Version classiqueVersion mobile

Quand le Tout-Lyon se compte…

 | 
Yves Grafmeyer

Deuxième partie. Une localisation très spécifique

Chapitre 4 A la loupe

Texte intégral

Dans ce qui précède, on s’est surtout efforcé de situer les proximités et les distances entre quelques sous-populations de ménages à partir de leurs distributions respectives au sein de l’espace résidentiel lyonnais. Considérons maintenant les choses du point de vue des quartiers eux-mêmes, dont chacun réalise une combinaison originale de diverses catégories d’habitants. On se limitera ici à l’examen comparatif des deux petits secteurs géographiques dans lesquels se concentrent près de la moitié des adresses lyonnaises des membres de l’annuaire.

1Entre Bellecour et Perrache, le premier de ces secteurs comprend le quartier d’Ainay proprement dit et son voisinage immédiat, soit au total trois quartiers INSEE. En 1982, ces trois quartiers ne se différencient guère par la structure socio-professionnelle de leurs habitants, ce qui donne une justification supplémentaire à leur regroupement.

2Il en va de même pour le second secteur dans lequel on a regroupé, au Nord-Ouest du sixième arrondissement, les quartiers Helvétie, Parc de la Tête d’Or et Morand-Roosevelt.

3Comme le montre le tableau 3, ces deux territoires d’élection de la bourgeoisie locale se distinguent par des compositions sociales relativement divergentes. Certes, la proportion des catégories populaires est de part et d’autre très inférieure aux moyennes lyonnaises. En outre, la part des ménages retraités y est quasiment identique, contrairement aux représentations qui parfois associent au vieux centre résidentiel de la Presqu’île l’image d’une population plus particulièrement âgée. Mais, au-delà de ces ressemblances, on voit que les ménages classés dans les catégories supérieures sont nettement plus représentés dans le secteur appartenant au sixième arrondissement. Inversement, employés et ouvriers n’y représentent qu’un peu plus de 14 % de l’ensemble des chefs de ménage, contre 24 % dans l’autre secteur. Des écarts du même ordre se retrouvent d’ailleurs parmi la population des anciens actifs.

TABLEAU 3 Composition socio-professionnelle de deux secteurs résidentiels de Lyon en 1982.

Catégorie socio-professionnelle de la personne de référence du ménage Ainay Bellecour Nord-Ouest du 6ème arrt
ARTISANS, COMMERÇANTS ET CHEFS D’ENTREPRISE 7,3 9,9
Artisans 2,1 2,6
Commerçants 4,4 4,2
Chefs d’entreprise 0,7 3,1
CADRES ET PROFESSIONS INTELLECTUELLES SUPÉRIEURES 16,0 23,9
Professions libérales 2,6 4,3
Cadres de la fonction publique, prof. intellectuelles 5,0 5,7
Cadres d’entreprise 8,4 14,0
PROFESSIONS INTERMÉDIAIRES 13,8 11,6
Enseignement, santé et fonction publique 5,4 4,1
Prof, intermédiaires admin. et commerciales des entreprises 5,0 5,4
Techniciens, contremaîtres et agents de maîtrise 3,4 2,1
EMPLOYÉS 14,8 9,5
Employés de la fonction publique 4,2 1,4
Employés administratifs d’entreprise 5,3 4,8
Employés de commerce 1,7 1,1
Personnels des services directs aux particuliers 3,6 2,2
OUVRIERS 9,2 4,8
Ouvriers qualifiés 5,0 2,9
Ouvriers non qualifiés 4,2 1,9
RETRAITÉS 28,0 27,7
Anciens artisans, commerçants, chefs d’entreprise 4,0 4,4
Anciens cadres et professions intermédiaires 8,4 11,9
Anciens employés et ouvriers 15,6 11,4
AUTRES SANS ACTIVITÉ 11,0 12,5
100,0 100,0

Répartition des ménages selon la catégorie socio-professionnelle de la personne de référence au recensement de 1982. Les secteurs ont été délimités comme suit : – « Ainay – Bellecour » : quartiers INSEE 203, 204 et 205- « Nord-Ouest du 6ème arrondissement » : quartiers INSEE 601, 602 et 603.

4Si l’on examine le détail de la nomenclature, on constate que ces divergences tiennent en bonne part à la présence plus marquée des milieux de l’entreprise dans les trois quartiers des Brotteaux. Non seulement le pourcentage des chefs d’entreprise y est quatre fois plus élevé, mais la part relative du secteur privé y est toujours nettement plus forte à l’intérieur de chacun des grands groupes de salariés. Les trois quartiers de la Presqu’île se caractérisent au contraire par un poids relativement important du secteur public, surtout parmi les employés. Par ailleurs, ils comportent un pourcentage exceptionnellement élevé de personnels de services aux particuliers, ce qui semble indiquer, sinon que le recours à ces services y est plus fréquent qu’aux Brotteaux, du moins que s’y maintient davantage le modèle ancien de proximité résidentielle entre les ménages employeurs et leur domesticité.

  • 1 Cf. ci-dessus carte 5.

5Ces observations confirment donc ce que l’on pouvait déjà constater à l’échelle plus agrégée des arrondissements. Les écarts de composition sociale qui séparent globalement le deuxième et le sixième1 sont toujours de même sens, mais encore plus marqués, lorsque la comparaison se limite aux deux secteurs où se concentrent plus particulièrement les élites locales. De part et d’autre, les taux de présence des membres du Tout-Lyon sont pratiquement les mêmes, et se situent aux environs de 9 % quand on les rapporte au nombre total de ménages résidants (contre 1,5 % pour l’ensemble de Lyon). Mais la plus ancienne de ces deux implantations, qui fut pendant longtemps la seule prestigieuse, est aussi celle dont la structure sociale globale est, aujourd’hui du moins, la moins nettement déformée au profit des strates supérieures de l’échelle des statuts socio-économiques. Faut-il y voir la marque d’un déclin relatif du lustre ancien de ces rues austères comprises entre Bellecour et Perrache ? L’explication tient aussi aux structures du cadre bâti. Ce dernier est en effet beaucoup moins homogène, et comporte une plus grande variabilité des conditions d’accès ou de maintien des occupants que dans les nombreux îlots du sixième-Nord entièrement reconstruits à partir du milieu des années 50.

  • 2 Sur tous ces points, voir en particulier Y. GRAFMEYER, Habiter Lyon. Milieux et quartiers (...)

6Ce qui vaut pour les quartiers INSEE ne vaut pas forcément à l’échelle plus fine des voisinages. Les tableaux issus du recensement permettent de qualifier l’environnement résidentiel au sens large, mais ne préjugent pas des configurations particulières de chaque portion du tissu urbain. Les oppositions bien connues entre les adresses valorisantes (quais, avenues, places, etc...) et les localisations plus banales se combinent avec de multiples autres éléments de différenciation, voire de clivage, qui trouvent leur support dans les particularités de l’architecture, les échelles de prestige ancrées dans l’imaginaire urbain, et aussi les effets d’agrégation induits par les transmissions patrimoniales2.

  • 3 Bien entendu, cette concentration s’observe tout autant dans les communes de banlieue. C’e (...)

7Pour la population qu’il sélectionne plus spécialement, l’annuaire du Tout-Lyon donne un aperçu de ces phénomènes quand on considère les adresses précises de ses membres. Il n’est pas rare que d’amples constellations familiales, correspondant à plusieurs dizaines de notices, ne se distribuent qu’entre trois ou quatre immeubles parfois voisins, parfois au contraire situés dans des secteurs géographiques tout à fait distincts. Certains quais, rues ou avenues témoignent d’une concentration particulièrement forte3, comme par exemple l’avenue du Maréchal-Foch (75 adresses dans l’édition de 1985), l’avenue de Saxe (60 adresses), et surtout le boulevard des Belges avec 116 adresses. Encore faudrait il, pour ce dernier, accorder une place à part aux numéros impairs, dont les immeubles et les hôtels particuliers bénéficient d’un accès direct au parc de la Tête d’Or...

Notes

1 Cf. ci-dessus carte 5.

2 Sur tous ces points, voir en particulier Y. GRAFMEYER, Habiter Lyon. Milieux et quartiers du centre-ville, Lyon, Presses universitaires de Lyon/CNRS/PPSH, 1991.

3 Bien entendu, cette concentration s’observe tout autant dans les communes de banlieue. C’est ainsi que l’avenue Valioud regroupe à elle seule le quart des adresses comprises sur le territoire de la commune de Sainte-Foy-lès-Lyon.

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search