Version classiqueVersion mobile

Quand le Tout-Lyon se compte…

 | 
Yves Grafmeyer

Troisième partie. Unité ou diversité ?

Chapitre 6. Nobles et roturiers

Texte intégral

1Dans l’édition de 1985, on compte 10 % de chefs de ménage dont le patronyme comporte une particule de noblesse ou un titre nobiliaire. Il en va alors de même pour leurs épouses dans 4 cas sur 10. Par ailleurs, on dénombre 7 % de ménages où seule la femme est issue d’une famille noble. Les mariages entre nobles sont donc assurément beaucoup plus fréquents qu’ils ne le seraient dans l’hypothèse de l’indépendance, mais on est bien loin cependant d’une situation de complète clôture des milieux aristocratiques. Les unions « mixtes » sont même, au total, trois fois plus nombreuses dans les notices de l’annuaire que les unions « endogames ».

2En considérant que les deux cas de figure correspondant à la mixité ne sont pas forcément symétriques, on peut donc distinguer en définitive trois sous-groupes, selon que le patronyme noble est attesté pour le mari seul, pour l’épouse seule, ou pour les deux membres du couple.

3Quoique usuel, le critère qui a été retenu pour identifier ces sous-groupes est sans doute contestable. A elle seule, la particule de noblesse ne suffit pas pour témoigner d’une origine aristocratique au sens strict. Parfois même, ce signe distinctif est d’acquisition si récente qu’on peut le dater en se contentant de parcourir les volumes de l’annuaire. Tel ou tel patronyme des plus communs peut ainsi un beau jour s’orner par osmose du nom de l’épouse, ou de celui de la maison de campagne... On a cependant décidé de ne pas éliminer des comptages cette noblesse de pure apparence. Par les attitudes qu’elle traduit, par les modèles de référence qu’elle implique, par les stratégies d’alliance qui souvent la consolident au fil des générations, elle peut se révéler un indicateur utile pour le repérage des identités.

  • 1 Cf. sur ce point M. GARDEN, Lyon et les Lyonnais au XVIIIème siècle, Paris, Flammarion, 1975, et a (...)

4Eliminer ces « faux nobles » ne ferait au demeurant que reporter le problème, si l’on songe à toutes les différences d’ancienneté, de lustre ou d’authenticité qui peuvent séparer les titres nobiliaires eux-mêmes. Par comparaison avec d’autres régions françaises, les très anciennes familles sont d’ailleurs fort peu nombreuses à Lyon et dans ses environs. Bien souvent, l’anoblissement de la lignée n’est intervenu au mieux qu’à la fin de l’Ancien Régime, dans le sillage des fonctions municipales qui avaient alors pour principal avantage de conférer ce privilège à l’individu et à sa descendance1.

5De plus, l’aristocratie de vieille souche n’est pas forcément la mieux représentée dans le Tout-Lyon, en raison même des fonctions que ce dernier assure, de la clientèle qu’il privilégie et des images qui lui sont associées. Il est en effet arrivé quelquefois que des familles sollicitées par l’éditeur aient décliné son offre en déclarant se satisfaire de la place qui leur était accordée et des informations qui leur étaient fournies par le Bottin mondain ou les annuaires de l’Association de la noblesse française.

6On peut d’ailleurs en déduire que le Tout-Lyon joue au contraire un rôle important dans l’enregistrement et la visibilité sociale des alliances « mixtes », qui peuvent valoriser tantôt la famille du mari, tantôt celle l’épouse. De plus, si c’est l’épouse qui est d’origine noble, la notice du nouveau ménage conserve la trace de cette information qui corrige quelque peu les dures lois de la transmission patronymique.

7De fait, on constate que c’est bien dans le cas de ces unions mixtes que le couple a les plus fortes chances de compter des ascendants au sein de l’annuaire. Rappelons que, sur l’ensemble des chefs de ménage inscrits à partir de 1957, 68 % ont un père ou un beau-père qui figurait dans le Tout-Lyon. Quand les deux membres du couple sont nobles, la proportion n’est plus que de 62 %. En revanche, elle s’élève à 76 % en moyenne pour les deux sous-groupes d’unions « mixtes ». Ces deux sous-groupes doivent d’ailleurs être nettement distingués :

  • si c’est le mari qui est noble, ses beaux-parents ont autant de chances que ses parents de figurer eux-mêmes dans l’annuaire ;
  • dans le cas inverse où seule son épouse est issue de la noblesse, cette symétrie disparaît. Au total, on dénombre alors trois fois plus de pères (du mari) que de beaux-pères. La dissymétrie est encore beaucoup plus spectaculaire quand on s’en tient aux cas où c’est seulement l’un des deux membre du couple qui a ses parents dans l’annuaire : 9 fois sur 10, il s’agit des parents du mari.

8Si l’on se fonde sur cet indicateur qui ne retient que les liens de parent à enfant, il semble donc que les logiques qui commandent l’inscription dans l’annuaire accordent une visibilité particulière aux ménages qui, unissant noblesse et roture, se rattachent par l’une ou l’autre de leurs lignées aux familles déjà présentes dans le Tout-Lyon. Et cette lignée est beaucoup plus souvent celle du mari lorsque c’est son épouse qui est d’origine noble. L’annuaire paraît ainsi enregistrer, même si c’est de façon tronquée, les règles selon lesquelles peuvent se convertir, au fil des générations, des propriétés aussi hétérogènes que l’appartenance à la noblesse et l’ancienneté dans la bourgeoisie.

9De quelle manière l’appartenance à la noblesse se combine-telle avec d’autres propriétés sociales, en particulier avec celles que l’on peut associer à la profession ?

10Jugeant sans doute que le trait qui les distingue du commun en vaut bien d’autres, les nobles apparaissent particulièrement peu enclins à mentionner leur profession dans l’annuaire. Ils ne sont que 18 % à l’indiquer, alors que la proportion est de 42 % pour les autres ménages. Peut-être cet écart traduit-il aussi, dans une certaine mesure, le rapport traditionnellement plus distant qu’a longtemps entretenu une partie de l’aristocratie vis-à-vis du monde du travail. Mais, dans la majorité des cas, on peut supposer que c’est moins l’exercice d’un métier qui est en cause que la décision d’en faire mention.

11Les informations disponibles sont du même coup trop rares pour qu’on puisse se faire une idée de la distribution effective des nobles dans l’univers des métiers. On peut en revanche procéder à rebours, et voir si leur poids relatif diffère selon les catégories professionnelles attestées par les notices. Comme les nobles sont de toute façon très minoritaires, leur discrétion sur ce sujet ne peut pas introduire de biais très importants dans les structures observées, du moins si l’on s’en tient aux écarts les plus significatifs.

12On ne note guère de différences selon que l’épouse elle-même est ou n’est pas d’origine noble. On a donc regroupé tous les cas où le mari est doté d’une particule de noblesse, soit 10 % des notices de 1985. Ce pourcentage moyen n’est dépassé de façon spectaculaire que dans une profession, celle des militaires de carrière, où les nobles représentent plus du quart de l’effectif.

  • 2 Au plan national, ces affinités se retrouvent d’ailleurs dans les données du Who’s Who in France a (...)

13Au voisinage de la moyenne se trouvent les cadres de banque. Mais, un peu inférieure à 10 %, la proportion est déjà trop faible pour connoter globalement le sous-ensemble découpé par l’annuaire au sein de ce milieu professionnel. Comme on l’a vu plus haut, les notices classées dans la rubrique des cadres de banque correspondent en fait à des trajectoires et à des appartenances fort hétérogènes. C’est seulement pour l’une de ses composantes que la rubrique manifeste les affinités de certaines familles aristocratiques avec le monde de la finance2. La même remarque s’applique a fortiori aux ingénieurs et aux cadres de la fonction publique. Les nobles qui ont été classés dans cette dernière rubrique ont très souvent choisi la carrière diplomatique. Enfin, dans toutes les autres professions, leur place apparaît encore plus modeste, notamment parmi les professions libérales.

14Examinons maintenant le dernier des trois sous-groupes que l’on avait initialement distingués, c’est-à-dire celui des couples « mixtes » où seule la femme est d’origine noble. Si l’on en juge d’après les professions mentionnées par leurs époux, les choix matrimoniaux opérés par ces femmes ne coïncident ni avec la structure professionnelle de l’ensemble des notices du Tout-Lyon, ni avec celle des chefs de ménage nobles. Leur préférence va nettement aux militaires, mais aussi aux cadres administratifs et commerciaux d’entreprise et, dans une moindre mesure, aux ingénieurs. Viennent ensuite les cadres de banque, puis les chefs d’entreprise. Si l’on met à part le cas tout à fait particulier des militaires, c’est donc l’ensemble du monde des affaires qui se détache assez nettement, et paraît doté des meilleures chances d’alliances avec les familles aristocratiques.

15Cette hiérarchie ne recoupe donc pas celle qui range les catégories professionnelles selon la part qu’y représentent les nobles. Classées simultanément en fonction de ces deux critères, les professions ne se distribuent guère le long d’une échelle unique (cf. graphique 17 page suivante). Elles se déploient dans un espace à deux dimensions qui est assez largement ouvert entre les cas extrêmes représentés d’un côté par les militaires et, de l’autre, par les professions libérales non médicales.

16Telles sont du moins les conclusions que l’on peut tirer de données où les appartenances professionnelles sont en grande partie masquées par les absences d’indications. Mais on sait que ces absences ont elles-mêmes leur logique, comme le montre fort bien en l’occurrence le cas des nobles, manifestement plus enclins que les autres à juger que leur nom seul suffit à livrer l’élément le plus décisif de leur identité.

17Les nobles sont-ils également discriminés par des critères comme la résidence ou la fécondité, qui ont l’avantage de décrire sans lacunes la totalité des notices ?

18D’une façon générale, les milieux aristocratiques résident plus souvent que la moyenne hors de l’agglomération lyonnaise. Cela reste vrai, quoique dans une moindre mesure, si l’épouse seule est d’origine noble. Quand on examine le détail des notices, on voit que cette tendance générale résulte de l’effet combiné de plusieurs déterminants : mobilité des militaires et des diplomates, dispersion des demeures ancestrales sur tout le territoire de la région Rhône-Alpes, fréquence des alliances contractées hors du milieu local, élection de domicile à Paris (une adresse régionale ou même lyonnaise venant alors en deuxième position).

19Quand ils habitent Lyon, les ménages nobles sont sur-représentés dans les quartiers centraux, et en particulier dans le quartier d’Ainay qui était devenu dès la fin de l’Ancien Régime le lieu d’élection de l’aristocratie. Les écarts à la moyenne s’accentuent quand on considère successivement les ménages où seule l’épouse est d’origine noble, puis ceux où seul le mari est noble, et enfin les ménages issus de deux lignées aristocratiques. D’un groupe à l’autre, la part des adresses situées dans le deuxième arrondissement augmente, tandis qu’elle régresse pour le sixième arrondissement et pour la banlieue Ouest.

20En définitive, cet ordre paraît bien correspondre à une structure forte qui hiérarchise assez nettement les trois groupes, puisqu’il est cohérent avec toutes les observations qui ont été présentées jusqu’ici, et se retrouve de surcroît pour les niveaux de fécondité (cf. le tableau 18). On a vu plus haut que, dans l’édition de 1985, les ménages (célibataires exclus) ont en moyenne 3,5 enfants. Le chiffre s’élève à 3,6 pour les couples où l’épouse est d’origine noble, à 3,7 lorsque c’est le mari qui est noble, et à un peu plus de 3,8 quand les deux membres du couple sont nobles. Dans ce dernier cas, on compte un nombre exceptionnellement élevé de familles nombreuses ou très nombreuses, puisque 109 couples sur 185, soit près de 59 %, ont 4 enfants ou plus.

GRAPHIQUE 17. Part relative de la noblesse dans les différents groupes professionnels (d’après la profession mentionnée par le mari dans l’édition de 1985 du Tout-Lyon).

GRAPHIQUE 17. Part relative de la noblesse dans les différents groupes professionnels (d’après la profession mentionnée par le mari dans l’édition de 1985 du Tout-Lyon).

TABLEAU 18. Quelques indicateurs décrivant les ménages figurant dans le ToutLyon en 1985, en fonction de leurs liens familiaux avec la noblesse.

TABLEAU 18. Quelques indicateurs décrivant les ménages figurant dans le ToutLyon en 1985, en fonction de leurs liens familiaux avec la noblesse.

21De la nette cohérence qui se dégage entre ces divers indicateurs, on ne peut certes tirer aucune conclusion assurée quant aux rôles respectifs joués par les lignées masculines et féminines dans la transmission des attitudes et des valeurs auxquelles adhéreraient plus particulièrement les milieux aristocratiques. Encore une fois, l’inscription dans les pages de l’annuaire représente en tant que telle un enjeu spécifique et obéit à ses règles propres, qui peuvent expliquer dans une certaine mesure la relative dissymétrie observée ici entre les deux cas d’alliances mixtes, selon que l’origine noble est le fait du mari ou, au contraire, de l’épouse.

Notes

1 Cf. sur ce point M. GARDEN, Lyon et les Lyonnais au XVIIIème siècle, Paris, Flammarion, 1975, et aussi, du même auteur, « La fécondité des familles consulaires lyonnaises du XVIIIème siècle », in La France d’Ancien Régime, études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Société de démographie historique, Privat, 1986.

2 Au plan national, ces affinités se retrouvent d’ailleurs dans les données du Who’s Who in France analysées par O. LEWANDOWSKI, op. cit.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 17. Part relative de la noblesse dans les différents groupes professionnels (d’après la profession mentionnée par le mari dans l’édition de 1985 du Tout-Lyon).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre TABLEAU 18. Quelques indicateurs décrivant les ménages figurant dans le ToutLyon en 1985, en fonction de leurs liens familiaux avec la noblesse.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8814/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search