Version classiqueVersion mobile

L'“illettrisme” en questions

 | 
Jean-Marie Besse
, 
Marie-Madeleine de Gaulmyn
, 
Dominique Ginet
, 
et al.

Deuxième partie. Recherches psycholinguistiques et sociolinguistiques sur l’illettrisme

Normes et écritures

De quelques représentations recueillies auprès de personnels dits “de basse qualification”

Dominique Bourgain

Texte intégral

1. POUR UNE ANALYSE DES REPRÉSENTATIONS SOCIALES DE L’ÉCRITURE

  • 1 Qu’une part plus ou moins large de ce travail de scripturation soit intériorisée au point qu’un in (...)
  • 2 C’est à dessein que j’emploie le terme “écrire”, plutôt qu’”écriture”. Il importe en effet de gard (...)

1Avant toutes choses, je voudrais préciser ma position sur deux points. D’abord, les modes de désignation de l’autre ne me paraissant nullement innocents, je n’emploierai pas ici les termes d’illettrisme ou d’illettrés mais parlerai de publics en grande difficulté dans leur comportement scriptural. D’autre part, sans nier ce qui pourra paraître contestable dans le choix que j’ai fait, il ne sera question ici que du fait d’écrire, compris comme une double activité : à la fois production d’une trace (scription) et scrutation de cette trace pour un travail sur la trace (scripturation)1. Cette scrutation relève certes du comportement lectoral, mais elle y constitue une activité toute spéciale gouvernée par la réalisation d’un objet langagier écrit, réalisation dont elle participe2.

1.1. De la difficulté d’écrire

2Cela étant dit, ayant eu à travailler à l’élaboration de matériels pédagogiques pour des adultes, dits “de basse qualification”, en grande difficulté dans leur comportement scriptural, il m’est apparu d’emblée qu’aucune formation dans ce domaine ne saurait être pensée sans avoir égard à ces publics d’apprenants, c’est-à-dire à ce qui les caractérise. A tout le moins, tout projet de formation implique ici que l’on dispose tout à la fois, d’une certaine conception du sujet apprenant (continuant à apprendre) à écrire, d’un modèle de compréhension de ce que c’est qu’écrire, ainsi que d’un cadre théorique qui permette d’appréhender les relations existant entre ce sujet et le fait d’écrire. La difficulté d’écrire n’est pas, sui generis, en effet dans les opérations que ce type de comportement implique mais en celui-là même qui, ayant à écrire, vit ces opérations d’une certaine manière et entretient de ce fait avec l’écriture un rapport tel qu’il lui paraît possible ou non de fabriquer un (tel ou tel) objet scriptural et de le fabriquer de telle ou telle manière.

3Je n’ai donc pas cherché à analyser les écrits de ces adultes – ce qui ne m’aurait fourni aucune hypothèse explicative sur leur conformation particulière et moins encore sur le “refus”/évitement d’écriture chez lesdits adultes – mais à saisir l’expérience subjective, le vécu, que ces derniers ont de l’écriture : cette expérience subjective fait partie des conditions objectives de leur comportement scriptural. Or, dès l’approche première de cette expérience, il apparaît que si n’importe quel membre de notre société semble éprouver la pénibilité du travail scriptural, et cela avec plus ou moins d’intensité selon le type d’objet à écrire, un rapport malheureux sans aucune mesure avec cette pénibilité marque le comportement scriptural de ceux dont la scolarité a été des plus courtes et qui ont peu d’occasions d’écrire dans leur vie professionnelle.

1.2. Place des représentations dans une problématique de l’écriture

4Pour eux, comme pour tout autre, la matière même de ce rapport est faite des représentations que chacun se fait de ce que c’est qu’écrire, c’est-à-dire des savoirs d’un genre particulier (ceux qui résultent du mode de connaissance qu’est le “sens commun”, par différence aux savoirs savants) que chacun a, entre autres, de ce à quoi cela sert d’écrire, de ce en quoi cela consiste, des raisons qui expliquent, à ses propres yeux, le degré de maîtrise qu’il a atteint – et que d’autres peuvent atteindre – dans ce comportement, ou encore, des règles auxquelles doivent satisfaire tel ou tel écrit. Plus précisément, ces savoirs forment ensemble, pour tout individu vivant dans notre société (qu’il ait appris à écrire ou non et qu’il écrive ou non), sa théorie de l’écriture, c’est-à-dire ce que sont, à ses propres yeux, les propriétés et fonctions de cette activité, ce qu’est son fonctionnement dans ses mises en œuvre, d’une part, dans la diversité des pratiques possibles, telles que cet individu les identifie, et, d’autre part, dans les variations possibles des performances auxquelles peut donner lieu chacune de ces pratiques, telles qu’il est à même d’envisager ces variations, compte tenu des représentations qu’il a des règles et normes régissant la production scripturale.

5Sans ce travail du Sens commun, par lequel tout scripteur effectif ou potentiel charge de significations l’écriture et lui donne sens, cette dernière lui resterait tout à fait extérieure, à dire vrai impensable. En la faisant entrer dans l’ordre du pensable, le Sens commun ne la rend pas seulement définissable et dicible d’une certaine manière mais virtuellement envisageable, c’est-à-dire la fait entrer dans l’ordre du non-faisable pour soi ou du faisable d’une certaine manière. Plus précisément, par le rapport à l’écriture que ces représentations comprennent en elles-mêmes, elles contribuent de façon décisive à définir chez un individu la façon dont il se tient personnellement concerné – en quoi, pourquoi et comment – par le fait d’écrire.

  • 3 Par exemple, il apparaît ainsi que le degré de maîtrise de l’écriture visé par tel ou tel apprenan (...)

6Comme instance évaluatrice, de comparaison avec les autres, et instance de sélection et d’orientation du comportement scriptural, les représentations qu’un individu se fait de l’écriture en soi et de sa mise en œuvre possible chez les autres et lui-même, pèsent également sur la décision qu’il peut prendre de suivre ou non une formation et participent à la définition des objectifs qu’il se donne. Enfin, comme lieu d’interférence de sa théorie d’écriture et de sa théorie de l’apprentissage de l’écriture (de lui-même et des autres comme scripteurs et comme apprenants et comme enseignant), elles façonnent ses attentes en formation, tout autant en termes de contenus et de démarches que de relation pédagogique3. Au cours de la formation, les mêmes phénomènes ne cessent de jouer mais il s’y ajoute quelque chose de tout à fait fondamental : en tant que corps constitué et cohérent à sa manière de savoirs non savants et en tant que produit d’un mode de connaissance résultant d’une histoire collective et individuelle, les représentations qu’un individu a de l’écriture forment le système cognitif au sein duquel va se produire ou non l’apprentissage : elles sont ce qui se trouve transformé s’il y a apprentissage et ce qui doit l’être pour qu’il se produise un apprentissage.

  • 4 Ces savoirs ne sont pas en effet à considérer en termes de “vrai”/”faux” mais dans les fonctions q (...)

7Encore faut-il disposer d’un cadre théorique de référence à partir duquel caractériser ces représentations de l’écriture, délimiter leurs spécificités4 et qui permette d’ébaucher un modèle de compréhension du sujet écrivant.

2. ÉCRIRE : VERS UNE PROBLÉMATIQUE DE LA NORME

2.1. Diversité de l’écriture et pluralité de ses dimensions

  • 5 La nature même de l’activité qui consiste à écrire et la compréhension de l’actualisation/non mise (...)

8Pour le propos qui est le mien ici, j’énoncerai une problématique de l’écriture (parmi d’autres possibles) selon quatre axes directeurs, recoupant quatre champs disciplinaires : la linguistique, la psychologie, la sociologie et l’anthropologie5.

  1. Ecrire est un comportement signifiant : il consiste en la fabrication d’un objet langagier, spécifique par sa matérialité, au terme d’un ensemble d’opérations (à géométrie variable) travaillées par la langue et par lesquelles un sujet écrivant travaille la langue (sur et avec la langue) pour répondre aux conditions particulières de la production de sens dans une forme qui tend (avec plus ou moins de succès) à être “culturellement recevable”6. Ces opérations par lesquelles “un message se trouve graphié et susceptible de lecture7” doivent être comprises avec leurs conditions de réalisation dans un ordre de situations majoritairement caractérisables par l’absence du partenaire de la communication au moment de la production du message, conditions parmi lesquelles sont à compter celles de l’appropriation par le sujet écrivant de ce mode d’actualisation de la langue et de ses mises en œuvre possibles dans la société d’où il vient et/ou dans laquelle il vit et/ou en direction des membres de laquelle il écrit (ce n’est pas nécessairement la même). C’est dire là que l’analyse de ce qui relève d’une situation de communication ne suffit pas plus à définir la fabrication d’un écrit que l’analyse des opérations linguistiques impliquées par cette fabrication. Encore faut-il cerner ce qui caractérise, dans cette production, la position de celui qui écrit, du fait notamment de ce qui le définit comme sujet psychologique et comme agent social, situé en un lieu donné de l’espace social.
  2. Le fait d’écrire recouvre un ensemble de pratiques sociales mobilisant une technique reposant sur un triple consensus : de codage, de normes et de règles d’usage. C’est dire là que la production d’un objet écrit est une activité socialement structurée, qui s’est façonnée au cours de l’histoire des interactions caractérisant le mode de fonctionnement de telle ou telle société. La maîtrise de cette technique relève donc d’un processus à la fois auto-et hétéro-généré, intra-et extra-psychique, non seulement parce qu’elle donne lieu à une inculcation expresse et explicite (au moins en ce qui concerne la maîtrise des opérations de scription, liées à l’apprentissage d’un code de signifiants graphiques), mais aussi parce qu’au delà des “pédagogisations” diverses auxquelles le comportement scriptural peut donner lieu, l’histoire du processus de son appropriation chez un sujet est la même que l’histoire de ses interactions par et à propos de l’écriture avec les autres (la “classe” n’étant pas, bien entendu, le seul lieu social de ces interactions). Le fait d’écrire (écrire ce qui s’écrit comme cela s’écrit) a une histoire dans notre société et une histoire, non indépendante de celle-ci, dans le psychisme de tout scripteur potentiel appartenant à cette société. Ainsi, non seulement écrire est une activité socialisée mais tout autant une activité socialisante : son appropriation fait partie du processus de socialisation d’un individu. Ecrire (ne pas écrire), participer à telle ou telle pratique scripturale (et non à telle autre), aboutir à tel ou tel produit scriptural plus ou moins acceptable, c’est dire la part que l’on a/prend dans la vie de la société, manifester sa socialité en même temps que le degré de son intégration sociale : dans notre société contemporaine, la maîtrise plus ou moins grande de l’écriture délimite pour une large part la surface plus ou moins vaste, qu’occupe chacun des membres de cette société dans un partenariat de l’exercice des pouvoirs qui travaillent cette dernière.
  3. Ecrire est, entre autres, je tiens à insister sur ce point, une activité qui sert au contrôle de son propre processus du seul fait qu’elle est le moyen de produire une trace sur laquelle s’exerce un type particulier de Raison : la Raison graphique8. L’écriture ne se réduit pas à la mise en œuvre d’une “mémoire auxiliaire externe”, ni à ses fonctions expressives et communicatives ; mais c’est également effectuer des opérations sur des objets symboliques manipulables, déplaçables, modifiables sur une surface. “Nouvelle aptitude intellectuelle” dit J. Goody (ibid.), “algèbre du langage” et “représentation d’une représentation”, disait déjà Vygotsky9, son apprentissage exige une série non finie de ruptures avec le fonctionnement psychique antérieur, celui de la profération orale : la page (ou ce qui en tient lieu) est ici l’espace, par définition, de la mise en œuvre de l’écrire et de l’apprentissage, jamais achevé, de cette mise en œuvre. On a affaire là à une réorganisation continue du système psychique antérieur, rendue possible par le rapport de distanciation qu’autorise la production d’une trace sur laquelle œuvre une main sous le contrôle de l’œil.
  4. Enfin, il n’existe pas d’homogénéité de notre société au plan de la scripturalité, au moins pour deux raisons. Premièrement, il ne s’agit pas ici de la seule dispersion des savoirs (savants et non savants) sur l’écriture, sinon de leur forclusion les uns par rapport aux autres. Le problème est que notre société ne saurait être définie comme étant seulement de “tradition d’écrite” (tradition du Droit, de la Religion, du Savoir et de la Politique) : elle est, dans bien des domaines et en bien des espaces, une société de “tradition orale”, jusques et y compris d’ailleurs dans le processus de la transmission expresse des savoirs et savoir-faire concernant le comportement scriptural. Ainsi, au-delà d’une répartition des rôles entre différents corps de métier dans la fabrication de tel ou tel écrit particulier (supports, instruments scripturaires, duplication, diffusion etc.), une distribution des tâches scripturales se dessine dans notre société, superposable pour l’essentiel avec la distribution des places qu’occupent les membres de cette société dans l’organisation de cette dernière et, plus spécialement, avec la distribution des rôles économiques et celle de l’exercice des pouvoirs : ce n’est pas l’affaire de n’importe qui que d’écrire une loi, un catéchisme, une publicité, un éditorial, etc. Il y a des spécialistes de l’écriture : au-delà des membres de la communauté savante ayant en charge d’écrire des discours savants sur ce qu’écrire veut dire, ce sont tous ceux pour qui, à des degrés divers, l’exercice professionnel passe plus ou moins nécessairement par une activité scripturale (notaires, médecins, enseignants, journalistes, etc.), tandis que d’autres – notamment ceux que l’on appelle les “ouvriers manuels” – n’ont que peu, sinon aucune occasion professionnelle d’écrire.
  • 10 D. BOURGAIN, 1990, pp. 71-96.

9Secondement, les pratiques scripturales sont traversées par les autres media et techniques – et les traversent aussi – et cela, il me semble, davantage aujourd’hui que hier. De nouvelles pratiques de communication relevant d’autres technologies ont concurrencé les fonctions sociales qui étaient les leurs jusqu’à ces dernières décennies, remettant en cause leurs propriétés fonctionnelles, sinon structurelles : des pratiques scripturales aboutissant à des produits labiles sont apparues en même temps que la parole a perdu son évanescence grâce à la permanence du support magnétique"10. Il s’aperçoit mieux ainsi que la classique partition entre produits scripturaux et produits oraux résiste mal à une analyse exigeante : écriture et oralité s’interpénétrent constamment, qu’il s’agisse de préparer par écrit une prestation orale, de créer dans un texte les discours d’une communication en face à face, ou encore de ces pratiques que l’on peut qualifier “d’intermédiaires” dans lesquelles le parleur décalque une pratique scripturale largement codifiée dans/par l’exercice d’une profession (avocat, notaire, médecin, assureur, etc.).

2.2. Pour une problématique de la norme

  • 11 Pour reprendre ici l’appareil conceptuel construit par P. BOURDIEU dans son analyse des échanges l (...)
  • 12 Quelle que soit la définition que l’on donne à ce terme. La norme peut être en effet entendue comm (...)
  • 13 Une autre question est de déterminer à quel degré un écrit intègre ces usages valorisés/recommandé (...)

10Or, que l’on en ait une claire conscience ou non, tout objet langagier entrant dans un échange donne lieu à une évaluation. Cette évaluation consiste en une opération de mesurage requérant un autre objet qui serve d’aune et soit reconnu comme tel par les protagonistes de l’échange. Ainsi, il n’est pas de production (ou de réception) d’un message verbal qui ne suppose la mise en œuvre d’un outillage de critères, supposé/vécu comme consensuel, définissant à tout le moins l’acceptabilité de ce message en même temps que son “prix” sur le “marché” des échanges langagiers, et plus spécialement sur le “marché” précis qui s’instaure dans le cadre du “commerce” singulier qui lie son producteur et son (ses) récepteur(s) dans une situation donnée, compte tenu des positions respectives de ces derniers11. C’est dire là que toute évaluation est une pratique, inhérente à la pratique langagière, mobilisant un système de classement hiérarchisé en fonction d’un ensemble de règles et/ou d’objets référentiels. Bref, – faut-il le rappeler ? – une “norme”12 vient jouer dans toute production langagière (et réception) qui intègre, entre autres, les caractères des usages linguistiques socialement recommandés/valorisés13.

  • 14 W. LABOV, 1976, p. 187.

11La production d’un message écrit constitue à cet égard un cas de figure exemplaire pour deux raisons au moins. D’une part, parce que dans notre société, les écrits – et tout spécialement les écrits littéraires en tant qu’Œuvres – sont le lieu privilégié de l’inculcation, par l’institution scolaire, des principes d’acceptabilité des produits langagiers et de leur attribution d’un “prix”, en même temps que celui de la transmission d’un rapport à l’écriture. D’autre part, je le répète, parce que la réalisation d’un tel message procède, spécifiquement, d’un travail de production d’une trace et d’une scrutation de cette trace à ouvrer par les ajustements successifs qu’autorise la “différence” – ou surséance – de l’acte communicatif, elle est gouvernée par la recherche, plus ou moins organisée et armée, d’une adéquation de ce message singulier aux dits principes d’acceptabilité et d’attribution d’un prix aux écrits en général et/ou à ceux de son genre en particulier. Le jugement de valeur que peut alors porter un scripteur sur ses écrits ou sur ceux des autres (c’est correct/incorrect, bien/mal écrit), anticipant ainsi peu ou prou celui que portera son lecteur, ne serait-ce que par le biais du jugement que ce scripteur prête au lecteur (selon l’idée qu’il s’en fait) dans l’effort de décentration qu’exige l’écriture, témoigne assurément au premier chef de la participation de ce scripteur à une “communauté linguistique” sans laquelle il ne saurait se produire d’échange. Si l’on préfère, pour reprendre ici les termes de W. Labov, ce jugement de valeur témoigne d’abord de la communauté linguistique, en tant qu’elle se définit moins par un accord explicite quant à l’emploi des éléments du langage que par une participation conjointe à un ensemble de normes14.. Mais s’il y a bien lieu de postuler que le sentiment de la norme’*, découlant de cette nécessaire “participation”, est ce qu’il y a de mieux partagé entre les membres d’une “communauté linguistique”, rien cependant ne permet d’en conclure pour autant que ce qui le fonde soit une seule et même chose pour tous les locuteurs/scripteurs de ladite “communauté”.

12Autrement dit, la question se pose de savoir s’il existe dans notre société une conception homogène de la norme. Plus précisément, il convient de se demander ce que sont les éléments effectivement considérés par des scripteurs, situés en des lieux divers de l’espace social, dans la définition de cette norme : selon quels principes, quels critères et quelle hiérarchie entre ces critères jugent-ils d’un écrit qu’il est “correct” ou incorrect”, “bien” ou “mal” écrit ?

  • 15 D. BOURGAIN. 1988.
  • 16 La construction de cet échantillon a été effectuée en tenant compte de la surface sociologique de (...)
  • 17 La représentation de la norme n’est pas en effet désincarnée : nul ne mesure ses productions (c’es (...)

13L’examen des quarante entretiens semi-directifs réalisés pour les besoins d’une enquête sur les représentations sociales de l’écriture15 auprès d’un échantillon des personnels de tout niveau d’une grande entreprise de la région parisienne16 devrait apporter ici de premiers éclairages. Une représentation de la norme se dessine, en effet, en trois lieux privilégiés des discours recueillis : premièrement, de façon indirecte, lorsque les témoins de cette enquête ont parlé de leurs difficultés d’écriture – dire que l’on “a du mal” dans telle ou telle dimension des gestes de l’écriture, c’est en effet, interpréter en termes de malaise l’effort ressenti dans le travail scriptural, entre autres pour que le produit écrit satisfasse aux règles d’acceptabilité et d’attribution d’un “prix”, telles qu’on se les représente – ; deuxièmement, de façon plus directe, lorsque ces mêmes témoins, ont dit ce que sont pour eux les “bien”/”mal écrivants”17 ; troisièmement et surtout, bien sûr, lorsqu’ils ont explicité leur propre conception du “bien” et du “mal” écrit.

3. LA NORME EN VARIATION

14Cinq groupes socio-professionnels ont été distingués dans l’enchantillon de cette enquête : les employés strictement manuels, les techniciens, les employés administratifs, les agents de maîtrise et les cadres. Au-delà de l’irréductible unicité de chaque discours, des lignes de force se tracent de l’un à l’autre, qui découvrent des régularités au sein des représentations que se font de la norme les représentants de chacun de ces groupes et font ressortir les caractéristiques de celles des témoins qui connaissent les plus grandes difficultés face à l’écriture.

3.1. La focalisation sur les opérations de scription

15Tout d’abord, alors que les autres témoins de cette enquête ont identifié leurs problèmes d’écriture en différents lieux et n’ont mentionné l’orthographe que parmi d’autres dimensions du travail scriptural (“les mots”, les “tournures de phrases”, “les formules” de salutation, l’articulation du discours, le “démarrage” de la production, la solitude du scripteur, etc.), alors aussi que la question de la graphie est absente de leur discours, les témoins qui sont faiblement, voire très faiblement scolarisés et qui occupent des emplois manuels dans l’entreprise ont donné le graphisme et l’orthographe comme points majeurs, sinon exclusifs de leurs difficultés à écrire. Seuls, ainsi, ces témoins ont posé une double équivalence entre “avoir du mal à écrire” et “écrire mal”, d’une part, et entre “écrire mal” et mal calligraphier, d’autre part : j’ai du mal avec l’écriture... bon d’abord parce que j’écris assez mal déjà... enfin y a des gens qui ont du mal à me relire parce que les “m” les “n “les “u” je les fais pareils. De même, s’il est vrai que 17 témoins (soit plus d’un tiers de l’échantillon) ont mentionné l’orthographe parmi leurs difficultés d’écriture et l’ont signalé du même coup comme un lieu privilégié où s’exerce leur vigilance normative, les 2/3 de ceux qui ont un niveau de formation initiale inférieur au BEPC font partie de cette fraction de l’échantillon. Parmi eux, 7 témoins ont déclaré que l’orthographe était pour eux le problème majeur, dont 4/5 des ouvriers manuels et donc tous ceux qui ont mentionné également le graphisme dans leurs problèmes face à l’écriture. Au-delà de ce constat, les différences entre les discours de ces 7 derniers témoins et celui des 10 autres tiennent ici à la place accordée à l’orthographe par rapport à d’autres dimensions du travail scriptural et au poids qu’ils lui ont attribué : le plus gros problème en ce qui me concerne c’est l’orthographe.

16On notera à cet endroit que l’orthographe d’usage est de loin plus fréquemment mentionnée que l’orthographe grammaticale (y a des mots on se rappelle plus comment ça s’écrit), la question des doubles lettres se voyant réservée la plus grande part des exemplifications : par exemple “une panne intermittente” je vais l’écrire et puis je dis y a deux “t” là ou là/par exemple les deux “t” les deux “n” ça alors à chaque fois je passe à côté... alors ça c’est une sacrée difficulté pour écrire. Au demeurant, les deux seules mentions de la grammaire que l’on peut observer au total dans ces 7 entretiens, relèvent (comme, d’ailleurs, dans le discours des autres témoins) de l’évocation d’une nébuleuse floue, aux contours et aux contenus vagues. L’analyse des entretiens des autres membres de l’échantillon où le terme “grammaire” apparaît confirme qu’il s’agit là d’une notion des plus incertaines et dont l’éventuelle présence appartient davantage à l’ordre d’un inventaire de la “quincaillerie” terminologique propre à la phraséologie scolaire (telle que des scripteurs non spécialistes de l’écriture se la sont appropriée) qu’elle n’est motivée par une quelconque fonctionnalité dans l’appareil dont ces témoins disposent pour parler de la langue à propos de son actualisation dans l’ordre scriptural. L’apparente exception que constitue à cet endroit le rappel de quelques règles inculquées par l’Ecole ne fait que confirmer cette analyse : Parfois j’essaie de faire la grammaire enfin la liaison avec les genres... ils sont plusieurs personnes donc ça doit s’écrire au pluriel... mais... enfin parfois j’arrive pas à définir la phrase enfin la définition de l’orthographe. Et cela, même si de semblables mentions signalent d’abord et surtout l’insécurité dans la mise en œuvre des dites règles plutôt que leur totale méconnaissance chez les témoins en question : par exemple “leur” je sais pas quand i faut mettre un “s” ou bien quand il en faut pas... par exemple “tout” je sais pas quand i faut mettre “s” ou quand il faut mettre “t”.

  • 18 Les définitions recueillies du “bien écrire” et du “mal écrire” sont loin d’être, en effet, des pr (...)

17En second lieu, alors que, dans le discours des autres témoins, de nettes distinctions apparaissent entre la localisation de leurs difficultés, leur(s) définition(s) du “bien écrire” et celle(s) du “mal écrire”18, écartements où s’aperçoit une gradation des jugements portés au nom de la norme (“très mal écrit”, “assez mal écrit”, “assez bien écrit”, “très bien écrit”) ainsi qu’une diversification des critères de jugement selon le type de produit, la pratique dont cet écrit participe et les caractères de la situation de communication, le discours des employés manuels faiblement scolarisés se caractérise par une remarquable homogénéité, à peine travaillée par la brève apparition de quelques nouveaux thèmes, juste esquissés.

18Ainsi, le graphisme et l’orthographe sont les dimensions du geste scriptural sur lesquelles les employés manuels ont focalisé l’essentiel de leur définition du “bien” et du “mal” écrit. “Ecrit bien”, pour la majorité des témoins de cette catégorie socio-professionnelle, celui qui a d’abord une belle écriture. Inversement, mal écrire c’est des lettres mal formées ou toutes sortes de trucs comme ça. Puis, mais plus encore, c’est satisfaire aux règles de l’orthographe : bien écrire c’est déjà faire une lettre sans faute d’orthographe. Par contre, peu de place est accordée :

  1. aux “mots” : le lexique n’est mentionné que deux fois et encore ne l’est-il que par un seul et même témoin (employer le bon mot et utiliser le mot à sa place hein/employer des mots qui sont pas appropriés),
  2. aux “tournures de phrase” (pour reprendre les termes à l’œuvre dans les entretiens) : des tournures trop lourdes/des phrases écrites correctement quoi... écrire bien court.19,
  3. et moins encore à la ponctuation dont on ne trouve qu’une seule mention dans cette partie du corpus : bon et puis i faut qu’il y ait la ponctuation et tout quoi.

19Par contre, rien n’est dit par ces employés manuels qui renvoie à la sélection des contenus et des formes ou à l’organisation du discours écrit ou à la cohérence textuelle.

  • 20 Le cas de ce témoin est particulièrement intéressant car, seul de son groupe à développer ici un t (...)
  • 21 La représentation que les entretiens recueillis dans cette enquête donnent tout spécialement de l’ (...)

20La question de la lisibilité pour le lecteur n’est évoquée que par un seul témoin20 dans une définition du “bien écrit” où se trouve projetée, du même coup, une image de l’écrivain (à tout le moins du spécialiste de l’écriture)21 : pour moi un livre bien écrit c’est qu’il peut être lu par n’importe quel type de génération... aussi bien des gens instruits que des gens non instruits... hein... ce sont des livres qui se lisent très facilement pour moi... ce que j’appellerai un livre bien écrit... c’est très simple un livre qui serait mal écrit il sera lu par une certaine catégorie d’individus qui ne peuvent pas être lus par d’autres catégories d’individus. Ce critère de la lisibilité qui, présupposant la compétence du lecteur, renvoie à ce dernier la compétence de jugement sur l’acceptabilité des écrits et laisse le scripteur désarmé, est en fait inconciliable avec les expériences de lecture que ce témoin a dit faire par ailleurs ; la contradiction ne sera esquivée ici que par la convocation d’un principe de “division”, celui d’une norme “à deux vitesses”, l’une réservée aux scripteurs ordinaires parmi lesquels ce témoin se range, l’autre pour l’homme de l’Art : il faut d’abord avoir une belle écriture... ça c’est pour moi bien écrire... pas faire de fautes d’orthographe... tout ça... par contre un écrivain bien écrire c’est bien se faire comprendre.

3.2. Le poids d’un système de valeurs

21Au-delà de la mention/non mention de telle ou telle dimension de l’écriture dans l’appareil d’appréciation des écrits, ce sont les valeurs dont sont chargés ces points d’ancrage de l’évaluation qui se remarquent dans les discours de ces témoins. Ainsi, non seulement la mention de la graphie indexe un grand nombre des propositions qui forment ici la définition de la norme, mais encore les mêmes valeurs se trouvent attachées à la calligraphie par tous ceux qui l’ont mentionnée, et cela, avec les mêmes raisons données à l’appui : le tracé est à leurs yeux un révélateur de la personnalité du scripteur jusque dans ses qualités morales et ses défauts : celui qui écrit bien on voit déjà la personne... la personnalité. De même que l’écriture nette, jolie, agréable à regarder est censée dire l’homme honnête, courtois, respectueux des autres, de même celui qui a une écriture de cochon comme on dit c’est pas quelqu’un de bien bien... enfin vous voyez. L’importance que ces témoins ont accordée au graphisme, d’autant plus sensible que les autres l’ont passé sous silence, ne peut se comprendre que par le mode d’enracinement des valeurs qui s’y entremêlent, à savoir : le souci d’un certain esthétisme indissociablement lié dans l’appareil d’évaluation à une éthique qui dépasse, en fait, le souci de répondre aux exigences de la courtoisie qui consiste à faciliter à l’autre le déchiffrage de ses écrits.

22Mais davantage même que la conformation plus ou moins esthétique du tracé, l’orthographe est pour eux un problème qu’ils ont dit vivre avec un fort sentiment de crainte, sinon d’angoisse : et puis j’ai toujours peur de faire des fautes. L’excès de significations déjà observé à propos de la calligraphie se retrouve à propos de l’orthographe : débordante d’un système de valeurs qui la subsume, elle se trouve placée ainsi au principe du classement des écrits et, partant, de leurs producteurs. Une bonne ou mauvaise orthographe est en effet d’abord conçue comme un révélateur immédiat du scripteur : le gars il fait des fautes on voit tout de suite la différence. Parce que cette “faute” désignerait, par la trace livrée au jugement d’autrui, l’incapacité du scripteur à maîtriser des savoirs qui ont fait l’objet d’un enseignement dit “élémentaire”, ou, si l’on préfère, parce qu’elle dénoncerait chez un scripteur son incapacité à satisfaire à un ensemble de règles qui ont fait l’objet d’une inculcation expresse auprès de l’enfant (et donc qui doivent être maîtrisées par l’adulte), parce que cette faute montrerait également l’incapacité du scripteur à faire fructifier la dépense sociale correspondant à cet enseignement, sinon sa désinvolture à cet égard (le scripteur aurait dilapidé ou négligerait l’investissement financier fait par la société pour tous ses membres : l’Ecole est gratuite et obligatoire), maîtriser les principes orthographiques relèverait d’une exigence véritablement morale : un courrier avec une faute dedans c’est pas pardonnable .

23L’erreur dans ce domaine est ressentie ainsi comme le motif justifié d’une stigmatisation sociale. Mais il y a plus encore : du fait de la superposition pour le Sens commun des formes valorisées/recommandées de la langue à l’œuvre dans l’écriture et de la langue elle-même (le “bon”, le”vrai” français), faire une “faute” d’orthographe, c’est non seulement s’exposer à la moquerie, mais à un double jugement éthique : manquer au devoir de respect que chaque scripteur se devrait d’avoir pour le bien commun qu’est la langue, autre ancrage de la culpabilité.

24Certes, le sentiment de la pression des exigences de la norme, telle que ces témoins se la représentent, n’est pas chez eux totalement homogène. Comme chez les autres membres de l’échantillon, ce sentiment croît en fait non pas en fonction des caractères objectifs qui définiraient, spécialement au plan linguistique, l’objet à écrire, mais à proportion de la représentation subjective qu’ils se font des conditions sociales et psychologiques dans lesquelles ils sont placés lorsqu’ils ont à écrire, par exemple en raison du caractère inhabituel d’une situation de communication scripturale ou de ses enjeux, et plus particulièrement en raison de la représentation qu’ils ont de la distance sociale, par ailleurs réelle, existant entre eux-mêmes et les destinataires de leurs écrits : mettons que je vais écrire à mon chef de service que je suis malade... une supposition... s’il voit l’écriture il va me dire : dis donc tu écris pas bien/ça c’est entre nous alors faute d’orthographe ou pas faute d’orthographe on s’en fout... oui là j’écris ça va vite hein.

25Cela étant dit, au total, la survalorisation, plus forte qu’elle ne l’apparaît dans les discours des autres témoins, dont l’orthographe est l’objet dans les représentations que s’en font ces employés manuels faiblement scolarisés est bel et bien de nature à provoquer une obnubilation de leur pensée qui fait obstacle à la représentation des autres dimensions du travail scriptural. Tout se passe en fait comme si la focalisation sur les opérations de scription, parce qu’elles sont lourdes chez ces témoins d’un système de valeurs éthiques, s’opposait à la possibilité même de concevoir un appareil évaluatif qui prenne en compte d’autres dimensions de l’écriture : le faible niveau de leur formation initiale et la rareté de leurs expériences d’écriture permet de comprendre, pour une large part, l’étroitesse de l’assiette de leur définition de la norme, mais non la forte emprise que peut avoir sur leur pensée le système de valeurs qui doublent cette définition.

26Car – et il me semble que c’est là le trait le plus remarquable de ces représentations – rien dans les entretiens de ces employés manuels n’autorise à penser qu’ils sont prêts à contester la mise en œuvre, dans la pratique des échanges scripturaux, de cet appareil débordant de significations dont ils sont pourtant assurément les premières victimes : aucun d’entre eux n’a émis la moindre réserve sur le bien-fondé des jugements qui peuvent être portés, en vertu de ces critères que sont la calligraphie et l’orthographe, sur les qualités du scripteur je serais vraiment embêtée...je serais même gênée d’envoyer une lettre... où je sentirais que ça va pas... je trouve qu’on juge beaucoup les gens sur leur écriture... sur le courrier donc c’est très important.. Sans doute ici la crainte du jugement est-elle trop forte pour permettre la récusation des critères du jugement et, cela, d’autant que ce qui contribue à attester, aux yeux de ces témoins, le bien-fondé de ce mode de classement des scripteurs réside dans la conviction forte que le tracé et l’orthographe sont censés révéler l’origine même psychologico-morale des capacités scripturales. En fait, c’est toute une expérience des rapports sociaux dans et hors de l’écriture qui se trouve théâtralisée dans leur discours sur la norme, sous le masque d’une définition focalisée sur les opérations de scription, et telle qu’elle peut être donnée à entendre sur la scène d’un entretien qui les place face à un enquêteur, c’est-à-dire à un représentant patenté de l’Ecole (voir infra).

3.3. Se cacher dans l’illettrisme ?

27On ne s’étonnera guère, je pense, que les stratégies que ces témoins ont dit adopter lorsqu’ils ont à écrire soient de deux types. Quand les autres témoins ont déclaré consulter des dictionnaires, s’inspirer d’ouvrages donnant des modèles d’écrits divers, procéder par brouillons successifs (même si ces derniers leur apparaissent comme la preuve de leur incompétence scripturale plutôt que l’espace d’un travail propre à l’exercice de la raison graphique), bref apprivoiser de toutes sortes de manières le labeur d’une fabrication qui leur résiste, les employés manuels ont dit ou bien “préférer” s’en remettre à quelqu’un qu’ils jugent plus compétent qu’ils ne pensent l’être, quitte à se placer dans une situation de dépendance bien propre à accroître l’humiliation qu’ils éprouvent à se désigner incapables de maîtriser les savoirs enseignés par l’Ecole élémentaire (notamment devant un représentant de cette Ecole) : bon ben... moi si j’ai un mot à faire au maître j’ai peur de faire des fautes et de pas savoir écrire ma phrase comme il faut... ben je vais demander : vous pourriez pas me faire un petit mot pour le maître d’école... voyez là... mais enfin... parfois les gens sont gentils mais d’autres... hein.. enfin... c’est pas toujours facile comme ça de...à dire à quelqu’un d’autre ses problèmes... qui les regardent pas.

28Ou bien alors, et c’est le cas le plus fréquemment évoqué par ces témoins, ils ont déclaré éviter d’écrire : je dois reconnaître que je fais des fautes d’orthographe parce que je me relis pas... et j’écris mal en plus... donc ce qui fait que je n’écris pratiquement pas/je ne suis pas assez fort en orthographe... alors j’évite hein...je me trouve pas assez fort en orthographe pour écrire/mais vue la situation l’orthographe justement j’essaie d’écrire le moins possible. A moins qu’ils ne renoncent tout à fait à le faire : de toute façon j’ai beaucoup d’ennuis avec l’écriture parce que je fais beaucoup de fautes alors j’écris pas / moi ce que je fais je me déplace... écrire à quelqu’un ou autre chose non...je sais que je peux téléphoner donc j’écris pas.

29Il est clair ici que la stratégie d’évitement est moins fondée sur la difficulté orthographique que motivée par la crainte de la faute, c’est-à-dire la crainte du jugement des autres au cas où la faute surviendrait et la certitude qu’elle sera faite : comme j’aime pas qu’on voie que je fais des fautes j’aime mieux pas écrire. Bien entendu, cela ne va pas sans une frustration qui ne fait qu’aggraver elle-même leur sentiment de déclassement et de dépossession : j’aime bien regarder écrire parce que ça me donne l’envie que si je faisais pas beaucoup de fautes ça me plairait d’écrire hein si je faisais pas beaucoup de fautes hein parce que j’en fais là hein. D’autant que cet enfermement dans le “choix” d’un comportement d’illettrisme se prolonge, on pouvait s’y attendre, jusque dans leur décision de ne pas suivre de formation à l’écriture. De nouveaux facteurs interviennent d’ailleurs ici qui resserrent davantage l’étau. Par exemple, le sentiment qu’écrire, ce n’est important que pour ceux qui savent écrire, et celui, non moins prégnant, que leur devenir social ne dépend pas au premier chef d’une amélioration de leur capacité scripturale, contrairement à ce qu’ils pensent être le cas pour d’autres : pour quelqu’un qui travaille dans un bureau... oui... mais moi... non j’ai pas en tête de... ce que ça pourrait m’apporter...je sais pas moi... Même s’ils espèrent cependant de cette amélioration ce qu’ils ont appelé un enrichissement personnel en même temps que la possibilité de mieux gérer leurs relations privées scripturales (j’aimerais bien écrire mais pas comme un écrivain... à mes amis par exemple... des choses que j’arrive pas à faire), cet espoir reste hypothéqué, chez certains d’entre eux, par le sentiment que leur capacité à améliorer leurs performances dans ce domaine est des plus douteuses et par une représentation d’eux-mêmes comme apprenant aussi négative que celle qu’ils ont d’eux comme scripteur : parfois j’aimerais bien me corriger... me dire... et puis à mon âge maintenant c’est comme ça...

4. BREF RETOUR SUR LES PROBLÈMES DE L’ANALYSE DES REPRÉSENTATIONS SOCIALES DE L’ÉCRITURE

30Arrivée à ce point de l’exposé des résultats de l’enquête que j’ai conduite sur les représentations sociales de l’écriture qui concernent plus spécialement ici les employés manuels faiblement scolarisés et qui vivent très difficilement leur rapport à l’écriture, il me paraît nécessaire de réinterroger le modèle théorique qui sous-tend mon approche des représentations recueillies auprès de témoins diversement situés dans l’espace social.

31Faut-il considérer que les représentations sociales de l’écriture sont les variantes, plus ou moins complètes dans les éléments qu’elles comportent, d’une structure dont toutes dériveraient (“seraient la traduction”) et qu’il s’agirait donc de trouver ? Cette structure est-elle une sorte de noyau dur, homogène et cohérent, par rapport auquel chaque système de représentations serait constitué d’un ensemble de prises de position, solidaires entre elles et dessinées en leur amont par la solidarité interne de cette “structure” (d’où la forte cohérence que montre chacun de ces systèmes) ? Dans ce cas, les contradictions et failles logiques de chaque ensemble individuel de représentations ne seraient qu’autant de fausses contradictions ou de fausses failles logiques du fait qu’elles sont subsumées par des systèmes de valeurs partagées. Certes, ces valeurs imprégnent fortement l’ensemble des discours recueillis, mais ne sont elles pas elles-mêmes contradictoires ? divisées autant que partagées ?

32Je m’explique : les contradictions logiques à l’intérieur d’un discours ne témoigneraient-elles pas aussi des contradictions internes à cette éventuelle structure, de même que les conflits discursifs que ces représentations donnent à voir. S’il existe assurément un lieu d’interdiscursivité important, particulièrement repérable dans les tours dialogiques que ces discours montrent à tout instant, ce lieu est-il pour autant homogène ? Ne faudrait-il pas considérer plutôt que les représentations sociales de l’écriture sont l’ensemble des représentations qui circulent dans la société à son propos ? Mieux vaudrait alors parler de courants idéologiques alimentant ces représentations, dans le même temps que ces dernières sont alimentées elles-mêmes par ces courants. Les représentations sociales de l’écriture seraient alors, non pas les variantes du noyau dur d’une structure à découvrir, mais l’ensemble flou que forment leurs turbulences idéologiques. Cet ensemble serait en fait inséparable de chacune des figures que les représentations de chaque individu constituent : constructions des expériences sociales de l’écriture, ne sont-elles pas nécessairement divisées et “di-visantes” comme l’est la société et comme le sont les expériences sociales que nous pouvons faire de l’écriture, dans la mesure où ces représentations sont les masques des réalités sociales auxquelles elles se superposent dans le fonctionnement effectif de notre société ?

33La question de la position énonciative de chaque témoin se trouve du même coup reposée avec acuité. Certes, lorsque chaque témoin a donné les représentations qu’il se fait de la norme, en particulier ceux qui vivent péniblement, voire de façon malheureuse leur rapport à l’écriture, il a sans doute eu tendance à émettre le discours sur les critères de recevabilité des écrits qui devait lui paraître le mieux recevable face à un enquêteur, c’est-à-dire face à un représentant de la communauté qui est censé à ses yeux détenir le discours autorisé dans ce domaine. Certes également, c’est encore sa représentation qu’il a donnée de ce discours autorisé, ou tout au moins de celui qui lui a semblé le plus acceptable sur les principes de l’acceptabilité des écrits. Et c’est donc bien sa représentation qui a été recueillie à cet endroit et non un simple artefact de la méthode d’enquête. Les savoirs qui forment le corps de ce discours autorisé sont, on le sait, inégalement disponibles dans notre société, comme les expériences probables de l’écriture que chacun d’entre nous peut faire sont inégalement diverses et inégalement nombreuses : une variation des représentations sociales de l’écriture peut donc trouver quelque explication dans la place, plus ou moins éloignée de celle de la communauté savante, que chacun occupe dans l’espace social et dans sa trajectoire personnelle de vie.

34Mais ces représentations de l’écriture, l’explicitation d’un rapport malheureux à l’écriture et des critères normatifs qui gouvernent le comportement scriptural constituent aussi en elles-mêmes un langage traversé par des discours hétéroclites : ceux de l’expérience de la pluralité de l’écriture, ceux plus ou moins dogmatiques de l’Ecole, ceux, disjoints entre eux, de la communauté savante, chacun investissant des catégories de pensée tantôt rationnelles, tantôt surchargées de valeurs. La position énonciative qui peut être celle d’un membre de notre société dans la mise en œuvre de ce langage (position repérable notamment dans les postures discursives d’auto-stigmatisation ou de distinction adoptées par les témoins selon qu’ils appartiennent à un groupe dominé ou dominant dans la société) dépend ainsi également de l’idée que se fait chaque témoin de celui à qui il croit s’adresser : chacun se regarde et se dit ainsi dans le miroir que lui adresse l’autre par sa seule présence et tandis que se joue là, dans l’entretien, une partie dont les enjeux, décelables à l’analyse, sont des places de parole au sujet de l’écriture (chacun tendant à en assigner une à soi, une à l’autre), des identités de mots (comme les personnages sont des êtres de papier dans les romans) se construisent en fait en même temps, représentations d’un rapport imaginaire des individus à l’autre.

35Il me semble qu’une relecture de ces entretiens sur cette base d’analyse permettrait de mieux comprendre qu’il n’y a pas seulement de plus ou moins nombreuses et amples contradictions entre les discours circulant à un même moment dans la société sur l’écriture : entre celui de la pensée scientifique et du Sens commun, mais aussi non-homogénéité de chacun de ces discours dans les lieux sociaux d’où l’on peut les observer, et coexistence apparemment paradoxale de ces types de discours chez un même individu, qu’il soit de l’un ou l’autre de ces lieux sociaux, qu’il soit “spécialiste”, “savant” ou non.

Bibliographie

Bibliographie

BOURDIEU (P.), Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques. Paris, Fayard, 1982.

BOURGAIN (D.), Discours sur l’écriture. Analyse des représentations sociales de l’écriture en milieu professionnel, Thèse de Doctorat d’Etat, dir. par J. PEYTARD, Université de Besançon, 1988.

BOURGAIN (D.), “L’écriture évanescente”, in LIDIL no 3, Des écrits (extra)ordinaires, Grenoble, LIDILEM, 1990, 71-96.

GOODY (J.), La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, trad., Paris, Ed. de Minuit, 1979.

LABOV (W.), Sociolinguistique, Trad. franç. de Sociolinguistic Patterns (Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1972) par A. KIHM, prés, par P. ENCREVÉ, Paris, Ed. de Minuit, 1976.

MOSCOVICI (S.), La Psychanalyse, son image, son public, Paris, P.U.F., 2e éd., 1976.

PEYTARD (J.), “Oral et scriptural : deux ordres de situation et de descriptions linguistiques”, Langue Française, no 6, Paris, Larousse, 1970, 35-47.

VYGOTSKY (L.S.), Pensée et Langage, 1934 (1ère éd.), Trad. franç., Paris, Messidor/Ed. Sociales, 1985.

Notes

1 Qu’une part plus ou moins large de ce travail de scripturation soit intériorisée au point qu’un individu paraisse écrire sans cette alternance de scrutation et de travail sur la trace n’implique en rien qu’écrire se ramène jamais à de la scription.

2 C’est à dessein que j’emploie le terme “écrire”, plutôt qu’”écriture”. Il importe en effet de garder à l’esprit que le concept même d’écriture est loin de donner lieu, au sein même de la communauté scientifique qui a en charge sa construction, à une définition homogène et partagée, et les savoirs qui la concernent non seulement comportent bien des points aveugles, mais restent éclatés, dispersés sinon disjoints entre des disciplines multiples. Le terme “écrire" présente à mes yeux, parce qu’il désigne un type d’activité, l’avantage de n’hypothéquer en rien la pluridimensionnalité de cette activité, ni la pluralité et la diversité de ses modes d’actualisation : les écritures.

3 Par exemple, il apparaît ainsi que le degré de maîtrise de l’écriture visé par tel ou tel apprenant dans telle ou telle pratique en passe par sa représentation des écarts entre ce qui est, pour lui et à ses yeux, d’un côté, souhaitable et, d’un autre côté, accessible, et par son évaluation de la probabilité qu’il a de franchir cet écart. Cette évaluation dépend à son tour de la représentation que cet individu a des causes de l’existence de cet écart et de ce qui est éventuellement capable d’y remédier, dans le temps même où ses objectifs sont amplement dessinés en amont par l’évaluation qu’il fait du profit qu’il peut attendre d’une amélioration de son comportement scriptural, c’est-à-dire tout à la fois de la nécessité sociale devant laquelle il est placé d’améliorer son comportement scriptural et du bénéfice qu’il peut en escompter compte tenu de la conception qu’il a de sa place dans la société et de son propre devenir social, bref de la théorie qui est la sienne du fonctionnement social (c’est pourquoi, toute représentation de l’écriture contient et théâtralise en elle-même une théorie de la société et de son fonctionnement). Toutes choses qui viennent enfin croiser le calcul des investissements que ce même individu estime avoir à faire dans une formation et des représentations qu’il se fait des conditions pédagogiques dans lesquelles il devrait/serait alors placé.

4 Ces savoirs ne sont pas en effet à considérer en termes de “vrai”/”faux” mais dans les fonctions qui sont les leurs : nous rendre notre univers physique et social intelligible pour que nous puissions nous y conduire quotidiennement de façon que nous puissions communiquer les uns avec les autres à propos de cet univers. Cf. à ce sujet :
– MOSCOVICI, 1976.
– D. BOURGAIN, 1988.

5 La nature même de l’activité qui consiste à écrire et la compréhension de l’actualisation/non mise actualisation de cette activité chez un individu – ce que fait un individu lorsqu’il écrit et ce qu’il écrit comme il le fait dans une société où il s’écrit – me paraissent exclure tout autant une approche “seulement” psychologique ou seulement sociologique ou linguistique ou anthropologique qu’une perspective déterministe et mécaniciste : la recherche d’un système d’explication causale exige ici l’articulation de points de vue divers, capables de s’éclairer réciproquement.

6 “Culture” est entendu ici dans son sens anthropologique.

7 J. PEYTARD, 1970, pp. 35-47.

8 J. GOODY, 1979.

9 Ce qui, d’ailleurs, est la définition même que SCHOPENHAUER (1859) donne du concept ; VYGOTSKY, 1985.

10 D. BOURGAIN, 1990, pp. 71-96.

11 Pour reprendre ici l’appareil conceptuel construit par P. BOURDIEU dans son analyse des échanges linguistiques. P. BOURDIEU, 1982.

12 Quelle que soit la définition que l’on donne à ce terme. La norme peut être en effet entendue comme l’ensemble des formes linguistiques donnant lieu dans une société donnée à la plus grande fréquence d’emploi ; le plus souvent, elle est comprise comme l’ensemble des règles en conformité avec lesquelles les formes verbales doivent être produites. Ces règles peuvent être de nature linguistique : elles renvoient alors à une construction théorique des propriétés structurelles de la langue, en principe validées par des faits langagiers observables. Ces règles peuvent également être de nature socio-culturelle, et sont alors habituellement formulées par référence aux usages (réels ou supposés) de la langue qui sont ceux des membres des groupes sociaux dits “dominants”. Dans le premier cas, la notion de norme corrrespond à des régularités observables dans des habitudes partagées ; dans le second cas, elle recouvre celle de prescription linguistique. Dans le troisième cas, il s’agit de normativité ou, si l’on préfère, de prescription socio-culturelle. Dans la pratique, ces trois définitions de la norme se trouvent agglomérées.

13 Une autre question est de déterminer à quel degré un écrit intègre ces usages valorisés/recommandés dans telle ou telle pratique donnée et ce qu’il advient dans l’écrit de tel ou tel scripteur.

14 W. LABOV, 1976, p. 187.

15 D. BOURGAIN. 1988.

16 La construction de cet échantillon a été effectuée en tenant compte de la surface sociologique de cette entreprise et, à partir des hypothèses formulées dans cette recherche, sur la base d’une définition du lieu social d’où parlerait chaque témoin, par composition des variables susceptibles d’avoir un effet sur les représentations que ce dernier a de l’écriture : son âge, son sexe, sa catégorie socio-professionnelle, le niveau de sa formation initiale et le fait qu’il ait ou non bénéficié d’une formation continuée à l’écriture. Tous les témoins de cette enquête sont donc des non spécialistes de l’écriture. L’analyse a été conduite selon trois axes : un axe thématique, un axe dit “idéologique” et un axe logique.

17 La représentation de la norme n’est pas en effet désincarnée : nul ne mesure ses productions (c’est-à-dire, au bout du compte, ne se mesure), en fait, à une abstraction mais plutôt à celui/ceux qui sont censés en figurer l’essence. A défaut d’avoir un visage au sens propre, la représentation de la norme est ainsi localisée dans l’espace social par la désignation d’une profession, d’un statut, de rôles, et interprétée en termes de qualités personnelles, de cursus de formation, etc. C’est dire qu’elle ne renvoie pas seulement à un ou des objets typiques satisfaisant aux critères constitutifs de l’appareil d’appréciation mais aussi à la figure de son/ses producteurs, figures désignables en certains membres de la société plutôt que d’autres, ou silhouettes repérables de personnages sur la scène sociale.

18 Les définitions recueillies du “bien écrire” et du “mal écrire” sont loin d’être, en effet, des propositions symétriquement inverses.

19 L’obsession de la petite phrase... la phrase très courte... sans rien qui vienne l’alourdir est largement partagée par les membres de l’échantillon de cette enquête (principe au nom duquel PROUST est un très grand écrivain qui écrit affreusement mal). Mais elle est autant à comprendre comme un critère de jugement que comme la convocation à cet instant de la résultante d’une stratégie de prudence face à l’écriture, un moyen de réduire les difficultés par fractionnement, en quelque sorte, du travail scriptural.

20 Le cas de ce témoin est particulièrement intéressant car, seul de son groupe à développer ici un thème que l’on trouve largement traité dans le discours des témoins appartenant aux autres groupes de l’échantillon, il est aussi le seul à avoir dans l’entreprise une fonction que l’on pourrait qualifier de “pédagogique”, puisqu’il y donne des cours de secourisme et se trouve donc ainsi confronté à des situations de communication où la question de l’accès des autres au sens de son propre discours et à ce qu’il contient d’explicitation de savoirs spécifiques est incontournable.

21 La représentation que les entretiens recueillis dans cette enquête donnent tout spécialement de l’écrivain est trop complexe pour trouver sa place ici. Pour résumer de façon drastique à son trait principal cette représentation, il apparaît que pour le Sens commun, l’écrivain est un être aux marges de la société dont la compétence scripturale touche à l’excellence en raison d’un don particulier qu’il posséderait, mais il s’agit là d’une excellence qui se trouve, de ce fait même, satellisée, hors des critères partagés/partageables de l’appréciation des écrits qui ne relèvent pas de la pratique littéraire, et donc, évacuée comme non pertinente.

Auteur

Institut de la Communication, Université Lumière-Lyon 2.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search