Version classiqueVersion mobile

Quand le Tout-Lyon se compte…

 | 
Yves Grafmeyer

Troisième partie. Unité ou diversité ?

Chapitre 1. La profession : une information subsidiaire

Texte intégral

1Les dictionnaires reconnaissent deux sens au mot subsidaire. Dans son usage le plus courant, le terme est à peu près synonyme d’accessoire, et désigne ce qui est fourni à l’appui de quelque chose de principal. Dans le langage juridique, il inclut aussi la notion de suppléance, l’accessoire pouvant être amené à jouer un rôle de substitut en lieu et place d’un principal inexistant ou défaillant. C’est bien en ces deux sens que les indications professionnelles occupent, dans les pages du Tout-Lyon, une place subsidiaire. Facultative, et même théoriquement indésirable, la mention du métier exercé est laissée en pratique à la libre appréciation de chaque souscripteur. Certains la jugent inutile. D’autres n’y voient qu’une information complémentaire, qui facilite l’identification des personnes et permet, le cas échéant, de dissiper les risques de confusion nés des homonymies. Pour d’autres, en revanche, la profession représente un atout majeur qui, suppléant la relative carence d’autres ressources, joue un rôle décisif tant comme critère de sélection que comme indicateur de l’identité sociale.

2Cette fonction accessoire et éventuellement supplétive ne vaut pas seulement pour les notices qui forment le corps de l’ouvrage - la « liste mondaine », comme l’appellent les éditions anciennes -, mais aussi pour les annexes qui leur font suite. Car c’est justement « en annexe » que se trouvent reportées diverses listes professionnelles qui, obéissant à une logique distincte de celle de la première partie du volume, jouent en fait un double rôle. D’une part, ces annexes ont pour but de fournir aux souscripteurs un large éventail de renseignements et d’adresses utiles qui favorisent leur accès aux divers services publics et privés offerts aux habitants de l’agglomération. D’autre part, les listes professionnelles - parfois exhaustives, parfois au contraire fort sélectives - consacrent indirectement cette sorte d’honorabilité dérivée ou supplétive qui, indépendamment des autres qualités des personnes, s’attache intrinsèquement soit à la nature même du métier qu’elles exercent, soit à la bonne réputation qui leur est reconnue dans l’exercice de leur métier, soit encore à l’éminence des positions qu’elles occupent au sein d’un ordre professionnel ou d’une hiérarchie administrative.

3Pour l’observateur, l’intérêt de ces annexes est donc de décrire l’univers des professions et des positions professionnelles qui, aux yeux de l’éditeur et sans doute aussi du milieu auquel il s’adresse, méritent d’être signalées. D’autre part, on peut apprécier le degré de proximité ou de distance de chacune de ces listes professionnelles avec la « liste mondaine », en prenant pour indicateur le taux de recoupement entre les deux listes. Sur ces deux points, qui d’ailleurs ne sont peut-être pas sans rapports, on observe d’importantes transformations depuis le début du siècle.

4D’une façon générale, la part relative accordée aux annexes ne cesse de régresser au fil du temps. Ces dernières occupent la moitié environ des volumes pendant les premières décennies du siècle. L’édition de 1970 ne leur consacre plus que le tiers de ses pages, l’édition de 1985 un peu moins du quart. Cette évolution, qui consacre le primat croissant de la liste mondaine sur les autres fonctions de l’annuaire, s’accompagne de profonds remaniements dans l’économie interne des annexes. Certaines rubriques disparaissent purement et simplement (ainsi celle des artistes-peintres, qui ne comportait pas moins de 135 noms et adresses en 1930) alors que d’autres connaissent un essor spectaculaire (2 assureurs-conseils sont mentionnés en 1938, 165 en 1985...). Il serait fort intéressant d’étudier de façon systématique ces destins contrastés qui mettent en jeu tout à la fois l’évolution numérique des professions concernées, l’appréciation que fait l’éditeur de leur utilité pour sa clientèle, la place qui leur est reconnue dans la hiérarchie du prestige social, et aussi le degré de proximité des divers milieux professionnels avec les familles du Tout-Lyon. A titre d’exemple, on se limitera ici à l’examen de quatre catégories de professions auxquelles les éditions successives de l’annuaire réservent des traitements fort différents.

L’effacement de l’armée

5A la veille de la Première Guerre mondiale, les militaires sont à la place d’honneur. Les annexes s’ouvrent sur une première section de plus de 20 pages qui leur est exclusivement consacrée, et qui se trouve soigneusement distinguée des « adresses et renseignements utiles ». Tous les officiers de la garnison de Lyon y sont classés par service et par corps, avec l’indication de leurs domiciles personnels et des jours de réception de leurs épouses. Fait exceptionnel, l’annuaire précise de surcroît par une abréviation appropriée si chacun d’eux est marié, veuf ou célibataire, et si, le cas échéant, il « ne reçoit pas ». Ces mentions inhabituelles s’expliquent-elles par l’intérêt tout particulier que représentait alors le milieu des officiers de carrière tant pour l’organisation des sociabilités mondaines que pour les stratégies matrimoniales ?

6Toujours est-il que ces précisions disparaissent à partir des années 20. L’armée conserve sa rubrique spécifique jusqu’au deuxième conflit mondial, mais l’organigramme détaillé des affectations fait place à un simple classement alphabétique des officiers. A la fin des années 30, on ne mentionne plus leurs adresses privées, mais seulement leur grade. Toutefois, une indication liminaire précise alors que les généraux et colonels sont tous répertoriés par ailleurs dans les notices de la liste mondaine, ce qui n’est plus le cas dans les éditions récentes.

7Après la Deuxième Guerre mondiale, l’Armée se trouve résorbée dans la liste générale des « adresses et renseignements utiles ». Elle rentre ainsi dans le rang commun de l’ordre alphabétique, qui lui assure une place entre les Appareils ménagers et les Artistes. Les indications nominatives se limitent désormais aux seuls postes de commandement de la Région militaire et de la place de Lyon. La rubrique de 1946 se montre particulièrement chiche, puisqu’elle ne comporte que 18 lignes et ne précise que 2 noms... De toute évidence, les lendemains de guerre se suivent mais ne se ressemblent pas. Un peu plus généreuses, les éditions récentes mentionnent une vingtaine d’officiers supérieurs occupant les positions les plus élevées dans la hiérarchie militaire locale.

Anciens et nouveaux magistrats

8Le sort réservé à la magistrature est assez différent, car la rubrique qui leur est consacrée ne se modifie guère dans sa structure. Les adresses personnelles disparaissent à partir des années 20, mais tous les juges continuent à être mentionnés et classés selon leur fonction et leur grade, du moins jusqu’à une date récente. C’est seulement au cours des années 70 que la liste nominative se simplifie quelque peu, d’abord pour le tribunal d’instance dont elle n’indique plus que le vice-président, puis pour le tribunal de grande instance dont elle finit par ne retenir que les principaux magistrats. En revanche, l’annuaire continue à mentionner tous les conseillers à la cour d’appel. La place accordée à la magistrature tout au long de ces 80 ans apparaît donc relativement constante. La progression des effectifs est d’ailleurs modérée, ce qui renforce encore cette impression de stabilité.

9Mais, dans le même temps, les liens unissant ce milieu professionnel à la bourgeoisie lyonnaise semblent bien s’être considérablement distendus. Pour apprécier cette évolution, on s’en tiendra aux magistrats de l’ordre judiciaire (cour d’appel, parquet et tribunaux), en excluant donc le tribunal administratif. On ne prendra pas davantage en compte le tribunal de commerce qui représente un cas de figure très différent, en raison de ses liens organiques avec les milieux d’affaires lyonnais. En considérant à la fois les juges des divers grades et les greffiers en chef, on compte 64 personnes sur 76, soit environ 84 %, qui, en 1914, figurent par ailleurs dans les pages de la liste mondaine. Les différences hiérarchiques n’introduisent pas de distorsions significatives à l’intérieur de ce taux moyen, qui est encore de 76 % dans l’édition de 1938. En revanche, la proportion n’est déjà plus que de 10 % en 1970. La dizaine de magistrats qui figurent à cette date dans la liste mondaine se signalent par une position hiérarchique élevée, que l’on peut associer à un effet d’âge et surtout de génération. Six d’entre eux sont conseillers à la cour d’appel. Enfin, dans l’édition de 1985, plus aucune des notices de l’annuaire n’est consacrée à l’un des 68 juges ou greffiers en chef répertoriés dans les annexes. Il est vrai que la liste des magistrats est désormais incomplète. Mais elle n’écarte que les juges qui, en raison de leur position dans la carrière, ont en moyenne une probabilité encore plus faible que les autres de figurer dans la liste mondaine.

10Pour les générations les plus anciennes, il est difficile d’apprécier jusqu’à quel point l’accès aux fonctions judiciaires avait pu jouer comme critère de sélection, et comme primum mobile de l’inscription de l’individu puis d’une partie de sa descendance dans la liste mondaine. Comme les enfants ne sont pas indiqués avant 1950, on ne peut se faire qu’une idée approximative des appartenances familiales. En parcourant les notices des diverses éditions, en se fondant sur les adresses principales et surtout sur les résidences secondaires, on voit bien cependant que beaucoup de magistrats sont apparentés, pendant la première moitié du siècle, à des constellations familiales plus ou moins bien représentées par ailleurs dans le corps de l’annuaire. Il en va tout autrement pour la période récente. Les intersections entre les patronymes figurant dans chacune des deux listes se font rares. Même dans l’hypothèse favorable où l’on inclut au bénéfice du doute ce qui pourrait n’être que de simples homonymies, les quelques juges qui figurent peut-être dans la liste mondaine n’y sont recensés qu’à titre de fils ou de fille. Mais aucun, on l’a vu, ne fait l’objet d’une notice personnelle, ni comme chef de ménage ni, pour les femmes, en tant que conjoint.

  • 1 On pourrait évoquer, de même, les effets induits par la fonctionnarisation du personnel des greffe (...)
  • 2 Alors qu’il s’est longtemps recruté essentiellement parmi les classes supérieures, le corps des ma (...)

11Ainsi donc, l’annuaire reconduit à peu près d’année en année la place qu’il accorde à la magistrature en tant que corps professionnel, mais enregistre en même temps la profonde transformation d’un milieu professionnel au sein duquel les nouvelles générations semblent n’avoir plus guère d’attaches avec les familles constitutives de la « haute société lyonnaise ». En se substituant aux pratiques anciennes de recrutement des juges, la création de l’Ecole nationale de la magistrature a transformé les modalités de leur sélection1. Commandé par la réussite à un concours national unifié, l’accès aux fonctions de magistrat est devenu plus directement dépendant de critères scolaires qui ne sont certes pas sans liens avec les origines sociales, mais ont eu pour effet d’élargir quelque peu le recrutement à de nouvelles couches de la population2. Et surtout, ces critères ne font pas entrer en ligne de compte les appartenances locales. Ces dernières pouvaient au contraire jouer un rôle décisif à une époque où un assez grand nombre de magistrats étaient recrutés non au sortir de leurs études, mais après avoir exercé d’autres métiers, et notamment des professions libérales juridiques.

12L’unification du recrutement sur une base nationale a modifié du même coup le jeu entre les origines sociales, les provenances géographiques et les itinéraires professionnels. Dès lors, on ne peut apprécier exactement jusqu’à quel point les données du Tout-Lyon témoignent d’une désaffection croissante de la bourgeoisie locale pour les carrières judiciaires. Il se peut fort bien, en effet, qu’un certain nombre de magistrats issus de ce milieu exercent leurs fonctions dans d’autres villes ou d’autres régions. Mais il ne s’en trouve guère en tout cas qui aient souhaité figurer dans les notices de l’annuaire. Et, pour ce qui concerne la ville de Lyon, on peut considérer que ce milieu n’a pratiquement plus aujourd’hui de représentants parmi les magistrats de la cité.

Les avatars de l’enseignement supérieur

13Le cas des professeurs d’université est encore différent. La rubrique que l’annuaire leur consacre est, plus que toute autre, à géométrie variable. Inexistante au début du siècle, elle s’étoffe progressivement entre les deux guerres, atteint son apogée pendant la période des « trente glorieuses », puis régresse très brutalement à partir de la fin des années 70.

14Dans les 260 pages d’annexes que comporte l’édition de 1914, on chercherait en vain une quelconque mention des établissements d’enseignement supérieur. C’est seulement à titre de membres de l’Académie de Lyon que quelques professeurs figurent, au milieu de diverses autres personnalités locales ou extérieures. D’une façon générale, les institutions d’enseignement, privées aussi bien que publiques, ne font manifestement pas partie à cette époque des « adresses utiles ». Chaque famille est supposée savoir à quoi s’en tenir. Elle a ses fidélités, ses traditions et ses repères. Cette discrétion demeurera d’ailleurs jusqu’à nos jours une règle constante pour l’enseignement secondaire privé : les éditions successives ne mentionneront jamais plus de trois ou quatre « cours privés », parmi lesquels ne figureront jamais les établissement confessionnels les plus renommés de l’agglomération. Certes, il existe bien en 1914 une rubrique « Professeurs », qui énumère une vingtaine de noms et d’adresses. Mais elle ne concerne que les « arts libéraux », c’est-à-dire essentiellement le piano, le chant, la diction, le dessin et la broderie...

15Après la Première Guerre mondiale, on voit apparaître une rubrique « Facultés » qui expédie en huit lignes les adresses des établissements et les noms de leurs doyens, dans un ordre qui demeurera immuable jusqu’à la création des nouvelles universités : d’abord la faculté de droit, puis la faculté de médecine, puis la faculté des sciences, et enfin la faculté des lettres. Dans les années 30, les informations deviennent beaucoup plus détaillées. En une dizaine de pages, elles précisent désormais les noms de tous les professeurs, maîtres de conférences et chargés de cours. Les facultés catholiques bénéficient à leur tour du même traitement. Puis on voit apparaître une liste de grandes écoles, qui sera de plus en plus fournie mais n’indiquera jamais que les noms de leurs directeurs.

  • 3 Les doyens ou directeurs d’UFR font toutefois leur réapparition quelques années plus tard...

16La configuration de la rubrique demeure ensuite à peu près stable jusqu’au milieu des années 70, à ceci près que l’annuaire indique désormais les adresses personnelles de tous les enseignants de rang magistral. Dans cette période de forte croissance des effectifs, la place ainsi accordée aux universitaires s’élargit considérablement, et finit par occuper plus de 30 pages. Puis les enseignants du supérieur sont parmi les premiers à faire les frais de la légère compression du volume général des annexes. L’édition de 1980 ne mentionne plus que les présidents d’université et les directeurs d’UER, sans leurs adresses privées. Quant à l’édition de 1985, elle s’en tient aux seuls présidents3.

17Quel est le degré de proximité de ce milieu professionnel avec les membres du Tout-Lyon proprement dit ? La question, rappelons-le, comporte deux aspects. D’un côté, la présence dans la « liste mondaine » peut traduire l’appartenance de l’individu aux familles de la bourgeoisie locale. D’un autre côté, le métier exercé compte en l’occurrence parmi ceux qui représentent plutôt un atout pour la personne qui sollicite son inscription dans l’annuaire. Les taux de présence dans la liste mondaine peuvent donc enregistrer le cas échéant des processus de notabilisation, et pas seulement des appartenances héritées. Pour les enseignants du supérieur, les places occupées dans la société locale ou les stratégies individuelles de visibilité sont-elles différentes selon les époques, et selon les disciplines ?

18En raison de la fluctuation des renseignements fournis, les comparaisons ne peuvent pas embrasser une période aussi longue que dans le cas des magistrats. Il aurait fallu, pour cela, recourir à des sources complémentaires, ce qui aurait été contraire au parti adopté dans cette étude. On s’en tiendra à deux dates repères qui sont suffisamment distantes, et pour lesquelles l’information porte à chaque fois sur l’ensemble des enseignants de rang magistral.

19En 1938, 90 % des professeurs et chargés de cours de la faculté de médecine ont par ailleurs leur notice dans l’annuaire. La proportion est de 56 % pour la faculté des sciences, de 50 % pour le droit, et de 38 % pour les enseignants de lettres. Bien que l’interprétation de cet indicateur chiffré comporte, comme on vient de le rappeler, une certaine part d’ambivalence, on peut néanmoins estimer que les professeurs de médecine manifestent pendant ces années de l’entre-deux-guerres une très forte proximité au milieu local recensé par le Tout-Lyon, au point que la superposition est presque complète entre leur liste exhaustive et le sous-ensemble de ceux qui figurent dans la liste mondaine.

20Beaucoup moins spectaculaires, les taux de recouvrement sont encore élevés pour leurs collègues des autres disciplines, notamment en droit et en sciences. Placée en dernière position par cet indicateur, la faculté des lettres se singularise d’ailleurs très nettement à cette époque par les trajectoires de ses professeurs. Considérons en effet les professeurs honoraires, et non plus les enseignants en exercice qui seuls ont été comptabilisés ci-dessus. En médecine, en droit et même en sciences, ces enseignants honoraires sont relativement peu nombreux par rapport à l’effectif total du corps professoral. Pour l’essentiel, il s’agit de retraités, qui le plus souvent résident à Lyon ou dans les environs. Sur les 17 professeurs honoraires mentionnés pour l’ensemble des trois facultés (contre 155 en exercice), on n’en compte qu’un seul, issu de la faculté des sciences, qui mentionne une nouvelle position professionnelle (directeur de l’École normale supérieure). Au contraire, pour seulement 34 professeurs, maîtres de conférences et chargés de cours en exercice, la rubrique consacrée à la faculté des lettres ne mentionne pas moins de 21 professeurs honoraires. Et 13 d’entre eux sont signalés comme occupant de nouveaux postes, la plupart du temps à la Sorbonne voire au Collège de France. A la veille de la Deuxième Guerre mondiale, la moindre proximité des enseignants de lettres à la bourgeoisie lyonnaise se traduit donc non seulement par la relative modestie de la place qu’ils occupent dans les pages du Tout-Lyon, mais aussi par leur plus grande mobilité et la fréquence de leurs affectations parisiennes en fin de carrière. Ils sont moins solidement établis dans la société locale mais, en revanche, c’est en leur sein que se concentre le plus grand nombre de destins académiques éminents au plan national.

21En 1975, les listes nominatives se sont sensiblement allongées, bien qu’elles ne retiennent plus désormais que les professeurs titulaires et les professeurs sans chaire. Rapportés à cette nouvelle base, les taux de présence dans les notices individuelles de l’annuaire ont tous régressé. Même les chiffres absolus accusent un certain recul, sauf dans le cas des juristes et des économistes.

  • 4 Cf. P. BOURDIEU (P.), Homo academicus, Paris, Editions de Minuit, 1984.
  • 5 Parmi les très nombreux travaux consacrés à ce thème, citons par exemple A. GIRARD et A. SAUVY, «  (...)

Pour assurer la comparaison avec l’année 1938, on a conservé l’ancienne partition en facultés. On connaît d’ailleurs la pertinence de ce critère pour discriminer, même après la loi d’orientation de 1968, aussi bien les origines des universitaires et les places qu’ils occupent dans le champ académique4 que les appartenances et les destinées sociales des étudiants eux-mêmes5. Plutôt que de respecter le nouveau découpage en trois universités, on a donc repris cette ancienne partition, en regroupant les sciences économiques et la gestion avec le droit, et les sciences humaines avec les lettres.

22L’édition de 1975 fait désormais apparaître deux cas de figure très contrastés. Pour le premier groupe, les taux de présence dans la liste mondaine de l’annuaire se situent aux environs de la moitié du corps professoral (52 % en médecine, 48 % en droit et sciences économiques). Le léger avantage de la médecine disparaît d’ailleurs si l’on y rattache les enseignants de pharmacie. En revanche, la proportion de membres du Tout-Lyon n’est plus que de 12 % aussi bien en sciences exactes qu’en lettres et sciences humaines (sans écarts notables, pour ces dernières disciplines, entre les professeurs de l’Université Lyon II et ceux de l’Université Lyon III).

  • 6 Cf. P. BOURDIEU, Homo academicus, op. cit., chapitre 2.

23Ces données sont somme toute assez cohérentes avec les observations qui, au plan national, permettent de classer les corps enseignants des diverses facultés selon un ordre décroissant de l’excellence sociale (qui semble correspondre simultanément à un ordre croissant de l’excellence scolaire)6.

24Toutefois, l’indicateur utilisé ici met en évidence un clivage brutal plutôt qu’une hiérarchie à quatre termes. Il ne distingue pas la médecine du droit, ni les lettres des sciences. Dans le premier groupe se retrouvent les disciplines qui sont les plus directement liées au milieu des professions libérales, tant par les débouchés qu’elles offrent à leurs étudiants que par les fonctions qu’exercent nombre de leurs professeurs en sus de leurs activités d’enseignement. En tant qu’indice de notabilisation, la présence dans les notices du Tout-Lyon traduit la proximité fonctionnelle de ces disciplines avec la bourgeoisie locale, et les positions de prestige et de pouvoir qui leur sont souvent associées. En tant qu’indice d’appartenances héritées (ce que confirme dans bien des cas l’examen des constellations familiales), elle traduit encore plus nettement les liens personnels de ces universitaires avec les couches dominantes de l’agglomération. Comme il s’agit précisément des disciplines pour lesquelles le recrutement des professeurs se fait par la voie d’un concours national d’agrégation, on aurait pu imaginer que ce mode de sélection ait eu pour effet de redistribuer les origines géographiques au point de brouiller les appartenances locales. On voit qu’il n’en est rien, et que d’autres logiques sont suffisamment efficaces pour orienter, au moins en cours de carrière, les préférences des individus et les affectations qui leur sont consenties.

La stabilité des professions libérales

25Depuis le début du siècle jusqu’à nos jours, les annexes du Tout-Lyon ont toujours accordé aux professions libérales une place privilégiée. Pendant longtemps, elles donnent les listes exhaustives, et donc fort copieuses, des avocats, avoués, notaires et médecins. Un peu plus sélectives pour les professions para-médicales, elles n’ont jamais indiqué par exemple que les dentistes « recommandés ». Mais, jusqu’à la récente suppression de leur rubrique, les noms et adresses de ces élus n’en occupaient pas moins plusieurs pages, alors que l'annuaire n’a jamais recommandé qu’un tout petit nombre d’antiquaires, de restaurants ou de commerces d’alimentation, en particulier dans ses dernières éditions.

26C’est seulement au cours des quinze dernières années que les professions libérales les plus en vue subissent à leur tour quelques restrictions, qui sont d’ailleurs d’ampleur inégale et, surtout, suivent des logiques différentes selon chaque cas d’espèce.

27En 1985, l’annuaire mentionne encore dans ses annexes tous les notaires lyonnais. Mais, pour les avocats, il s’en tient désormais aux seuls membres du Conseil de l’ordre. La situation s’inverse toutefois quelques années plus tard. Dans l’édition de 1991, la présentation du Conseil de l’ordre est suivie d’une liste récapitulative des avocats auxquels est consacrée par ailleurs une notice dans le corps de l’ouvrage. En revanche, la même édition ne retient plus cette fois que les membres de la Chambre des notaires, et non plus la liste exhaustive de ces officiers ministériels. Pour les professions juridiques, on note donc une certaine hésitation, au cours de la période récente, entre plusieurs principes de sélection des noms cités dans les annexes : critère de la position officielle occupée au sein même des instances de la corporation, ou critère plus implicite de la notoriété et de l’appartenance au monde du « Tout-Lyon ». La même remarque s’appliquerait à d’autres annexes professionnelles, comme par exemple celle consacrée aux architectes.

28Le traitement réservé aux médecins est plus constant. En effet, l’indication des membres du Conseil de l’ordre a toujours été suivie jusqu’ici d’une seconde liste qui, en une bonne douzaine de pages, précise les spécialités et les adresses de tous les docteurs en médecine qui par ailleurs « figurent dans l’ouvrage », c’est-à-dire dans la liste mondaine. On a donc ici le cas le plus net où le mode de constitution d’une annexe professionnelle interfère avec la sélection opérée dans le corps de l’annuaire proprement dit, au point que les deux informations deviennent parfaitement redondantes. Tout médecin qui souhaite figurer dans les notices du Tout-Lyon a, comme on l’a dit plus haut, de bonnes chances de voir sa demande accueillie favorablement. Réciproquement, comme il serait peu décent de sélectionner les médecins cités en annexe de la même façon qu’on recommande de simples commerçants, c’est leur présence dans la liste mondaine qui en arrive à valoir par elle-même « recommandation ».

Notes

1 On pourrait évoquer, de même, les effets induits par la fonctionnarisation du personnel des greffes.

2 Alors qu’il s’est longtemps recruté essentiellement parmi les classes supérieures, le corps des magistrats est aujourd’hui issu, dans sa majorité, des couches moyennes ou de la « petite bourgeoisie » (Voir par exemple l’étude de N. HERPIN, L’Application de la loi. Deux poids, deux mesures, Paris, Seuil, 1977).

3 Les doyens ou directeurs d’UFR font toutefois leur réapparition quelques années plus tard...

4 Cf. P. BOURDIEU (P.), Homo academicus, Paris, Editions de Minuit, 1984.

5 Parmi les très nombreux travaux consacrés à ce thème, citons par exemple A. GIRARD et A. SAUVY, « Les diverses classes sociales devant l’enseignement », Population, 1965, ou encore M. AMIOT et A. FRICKEY, A quoi sert l’université ? Une université, ses étudiants et le marché de l’emploi, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1978.

6 Cf. P. BOURDIEU, Homo academicus, op. cit., chapitre 2.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search