Version classiqueVersion mobile

Quand le Tout-Lyon se compte…

 | 
Yves Grafmeyer

Troisième partie. Unité ou diversité ?

Unité ou diversité

Texte intégral

1Unité ou diversité ? Hétérogénéité ou similitudes ? L’image que les classes dominantes se font d’elles-mêmes peut alimenter, sur ce point, des appréciations contradictoires. Ces appréciations dépendent pour partie de la position précise occupée par chacun des interlocuteurs, mais aussi des circonstances et des situations qui donnent sens à leurs énoncés.

  • 1 « Toute démarcation sociale est à la fois barrière et niveau. Il faut que la frontière soit un esc (...)
  • 2 « La diversité phénoménale semble s’imposer. Avocats, banquiers, industriels, fonctionnaires, méde (...)

2De la même façon, le diagnostic du chercheur varie selon le regard qu’il porte sur son objet et la façon dont, du même coup, il le définit. S’il s’attache à cerner les contours d’une classe sociale et les propriétés qui la caractérisent, il sera plus particulièrement sensible à tout ce qui, distinguant les membres de cette classe du reste de la société, leur confère collectivement une « identité », et établit donc entre eux une certaine forme d’égalité1. Mais, s’il se veut attentif à la multiplicité des professions et des trajectoires individuelles, l’unité présumée de sa population n’a de chances de se révéler qu’au terme d’un travail d’analyse susceptible de relativiser cette diversité apparente, et d’aller au-delà de la perception spontanée qu’en peuvent avoir de leur côté les acteurs sociaux concernés2.

  • 3 Cf. sur ce point C. PONSON, Les Catholiques lyonnais et la Chronique sociale, Lyon, Presses univer (...)
  • 4 Cf. A. JOMAIN-LACROIX, Les Rallyes lyonnais, mémoire de maîtrise de sociologie, multigraphié, Univ (...)

3En contrepoint des effets égalisateurs de la « barrière » et du « niveau », cette expérience immédiate de la diversité peut elle-même prendre des formes très variables selon le contenu opératoire que l’on choisit de donner à des notions aussi fluctuantes que celles de catégories supérieures, de couches dominantes ou de classes dirigeantes. Si l’on privilégie une problématique de l’élite, c’est plutôt en termes professionnels que s’énonce d’entrée de jeu la question de l’homogénéité et des différences internes. Si en revanche on s’intéresse à des milieux locaux, et par exemple à la bourgeoisie d’une ville de province, le thème récurrent du « c’est plus compliqué que cela » s’organise alors aussi, et même surtout, selon d’autres modalités. Volontiers déniée ou relativisée en tant que critère d’identité, l’appartenance professionnelle ne prend sens en tout cas qu’en association avec beaucoup d’autres éléments de distinction : notoriété de la famille et ancienneté de son insertion dans la cité, hiérarchies du prestige façonnées par l’histoire locale, connexions éventuelles avec les élites nationales de l’Etat ou du monde des affaires, appartenances confessionnelles et attitudes face à la religion3, cercles et clubs, etc... Tous ces éléments structurent les perceptions mutuelles, les réseaux d’interconnaissance et le jeu des alliances. Ils dessinent la configuration de milieux portés par une histoire longue, où les sociabilités, essentielles à la préservation du statut, prennent simultanément appui sur les rapports de parenté, les localisations géographiques et les réseaux professionnels. A Lyon tout autant qu’à Paris, une institution comme le rallye4 témoigne à sa façon de ces micro-différences et contribue dans une certaine mesure à les léguer aux jeunes générations en façonnant, sinon leurs affinités électives ou leurs choix matrimoniaux, du moins leurs catégories de perception d’autrui et leur aptitude à reconnaître leurs semblables.

4Comme le Tout-Lyon s’adresse en priorité à une clientèle qui n’ignore rien de ces différences, de ces clivages et de ces nuances parfois subtiles, il n’a pas pour vocation de les expliciter, et ne permet guère au chercheur de s’en faire une idée précise. En se présentant comme l’annuaire des familles de la haute société locale, il pose en principe l’existence d’une telle « société », et offre à ses membres un moyen supplémentaire d’accessibilité et de repérages mutuels. Réduits au minimum, les éléments biographiques qui pourraient conforter la mise en scène des différences s’effacent devant les informations purement signalétiques qui, au delà de leur fonction manifeste, ne sont porteuses de sens que pour ceux qui sont en mesure de les décoder. D’une certaine manière, tout est déjà - ou devrait être - dans le nom que l’on porte, la famille dont on est issu, et celle à laquelle on s’est allié par le mariage.

5Même la profession, comme on l’a vu, n’est mentionnée que de façon facultative. Il est vrai que décider de l'indiquer ou de la taire fournit déjà en soi une information, et l’on fera en tout cas l’hypothèse que cette première alternative n’est pas sans lien avec les autres caractéristiques individuelles ou familiales que l’annuaire permet d’identifier. D’autre part, l’appartenance professionnelle figure en proportion suffisante pour qu’on puisse évaluer, même de manière tronquée, la place occupée par les membres du Tout-Lyon dans l’univers des métiers, et donc le poids relatif de cette population dans divers secteurs d’activité.

6On se demandera ensuite dans quelle mesure les appartenances professionnelles se trouvent associées à d’autres critères susceptibles de différencier cette population prise jusqu’ici comme un tout. On examinera en particulier les effets combinés de la filiation et de l’alliance sur la distribution des professions, du moins pour autant que la source permet de repérer les liens familiaux. On se demandera également si la profession module de façon significative, au sein de ces milieux, le niveau de fécondité et les modes de localisation dans l’espace urbain. Le critère du métier est-il plus discriminant, en la matière, que d’autres lignes de partages qui pourraient opposer, par exemple, les familles bourgeoises et les familles aristocratiques, ou encore les membres des différents cercles ? Et de quelle façon ces diverses composantes des identités individuelles ou familiales se combinent-elles ? Il s’agira donc en définitive d’apprécier, sur la base des quelques renseignements disponibles, jusqu’à quel point la profession intervient comme indicateur pertinent dans le jeu des proximités et des distances internes à un milieu local qui manifeste par ailleurs de nombreux traits d’homogénéité.

Notes

1 « Toute démarcation sociale est à la fois barrière et niveau. Il faut que la frontière soit un escarpement, mais qu’au-dessus de l’escarpement il y ait un plateau. Au dedans d'elle-même toute classe est égalitaire ; elle n’admet ni pente ni sommet : l’égalité dans la classe est la condition de la supériorité de classe. » (E. GOBLOT, La Barrière et le Niveau. Etude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, Paris, Félix Alcan, 1925, réédité aux Presses universitaires de France en 1967).

2 « La diversité phénoménale semble s’imposer. Avocats, banquiers, industriels, fonctionnaires, médecins, universitaires, artistes ou militaires se perçoivent comme différents ; leurs avantages, leurs rôles et leurs intérêts leur apparaissent, dans la pratique quotidienne, différents, complémentaires ou opposés (...) Dès lors, ceux qui parlent de classe dirigeante ou d’élite du pouvoir paraissent souvent, aux yeux des « personnes généralement bien informées », ne faire que répéter un slogan périmé ou, pire, refléter une perception ignorante, lointaine, et pour tout dire populaire. » (O. LEWANDOWSKI, « Différenciation et mécanismes d’intégration de la classe dirigeante... », article cité, p. 43).

3 Cf. sur ce point C. PONSON, Les Catholiques lyonnais et la Chronique sociale, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1979 ; et aussi E. PIN, Pratique religieuse et classes sociales dans une paroisse urbaine, Saint-Pothin à Lyon, Paris, Editions SPES, 1956.

4 Cf. A. JOMAIN-LACROIX, Les Rallyes lyonnais, mémoire de maîtrise de sociologie, multigraphié, Université Lyon II, Lyon, septembre 1986 ; et M. PINÇON et M. PINÇON-CHARLOT, « Les rallyes, ou la mise en ordre du hasard des rencontres amoureuses », in Dans les beaux quartiers, chap. 10, Paris, Seuil, 1989.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search