Version classiqueVersion mobile

Quand le Tout-Lyon se compte…

 | 
Yves Grafmeyer

Troisième partie. Unité ou diversité ?

Chapitre 2. De la source aux données : les incertitudes du codage professionnel

Texte intégral

1Le découpage opéré par les annexes dans l’espace des professions est en grande partie commandé par le point de vue de l’utilisateur, tel du moins que l’interprètent au cours du temps les responsables successifs de la publication. Aussi trouve-t-on dans ces annexes les banques et les agents de change, mais non les industriels ; des listes soigneusement triées de détaillants, mais non les négociants.

2En même temps, on vient de voir que la logique qui préside à la confection de ces rubriques n’est pas sans lien avec celle qui sous-tend la sélection des notices individuelles formant le corps de l’ouvrage. En effet, les divers types de services publics et de professions indépendantes y font l’objet de traitements fort variables, qui ne dépendent pas seulement de l’« utilité » du service rendu, mais aussi des attributs sociaux et des images qui s’attachent soit aux individus eux-mêmes, soit plus collectivement à leur milieu professionnel. Du coup, ces annexes donnent déjà un aperçu indirect des qualifications sociales prêtées à divers corps de métier, et même de leur degré de proximité à la population du Tout-Lyon.

3Reste à savoir comment cette population peut être qualifiée à son tour du point de vue de sa composition socio-professionnelle. Symétrique et complémentaire de la précédente, cette investigation est plus difficile à conduire, en raison de la relative pauvreté de l’information disponible.

Les lacunes de l’information

4Dans l’hypothèse la plus défavorable où l’on s’en tient strictement aux renseignements disponibles pour chaque coupe transversale, la proportion de notices qui mentionnent une appartenance professionnelle se situe aux environs de 40 %. Sur un total de plus de 4000 ménages, un tel pourcentage, à peu près stable au cours des dernières décennies, n’est certes pas négligeable. Mais ce sous-ensemble ne peut pas être tenu pour représentatif de la base de données. On ne reviendra pas sur les raisons qui font que la profession des chefs de ménage n’est pas toujours précisée, et que le parti adopté en la matière par tout un chacun dépend en bonne part du métier qu’il exerce et du statut qu’il occupe par ailleurs dans la société locale. Il en résulte que les traitements qui vont suivre surestiment très vraisemblablement le poids relatif de certains groupes professionnels, en particulier des fonctionnaires et de certaines professions libérales. Il conviendra d’en tenir compte dans l’interprétation des résultats, qui donneront une vue quelque peu déformée de la structure socio-professionnelle de ce milieu, et de la façon dont s’y combinent les caractéristiques des métiers et les propriétés sociales de ceux qui les exercent. Il n’en sera que plus nécessaire de considérer l’absence d’indication professionnelle comme une information en soi, et de lui accorder le même intérêt qu’aux non réponses d’une enquête par questionnaire.

5Ajoutons que, pendant fort longtemps, l’annuaire ne dit à peu près rien des métiers des épouses, qui d’ailleurs, dans les milieux bourgeois, exerçaient très rarement une activité professionnelle après leur mariage. Même dans les éditions récentes, l’information est encore beaucoup trop exceptionnelle pour être exploitable, et ce d’autant plus qu’elle se limite manifestement aux épouses ayant acquis des titres scolaires éminents (docteur en médecine, agrégée de l’université, etc...).

6Enfin, ceux-là mêmes qui indiquent leur profession ne le font pas toujours avec la précision espérée par le statisticien. On observe d’une part des variations individuelles au sein d’une même catégorie professionnelle, par exemple entre « industriel », « président de société » et « PDG des Etablissements X ». D’autre part, le degré de précision varie aussi selon les métiers et les statuts. Les fonctionnaires, par exemple, paraissent particulièrement enclins à fournir tous les détails désirables.

Une nomenclature professionnelle en 12 postes

7Le codage qui a été utilisé est tributaire de ces imperfections et de ces lacunes. On s’est efforcé de respecter tout à la fois la diversité des métiers exercés et les possibilités de comparaison avec les données de l’INSEE.

  • 1 Dans la fonction publique comme dans le secteur privé, toutes les professions mentionnées se ratta (...)

Pour le monde des affaires, les indications étaient trop souvent insuffisantes pour autoriser la partition que l’on aurait souhaitée entre l’industrie, la finance, le commerce, et les autres services. A plus forte raison, la source ne permet pas en tant que telle de distinguer correctement des milieux particuliers tels que celui du textile, qui a joué naguère un rôle privilégié dans nombre de dynasties locales. L’interconnexion avec d’autres sources a été exclue par décision de méthode, et aussi parce qu’on souhaitait privilégier les processus d’auto-désignation au sein de l’annuaire sur les faisceaux d’informations complémentaires qui auraient certes permis de standardiser la description des individus, mais en quelque sorte à leur insu et en faisant fi de leurs propres arbitrages. On s’est donc contenté d’un classement plus sommaire par statuts et par fonctions, en distinguant les chefs d’entreprise, les cadres administratifs ou commerciaux, et les ingénieurs. Une rubrique à part a toutefois été consacrée aux cadres de banque qui représentent, comme on le verra, un groupe relativement spécifique.
L’une des principales difficultés du codage a résidé dans l’incertitude des rapports entre les titres et les postes. Certains chefs de ménages ne mentionnent en effet que leurs titres. Dans le cas des « docteurs en médecine », le doute n’était guère permis et tous ont été considérés comme médecins. Inversement, une mention comme « docteur en droit » est à peu près inexploitable, et n’a donc pas été retenue pour le codage professionnel quand elle ne s’accompagnait d’aucune autre précision. Le cas des « ingénieurs » (sans autre précision que leur école) est plus délicat. On a décidé de tous les classer dans la rubrique appropriée, mais il est fort probable qu’un certain nombre d’entre eux aient accédé, au moins en cours de carrière, à des fonctions de dirigeants d’entreprise. Les croisements avec d’autres indicateurs (fécondité, résidence...) permettront d’ailleurs d’apprécier dans une certaine mesure la proximité entre les deux rubriques, et donc de relativiser une coupure qui comporte peut-être une part d’artifice.
Toujours à propos de la relation entre les titres, les postes et les positions sociales, on peut d’ailleurs noter que l’annuaire traduit assez fidèlement l’élévation générale du niveau d’instruction, et donc la dépréciation relative des diplômes les moins prestigieux. Des mentions comme « capacitaire en droit » ou « licencié ès lettres », qui jadis n’étaient pas exceptionnelles, ont aujourd'hui complètement disparu des notices. Inversement, il peut arriver que le titre finisse par primer sur le poste lorsque le second subit davantage que le premier l’érosion du pouvoir distinctif qui pouvait autrefois s’y attacher. C’est ainsi que les éditions récentes mentionnent toujours un nombre raisonnable d’« agrégés de l’Université », mais pratiquement plus de « professeurs de mathématiques (ou de lettres) au Lycée X ».
Quant aux indications fournies par les professions libérales, elles sont suffisamment précises et suffisamment nombreuses pour autoriser un découpage en trois rubriques : médecins, professions libérales juridiques, autres professions libérales. Compte tenu des enseignements apportées par l’étude des annexes, il a paru opportun de distinguer les médecins des autres professions de santé, et de faire un sort à part au secteur juridique (principalement représenté dans l’annuaire par des avocats, des avoués et des notaires).
Comme on l’a dit, les fonctionnaires ne se montrent généralement pas trop avares de détails sur la nature de leur poste. Mais on ne pouvait envisager une partition trop fine étant donné leur poids relativement modeste dans la population de l’annuaire. On a donc retenu trois catégories de cadres de la fonction publique1, en faisant notamment l’hypothèse que les militaires figurant dans le Tout-Lyon se distinguent à beaucoup d’égards des deux groupes de fonctionnaires civils.
On a enfin regroupé les professions de l’information, des arts et des spectacles en se conformant à la logique de la nomenclature INSEE de 1982. Pour ne pas démultiplier les petites catégories, on leur a adjoint les quelques prêtres et religieux mentionnés par l’annuaire, en s’autorisant de l’ancienne pratique de l’INSEE qui n’hésitait pas, jusqu’en 1982, à faire cohabiter les membres du clergé avec les artistes.

8On obtient donc ainsi une nomenclature en 12 postes (cf. tableau 6), si l’on compte dans une rubrique particulière les notices pour lesquelles la profession du chef de ménage est inconnue. En effectuant les regroupements appropriés, cette nomenclature est cohérente avec celle des Professions et Catégories Socio-professionnelles utilisée par l’INSEE à partir de 1982. Elle ne s’en écarte que dans un petit nombre de cas : d’abord, comme on vient de le dire, pour les membres du clergé, et aussi pour quelques indépendants qui, tels les agents immobiliers, auraient sans doute pu être codés comme commerçants aussi bien que comme chefs d’entreprise au sens strict, en l’absence de toute précision sur le nombre de leurs employés. A ces réserves près, les comparaisons sont possibles avec les données fournies par le recensement de 1982, et avec les diverses enquêtes utilisant la taxinomie officielle de l’INSEE.

TABLEAU 6. Codage des activités professionnelles mentionnées par les membres du Tout-Lyon Annuaire.

TABLEAU 6. Codage des activités professionnelles mentionnées par les membres du Tout-Lyon Annuaire.

9Toutefois, on se gardera de recourir de façon systématique aux regroupements nécessités par ces comparaisons. Ce serait préjuger de la configuration d’un milieu au sein duquel on peut faire au contraire l’hypothèse que les proximités et les distances associées aux positions professionnelles s’organisent de façon relativement originale par rapport à ce que l’on peut observer sur l’ensemble de la population nationale. Pour beaucoup d’analyses, on partira donc de la nomenclature la plus détaillée, afin d’apprécier aussi exactement que possible la manière dont la diversité des métiers peut éventuellement recouper d’autres critères de différenciation des individus et de leurs familles.

Activités professionnelles et responsabilités publiques

10La variance interne aux grands ensembles socio-professionnels se manifeste d’ailleurs d’emblée quand on croise les données sur les métiers avec celles décrivant diverses responsabilités dont font également état certains chefs de ménage.

11Ces indications ne concernent qu’un peu plus de 10 % des notices. Mais, à la différence des diplômes, elles ne font pas l’objet d’un choix alternatif avec la mention de la profession. S’il est tout à fait exceptionnel qu’un individu signale à la fois ses titres et son métier, on constate en revanche que l’indication d’une responsabilité politique, professionnelle ou autre apparaît surtout dans les notices qui précisent par ailleurs le métier du chef de ménage (cf. tableau 7).

TABLEAU 7. Pour chaque groupe professionnel, proportion (en %) de chefs de ménage mentionnant aussi dans leur notice l’exercice d’une responsabilité publique (édition de 1985).

Professions des chefs de ménage

Responsabilitéspolitiques

Responsabilitésprofessionnelles

Autres

Chefs d’entreprise

4

25

2

Médecins

5

10

2

Professions libérales juridiques

6

12

2

Autres professions libérales

4

16

2

Cadres administratifs et commerciaux des entreprises

2

7

-

Ingénieurs

-

3

3

Cadres de banque

-

3

Cadres de la fonction publique

-

6

9

Professeurs, professions scientifiques

6

38

-

Prof, de l’information, des arts et des spectacles ; clergé

-

38

13

Militaires

3

-

Profession non précisée

1

1

1

Ensemble

2

7

2

12Globalement, les deux séries d’indications semblent donc au premier abord suivre des logiques similaires, les secondes venant en quelque sorte prolonger et préciser les choix de visibilité déjà impliqués par les premières. On voit cependant que la distribution des responsabilités mentionnées dans les notices est fort inégale selon les métiers.

On remarque par exemple que les responsabilités politiques sont plus fréquentes chez les indépendants que chez les salariés, à l’exception notable des professeurs. Rappelons que les députés et sénateurs ne sont pas systématiquement inscrits dans la liste mondaine, qui en compte néanmoins quelques-uns. On trouve aussi un certain nombre de conseillers municipaux de Lyon et des environs, et des maires de petites communes rurales où se trouve la résidence secondaire de l’intéressé. En règle générale, on doit plutôt voir dans ce dernier cas de figure un indice de notabilité locale valant pour l’ensemble de la famille. Mais, dans les autres cas, l’exercice de fonctions électives a pu jouer quelquefois non pas comme élément plus ou moins accessoire de l’identité individuelle, mais comme déterminant principal de l'inscription dans l’annuaire. Manifestement, l’accès à ces responsabilités représente l’une des voies de la notabilisation, l’entrée dans l’annuaire se trouvant ultérieurement consolidée par l’inscription d’une partie de la descendance. Le phénomène est particulièrement net quand on considère les éditions qui, telles celles de l’immédiat après-guerre, correspondent à des périodes de fort renouvellement du personnel politique. C’est d’ailleurs en grande partie pour cette raison que, dans les quelques cas où un individu mentionne plusieurs types de responsabilités, on n’a retenu à chaque fois qu’un seul indicateur, en accordant la priorité aux fonctions politiques.
Quant à la rubrique « responsabilités professionnelles », son contenu dépend évidemment de la nature du métier exercé. Parmi les mentions les plus fréquentes, citons par exemple les membres d’une chambre syndicale, d’une fédération professionnelle ou d’un conseil de l’ordre, les doyens de facultés, ou encore les membres de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon. Les deux groupes les plus concernés sont d’une part les chefs d’entreprise, et, plus encore, les professions intellectuelles ou artistiques. Les professions des arts, de l’information et des spectacles se distinguent de surcroît par la fréquence des autres types de responsabilités (présidents de cercles ou de clubs, responsables d’associations, etc...). Comme les fonctions politiques, on peut estimer que ces responsabilités professionnelles (ou autres) ne sont pas sans incidences sur les processus de filtrage et, déjà, sur les mobiles ayant incité les individus à figurer dans l’annuaire. Dans quelle mesure ces individus sont-ils apparentés par ailleurs aux constellations familiales les mieux représentées dans l’annuaire ? Des différences significatives apparaissent-elles selon les métiers ? On tentera de s’en faire plus loin une idée, ce qui permettra d’apprécier du même coup dans quels champs professionnels ces familles investissent le plus fréquemment les diverses positions notabiliaires.

13Au total, on voit donc que les mentions des divers types de responsabilités introduisent un espace de jeu supplémentaire dans la relation entre l’appartenance professionnelle et les autres éléments de l’identité sociale. Selon les individus, selon les professions, ces mentions diffèrent tant par leur fréquence que par leur rôle, qui n’est pas toujours de simple accessoire. A cet égard, le détail de la nomenclature met en évidence des situations parfois très contrastées. Si les trois catégories de professions libérales ont des profils similaires, les divergences sont en revanche très marquées entre les différentes catégories de cadres, y compris à l’intérieur même de la fonction publique.

Les professions en 1985 : une majorité d’indépendants

14En se fondant sur la nomenclature qui vient d’être présentée, on utilisera deux indicateurs différents pour décrire la structure socioprofessionnelle des ménages de l’annuaire.

  • 2 La mention de l’honorariat est d’ailleurs fort inégalement distribuée selon l’ancienne profession (...)

Pour l’étude des coupes transversales, le codage se limite aux indications données par les notices de l’édition concernée. Dans les rares cas où les deux conjoints mentionnent leur profession, c’est seulement celle du mari qui a été prise en compte.
Pour d’autres traitements statistiques, on s’est efforcé de maximiser l’utilisation des renseignements fournis en prenant en compte toute indication professionnelle signalée par le chef de ménage à un moment quelconque de son temps de présence dans la source. Cette procédure permet non seulement d’apprécier les éventuelles mobilités individuelles, mais aussi de caractériser un plus grand nombre de ménages par un indicateur synthétique de position socio-professionnelle. En effet, le métier n’est pas toujours mentionné dès l’année d’entrée dans l’annuaire. D’autre part, il disparaît souvent après la cessation d’activité2, et aussi, bien entendu, dans les nombreux cas où c’est la femme qui survit à son conjoint. Lorsque les notices signalent plusieurs activités professionnelles successives au fil des éditions, on a décidé par convention de retenir la plus récente pour qualifier globalement la position professionnelle du ménage. Cette façon de procéder accroît sensiblement la proportion des ménages pour lesquels on dispose d’une information : au lieu de 40 % pour les coupes transversales, le pourcentage se situe aux environs de 50 % quand on considère les diverses cohortes qui se succèdent au cours des dernières décennies.

15Le tableau 8 montre comment se distribuent les professions des chefs de ménages telles qu’elles apparaissent dans l’édition de 1985. En ajoutant aux deux premiers groupes une partie des métiers des arts et des spectacles, on voit que près de 60 % des chefs de ménage ont un statut d’indépendant. Pour les raisons indiquées plus haut, la proportion serait sans doute encore plus élevée si l’on tenait compte des notices ne comportant aucune mention professionnelle, ainsi que des incertitudes s’attachant à la rubrique des ingénieurs. Non seulement les positions professionnelles occupées par les membres du Tout-Lyon se limitent aux fractions supérieures de la hiérarchie socio-économique, mais les salariés s’y trouvent nettement sous-représentés par comparaison avec la part qu’ils occupent, au sein de ces mêmes fractions, dans l’ensemble de la population active.

TABLEAU 8. Répartition des professions des chefs de ménage dans l’édition de 1985 du Tout-Lyon.

TABLEAU 8. Répartition des professions des chefs de ménage dans l’édition de 1985 du Tout-Lyon.

Changements de structure, stabilités individuelles

16Pour un nombre total de notices qui demeure pratiquement constant, les parts respectives de chaque profession connaissent des évolutions assez divergentes au cours des trois dernières décennies (cf. tableau 9). Au sein des indépendants, la régression des professions libérales est compensée par la forte augmentation du nombre des chefs d’entreprise. De même, le recul des fonctionnaires et des professions intellectuelles ou artistiques contraste avec le quadruplement des effectifs des cadres administratifs ou commerciaux du secteur privé.

TABLEAU 9. Répartition, à trois dates différentes, des professions des chefs de ménage figurant dans l’annuaire du Tout-Lyon.

Professions des chefs de ménage

1953

1970

1985

Chefs d’entreprise

13

22

22

Médecins

22

17

17

Professions libérales juridiques

16

12

10

Autres professions libérales

6

6

7

Cadres administratifs et commerciaux des entreprises

2

4

8

Ingénieurs

17

17

18

Cadres de banque

1

3

3

Cadres de la fonction publique

10

7

5

Professeurs, professions scientifiques

3

3

4

Professions de l’information, des arts et des spectacles ;

clergé

7

4

3

Militaires

3

5

3

Total

100

100

100

17Ces changements n’ont manifestement pas de rapports directs avec les évolutions numériques que connaissent, dans l’ensemble de la société, les groupes professionnels correspondants. Ils peuvent même aller tout à fait à leur encontre, comme par exemple dans le cas des chefs d’entreprise ou des professions libérales. On pourrait ajouter que l’annuaire ne traduit guère la progression numérique du corps enseignant, alors qu’il accentue les taux de croissance des cadres administratifs et commerciaux d’entreprise.

18C’est donc ailleurs qu’il faut chercher les raisons de ces distorsions. L’ajustement entre d’une part la structure professionnelle des nouveaux candidats à l’entrée dans l’annuaire et d’autre part les critères mis en œuvre pour les sélectionner s’est-il modifié à ce point en l’espace d’une trentaine d’années ? C’est possible, mais d’autres hypothèses doivent être préalablement envisagées.

19Comme les données portent non pas sur les professions exercées mais sur les mentions qui en sont faites, on peut en effet imaginer que les propensions à fournir ces renseignements aient aussi évolué au cours du temps, et que ces évolutions aient été différentes selon les milieux professionnels. Cela n’expliquerait certes pas le relatif recul des fonctionnaires et des professions libérales, qui semblent être tout aussi enclins que par le passé à préciser leurs fonctions. En revanche, le cas des chefs d’entreprise mérite examen. En l’absence de recoupements avec d’autres sources, les coupes transversales ne peuvent apporter sur ce point aucune information. Mais qu’en est-il lorsque l’on considère une cohorte pour laquelle on dispose d’une période d’observation suffisamment longue ?

Utilisons une nouvelle fois l’échantillon des 406 ménages présents dès 1953 et qui figurent encore dans l’édition de 1985. A cette dernière date, il n’est pas rare que l’un des deux conjoints ait disparu, ce qui explique l'importance des lacunes dans l’information professionnelle (cf. tableau 10, dernière colonne).
Considérons maintenant les deux premières colonnes du même tableau. Elles montrent que c’est seulement dans le cas des chefs d’entreprise que l’indicateur synthétique de position professionnelle (colonne 2) corrige l’information donnée par l’édition de 1953. A cette date, 25 individus se désignaient comme chefs d’entreprise. Pour 27 autres, la mention n’apparaîtra que dans des éditions plus récentes. D’une façon générale, les métiers indiqués ne changent pratiquement pas en cours de biographie. On ne relève en tout et pour tout que quatre modifications suffisamment importantes pour entraîner un nouveau codage : deux anciens « ingénieurs » se désignent ensuite comme industriels, un troisième devient cadre administratif supérieur, et un officier devient dirigeant de société. C’est donc essentiellement à partir du vivier des « Professions non précisées » que se trouve progressivement alimentée la rubrique des chefs d’entreprise. Ce cas de figure s’observe au total pour 24 notices. Et, pour 13 d’entre elles, la mention professionnelle apparaît de façon quasiment concomitante, entre 1962 et 1965.
Comme on l’a vu, l’entrée dans l’annuaire n’intervient pratiquement jamais au début de la vie adulte (sauf peut-être dans le cas de certaines familles aristocratiques). Au moment de l’inscription, la carrière professionnelle est déjà stabilisée, ce qui explique en bonne part l’exceptionnelle rareté des changements ultérieurs. De plus, on peut faire l’hypothèse que cette stabilité est encore renforcée par la nature même des données, qui reposent sur l’appréciation que les individus font de leurs positions acquises et de leurs trajectoires probables. L’apparition en cours de carrière de nombreux chefs d’entreprise traduirait donc ainsi un effet d’âge, puisque l’accès à ce statut peut intervenir assez tard, qu’il épouse ou non des cycles de transmission patrimoniale. Mais il peut se faire que ces mentions tardives traduisent de surcroît un effet de génération ou de période, la transformation du monde des affaires rendant désormais plus souhaitable, plus légitime ou plus utile ce type d’indication professionnelle.

TABLEAU 10. Structure socio-professionnelle d’une même génération de membres de l'annuaire, en fonction de trois indicateurs différents.

Catégories professionnelles

édition de 1953

dernière profession mentionnée

édition de 1985

Chefs d’entreprise

16 6

27 13

25 7

Professions libérales

47 18

40 19

44 13

Cadres du privé

23 9

21 10

24 7

Cadres du publicou professions intellectuelles

14 6

12 6

7 2

Total des professions mentionnées

100

100

100

Profession non précisée

61

52

70

Total général

100

100

100

Les calculs portent sur un échantillon de 406 ménages (sondage au 1/4) qui sont déjà présents dans l’annuaire en 1953 et y figurent encore en 1985. Les chiffres de gauche sont calculés sur la base des ménages pour lesquels l’indicateur professionnel correspondant est disponible. Les chiffres en caractères gras portent sur l’ensemble des 406 ménages.

  • 3 Rappelons que l’échantillon des 406 notices étudiées ici résulte d’un sondage au 1/4. Sur les moda (...)

20Que peut-on retenir de la comparaison entre les coupes transversales et l’observation longitudinale de cette cohorte ? Au sein de cette dernière, la part des professions libérales et celle des cadres d’entreprise se calent sur les données transversales de 1953 plutôt que sur celles de 1985. Il n’y a rien d’étonnant à cela. A la différence de ce que l’on a observé dans le cas des trajectoires résidentielles, les professions mentionnées sont reconduites sans guère de changements au cours de carrières individuelles. Elles n’interviennent donc pas dans les inflexions qui affectent l’ensemble du stock, et traduisent au contraire la permanence d’une structure ancienne que seuls les flux d’entrée viennent progressivement modifier. Les taux moyens de rotation dans l’annuaire étant faibles, cette cohorte représente environ le tiers des notices tout au long de ces 32 ans3. Cette longévité du temps de présence dans l’annuaire exerce donc à certains égards un effet modérateur sur l’évolution de la structure du stock.

21Mais, d’un autre côté, on voit qu’il n’en va pas de même pour les deux autres groupes socio-professionnels distingués par la nomenclature simplifiée.

22D’une part, la proportion des fonctionnaires et des professions intellectuelles est constamment plus faible dans la cohorte des 406 que dans les données transversales, quelle que soit la date retenue. L’écart est même particulièrement élevé en 1953 (14 % contre 23 %), ce qui est paradoxal puisque, en raison de la stabilité des mentions individuelles au cours du temps, c’est seulement aux nouveaux flux d’entrée que peut être imputée la régression numérique de ces catégories de métiers. On se serait donc plutôt attendu à ce que, pour toutes les professions, leur poids relatif au sein de cette génération ancienne se conforme à peu près à celui observé pour l’ensemble du stock en début de période, quitte à s’en écarter progressivement au fil des éditions. Or c’est justement le contraire que l’on constate dans le cas des cadres du secteur public et des professions intellectuelles. S’il en va ainsi, c’est parce que le temps de présence dans l’annuaire diffère sensiblement selon le métier indiqué par le chef de ménage. Des flux d’entrée intervenus au début des années 50, on ne retrouve 30 ans après qu’un sous-ensemble qui a des caractéristiques propres, et ne représente donc pas un modèle réduit ou une butte-témoin de la population des entrants. Beaucoup de fonctionnaires, en particulier, ne figurent que pendant un petit nombre d’années dans les pages de l’annuaire. Cette rotation plus rapide suggère d’ailleurs une moindre proximité de ces catégories aux milieux locaux les mieux représentés dans l’annuaire. On s’efforcera plus loin de confirmer cette hypothèse par d’autres indicateurs. Toujours est-il que, du fait de la variabilité des taux de rotation, certaines professions sont nettement plus représentées dans les coupes transversales et dans les flux d’entrée successifs que dans les cohortes de ménages susceptibles d’être suivies sur longue durée au sein de la source.

23Le cas des chefs d’entreprise est encore différent puisque, en l’occurrence, c’est au sein même de la cohorte des 406 notices que les indications se modifient au cours du temps. L’augmentation du poids relatif des chefs d’entreprise dans les coupes transversales successives tient en partie à l’évolution des flux d’entrée. Mais elle tient aussi, dans une certaine mesure, aux changements observables au sein de la cohorte elle-même, sans qu’on puisse savoir dans quelle proportion ces changements reflètent l’évolution des trajectoires effectives ou celle des choix opérés en matière de visibilité de la profession.

24Le suivi longitudinal d’une cohorte montre donc que c’est surtout dans le cas des chefs d’entreprise que l’on doit, pour interpréter les évolutions transversales, tenir compte des changements qui interviennent dans les positions individuelles ou dans les désignations de ces positions. Dans tous les autres cas, on observe au contraire une grande stabilité des mentions professionnelles, qui permettent donc de qualifier chaque ménage par un même indicateur tout au long de son temps de présence dans la source.

25Cette stabilité individuelle contraste avec les changements structurels intervenus au cours des trois dernières décennies. Comme la probabilité qu’a un individu de figurer dans l’annuaire dépend en partie de la place qu’y occupaient déjà ses ascendants, on peut se demander jusqu’à quel point ces changements de structure reflètent d’éventuels écarts entre les catégories professionnelles tant en matière de fécondité que de mobilité intergénérationnelle.

Notes

1 Dans la fonction publique comme dans le secteur privé, toutes les professions mentionnées se rattachent au groupe des cadres, au sens de la nouvelle nomenclature de l’INSEE. On ne peut en déduire que les professions intermédiaires ne sont en aucune façon représentées dans la population de l’annuaire, même parmi les chefs de ménage. Mais, en tout cas, il n’en est jamais fait mention dans les notices.

2 La mention de l’honorariat est d’ailleurs fort inégalement distribuée selon l’ancienne profession exercée. On pourrait y voir un indicateur supplémentaire des différences d’attitudes entre d’une part les fonctionnaires et les professions libérales et, de l’autre, les milieux d’affaires.

3 Rappelons que l’échantillon des 406 notices étudiées ici résulte d’un sondage au 1/4. Sur les modalités de cet échantillonnage, voir ci-dessus la deuxième partie, § 5.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 6. Codage des activités professionnelles mentionnées par les membres du Tout-Lyon Annuaire.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre TABLEAU 8. Répartition des professions des chefs de ménage dans l’édition de 1985 du Tout-Lyon.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search