Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie des lieux

 | 
Jean-Yves Authier

Première Partie. Saint-Georges. Héritages et caractéristiques

Chapitre I. Un quartier en marge

Texte intégral

1Quartier historique et géographiquement central, Saint-Georges apparaît paradoxalement, au milieu des années soixante-dix, comme un quartier rejeté de la ville, en marge du Vieux-Lyon, et en particulier de Saint-Jean. Cette situation originale résulte principalement du mouvement ancien d’urbanisation de l’espace lyonnais et des orientations relativement récentes des politiques urbaines lyonnaises.

1. - Le poids d’une « malédiction historique »1

  • 1 Cette expression est due à F. SCHERRER, cité par R. LEBEAU, voir infra.

2Retracer l’évolution historique de Saint-Georges dans l’espace lyonnais suppose au départ que l’on évoque plus largement l'essor puis le déclin du Vieux-Lyon au sein de l’agglomération lyonnaise, dans la mesure où Saint-Georges se situe à l’intérieur de cet ensemble urbain ancien. Mais il est indispensable, ensuite, de rompre avec l’historiographie commune qui simplifie l’histoire du Vieux-Lyon, en occultant (ou en atténuant) les spécificités de Saint-Georges. Ce faisant, il est possible de conclure à une marginalisation « historique » du quartier Saint-Georges, qui s’apparente bien à celle du Vieux-Lyon, mais qui ne s’y confond pas totalement.

Grandeur et décadence du Vieux-Lyon

3Les origines et l’évolution ancienne du Vieux-Lyon, comme le développement historique de Lyon sont des domaines relativement bien connus, qui ont donné lieu à de multiples publications. N’ayant pas la prétention d’apporter sur ces questions de nouveaux éléments, nous nous permettons de rappeler ici succinctement les grandes étapes de l’histoire urbaine de Lyon, en citant largement le récit de René Lebeau, qui met en évidence, de manière très pertinente, la lente mise à l’écart du Vieux-Lyon. Son histoire commence à l’époque romaine :

  • 2 R. LEBEAU, « Le Vieux-Lyon : un exemple du rôle des quartiers anciens dans les villes contemporain (...)

« On sait que le Lyon romain, “Lugdunum”, capitale des Gaules, était essentiellement construit sur la colline de Fourvière. Mais, au IVe siècle de notre ère, à la fin de l'empire Romain, ses habitants [privés d’eau, par des barbares qui avaient pillé les tuyaux de plomb des aqueducs] quittèrent la colline pour s’installer à son pied, sur une étroite bande de terre, allongée entre le raide versant de Fourvière et la Saône : à peine vingt-quatre hectares. C’est ce que l’on appelle aujourd’hui le Vieux-Lyon.
De fait, jusqu’au XVIe siècle, c’est-à-dire pendant douze siècles, cette longue et mince bande urbaine fut le centre religieux, politique et économique de Lyon.
En réalité, à partir du XIIIe siècle, au-delà du pont qui franchissait la Saône, un nouveau quartier se construisit, plus commerçant, plus populaire, dans la “presqu’île”, la bande de terre longue et étroite étendue entre la Saône et le Rhône, qui coulent parallèlement avant de confluer. Ce nouveau quartier prit une importance croissante au XVIe siècle, celui de la Renaissance, qui vit la “seconde apogée” de Lyon. Néanmoins les organes de direction de la ville restaient bien à l’ouest de la Saône.
C’est au XVIIe et surtout au XVIIIe siècle que, l'urbanisation de la presqu’île s’achevant, celle-ci devint le centre nouveau de la ville. Comme dans toutes les grandes villes françaises de l'époque, se produit alors une tentative d’organisation et de hiérarchisation de la ville autour d’un centre. La centralisation politique et administrative, l’essor du commerce et des échanges y poussent. L'espace médiéval de la presqu’île est peu à peu remanié, des places plus vastes (Bellecour) dégagées, de beaux édifices publics construits (Hôtel de Ville, Hôpital de l’Hôtel-Dieu). Le gouvernement de la ville, l’intendance royale, les hôtels des principales familles s’installent dans la presqu’île, quittant le Vieux-Lyon, dont la décadence, puis la dégradation monumentale commencent.
Le XIXe siècle complète l’élaboration du Centre-presqu’île, par l’“Haussmannisation” due au préfet Vaïsse, qui trace de larges voies urbaines dans le tissu bâti et les borde de grands bâtiments prestigieux. L’essentiel du tertiaire urbain y fut concentré jusqu’aux lendemains de la seconde guerre mondiale.
L'idée essentielle à retenir de cette évolution urbaine est que le centre de Lyon a migré d’ouest en est, occupant trois sites successifs : Fourvière, le “Vieux-Lyon” à l’ouest de la Saône, la “Presqu’île”. Trois sites séparés par des obstacles naturels : le raide escarpement de Fourvière et la Saône. Par-là, Lyon diffère de la plupart des villes d’Europe Occidentale, où le centre-ville actuel s’est édifié aux XVIIIe et XIXe siècles, à l’emplacement même de la ville médiévale et romaine (Dijon, Besançon, Avignon, dans la France du Sud-Est) »2.

4Ainsi, le développement historique de Lyon s’est opéré contre le développement du Lyon historique, et a abouti finalement à la marginalisation du Vieux-Lyon. De fait, le Vieux-Lyon-centre multifonctionnel à l’époque Renaissance devient au milieu du XXe siècle un quartier excentré amputé de son activité commerciale, un espace « mal senti », « mal perçu », déserté par la bourgeoisie et isolé entre la Saône et la colline de Fourvière.

5Bien évidemment, ces tendances générales d’évolution du Vieux-Lyon concernent le quartier Saint-Georges. En d’autres termes, Saint-Georges apparaît aussi, vers 1950, comme un secteur « isolé », « mal senti » et « mal perçu ». Mais l’enclavement et la stigmatisation de ce quartier ont par ailleurs des origines et des formes spécifiques, caractéristiques d’une histoire singulière.

La « petite » histoire de Saint-Georges

6Si l’histoire du Vieux-Lyon est aujourd’hui relativement bien connue, l’histoire de Saint-Georges demeure encore très largement méconnue. Ce constat, en apparence paradoxal, qui renforce indéniablement le caractère « marginal » de Saint-Georges, tient au fait que la plupart des productions consacrées au Vieux-Lyon ont bien souvent confondu le Vieux-Lyon et le quartier Saint-Jean. Or, si le cas de Saint-Jean est effectivement significatif, il ne peut nullement être tenu pour totalement représentatif du Vieux-Lyon. Autrement dit, les travaux sur l’histoire du Vieux-Lyon permettent certes de comprendre certains aspects de l’évolution ancienne de Saint-Georges, mais masquent, voire déforment, également, simultanément, d’autres aspects de cette évolution. C’est dire finalement que l’histoire de Saint-Georges reste à écrire.

7Ce n’est pas notre intention ici. Notre modeste contribution à cette vaste entreprise vise seulement à souligner quelques caractéristiques « historiques » propres à Saint-Georges, ignorées par les « historiens » du Vieux-Lyon, ou parfois même totalement amnésiées par les habitants du quartier.

8Pour commencer, revenons légèrement en arrière : en évoquant précédemment l'histoire du Vieux-Lyon, nous affirmions avec René Lebeau, que « pendant douze siècles, cette longue et mince bande urbaine fut le centre religieux, politique et économique de Lyon ». En réalité, il faut préciser que Saint-Georges a relativement peu contribué au rayonnement ancien du Vieux-Lyon. En effet, les activités religieuses et politiques dont il est question étaient principalement concentrées dans le quartier Saint-Jean (ainsi que dans les rues Juiverie et Lainerie, situées à Saint-Paul). Quant aux activités économiques, leur répartition à l’intérieur du Vieux-Lyon était fortement contrastée.

  • 3 Cité par P. BILLAND, in Etude du rapport famille - habitat, à travers trois périodes de l’histoire (...)

9De fait, quand en 1463 les consuls donnèrent des places spéciales aux marchands qui fréquentaient les nombreuses foires, ils confinèrent « toute mercerie, épicerie, pelleterie le long du palais jusqu’à Saint-Jean. (...) Les estamines, la cannabasserie et la mégisserie, tout au long de la Juiverie et en rue de l’Asnerie ; la pétrolerie, depuis le port Saint-Paul jusques en Bourgneuf ; les bœufs, vaches, veaux, moutons et tout autre bétail, vers la croix de colle ; les pourceaux en la rue tirant de Saint-Georges jusques à Saint-Pierre le Vieux, entre les jardins et les chevaux depuis Saint-Antoine, tirant en Temple et de là autour jusqu’ au pont du Rhône et vers Ainay.3 » Ainsi, alors que Saint-Jean abritait pendant les foires la mercerie et l’épicerie, Saint-Georges concentrait les marchands de porcs.

  • 4 Voir M. GARDEN, « Bouchers et boucheries de Lyon au 18ème », Actes du 92ème Congrès national des s (...)

10Mais ce n’est pas tout : en dehors des foires, alors que Saint-Jean renfermait des activités économiques de prestige, comme l’imprimerie, l’activité principale de Saint-Georges était la boucherie. Cette caractéristique est importante à relever, non seulement parce qu’elle met en évidence une opposition historique entre Saint-Jean-le quartier bourgeois et Saint-Georges-le quartier populaire, mais aussi parce qu’elle confère à Saint-Georges, à travers l’imagerie du boucher et de la boucherie, une image négative, où se mêlent le sang, la cruauté, la tuerie violente, etc. Et cette activité, fortement connotée, que l’on retrouve seulement (au XVIe, au XVIIe, et au XVIIIe siècle) dans trois autres quartiers lyonnais4, a vraisemblablement marqué durablement ce quartier, puisque l’on peut encore recenser sur le plan de Lyon de 1852 une « rue de la boucherie Saint-Georges » (en lieu et place de l’actuelle rue du Doyenné).

  • 5 Voir infra, chapitre III « Un quartier pluriel ».

11Ainsi, à la « belle époque » du Vieux-Lyon, Saint-Georges n’était pas, à la différence de Saint-Jean, un quartier particulièrement «rayonnant». Il faut dire, et ceci est tout à fait essentiel, que ces deux quartiers voisins, qui ont été construits à la même époque, n’abritent pas vraiment les mêmes constructions : Saint-Jean possède un patrimoine d’une grande qualité architecturale, tandis que le bâti de Saint-Georges est plutôt modeste, et en particulier de plus en plus modeste au fur et à mesure que l’on s’éloigne de Saint-Jean5. En conséquence, Saint-Georges a subi plus précocement, et de façon beaucoup plus dramatique, « la décadence et la dégradation monumentale du Vieux-Lyon ».

  • 6 P. BILLAND, op. cit., p. 91.
  • 7 Voir O. ZELLER, op. cit., p. 188-190.
  • 8 Voir J. DE ROSNAY (un habitant du quartier Saint-Georges), Saint-Georges, un village au cœur de Ly (...)

12Plus précisément, dès le XVe siècle, à la pointe du quartier Saint-Georges, « des îlots en voie de désertification servaient d’abri aux pauvres ou devenaient temporairement des zones dites dangereuses »6. Puis, au XVIIe, la pauvreté s’étendit pratiquement à l’ensemble du quartier : ainsi en 1636, 67,6 % des membres du pennonage de Saint-Georges étaient désignés comme pauvres – et il s’agit là très certainement, selon Olivier Zeller, d’une sous-estimation7. C’est pourquoi sans doute, Charles Démia fit construire en 1667, rue Saint-Georges, la première école gratuite de Lyon pour enfants pauvres8.

  • 9 M. GARDEN, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, op. cit., 1970.

13Au XVIIIe siècle, la paupérisation de Saint-Georges s’accentue encore. Selon Maurice Garden9 la paroisse de Saint-Georges est en effet à cette époque une des plus pauvres paroisses de la ville de Lyon. « Sa composition sociale pendant tout le siècle indique une majorité importante des travailleurs de la fabrique qui forment de 65 % à 75 % de la population ». De fait, et cela doit être également souligné, ce quartier a été du XVIe siècle jusqu’à l’invention du métier Jacquart et au développement économique de la soie au début du XIXe siècle, c’est-à-dire bien avant la Croix-Rousse, le quartier lyonnais de la soie. On peut d’ailleurs, au passage, signaler que le père de Laurent Mourguet, le fondateur du personnage de Guignol, était marchand-fabricant en étoffe de soie à Saint-Georges, et que Laurent Mourguet a lui-même été ouvrier en soie chez son père, au cours de sa jeunesse, qu’il a passée pour une large part à Saint-Georges (comme en témoignent aujourd’hui le décor du théâtre de Guignol, où figurent la montée du Gourguillon, la place de la Trinité, le café du Soleil, ou bien la statue située sur la place du Doyenné qui représente Laurent Mourguet). Toutefois, l’histoire de la soie à Saint-Georges ne se confond pas avec celle de la Croix-Rousse. Et si Saint-Georges doit être distingué de Saint-Jean, il doit être aussi différencié de la Croix-Rousse. En effet, Saint-Georges, c’est l’envers de la Croix-Rousse – « haut-lieu » de l’histoire urbaine, marqué par l’industrie textile et les révoltes des canuts de 1831 et de 1834.

  • 10 Voir P. BILLAND, op. cit., p. 109 et s.

14Au XIXe siècle l’aménagement des berges de la Saône et, plus précisément, la construction en 1852 du quai Fulchiron attirent une population plus aisée ; mais Saint-Georges demeure un quartier populaire, relativement pauvre et mal réputé. Ainsi, le dénombrement de la population du quartier Saint-Georges de 1861 fait apparaître parmi les actifs une forte majorité d'ouvriers et de commerçants10. En outre, en 1873, une large avenue (l’actuelle avenue Adolphe-Max) est percée au nord du quartier : elle instaure alors une véritable barrière entre Saint-Georges et Saint-Jean.

15Enfin, en 1944, la destruction du pont d’Ainay, qui était autrefois très souvent franchi par les habitants de la partie sud du quartier, parachève l’isolement de Saint-Georges, qui est alors peuplé de gens modestes, et notamment d’ouvriers employés dans les usines localisées dans le quartier de Vaise (situé non loin de Saint-Georges).

16Ainsi, l’évolution ancienne de Saint-Georges se caractérise et par la mise à l’écart de Saint-Georges par rapport à Lyon, consécutive à la marginalisation du Vieux-Lyon, et par la différenciation historique de Saint-Georges à l’intérieur même du Vieux-Lyon, par rapport à Saint-Jean. Après 1960, cette différenciation va être exacerbée, lorsque les pouvoirs publics vont se « retourner » vers le Vieux-Lyon. Victime une première fois de la marginalisation historique du Vieux-Lyon, le quartier Saint-Georges va subir également la revalorisation publique du Vieux-Lyon.

2 - La sauvegarde du vieux-lyon et ses limites

  • 11 Un projet primé en 1938, au 8e concours de la Société d’embellissement de Lyon, prévoyait de ne ga (...)

17Pratiquement condamné à disparaître sous le règne d’Edouard Herriot (maire de Lyon de 1905 à 1957)11, fortement menacé encore à la fin des années cinquante, le Vieux-Lyon doit sa survie à son classement en secteur sauvegardé en 1964. Epilogue d’une histoire très mouvementée, cet acte prestigieux va rapidement inciter les pouvoirs publics à restaurer le Vieux-Lyon. Mais Saint-Georges, déjà en partie exclu du secteur sauvegardé, sera tenu à l’écart de cette restauration.

La création du secteur sauvegardé du Vieux-Lyon

  • 12 Voir, par exemple, O. GIRERD, S. SAMBIN, Centre historique ou quartier ? Etude des conséquences fo (...)

18Créé le 12 mai 1964, le secteur sauvegardé du Vieux-Lyon est la première concrétisation de la loi Malraux sur la protection du patrimoine bâti. Mais il est aussi le dénouement d’une histoire locale qui a précisément beaucoup contribué à l’établissement de cette loi. Sans trop développer cette question, déjà largement traitée par ailleurs12, nous rappellerons brièvement les faits, avant de dégager les conséquences de cette création pour le quartier Saint-Georges.

19L’idée de préserver le Vieux-Lyon apparaît dès 1946, dans les objectifs d’une toute nouvelle association d’habitants – amoureux des vieilles pierres : la « Renaissance du Vieux-Lyon ». Mais pendant dix ans cette proposition – activement portée, en fait, non pas par cette association, mais par Simone Pelosse, un « personnage » du quartier Saint-Georges, potière de son état, chez qui se réunissaient toutes les notabilités lyonnaises de l’époque (le préfet Ricard, Louis Pradel...) – suscite peu de réactions. Il faut attendre 1958, et l'arrivée au sein de la « Renaissance du Vieux-Lyon » d’une nouvelle équipe dirigeante composée de jeunes hommes dynamiques de la ! Jeune Chambre Economique, pour que cette idée, dépassant le cercle restreint des fondateurs de l’association (et le noyau de gens gravitant autour de la « Belle Potière »), commence enfin à « faire des vagues ».

20De fait, en 1958, M. Donzet, architecte des monuments historiques, élabore un premier programme de restauration des quartiers anciens de la rive droite de la Saône. Ce programme (qui sera suivi de nombreux autres projets) illustre parfaitement le changement de mentalité qui s’opère à l’époque, à Lyon et plus largement dans l’ensemble des villes françaises, à l’égard des immeubles anciens : plus précisément, on assiste alors à un véritable renversement des valeurs vis-à-vis des vieux immeubles qui deviennent un argument touristique primordial, à faire valoir.

  • 13 R. LEBEAU, op. cit., p. 380.
  • 14 Idem, p. 381.

21Deux ans plus tard, en 1960, le mouvement s’accélère brusquement : « le Marché de gros quitte le quai de Saône, où il se tenait ancestralement, ce qui libère de nombreux locaux en rez-de-chaussée, qu’il utilisait comme remises. De nombreux artisans, aidés par des prêts, s’y installent et reconstituent leur aspect ancien : dégagement des plafonds « à la française », réfection des façades voûtées, où ils installent leurs vitrines»13. Mais l’événement le plus important de cette année 1960 survient en novembre : sous l’action conjuguée du préfet du Rhône, de l’architecte des Monuments historiques, et de la « Renaissance du Vieux-Lyon » d’une part, et à la suite d’un marchandage fatal pour le quartier Mercière-Saint Antoine situé sur la rive gauche de la Saône d’autre part, Louis Pradel, le « nouveau » maire de Lyon, signe le 23 novembre un arrêté municipal extrêmement novateur. En effet, cet arrêté interdit dans le Vieux-Lyon toute transformation du bâti sans permis de construire, réglemente de façon très précise l’usage des enseignes extérieures et impose, pour la restauration des magasins, des façades à arcades en pierre ; par là même cet arrêté « traduit pour la première fois une perception globale de l’aménagement de ces quartiers anciens, de l’homogénéité de leur bâti et de leur rôle historique »14.

22S’inspirant de cette démarche, les hauts fonctionnaires du ministère des Affaires culturelles et du ministère de l’Equipement et du Logement élaborent à leur tour une loi sur la protection du patrimoine bâti, plus connue sous le nom de « loi Malraux ». L'idée fondamentale de cette loi, fortement marquée par l’exemple lyonnais et par sa double paternité (culture et urbanisme), est de sauvegarder le patrimoine immobilier français dans son ensemble et, parallèlement, d’améliorer les conditions d’habitabilité des logements. Plus concrètement, cette loi prévoit la création de secteurs sauvegardés à l’intérieur des villes et offre un cadre juridique et financier pour leur restauration.

  • 15 Voir carte no 4, page suivante.

23La loi Malraux est adoptée le 4 août 1962, et deux ans plus tard le Vieux-Lyon, qui avait servi de modèle, devient le premier secteur sauvegardé de France. Mais en réalité, et ceci est tout à fait fondamental, le périmètre du secteur sauvegardé ne recouvre pas entièrement le Vieux-Lyon. Plus précisément, au sud, la limite se situe au beau milieu du quartier Saint-Georges, près de l’église, au niveau du 54 de la rue Saint-Georges15 – là où, il est vrai, le patrimoine bâti devient moins dense, et peut-être d’une qualité architecturale plus modeste (par rapport à la partie nord du quartier). Ce périmètre institue donc une nouvelle frontière à l’intérieur même de Saint-Georges, qui doit beaucoup aux mentalités « urbaines » et aux valeurs « esthétiques » de l’époque. Aussi, Saint-Georges occupe depuis 1964 une position originale, à la marge du secteur sauvegardé, un peu en dedans et un peu au dehors ; ce qui le distingue très nettement (une nouvelle fois) de Saint-Jean, qui est, quant à lui, totalement inclus dans le secteur sauvegardé.

24Mais ce n’est pas tout, car les opérations de restauration immobilière qui vont être entreprises par la municipalité dans le cadre juridique et financier de la loi Malraux vont également, et doublement, pénaliser Saint-Georges.

La politique de restauration du Vieux-Lyon (1964-1975)

25Dès 1964, la métamorphose du Vieux-Lyon « ensemble de vieilles pierres » en Vieux-Lyon « premier secteur sauvegardé de France », célébré par toute la presse nationale, conduit Louis Pradel, jusqu’alors très timoré, à mettre en œuvre une véritable politique de restauration du Vieux-Lyon. Conçue au départ pour transformer le Vieux-Lyon en quartier touristique, cette politique, menée avec plus ou moins de vigueur entre 1964 et 1975, va avoir en définitive un résultat mitigé, positif à Saint-Jean, mais négatif à Saint-Georges et Saint-Paul.

26Concrètement, la municipalité met en place dès 1964 une société d’économie mixte, la SEMIRELY (Société d’Economie MIxte pour la REstauration du vieux-LYon), et lui confie la restauration de deux îlots particulièrement dégradés, les îlots 15 et 18 situés à Saint-Jean, soit au total 50 immeubles, 480 logements et 130 chambres meublées. Aidée par l’Etat et par la municipalité, la SEMIRELY achète une cinquantaine d’immeubles et en restaure au total près de trente, les autres étant revendus avant travaux pour éponger les surcoûts de la restauration. Progressivement, les immeubles réhabilités attirent une nouvelle population plus fortunée (capable d’honorer des loyers qui ont été multipliés par cinq ou six en moyenne) et de nouveaux commerçants. Le quartier Saint-Jean qui, à la fin des années cinquante, périclitait change ainsi radicalement d’image et redevient un lieu attractif.

Carte n o  4 : Le périmètre du Secteur sauvegardé du Vieux-Lyon

27Il n’en va pas du tout de même pour les quartiers Saint-Georges et Saint-Paul. A Saint-Georges, l’intervention des pouvoirs publics au cours de cette période se réduit à la démolition de plusieurs immeubles (rue Saint-Georges) et à l’aménagement sommaire d’une place (la place Bâtonnier-Valensio) sur l’espace ainsi libéré. Plus encore, Saint-Georges subit alors de plein fouet les effets pervers de la restauration, comme l’expliquent Olivier Girerd et Sylvie Sambin :

  • 16 O. GIRERD, S. SAMBIN, op. cit., p. 138.

« Tel un système de vases communicants, la restauration, si elle tend à déprolétariser le quartier Saint-Jean, contribue au contraire à paupériser le quartier Saint-Georges. En effet, beaucoup de vieux, de personnes aux très petits revenus et surtout d’étrangers : Maghrébins avec leurs familles et Portugais refusant de quitter le Vieux-Lyon pour de multiples raisons : attachement, loyers peu chers, se sont réfugiés à Saint-Georges : ce quartier peu à peu se transforme en ghetto et devient le bidonville du Vieux-Lyon»16.

28Ces évolutions divergentes doivent beaucoup au contexte dans lequel s’est élaborée cette politique de restauration du Vieux-Lyon, marqué à la fois par la personnalité de Louis Pradel et par l’attitude de la « Renaissance du Vieux-Lyon » alors en quête de légitimité :

« La restauration a débuté à Saint-Jean car étant donné la mentalité de Pradel, il fallait démarrer par le plus beau pour prouver qu’on avait raison, parce qu’à la sortie le résultat était plus spectaculaire. » (Mme Neyret, Présidente d’honneur de la « Renaissance du Vieux-Lyon »).

29Mais le succès limité de la restauration s’explique aussi par la montée en puissance des chantiers de la Part-Dieu, du cours de Verdun, du tunnel de Fourvière ou du métro, symboles d’un urbanisme moderne» (cher à Louis Pradel), qui ont considérablement réduit les possibilités de traiter les quartiers anciens lyonnais en général et le Vieux-Lyon en particulier.

30Ainsi les limites de la politique nouvelle de sauvegarde et de revalorisation du Vieux-Lyon ont-elles accentué entre 1964 et 1975 la marginalisation ancienne de Saint-Georges, à l’intérieur de l’espace lyonnais, et surtout à l’intérieur du Vieux-Lyon. Ecarté de la politique de restauration du Vieux-Lyon, qui consacre Saint-Jean, écarté des grands chantiers de la politique urbaine lyonnaise, Saint-Georges, le « parent pauvre » du Vieux-Lyon, va subir de plein fouet, durant toute cette période, le phénomène de dégradation des quartiers anciens centraux.

Notes

1 Cette expression est due à F. SCHERRER, cité par R. LEBEAU, voir infra.

2 R. LEBEAU, « Le Vieux-Lyon : un exemple du rôle des quartiers anciens dans les villes contemporaines », in Régions, villes, aménagement. Mélanges jubilaires offerts à J. BEAUJEU-GARNIER, CREPIF, 1987, p. 373-393.

3 Cité par P. BILLAND, in Etude du rapport famille - habitat, à travers trois périodes de l’histoire (1450-1550 ; 1850-1900 ; 1960-1980). Impact de l’Etat et des agents qui produisent l’espace en amélioration-restauration. Cas concret : Saint-Georges à Lyon, Travail personnel de troisième cycle d’architecture, Lyon, 1982, p. 89.

4 Voir M. GARDEN, « Bouchers et boucheries de Lyon au 18ème », Actes du 92ème Congrès national des sociétés savantes, Strasbourg, 1967.

5 Voir infra, chapitre III « Un quartier pluriel ».

6 P. BILLAND, op. cit., p. 91.

7 Voir O. ZELLER, op. cit., p. 188-190.

8 Voir J. DE ROSNAY (un habitant du quartier Saint-Georges), Saint-Georges, un village au cœur de Lyon, texte manuscrit, non daté, p. 48.

9 M. GARDEN, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, op. cit., 1970.

10 Voir P. BILLAND, op. cit., p. 109 et s.

11 Un projet primé en 1938, au 8e concours de la Société d’embellissement de Lyon, prévoyait de ne garder que les monuments les plus représentatifs : Loge du Change, Hôtel de Gadagne, Primatiale St-Jean et Manécanterie.

12 Voir, par exemple, O. GIRERD, S. SAMBIN, Centre historique ou quartier ? Etude des conséquences fonctionnelles et sociales d’une politique d’aménagement - Le Vieux-Lyon, Thèse de 3e cycle d’Etudes Urbaines, Grenoble, 1975.

13 R. LEBEAU, op. cit., p. 380.

14 Idem, p. 381.

15 Voir carte no 4, page suivante.

16 O. GIRERD, S. SAMBIN, op. cit., p. 138.

Table des illustrations

Légende Carte n o  4 : Le périmètre du Secteur sauvegardé du Vieux-Lyon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 656k

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site