Version classiqueVersion mobile

Quand le Tout-Lyon se compte…

 | 
Yves Grafmeyer

Troisième partie. Unité ou diversité ?

Chapitre 5. Professions et lieux de résidence

Texte intégral

1Le critère du métier exercé fait-il apparaître de surcroît des différences géographiques au sein d’une population qui, prise dans son ensemble, se caractérise par sa forte concentration dans un petit nombre de secteurs résidentiels ?

2Une distinction s’impose immédiatement selon l’échelle de distance. C’est pour une bonne part à des raisons professionnelles que peut être imputée la proportion croissante de membres du Tout-Lyon qui résident hors de la région Rhône-Alpes. Associée à la position dans le cycle de vie, la nature du métier exercé a toute chance d’apparaître alors très discriminante pour les localisations et les itinéraires. Il en va autrement pour les ménages situés dans l’agglomération lyonnaise. Certes, leurs choix résidentiels ne sont peut-être pas toujours indépendants de leur lieu de travail. Mais ils obéissent surtout à d’autres logiques, si bien que les écarts observables d’une profession à l’autre devront être considérés comme l’indice des multiples différences associées aux métiers, plutôt que comme l’effet direct de contraintes ou opportunités d’ordre strictement professionnel.

La résidence hors de la région : des situations contrastées

3C’est pour les trois catégories de professions libérales et pour les professions des arts, de l’information et du spectacle que l’on compte les taux les plus élevés de résidence dans l’agglomération stricto sensu ou dans la proche région (non distinguée, dans le graphique 8, du reste de la région Rhône-Alpes). Au sein d’un milieu globalement défini par ses appartenances lyonnaises, l'activité exercée n’imposait guère, en l’occurrence, de changer d’espace de vie. Peut-être aurait-on pu imaginer ou souhaiter qu’il en aille différemment pour les artistes, écrivains ou gens du spectacle, et que leur localisation témoigne d’une plus grande visibilité au plan national. Toujours est-il que le profil de ceux qui sont recensés par le Tout-Lyon ne se distingue guère de celui des avocats, notaires ou médecins, qui ont toutes raisons de cultiver au sein de la société locale la clientèle qu’ils s’y sont faite ou qu’ils ont héritée de leurs pères.

GRAPHIQUE 8. Répartition des résidences principales de l’ensemble des ménages du Tout-Lyon figurant dans l’édition de 1985, en fonction de la profession mentionnée par le chef de ménage.

GRAPHIQUE 8. Répartition des résidences principales de l’ensemble des ménages du Tout-Lyon figurant dans l’édition de 1985, en fonction de la profession mentionnée par le chef de ménage.

4Dans la plupart des autres cas, les résidences hors de la région lyonnaise sont plus fréquentes. La proportion atteint presque 40 % chez les cadres de la fonction publique et les militaires, dont les carrières impliquent souvent un certain degré de mobilité géographique. Elle est à peine moins élevée parmi les cadres du secteur privé. Plus réduite chez les chefs d’entreprise, elle traduit néanmoins la présence des milieux d’affaires lyonnais tant dans le reste du pays qu’à l’étranger. L’analyse des constellations familiales apporterait sur ce point beaucoup d’enseignements complémentaires. La source n’en donne malheureusement qu’une vue tronquée, mais montre à l’occasion comment se distribue géographiquement entre les générations et les membres d’une fratrie le contrôle des différents établissements situés dans l’orbite d’une même famille. En particulier, l’ancien modèle du périple dans les ex-colonies semble n’avoir pas complètement disparu, même s’il n’est pas toujours le lot des cadets. Et il conviendrait d’intégrer à ce jeu des distributions géographiques nombre de « cadres d’entreprise » qui, si l’on en juge par leurs appartenances familiales, sont manifestement destinés à exercer dans l’avenir des fonctions dirigeantes.

  • 1 On trouvera une étude de ce milieu professionnel dans Y. GRAFMEYER, Les Gens de la banque, Paris, (...)

Une exception notable doit être signalée : celle des cadres de banque. Par la fréquence de leurs adresses lyonnaises, ils se distinguent nettement de toutes les autres catégories de cadres, et s’apparentent plutôt aux professions libérales. Mais ils se singularisent de surcroît par leur quasi-absence du reste de la région Rhône-Alpes : rares sont ceux qui occupent des postes dans les agences ou les succursales régionales des différents établissements financiers auxquels ils appartiennent. L’annuaire découpe en fait, au sein de ce milieu professionnel, des fractions bien particulières.
D'un côté, rappelons que les directeurs régionaux des grandes banques font partie des rares personnalités qui sont systématiquement pressenties par l’éditeur pour figurer dans les pages de sa publication. Pour peu qu’ils ne soient pas d’origine locale, ces quelques cadres dirigeants ne sont donc enregistrés dans la source que pendant leurs années de présence à Lyon, et cessent ordinairement d’y figurer s’ils poursuivent ailleurs une carrière qui peut fort bien comporter au total une assez grande mobilité.
D’autre part, les places occupées par la bourgeoisie locale au sein de la profession bancaire ne sont pas quelconques, et contrastent fortement avec les positions et les trajectoires conhues par d’autres types de cadres employés dans ce même secteur1. Peu présents dans les fonctions commerciales qui imposent souvent une forte mobilité, ces cadres d’origine bourgeoise se concentrent plutôt dans les services lyonnais. Ils y occupent des positions fort diverses selon leur degré d’implication personnelle dans l’établissement où parfois leur famille détient (ou a détenu jadis) quelques participations financières. D’une banque à l’autre, d’un individu à l’autre, on peut ainsi observer, du moins jusqu’à une date récente, tout l’éventail qui va des cadres dirigeants dont les atouts familiaux se doublent parfois de titres scolaires prestigieux, jusqu’aux simples figurants dépourvus de tout pouvoir sur le destin de l’entreprise.

5Quant aux ménages qui ne mentionnent aucune profession en 1985, ils occupent une position moyenne, avec 18 % de domiciles situés hors de l’agglomération. Leur distribution résidentielle apparaît fort proche de celle des chefs d’entreprise, mais on ne peut en tirer cette fois aucune conclusion assurée quant à leurs appartenances professionnelles, puisqu’il convient de prendre aussi en compte, dans leur cas, des effets d’âge et de génération qui ont été décrits dans le chapitre précédent.

Les adresses lyonnaises : de fortes similitudes et quelques singularités

6Limitons maintenant l’examen aux ménages qui résident dans l’agglomération lyonnaise, soit environ les quatre cinquièmes des notices de l’édition de 1985.

7Si l’on reprend le découpage déjà utilisé plus haut en 9 arrondissements et 5 secteurs périphériques, on voit que les appartenances professionnelles ne discriminent guère les deux localisations centrales privilégiées par l’ensemble de la population du Tout-Lyon : dans l’analyse des correspondances représentée par le graphique 9, le deuxième et le sixième arrondissements se situent l’un et l’autre au voisinage de l’origine. De même, quatre des cinq secteurs de banlieue se trouvent regroupés dans le même quadrant, où ils se trouvent plus particulièrement associés aux chefs d’entreprise et aux cadres de banque.

8Seuls trois groupes de professions s’écartent sensiblement d’un modèle de localisation qui paraît relativement commun aux autres catégories. Il s’agit d’une part des cadres de la fonction publique et des professions des arts et du spectacle, et de l’autre des professeurs, dont les comportements résidentiels se distinguent aussi bien de ces deux premiers groupes que du reste des ménages.

Encore faut-il ne pas surestimer l’ampleur des écarts qui sont suggérés par l’analyse des correspondances, ou du moins par sa visualisation. Dès lors qu’il n’y a pas totale indépendance entre les deux variables prises en compte, la représentation graphique normée fait nécessairement apparaître un jeu de proximités et de distances, même si la liaison statistique est peu marquée. Tel est bien ici le cas, ce qui se traduit notamment par la faiblesse de la valeur propre, et par la faible décroissance des contributions apportées par les différents facteurs à la formation de cette valeur propre. Entre les professions et les secteurs résidentiels qui s’écartent le plus de la configuration moyenne, on observe certes des affinités : par exemple entre les professeurs et la localisation à Villeurbanne, qui tient sans doute en partie au lieu de travail de la plupart des universitaires scientifiques. Mais ces affinités sont imputables à un très petit nombre d’individus, et n’infléchissent pas de façon spectaculaire le comportement moyen de la catégorie. En fait, on compte toujours une forte majorité de résidences lyonnaises, quelle que soit la profession du chef de ménage. Et la banlieue Ouest est toujours prépondérante parmi les localisations suburbaines, même dans le cas des professeurs.

GRAPHIQUE 9. Localisation des ménages du Tout-Lyon habitant l’agglomération lyonnaise en 1985, en fonction de la profession mentionnée par le chef de ménage.

GRAPHIQUE 9. Localisation des ménages du Tout-Lyon habitant l’agglomération lyonnaise en 1985, en fonction de la profession mentionnée par le chef de ménage.

Pour la lecture des abréviations, voir ci-dessus le code des professions du tableau 6.
CARACTÉRISTIQUES DE L’ANALYSE :
Population traitée : 3623
Inertie totale : 0,0925
Axe 1 (horizontal) : valeur propre = 0,0229, soit une contribution à l’inertie de 25,1 %
Axe 2 (vertical) : valeur propre = 0,0195, soit une contribution à l’inertie de 21,4 %
Axe 3 (non représenté) : valeur propre = 0,0185, soit une contribution à l’inertie de 20,3 %.

TABLEAU 17. Indices de dissimilarité entre les ménages du Tout-Lyon regroupés selon leur profession (édition de 1985).

TABLEAU 17. Indices de dissimilarité entre les ménages du Tout-Lyon regroupés selon leur profession (édition de 1985).

Les calculs portent sur les 3623 individus habitant la communauté urbaine, qui a été découpée en 14 secteurs (les 9 arrondissements de Lyon et 5 secteurs périphériques).

  • 2 L’indice de dissimilarité se calcule selon le même principe que l’indice de ségrégation tel qu’il (...)

9L’examen des indices de dissimilarité (cf. tableau 17) apporte un point de vue complémentaire sur les mêmes données, en fournissant une mesure différente des proximités et des distances entre groupes professionnels2. Si l’on compare deux à deux les diverses catégories de professions indépendantes et de cadres d’entreprise, on voit que la valeur de l’indice est généralement faible, toutes ces catégories étant elles-mêmes fort proches des ménages pour lesquels on ne dispose d’aucune indication de métier.

GRAPHIQUE 10. Classification ascendante hiérarchique sur les indices de dissimilarité du tableau 17.

GRAPHIQUE 10. Classification ascendante hiérarchique sur les indices de dissimilarité du tableau 17.

10Les modèles de localisation divergent davantage quand on considère les cadres du secteur public et les professions intellectuelles ou artistiques. Comme le suggérait l’analyse des correspondances, ces divergences tiennent surtout aux variations concernant certains arrondissements périphériques. Dans les graphiques 11 et 12, on a retenu une partition moins fine qui regroupe ces localisations minoritaires, et met donc mieux en évidence le poids relatif des trois pôles résidentiels les plus fréquemment investis par l’ensemble de la population du Tout-Lyon (deuxième arrondissement, sixième arrondissement, et banlieue Ouest au sens large). On voit mieux alors que les divers profils résidentiels ne s’écartent jamais considérablement de ces tendances lourdes.

11On note par exemple que, une fois éliminé le poids spécifique de chacun des « petits » arrondissements, la localisation des artistes, journalistes et membres du clergé ne s’oppose pas autant qu’on aurait pu l’imaginer à celle des professions libérales. Ce sont même les individus classés dans la première de ces deux rubriques qui ont le plus fort taux de présence dans les quartiers d’ancienne bourgeoisie du deuxième arrondissement.

12Ils se distinguent en cela des cadres de la fonction publique, qui privilégient tout aussi fortement la ville de Lyon sur la banlieue, mais sont en revanche moins présents dans le deuxième arrondissement. On peut d’ailleurs faire l’hypothèse que les fonctionnaires qui habitent l’agglomération sont moins souvent liés à la bourgeoisie locale que ceux qui résident à Paris ou dans d’autres régions. Parmi les premiers, certains ne figurent en effet dans l’annuaire qu’en raison des fonctions qu’ils exercent pour un temps dans les services départementaux ou régionaux de l’Etat, même s’ils n’ont pas d’attaches lyonnaises. Il en va différemment pour les seconds, puisque seule leur origine lyonnaise peut expliquer leur présence dans l’annuaire en dépit de l’éloignement géographique imputable au déroulement de leur carrière. Ce chassé-croisé entre la distance spatiale et l’appartenance locale vaut sans doute aussi, et pour les mêmes raisons, dans le cas des militaires de carrière.

GRAPHIQUE 11. Localisation des ménages du Tout-Lyon habitant la ville de Lyon en 1985, en fonction de la profession mentionnée par le chef de ménage.

GRAPHIQUE 11. Localisation des ménages du Tout-Lyon habitant la ville de Lyon en 1985, en fonction de la profession mentionnée par le chef de ménage.

GRAPHIQUE 12. Localisation des ménages du Tout-Lyon habitant la banlieue lyonnaise en 1985, en fonction de la profession mentionnée par le chef de ménage.

GRAPHIQUE 12. Localisation des ménages du Tout-Lyon habitant la banlieue lyonnaise en 1985, en fonction de la profession mentionnée par le chef de ménage.

NB : La commune de Villeurbanne a été incluse dans l’ensemble de la banlieue Est, et les communes des Monts d’Or dans la rubrique « banlieue Ouest ». Pour la lecture des abréviations, voir ci-dessus le code des professions du tableau 6.

Les Lyonnais du Tout-Lyon et les autres

  • 3 Deuxième partie, § 3 : « Proximités et distances avec les diverses fractions des catégories supéri (...)

13Comme on l’a vu précédemment3, les ménages du Tout-Lyon ne se répartissent pas dans l’agglomération comme l’ensemble des ménages lyonnais que le critère du métier exercé place au sommet de l’échelle des statuts socio-économiques. Quelle que soit la catégorie professionnelle envisagée, les premiers sont toujours beaucoup plus concentrés que les seconds dans un petit nombre de secteurs résidentiels. Toutefois, la distribution des ménages du Tout-Lyon varie elle-même, de façon certes modérée, mais néanmoins significative, en fonction des professions mentionnées dans l’annuaire. Dans quelle mesure ces variations peuvent-elles être considérées comme un écho affaibli des schémas de localisation qui caractérisent plus largement l’ensemble des catégories professionnelles correspondantes ?

14Etant donné que la population de l’annuaire privilégie fortement la centralité, on limitera les comparaisons aux ménages habitant la ville de Lyon. D’autre part, il convient de regrouper les professions de manière à assurer la correspondance avec la nomenclature de l’INSEE. A titre indicatif, on prendra pour termes de référence l’édition de 1985 du Tout-Lyon et le recensement de 1982, tout en sachant que l’inscription dans l’annuaire ne se fait pas en début de vie active, si bien que les deux populations que l’on compare n’ont pas tout à fait la même structure du point de vue des âges.

15Si l’on reprend le classement en quatre groupes qui a déjà été utilisé plus haut, on doit tout d’abord noter que les ménages du Tout-Lyon ne représentent à chaque fois qu’un sous-ensemble très minoritaire, mais avec des « taux de sélection » très différents d’un groupe à l’autre. S’il est de 16 % pour les chefs d’entreprise et de 18 % pour les professions libérales, ce taux n’est plus que de 2 % aussi bien pour les cadres d’entreprise que pour les cadres de la fonction publique et les professions intellectuelles ou artistiques. Ces données sont conformes à ce que l’on sait de la sur-représentation des professions indépendantes dans la population du Tout-Lyon.

GRAPHIQUE 13. Distribution résidentielle de quelques catégories socio-professionnelles de la population lyonnaise, et des membres du Tout-Lyon qui ont pu être classés dans ces mêmes catégories. (Représentation des deux premiers facteurs de l’analyse des correspondances)

GRAPHIQUE 13. Distribution résidentielle de quelques catégories socio-professionnelles de la population lyonnaise, et des membres du Tout-Lyon qui ont pu être classés dans ces mêmes catégories. (Représentation des deux premiers facteurs de l’analyse des correspondances)

Seuls sont pris en compte les individus qui résident dans l’un des 9 arrondissements de Lyon.
SOURCES :
1) Ménages selon la catégorie socio-professionnelle de la personne de référence, au recensement de 1982
- ENTREP = Chef d’entreprise
- PROF LIB = Profession libérale
- CAD PUB = Cadre de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques
- CAD PRIV = Cadre d’entreprise
2) Membres du Tout-Lyon Annuaire (édition de 1985) ayant mentionné leur profession. Même nomenclature professionnelle que ci-dessus, précédée de TL.
CARACTÉRISTIQUES DE L’ANALYSE :
Population traitée : 22624
Inertie totale : 0,0564
Axe 1 (horizontal) : valeur propre = 0,0379, soit un contribution à l’inertie de 67,1 %
Axe 2 (vertical) : valeur propre = 0,0121, soit un contribution à l'inertie de 21,5 %
Axe 3 (non représenté) : valeur propre = 0,0054, soit une contribution à l’inertie de 9,5 %.

16Juxtaposons sur un schéma commun la distribution résidentielle des ménages recensés par l’INSEE et celle des ménages de l’annuaire, en combinant dans une même analyse des correspondances les données issues des deux tableaux de contingence (cf. graphique 13). On voit alors que c’est bien pour tous les groupes professionnels que la présence dans l’annuaire se traduit par une plus forte proportion d’adresses situées dans le deuxième et dans le sixième arrondissement. Et les écarts sont suffisamment importants pour que, au total, l’appartenance au monde du « Tout-Lyon » apparaisse plus discriminante que l’appartenance professionnelle. Par leurs choix résidentiels, les diverses catégories de ménages figurant dans l’annuaire sont plus proches les unes des autres que des catégories socio-professionnelles qui leur correspondent dans l’ensemble de la population lyonnaise. Par comparaison avec cette relative communauté des schémas de localisation, les différences liées au métier ne sont que de deuxième ordre.

17De plus, ces différences ne s’organisent pas de la même manière que dans l’ensemble de la population lyonnaise. Autrement dit, non seulement les distances entre catégories sont plus réduites, mais elles ne reproduisent pas la configuration observée à partir des données du recensement et représentée dans la partie gauche du graphique 13.

18Il en va ainsi parce que les notices de l’annuaire ne découpent pas au sein de chaque catégorie professionnelle un sous-ensemble correspondant à un « taux de sélection » qui serait constant d’un arrondissement à l’autre.

19C’est seulement pour les membres des professions libérales que l’on se rapproche de ce cas de figure. De fait, leur probabilité d’avoir une notice dans l’annuaire croît à peu près régulièrement en fonction du poids représenté par leur catégorie dans la population totale de chaque arrondissement (cf. graphique 14). En d’autres termes, le « taux de sélection » opéré par le Tout-Lyon n’est pas constant, mais il se trouve fortement lié au degré même de concentration des professions libérales dans chaque unité résidentielle. Les deux mesures vont ici de pair et peuvent donc être considérées, dans ce cas précis, comme deux indicateurs convergents des propriétés sociales qui qualifient différentiellement les personnes par delà leur appartenance à un même monde professionnel. La densité apparaît en elle-même « qualifiante », avec une corrélation suffisamment forte pour qu’on puisse être tenté d’y voir une bonne illustration des « effets de contexte », ou plutôt des effets de sélection exercés par ces contextes sur les choix résidentiels des individus.

GRAPHIQUE 14. Taux de présence des membres des professions libérales dans l’annuaire du Tout-Lyon, en fonction du poids de cette catégorie dans la population des ménages de chaque arrondissement de Lyon.

GRAPHIQUE 14. Taux de présence des membres des professions libérales dans l’annuaire du Tout-Lyon, en fonction du poids de cette catégorie dans la population des ménages de chaque arrondissement de Lyon.

20Coefficient de corrélation : 0,89. Equation de la droite de régression : y = 12x-1,2.

21Mais, dans tous les autres cas, il en va différemment. C’est vrai même pour les chefs d’entreprise. Globalement, ces derniers ont pourtant à peu près la même probabilité que les professions libérales de figurer dans les pages de l’annuaire. Mais, d’un arrondissement à l’autre, cette probabilité n’entretient plus qu’un lien assez lâche avec le poids global des chefs d’entreprise au sein de chaque arrondissement (cf. graphique 15). Pour ne prendre qu’un exemple, on voit que les chefs d’entreprise sont au total plus représentés dans le troisième arrondissement que dans le deuxième. Pourtant, les premiers ont cinq fois moins de chances que les seconds de figurer dans l’annuaire.

GRAPHIQUE 15. Taux de présence des chefs d’entreprise dans l’annuaire du ToutLyon, en fonction du poids de cette catégorie dans la population des ménages de chaque arrondissement de Lyon.

GRAPHIQUE 15. Taux de présence des chefs d’entreprise dans l’annuaire du ToutLyon, en fonction du poids de cette catégorie dans la population des ménages de chaque arrondissement de Lyon.

Coefficient de corrélation : 0,41. Equation de la droite de régression : y = 12x + 6,9.

22On comprend dès lors que le modèle de localisation qui caractérise globalement l’ensemble des membres du Tout-Lyon s’apparente plutôt à celui des professions libérales. Comme on l’a vu plus haut, il en accentue la concentration spatiale, mais sans trop en déformer la structure. En revanche, quand ils sont eux-mêmes classés dans une autre catégorie professionnelle, les ménages sélectionnés par l’annuaire s’écartent beaucoup plus nettement des lignes de force qui commandent la répartition géographique de l’ensemble des ménages lyonnais appartenant à cette catégorie.

Les trajectoires d’une génération

23L’analyse a reposé jusqu’ici sur une coupe transversale qui, juxtaposant des générations différentes, limite de ce fait la portée des conclusions que l’on pourrait en tirer. L’objection vaudrait tout autant si l’on voulait comparer des éditions successives de l’annuaire. Quelle que soit la date retenue, la structure des âges ne serait jamais tout à fait la même que dans l’ensemble de la population active, et les écarts seraient plus ou moins prononcés selon les catégories professionnelles. De plus, comme la composition socio-professionnelle de la population de l’annuaire s’est passablement transformée au cours des dernières décennies, les effets d’âge et de génération auraient toute chance d’apparaître au bout du compte plus discriminants pour l’étude des résidences que l’appartenance professionnelle proprement dite. Il convient donc plutôt de voir ce qu’il en est dans le cas d’une même génération, en regroupant quelque peu les professions et les lieux de résidence pour travailler sur des effectifs suffisants.

24Considérons donc une nouvelle fois l’échantillon des 406 ménages qui figurent sans interruption dans la source entre 1953 et 1985. Comme les mentions professionnelles sont éminemment stables, il n’y a pas lieu de se poser dans ce cas précis la question, devenue classique, des rapports entre trajectoires professionnelles et itinéraires résidentiels. En simplifiant encore les données, on considérera au contraire la profession comme un attribut constant du ménage, qui survit aussi bien à la cessation d’activité qu’au décès du mari.

25Comme la précédente, l’analyse des correspondances figurée par le graphique 16 juxtapose sur un même schéma les données issues de trois tableaux statistiques, qui croisent les positions professionnelles des ménages avec leurs lieux de résidence pris à trois dates différentes. En reliant les points décrivant les situations successives de chaque groupe professionnel, on obtient une représentation imagée de la façon dont se modifie en cours de période l’écart relatif de chaque groupe professionnel par rapport à la distribution résidentielle moyenne.

GRAPHIQUE 16. Professions et trajectoires résidentielles (Représentation des deux premiers facteurs de l’analyse des correspondances portant sur une génération de ménages qui figurent sans interruption dans le Tout-Lyon de 1953 à 1985).

GRAPHIQUE 16. Professions et trajectoires résidentielles (Représentation des deux premiers facteurs de l’analyse des correspondances portant sur une génération de ménages qui figurent sans interruption dans le Tout-Lyon de 1953 à 1985).

LÉGENDE : NP = Profession non précisée ; ENTREP = Chef d’entreprise ; CAD PRIV = Cadre d’entreprise ; MED = Médecin ; JURD = Profession libérale juridique ; AUTR PLIB = Autres professions libérales ; CAD PUB = Cadre de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques.
L’analyse porte sur un échantillon de 406 ménages (sondage au 1/4) présents dans toutes les éditions de l’annuaire entre 1953 et 1985. Chaque ménage est caractérisé par la dernière profession mentionnée par la personne de référence.
L’analyse des correspondances décrit les ménages à 3 étapes successives de leurs trajectoires résidentielles (1953, 1970, 1985).
Inertie totale : 0,124
Axe 1 (horizontal) : contribution à l’inertie de 41,9 %
Axe 2 (vertical) : contribution à l’inertie de 26,1 %.

  • 4 Voir la deuxième partie, § 5 : « Continuités et changements ».

26Le premier facteur de l’analyse, représenté par l’axe horizontal, range à peu près les secteurs géographiques dans un ordre qui, de la gauche à la droite, va des localisations les plus traditionnelles à celles qui ont connu l’essor le plus récent dans les éditions successives du Tout-Lyon4. En 1953, le deuxième et le sixième arrondissements sont prépondérants pour toutes les catégories, à une exception près sur laquelle on reviendra. Ceux qui ne précisent pas leur profession sont particulièrement nombreux dans le deuxième arrondissement. C’est aussi le cas pour les trois types de professions libérales, qui se singularisent néanmoins par une plus grande proximité à d’autres arrondissements centraux tels que le premier, le cinquième et le troisième. Au contraire, les milieux d’affaires (cadres et surtout chefs d’entreprise) sont déjà plus présents à cette date dans les « nouvelles » localisations du sixième arrondissement et surtout de la banlieue Ouest. Ils sont aussi plus souvent situés à l’étranger, à Paris, ou dans d’autres régions.

27Pour toutes ces catégories de ménages, la configuration se maintient à peu près au cours de la période, mais les écarts s’amplifient quand on passe de 1953 à 1970, puis à 1985. Dans tous les cas, le poids du sixième et surtout du deuxième arrondissement tend à régresser. Le deuxième axe factoriel traduit ce mouvement général qui a pour effet de déplacer vers le haut du graphique toutes les catégories de ménages. Simultanément, les tendances observées pour les chefs d’entreprise et cadres du secteur privé s’accentuent. Les médecins s’orientent eux aussi du deuxième vers le sixième, ou du centre-ville vers la banlieue Ouest. Ils se distinguent en cela des autres professions libérales, qui demeurent comparativement plus attachées à leurs anciennes localisations, et se singularisent donc de plus en plus nettement par leur préférence relative pour les vieux quartiers du centre.

28Quant aux ménages qui ne précisent pas leur profession, ils ne connaissent que des translations de faible ampleur et se maintiennent au voisinage du centre de gravité, ce qui est normal étant donné leur poids important au sein de la cohorte. Pendant la première période, leur localisation ne se modifie guère, ce qui, par comparaison avec les autres catégories, les fait apparaître plus proches des deux pôles résidentiels centraux en 1970 qu’en 1953. C’est seulement à partir des années 70 qu’un certain nombre d’entre eux quittent leur ancien quartier pour les communes de la banlieue Ouest.

29A chacune des trois dates retenues, les cadres de la fonction publique et les professions intellectuelles ou artistiques contrastent assez fortement avec la distribution moyenne. Dès 1953, la moitié d’entre eux résident à Lyon hors du deuxième ou du sixième arrondissement, sans pour autant se limiter comme les professions libérales aux quartiers les plus centraux. En cours de période, certains quittent la région au moins pour un temps, probablement en raison de leur parcours professionnel. Quant aux relocalisations en banlieue, elles ne s’effectuent que minoritairement dans les communes de l’Ouest lyonnais.

30L’observation longitudinale confirme donc la relative distance de ce groupe de ménages par rapport à l’ensemble de la population de l’annuaire. En matière de résidence comme de fécondité, cette distance demeure sensible même au sein d’une cohorte homogène qui, en raison de son long temps de présence dans la source, ne prend pas en considération les notices les plus fugitives et les inscriptions temporaires correspondant à une étape de la carrière dans la fonction publique.

31Pour les ménages classés dans les autres groupes professionnels, la parenté entre les divers faisceaux d’itinéraires résidentiels est plus manifeste. L’observation longitudinale montre néanmoins comment s’enchaînent et se renforcent au cours des biographies individuelles des écarts qui, dans les coupes transversales, traduisent en quelque sorte l’« avance » ou le « retard » de chaque groupe par rapport aux tendances générales suivies par l’ensemble du stock.

Notes

1 On trouvera une étude de ce milieu professionnel dans Y. GRAFMEYER, Les Gens de la banque, Paris, Presses universitaires de France, 1992.

2 L’indice de dissimilarité se calcule selon le même principe que l’indice de ségrégation tel qu’il a été défini plus haut (voir deuxième partie, fin du § 3). Il vise à comparer deux catégories de populations entre elles, et non plus une catégorie à toutes les autres. L’indice mesure alors le pourcentage de l’une des deux catégories qui devrait changer d’unité territoriale pour avoir une distribution spatiale identique à celle de l’autre catégorie. Si le critère retenu partage la population en k catégories, le nombre total de comparaisons par paires est égal à k(k-l)/2, chaque comparaison correspondant à un indice de dissimilarité spécifique. La confrontation simultanée de tous ces indices fournit une estimation chiffrée des affinités et des oppositions entre les diverses catégories. Plusieurs procédures permettent de dégager les structures de ces tableaux d’indices, et de leur associer des représentations graphiques. La technique adoptée ici dans le graphique 10 est celle de la classification ascendante hiérarchique : elle consiste à regrouper de proche en proche les catégories en commençant par réunir celles qui ont le plus faible indice de dissimilarité, c’est à dire celles qui sont les plus proches du point de vue de leur répartition dans l’espace.

3 Deuxième partie, § 3 : « Proximités et distances avec les diverses fractions des catégories supérieures ».

4 Voir la deuxième partie, § 5 : « Continuités et changements ».

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 8. Répartition des résidences principales de l’ensemble des ménages du Tout-Lyon figurant dans l’édition de 1985, en fonction de la profession mentionnée par le chef de ménage.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre GRAPHIQUE 9. Localisation des ménages du Tout-Lyon habitant l’agglomération lyonnaise en 1985, en fonction de la profession mentionnée par le chef de ménage.
Légende Pour la lecture des abréviations, voir ci-dessus le code des professions du tableau 6.CARACTÉRISTIQUES DE L’ANALYSE :Population traitée : 3623Inertie totale : 0,0925Axe 1 (horizontal) : valeur propre = 0,0229, soit une contribution à l’inertie de 25,1 %Axe 2 (vertical) : valeur propre = 0,0195, soit une contribution à l’inertie de 21,4 %Axe 3 (non représenté) : valeur propre = 0,0185, soit une contribution à l’inertie de 20,3 %.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8811/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre TABLEAU 17. Indices de dissimilarité entre les ménages du Tout-Lyon regroupés selon leur profession (édition de 1985).
Légende Les calculs portent sur les 3623 individus habitant la communauté urbaine, qui a été découpée en 14 secteurs (les 9 arrondissements de Lyon et 5 secteurs périphériques).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8811/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre GRAPHIQUE 10. Classification ascendante hiérarchique sur les indices de dissimilarité du tableau 17.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8811/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre GRAPHIQUE 11. Localisation des ménages du Tout-Lyon habitant la ville de Lyon en 1985, en fonction de la profession mentionnée par le chef de ménage.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8811/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre GRAPHIQUE 12. Localisation des ménages du Tout-Lyon habitant la banlieue lyonnaise en 1985, en fonction de la profession mentionnée par le chef de ménage.
Légende NB : La commune de Villeurbanne a été incluse dans l’ensemble de la banlieue Est, et les communes des Monts d’Or dans la rubrique « banlieue Ouest ». Pour la lecture des abréviations, voir ci-dessus le code des professions du tableau 6.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8811/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre GRAPHIQUE 13. Distribution résidentielle de quelques catégories socio-professionnelles de la population lyonnaise, et des membres du Tout-Lyon qui ont pu être classés dans ces mêmes catégories. (Représentation des deux premiers facteurs de l’analyse des correspondances)
Légende Seuls sont pris en compte les individus qui résident dans l’un des 9 arrondissements de Lyon.SOURCES :1) Ménages selon la catégorie socio-professionnelle de la personne de référence, au recensement de 1982- ENTREP = Chef d’entreprise- PROF LIB = Profession libérale- CAD PUB = Cadre de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques- CAD PRIV = Cadre d’entreprise2) Membres du Tout-Lyon Annuaire (édition de 1985) ayant mentionné leur profession. Même nomenclature professionnelle que ci-dessus, précédée de TL.CARACTÉRISTIQUES DE L’ANALYSE :Population traitée : 22624Inertie totale : 0,0564Axe 1 (horizontal) : valeur propre = 0,0379, soit un contribution à l’inertie de 67,1 %Axe 2 (vertical) : valeur propre = 0,0121, soit un contribution à l'inertie de 21,5 %Axe 3 (non représenté) : valeur propre = 0,0054, soit une contribution à l’inertie de 9,5 %.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8811/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre GRAPHIQUE 14. Taux de présence des membres des professions libérales dans l’annuaire du Tout-Lyon, en fonction du poids de cette catégorie dans la population des ménages de chaque arrondissement de Lyon.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8811/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre GRAPHIQUE 15. Taux de présence des chefs d’entreprise dans l’annuaire du ToutLyon, en fonction du poids de cette catégorie dans la population des ménages de chaque arrondissement de Lyon.
Légende Coefficient de corrélation : 0,41. Equation de la droite de régression : y = 12x + 6,9.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8811/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre GRAPHIQUE 16. Professions et trajectoires résidentielles (Représentation des deux premiers facteurs de l’analyse des correspondances portant sur une génération de ménages qui figurent sans interruption dans le Tout-Lyon de 1953 à 1985).
Légende LÉGENDE : NP = Profession non précisée ; ENTREP = Chef d’entreprise ; CAD PRIV = Cadre d’entreprise ; MED = Médecin ; JURD = Profession libérale juridique ; AUTR PLIB = Autres professions libérales ; CAD PUB = Cadre de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques.L’analyse porte sur un échantillon de 406 ménages (sondage au 1/4) présents dans toutes les éditions de l’annuaire entre 1953 et 1985. Chaque ménage est caractérisé par la dernière profession mentionnée par la personne de référence.L’analyse des correspondances décrit les ménages à 3 étapes successives de leurs trajectoires résidentielles (1953, 1970, 1985).Inertie totale : 0,124Axe 1 (horizontal) : contribution à l’inertie de 41,9 %Axe 2 (vertical) : contribution à l’inertie de 26,1 %.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8811/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search