Version classiqueVersion mobile

L'“illettrisme” en questions

 | 
Jean-Marie Besse
, 
Marie-Madeleine de Gaulmyn
, 
Dominique Ginet
, 
et al.

Première partie. Construction sociale de l’illettrisme

Les représentations sociales de l’illettrisme

Analyse des discours de la presse

Catherine Frier

Texte intégral

1Vers le début des années 80, on voit apparaître dans les discours de la presse un nouvel objet de focalisation médiatique : l’illettrisme. Ces discours sont en quelque sorte l’écho des discours du sens commun et de la connaissance ordinaire, qui véhiculent nos représen-tations sociales sur l’illettrisme et les illettrés.

2Ces représentations sociales sur l’illettrisme apparaissent logiquement très fortement conditionnées en amont par les représentations sociales liées dans notre société à l’acte de lecture, considéré comme une valeur en soi, à la fois morale et culturelle. Cependant, toute activité de lecture n’est pas systématiquement auréolée du même prestige : à côté des “vraies lectures” (lectures de livres, lectures “culturelles” s’adressant aux initiés), on trouve les “lectures de masse”, moins nobles, qui s’adressent quant à elles aux lecteurs ordinaires.

3Cette distinction arbitraire entre les différents types de lectures reproduit la plupart du temps dans les discours du sens commun une sélection sociale initiale, et devient en ce sens un outil de discrimination sociale : dis-moi ce que tu lis…

4A cette distinction sur les types de lectures s’en ajoute une autre, non moins arbitraire sur les types de lecteurs. La valse des typologies tourne à l’infini étiquetant sur son passage “bons” et “mauvais” lecteurs. Au sommet du podium on aperçoit le bon lecteur, tout près du lettré et du superlecteur. Au bas de l’estrade, piteux, se cache l’illettré.

5On imagine donc très bien dans ces conditions quelle va être l’image du “mauvais lecteur”, du “non-lecteur”, de “l’illettré”, dans une société qui surévalue le livre et la lecture.

6Le travail qui va être présenté ici est le résultat d’une étude documentaire sur un corpus de quarante et un articles dont vingt-sept articles de grande presse, huit articles de presse spécialisée, six articles de presse quotidienne régionale, parus entre 1979 et 1989, et traitant du problème de l’illettrisme. Ce corpus, bien que n’étant pas exhaustif, nous a néanmoins semblé très représentatif de l’ampleur médiatique du phénomène dans la presse, toutes tendances idéologiques confondues.

7Lorsque l’on essaie de desserrer un à un les fils de cette rhétorique de l’insinuation qui caractérise les discours sur l’illettrisme et les illettrés, lorsque l’on s’efforce par un travail d’analyse de contenu, de reconstituer bribe par bribe, le portrait-robot de l’illettré, on voit se dégager peu à peu des réseaux de connotation et d’induction très marqués, sur lesquels s’échafaudent toutes sortes de mythologies aux abords troubles de la rumeur…

1. LES RÉSEAUX DE CONNOTATIONS

1.1. Le registre de la maladie

8Les expressions qui appartiennent au registre de la maladie sont les plus nombreuses dans notre corpus. Nous avons relevé les plus caractéristiques. On présente d’emblée les illettrés comme des “citoyens infirmes”, des “handicapés”, des “infirmes de la lecture”, une “population mutilée”. L’illettrisme quant à lui apparaît comme une “maladie”, un “handicap”, une “carence sociale”, une “lexico-névrose”, un “virus héréditaire”, une “infirmité”, un “mal social”.

  • 1 On fait référence ici aux “trois D” : dyslexie, dysorthographie, dyscalculie.

9C’est pour cette raison qu’il est question de “dépistage” (Libération, 12 janvier 1984, L’Événement du Jeudi, 19 au 25 mai 1988 : “On en dépiste1 8 % dans les cours préparatoires”. Il est intéressant et fort révélateur d’ailleurs de noter que le vocabulaire utilisé pour parler de la maladie illettrisme ressemble à s’y méprendre à celui qui ordinairement est réservé au Sida. Rien d’étonnant à cela puisque le rapport CLE de la Fédération Léo Lagrange nous révèle que “l’illettrisme et l’analphabétisme arrivent au troisième rang des préoccupations nationales, après le chômage et les problèmes de santé (cancer, toxicomanie, alcoolisme, sida)”.

10Nous y voilà… L’illettrisme est donc une grave maladie qui a ses propres “symptômes” (L’Événement du Jeudi, 19-25 MAI 1988), le “mal dont souffrent des millions de français aujourd’hui” (Le Monde, 28 février 1986). Le GPLI parle de “diagnostic” et constate “l’ampleur du mal” (Le Monde, 12 janvier 1984).

11Le plus grave dans tout cela, c’est que la maladie est contagieuse : “ le virus fait des ravages et se transmet de génération en génération. Jean-Yves, l’illettré humilié ignore que trois de ses six enfants sont dyslexiques et que sa fille aînée, âgée de neuf ans, ne sait toujours pas lire couramment” (Le Monde, 29 octobre 1987).

12L’épidémie d’illettrisme, nouveau fléau dont le spectre sinistre plane au-dessus de nos têtes, fait resurgir, comme jadis la peste, de très anciennes peurs.

1.2. Le registre de la peur

13La maladie illettrisme fait peur. Pourquoi ? D’abord parce qu’elle est associée d’emblée aux phénomènes de marginalité et de délinquance (cf. “liaison évidente entre illettrisme et délinquance juvénile”, Le Quotidien de Paris, 12.1.84). Les illettrés sont avant tout considérés comme des marginaux. Mais le plus grave, c’est que cette marginalité ne se voit pas forcément ; pire, elle est cachée, et l’on peut la côtoyer sans même le savoir. Les illettrés nous inquiètent d’autant plus que leur différence est invisible au premier abord. On se les représente donc comme des “marginaux invisibles”, des “citoyens perdus”, “une secte disparate”, des “clandestins du savoir”, etc. Toutes ces expressions alimentent la rumeur qui court au sujet de l’illettrisme, cet “ennemi qui est montré du doigt” (La Vie, décembre 1987). D’où l’utilisation d’un vocabulaire hyperbolique pour décrire l’illettrisme au travers de véritables visions apocalyptiques : “spirale diabolique et terrifiante”, “parcours terrible”, “voyage au bout de l’enfer”, “calvaire”, “mot terrible”, “fléau qui guette la société de demain”, “cycle infernal”, “cauchemar”, “enfer”, “désastre”, etc. Il n’y a pas semble-t-il de mot assez fort pour décrire l’horreur de ce fléau, cet ennemi public numéro un qu’il s’agit d’abattre à tout prix.

1.3. Le registre de la lutte

14L’ultimatum est lancé : il faut partir en guerre contre ce mal à l’état pur qui risque de nous envahir. D’où l’idée de la croisade, guerre sainte engagée contre l’ennemi, l’infidèle. Ainsi, Libération du 15 avril 1987 titre : “L’illettrisme, nouvelle terre de mission”. On parle aussi de croisade dans L’Événement du Jeudi du 19 au 25 mai 1988. Mais qui sont les soldats dans cette lutte ? En face des “citoyens perdus” et autres canards boiteux illettrés, on, rencontre une armée d’”hommes de bonne volonté”,” hommes de cœur et d’intuition”, “militants”, “bénévoles”, véritables “missionnaires du droit au savoir”…

15Si le portrait du missionnaire ressemble à l’ange blanc, celui de l’accusé, par contre, est noirci à outrance. Mais on n’est pas là, il faut croire, pour faire dans la nuance.

1.4. L’émergence d’un archétype

16Tous ces discours qui véhiculent des représentations très négatives de l’illettrisme, comme celles que nous venons d’évoquer, finissent par faire apparaître un portrait-robot de l’illettré, très stéréotypé, qui réunit à lui seul toutes les tares aussi bien sociales que physiques et intellectuelles, et qui semble destiné à répondre aux attentes d’un public de lecteurs avides de détails piquants et de sensations fortes.

17On nage par moments en plein Zola : âmes sensibles s’abstenir…

18En deux mots, mieux vaut être beau, riche, et en bonne santé, qu’illettré, chômeur, malade et honteux…

1.5. Où trouve-t-on les illettrés ?

19Bonne question. La réponse est très simple : dans le quart-monde. Dans Libération du 12 janvier 1984 on peut même lire que “l’illettrisme touche le bas-peuple”. Au moins on est fixé, on n’ira pas chercher ailleurs, et pourtant… Toujours est-il que les organismes qui luttent contre l’illettrisme recrutent exclusivement leur clientèle dans les milieux sous-prolétaires, qui cumulent déjà le plus de handicaps sociaux et ont le mérite, comme le soulignent fort bien Jean-François Lae et Patrice Noisette, d’être déjà bien connus des services sociaux :

  • 2 J.-F. LAE. P. NOISETTE, 1985.

“Le kangourou de l’action sociale fouille sans fin dans sa poche à la recherche de nouveaux symptômes2”.

20Bref, on reprend les mêmes, une fois de plus, pour un autre problème, et on recommence.

1.6. Où habitent les illettrés ?

21Là c’est déjà moins simple. La réponse sera un peu plus floue :

“Les illettrés vivent en retrait de la société. Ils habitent plus souvent dans les grandes métropoles que dans les petits villages reculés. Au milieu du monde et hors du monde…”(Le Point, no 791, 16 novembre 1987).

22Comme nous l’avons déjà souligné plus haut, les discours sur l’illettrisme ont tendance à insister sur les difficultés de repérage du public illettré, qui “on le sait bien” cherche à se cacher. Heureusement ce public possède, comme nous le prouvent de nombreux témoignages journalistiques, certaines caractéristiques physiques qui ne trompent pas.

1.7. Quelles sont les caractéristiques physiques des illettrés ?

“La malnutrition précoce, les conditions de misère et d’exclusion ont façonné leur profil cérébral et leur allure sur un modèle unique. L’apparence de Violette, fillette de quarante ans, résume cet archétype : silhouette chétive, fragilité épidermique et motricité hésitante”(L’Événement du Jeudi, 19 au 25 mai 1988).

23Si l’on en croit ce témoignage d’un formateur, il existe donc un profil type d’illettré, que l’on retrouve par exemple chez cet “adolescent timide, gauche et souriant” (L’Événement du Jeudi, 19-25 mai 1988), ou chez Michel, 20 ans, qui “bégaye un peu et souffre d’un acné coriace et prolixe” (Libération 7 octobre 1983), ou encore chez ce groupe de jeunes en stage décrits par le formateur :

“Jeans et blousons contre superpositions de robes imprimées vieillottes, de gilets délavés et de méchantes bottines récupérées au hasard des quêtes” (L’Événement du Jeudi, 19-25 mai 1988).

24Peu sûrs d’eux donc, des boutons sur le nez, mal habillés. Le pire, c’est qu’ils n’ont jamais eu de chance dans leur vie…

1.8. Drames personnels : la série noire

25Voici quelques portraits particulièrement chargés, où rien ne manque au tableau des échecs en tous genres :

“Le père invalide, au chômage ou absent, une famille nombreuse confinée dans un logement trop petit et dans laquelle l’enfant a juste le droit de ne pas déranger, la faillite d’un environnement culturel, des ruptures dans l’histoire personnelle scandée par des maladies psychosomatiques. Une vie marquée par l’absence de communication cognitive et affective” (Libération, 15 avril 1987).

“Fils d’un ouvrier tombé d’un échafaudage et d’une femme de peine alcoolique, son histoire semble sortie de Zola. Mais elle se passe dans une cité HLM des faubourgs d’Amiens, à l’orée du vingt-et-unième siècle, et ressemble à la plupart des biographies d’illettrés” (Le Monde, 29 octobre 1987).

“Il entre dans la vie active à quatorze ans comme couvreur-plombier. Il n’a alors aucun diplôme et pas de formation professionnelle (…). Mariage. Deux enfants, qu’André ne pourra aider dans leurs devoirs d’école. Puis c’est une série d’échecs où l’analphabétisme a sa part : alcoolisme, perte de son emploi de couvreur-plombier, divorce” (La Croix, 13 janvier 1984).

“Cette petite femme de trente-six ans, par exemple, à demi-illettrée, accablée de 500 000 francs de dettes de loyer et handicapée par une mauvaise santé…”.

26A ce chapelet de tares et d’échecs se surajoute un profil intellectuel assez catastrophique :

“Système logique : néant, repères spatio-temporels : flous. Il ne s’agit pas de débilité innée, mais d’une espèce de sottise acquise par accumulation de carences”. (L’Événement du Jeudi, 19-25 mai 1988).

27Il ne s’agit peut-être pas de “débilité innée” mais la notion de “sottise acquise” n’a rien de bien réjouissant tout de même…

28Ainsi, comme nous venons de le voir, le portrait de l’illettré dans la presse réunit à lui seul, dans un décor de misère, toutes les caractéristiques du malheur. Mais à bien regarder toutes ces descriptions sans nuances, on a tout de même l’impression que l’archétype frôle par moment la caricature :

“Leur vie quotidienne est un enfer. Ils rasent les murs par discrétion, par humilité. Parce qu’ils l’ont toujours fait ! On les croise mais on ne les voit pas” (Télérama, 29 octobre 1986).

  • 3 Groupe Recherche et Méthodes.

29Voici donc, pour clore ce descriptif tragique ce témoignage de Couatef, vingt-deux ans, illettrée, en stage de formation au GRM3 pour réapprendre à lire et à écrire, qui laisse échapper, quand elle ne “sait plus à quoi se raccrocher” : “Des fois, je me demande pourquoi je vis encore !”.

30Ne pas savoir lire et écrire à notre époque doit certainement compliquer la vie dans de nombreux domaines et poser d’indéniables problèmes. Nous acceptons ce fait. Nous refusons simplement tout le reste, c’est-à-dire les séries d’approximations et d’extrapolations hasardeuses, de projections fantasmatiques qui collent à la peau des illettrés dans les discours journalistiques et les relèguent dans une sorte de no man’s land de misère où dignité, épanouissement personnel et bonheur n’existent pas.

2 - LES RÉSEAUX D’INDUCTION

31Nous avons déterminé, parmi les plus caractéristiques, quatre réseaux d’induction sur les conséquences de l’illettrisme. Ces réseaux concernent :

  • le sentiment de honte des illettrés,
  • le niveau culturel des illettrés,
  • leur façon de s’exprimer à l’oral,
  • la maîtrise de l’écrit comme facteur incontournable de l’épanouissement personnel.

2.1. Les illettrés sont morts de honte

32Pratiquement tous les articles de notre corpus (sauf de rares cas plus prudents) affirment cet état de fait comme une certitude. On insiste lourdement donc sur cette honte qui va de soi, on donne des témoignages poignants qui montrent “la face cachée de l’illettrisme, avec son cortège de hontes, de culpabilités et souvent de sentiments d’inutilité” (Canal + Magazine, février 1989).

33L’impression générale, cependant, qui se dégage à la lecture de ces articles est que cette honte est peut-être en grande partie induite dans le discours par l’énonciateur. Dans le cas des témoignages d’illettrés par exemple, on peut se demander si les questions qui ont été posées à ces personnes par les journalistes, mais également la manière de poser ces questions, n’ont pas dans une très large mesure influencé les réponses obtenues. Certes le processus ne marche pas à tous les coups comme on peut le voir dans cet article de Marie-Claire (mars 1986) où une jeune fille illettrée répond ne pas avoir honte de son analphabétisme. “Oui mais” s’empresse alors de rajouter la journaliste, “elle ne le crie pas sur les toits !”.

34Pourquoi le ferait-elle ? N’y a-t-il donc pas d’autre alternative dans cette histoire entre l’orgueil mal placé et la honte ? Permettons-nous ici un certain scepticisme… Scepticisme d’autant plus justifié d’ailleurs par quelques indices dans le discours lui-même qui dénotent une certaine ambiguité à l’égard de cette honte des illettrés. On remarque par exemple que les termes “honte” et “humiliation” sont utilisés conjointement et de façon indifférenciée, un peu comme s’ils étaient synonymes. C’est peut-être bien ici, dans cette association de deux termes dont l’un (la honte) est la conséquence du second (l’humiliation), que réside la clé du problème : “Pour les aider, il faut arriver à déloger la HONTE et le doute permanent qui se sont installés en eux. Suis-je bête ou pas ? Cette question obsédante, entretenue par L’HUMILIATION quotidienne, les empêche souvent d’apprendre” (Bruno Couder, propos recueillis dans Télérama, 29 octobre 1986).

35On en vient peu à peu à se demander qui, au bout du compte, a honte de qui, de quoi ? Qui est humilié ? Qui humilie ? Tout cela semble bien compliqué.

36Peut-être faut-il, pour y voir un peu plus clair, relever au hasard des discours quelques phrases très significatives qui présentent le problème d’une toute autre façon :

“la honte de chaque illettré rejaillit tôt ou tard sur l’ensemble des
citoyens” (Le Point, 16 novembre 1987).
– “Nous n’avons pas à avoir honte” (nous les lettrés…)
“Prendre à bras le corps l’illettrisme honore un pays développé comme
la France” (Télérama, 8 février 1989).

37Nous y voilà enfin… La prétendue honte des illettrés ne serait-elle pas tout simplement induite en grande partie par le mépris pudique et masqué des lettrés, leur propre honte à l’égard de ce qu’ils considèrent comme une tare culturelle inavouable ? Certaines questions posées par le Journaliste du film sur l’illettrisme présenté en février 1989 sur Canal +, comme : “Est-ce qu’il t’arrive de te sentir bête ?”, nous donnent à penser que la honte des illettrés peut effectivement être induite dans une assez large mesure.

38Le témoignage d’un jeune illettré interviewé dans ce film est d’ailleurs assez révélateur à cet égard. Selon lui, le fait de ne pas savoir lire n’est pas méprisable en tant que tel, mais c’est le regard des autres qui est difficile à supporter et engendre souvent la honte :

“C’est pas un déshonneur, mais faut faire gaffe à comment tu demandes sinon tu te le prends dans la gueule…”.

39Il semble donc indispensable de nuancer cette notion de honte, dans la mesure où le jugement de ceux qui savent lire est loin d’être neutre et bienveillant et peut, si l’on n’y prend garde, contribuer à enfermer l’illettré dans cette honte qu’on lui a fabriquée sur mesure. Les contradictions, les ambiguités, affleurent tout au long des discours sur l’illettrisme, indiquant en filigrane que les illettrés ont peut-être moins honte qu’ils ne sont méprisés.

2.2. Le niveau culturel des illettrés = néant

40Un autre type d’insinuations concerne le niveau culturel des illettrés. Là encore les affirmations péremptoires vont bon train, et associent automatiquement, comme si cela allait de soi, illettrisme et absence de culture, de savoirs en général, ignorance, voire abêtissement. “Hommes du non-savoir” selon l’expression du Point (7 avril 1980), les illettrés baissent la tête devant “ceux qui savent” (La Croix, 13 janvier 1984), et comme ils se cachent par honte, “c’est souvent par accident que leurs proches découvrent l’étendue de leur ignorance” (Télérama, 29 octobre 1986).

41Compte tenu donc de l’étendue de cette ignorance, compte tenu de la faille culturelle que semble constituer l’illettrisme, les organismes de lutte doivent se préoccuper non seulement de relever le niveau des illettrés eux-mêmes, mais également de leurs familles, de leurs parents. Ainsi l’association ATD Quart-Monde propose-t-elle des séances de soutien scolaire à domicile destinées à aider les enfants, mais aussi à “éduquer les parents”.

42Mais au fait, à quelle culture fait-on référence ici ? A quels savoirs ? N’y a-t-il pas danger à ne reconnaître comme légitime que la seule culture de l’écrit et à nier toutes les autres formes de cultures et de savoirs parallèles ?

2.3. Illettrisme et expression orale

43Autre postulat concernant les illettrés : ils ne savent pas parler. Tout se passe en effet comme si l’on considérait comme très fortement liés les problèmes de lecture et d’écriture, et les difficultés d’expression orale. S’il existe des corrélations entre ces deux niveaux dans certains cas précis de dyslexie, certaines pathologies d’ordre psycho-logique affectant la sphère du langage dans son ensemble, il semble pour le moins hasardeux d’établir un parallèle avec l’oral. Cette relation n’a en tout cas pas été prouvée jusqu’à présent. Il n’empêche que cette affirmation très aléatoire revient comme un leitmotiv dans les discours sur l’illettrisme. L’idée généralement admise à ce sujet par l’opinion générale, est que ceux qui ne savent pas lire ne savent pas non plus parler.

44Nombreux sont les témoignages dans la presse qui alimentent cette image de l’illettré piètre parleur :

– “Elle parle lentement, elle hésite, elle cherche ses mots, on a parfois du mal à entendre” (Marie-Claire, mars 1986) ;
– “Ils se racontent avec des phrases courtes” (Le Matin, décembre 1986) ;
“Ils ont renoncé à une parole personnelle” (La Vie, décembre 1987) ;
“Nous avons dû parfois, pour la bonne compréhension du texte, modifier légèrement le (ur) langage…” (Marie-Claire, mars 1986).

45Mais n’est-il pas légitime de se demander dans quelles conditions ont été enregistrés ces “discours pauvres et timides” ? Même si l’entretien s’est déroulé dans de bonnes conditions, le contexte de l’interview demeure de toutes façons insécurisant et favorise chez l’enquêté le sentiment d’être jugé, surtout, comme c’est le cas ici, si l’on interroge la personne sur un domaine qu’elle ne maîtrise pas et par rapport auquel elle est en échec (l’écrit), et qu’on lui présente implicitement, voire inconsciemment, à travers les représentations portées par le discours de l’enquêteur, cette situation comme dévalorisante (“Est-ce qu’il t’arrive de te sentir bête ?”).

46Cela explique peut-être, en partie du moins, les défaillances et le manque d’assurance que l’on peut relever dans l’expression orale de ceux qui maîtrisent mal l’écrit.

  • 4 J.-F. LAE, P. NOISETTE, op. cit. p. 44.

47Leur façon de parler nous déconcerte. On ne veut y entendre qu’un “langage pauvre, au faible répertoire, au vocabulaire sommaire, au lexique trop court4”. Mais ce langage a une force. Ces mots ont leur poids, leur richesse, leur résonance propre, qu’il faut peut-être apprendre à écouter dans leur spécificité, hors du cadre de comparaison strict de l’écrit et du langage normé, dans l’horizon plus large d’un système de communication multiforme.

2.4. Maîtrise de l’écrit et épanouissement de la personne

48Ce dernier réseau d’inductions contient à lui seul tous les autres puisqu’il se rapporte à l’image de la personne illettrée dans son intégralité. Il concerne la maîtrise de l’écrit comme facteur incontournable de l’épanouissement personnel. La position la plus courante et la mieux admise à ce sujet dans les différents discours sur l’illettrisme est la suivante :

  • 5 Le recteur de l’Académie de Grenoble, Propos recueillis dans le Dauphiné libéré, 14 novembre 1984.

“La maîtrise de l’écrit aussi bien à travers la lecture qu’à travers l’écriture, constitue le fond intangible, le bagage indispensable sans lequel l’individu ne peut accéder à l’épanouissement de sa personnalité individuelle comme de sa personnalité sociale”5.

49En d’autres termes, tout individu qui ne maîtrise pas l’écrit est assimilé à un être diminué qui ne peut, non seulement sur le plan social mais également sur le plan personnel, se réaliser pleinement. Nous ne discuterons pas ici des implications sociales et économiques de l’illettrisme, qui peuvent être clairement démontrées. Par contre les implications touchant à la sphère personnelle nous paraissent éthiquement beaucoup plus graves.

50On va par exemple attribuer aux illettrés “l’incapacité totale ou partielle de gérer avec autonomie leur vie administrative, sociale ou privée” (Le Matin, 8-9 mars). On postule également que la vie des illettrés est “marquée par une absence de communication affective et cognitive”, et qu’au sein de sa famille l’enfant “a juste le droit de ne pas déranger” (Lyon Libération, 15 avril 1987).

51Globalement les illettrés sont donc présentés comme des êtres privés d’amour, car rejetés, ayant de fait peu d’amis, prisonniers de leur sort puisque “les chemins de la liberté passent par la maîtrise de la lecture” (L’Événement du Jeudi, 19-25 mai 1988), incapables de gérer leur existence en conscience puisqu᾿ “un citoyen est un homme qui sait lire” (Le Dauphiné libéré, 14 novembre 1984), et d’être tout simplement heureux…

52On considère donc urgent de leur proposer un projet de vie, qui se résume en fait à leur apprendre à lire. Les résultats de cet apprentissage, clé de leur futur bonheur, s’apparentent tels qu’ils sont décrits à une métamorphose miraculeuse (cf. “Les miraculés passés de l’autre côté de la barrière”, L’Événement du Jeudi, 19-25 mai 1988), et frôlent parfois le gag encore une fois :

– “Ses boutons ont du coup presque disparu et sa diction s’est améliorée. Lui qu’on disait débile s’est même inscrit au karaté pour déverser son surplus d’énergie” (Libération, 24 janvier 1980).
–“Face aux logiciels de l’atelier pédagogique, le miracle se produit (…). Trois fois par semaine, face à son clavier, Stéphane pianote, déchiffre et apprend les lois de la commutativité. Six mois plus tard, il réussit son CEP, passe son permis de conduire et se met à dévorer, le week-end, des manuels d’informatique : “j’ai acheté un traité de Chomsky, mais c’est un peu dur pour moi”.

53De l’analphabétisme à Chomsky donc, vaste programme, qui peut en effet relever du miracle…

54Comme c’était le cas pour les différents réseaux d’inductions que nous venons d’évoquer, on a l’impression qu’en ce qui concerne l’épanouissement de la personne, c’est encore notre regard qui, par le prisme de nos valeurs, de nos représentations, de notre idéologie, parfois aussi de nos fantasmes, transforme les illettrés en sous-hommes, incapables de penser, d’avoir des amis, de vivre de vraies histoires d’amour, de rêver leurs propres rêves…

55Cette tendance systématique à glisser vers des jugements hâtifs et stéréotypés à l’égard de l’illettré nous paraît très dangereuse dans la mesure où elle peut masquer en profondeur un manque de reconnaissance fondamental à l’égard de cette personne. Cette négation de l’autre dans sa différence est accompagnée dans les discours sur l’illettrisme par un cortège de sentiments charitables et d’arguments moraux. Mais quels que soient ces arguments, il est important de ne pas oublier qu’il s’agit moins d’apprendre à lire pour être reconnu que d’être reconnu pour apprendre à lire. Tout le problème est là. Toute l’ambiguïté des discours sur et de la lutte contre l’illettrisme est là aussi.

Bibliographie

Bibliographie

FRIER (C.), Illettrisme et Communication. Approche sémiotique des problèmes d’acculturation à l’écrit. Thèse présentée en vue de l’obtention du Doctorat de linguistique et didactique des langues sous la direction du Professeur M. DABÈNE, Grenoble, Université Stendhal, Grenoble III, 1989.

LAE (J.-F.) et NOISETTE (P.), “Je, tu, il, elle apprend : étude documentaire sur quelques aspects de l’illettrisme”, Paris, La Documentation française, 1985.

Notes

1 On fait référence ici aux “trois D” : dyslexie, dysorthographie, dyscalculie.

2 J.-F. LAE. P. NOISETTE, 1985.

3 Groupe Recherche et Méthodes.

4 J.-F. LAE, P. NOISETTE, op. cit. p. 44.

5 Le recteur de l’Académie de Grenoble, Propos recueillis dans le Dauphiné libéré, 14 novembre 1984.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search