Version classiqueVersion mobile

La Vie des lieux

 | 
Jean-Yves Authier

Première Partie. Saint-Georges. Héritages et caractéristiques

Saint-Georges : héritages et caractéristiques

Texte intégral

  • 1 Cité par P. BILLAND, voir infra.
  • 2 Des analyses plus complètes sur les divisions anciennes de Lyon et sur la délicate question de la (...)

1A la différence de nombreux quartiers abusivement qualifiés aujourd’hui « d’anciens », Saint-Georges est un vrai quartier ancien. Ainsi, au XVIe siècle (déjà), il constituait l’un des trente-cinq quartiers de la ville de Lyon, et, plus particulièrement, l'un des quatorze quartiers situés du côté de Fourvière (les autres étant situés du côté de Saint-Nizier, sur la Presqu’île), en compagnie notamment des quartiers dénommés : « Le Gourguillon », « Le Change », « La Juifverie », « Porte froc », etc. Défini alors comme « le quartier depuis la place Saint-Georges devant l’Eglise a commencé à la maison de Pierre Gourt tirant par la grand-rue jusques à la porte sud Saint-Georges retournant à la croix du sable jusqu'aux cloîtres St-Jehan comprises les rues de Ferrachat et de Pisse Estroict »1, il est resté jusqu’à la veille de la Révolution Française (même lorsqu’en 1746 le nombre de quartiers a été réduit à 28), et plus précisément jusqu’au nouveau découpage de la ville en neuf sections (en 1791), un quartier à part entière, qui ne se confondait pas avec la paroisse Saint-Georges, ni avec Saint-Jean2. Toutefois, nous ne chercherons pas ici à reconstituer systématiquement le passé de ce quartier historique, mais bien plutôt à montrer comment, à la suite déjà de phénomènes d’évolution plus ou moins anciens, qui, dans une certaine mesure, préparent les mutations à venir, se présentait le quartier Saint-Georges au milieu des années soixante-dix.

2A cette époque, Saint-Georges est un quartier qui occupe une position curieuse, à la périphérie du Vieux-Lyon, et surtout à la marge du quartier Saint-Jean alors en partie restauré. C’est aussi un « morceau de ville » particulièrement dégradé. C’est également un quartier pluriel, morphologiquement très contrasté. Et puis, c’est enfin un quartier populaire et convivial, mais à « géométrie variable ».

Notes

1 Cité par P. BILLAND, voir infra.

2 Des analyses plus complètes sur les divisions anciennes de Lyon et sur la délicate question de la délimitation des quartiers figurent dans : M. GARDEN, Lyon et tes Lyonnais au XVIIIe siècle. Société d’éditions « Les Belles Lettres », 1970 ; O. ZELLER, Les Recensements lyonnais de 1597 et 1636 : démographie historique et géographie sociale. P.U.L., 1983 ; ainsi que dans le volume no 1 de 1979 de la Revue du Centre d'histoire économique et sociale de la région lyonnaise.

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search