copropriété est le produit de la vente d’une partie ou de la totalité de l’immeuble, réalisée entre un uni-propriétaire qui connaît des difficultés financières et des anciens locataires peu fortunés mais désireux de rester dans les lieux, et l’immeuble malgré quelques travaux à l’intérieur des logements est irrémédiablement condamné à la dégradation. Mais, à Saint-Georges, c’est bien ce second cas qui était le plus fréquent.

21De ces faits, la vétusté du bâti et des logements de Saint-Georges au milieu des années soixante-dix était très importante, comme le confirment les chiffres issus du recensement de 1975, figurant dans le tableau 3 :

Tableau 3. Etat des logements du Vieux-Lyon en 1975

Saint-Georges

Saint-Paul
Saint-Jean

LYON

Eau froide + eau chaude

64,9 %

66,4 %

81 %

Eau froide seulement

34 %

32 %

19 %

Baignoires ou douches

47 %

43 %

67 %

Wc à l’intérieur du logement

52 %

56 %

80 %

Chauffage central

16,6 %

16,2 %

44,4 %

Source : INSEE – Recensement général de la population de 1975 – Dépouillement au 1/5 (au lieu de résidence).

22A la lecture de ce tableau, on remarque en effet immédiatement que les (2135) logements du quartier Saint-Georges étaient très sous-équipés : plus d’un logement sur trois ne disposait pas d’eau chaude ; près d’un logement sur deux ne possédait pas de WC intérieur ; seulement 16,6 % des logements étaient équipés de chauffage central, etc. Toutefois, à première vue, ces chiffres ne distinguent pas particulièrement Saint-Georges de Saint-Jean et de Saint-Paul ; mais les chiffres de la seconde colonne du tableau correspondent à une série de moyennes qui minorent sensiblement les taux d’équipement de Saint-Jean et majorent ceux de Saint-Paul. En revanche, si l’on compare la situation de Saint-Georges à celle de Lyon, on constate sans ambiguïté que les différents taux d’équipement de Saint-Georges étaient très inférieurs aux taux moyens lyonnais. Mais citons encore un chiffre : en 1975, seulement 13,7 % des logements du quartier Saint-Georges étaient considérés comme « confortables », au sens de l’INSEE, c’est-à-dire dotés à la fois d’une baignoire ou d’une douche, de WC intérieur et d’un chauffage central.

23Ainsi, incontestablement, au milieu des années soixante-dix, Saint-Georges abritait des immeubles et des logements dans un état très vétuste. Mais il convient à nouveau de moduler cette vue d’ensemble. En effet, nous y avons fait allusion précédemment, les immeubles plus récents de l’avenue Adolphe-Max et, dans certains cas, de la rue de la Quarantaine étaient en 1975 en bon état. De même, les copropriétés très prisées du quai Fulchiron ne présentaient pas de signes de dégradation. Enfin, quelques maisons situées sur la colline étaient relativement bien entretenues, ou plus exceptionnellement en partie restaurées. Autrement dit, certains micro-secteurs n’étaient pas, ou plus, concernés par l’important processus de dégradation du bâti.

24Il faut dire, et c’est là une autre caractéristique de ce quartier, que Saint-Georges ne constitue pas, en dépit de sa petite taille, et constituait encore moins au milieu des années soixante-dix, en raison des différents processus de dégradation aux effets spatialement inégaux qui viennent d’être évoqués dans ce chapitre, un ensemble homogène.

Notes

1 Voir notamment : Plan Construction, Evolution des quartiers anciens, Bilan thématique, 1982, 222 p.

2 J. DE ROSNAY, op. cit., p. 49.

3 P. BILLAND, op. cit., p. 129-130.

4 Le pourcentage d’immeubles en copropriété à Saint-Georges passe de 16,7 % en 1955 à 37,8 % en 1975 (Source : données personnelles construites à partir du fichier des hypothèques).

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Evolution du nombre des commerces en activité à Saint-Georges (1955-1975)
Légende Source : Données personnelles construites à partir de l’Indicateur lyonnais Henry et de la matrice générale des patentes du secteur Saint-Irénée de 1975.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9101/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search