Version classiqueVersion mobile

L'“illettrisme” en questions

 | 
Jean-Marie Besse
, 
Marie-Madeleine de Gaulmyn
, 
Dominique Ginet
, 
et al.

Première partie. Construction sociale de l’illettrisme

Fantasmes, polémiques, stratégies

Note sur les représentations de l’illettrisme

Jean-Claude Pompougnac

Texte intégral

  • 1 J.-F. LAE et P. NOISETTE, 1985. J. HÉBRARD, 1986. M. POULAIN, 1989.

1On l’a souvent rappelé, l’illettrisme fut, au début des années 1980, une véritable découverte et sa révélation un choc pour le corps social. Pour que cet “objet social non-identifié” devienne perceptible et sa réalité manifeste, il aura fallu recourir massivement aux sondages, à la statistique, aux techniques des sciences sociales. Mais très vite il s’est trouvé quelques sociologues pour signaler que le changement permanent des critères de définition et des méthodes d’évaluation, l’élasticité des chiffres produits pour contraindre à regarder en face la dure réalité, les explications à géométrie variable avancées, loin de contribuer à une meilleure compréhension du phénomène, engagaient son “traitement” vers des impasses et des désillusions1.

1. FAUT-IL CROIRE À L’ILLETTRISME ?

2Telle est bien la situation présente : à la déception d’une société qui se croyait alphabétisée, à l’émotion que suscite la révélation de l’illettrisme, s’ajoute le trouble que provoque la critique historique et sociologique de cette même émotion. Devant le flottement des estimations chiffrées et les interprétations divergentes qui peuvent en être données, le phénomène semble alors relever de la croyance.

  • 2 A. LION, 1984.

3“Pourquoi vouloir à tout prix compter, d’ailleurs ? Ne serait-ce pas chez certains un alibi ? Il suffit d’ouvrir attentivement les yeux pour reconnaître que le phénomène est massif” écrit Antoine Lion2.

  • 3 M. DELEBARRE, 1988.

4Quatre ans plus tard, Michel Delebarre affirme : “L’heure n’est plus aux querelles de définitions et de chiffres pour définir si notre pays compte 7 % à 12 % d’illettrés, l’heure est bien à l’action3”.

5Présentant la “première enquête nationale destinée à quantifier l’illettrisme dans notre pays”, François Bayrou affirme : “Je crois qu’il existe encore, face aux problèmes d’illettrisme, un vaste phénomène d’incrédulité. Malgré un certain nombre de travaux indiscutables (...) beaucoup d’esprits, et en tous cas la masse de l’opinion publique, résistent à reconnaître qu’il s’agisse d’un phénomène d’envergure” (Conférence de presse du GPLI, 25 octobre 1988). Querelles, alibis, incrédulité relèvent-ils seulement du mauvais esprit devant la gravité de la situation et l’urgence de l’action ? Faut-il donc glisser sur la valse des étiquettes qui servent à la fois à définir et à dénombrer les illettrés ? “20 % des français ont oublié de savoir lire” et “Demain 70 % d’illettrés ?” lisait-on dans l’Événement du Jeudi du 19 au 25 mai 1988. Ou encore dans Libération du 11 septembre 1987 : “Moins de 30 % des Français savent réellement lire”.

6Ces gros titres portent témoignage de la stratégie inflationniste de certains, soucieux de réduire le nombre des “vrais” lecteurs et de faire passer celui des illettrés de 10 ou 20 à 70 %. Derrière la querelle de chiffres se profile alors la question du marché. Le problème n’est plus seulement de savoir s’il faut croire à l’illettrisme, faire crédit à telle ou telle définition, à tel ou tel sondage, mais de chiffrer la masse des crédits qui doivent être consacrés à la lutte contre ce “fléau”.

  • 4 Pour une analyse d’ensemble des discours et des représentations de la lecture cf, A-M. CHARTIER et (...)

7Au bout du compte si l’illettrisme est crédible c’est au titre de bon objet, de thème consensuel propre à assurer une mobilisation générale. C’est aussi parce que la lecture elle-même n’est plus matière à conflits, parce que les discours qui la mettent en scène socialement, les actions engagées pour promouvoir son développement postulent que lire c’est bien, dans tous les sens, dans tous les cas, parce qu’on ne craint plus guère les dangers ni les excès de la lecture. Lire c’est vivre ! Un livre et tu vis plus fort ! La fureur de lire ! : lorsqu’Emma Bovary est à l’écran ou le marginal de Charleville mis au service de la politique culturelle, on a effectivement du mal à imaginer qu’ils puissent encore habiter parmi nous. La lecture et la poésie ne mènent plus à la déchéance ou à la folie. Ce qui suscite aujourd’hui l’émotion c’est cette image d’adultes perdus dans la cité parce qu’ils ne savent pas lire4.

8Dès lors quel sens y a-t-il à parler de construction sociale de l’illettrisme ? Trois acceptions de l’expression peuvent être distinguées. La première relève de l’approche sociologique classique et établit que la situation d’illettré est statistiquement corrélée à une position et une trajectoire dans l’espace social. Ce qui est, en apparence, un handicap individuel relève fondamentalement d’une dimension sociale.

9Cette conception en présuppose une autre : que l’illettrisme puisse être un “objet” peu ou prou identifié, circonscrit, analysé par les sciences sociales. Comme tous les phénomènes sociaux il est sans cesse (re)construit dans des élaborations, échanges, relations, interactions que la sociologie s’efforce de construire scientifiquement selon une démarche méthodique qui consiste à considérer ces faits sociaux comme des choses, à les objectiver pour en donner une représentation qui rompe avec les prénotions du sens commun et les mises en scènes idéologiques.

  • 5 Comme on peut le voir dans l’usage qui est fait de la recherche dans les rapports commandés à des (...)

10D’où une troisième signification de l’expression : une éventuelle connaissance “scientifique” de l’illettrisme (le savoir désenchanté des sociologues) n’éteint évidemment pas le débat, les polémiques, les discours sociaux, médiatiques, politiques sur le phénomène et sa signification. Parce qu’il s’efforce de relativiser les mises en perspectives “évidentes”, les représentations légitimes, le discours du sociologue est sans cesse repris dans le tourbillon des représentations sociales, qu’il s’agisse de refuser sa démarche d’objectivation ou au contraire de traduire en termes absolus son analyse des relations. Transformés en “vérité” polémique ou médiatique, les chiffres, les analyses, les démonstrations du sociologue perdent en valeur scientifique ce qu’elle gagnent en force de conviction5.

  • 6 Cette analyse est empruntée à Les Représentations du social, éléments pour le bilan d’une recherch (...)

11Ces relations entre le phénomène, ses représentations sociales et, parmi elles, celles construites par les sociologues appellent une réflexion sur les formes et les registres de ces représentations qui constituent le social. Jacques Rancière propose cette hypothèse : “Si le social est un mot qui dit à la fois la communauté (une société est un cercle d’associés) et le conflit, le lieu propre de la question sociale est peut-être à chercher là où se produit cette activité inlassable et pourtant dédaignée qui consiste à argumenter des exclusions et des inclusions. “Trois sortes de personnes sont dans la société plutôt que de la société, écrivait Bonald au début du XIXe siècle : ce sont les enfants, les femmes et le peuple”. C’est là la position exemplaire de celui pour lequel il n’y a pas de question sociale. Celle-ci émerge au contraire à mesure que s’argumente le droit ou la nécessité que telle ou telle de ces catégories soit considérée comme de la société en raison même de la place qu’elle occupe dans la société6. Une “intense activité argumentative” constitue le premier régime des représentations du social, d’ordre polémique. Le militantisme est une activité raisonneuse et la question sociale n’est pas seulement objet de conflit mais objet de démonstration, prétexte à un incessant travail de la preuve. Dans leur dimension stratégique, les représentations sont prises dans des “stratégies socialisantes” qui s’efforcent de fabriquer du lien social : elles font preuve d’une capacité certaine d’adaptation aux changements politiques et consistent en une production incessante de savoirs, d’argumentations et d’institutions. Les représentations du social se déploient enfin dans un registre fantasmatique : elles s’articulent sur une conception de la vérité comme révélation du secret de la “vraie” communauté, celle qui aurait précédé la déchirure du tissu social, la dissolution des liens sociaux traditionnels. On voit bien comment les discours sur l’illettrisme appartiennent à chacun des trois registres analysés par J. Rancière. Fantasmatique : l’illettrisme comme fléau, épidémie ou plaie vive de la société duale ; polémique : l’école est responsable de l’illettrisme, ne pas lire exclut de fait de la citoyenneté, etc. ; stratégique : l’illettrisme comme terrain de lutte, dans le cadre plus large des grandes manœuvres où se renégocient les rapports entre le social et le politique, le local et l’Etat.

  • 7 Encyclopædia Universalis, Universalia 1985, p. 358

12Le succès médiatique de ces mises en représentation de l’illettrisme s’alimente de leur excès même et d’une double confusion. L’une avec ce qui se passe dans le système scolaire ; l’autre avec ce qu’il est désormais convenu d’appeler les pratiques culturelles. L’incapacité de lire de certains adultes est volontiers rapprochée d’une difficulté croissante que certains écoliers auraient à apprendre à lire, d’une part, et d’une “baisse” générale de la pratique de la lecture, d’autre part. Dans les zones les plus confuses de l’imaginaire social, l’illettré est le cousin de l’écolier en échec et de l’adulte qui ne lit jamais de livres. Des phénomènes différents sont assimilés, comme en témoigne ce passage de l’article Illettrisme (terme qui fait son entrée dans l’Encyclopædia Universalis en 1987) : “Au delà de l’appréciation de l’illettrisme au sens strict, on doit aussi prendre en compte de larges fractions des populations qui exercent peu leur connaissance de l’écrit. Une enquête de 1981 du ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des Français indique, par exemple, que 28 p. 100 des Français de plus de quinze ans déclarent ne jamais lire un quotidien et 25 p. 100 n’avoir lu aucun livre dans l’année écoulée7 ”. En plus du rapprochement discutable entre une incapacité (l’illettrisme) et une abstention (la non-lecture), la présentation faite des résultats de l’enquête juxtapose ceux qui ne lisent jamais le journal et les non-lecteurs de livres comme s’ils étaient socialement proches. Rien n’est moins sûr. Les lecteurs de la presse quotidienne se recrutent plutôt dans les couches les plus âgées de la population ou celles qui résident dans des agglomérations de taille modeste. A l’inverse, jeunes et urbains qui pratiquent moins les quotidiens constituent les gros bataillons des lecteurs de livres. Les derniers résultats de l’enquête Pratiques culturelles des Français sont plus clairs encore et devraient, en bonne logique, ruiner les sophismes qui assimilent illettrisme et “chute” de la lecture de livres. En premier lieu, la lecture du journal (sous entendu : quotidien) a progressé : 21 % en 1988 (contre 28 % en 1981) de Français de 15 ans et plus déclarent ne jamais lire de quotidien. Mais, surtout, seuls 16 % de Français déclarent ne jamais lire de magazines. Entre 1967 et 1987, le nombre de lecteurs de magazines est passé de 61 % à 83 % (source INSEE). Rapprochés de l’augmentation de la proportion des lecteurs de livres (passage de la non-lecture à la “faible” lecture) observée sur la même période, ces résultats montrent bien qu’on assiste à une baisse de la pratique régulière du livre au profit d’une lecture plus occasionnelle et d’une pratique beaucoup plus intense de la presse périodique. La baisse du contingent des forts lecteurs (de livres), celle de la lecture de livres chez les jeunes sont des phénomènes assez préoccupants en eux-mêmes pour qu’on s’épargne la malhonnêteté intellectuelle (doublée dans certains cas d’un masochisme certain) de les assimiler à l’illettrisme. Cette manière de présenter les choses contribue à renforcer l’idée que si 25 à 30 % des Français ne lisent pas, c’est qu’ils ont fini par “oublier” de savoir lire. Encore un effort pour y ajouter ceux qui ne savent pas “vraiment” lire, ceux qui lisent trop peu de livres, ceux qui lisent lentement, et on aboutit aux comptes fantastiques qui font les titres-chocs : “Demain 70 % d’illettrés !”.

  • 8 ibid.

13“Faibles lecteurs”, enfants de “milieux défavorisés” (car, qui oserait avancer le contraire, ce sont eux qui ont le plus de mal à maîtriser correctement la lecture) et illettrés, mêmes symptômes, même combat ! De fait, on est en pleine tautologie sociologique, puisque ce qui autorise ce rapprochement, c’est à la fois un rapport précaire à l’écrit qui caractériserait ces populations et ce dont il est n’est qu’une conséquence. A savoir une même position sociale, du mauvais côté de la déchirure qui caractérise la société à deux vitesses, en deça de la frontière qui fait qu’on n’est pas seulement dans mais de la société : “L’illettrisme trouve son enracinement le plus profond dans la misère et l’exclusion sociale qu’il contribue à entretenir8”.

14Mais il s’agit moins de stigmatiser une fois de plus un sens commun incapable d’accéder aux belles idées claires et distinctes du social scientist que de pointer en quoi les polémiques et les fantasmes qu’alimente l’illettrisme peuvent être un outil d’analyse à la fois politique et épistémologique.

2. L’ILLETTRISME, UN ANALYSEUR ?

15L’examen du succès de certaines représentations de l’illettrisme (et des discours à visée stratégiques mis en œuvre pour combattre le “fléau”) devrait permettre d’éclairer les configurations politiques mouvantes dans lesquelles s’inscrivent nos interrogations et nos incertitudes sur la place de l’écrit dans les sociétés démocratiques modernes. Ils constituent un excellent révélateur de la nouvelle donne qui distribue les rapports entre le social et le politique. Comme la problématique de l’exclusion en général (voir, par exemple, ce qui se dit du “développement social des quartiers”) celle de l’illettrisme joue des représentations de la déchirure et des fantasmes qui y sont associés, pour mieux faire avancer des choix polémiques et stratégiques. Comment ces représentations peuvent-elles être reprises dans le champ politique ? Désormais rien n’est simple pour une prise en charge “citoyenne” de la question sociale. Entre décentralisation et construction européenne, cette question court le risque d’être abandonnée à un traitement apolitique, par excès, dans le cas de politiques transnationales conduites par des “experts” et de programmes plus techniques que politiques ; par défaut, dans le cas d’une gestion locale qui peut faire l’économie d’une mise en forme politique. Fantasmes et polémiques n’embrayent plus sur un débat démocratique autour des questions politiques de l’exclusion, des ghettos, de l’école, de l’accès aux biens symboliques, mais alimentent, dans une trouble mauvaise conscience, un renouveau philanthropique et caritatif dans le champ culturel.

  • 9 Jean HEBRARD, “Les nouveaux lecteurs”, Histoire de l’édition française, Promodis, tome III. Roger (...)

16Mais ces représentations sociales de l’illettrisme ouvrent aussi la voie à une interrogation d’ordre épistémologique. La tranquille assurance sur le handicap des autres n’est guère que l’image inversée de notre incertitude sur la nature de l’acte de lire. Qu’est ce que lire ? En quoi consiste l’activité du lecteur, cet animal mal apprivoisé (Alain), ce braconnier (Michel de Certeau) ? Entre un dire abondant mais sujet à caution (parce que prescritif et normatif : lire est impératif) et un faire qui reste opaque sinon mystérieux, s’interposent les représentations et les imaginaires de la lecture, les souvenirs-écrans des récits d’apprentissage9 · Qui plus est, ce n’est pas seulement le contenu des représentations (celles des illettrés comme celles des “lettrés”, savants ou politiques) qui doit être analysé, mais l’usage même du concept, le succès trans-disciplinaire du couple explicatif représentations/stratégies. En psychologie comme en sociologie ou en histoire, en psycholinguistique comme en didactique, ces deux opérateurs font fortune. Cette situation appelle un travail approfondi sur les comptes et les mécomptes d’une approche pluridisciplinaire. Dans le cas précis, il s’agit de vérifier si les représentations du phénomène de l’illettrisme et les représentations de l’écrit que construit l’illettré (et que re-construit le chercheur) peuvent être saisies de manière cohérente à travers des grilles de lecture compatibles d’une discipline à l’autre. Ou bien il existe des frontières épistémologiques qui séparent l’approche du linguiste, celle du psychologue ou celle du sociologue et l’emploi commun du terme de représentation risque de relever du jeu de mots. Ou bien on peut valablement construire des systèmes de transcription qui articulent entre eux les différents éclairages disciplinaires.

17C’est dire que les représentations scientifiquement construites de l’illettrisme peuvent constituer, au second degré, un révélateur du rapport savant au savoir et à l’écrit, rapport qui n’est probablement jamais complètement objectivable. Si tous les sociologues n’appartiennent pas nécessairement aux classes dominantes, tous, comme les historiens, les linguistes ou les psychologues, appartiennent au monde de ceux qui savent lire et écrire.

3. L’OUBLI ET LE PRÉTEXTE

“J’ai aussi peur d’apprendre. J’ai peur d’oublier mes images et de changer de monde”. (Propos d’un “illettré” cités dans Quart Monde, No 136, 1990/3)

18Les conduites et le rapport au monde désignés par le terme d’illettrisme se situent en deçà de toutes les opérations scipturaires, opérations communes à toutes les disciplines scientifiques comme à l’ensemble des procédures sociales, culturelles, politiques qui constituent et régulent le social. Le référent du signifiant illettrisme, dans son imprécision même, vaut aussi comme analyseur de nos croyances et de nos savoirs (psychologiques, linguistiques, historiques, anthropologiques, etc.). C’est pourquoi il est possible que les perspectives les plus fécondes, tant sur le plan de l’action sociale en direction des exclus que sur celui de l’analyse “savante”, touchent moins à la lecture elle-même (objet difficilement saisissable en dehors des orthodoxies qui, explicitement hier, implicitement aujourd’hui, entendent la normer) que sur les rapports entre oralité et écriture.

  • 10 J. RANCIERE, 1987. M. de CERTEAU, 1982, chap. 7 : “L’illettré éclairé”.

19Cela suppose de considérer l’illettrisme autrement que comme un manque ou un handicap (ce qu’il est aussi, bien entendu) mais comme quelque chose qui est de l’ordre de la docte ignorance10, témoignage muet et énigmatique de savoirs et de savoir-faire logiquement antérieurs à la prise de l’écriture, condition obscure de nos lectures et de nos écrits. Logiquement et non chronologiquement : l’adulte illettré n’est ni un grand enfant, ni un bon ou un mauvais sauvage. Si le souci de l’illettrisme peut avoir un sens, au delà des émotions et des mobilisations légitimes en leur ordre, c’est d’interroger les formes de partage et de passage du sens liées aux stratégies qui se déploient en deçà et au delà de l’écrit, en ses marges mouvantes et insues.

  • 11 F. FLAHAULT, 1988.

20L’écrit codifie, organise, rationalise notre rapport au monde et aux autres et les logiques scripturales étendent leur empire sur l’ensemble de nos sociétés. François Flahault suggère un rapprochement saisissant entre ce rationalisme technicien de l’écrit et une certaine philosophie éclairée, progressiste, optimiste. Dans le texte de présentation de son livre L’Interprétation des contes11, il signale rapidement mais de manière particulièrement éclairante comment, dans notre tradition culturelle, le rapport entre oral et écrit est lié aux questions de la finitude de l’individu et de la déchirure sociale. Il n’y a guère qu’une chose sur laquelle nous nous entendons tous, note-t-il, “c’est que ça ne va pas”. En réponse à ce constat, “certains discours présupposent que ça doit pouvoir s’arranger, d’autres, qu’il faut faire avec. Les discours qui prennent appui sur un accord du premier type passent par l’écrit et constituent des doctrines du salut (...). Chacun d’eux définit à sa manière ce qui ne va pas, mais tous nous en laissent espérer le dépassement. La vie en société, du moins telle que nous la connaissons, y est toujours dépréciée : ce type de discours nous engage à nous affranchir de l’emprise du social pour nous ouvrir à de plus hautes perspectives : impassibilité stoïcienne ou épicurienne, restauration de l’origine, immortalité personnelle, accès à l’Être ou au Souverain Bien, fin de l’Histoire, société sans classes, etc. Les discours du second type, plus souvent oraux et articulés à des pratiques, appelons-les “discours de la positivité du manque’’. Le trait qui les caractérise est que ce qui nous fait défaut, au lieu d’être considéré comme un mal, ou seulement comme un mal, y vaut comme ressource (...) ; jugés à l’aune des doctrines légitimes, les discours et les pratiques de la positivité du manque apparaissent comme de la non-pensée : des choses qui se disent ou se font mais qui restent dépourvues de cette belle consistance propre au Savoir et au Livre’’.

21Dans cette perspective, l’illettrisme peut se charger d’une signification plus complexe que celles du handicap, du déficit, de l’arriération. Elle est à chercher du côté des récits, des paroles, des bavardages qui rendent supportable la difficulté d’exister et tissent les fils d’un improbable être-ensemble. La focalisation sur l’incapacité d’accéder à l’écrit masque mal l’insupportable exclusion qui résulte de l’impossibilité de se faire entendre et reconnaître, de participer à la délibération quotidienne, de s’insérer dans ces formes de sociabilités conflictuelles mais verbalisées qui donnent à l’existence sa dimension politique et poétique.

  • 12 L. GIARD, 1988.

22C’est ce que souligne Luce Giard lorsqu’elle écrit : “En vérité, l’oralité règle les échanges les plus nombreux, les plus nécessaires de la vie commune, ceux qui toujours répétés tissent la trame des jours et donnent forme à la vie sociale, par exemple à travers les rituels de politesse répétés chaque jour... Car l’usage de la parole est indispensable à la rencontre d’autrui, à cette pratique infinie de la conversation qui transmet des informations, libère des angoisses, soulage, console, occupe, distrait, et finalement permet de continuer à vivre, comme l’un parmi tant d’autres, sur la scène sociale12”.

23C’est pourquoi les paroles et les récits non encore alignés le long des pages imprimées, ce silencieux bruissement qui engendre les chapitres oubliés et méconnus de la prose du monde social constituent comme le palimpseste sur lequel s’inscrit un consensus (lourd de fantasmes, de conflits et de manœuvres) dont l’illettrisme constitue désormais le prétexte.

Bibliographie

Bibliographie

CERTEAU (M. de), La Fable mystique, Paris, Gallimard, 1982, chap. 7 : “L’illettré éclairé”.

CHARTIER (A-M.) et HÉBRARD (J.), Discours sur la lecture, 1880-1980, Paris, BPI, coll. Etudes et recherche, 1989.

CHARTIER (R.) et HÉBRARD (J.), “Les imaginaires de la lecture”, Histoire de l’édition française, Promodis, tome IV.

DELEBARRE (Μ.), “A propos de l’illettrisme”, Actualité de la formation permanente, no 96, juillet 1988.

FLAHAULT (F.), L’Interprétation des contes, Denoël, 1988.

GIARD (L.), “La parole vive”, Informations sociales, no 8, 1988.

HÉBRARD (J.), “L’illettrisme, une émotion des classes cultivées”, Bibliothèques publiques et illettrisme, Direction du Livre et de la Lecture, 1986.

HÉBRARD (J.), “Les nouveaux lecteurs”, Histoire de l’édition française, Promodis, tome III.

LAE (J.-F.) et NOISETTE (P.), “Je, tu, il, elle apprend : étude documentaire sur quelques aspects de l’illettrisme”, Paris, La Documentation française, 1985.

LION (A.), “Des illettrés par millions”, Informations sociales, no 8, 1984.

POULAIN (M.), “L’illettrisme : fausses querelles et vraies questions”, Esprit, septembre 1989.

RANCIÈRE (J.), Le Maître ignorant, Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Fayard, 1987.

Notes

1 J.-F. LAE et P. NOISETTE, 1985. J. HÉBRARD, 1986. M. POULAIN, 1989.

2 A. LION, 1984.

3 M. DELEBARRE, 1988.

4 Pour une analyse d’ensemble des discours et des représentations de la lecture cf, A-M. CHARTIER et J. HÉBRARD, 1989.

5 Comme on peut le voir dans l’usage qui est fait de la recherche dans les rapports commandés à des “autorités” par les différents services de l’Etat. Lorsqu’elles ne sont pas ignorées, les conclusions, toujours relatives aux procédures épistémologiques qui les ont produites, sont retraduites en termes de constats ou d’états des lieux qui opèrent comme arguments pour des choix politiques.

6 Cette analyse est empruntée à Les Représentations du social, éléments pour le bilan d’une recherche, (multigraphié, sd), rapport du Groupe d’études sur les représentations du social, animé par J. RANCIERE au Ministère de la Recherche et de la Technologie. Cf aussi, J. RANCIERE, 1987, p. 338-340. On sait que le terme d’illettrisme a été inventé par le groupe ATD-Quart Monde qui déploie une intense activité argumentative à faire reconnaître les droits et la dignités des exclus de la “société d’abondance”.

7 Encyclopædia Universalis, Universalia 1985, p. 358

8 ibid.

9 Jean HEBRARD, “Les nouveaux lecteurs”, Histoire de l’édition française, Promodis, tome III. Roger CHARTIER et Jean HÉBRARD, “Les imaginaires de la lecture”, Histoire de l’édition française, Promodis, tome IV.

10 J. RANCIERE, 1987. M. de CERTEAU, 1982, chap. 7 : “L’illettré éclairé”.

11 F. FLAHAULT, 1988.

12 L. GIARD, 1988.

Auteur

Responsable du Service des Etudes et de la Recherche, Bibliothèque Publique d’information, Centre Georges-Pompidou, Paris.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search