Version classiqueVersion mobile

Quand le Tout-Lyon se compte…

 | 
Yves Grafmeyer

Troisième partie. Unité ou diversité ?

Chapitre 7. Des cercles de plus en plus sécants

Texte intégral

1Beaucoup de notices font état des cercles ou clubs dont sont membres les chefs de ménage. Ces indications sont à peu près les seules à donner quelque idée de la manière dont se structurent les réseaux de relations qui parcourent la population du Tout-Lyon, au delà de ceux qui peuvent se greffer sur les liens de parenté ou les interactions professionnelles. Essentiellement masculines, ces sociabilités formelles ont leur logique propre, où les choix personnels interfèrent dans une certaine mesure avec les dispositions héritées du milieu familial ou acquises dans l’exercice du métier. Mais, comme les autres sociabilités du ménage, elles contribuent à manifester et à conforter les positions occupées par tout un chacun dans la société locale.

  • 1 J.-L. PINOL, Les Mobilités de la grande ville, op. cit., première partie, chap. 3 : « L’espace des (...)

2Pour les premières décennies du XXème siècle, l’histoire des grands cercles lyonnais et de leurs membres est désormais bien connue grâce aux récents travaux de Jean-Luc Pinol1. Retenons de son analyse que les cercles ne conservent déjà plus dans les années 30 qu’une empreinte affaiblie des clivages qui, au tout début du siècle, opposaient beaucoup plus nettement les élites urbaines en fonction de l’ancienneté de leur patrimoine, de la nature de leur activité professionnelle, et aussi de leurs attitudes face à la religion. Jadis plus ouvert aux mobiles ascendants, le Cercle du Commerce apparaît désormais aussi fermé que le Cercle de l’Union, et même davantage limité aux milieux d’affaires les plus traditionnels et les moins engagés dans les innovations technologiques du moment.

3C’est surtout par les adresses de leurs adhérents que les cercles portent encore à cette époque la marque des clivages anciens qui distinguaient leurs membres et témoignaient de leur appartenance à des milieux sociaux relativement disjoints. Au cours de l’entre-deux-guerres, les cercles répertoriés par le Tout-Lyon passent progressivement de 4 à 8. La liste récapitulative présentée au début des volumes n’est pas par ordre alphabétique : elle suggère une certaine préséance. En tête figure le Cercle de l’Union, puis vient le Cercle du Commerce, et ensuite le Rotary-Club. A la veille de la Deuxième Guerre mondiale, un peu plus de 8 % des personnes inscrites dans l’Annuaire sont membres de l’un ou l’autre de ces trois premiers cercles. L’appartenance à plusieurs d’entre eux est fort rare (une trentaine de cas sur près de 500), et c’est entre le Cercle du Commerce et le Rotary que l’intersection est de loin la plus fréquente.

4L’examen des lieux de résidence conduit à opposer nettement le Cercle de l’Union aux deux autres, qui ne se différencient guère par l’implantation géographique de leurs membres (cf. graphique 18). En 1938, plus de 40 % des membres du Cercle de l’Union résident dans le deuxième arrondissement. Ce profil très traditionnel s’explique peut-être en partie par un effet d’âge, car la proportion d’adhérents qui mentionnent leur ancienne profession est un peu plus élevée que dans les deux autres cas. Mais il reflète plus encore la prépondérance des familles de vieille souche dans ce cercle né de la fusion, quelque 20 ans auparavant, du Cercle du Divan, du Cercle de Lyon et du Jockey-Club local.

5Par comparaison, les membres du Cercle du Commerce ou du Rotary présentent deux différences significatives. Tout d’abord, leur implantation dans les vieux quartiers de la Presqu’île est loin d’être négligeable, mais elle est nettement décalée vers le Nord, dans le premier arrondissement où réside encore à l’époque une partie des milieux d’affaires installés près des sièges d’entreprises textiles et des établissements bancaires. D’autre part, ils sont beaucoup plus présents que les membres du Cercle de l’Union dans les quartiers de la rive gauche du Rhône, que les familles d’industriels et de négociants ont investi plus tôt que d’autres fractions des classes dirigeantes.

GRAPHIQUE 18. Lieux de résidence des membres de trois cercles en 1938.

GRAPHIQUE 18. Lieux de résidence des membres de trois cercles en 1938.

GRAPHIQUE 19. Lieux de résidence des membres de trois cercles en 1985.

GRAPHIQUE 19. Lieux de résidence des membres de trois cercles en 1985.

Pour chaque cercle, la répartition des résidences (exprimée en %) ne porte que sur les personnes inscrites par ailleurs dans le Tout-Lyon. Le diagramme de droite rappelle la répartition des résidences de l'ensemble des personnes inscrites dans le Tout-Lyon pour l’année considérée.

6En 1985, la situation est tout à fait différente. Tout d’abord, les affiliations se sont multipliées. L’annuaire répertorie maintenant 21 cercles ou clubs, dont beaucoup sont liés à des activités sportives ou à des organisations professionnelles. Dans les notices, on compte au total 655 individus faisant partie de l’un des trois grands cercles retenus ci-dessus. Mais l’appartenance à deux d’entre eux, voire aux trois, n’est plus aussi exceptionnelle qu’en 1938, puisqu’elle est attestée pour près de 20 % de ces individus.

7Quoique limitée, cette multi-appartenance laisse supposer une progressive indifférenciation, que d’autres indices semblent bien confirmer. C’est ainsi que la distribution des domiciles ne varie plus guère d’un cercle à l’autre (cf. graphique 19). Certes, les membres du Cercle de l’Union restent davantage présents dans le deuxième arrondissement, et le Rotary paraît un plus lié que les autres aux activités professionnelles impliquant une résidence hors de l’agglomération. Mais tous ces écarts sont relativement peu marqués, et n’ont rien de comparable à ceux observés en 1938.

8En fait, les différences les plus sensibles opposent non les cercles entre eux, mais l’ensemble des membres de ces trois cercles au reste de la population du Tout-Lyon. Les premiers habitent plus souvent Lyon ou la proche banlieue, ce qui se comprend aisément étant donné l’ancrage territorial de ces sociabilités. A l’intérieur de l’agglomération, les premiers sont plus souvent situés dans le sixième arrondissement, en particulier quand ils appartiennent au Cercle de l’Union. S’ils sont membres du Cercle du Commerce ou du Rotary, ils sont également sur-représentés dans la banlieue Ouest. Pour autant que les affiliations aient conservé quelques menues traces des clivages anciens, la traduction spatiale de ces différences résiduelles paraît somme toute assez conforme aux redéploiements qui ont affecté d’une façon plus générale la géographie sociale des élites lyonnaises. Au fil des ans, le sixième arrondissement prend en partie le relais de la Presqu’île comme lieu d’implantation « traditionnel », cependant que l’Ouest lyonnais tend à devenir un peu l’analogue de ce qu’avait été le sixième arrondissement en 1938.

9Au total, les membres des grands cercles sont donc particulièrement nombreux dans les trois secteurs résidentiels privilégiés par l’ensemble de la population du Tout-Lyon. Mais ce trait commun n’est que faiblement modulé selon le cercle auquel ils appartiennent. L’examen des lieux d’habitation semble ainsi confirmer que ces affiliations ne reflètent plus autant qu’au début du siècle des clivages qui se sont sans doute passablement estompés, et qui en tout cas ne sont plus guère à l’œuvre dans la configuration territoriale de ces réseaux de sociabilités. A partir des années 60, c’est d’ailleurs en suivant l'ordre alphabétique que la direction de l’annuaire présente la liste récapitulative des cercles et clubs mentionnés par ses souscripteurs, comme si elle prenait acte de cette relative indifférenciation.

Notes

1 J.-L. PINOL, Les Mobilités de la grande ville, op. cit., première partie, chap. 3 : « L’espace des élites dans une grande ville » (pp. 126 à 152).

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 18. Lieux de résidence des membres de trois cercles en 1938.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8817/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre GRAPHIQUE 19. Lieux de résidence des membres de trois cercles en 1985.
Légende Pour chaque cercle, la répartition des résidences (exprimée en %) ne porte que sur les personnes inscrites par ailleurs dans le Tout-Lyon. Le diagramme de droite rappelle la répartition des résidences de l'ensemble des personnes inscrites dans le Tout-Lyon pour l’année considérée.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8817/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search