Version classiqueVersion mobile

Quand le Tout-Lyon se compte…

 | 
Yves Grafmeyer

Troisième partie. Unité ou diversité ?

Chapitre 3. Filiations et alliances

Texte intégral

1Comme pour les lieux de résidence, les comparaisons ne porteront que sur les chefs de ménage, leurs pères et leurs beaux-pères. Etant donné que les éditions anciennes ne mentionnent pas les enfants, on ne pouvait guère envisager d’élargir l’étude à plus de deux générations, malgré tout l’intérêt qu’il y aurait eu à examiner sur une plus grande profondeur généalogique les transmissions et reconversions professionnelles. Parfois, la reconduction des positions du père au fils aurait alors pris un tout autre sens. Rapportée aux générations antérieures, elle aurait fait apparaître, dans tel ou tel cas particulier, moins la continuité de dynasties de notaires, d’avocats ou de professionnels de l’immobilier, que le redéploiement progressif d’anciennes familles de soyeux dans ces autres champs d’activité. Mais, s’il peut offrir d’utiles repères pour diverses études monographiques, l’annuaire n’autorise pas à lui seul un traitement longitudinal systématique de l’ensemble de ses notices sur la très longue durée.

2Ce ne sont d’ailleurs pas seulement les lacunes de l’information qui sont en cause, mais aussi les modalités mêmes de constitution des données. En effet, les logiques qui commandent l’inscription et le maintien dans l’annuaire rendent ce dernier impropre à la reconstitution exhaustive de généalogies aussi bien ascendantes que descendantes, même pour les constellations familiales les mieux représentées dans ses éditions successives. C’est d’ailleurs pourquoi les croisements que l’on peut effectuer entre les professions des chefs de ménage et celles de leurs pères n’ont qu’une analogie formelle avec les tables de mobilité telles qu’elles sont définies par les enquêtes nationales. Non seulement la profession des individus n’est connue que dans un cas sur deux mais, de plus, les pères ne figurent eux-mêmes dans l’annuaire que dans un peu plus de la moitié des cas. Or la probabilité que le père ait sa propre notice dans le Tout-Lyon dépend très largement des appartenances sociales du fils, et en particulier de ses origines familiales. C’est donc, dans une certaine mesure, le contenu même de ces pseudo tables de mobilité qui détermine la configuration de leurs marges. Dès lors, ces tables découpent des sous-ensembles dont les caractéristiques ne peuvent être extrapolées purement et simplement ni aux autres notices, ni à plus forte raison à l’ensemble du milieu local au sein duquel ces notices ont été sélectionnées. C’est donc dans des limites fort précises que les croisements statistiques permettent de qualifier une partie des chefs de ménage en fonction du métier de leur père. On ne saurait en tirer de conclusions plus générales quant à la manière dont se distribuent, au sein de ce milieu pris dans sa globalité, les lignes de force de l’hérédité et de la mobilité professionnelles entre générations.

  • 1 Avec cette différence, toutefois, que l’alliance est justement l’une des voies par lesquelles les (...)

3Les mêmes remarques valent bien entendu pour les comparaisons entre les métiers des chefs de ménage et ceux de leurs beaux-pères. Comme l’hérédité professionnelle, l’homogamie professionnelle ne pourra être appréciée que pour les fractions qui sont socialement les plus stables et les plus homogames1, du moins si l’on tient la présence des ascendants dans la source pour un indicateur de cette stabilité.

Fils et pères

4On s’en tiendra, comme on l’avait fait pour l’examen des lieux de résidences, à la période relativement récente qui seule permet d’identifier les filiations sans ambiguïtés. Reprenons donc l’échantillon des 882 ménages qui font leur apparition dans le Tout-Lyon entre 1957 et 1985. Pour 450 d’entre eux, le père du chef de ménage figure déjà dans l’annuaire. Dans tous les cas, on a retenu pour indicateur la dernière profession mentionnée, en sachant que les changements de métiers sont au demeurant très rares en cours de carrière.

5Le tableau 11 met en évidence, pour toutes les catégories distinguées, une assez nette dépendance statistique entre le métier du père et celui du fils. Dans tous les cas, les effectifs observés sont au moins trois fois supérieurs à ce qu’ils seraient dans l’hypothèse de l’indépendance entre les deux informations. Cette dépendance vaut aussi, quoique dans une moindre mesure, pour l’absence de mention professionnelle. Les fils sont moins enclins à préciser leur métier quand leur père avait observé la même discrétion, ce qui confirme l’incidence des appartenances familiales sur les arbitrages opérés par tout un chacun en matière de présentation de soi.

TABLEAU 11. Evaluation de la dépendance statistique entre la profession du fils et celle de son père.

TABLEAU 11. Evaluation de la dépendance statistique entre la profession du fils et celle de son père.

Tableau établi à partir du sondage au 1/4 sur l’ensemble des personnes nouvellement inscrites dans le Tout-Lyon entre 1957 et 1985. Par définition, les données portent uniquement sur les 450 individus de l’échantillon dont le père figure ou a figuré dans l’annuaire.
Les valeurs indiquées ci-dessus mesurent le rapport entre le nombre de cas observés et le nombre théorique qui correspondrait à l’hypothèse de l’indépendance entre l’information concernant la profession du père et celle concernant la profession du fils.

6Les valeurs portées hors de la première diagonale permettent d’apprécier le jeu des proximités et des distances entre professions différentes, du moins pour ce sous-ensemble, et pour autant que l’information ait été donnée tant par le père que par le fils. On voit par exemple l’importance des affinités entre les médecins et les autres professions libérales. Inversement, les cadres du secteur privé sont toujours sous-représentés à la génération des pères, dès lors que le métier signalé par le fils n’entre pas dans cette même catégorie.

Gendres et beaux-pères

7Comme les professions des épouses ne sont que très rarement indiquées, c’est seulement en se fondant sur la profession du beau-père que l’on peut examiner les proximités et distances professionnelles mises en jeu par les unions matrimoniales (cf. tableau 12).

TABLEAU 12. Evaluation de la dépendance statistique entre la profession du gendre et celle de son beau-père.

TABLEAU 12. Evaluation de la dépendance statistique entre la profession du gendre et celle de son beau-père.

Tableau établi sur le même principe que le précédent. Les données portent ici sur les 300 individus de l'échantillon dont le beau-père figure ou a figuré dans l'annuaire.

8La structure de la première diagonale est très proche de celle observée dans le tableau précédent. On peut même la considérer comme quasiment identique, si l’on tient compte des aléas de l’échantillonnage et de la relative modestie des effectifs (N=300). Dans tous les cas, la catégorie professionnelle du gendre est fortement liée à celle du beau-père, et les coefficients qui mesurent l’intensité de cette liaison se distribuent exactement comme ceux qui décrivent la rigidité professionnelle entre les pères et les fils. Les autres cas de figure, qui correspondent à un petit nombre d’observations, ne reproduisent pas aussi fidèlement la structure du précédent tableau. On notera toutefois que les affinités entre les médecins et les autres professions libérales paraissent encore plus étroites quand on passe de l’examen des filiations à celui des alliances matrimoniales.

Pères et beaux-pères

9On observe de même une certaine dépendance entre les appartenances professionnelles des deux ménages d’où chaque nouveau couple est issu (cf. tableau 13). Rappelons que la structure des données est ici prédéterminée de façon encore plus restrictive que précédemment, puisqu’il faut cette fois que les parents des deux conjoints figurent dans l’annuaire.

10Pour ces 155 ménages, l’homogamie professionnelle appréciée à partir des métiers des pères n’apparaît cependant plus guère que dans le cas des professions indépendantes : chefs d’entreprise, médecins, et surtout autres professions libérales. Souvent, les chefs de ménage exercent alors à leur tour ces mêmes métiers. Aux proximités de tous ordres qui infléchissent les affinités électives se surimpose, notamment pour les chefs d’entreprises et certaines professions libérales, l’effet propre des ressources patrimoniales sur la transmission du statut professionnel. Mais, exception faite des professions juridiques, la dépendance statistique est nettement moins prononcée que dans les deux croisements précédents.

11On dénombre d’ailleurs certains coefficients assez élevés hors de la première diagonale, par exemple entre cadres du public et cadres du privé, ou entre cadres du public et autres professions libérales. Comme en matière de résidence, les unions matrimoniales exercent donc un certain effet redistributif, qui apparaît cependant limité si l’on compare le beau-père et son gendre, plutôt que les parents des deux conjoints.

TABLEAU 13. Evaluation de la dépendance statistique entre la profession du père et celle du beau-père.

TABLEAU 13. Evaluation de la dépendance statistique entre la profession du père et celle du beau-père.

Tableau établi sur le même principe que le précédent. Les données portent ici sur 155 ménages de l'échantillon pour lesquels les parents des deux conjoints figurent également dans l'annuaire.

12Au total, la distribution des professions porte donc assez nettement la marque des appartenances familiales héritées ou instituées par le mariage. Certes, le constat ne vaut en toute rigueur que pour une sous-population qui n’est pas découpée de façon quelconque dans l’ensemble des notices, puisqu’elle se singularise justement par la visibilité des ascendants de chaque couple au sein de l’annuaire. D’autre part, les indicateurs choisis sont fort restrictifs, et ne préjugent pas des configurations qui seraient apparues si l’on avait pu étendre l’examen à la longue durée et à de larges parentèles. Toujours est-il que, si l’on s’en tient aux comparaisons avec les pères et les beaux-pères, le critère de la profession paraît bien différencier jusqu’à un certain point les familles, et non pas seulement les individus.

13Dans quelle mesure ces différences professionnelles sont-elles la manifestation et le support d’autres lignes de partage qui imposeraient en définitive d’identifier des micro-milieux relativement distincts au sein de la population du Tout-Lyon ? Dans quelle mesure les sociabilités s’organisent-elles selon ces lignes de partage, qu’elles contribueraient du même coup à conforter par leur effet sur les représentations, les solidarités et les évitements, aussi bien que par leur rôle dans le jeu des alliances ? Les données de l’annuaire ne permettent pas de fournir une réponse très satisfaisante à ces questions, qui exigeraient manifestement d’autres modes d’analyse. Du moins peut-on se demander si le critère de la profession introduit une variance significative dans la distribution des quelques autres caractéristiques connues pour chaque ménage. En particulier, ce critère est-il discriminant en matière de fécondité, ce qui, étant donné les modalités de renouvellement de la population de l’annuaire, expliquerait peut-être en partie les évolutions que l’on observe dans la structure même des appartenances professionnelles ?

Notes

1 Avec cette différence, toutefois, que l’alliance est justement l’une des voies par lesquelles les nouveaux venus peuvent s’agréger aux milieux les plus anciennement représentés dans l’annuaire.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 11. Evaluation de la dépendance statistique entre la profession du fils et celle de son père.
Légende Tableau établi à partir du sondage au 1/4 sur l’ensemble des personnes nouvellement inscrites dans le Tout-Lyon entre 1957 et 1985. Par définition, les données portent uniquement sur les 450 individus de l’échantillon dont le père figure ou a figuré dans l’annuaire.Les valeurs indiquées ci-dessus mesurent le rapport entre le nombre de cas observés et le nombre théorique qui correspondrait à l’hypothèse de l’indépendance entre l’information concernant la profession du père et celle concernant la profession du fils.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre TABLEAU 12. Evaluation de la dépendance statistique entre la profession du gendre et celle de son beau-père.
Légende Tableau établi sur le même principe que le précédent. Les données portent ici sur les 300 individus de l'échantillon dont le beau-père figure ou a figuré dans l'annuaire.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8805/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre TABLEAU 13. Evaluation de la dépendance statistique entre la profession du père et celle du beau-père.
Légende Tableau établi sur le même principe que le précédent. Les données portent ici sur 155 ménages de l'échantillon pour lesquels les parents des deux conjoints figurent également dans l'annuaire.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8805/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search