Version classiqueVersion mobile

Quand le Tout-Lyon se compte…

 | 
Yves Grafmeyer

Deuxième partie. Une localisation très spécifique

Chapitre 3 Proximités et distances avec les diverses fractions des catégories supérieures

Texte intégral

1Les cartes des pages suivantes donnent une vue plus précise de la localisation des catégories supérieures au sein de la ville de Lyon, en appréciant leur densité à l’échelle du quartier INSEE et non plus l’arrondissement.

Par « catégories supérieures », on entendra comme précédemment les chefs d’entreprise et les trois principales rubriques dont se compose le groupe des cadres et professions intellectuelles supérieures. Puisque chaque notice de l’annuaire correspond à un ménage et non à un individu, il a paru préférable d’utiliser les données INSEE de 1982 portant sur les personnes de référence des ménages plutôt que sur l’ensemble des actifs. En revanche, comme l’annuaire comporte une part appréciable de personnes âgées, il aurait sans doute été plus satisfaisant d’inclure les chefs de ménage retraités. Mais les statistiques du recensement ne ventilent pas les CSP de ces anciens actifs de façon suffisamment détaillée pour que soient respectés les termes de la comparaison. Toutes les cartes ont été construites sur le même principe que la carte 4 (cf. supra), qui concernait les personnes inscrites dans le Tout-Lyon en 1985. Etant donné que les effectifs totaux varient sensiblement d’une catégorie à l’autre, les seuils utilisés pour la cartographie ne correspondent pas à des valeurs absolues. Ils ont été calculés en appliquant à chaque fois un même jeu de coefficients aux proportions moyennes observées sur l’ensemble de Lyon pour les diverses catégories de ménages (cf. légende des cartes).

CARTE 6 Proportion de ménages dont la personne de référence est chef d’entreprise, par rapport au nombre total de ménages habitant chaque quartier au recensement de 1982.

CARTE 6 Proportion de ménages dont la personne de référence est chef d’entreprise, par rapport au nombre total de ménages habitant chaque quartier au recensement de 1982.

(Proportion moyenne pour Lyon=0,74 %).

CARTE 7 Proportion de ménages dont la personne de référence est membre d’une profession libérale, par rapport au nombre total de ménages habitant chaque quartier au recensement de 1982.

CARTE 7 Proportion de ménages dont la personne de référence est membre d’une profession libérale, par rapport au nombre total de ménages habitant chaque quartier au recensement de 1982.

(Proportion moyenne pour l’ensemble de Lyon=1,27 %).

CARTE 8 Proportion de ménages dont la personne de référence est cadre de la fonction publique ou exerce une profession intellectuelle supérieure, par rapport au nombre total de ménages habitant chaque quartier au recensement de 1982.

CARTE 8 Proportion de ménages dont la personne de référence est cadre de la fonction publique ou exerce une profession intellectuelle supérieure, par rapport au nombre total de ménages habitant chaque quartier au recensement de 1982.

(Proportion moyenne pour l’ensemble de Lyon=3,81 %).

CARTE 9 Proportion de ménages dont la personne de référence est cadre d’entreprise, par rapport au nombre total de ménages habitant chaque quartier au recensement de 1982.

CARTE 9 Proportion de ménages dont la personne de référence est cadre d’entreprise, par rapport au nombre total de ménages habitant chaque quartier au recensement de 1982.

(Proportion moyenne pour Lyon = 6,18 %).

2La densité des chefs d’entreprise atteint son maximum au nord des Brotteaux (quartier « Helvétie ») et, plus largement, dans l’ensemble des secteurs de la rive gauche du Rhône où se concentrent aussi les membres du Tout-Lyon. C’est d’ailleurs là le seul véritable lieu de recoupement entre les répartitions spatiales des deux populations. Les chefs d’entreprise sont en effet beaucoup moins présents dans la Presqu’île, où leur poids relatif est à peine supérieur à la moyenne lyonnaise. En revanche, ils subissent davantage l’attrait de certains quartiers périphériques où alternent maisons individuelles, espaces verts et ensembles résidentiels récents. Tel est par exemple le cas de Montchat (3ème arrondissement), de la partie Ouest du plateau de la Croix-Rousse, et des coteaux de Saint-Rambert à l’extrémité Nord du 9ème arrondissement.

3Par comparaison avec les chefs d’entreprise, la distribution résidentielle des professions libérales est beaucoup plus proche de celle des personnes figurant dans l’annuaire du Tout-Lyon. La carte 7 confirme pour l’essentiel une proximité que l’analyse en composantes principales mettait nettement en évidence à l’échelle des arrondissements. Elle fait toutefois apparaître aussi quelques différences. C’est ainsi par exemple que les professions libérales se situent plus particulièrement au Nord du deuxième arrondissement. Leurs adresses, qui coïncident dans un certain nombre de cas avec celles de leur activité professionnelle, sont davantage prises dans le champ d’attraction du centre traditionnel des affaires que dans celui du quartier d’Ainay. Les raisons professionnelles sont sans doute encore plus décisives pour expliquer leur présence dans la partie Est du troisième arrondissement, à proximité de plusieurs grands hôpitaux. Au Nord de la ville, le poids relatif des professions libérales est également fort le long de la rive gauche de la Saône, et ce bien au delà du vieux quai Saint-Vincent qui conserve plus spécifiquement la faveur des membres du Tout-Lyon.

4La localisation des cadres de la fonction publique et des professions intellectuelles est beaucoup moins contrastée. D’un quartier à l’autre, les variations sont plus faibles, et les densités n’atteignent nulle part le double de celle mesurée sur l’ensemble de Lyon pour ce groupe de professions (carte 8).

5Quant aux cadres du secteur privé, leur proportion est importante au Nord du sixième arrondissement, mais aussi du neuvième (cf. carte 9). D’une façon générale, leur géographie sociale tend à rappeler celle des chefs d’entreprise, mais avec des écarts à la moyenne moins prononcés. Elle s’en distingue toutefois par une présence beaucoup plus affirmée à l’Ouest du Vieux-Lyon, dans cette partie haute du cinquième arrondissement qui annonce, tant par sa configuration physique que par la nature de son peuplement, les communes voisines de Tassin et de Sainte-Foy.

6Entre les diverses composantes des catégories supérieures, on observe donc des différences de localisation non négligeables. Ces divergences modulent jusqu’à un certain point le schéma global de division sociale de l’espace urbain qui se dessine nettement à l’échelle plus agrégée des grands groupes socio-professionnels et des arrondissements. C’est la localisation des professions libérales qui apparaît la plus « traditionnelle » et la plus centrale. En revanche, les milieux de l’entreprise (indépendants et cadres) ne privilégient pas autant la Presqu’île ou même les Brotteaux, et sont nombreux à élire domicile sinon dans l’ensemble des arrondissements périphériques, du moins dans quelques secteurs résidentiels bien précis.

7A l’intérieur d’une même catégorie professionnelle, les ménages se distinguent à leur tour par des différences qui ne sont pas toujours de second ordre, et qui, outre la nature précise du métier exercé, tiennent aussi à l’ampleur des ressources familiales et à l’ancienneté des positions occupées dans la société locale. Si l’on fait l’hypothèse que le lieu de résidence est un indicateur, même fragile, de qualification sociale des ménages, les cartes qui viennent d’être commentées fournissent donc sur ce point aussi quelques repères. En moyenne, ce ne sont pas tout à fait les « mêmes » catégories supérieures qui habitent les quartiers où ces dernières dominent et ceux où elles sont au contraire très minoritaires. Les différences ne se résument d’ailleurs pas à ce critère de la densité. Certaines échappent aux statistiques de composition sociale et tiennent davantage à l’histoire des lieux et aux images qui leur sont associées. A cet égard, les comparaisons avec la population inscrite dans le Tout-Lyon ne sont pas sans intérêt, dans la mesure où elles suggèrent les proximités et les distances que chaque quartier entretient avec les quelques sites que privilégient les familles particulièrement bien établies dans la société locale.

  • 1 Ce point sera examiné plus en détail dans la partie suivante.

8Réciproquement, on pourrait considérer que les données de l’INSEE fournissent un moyen indirect de cerner les appartenances professionnelles des membres du Tout-Lyon, qui ne sont qu’imparfaitement connues par le biais de l’annuaire1. Il faudrait toutefois tenir compte du fait que l’âge moyen de cette population est assurément plus élevé, puisqu’elle comporte un bon nombre d’anciens actifs, et que les écarts observés peuvent donc être partiellement imputés à des effets de génération.

  • 2 L’indice de ségrégation mesure l’écart observé entre la distribution spatiale d’une catégorie et la (...)

9Et surtout, il ne fait aucun doute que l’annuaire découpe au sein de toutes ces catégories professionnelles un sous-ensemble particulièrement typé, dont l’habitat ne se singularise pas seulement par les lignes de force de sa géographie, mais aussi par le niveau exceptionnellement élevé de sa concentration spatiale. Calculé sur les 78 quartiers de Lyon, l’indice de ségrégation la population de l’annuaire atteint en effet le chiffre considérable de 53,7, ce qui signifie que plus d’un individu sur deux devrait changer de quartier pour que la distribution de cette population soit conforme à celle de l’ensemble des ménages2. Quelle que soit la catégorie professionnelle identifiée par l’INSEE, la valeur de l’indice est toujours nettement plus faible, y compris pour les professions libérales et pour les chefs d’entreprise (cf. tableau 2).

TABLEAU 2 Indices de ségrégation de quelques catégories socio-professionnelles dans la ville de Lyon.

Artisans, commerçants et chefs d’entreprise

12,0

dont : Chefs d’entreprise

32,5

Cadres et professions intellectuelles supérieures

19,8

dont : Professions libérales

31,7

Cadres du public et prof. intellectuelles

17,1

Cadres d’entreprise

23,2

Professions intermédiaires

9,7

Employés

6,8

Ouvriers

15,3

Retraités

8,2

Autres sans activité

11,0

Base de calcul : découpage INSEE en 78 quartiers, population des ménages classés selon la catégorie socio-professionnelle de la personne de référence. Données du recensement de 1982, sondage au 1/4.

Notes

1 Ce point sera examiné plus en détail dans la partie suivante.

2 L’indice de ségrégation mesure l’écart observé entre la distribution spatiale d’une catégorie et la distribution de l’ensemble des autres catégories d’une population occupant un espace donné. Considérons un espace E (par exemple une agglomération), découpé en unités territoriales et occupé par une population P à l’intérieur de laquelle on distingue une catégorie X. Notons x ; le pourcentage de X qui figure dans l’unité territoriale i, et (p-x)i le pourcentage du reste de la population qui figure dans cette même unité territoriale. L’indice de ségrégation de la catégorie X sur l’ensemble de l’espace étudié s’obtient par le calcul suivant : I = 1/2 ∑ ∣ xi – (p – x)i
Ainsi défini, l’indice mesure le pourcentage de la catégorie X qui devrait changer d’unité territoriale pour avoir une distribution spatiale identique à celle du reste de la population. La catégorie sera dite d’autant plus « ségrégée » que son indice est plus élevé.
En pratique, la catégorie étudiée est souvent comparée non pas au reste de la population, mais à l’ensemble (incluant donc la catégorie elle-même). C’est la solution qui a été retenue ici, et qui correspond à la formule :
I’ = 1/2 ∑ ∣ xi – pi
Sur la construction de cet indice et ses utilisations, voir notamment O.D. DUNCAN et B. DUNCAN, « A methodological analysis of segregation indexes », American Sociological Review, 1955, pp. 210-217.

Table des illustrations

Titre CARTE 6 Proportion de ménages dont la personne de référence est chef d’entreprise, par rapport au nombre total de ménages habitant chaque quartier au recensement de 1982.
Légende (Proportion moyenne pour Lyon=0,74 %).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre CARTE 7 Proportion de ménages dont la personne de référence est membre d’une profession libérale, par rapport au nombre total de ménages habitant chaque quartier au recensement de 1982.
Légende (Proportion moyenne pour l’ensemble de Lyon=1,27 %).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8784/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre CARTE 8 Proportion de ménages dont la personne de référence est cadre de la fonction publique ou exerce une profession intellectuelle supérieure, par rapport au nombre total de ménages habitant chaque quartier au recensement de 1982.
Légende (Proportion moyenne pour l’ensemble de Lyon=3,81 %).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8784/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre CARTE 9 Proportion de ménages dont la personne de référence est cadre d’entreprise, par rapport au nombre total de ménages habitant chaque quartier au recensement de 1982.
Légende (Proportion moyenne pour Lyon = 6,18 %).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8784/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search