Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie des lieux

 | 
Jean-Yves Authier

Introduction1

Texte intégral

  • 1 Cet ouvrage est la version abrégée et remaniée d’une thèse (nouveau régime) de Sociologie et Scien (...)

1Depuis une quinzaine d’années, les villes sont sans doute beaucoup moins marquées qu’au cours des « trente glorieuses » de l’après-guerre par des mutations spectaculaires, liées à l’accroissement de leur population et à l’extension (ou à la densification) de leur territoire. Mais cela ne signifie pas qu’elles ont cessé de se transformer. Leur physionomie continue en effet de se modifier, mais autrement, par le biais de mécanismes de mobilité, de circulation, de redistribution des populations, qui s’opèrent très largement à l’intérieur même des périmètres urbanisés, ou bien encore par le biais de phénomènes de recomposition qui affectent les espaces urbains existants et qui, parfois, donnent lieu à de nouvelles formes d’interaction, voire de coopération, entre l’Etat, les collectivités locales et les divers acteurs privés. Aussi est-il aujourd’hui nécessaire d’œuvrer pour un renouvellement de la méthodologie et des analyses urbaines. C’est là l’un des objectifs de cet ouvrage, qui se propose d’analyser un problème, nécessairement limité, mais en même temps particulièrement sensible dans l’évolution des villes contemporaines : celui de la réhabilitation des quartiers anciens.

  • 2 A. BOURDIN, Le Patrimoine réinventé, Presses universitaires de France, 1984, p. 30.
  • 3 Voir J. ROSIER, « De l’abandon à la découverte de l’ancien », in DAEI, 40 ans de réhabilitation de (...)

2Derrière cette formulation générique, se dissimule une question à la fois large et ambiguë. Large, parce que la notion de « quartier ancien », qui désignait essentiellement jusqu’au tournant des années quatre-vingt les quartiers « historiques », caractérisés par une accumulation d’expériences et susceptibles de rajeunissement, situés dans les centres des villes, recouvre depuis des situations beaucoup plus variées, englobant non seulement les quartiers centraux des grandes villes, mais aussi les quartiers plus récents, construits par exemple dans les années cinquante et/ou situés dans des secteurs excentrés. Et ambiguë, parce que la notion de « réhabilitation » possède deux acceptions différentes. La première, qui est aussi la plus commune, est associée aux procédures de traitement des quartiers anciens postérieures à 1967, et en particulier aux opérations programmées d’amélioration de l’habitat (OPAH) ; elle désigne toute action (significative) d’amélioration menée sur un logement, un immeuble ou un quartier, en vue d’améliorer son état physique et/ou social, et s’oppose, en ce sens, à la fois à la rénovation, associée pour sa part aux procédures de 1958 et 1959, qui sous-tend une action de remise à neuf, et à la restauration, définie par la loi Malraux et ses suites, « qui s’applique nécessairement à un monument ou à une œuvre d’art et évoque très fortement le retour à un état initial qui lui donne sa valeur »2. La seconde, partiellement reprise dans les textes instituants les OPAH, renvoie au sens ancien du terme «réhabiliter», qui autrefois signifiait « redonner droit de cité », « rétablir une personne dans des droits, une capacité, une situation juridique qu’elle avait perdus », ou bien encore « rétablir un objet, une personne, une idée dans l’estime d’autrui »3, et que l’on peut traduire aujourd’hui par le terme de « requalifier ». Ainsi, la question de la réhabilitation des quartiers anciens peut être entendue plutôt dans le sens étroit d’une action d’amélioration du cadre bâti associée à une procédure bien définie, ou plutôt dans un sens plus large de requalification ou de revalorisation d’un quartier qui avait perdu l’estime ; et elle peut porter soit sur des quartiers anciens centraux, soit sur des quartiers excentrés de construction plus récente.

3Si l’on examine la littérature sociologique consacrée depuis plusieurs années à la thématique des quartiers anciens, force est de constater que les sociologues se sont plutôt penchés sur la dimension opérationnelle de la réhabilitation, en traitant d’abord des quartiers anciens centraux, puis, au fur et à mesure que le « cadre géographique » des procédures s’étendait, ou à l’occasion de l’apparition de nouvelles procédures, d’autres quartiers moins anciens et/ou moins centraux. Ainsi, on dispose de très nombreux travaux traitant de telle ou telle procédure, ou de telle ou telle opération, qui s’efforcent à chaque fois, dans la tradition des études consacrées à la rénovation urbaine, ou en réponse à la « demande sociale », d’analyser les stratégies des différents intervenants, ou bien de mesurer les effets socio-économiques induits par la mise en place de ces procédures ou de ces opérations.

  • 4 Voir A. BOURDIN, « Comment analyser la transformation de l’espace urbain ? L’exemple de la réhabil (...)
  • 5 Voir J.-P. LÉVY, « De l’habitat aux propriétaires, pour une reformulation de la question du logeme (...)

4L’intérêt des travaux de ce type est indéniable, mais en même temps doublement limité, d’une part parce que ces productions font peu de cas des mécanismes de mobilité, de circulation, et de redistribution des populations, qui concourent, semble-t-il, de plus en plus à la recomposition des quartiers anciens, et d’autre part parce qu’elles ne prennent pas en compte les nombreuses réhabilitations « spontanées » de logements et d’immeubles qui s’opèrent hors contexte opérationnel, et souvent aussi hors aides publiques. A ce titre, les analyses développées récemment par Alain Bourdin à propos de la réhabilitation de l’habitat, qui envisagent la réhabilitation « comme une action de revalorisation, spontanée ou concertée, intervenant après un processus de dévalorisation dont l’origine varie (économique, juridique, écologique...) »4, ou, dans un autre registre, les travaux également très récents de Jean-Paul Lévy, d’Albert Mollet, ou d’Odile Saint-Raymond, relatifs aux attitudes et aux comportements des propriétaires bailleurs privés, confrontés ou non à une opération publique de réhabilitation5, constituent sans aucun doute des avancées notables, mais qui demeurent encore insuffisantes, puisque les actions (spontanées et concertées) de réhabilitation du bâti ou des logements ne représentent qu’une composante de la requalification des quartiers anciens.

  • 6 Voir N. SMITH, P. WILLIAMS, Gentrification of the City, Boston, Allen and Unwin, 1986.
  • 7 J. REMY, « Retour aux quartiers anciens. Recherches sociologiques », Recherches sociologiques, vol (...)
  • 8 A. BOURDIN, « Comment analyser la transformation de l’espace urbain » op cit., p. 87.

5Cela dit, si la sociologie des quartiers anciens de ces dix dernières années se présente effectivement très largement comme une sociologie de la réhabilitation, au sens étroit du terme, centrée bien souvent sur la dimension opérationnelle du phénomène, tous les travaux sociologiques relatifs aux quartiers anciens ne se rattachent pas à ce mode d’approche dominant. En effet, d’autres recherches, émanant d’autres chercheurs, abordent la question de la transformation des quartiers anciens, et plus spécifiquement ici des quartiers centraux, en prenant pour objet non pas des procédures, des opérations, ou des actions de réhabilitation, mais des processus ou des phénomènes de revalorisation ou de reconquête de ces espaces anciens centraux : tel est par exemple le cas des travaux anglo-saxons portant sur les phénomènes de « gentrification », qui analysent le renversement des tendances au déclin des quartiers anciens centraux comme un effet des changements sociaux et culturels, et plus précisément comme un effet des micro-décisions des individus appartenant aux couches moyennes6 ; tel est aussi, autre exemple, le parti pris de Jean Rémy, qui analyse le retour au quartier ancien, particulièrement en centre-ville, non comme un effet de mode, mais comme un retournement de tendance, lié à la production de valeurs nouvelles (« la centralité », « la convivialité », « rhistoricité », etc.), portées par différentes catégories d’acteurs7. Focalisés plutôt sur la dimension « spontanée » et dynamique de la revalorisation des quartiers anciens centraux, ces travaux, d’un autre type, apportent incontestablement une contribution originale à la compréhension des phénomènes de réhabilitation. Mais leur travers est inverse, car « (ils) ne forgent aucun instrument pour rendre compte de l’action qui modifie l’espace existant »8, et parce que, surtout, en se limitant à l’analyse des mouvements « spontanés » de reconquête des centre-ville, ils ne traitent pas de l’articulation entre les logiques des populations et les décisions d’aménagement.

6En conséquence, le renouvellement du traitement de la question de la réhabilitation des quartiers anciens, nécessaire pour mieux saisir les modes de transformation des villes contemporaines, suppose de concilier ces deux types d’approches (ces deux orientations problématiques), et de prendre en considération les deux sens du terme réhabilitation.

7C’est le pari théorique qui a été le nôtre ici. Ainsi, nous avons cherché à ne pas réduire l’analyse du phénomène à ses aspects formels, pour ne pas laisser dans l’ombre tout ce qui se passe en deçà de l’institutionnel ; mais, inversement, si nous nous sommes très largement intéressé aux mouvements « spontanés » de réhabilitation, nous n’avons pas renoncé pour autant à l’analyse des interactions entre les décisions (voire les stratégies) des acteurs institutionnels et celles des acteurs privés. Plus fondamentalement, nous avons choisi d’appréhender (d’emblée) la réhabilitation des quartiers anciens (et non pas seulement la réhabilitation de l’habitat), comme un phénomène dynamique, ou mieux encore, comme le produit de processus multiples et variés, plutôt que comme l’effet d’une cause unique.

8Ce pari théorique s’est accompagné d’un parti pris méthodologique, qui a consisté à opter pour une approche localisée, de type monographique. Plus précisément, pour saisir ces processus et, surtout, pour comprendre comment tous ensemble ils s’imbriquent et interfèrent (pour produire au bout du compte du changement social), nous avons centré délibérément l’analyse sur le cas d’un quartier dont l’évolution est à la fois singulière et en même temps soumise à des processus plus généraux. Ce faisant, nous avons cherché à aller jusqu’au bout de l’étude intensive de ce quartier particulier pour en extraire la substance d’un modèle intellectuel transposable à d’autres contextes urbains comparables, ou, en d’autres termes, pour déceler dans l’exemple ce qu’il avait d’exemplaire.

  • 9 Voir cartes, page 18 et 19.

9L’exemple que nous avons retenu est celui du quartier Saint-Georges à Lyon, ou plus justement celui de l’évolution du quartier Saint-Georges entre le milieu des années soixante-dix et le milieu des années quatre-vingt. Dans les pages qui suivent, et singulièrement dans la première partie de cet ouvrage, nous aurons l’occasion de présenter plus en détail les principales caractéristiques de ce quartier, qui compose avec les quartiers Saint-Jean et Saint-Paul ce que l’on appelle le « Vieux-Lyon »9 ; mais sans doute faut-il brièvement préciser ici les raisons qui nous ont conduit à choisir d’une part ce quartier, et d’autre part cette période d’observation. Dans le premier cas, notre choix a été motivé par le caractère très ancien de Saint-Georges, par sa situation curieuse et sensible de quartier à la fois marginal et en même temps contigu à un haut-lieu de la restauration immobilière (Saint-Jean), et parce que Saint-Georges avait fait l’objet, entre décembre 1982 et décembre 1985, d’une opération programmée d’amélioration de l’habitat (OPAH). Dans le second cas, notre choix a été dicté très logiquement par notre projet (théorique) de ne pas réduire l’étude de la réhabilitation à l’analyse de sa dimension opérationnelle ou, en d’autres termes, par notre souci de dépasser la pure monographie de l’opération pour arriver à penser le processus de transformation, ses déterminants et ses formes. Bien sûr, dans ce second choix, le découpage opéré comporte, comme tout découpage, un caractère arbitraire. En effet, on ne peut pas nier l’existence de formes de changement avant 1975, ou après 1985. Mais ce découpage, opératoire, possède une certaine pertinence, puisque la période 1975-1985 semble bien constituer une période charnière dans la transformation de ce quartier.

10Pour analyser concrètement la réhabilitation de Saint-Georges entre le milieu des années soixante-dix et le milieu des années quatre-vingt, pour comprendre comment cet espace urbain s’est réinséré à ce moment-là dans un ensemble urbain plus vaste, nous avons mené diverses investigations, avec pour souci principal à la fois de recueillir un grand nombre de données « objectives » relatives à son évolution et de confronter ces données aux discours des agents (ou des acteurs) impliqués dans cette évolution. Plus précisément, comme dans tout travail de type monographique, une première démarche a consisté à prendre connaissance des divers documents (études, ouvrages, articles de presse) concernant le quartier Saint-Georges, et plus largement le Vieux-Lyon. Puis nous avons cherché, à l’aide de diverses sources documentaires, à construire une série d’indicateurs des transformations locales, en ne nous limitant pas ici bien évidemment à la période comprise entre le milieu des années soixante-dix et le milieu des années quatre-vingt. Ainsi, en prenant appui d’une part sur un annuaire lyonnais, et d’autre part sur les matrices générales des patentes et taxes professionnelles, nous avons pu reconstituer l’évolution de la structure commerciale du quartier entre 1955 et 1985. De même, grâce au fichier des hypothèques relatif à Saint-Georges, auquel nous avons pu avoir assez exceptionnellement accès, il nous a été possible de saisir toutes les mutations immobilières qui se sont opérées entre 1956 et 1986. Enfin, par le biais des recensements généraux de la population de l’INSEE (de 1975 et de 1982, essentiellement) nous avons pu suivre un moment de l’évolution socio-démographique du quartier.

11Etape indispensable pour repérer des phases d’évolution, des formes de changement, ce travail quantitatif a été complété ensuite par un travail plus qualitatif, basé sur une série d’entretiens semi-directifs, réalisés auprès de commerçants (à l’automne 1985), de résidants et de propriétaires bailleurs (au cours de l’année 1986, soit quelques mois après la fin de l’opération programmée d’amélioration de l’habitat). Ces entretiens enregistrés, d’une durée variable, portant sur leurs pratiques, sur leurs représentations du quartier et de son devenir, mais aussi sur leurs itinéraires (résidentiels, professionnels, etc.), ou bien encore sur leurs projets, nous ont permis de recueillir de nouvelles informations relatives à l’histoire récente de Saint-Georges, de mieux apprécier les changements révélés par les données quantitatives, de repérer éventuellement d’autres changements, de saisir leurs manières d’être à Saint-Georges, et surtout de comprendre leurs comportements dans certaines situations, leurs conduites face aux changements et, le cas échéant, leurs stratégies.

  • 10 Une présentation détaillée de ces multiples investigations est proposée en annexe de notre thèse, (...)

12Enfin, une partie importante de notre travail de terrain a été consacrée à l’ΟΡΑΗ, et plus largement aux diverses actions menées par les pouvoirs publics. Dans ce cadre, les entretiens évoqués précédemment, et en particulier les entretiens des propriétaires bailleurs, résidant ou non à Saint-Georges, ont bien entendu été mobilisés. Mais d’autres investigations ont été menées. Ainsi, un second travail de recueil de données a été engagé, non sans difficultés, pour établir le bilan des immeubles et logements réhabilités. De même, une nouvelle série d’entretiens, plus libres, a été effectuée auprès d’une quinzaine de personnes (élus, techniciens, responsables associatifs, etc.). Et de nouveaux documents (courriers, bulletins, journaux des associations, pétitions, documents d’urbanismes divers, etc.) ont été consultés10.

13Le texte qui suit est le produit de ces diverses investigations et plus largement le reflet d’une démarche qui s’est voulue résolument inductive. Il se décompose en trois parties. La première est consacrée à la présentation des caractéristiques du quartier Saint-Georges et de sa situation au milieu des années soixante-dix – qui déjà découle de divers processus d’évolution. Puis, dans la seconde est proposé un récit de la transformation de Saint-Georges entre le milieu des années soixante-dix et le milieu des années quatre-vingt, qui s’attache à mettre en évidence la succession des changements et des opérations qui ont contribué à sa réhabilitation, ainsi que les différentes logiques d’action des agents et des acteurs impliqués dans ces changements et dans ces opérations. Enfin, la troisième partie tente de formaliser l’analyse de ces transformations en se fondant non plus seulement sur des logiques d’acteurs mais sur leur entrecroisement, à travers l’élaboration d’un modèle théorique, établi par une introduction plus systématique du temps et des interactions entre acteurs et temporalités différentes.

14Sans doute, ce mode d’exposition (qui dissocie étude de cas et modèle), en reportant le jeu des entrecroisements et des interactions, affaiblit-il dans une certaine mesure, à certains moments, l’analyse du cas, dont la lecture ne se complète véritablement qu’in fine. Mais il traduit la préoccupation qui a été la nôtre de ne pas gommer la dimension essentiellement dynamique de notre entreprise.

15Cette dernière a bénéficié de la compréhension, des conseils, ou de l’aide efficace de diverses personnes. Sans pouvoir toutes les citer ici, nous tenons à dire d’abord toute notre gratitude à Yves Grafmeyer qui a constamment soutenu et encouragé notre travail et qui par ses nombreuses et judicieuses suggestions, critiques ou remarques a beaucoup enrichi les analyses produites. Nous remercions également Henri Coing, Maurice Garden, Marcel Roncayolo et Alain Tarrius, qui ont eu l’amabilité de nous faire part de leurs précieuses appréciations. Nous adressons aussi tout particulièrement nos remerciements à Bernard Bensoussan avec qui nous avons eu à différents moments de notre entreprise des discussions très fécondes, ainsi qu’à Yane Golay qui nous a fait l’amitié d’accepter d’exercer ses talents de lectrice extrêmement vigilante pour assurer le travail de relecture et de correction. Enfin, ce livre n’aurait pu exister sans le concours des nombreux habitants, commerçants et propriétaires du quartier Saint-Georges que nous avons sollicités au cours de notre enquête de terrain, ni sans l’étroite collaboration de plusieurs autres personnes impliquées à des titres divers dans l’évolution de ce quartier ; qu’ils trouvent ici l’expression de notre reconnaissance.

Carte n o  1 : Le quartier Saint-Georges à Lyon.

Carte n o  2 : Saint-Georges, Saint-Jean, Saint-

Paul : Le "Vieux-Lyon".

Carte n o  3 : Le quartier Saint-Georges.

Notes

1 Cet ouvrage est la version abrégée et remaniée d’une thèse (nouveau régime) de Sociologie et Sciences sociales préparée sous la direction de M. le professeur Yves Grafmeyer et soutenue en janvier 1992 devant l’Université Lumière/Lyon 2, sous le titre La ré-habilitation du quartier Saint-Georges à Lyon : processus, logiques d’acteurs et changement social.

2 A. BOURDIN, Le Patrimoine réinventé, Presses universitaires de France, 1984, p. 30.

3 Voir J. ROSIER, « De l’abandon à la découverte de l’ancien », in DAEI, 40 ans de réhabilitation de l’habitat, Editions Economica, p. 6.

4 Voir A. BOURDIN, « Comment analyser la transformation de l’espace urbain ? L’exemple de la réhabilitation de l’habitat », Espaces et Sociétés, no 52-53, 1989, p. 85-105 (citation p. 103). C’est nous (J.-Y. A.) qui soulignons.

5 Voir J.-P. LÉVY, « De l’habitat aux propriétaires, pour une reformulation de la question du logement », Revue de géographie de Lyon, vol. 64, no 3, 1989, p. 162-168 ; A. MOLLET, « Les propriétaires bailleurs privés : attitudes et comportements », Les Annales de la recherche urbaine, no 41, 1989, p. 81-86 ; O. SAINT-RAYMOND, Les Propriétaires bailleurs privés et leur patrimoine : d’une typologie à une dynamique, Communication écrite dans le cadre de la conférence internationale sur les enjeux urbains de l’habitat, CILOG, Paris, 3-6 juillet 1990.

6 Voir N. SMITH, P. WILLIAMS, Gentrification of the City, Boston, Allen and Unwin, 1986.

7 J. REMY, « Retour aux quartiers anciens. Recherches sociologiques », Recherches sociologiques, vol. 14, no 3,1983, p. 297-319.

8 A. BOURDIN, « Comment analyser la transformation de l’espace urbain » op cit., p. 87.

9 Voir cartes, page 18 et 19.

10 Une présentation détaillée de ces multiples investigations est proposée en annexe de notre thèse, op. cit., p. 334-354.

Table des illustrations

Légende Carte n o  1 : Le quartier Saint-Georges à Lyon.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Carte n o  2 : Saint-Georges, Saint-Jean, Saint-
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9089/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Carte n o  3 : Le quartier Saint-Georges.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/9089/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

© Presses universitaires de Lyon, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site