Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Avant-propos

Jean-Claude Bonnet, Henri Duranton, Pascale Ferrand, Robert Favre, Claude Labrosse, A. Machet et Pierre Rétat

Texte intégral

1Ce volume double des Études sur la presse au XVIIIème siècle accueille tout naturellement les actes de la table ronde sur la presse ancienne qui s’est tenue à Lyon les 12 et 13 juin 1981. Notre équipe a pu la préparer et l'organiser dans le cadre du groupement de recherche sur les textes modernes (GRECO No 1 du CNRS), qui a déjà proposé aux chercheurs internationaux des tables rondes sur l’histoire de la ponctuation et la bibliographie matérielle, et en proposera bientôt sur la méthodologie des éditions critiques.

2Une rencontre sur l’étude de la presse ancienne, pour en établir autant que possible le bilan actuel et en tirer des perspectives d’avenir, semblait s’imposer. Il vient au terme des nouveaux progrès accomplis en ce domaine depuis le colloque d’Utrecht de janvier 1970, qui réunissait autour de Marianne Couperas tous ceux qui tentaient d’explorer le champ si riche des périodiques antérieurs à la Révolution, et de communiquer une nouvelle impulsion à la recherche. La liste serait longue des publications individuelles et collectives qui, depuis lors, ont précisé nos connaissances, multiplié les angles d’approche et procuré à la communauté scientifique des instruments de travail essentiels. La « Table chronologique des périodiques de langue française publiés avant la Révolution», dressée par J. Sgard à la fin des actes du colloque d’Utrecht, s’amplifie à mesure des inventaires qu’il met à jour pour préparer le Dictionnaire des journaux qui fera suite au Dictionnaire des journalistes.

3En suscitant une nouvelle réunion de réflexion et d’échanges, notre équipe désirait faire le point des acquis, cerner des problèmes, dégager des voies de prospection nouvelles. L’ambition était peut-être excessive, de prétendre à une vue globale dans un domaine aussi complexe, diversifié, aux confins parfois incertains, que celui du périodique ancien. Il n'y allait pas moins que d’aborder les problèmes d’inventaire et de définition ; d’organisation, de transmission et de diffusion de l’information ; des formes, des contenus, des langages du journal ; de la réception, de l'influence et de la consommation ; des aires linguistiques et nationales ; des rapports à la littérature, des modes d'énonciation, des stratégies narratives... Tel était le vaste panorama que nous offrions dans un premier appel de participation. Il dépendait de chacun de choisir son site et son angle de vue. Mais il semble que le pari a été tenu. La presse ancienne mobilise assez d’énergies et fait l’objet d’approches assez variées pour que presque chacune des rubriques prévues ait été abordée, et que l’éclairage soit porté sur les aspects les plus importants de l’information aux XVIIème et XVIIIème siècles.

4Il faut sans doute se féliciter que des contacts fructueux aient été établis entre des chercheurs de différentes disciplines : bibliothécaires et archivistes, historiens, linguistes, « littéraires », spécialistes de l’information et de la communication à l’époque moderne. La rencontre a bénéficié de recherches neuves, très diverses ; les communications se groupaient en massifs qui ont dicté la distribution des matières et du temps de la table ronde. La diffusion préalable des textes photocopiés auprès des participants a permis de consacrer la plus grande part des deux journées prévues à des discussions qui suivaient une brève présentation par les auteurs des grandes lignes et des principales conclusions de leur travail. On trouvera ici, à la fin de chaque partie, une synthèse succincte des discussions. Il était naturellement impossible d’en transcrire l'intégralité.

5La première journée a été ouverte par M. Garden, vice-président chargé de la recherche à l’université Lyon II, directeur du Centre d’histoire économique et sociale (Centre Pierre Léon) ; la seconde par M. Pouilloux, directeur scientifique du secteur humanités au CNRS. Ils ont voulu ainsi manifester l’intérêt que portent et l’université et le CNRS à nos équipes et à nos recherches. Nous les en remercions vivement.

Auteurs

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540