Version classiqueVersion mobile

Quand le Tout-Lyon se compte…

 | 
Yves Grafmeyer

Troisième partie. Unité ou diversité ?

Chapitre 4. Les écarts de fécondité selon les groupes professionnels

Texte intégral

1Dans cette population composée à 97 % de couples mariés, les rares célibataires se répartissent de façon à peu près uniforme selon les professions. La seule exception notable concerne les professions des arts, de l’information et du spectacle, puisque l’on a regroupé avec cette rubrique les membres du clergé. De plus, c’est surtout dans les milieux artistiques que se trouvent les quelques notices consacrées à des femmes célibataires. Pour comparer ce qui est comparable, on se limitera donc à l’examen des couples mariés, y compris lorsqu’un seul des conjoints vit encore en 1985. Rappelons que les calculs incluent les enfants décédés (dont les notices conservent la mention), mais ne considèrent, en cas de remariage, que la fratrie issue de la première union.

  • 1 Cf. ci-dessus la première partie de l’ouvrage.

2En prenant cette base de calcul, on compte pour l’ensemble de l’édition de 1985 une moyenne de 3,53 enfants par ménage1. Les valeurs demeurent élevées pour la plupart des catégories professionnelles, mais avec des écarts qui sont loin d’être négligeables d’une catégorie à l’autre (cf. tableau 14 page suivante).

3Evaluées à l’aune du niveau de fécondité, les proximités et les distances entre professions ne suivent manifestement pas, pour cette population particulière, la logique des regroupements opérés par la nomenclature de l’INSEE.

TABLEAU 14. Nombre moyen d’enfants des ménages figurant dans l’édition de 1985 du Tout-Lyon, en fonction de la profession du chef de ménage.

Profession du chef de ménage

Nombre moyen d’enfants

Chefs d’entreprise

3,6

Médecins

3,2

Professions libérales juridiques

2,9

Autres professions libérales

3,2

Cadres administratifs et commerciaux des entreprises

3,2

Ingénieurs

3,9

Cadres de banque

3,8

Cadres de la fonction publique

2,6

Professeurs

2,8

Professions des arts, de l’information et du spectacle

2,1

Militaires

3,8

Profession non précisée

3,6

Ensemble

3,5

Sont portées en caractères gras les valeurs supérieures à la valeur moyenne (= 3,5) calculée sur l’ensemble des ménages.

4Les valeurs les plus élevées s’observent pour les ingénieurs, les militaires et les cadres de banque, suivis de près par les chefs d’entreprise et les ménages qui ne fournissent aucune indication professionnelle.

5Puis viennent, un peu en dessous de la valeur moyenne, les diverses professions libérales ainsi que les cadres administratifs et commerciaux d’entreprise. Les chiffres sont sensiblement plus bas pour les cadres de la fonction publique, les professeurs, et surtout les professions des arts, de l’information et du spectacle.

6On voit donc que, si l’indicateur ne discrimine guère les diverses professions libérales, il redistribue tout au long de l’échelle des niveaux de fécondité les différentes catégories de cadres. L’opposition du public et du privé garde une certaine pertinence, mais à condition de faire une place à part aux officiers, qui se singularisent par le taux particulièrement élevé de leur fécondité. Les chiffres varient également entre les catégories de cadres d’entreprise. Ils sont sensiblement plus élevés chez les cadres de banque et chez les ingénieurs. Pour les premiers, tout comme pour les militaires, on verra que le haut niveau de fécondité peut être mis en rapport avec la relative fréquence des origines aristocratiques. Dans le cas des ingénieurs, peut-être faut-il chercher l’explication dans les incertitudes qui s'attachent au codage professionnel. Il est fort probable en effet qu’un certain nombre de personnes classées dans cette rubrique faute d’informations plus précises exercent en réalité des fonctions de chefs d’entreprise.

7Il est probable, aussi, que les écarts observés tiennent pour une petite partie aux effets de l’âge. Pour les notices les plus récentes, rien n’assure que la descendance soit toujours complètement constituée en 1985. Or, comme on l’a noté, certaines catégories ont vu leur part s’accroître notablement au cours des dernières années. Cela explique d’ailleurs que les enfants apparaissent moins nombreux chez les cadres administratifs ou commerciaux d’entreprise que chez les ingénieurs, dont les effectifs ont été plus stables au cours des trois dernières décennies (cf. tableau 9). L’écart entre les deux catégories disparaît en effet quand on ne prend pas en compte les ménages entrés après 1980. La même remarque vaut aussi pour les ménages qui ne précisent pas leur profession. En ce qui les concerne, le chiffre observé n’a pas en tant que tel une grande signification, puisque cette rubrique incorpore un certain nombre de retraités et de veuves, dont la fécondité plus élevée peut être imputée de surcroît à un effet de génération.

8Pour neutraliser ces effets d’âge et de génération, examinons donc maintenant ce qu’il en est au sein d’une cohorte suffisamment ancienne pour que les descendances soient connues dans tous les cas avec précision.

9Les ménages qui figurent sans interruption entre 1953 et 1985 ont un nombre moyen d’enfants qui s’élève à 3,83. Pour apprécier les appartenances professionnelles de cette cohorte, on utilisera comme indicateur le dernier métier mentionné par le chef de ménage. La nouvelle distribution diffère de la précédente par une valeur moyenne un peu plus élevée, mais surtout par la plus grande ampleur de sa dispersion (cf. tableau 15 page suivante).

10On trouve toujours en tête les militaires et les chefs d’entreprise, mais avec des taux de fécondité qui apparaissent dans l’un et l’autre cas tout à fait considérables. Comme les calculs ont été effectués cette fois à partir d’un sondage au 1/4, on ne dénombre que 5 militaires, ce qui exclut toute extrapolation. En revanche, le chiffre concernant les chefs d’entreprise est plus significatif, puisqu’il porte sur 52 notices.

TABLEAU 15. Nombre moyen d'enfants des ménages appartenant à une même génération, en fonction de la profession du chef de ménage.

Profession du chef de ménage

Nombre moyen d’enfants

Chefs d’entreprise

4,7

Médecins

3,4

Professions libérales juridiques

2,7

Autres professions libérales

3,4

Cadres administratifs et commerciaux des entreprises

3,1

Ingénieurs

3,3

Cadres de la fonction publique

3,1

Professeurs

2,4

Professions des arts, de l’information et du spectacle

2,4

Militaires

4,8

Profession non précisée

4,1

Ensemble

3,8

Les calculs portent sur un échantillon de 397 ménages (sondage au 1/4) qui figurent dans l'annuaire sans interruption entre 1953 et 1985. Sont portées en caractères gras les valeurs supérieures à la moyenne.

11Viennent ensuite les chefs de ménage qui, à aucun moment, n’ont précisé leur profession au cours de ces 32 ans de présence dans l’annuaire. Pour ce groupe, les données de la cohorte sont plus significatives que celles calculées ci-dessus à partir de la seule année 1985, puisqu’elles éliminent l’incidence des cessations d’activité et des veuvages sur la composition de cette rubrique. L’écart à la moyenne est pourtant un peu plus prononcé que dans le tableau précédent, ce qui suggère que les coupes transversales minorent aussi les taux de mentions professionnelles au sein des flux d’entrée les plus récents, notamment, comme on l’a vu, dans le cas des entrepreneurs. Quoi qu’il en soit, l’examen d’une génération montre que le haut niveau de fécondité, caractéristique générale du milieu étudié, s’observe plus particulièrement chez ceux qui n’ont pas jugé nécessaire de préciser leur profession. La convergence de ces deux indicateurs confirme la plus grande proximité de ces ménages aux familles les mieux établies ou, disons, les plus typiques de ce milieu local. Ce sont d’ailleurs aussi les ménages pour lesquels on compte le plus souvent un père ou un beau-père dans l’annuaire.

12Pour toutes les autres catégories professionnelles, le nombre moyen d’enfants est inférieur à la moyenne de la cohorte. Pour les trois types de professions libérales, la structure est analogue à celle de 1985, mais avec des valeurs légèrement supérieures. En raison de la faiblesse des effectifs, le détail des autres chiffres est moins significatif. Disons seulement que, au sein de l’ensemble des cadres (militaires exclus), ce sont les professions intellectuelles et artistiques qui se distinguent par les valeurs les plus basses.

13C’est donc essentiellement chez les chefs d’entreprise que l’on observe, surtout pour cette génération, la fécondité la plus forte. Sans doute ces milieux professionnels sont-ils assez largement représentés dans la sous-population qui ne fournit aucune indication de métier et qui comporte, elle aussi, un nombre d’enfants plus élevé que la moyenne. Cela confirmerait l’hypothèse faite plus haut selon laquelle le poids des chefs d’entreprise dans l’ensemble des notices est encore plus important qu’il n’y paraît à la lecture des seules mentions professionnelles précisées par l’annuaire.

14Une autre conclusion paraît également s’imposer. Etant donné que l’inscription dans l’annuaire est quasiment automatique lorsque le père du solliciteur y figurait déjà, il y a de fortes chances pour que les écarts de fécondité aient, sur longue période, des effets sensibles sur la démographie des notices du Tout-Lyon. Certes, l’effet n’est nullement mécanique, puisqu’il dépend aussi du destin social et géographique de chaque constellation familiale, ainsi que des attitudes adoptées par chaque génération et chaque individu face à l’inscription dans l’annuaire. Mais les différences de fécondité entre professions sont suffisantes pour qu’on puisse leur prêter une incidence propre, d’autant plus que l’hérédité professionnelle enregistrée par l’annuaire est assez forte, ce qui signifie que les appartenances professionnelles portent l’empreinte des lignées et donc des attitudes des familles devant la procréation. Et, même en cas de changements de métier d’une génération à l’autre, les descendances des familles les plus fécondes auront toute chance d’être davantage représentées.

15De fait, c’est bien ce que l’on observe quand on compare les deux marges de la table de mobilité père/fils étudiée plus haut, et qu’on les rapporte aux distributions de l’ensemble des notices à 32 ans d’intervalle.

TABLEAU 16. Structures professionnelles respectives des pères et des fils, par comparaison avec les structures professionnelles observées pour l’ensemble des notices à différentes dates.

TABLEAU 16. Structures professionnelles respectives des pères et des fils, par comparaison avec les structures professionnelles observées pour l’ensemble des notices à différentes dates.

Les pourcentages indiqués dans les deux premières colonnes ont été calculés à partir du dépouillement exhaustif des éditions de 1953 et de 1985. Ils portent exclusivement sur les notices qui mentionnent une profession.
Les pourcentages des trois colonnes suivantes proviennent du sondage au 1/4 effectué sur l’ensemble des personnes nouvellement inscrites dans le Tout-Lyon entre 1957 et 1985. Par définition, les données concernant les « pères » et les « fils » ne prennent en compte que les individus de l’échantillon dont le père figure ou a figuré dans l’annuaire.

Comparons d’abord les chefs de ménage dont le père figure dans l’annuaire à la population dans laquelle ils ont été repérés, c’est-à-dire à l’ensemble des nouvelles entrées intervenues entre 1957 et 1985. On notera tout d’abord que la structure professionnelle de ces flux d’entrée ne coïncide ni avec les données de 1953, ni avec celles de 1985. Portant sur les ménages les plus jeunes, cette structure témoigne à certains égards des évolutions qui affectent l’ensemble du stock, et paraît bien les anticiper du moins en ce qui concerne les deux catégories de professions indépendantes. Elle manifeste d’autre part l’inégale rotation des diverses catégories, ce qui explique que le poids des fonctionnaires et professions artistiques soit nettement plus fort dans ces flux que dans les notices de l’édition de 1985. A cette date, un certain nombre de nouveaux venus ont déjà disparu de l’annuaire, ce qui est beaucoup plus rarement le cas chez les entrepreneurs ou les professions libérales.
Les chefs de ménage dont on peut identifier le père se singularisent-ils au sein de ces flux d’entrée ? Un premier écart concerne, comme on l’a dit, la fréquence même des mentions professionnelles, qui est plus faible chez ceux qui ont déjà leur père dans l’annuaire (42 %, contre 51 % pour l'ensemble des flux d’entrée). En outre, ces derniers exercent plus souvent des professions indépendantes, et appartiennent beaucoup plus rarement à la catégorie des fonctionnaires ou professions intellectuelles.
Mais c’est surtout quand on considère la génération des pères que se manifestent les plus fortes distorsions. Jusqu’à quel point la comparaison avec l’édition de 1953 est-elle pertinente ? Par rapport à 1985, l’amplitude temporelle est supérieure à l’écart moyen qui sépare deux générations, mais il faut tenir compte du fait que les « fils » pris en compte dans la table de mobilité n’ont pas tous le même âge, puisque leur apparition dans la source s’étale entre 1957 et 1985. Au demeurant, le constat n’aurait guère été modifié si l’on avait avancé ou reculé de quelques années la date de référence. On voit que la distorsion est particulièrement sensible pour les chefs d’entreprise. Ces derniers représentent le tiers des professions déclarées par les pères, alors qu’on dénombre seulement 13 % de chefs d’entreprise dans l’ensemble des notices de 1953. L’écart est de sens inverse, quoique d’ampleur un peu moindre, en ce qui concerne les fonctionnaires et les professions intellectuelles.

16Il semble donc bien que les changements de structure observés au cours des trente dernières éditions de l’annuaire puissent être en partie imputés aux écarts de fécondité qui séparent des milieux professionnels, ou plutôt des milieux familiaux dont les membres se distribuent de façon différente dans l’univers des métiers. Plus féconds, les milieux de l’industrie et du négoce comptent plus de descendants dans les pages de l’annuaire, que ces descendants reconduisent ou non les positions de leurs pères.

17Tel est du moins ce que suggère l’analyse de la source. On ne saurait toutefois en tirer de conclusions définitives quant à la dynamique du milieu plus large au sein duquel sont sélectionnées les notices, d’autant plus que les données traitées sont elles-mêmes tributaires d’effets d’auto-désignation qui n’autorisent qu’une vue incomplète des appartenances professionnelles et de leur signification au regard des identités.

Notes

1 Cf. ci-dessus la première partie de l’ouvrage.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 16. Structures professionnelles respectives des pères et des fils, par comparaison avec les structures professionnelles observées pour l’ensemble des notices à différentes dates.
Légende Les pourcentages indiqués dans les deux premières colonnes ont été calculés à partir du dépouillement exhaustif des éditions de 1953 et de 1985. Ils portent exclusivement sur les notices qui mentionnent une profession.Les pourcentages des trois colonnes suivantes proviennent du sondage au 1/4 effectué sur l’ensemble des personnes nouvellement inscrites dans le Tout-Lyon entre 1957 et 1985. Par définition, les données concernant les « pères » et les « fils » ne prennent en compte que les individus de l’échantillon dont le père figure ou a figuré dans l’annuaire.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search