Version classiqueVersion mobile

Quand le Tout-Lyon se compte…

 | 
Yves Grafmeyer

Conclusion

Texte intégral

1Les quelques milliers de notices réunies dans les volumes du Tout-Lyon décrivent à grands traits un ensemble humain socialement préconstruit et, dans une large mesure, auto-défini. L’annuaire se nourrit de l’enchevêtrement de multiples réseaux d’inter-connaissance dont il contribue d’ailleurs à entretenir la vitalité, puisque telle est bien sa principale raison d’être. Plutôt qu’une collection d’individualités triées selon les critères de la profession exercée ou de la réussite personnelle, il livre à l’observateur quelques éléments de repérage d’un milieu local qui tire sa consistance de ces interrelations mêmes, ainsi que des appartenances familiales qui bien souvent les sous-tendent et interviennent largement dans la définition des identités individuelles.

2Collectivement, cette constellation de familles se caractérise par tout un faisceau de propriétés qui lui confèrent sa physionomie propre. Mais, prise individuellement, chaque personne figurant dans l’annuaire est très inégalement dotée des divers atouts susceptibles de légitimer son appartenance au monde du « Tout-Lyon ». Prendre en considération cette diversité, c’était donc aussi une façon de discerner selon quelles règles, et dans quelles limites, se trouvent comparées, substituées ou échangées des propriétés sociales apparemment aussi hétérogènes que l’ancienneté dans la bourgeoisie locale, l’appartenance à l’aristocratie, le prestige de la profession, la notoriété individuelle, ou encore l’exercice de responsabilités publiques valorisantes.

3Ce jeu d’équivalences partielles et de convertibilités relatives intervient déjà une première fois dans le processus même de production de la source statistique. On l’a vu, en particulier, à propos des catégories de jugement mises en œuvre par l’éditeur lorsqu’il sélectionne les candidats à l’inscription dans l’annuaire. Ces appréciations fonctionnent en effet à la manière d’un système implicite de comparaisons et de compensations éventuelles entre les diverses propriétés sociales dont les solliciteurs sont inégalement pourvus. Comme ces jugements ne sont pas propres au seul responsable de la publication, ils présentent l’intérêt de traduire, de façon plus large, tout le jeu des représentations collectives plus ou moins diffuses dont l’annuaire se fait indirectement l’écho.

4Le même raisonnement vaut encore pour les éléments de présentation de soi que chaque ménage sélectionné décide de rendre visible ou, au contraire, de passer sous silence dans la rédaction de sa notice. C’est ainsi par exemple que l’absence d’indication professionnelle, tout en limitant la portée de certaines analyses statistiques, n’en est pas moins apparue comme significative en soi, puisque bien corrélée avec d’autres caractéristiques personnelles ou familiales qui pouvaient légitimer cette discrétion.

5Enfin, les éditions successives de l’annuaire enregistrent, même si c’est de façon incomplète et tronquée, les lignes de force selon lesquelles tantôt se reconduisent, tantôt se recomposent, les propriétés sociales caractérisant les familles. Limité il est vrai aux quelques indicateurs fournis par les notices, ce jeu de l’identité et de la mobilité a pu être envisagé tant dans la succession des générations qu’à l’occasion des alliances matrimoniales.

6Parmi les traits qui caractérisent globalement cet ensemble de personnes et de familles, l’un des plus typiques est sans doute d’ordre démographique. L’aisance matérielle, l’homogamie sociale, la stabilité géographique, l’empreinte de la tradition catholique, l’ancienneté des positions sociales héritées et les modalités de leur transmission combinent ici leurs effets pour rendre compte d’un niveau moyen de fécondité particulièrement élevé, y compris au sein des générations les plus jeunes.

7La spécificité de cette population se traduit aussi par le regroupement des domiciles dans quelques secteurs bien précis de l’agglomération lyonnaise. Là encore, les indices mesurant le phénomène atteignent des valeurs exceptionnellement fortes, par comparaison avec celles qui peuvent être calculées sur les catégories professionnelles les plus « ségrégées ».

  • 1 M. PINÇON et M. PINÇON-CHARLOT, Dans les beaux quartiers, Paris, Seuil, 1989.

8L’hyper-concentration des couches dominantes est un fait bien connu, qu’un ouvrage récent vient encore de confirmer sur le cas parisien1. Les membres des grands corps de l’Etat ne se localisent pas comme l’ensemble des cadres supérieurs, les professeurs au Collège de France et les membres de l’Institut sont plus « ségrégés » que la moyenne des universitaires, etc... Au sein même de ces sous-groupes apparemment homogènes se dessinent des différences subtiles qui tendent à reproduire de façon gigogne dans l’espace habité les hiérarchies de l’éminence professionnelle.

9L’étude des ménages inscrits dans le Tout-Lyon montre que l’on parvient à des constats analogues quand on part de populations sélectionnées sur la base non pas tant du métier exercé, que de la position occupée par l’ensemble de la famille au sein de la société locale. Certes, ces deux principes de partition ne sont pas sans liens, mais ils ne se recouvrent pas. Le second en effet ne retient pas forcément, ni exclusivement, ceux qui, pour parler comme Pareto, « ont les indices les plus élevés dans les branches où ils déploient leur activité ». Du coup, on est alors davantage incité à envisager dans toute sa complexité le jeu des multiples déterminants qui peuvent concourir à la localisation dans les « beaux quartiers » : compétition pour les emplacements prestigieux qui consacrent la réussite personnelle du chef de ménage, enjeux scolaires et éducatifs, mais aussi transmissions patrimoniales et dispositions héritées qui font bien souvent du lieu habité la marque quasi naturalisée du statut de la constellation familiale et de sa place parfois ancienne dans un univers de relations.

10En raison de sa très forte concentration géographique, la population de l’annuaire est aussi un révélateur particulièrement efficace des singularités de la division sociale de l’espace lyonnais. A en juger par les nombreuses observations accumulées par les historiens et les géographes, la distribution des statuts socio-économiques tend d’ordinaire à s’organiser selon un schéma de type sectoriel qui se traduit par exemple, dans le cas de Paris, par le mouvement séculaire de « marche vers l’Ouest » des catégories aisées. A Lyon, les lieux de résidence privilégiés au fil des ans par les familles bourgeoises ne suivent guère cette logique de continuité, comme on a pu s’en assurer tant par les coupes transversales réalisées à divers moments du temps que par l’examen des itinéraires individuels. Les particularités de la géographie physique et les tendances lourdes du peuplement ont façonné un schéma de localisation plus complexe qui, à l’heure actuelle, aboutit à la coexistence de trois pôles d’attraction résidentielle nettement disjoints, plus disjoints même qu’ils ne l’étaient dans les années de l’entre-deux-guerres.

11Comme les calendriers de constitution de ces trois pôles sont décalés, leurs peuplements respectifs portent dans une certaine mesure la marque de cette chronologie. C’est ainsi par exemple que les milieux aristocratiques et les familles d’ancienne bourgeoisie sont un peu plus présents dans le quartier d’Ainay que dans le sixième arrondissement ou dans les communes de la banlieue Ouest. Mais ces différences apparaissent aujourd’hui beaucoup moins tranchées que par le passé. Souvent liée à la position dans le cycle de vie, la résidence dans l’Ouest lyonnais est certes plus fréquente parmi les jeunes générations, mais elle n’est pas particulièrement le fait des « nouveaux riches » ou des nouveaux venus dans les pages de l’annuaire, et ne préjuge pas d’éventuels « retours au centre » dont les flux revêtent d’ores et déjà une certaine ampleur au cours des années récentes. Quant à l’opposition classique entre les deux pôles centraux - opposition que leur discontinuité spatiale était particulièrement à même de conforter dans l’imaginaire collectif -, elle ne résiste guère à l’examen des trajectoires inter- et intra-générationnelles. Si le parcours résidentiel des enfants n’est pas dépourvu de lien avec celui de leurs parents, il reste que le jeu des alliances et des choix individuels aboutit à diluer passablement ces effets de dépendance. Au total, l’image qui se dégage est plutôt celle d’une assez forte circulation entre un nombre toujours aussi restreint de lieux d’élection, ce qui témoigne plutôt de la relative homogénéisation de ce milieu local, ou du moins de l’effacement de clivages internes jadis plus fortement inscrits dans l’espace urbain.

12Sur ce canevas commun, les appartenances professionnelles brodent en revanche quelques motifs particuliers, et font parfois ressortir des spécificités plus marquées. Certaines de ces particularités sont très directement imputables au déroulement des carrières, qui expliquent pour l’essentiel que les résidences extérieures à la région lyonnaise soient très inégalement fréquentes selon que le chef de ménage exerce une profession libérale, travaille dans une entreprise, ou appartient à la fonction publique.

  • 2 C’est en effet le cas pour le niveau intermédiaire en 24 postes de la nouvelle nomenclature des Pr (...)

13A l’intérieur de l’agglomération, la distribution des résidences est beaucoup moins liée au métier du chef de ménage. Les écarts à la moyenne ne sont sensibles que pour trois catégories assez faiblement représentées dans l’annuaire : les cadres de la fonction publique, les professeurs, et enfin les professions de l’information, des arts et des spectacles. Bien que chacune des ces trois catégories ne se localise pas tout à fait comme les deux autres, c’est surtout leur commune distance au reste des ménages de l’annuaire qui les singularise. Cette dissimilitude des localisations laisse supposer que l’on a affaire à des groupes relativement spécifiques, d’autant plus qu’ils se distinguent aussi par une moindre fécondité. Tout cela paraît bien aller dans le sens des observations qui, au plan national, ont conduit l’INSEE à faire voisiner ces différents métiers, voire à les regrouper dans une même rubrique2.

14Toutefois, pour mieux apprécier la place de ces ménages dans la population du Tout-Lyon, il convient de les différencier aussi selon d’autres lignes de partage. Certains d’entre eux ne figurent dans l’annuaire qu’en raison des fonctions qu’ils exercent localement à une étape de leur carrière. Pour les cadres de la fonction publique, en particulier, l'inscription résulte parfois non d’une candidature présentée par l’intéressé, mais d’une initiative de l’éditeur désireux de voir figurer dans sa publication telle ou telle « personnalité marquante » de l’administration locale ou régionale. L’observation longitudinale discrimine aisément ces notices qui connaissent un taux de rotation beaucoup plus élevé que les autres, et sont rarement rattachées aux constellations familiales qui forment la principale substance des volumes.

15De fait, quand on s’en tient aux notices les plus stables et les mieux connectées à d’autres notices, les écarts sont moins sensibles. Mais ils ne disparaissent pas complètement. Au sein d’une cohorte saisie sur longue période, les cadres de la fonction publique et les professions intellectuelles et artistiques se singularisent encore par une moindre fécondité, et par une moindre présence dans les quartiers d’élection des familles les mieux « établies ». La place occupée dans l’univers des métiers est donc bien en ce cas l’indice de lignes de partage qui distinguent dans une certaine mesure non seulement des individus, mais aussi des familles, au sein desquelles s’observe d’ailleurs une assez forte hérédité professionnelle. Encore ne faut-il pas surestimer l’ampleur de ces clivages. Par leur niveau de fécondité, par leurs choix résidentiels, les fonctionnaires, professeurs et artistes qui figurent dans la population de l’annuaire sont tout de même beaucoup plus proches de cette population que de leurs groupes socio-professionnels respectifs, dont ils ne représentent au demeurant qu’une toute petite fraction.

16Il reste que c’est surtout pour l’ensemble des autres professions que l’homogénéité de cette population se manifeste de la façon la plus nette. Entrepreneurs, cadres du privé, professions libérales et militaires se distinguent assez peu les uns des autres, tant par leur niveau de fécondité que par leur mode de localisation. Les similitudes l’emportent toujours sur les différences, surtout si l’on compare chaque catégorie avec l’ensemble des ménages lyonnais classés dans la même catégorie professionnelle.

17De plus, ces menues différences ne se superposent pas, et ne permettent donc pas de classer les familles sur une échelle unique qui irait du centre de gravité de ce milieu jusqu’à sa périphérie.

18Si l’on considère les « taux de sélection » opérés par l’annuaire au sein des groupes socio-professionnels correspondants, l’avantage va nettement aux professions indépendantes, qui ont six fois plus de chances que les cadres de figurer dans l’annuaire. A l'évidence, direction d’entreprise et carrières libérales occupent une place prépondérante dans les destins professionnels que les familles de la « haute société lyonnaise » assignent à leurs membres.

19Mais, si l’on considère maintenant les lieux de résidence, la population du Tout-Lyon tend à s’aligner sur le modèle de localisation typique de l’ensemble des professions libérales beaucoup plus que sur celui de l’ensemble des chefs d’entreprise. Inversement, les chefs d’entreprise figurant dans la source se caractérisent par une fécondité un peu plus forte que les membres des professions libérales. Sur ce point, ils sont plutôt proches des cadres du secteur privé, qui ne s’en distinguent probablement pas autant que pourraient le suggérer les seules mentions professionnelles. Par leurs appartenances familiales, par leurs fonctions économiques et souvent aussi par leur cursus, ces cadres ne sont nullement représentatifs de l’ensemble de la catégorie, et s’apparentent plutôt aux milieux d’affaires dont ils font peu ou prou partie intégrante.

20Il est d’ailleurs très probable que le poids de ces milieux d’affaires est encore plus important que ne le laissent supposer les indications disponibles, puisque ce sont les professions libérales et les fonctionnaires qui sont les plus enclins à mentionner leur métier et leurs titres. On verrait donc ainsi se dessiner une nouvelle affinité : entre les milieux d’affaires et les nombreux ménages qui ne font état d’aucune position professionnelle. Par leur localisation, par leur niveau de fécondité, par les liens de filiation ou d’alliance qui les rattachent à d’autres notices, ces ménages paraissent bien représenter le « centre de gravité » évoqué plus haut. Tout semble indiquer en effet que l’ancienneté des positions héritées rend moins désirable ou moins opportune la mention de l’activité professionnelle qui, conformément à l’esprit d’un annuaire de ce type, ne joue qu’un rôle subsidiaire dans la définition des identités.

21L’appartenance à la noblesse vient toutefois compliquer ce jeu d’équivalences entre l’ancienneté de la famille, sa notoriété, et la désignation de l’activité professionnelle. Détenteurs d’autres atouts, les ménages d’origine aristocratique paraissent particulièrement réticents à connoter leur nom par l’indication d’un métier. Mais, pour ceux d’entre eux qui souhaitent figurer dans le Tout-Lyon, l’ancienneté et le lustre qui s’attachent intrinsèquement à leur nom se substituent aisément à l’ancienneté de présence de la famille dans l’annuaire. Ce n’est que lorsque l’un des deux conjoints seulement est d’origine noble que l’autre conjoint a les meilleures chances d’être issu des familles les plus anciennement répertoriées par l’annuaire. Comparées aux autres, les familles aristocratiques sont donc dans une situation ambiguë. Par leur fécondité élevée, par leur localisation, elles apparaissent dans une certaine mesure comme les plus « typiques », ou si l’on veut comme le modèle de référence dont se rapprochent plus ou moins les autres familles. En même temps, elle campent quelque peu aux marges de cette bourgeoisie locale. Elles s’en distinguent par un distribution originale dans l’univers des professions, et ne s’y apparentent que par un jeu d’alliances dont l’annuaire enregistre à sa façon le cheminement et les règles. Ouvertes à ce milieu aristocratique comme aux mobiles ascendants et aux « personnalités marquantes » de l’administration et de la politique, les pages du Tout-Lyon n’en demeurent pas moins, en priorité, le miroir que se tendent à elles-mêmes les familles d’ancienne bourgeoisie de la société locale.

22A la fois annuaire de ces vieilles familles et instrument de notabilisation de ceux qui progressivement s’y agrègent, le Tout-Lyon se situe à la croisée de ces deux logiques. A l’intersection des systèmes de parenté, des sociabilités bourgeoises et des destins personnels, il enregistre les diverses composantes, mais aussi la relative unité d’un milieu dominé par des logiques familiales qui, au delà des réussites individuelles, définissent de façon plus large le statut social des personnes tout en circonscrivant pour chacune d’elles les champs professionnels à la fois accessibles et acceptables.

Notes

1 M. PINÇON et M. PINÇON-CHARLOT, Dans les beaux quartiers, Paris, Seuil, 1989.

2 C’est en effet le cas pour le niveau intermédiaire en 24 postes de la nouvelle nomenclature des Professions et Catégories Socioprofessionnelles adoptée à partir de 1982.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search