Version classiqueVersion mobile

Quand le Tout-Lyon se compte…

 | 
Yves Grafmeyer

Première partie. Une population auto-définie

Une population auto-définie

Texte intégral

  • 1 O. LEWANDOWSKI, « Différenciation et mécanismes d’intégration de la classe dirigeante. L’image soc (...)

1Au terme d’un étude consacrée aux notices biographiques figurant dans le Who’s Who1, Olgierd Lewandowski notait que c’est au sommet - autrement dit à Paris - que se manifestent le mieux l’interdépendance entre les secteurs d’activité, l’homogénéisation de leurs dirigeants, et donc la fréquence des cumuls d’activités et des passages entre secteurs. Il en concluait au « danger qu’il y aurait à considérer l’étude d’une ville de province comme l’étude d’un microcosme de la société » et, inversement, à « l’intérêt qu’il y aurait à étudier la bourgeoisie d’une ville de province comme le faux sommet d’un faux microcosme ».

  • 2 Préface de l’édition de 1953.

2De fait, on serait plutôt enclin à partager ce jugement quand on parcourt les quelque 4500 notices réunies dans le Tout-Lyon Annuaire qui se veut, selon le mot de son éditeur2, le Bottin de la « haute société de Lyon et de la région lyonnaise ». Il est vrai que les inscrits ne mentionnent pas tous leur profession, ou l’indiquent de façon trop succincte pour qu’on puisse apprécier correctement les éventuels cumuls d’activité qui peuvent intervenir à tel ou tel moment de leurs cursus. Mais l’incertitude est moindre en ce qui concerne l’évolution même de ces cursus au cours du temps. Tout au plus voit-on quelques officiers quitter la carrière des armes pour le monde des affaires, quelques fonctionnaires civils s’orienter eux aussi vers le secteur privé. Mais, pour le reste, les passages d’un secteur d’activité à un autre sont rares, voire exceptionnels. Et, quand il y a changement, celui-ci concerne moins souvent la branche ou le secteur que le statut de la personne. Encore faut-il n’en pas surestimer l’importance, étant donné tous les cas où c’est visiblement par héritage familial que l’ancien ingénieur ou l’ancien cadre commercial accède au statut de chef d’entreprise.

  • 3 « On ne saurait mieux caractériser différentiellement ceux qui ont changé de secteur qu’en disant (...)

3Par comparaison avec l’élite dirigeante du pays, les places occupées dans la division du travail paraissent ici plus figées, et les destins professionnels plus stables. Non que la ville de Lyon ne contribue pas, comme les autres grandes cités de province, à la formation de l’élite nationale, et peut-être même de ses fractions les plus mobiles3. Mais, précisément, un annuaire de la « haute société de Lyon » n’est pas fait pour leur accorder la vedette. Pour s’en tenir à l’exemple des hauts-fonctionnaires d’origine lyonnaise qui se sont ensuite illustrés dans le monde de la finance ou de l’industrie, on constate que plusieurs d’entre eux n’ont jamais figuré à titre personnel dans le Tout-Lyon. Certains, quelle que soit la profession de leur père, n’avaient pas d’attaches avec la bourgeoisie locale. D’autres en étaient issus, mais ont sans doute jugé peu utile de souscrire (au propre comme au figuré) à l’enregistrement de cette appartenance qui désormais leur importait moins qu’à d’autres membres de leur parentèle.

4Parce qu’ils occuperaient le faux sommet d’une pyramide tronquée, parce qu’ils seraient plus loin des lieux et des milieux où s’opèrent en priorité la conversion des compétences et l’imbrication des secteurs d’activité, les membres de cet annuaire provincial se distribueraient donc de façon moins ambiguë et moins volatile dans l’univers des métiers. Avocats, ingénieurs, industriels, médecins ou cadres de banque représenteraient autant d’espèces quasi naturelles entre lesquelles les mutations seraient rares, du moins sur une seule génération. Le Tout-Lyon conforterait ainsi, beaucoup mieux qu’un annuaire national, l’idée (ou le mythe) d’une irréductible pluralité des élites, que le sociologue ne pourrait efficacement mettre en doute qu’à la condition de s’intéresser plus spécialement à « l’élite du pouvoir » ou aux « sommets de l’Etat ».

  • 4 Préface à l’édition de 1957.

5Mais le Tout-Lyon est-il bien l’annuaire d’une élite, fût-elle locale ? Oui, dans une certaine mesure, puisqu’il se dit utile « à ceux qui veulent être au courant de ce que deviennent les personnalités marquantes de notre ville4. » Mais tel n’est pas son seul, ni même son principal objectif. Si l’on devait suivre la définition de Pareto, et retenir « ceux qui ont les indices les plus élevés dans les branches où ils déploient leur activité », il faudrait sans nul doute combler quelques lacunes, aux dépens d’autres notices dont la présence s’imposerait alors beaucoup moins. En fait, la réussite professionnelle n’est pas, ni dans l’esprit de l’éditeur ni dans celui des utilisateurs, le principe fondateur de l’inscription dans l’annuaire. Si elle intervient bien en première ligne quand il s’agit de sélectionner les « personnalités les plus marquantes », elle s’efface ordinairement devant d’autres critères avec lesquels elle doit tout au moins composer. L’ancienneté de la famille, sa notoriété au sein de la société locale, sont assurément des garants aussi efficaces que les performances individuelles. En d’autres termes, le nom que l’on porte peut compter autant, sinon plus, que le métier qu’on exerce ou les succès qu’il procure. A la question « qui est qui ? », un annuaire de ce type ne répond donc pas en livrant une collection raisonnée de notices biographiques détaillées. Il se borne à décrire des personnes (ou plutôt des familles) par un petit nombre d’éléments signalétiques permettant de les situer au sein de ce qu’on peut considérer, au moins provisoirement, comme un groupe de statut.

6C’est dire que les informations dont on dispose sur chaque ménage sont fort réduites. La portée des analyses qui vont suivre s’en ressent nécessairement, d’autant plus que l’interconnexion avec d’autres séries de données se serait heurtée, du moins pour la période récente, à divers obstacles pratiques et juridiques.

7En contrepartie de sa discrétion et de ses lacunes, un annuaire ainsi conçu n’en présente pas moins un avantage appréciable par rapport à beaucoup d’autres sources statistiques. Dans leur très grande majorité, les individus qu’il rassemble se trouvent en effet reliés de proche en proche par de multiples liens de parenté, d’alliance et d’interconnaissance. Bien plus, cette imbrication de réseaux divers joue un rôle décisif dans les conditions mêmes de production et d’utilisation de l’annuaire. On fera donc l’hypothèse que les usages sociaux de ces volumes sont tels qu’ils permettent d’en faire ici un usage sociologique qui procédera en quelque sorte au rebours de la démarche suivie par la plupart des enquêtes quantitatives.

8D’ordinaire, en effet, le mouvement de la recherche va plutôt des individus aux relations qui les unissent, et non l’inverse. Au départ, l’enquête sélectionne et construit des individus statistiques qu’elle décrit au moyen d’un faisceau d’identificateurs démographiques et socio-économiques. Ces derniers ouvrent autant de voies d’accès à l’élaboration de variables explicatives et de modèles dont on attend une meilleure intelligence des pratiques et attitudes qui font plus particulièrement l’objet de la recherche. Et si cet objet conduit à explorer, si peu que ce soit, la parentèle et la vie de relation propres à chaque individu, cela ne peut se faire qu’à la condition de demander aux enquêtés de livrer des informations sur des tiers, c’est-à-dire sur des individus qui ne sont habituellement pas inclus dans l’échantillon. Tel est bien le cas, par exemple, pour les enquêtes statistiques portant sur les mobilités intergénérationnelles, sur les choix matrimoniaux, ou encore sur les pratiques de sociabilité. Même dans une approche localisée, centrée par exemple sur une unité de voisinage ou de travail, les relations inter-individuelles ne sont pas données au départ. Elles ne peuvent être envisagées qu’à titre d’hypothèse, et c’est au terme de son travail que le chercheur sera en mesure d’en confirmer l’existence, d’en apprécier l’ampleur et d’en décrire les configurations.

9Il ne peut guère en aller autrement que dans les monographies de réseaux, qui prennent délibérément le parti de sélectionner les points en fonction des lignes qui les relient, les individus en fonction des liens biologiques ou sociaux qui les unissent. En ce cas, c’est bien en dévidant et en démêlant les fils du réseau que l’on construit progressivement la population touchée par l’enquête. Toutefois les études de ce type se déploient usuellement à petite échelle, soit en raison même de la taille restreinte du réseau ainsi identifié, soit encore parce que l’analyse se veut intensive plutôt qu’extensive, si bien que sa qualité tient surtout à la richesse des informations obtenues auprès d’un nombre nécessairement réduit d’enquêtés. De plus, alors que les individus concrets peuvent se trouver pris dans de multiples réseaux plus ou moins disjoints, chaque étude se centre d’ordinaire sur un type donné d’interrelations. Elle tendra donc à sélectionner les enquêtés en fonction de l’objet qu’elle privilégie (relations de parenté et d’alliance, vie associative, filières d’immigration, mémoire collective d’une histoire partagée, etc...).

10Le Tout-Lyon, quant à lui, ne réunit dans ses pages ni les individus d’un échantillon statistique, ni les membres d’un réseau particulier. Mais il livre un peu l’équivalent, socialement préconstruit, d’une sorte de compromis entre ces deux façons de constituer la population d’une enquête.

11D’un côté, en effet, il comporte un nombre de notices amplement suffisant pour permettre une exploitation quantitative, sans pour autant fournir un échantillon au sens strict, puisqu’il n’explicite ni ses critères de sélection ni même les contours précis des milieux locaux qui sont « représentés » par ses quelques milliers de notices.

12D’un autre côté, on peut considérer d’emblée que ce corpus est doté d’une relative cohérence qui tient, indépendamment des caractéristiques propres aux individus, à la densité de leurs interrelations. L’imbrication des parentèles est aisément vérifiable, et découle assez naturellement de la logique même d’un mode de sélection qui fait grand cas des appartenances familiales pour qualifier les individus. Quant à l’interconnaissance, elle n’apparaît à strictement parler qu’au travers de la mention des divers clubs ou cercles auxquels appartiennent la plupart des membres masculins de la population concernée. Au delà de ces informations, les interconnaissances ne peuvent être que postulées, mais à bon droit, puisqu’elles constituent en définitive l’une des principales raisons d’être de l’annuaire. Les acheteurs, dont le nombre annuel est d’environ 2000 au cours des années 80, sont, pour l’essentiel, des souscripteurs qui figurent eux-mêmes dans les volumes, et disposent ainsi d’un moyen commode d’étendre et d’actualiser leur fichier d’adresses, ainsi que leur connaissance des événements familiaux qui surviennent chaque année au delà du cercle de leurs relations les plus proches.

13Certes, l’annuaire ne dit évidemment rien par lui-même de la manière dont se structurent ces sociabilités au moins potentielles, ni des proximités qui les fondent, ni des distances ou des éventuels clivages qui les délimitent. Même les liens de parenté ne peuvent faire l’objet d’une exploration exhaustive, car il est très rare que tous les membres d’une fratrie soient inscrits dans l’annuaire. C’est dire que la source ne permet pas de reconstituer sur plusieurs générations de véritables arbres généalogiques descendants ou ascendants, ni bien sûr d’apprécier les relations concrètes qui se tissent (ou se distendent) entre les membres d’un même groupe de parenté. Bref, cette source statistique est impropre, en tant que telle, à une analyse de réseaux stricto sensu. On peut néanmoins considérer qu’elle enregistre indirectement la trace de multiples réseaux plus ou moins interconnectés, et qu’elle contribue même dans une petite mesure à leur vitalité en raison du type de services que l’annuaire rend à ses souscripteurs.

14A l’intersection des logiques familiales, des appartenances sociales et des sociabilités, la population rassemblée dans les pages du Tout-Lyon Annuaire tire de cette intersection même sa relative consistance. Des couches « supérieures » ou « dominantes », elle donne au total un aperçu assez différent de celui que privilégierait implicitement un agrégat de catégories professionnelles, ou même un annuaire des élites.

15Certes, le statut social des membres de l’annuaire trouve assez largement son assise dans la position économique occupée par chacun d’eux. Les places occupées dans l’univers des métiers ne sont pas quelconques. L’« ancienneté », la « notoriété » ou la «respectabilité » n’ont chance de devenir des attributs collectifs de la famille qu’au fil des destins individuels qui ont progressivement marqué la place reconnue à celle-ci dans l’espace économique local, dans les sociabilités patriciennes, voire dans les institutions et la mémoire collective de la cité. Qu’elle soit en continuité, en reconversion ou en retrait par rapport aux fonctions jadis exercées par ses ascendants les plus honorés, la position professionnelle du chef de ménage porte donc inévitablement l’empreinte de ses lignées, voire de ses alliances. Mais il s’ensuit, du même coup, que la profession de l’individu n’est que l’une des composantes d’une identité qu’elle peut certes venir conforter, mais qui prend appui sur un ensemble beaucoup plus large de ressources. Ressources patrimoniales, bien sûr, mais aussi ressources relationnelles et symboliques, qui contribuent d’ailleurs tout autant à ouvrir l’éventail des métiers accessibles qu’à délimiter l’horizon des métiers acceptables.

16C’est dire que la logique qui préside à l’inscription dans le Tout-Lyon est d’un autre ordre que celle qui inspire la production de la nomenclature nationale des catégories socio-professionnelles, ou son application à la population active lyonnaise. Au sein de chaque catégorie professionnelle, si prestigieuse soit-elle, l’annuaire découpe des sous-ensembles de taille variable, mais généralement très minoritaires. De plus, ces découpages ne consacrent pas uniquement, ni même principalement, l’éminence de la position ou l’éclat de la réussite que chaque individu a pu connaître dans l’exercice de son métier.

Les usages sociaux de l’annuaire

17C’est au cours de l’année 1894 qu’apparaît à Lyon un périodique dont le titre assume sereinement le petit paradoxe qui consiste à parer des vertus du « Tout » une infime partie de la société locale. Ce Tout-Lyon assure la chronique des soirées et autres activités qui ponctuent la vie mondaine des milieux les plus en vue de la cité. Comme beaucoup d’autres périodiques du même genre, cette publication participe du rapport ambigu que les couches dominantes entretiennent avec la mise en scène de leurs propres sociabilités. En les rendant visibles, elle en consacre l’éclat, mais sans pour autant les banaliser, puisqu’elle manifeste du même coup leur caractère privé, privatif, et donc inaccessible aux gens du commun.

  • 5 Sur l’histoire de ces annuaires, cf. C. CHARLE, Les Elites de la République, 1880-1900, Paris, Fay (...)

18Quant à l’annuaire du même nom, il ne fait son apparition qu’en 1902. Par sa forme et par ses fonctions, il est très comparable aux nombreux annuaires locaux qui, dans d’autres villes françaises, avaient souvent commencé leur carrière un peu plus tôt, dès les dernières décennies du XIXème siècle5.

19L’annuaire ne se substitue pas au périodique mondain qui l’avait historiquement précédé et qui continue de paraître. Des sociabilités de ce « Tout-Lyon », il ne dit rien par lui-même, mais il a bien pour vocation d’en favoriser la vitalité en fournissant un petit nombre d’informations signalétiques sur quelques milliers de familles. Ces dernières sont désormais en mesure de se situer mutuellement et d’entrer en contact par son intermédiaire, au-delà du cercle plus étroit des relations que tout un chacun entretient régulièrement avec sa parentèle, ses amis et ses réseaux d’interconnaissance. Telle est bien, encore aujourd’hui, la principale raison d’être de l’annuaire et de l’achat plus ou moins régulier que consentent ses souscripteurs, dont la plupart figurent eux-mêmes dans les éditions successives. Parmi les utilisations les plus souvent mentionnées au fil de quelques entretiens, on peut citer par exemple l’établissement de listes d’invitations pour un mariage, pour des fiançailles, pour une réception mondaine, ou encore pour l’organisation d’un rallye de jeunes. Peintre amateur, tel autre interviewé déclare tirer grand profit de ce répertoire pour constituer le public de ses expositions.

20Les personnes ainsi contactées ne sont généralement pas inconnues de celui qui leur fait signe, mais le Tout-Lyon est jugé plus commode que d’autres sources pour connaître ou mettre à jour leurs adresses. En particulier, il présente de nombreux avantages sur le banal annuaire téléphonique, puisqu’il évite l’exploration fastidieuse des communes de banlieue et les déconvenues de la liste rouge. De plus, l’indication des résidences secondaires facilite à divers titres des sociabilités qui jouent assez largement de cette multilocalité. Réduit à 4 ou 5000 notices, l’annuaire assure ainsi une présélection commode de personnes que l’on a toutes chances d’y trouver, que l’on connaît déjà au moins de façon indirecte, et avec lesquelles on souhaite entrer en relation ou renouer contact dans telle ou telle circonstance particulière.

  • 6 C’est bien dans cet ordre, et non seulement dans ces termes, que la double question a été énoncée (...)

21Inversement, l’annuaire peut aussi servir de préalable, voire de filtre, en vue d’un contact plus approfondi avec des personnes vis-à-vis desquelles l’interaction n’est encore que potentielle. La mention des titres, des cercles, de la profession, du nom de jeune fille de l’épouse, fournit des indications certes limitées, mais néanmoins utiles pour un premier repérage des positions occupées par tout un chacun dans la société locale. En particulier, l’annuaire semble avoir joué un certain rôle dans le contrôle des sociabilités enfantines. A en croire certains enquêtés, il permettait jadis à leurs parents de répondre à moindre frais, et sans manifester de curiosité intempestive, à la double question que ne pouvait manquer de susciter l’apparition d’un nouveau petit camarade de jeu : « comment est née sa mère et que fait son père ? »6. Les mêmes informateurs considèrent toutefois que cette pratique est devenue de nos jours bien obsolète. Ils se défendent en tout cas de la reprendre à leur compte vis-à-vis de leur propre progéniture... Mais peut-être en va-t-il autrement dans d’autres familles, du moins lorsqu’aux jeux de l’enfance se substituent ceux de l’amour et du hasard, plus lourds de conséquences.

22Instrument de relation, l’annuaire rend donc service tant à ceux qui l’utilisent qu’à ceux qui figurent dans ses pages. Les deux populations sont d’ailleurs, on l’a dit, très largement sécantes. Avoir sa notice dans l’annuaire, c’est accepter (et, d’ordinaire, souhaiter) que soit donnée une certaine visibilité aux quelques indications qui permettent à chacun d’être à la fois mieux « situé » et plus aisément accessible. Et si cette accessibilité peut être jugée souhaitable, c’est justement parce que l’annuaire, bien qu’en vente libre, n’est guère utilisé en pratique que par les milieux qui en forment la substance et pour lesquels il est fait.

23Les relations qui s’en trouvent ainsi facilitées ou réactivées ne sont d’ailleurs pas de pure sociabilité - si tant est que l’on puisse parler de « sociabilités pures », indépendamment des différents enjeux matériels ou symboliques qui donnent sens aux liens sociaux. La présence dans le Tout-Lyon peut même apporter, le cas échéant, d’évidents avantages professionnels. Tel n’est pas, bien entendu, l’objectif avoué ni la fonction principale de l’annuaire. Au contraire, ce dernier distingue soigneusement ses membres proprement dits des diverses « annexes » qui donnent, entre autres « informations utiles », quelques listes exhaustives de professions libérales et un éventail beaucoup plus sélectif de commerçants «recommandés ». Il reste que, dans tous les métiers où il importe de s’assurer la fidélité d’une clientèle de qualité, il peut y avoir avantage, pour l’homme de l’art, à marquer sa propre qualité en figurant dans le corps même du volume et non point seulement dans ses annexes.

  • 7 Sur les usages de la généalogie dans ces milieux, voir en particulier B. LE WITA, Mémoire familial (...)

24La présence dans l’annuaire peut donc constituer un enjeu, dont l’importance est évidemment très variable selon les origines, les trajectoires, les appartenances et les activités professionnelles de tout un chacun. Enjeu relationnel, mais peut-être aussi du même coup enjeu identitaire, engageant peu ou prou l’image de soi que l’on souhaite présenter à autrui et conforter à ses propres yeux. Aussi peut-on comprendre que le responsable de la publication, qui joue un rôle stratégique dans la régulation de ces enjeux, se trouve sollicité non seulement par des candidats à l’inscription, mais aussi par des personnes déjà inscrites qui interviennent au bénéfice de tiers. Cette capacité à agir en faveur d’autrui, qui est l’un des ressorts de la notabilité, prend en général des formes beaucoup plus systématiques et ritualisées quand il s’agit d’accéder à un club ou à un cercle. Ici, comme en convient l’éditeur, « parler de parrainage serait un bien grand mot ». La recommandation en bonne et due forme n’est pas indispensable, et toute candidature directe est recevable avec de bonnes chances de succès, si le solliciteur présente les qualités requises. On y reviendra plus loin. Mais il n’est pas exceptionnel que de nouvelles inscriptions résultent de l’intervention de membres de l’annuaire désireux de signaler telle ou telle lacune qu’il leur paraît opportun de combler. Bien entendu, ces « lacunes » font ordinairement partie du réseau de relations de l’intervenant, qui peut se trouver ainsi doublement valorisé si sa démarche est couronnée de succès. Il l’est d’abord aux yeux de l’impétrant, pour peu que ce dernier ait lui-même manifesté son désir d’être inscrit. Mais il peut aussi être valorisé de façon plus large et plus visible, lorsque le ou les nouveaux inscrits viennent étoffer la place accordée à sa propre parentèle dans les pages de l’annuaire. C’est ainsi par exemple que, d’une édition à la suivante, les notices consacrées à une même parentèle d’aristocrates passent subitement de 5 à 11, par adjonction de tout un rameau implanté à l’étranger depuis plusieurs générations. On pourrait relever bien d’autres illustrations, même si elles sont moins spectaculaires, de l’appoint qu’un annuaire de ce type peut apporter aux divers usages sociaux de la généalogie qui sont en vigueur dans les milieux de la grande bourgeoisie et de l’aristocratie7.

Qui est qui ? Individus, ménages, familles

25Si la dimension familiale et généalogique peut intervenir dans l’inscription de nouveaux membres, elle se manifeste déjà de façon plus immédiate et plus systématique dans la présentation même des notices. Sauf exceptions, ce sont bien en effet les informations concernant le groupe domestique et sa parentèle qui tiennent la plus grande place dans les quelques lignes consacrées à chaque ménage. Cette tendance s’est même nettement renforcée au fil des ans. On voit en effet apparaître par étape de nouvelles indications qui ont toutes pour objet d’identifier plus exactement le ménage pris dans son ensemble et les liens de parenté ou d’alliance qui l’unissent à d’autres ménages, plutôt que les caractéristiques appartenant en propre au seul chef de ménage.

26Au début du siècle, il n’est pas rare que les notices comportent seulement la mention « Untel (nom, prénom) et Mme », suivie des adresses principale et secondaire(s). Dans les éditions récentes, en revanche, le patronyme d’origine de l’épouse est toujours précisé.

27Et surtout, c’est à partir de 1950 que l’annuaire fait mention des enfants. Il indique au minimum leur prénom et, le cas échéant, le nouveau nom porté par les filles mariées, ou encore l’appartenance au clergé. L’innovation est présentée dans ces termes par la préface de l’année 1953 : « Nos éditions, nous le rappelons, comportent depuis quatre ans pour chaque famille l’indication de ses enfants, quel que soit leur âge, mariés ou célibataires, ou plus exactement de ses descendants ». Cette dernière précision a son importance : les enfants n’appartiennent pas seulement au couple qui les a engendrés, mais aussi aux lignées qui définissent plus largement, ou « plus exactement », la notion même de famille. Cette mise à jour de l’information doit aussi être entendue comme une mise à niveau de l’annuaire lui-même, dont apparaît mieux désormais la parenté avec le plus prestigieux de ses aînés : « Depuis nombre d’années, le Bottin Mondain de Paris et de toute la France porte ces renseignements familiaux qui permettent de suivre les filiations et serviront grandement, plus tard, les recherches généalogiques ».

28Une nouvelle étape est franchie lorsque, à partir des années 1960, une notice liminaire précise que les adresses des membres « sont classées par ordre alphabétique sauf pour les familles ayant présenté à la Direction du Tout-Lyon Annuaire une demande de classement par ordre généalogique ».

29A partir de la fin des années 1980, cette exception tend à devenir la règle : des signes typographiques appropriés identifient désormais les regroupements généalogiques, ainsi que les liens existant entre deux ou plusieurs branches d’une même famille. Acteur collectif, la famille étendue se voit ainsi reconnaître le droit d’ordonner la liste des ménages qui la composent en vertu de sa propre logique, et non de l’ordre plus arbitraire qui préside habituellement à la confection d’un annuaire.

30Le Tout-Lyon se présente donc avant tout, et de plus en plus, comme « un annuaire de familles ». La place qu’il accorde à l’élément féminin de ces familles n’en demeure pas moins fort ambiguë.

31Au fur et à mesure que la mention du nom de jeune fille de l’épouse se généralise, cette dernière sort de l’anonymat. Elle se trouve dès lors située par rapport à sa propre parentèle, et non plus comme simple membre du couple. Par son intermédiaire, le ménage qu’elle forme peut être qualifié non seulement par la brève notice qui lui est plus spécialement consacrée, mais aussi par la place que ce ménage occupe dans un réseau plus large de parenté et d’alliance. En tant que principale organisatrice des sociabilités privées du ménage, l’épouse est d’ailleurs bien souvent la première utilisatrice de l’annuaire. Elle joue aussi, semble-t-il, un rôle important dans les procédures d’inscription et dans l’actualisation des renseignements fournis à l’éditeur.

32D’autre part, on voit disparaître, à partir du début des années 60, la mention « MM. » qui précédait, pour chaque lettre de l’alphabet, la liste des membres concernés. Cette disposition typographique suggérait de façon par trop explicite que le chef de ménage ne pouvait normalement être que de sexe masculin.

  • 8 « Accéder au statut de chef de ménage » n’est d’ailleurs pas forcément, en l’occurrence, l’express (...)

33Il reste que, sauf exceptions rarissimes, les femmes ne sont guère présentes dans l’annuaire qu’à titre d’épouses, de filles ou de mères. La plupart du temps, ce n’est qu’à la suite du décès de leur mari qu’elles accèdent au statut de chef de ménage8. Les veuves sont d’ailleurs assez nombreuses, en raison de l’effet cumulé de l’inégale espérance de vie et des écarts d’âge entre les conjoints, plutôt plus élevés dans ces milieux que dans l’ensemble de la population nationale. Fort peu de notices sont consacrées à des femmes seules. Dans l’entre-deux guerres, il s’agit presque exclusivement de célibataires, à titre parfois provisoire, mais souvent définitif. Peut-être faut-il y voir, indépendamment des modalités de sélection propres à la source, l’effet du déséquilibre entre les sexes résultant de la Première Guerre mondiale. Dans les années récentes, on voit aussi apparaître quelques mères. Plutôt que de célibataires, il s’agit en général de divorcées non remariées, autant qu’on puisse en juger par recoupement avec des éditions antérieures permettant de connaître leur précédent statut matrimonial. Mais, au total, la part des femmes figurant en tant que telles à titre de chef de ménage demeure tout à fait négligeable, si l’on fait exception des veuves. Cette part est même en régression, passant de 2 % du total des notices en 1953 à un peu moins de 1 % en 1985. En d’autres termes, la population qui va être décrite présente, pour le statisticien, l’incontestable avantage d’une conformité presque parfaite à la définition la plus classique et la plus traditionnelle du « chef de ménage ».

34Les informations qui se rapportent plus particulièrement à chaque ménage ou à son chef sont, on l’a dit, assez peu nombreuses.

35L’annuaire indique toujours, au minimum, l’adresse précise du domicile principal et, quand il y a lieu, des autres résidences. Au fil du temps, d’autres mentions disparaissent au fur et à mesure que leur diffusion massive érode le prestige qui pouvait s’y attacher. Tel est par exemple le cas pour la possession d’une automobile, qui était signalée jusqu’à la fin des années 40 par une petite icône. Quant au numéro de téléphone, il subsiste bien entendu à titre d’élément d’accessibilité, mais perd l’icône qui en soulignait la rareté relative au début de ce siècle.

36Quelques informations disparaissent en revanche non parce que les pratiques qu’elles désignaient se sont banalisées, mais au contraire parce qu’elles sont progressivement tombées en désuétude. Tel est le cas, en particulier, pour les jours de réception de ces dames, dont l’indication ne survit guère à la fin des années 50.

37Beaucoup d’autres renseignements, qui conservent au cours des ans leur pouvoir de distinction, se maintiennent à peu près tels quels tout au long de la période (fonctions honorifiques, décorations, cercles, clubs, etc...). Ce maintien s’accompagne parfois d’une plus grande discrétion typographique : c’est ainsi que les titres nobiliaires, toujours signalés, ont cependant perdu aujourd’hui le bénéfice des couronnes ducales, comtales ou autres qui jadis en rehaussaient l’éclat.

38Quant à la profession, elle n’est mentionnée, de façon plus ou moins détaillée, que dans 40 % environ des cas. Ce pourcentage est à peu près constant d’une édition à l’autre depuis plusieurs décennies. Il est nettement plus élevé, comme on le verra par la suite, si l’on soumet les notices à un traitement longitudinal qui neutralise les effets du veuvage, des mentions tardives, et des cessations d’activité. Il reste que l’information sur ce point n’est que fort lacunaire, qu’elle est très inégalement présente selon les parentèles et selon les métiers exercés, et que cette variabilité témoigne justement du rôle ambigu que joue la profession tant comme critère de sélection des membres de l’annuaire que comme élément de leur identité sociale.

Qui fait quoi ? Le rôle ambigu de la profession

39« En principe, la profession ne devrait pas figurer dans l’annuaire ». A en juger sur la foi d’un petit nombre d’entretiens, ce propos du responsable de la publication semble volontiers repris par les personnes qui figurent dans ses pages, y compris, curieusement, lorsque leur propre notice fait bel et bien état du métier qu’elles exercent. D’aucuns vont même jusqu’à assurer, contre l’évidence des chiffres, qu’une telle information a un caractère exceptionnel, et ne concerne en fait qu’une toute petite minorité de notices.

40Affaire de discrétion ? Certes non, puisque l’annuaire fournit sur la plupart de ses membres d’autres indications qui, sans pour autant étaler au grand jour l’intimité des familles, touchent tout de même de beaucoup plus près à leur vie privée. Ces dénégations participent bien plutôt de la volonté, assez usuelle dans les familles les mieux « établies », de minorer le rôle que pourrait jouer la profession dans la désignation des appartenances et des identités. Tout métier a ses nouveaux riches, ses parvenus, et n’est donc pas un gage assuré de bonne naissance ni même de respectabilité. Inversement, la modestie (généralement toute relative) de la profession que tel ou tel est amené à exercer ne préjuge pas des autres qualités sociales dont il peut être doté, de préférence par héritage. La réussite professionnelle n’est donc ni nécessaire, ni suffisante, et il convient d’en relativiser l’importance si l’on tient à éviter les assimilations hâtives, qu’elles soient favorables ou défavorables à celui qui en fait l’objet. D’une certaine façon, c’est le statut de l’annuaire lui-même, et donc de ses membres, qui se trouverait déprécié si ce dernier donnait trop facilement prise à de telles assimilations.

Une page du Tout-Lyon Annuaire (édition de 1922)

Une page du Tout-Lyon Annuaire (édition de 1922)

41Au total, les mentions professionnelles que comporte malgré tout l’annuaire apparaissent comme le résultat de compromis. Ces compromis enregistrent la diversité des points de vue qui, au sein même de la population du Tout-Lyon, distinguent dans une certaine mesure ceux pour qui la profession va sans dire, ceux pour qui elle va mieux en la disant, et ceux pour qui il vaut encore mieux ne pas la dire. Sans parler de ceux, plus rares aujourd’hui qu’au début de ce siècle, qui pourraient s’honorer de n’avoir, sur le sujet, rien à dire.

42Ces compromis sont négociés avec le directeur de la publication, qui décide en dernier ressort de l’inscription des nouveaux membres, mais dispose aussi d’une certaine marge de manœuvre pour le libellé des professions ou des titres honorifiques. Il semble que les exigences les plus fortes en la matière émanent surtout de fonctionnaires et de membres de professions libérales. Face à ces exigences, les contraintes de l’éditeur sont de deux ordres. Elles sont d’abord financières : « certains ont dix ou vingt titres longs comme ça, et ils voudraient que nous les mettions tous. Ils nous ruineraient !...». D’autre part, l’éditeur tient fort naturellement à respecter l’esprit général de la publication qu’il dirige, et à assurer un minimum d’homogénéité dans la présentation des différentes notices. Soucieux de ne pas accorder une place démesurée à telle ou telle d’entre elles, il ne s’oppose cependant jamais à la mention d’un nombre raisonnable d’indications professionnelles ou para-professionnelles, du moment que ces dernières « font plaisir aux gens ».

43L’éditeur intervient donc dans le calibrage des informations disponibles en la matière. En revanche, la présence ou l’absence de ces informations traduit plutôt les choix opérés par les personnes et les familles elles-mêmes. On peut y voir, dans une large mesure, un indicateur de la place que ces dernières accordent à la profession dans la définition de leur identité, ou du moins de ce qu’elles jugent souhaitable d’en laisser transparaître dans les pages de l’annuaire.

44Indésirables en théorie, facultatifs en pratique, les renseignements concernant la profession n’en sont pas moins systématiquement demandés à tous ceux qui désirent figurer dans l’annuaire. Pour l’issue des candidatures, ces renseignements jouent toutefois un rôle très variable selon les atouts dont les postulants peuvent faire état par ailleurs.

45S’ils ont leurs parents dans l’annuaire, la candidature qu’ils présentent directement ou par l’intermédiaire de ces derniers fait l’objet d’un agrément quasi automatique. Les renseignements demandés ne servent alors que pour les archives de l’éditeur et, en accord avec l’intéressé, pour la rédaction de sa notice. En dehors de ce cas de figure particulièrement clair, le candidat peut mobiliser, ou simplement invoquer, des réseaux de recommandation plus ou moins diffus qui, même en l’absence d’une intervention en bonne et due forme, tirent leur efficacité de la notoriété de sa famille, de la présence d’un membre de sa parentèle dans des éditions même anciennes de l’annuaire, de son appartenance aux cercles les plus prestigieux, etc... Au bout du compte, beaucoup de candidats peuvent ainsi être situés au moins de façon indirecte par leur interlocuteur, qui a une connaissance fort approfondie de la bonne société locale et se trouve lui-même au carrefour de très nombreux réseaux.

46Restent les autres cas, où le solliciteur n’est pas aussi facilement identifiable par sa parentèle ou ses relations. Certains atouts n’en demeurent pas moins décisifs, comme par exemple la possession d’une particule de noblesse ou, mieux encore, d’un titre nobiliaire. Il n’est d’ailleurs pas rare que, dans cette hypothèse, on se trouve ramené du même coup à l’un des cas précédents.

47L’issue de la candidature est en revanche plus incertaine lorsqu’elle se fonde essentiellement sur la nature du métier exercé. C’est ainsi que la qualité de gros commerçant, de cadre supérieur ou même d’industriel ne saurait suffire à elle seule. De nombreux candidats ont, par le passé, essuyé plusieurs refus successifs avant d’être définitivement découragés. En revanche, les candidatures présentées par des médecins, des notaires ou des avocats ont de bien meilleures chances de succès, en raison de la présomption de notabilité qui est volontiers associée à l’exercice des professions libérales les plus prestigieuses. En l’absence d’autres informations qui pourraient se révéler préjudiciables au candidat, son inscription ne fait guère alors de difficultés.

48D’autre part, soucieuse de voir figurer dans ses volumes « les personnalités les plus marquantes de la ville », la direction de l’annuaire peut aussi se trouver, plus exceptionnellement, en position de solliciteur. Il y a ainsi quelques personnalités « inscrites d’office », si elles n’ont pas pris de leur côté l’initiative de se manifester. Mais leur nombre est des plus limités. Citons par exemple le préfet, le cardinal et le maire, mais non les députés ou sénateurs, qui ne sont pas systématiquement contactés et ne figurent dans le Tout-Lyon que s’ils le désirent. C’est seulement dans les annexes que l’on trouve la liste des principaux élus locaux et des hauts fonctionnaires des différentes administrations. En revanche, l’annuaire incorpore à ses membres proprement dits les directeurs régionaux des banques les plus importantes. Ces dernières sont d’ailleurs des clientes régulières du Tout-Lyon, qui leur procure divers renseignements utiles pour l’entretien de leurs relations d’affaires et leur connaissance des milieux locaux.

49Ce traitement différentiel des professions n’est donc pas sans incidences sur la composition de la population retenue par l’annuaire, et en particulier sur les conditions de filtrage et d’agrégation des nouveaux venus au fil des ans. La sélection des notices et la nature des renseignements figurant dans chacune d’elles sont le résultat d’un processus d’ajustement entre les attentes des candidats et les catégories de jugement mises en œuvre par l’éditeur. Les arbitrages que ce dernier opère se fondent en définitive sur un système implicite d’équivalences entre les diverses propriétés caractérisant les candidats. Certains atouts suffisent, d’autres fournissent un appoint précieux, d’autres enfin, telle la profession, n’ont qu’une capacité très inégale à compenser l’absence d’autres ressources. L’inscription des nouveaux membres est donc commandée par les termes selon lesquels s’établit, à un moment donné, cette convertibilité relative entre divers types de ressources.

50Ce faisant, l’éditeur mobilise des catégories de jugement qui ne lui sont pas propres, mais sont aussi, dans une très large mesure, celles d’un milieu qu’il connaît bien, auquel il appartient, et qui forme à la fois la substance et la principale clientèle de sa publication. On peut certes analyser ce processus de sélection comme un ajustement entre d’une part une offre de « publication » et de «visibilité » et, de l’autre, les demandes de ceux qui désirent bénéficier de ce service. Mais cette logique de marché se trouve très étroitement articulée à un fonctionnement en réseau qui l’englobe, la régule et lui donne sens. En priorité, l’agrégation des nouvelles notices repose sur du lien social, des jeux de reconnaissances croisées, et de l’histoire accumulée.

51Socialement préconstruite en vertu de critères de sélection qui ne doivent rien à l’intervention du chercheur, la population découpée par l’annuaire est donc, dans une certaine mesure, auto-définie. Les souscripteurs s’y retrouvent, ou du moins s’attendent à s’y retrouver entre soi. Gardien et gestionnaire de ces attentes, l’éditeur joue un rôle décisif dans le filtrage des flux d’entrée qui s’incorporent progressivement au stock et qui, du même coup, se trouvent peu ou prou dotés des qualités qui, collectivement, peuvent être prêtées à ce stock.

52Il convient néanmoins de se demander dans quelle mesure et de quelle manière cette régulation des flux peut conduire tout de même à modifier à la marge les caractéristiques de l’ensemble, et à redéfinir de ce fait le jeu des similitudes et des différences entre les individus. En considérant les choses du point de vue des propriétés des individus, et non des relations de toute nature qui peuvent les unir, quel est le degré de consistance présenté par la population statistique que ces individus constituent à eux tous ? Cette question sera traitée dans les chapitres suivants du double point de vue de la résidence et de la profession. Mais une première caractéristique se manifeste de façon beaucoup plus immédiate : il s’agit de la fécondité généralement très forte de la population ainsi sélectionnée.

Une fécondité exceptionnelle

53Après avoir rappelé que l’annuaire comporte désormais la mention des enfants, la préface de l’édition de 1953 poursuit : « Nous avons eu la satisfaction de constater que nos souscripteurs ont grandement apprécié cette innovation que nous poursuivons avec d’autant plus d’intérêt qu’elle précise le nombre important de familles nombreuses que comporte la haute société lyonnaise ». Sur ce point au moins, l’image que se donne d’elle-même cette « haute société » est parfaitement conforme à l’observation.

54Il n’est pas facile d’évaluer la fécondité d’un milieu social à partir d’une source de ce type. Bien évidemment, la descendance finale ne peut être appréciée que pour les générations les plus anciennes. Comme l’âge des femmes n’est pas plus indiqué que celui de leurs maris, ces générations ne peuvent être identifiées avec précision, d’autant plus que l’âge auquel les individus s’inscrivent pour la première fois dans l’annuaire peut varier significativement en fonction des caractéristiques et des trajectoires de tout un chacun. Pour la même raison, il est hors de question de calculer un indice synthétique mesurant, même de façon approximative, le taux moyen de fécondité pour une période donnée. Ce calcul est d’autant moins imaginable que les femmes seraient rarement saisies au début de leur vie féconde. Il est fréquent, en effet, que la descendance soit déjà en grande partie constituée au moment où le ménage fait son entrée dans l’annuaire.

55On s’en tiendra donc à deux indicateurs un peu moins satisfaisants : d’un côté, le nombre moyen d’enfants mentionnés dans une édition donnée ; de l’autre, la descendance finale de cohortes définies par leur date d’apparition dans la source.

56Pour l’ensemble des 4470 notices que comporte l’édition de 1985, le nombre moyen d’enfants s’élève à 3,42.

  • 9 Données extraites de l’article de G. CALOT et M. DEVILLE, « Nuptialité et fécondité selon le milie (...)
  • 10 Enquête Famille de 1975, chiffres cités dans Données sociales 1984, INSEE, p. 416.

57En tant que tel, ce chiffre brut est considérable, quelles que soient les catégories sociales et les périodes de référence retenues à titre de comparaison, du moins depuis le début du siècle. Rappelons par exemple que, pour les générations féminines nées entre 1892 et 1916, le nombre moyen d’enfants par famille complète est de 2,29 pour l’ensemble de la population française. Il n’est que de 2,09 pour les couples dont le mari est industriel ou gros commerçant, et de 2,00 si ce dernier est cadre supérieur ou exerce une profession libérale9. Cette première période de référence n’est certes pertinente que pour les ménages les plus âgés de l’édition de 1985. La remontée de la natalité, qui s’amorce dès la génération 1896, se poursuit pendant plus de trente ans. Elle culmine avec la génération des femmes nées en 1931, dont le nombre moyen d’enfants atteint 2,64 pour l’ensemble de la France. Puis la tendance s’infléchit de nouveau à la baisse, bien que la descendance finale ne puisse être qu’extrapolée pour les générations les plus récentes. Mais, dans tous les cas de figure, le chiffre brut calculé sur l’édition de 1985 du Tout-Lyon apparaît très supérieur à tous ceux qui peuvent être observés à l’échelle nationale pour les catégories socio-professionnelles les plus fréquemment représentées dans cette petite population. Cela reste vrai même en s’en tenant aux hypothèses les plus favorables (générations féminines nées entre 1910 et 1929, femmes titulaires de diplômes universitaires). Sous ces deux conditions fort restrictives, le nombre final d’enfants n’est encore en France que de 2,68 lorsque le mari est cadre supérieur ou membre d’une profession libérale, et de 2,35 s’il est patron de l’industrie ou du commerce10. Seuls les ménages de salariés agricoles dont la femme est dépourvue de tout diplôme atteignent le chiffre record de 3,46 enfants...

  • 11 Ph. ARIÈS, Histoire des populations françaises, Paris, Editions du Seuil, 1971.

58On sait que les moyennes relevées pour chaque groupe socioprofessionnel doivent être modulées de multiples manières en fonction de la région, de la taille de la commune de résidence, de la pratique religieuse et de bien d’autres discriminants mis en évidence par les grandes enquêtes nationales. On sait aussi que d’importants écarts peuvent apparaître par rapport aux moyennes nationales quand on circonscrit le champ d’observation à des milieux plus restreints qui souvent se singularisent, entre autres choses, par leurs « attitudes devant la vie », pour reprendre l’expression de Philippe Ariès11. Tel semble bien être le cas pour les familles représentées dans l’annuaire. Prises globalement, et indépendamment de toute autre considération qui pourrait les distinguer ou les différencier, toujours est-il qu’elles marquent collectivement leur spécificité par un niveau de fécondité particulièrement élevé.

  • 12 M. SAINT-ROMAIN, Une famille consulaire lyonnaise de l’Ancien Régime à la IIIème République : les (...)
  • 13 J.-L. PINOL, Les mobilités de la grande ville : Lyon fin XIXème - début XXème, Paris, PPSH/Presses (...)
  • 14 Voir sur ce point l’étude de D. LANDES, « Religion and Enterprise : the Case of the French Textile (...)

59Ces observations rejoignent celles qui ont été faites pour des périodes plus anciennes, tant sur le cas particulier des descendants d’une famille consulaire12 que, de façon plus systématique, à partir de l’examen de deux cohortes successives d’électeurs lyonnais13. Au demeurant, il ne s’agit nullement d’une singularité locale. Cette importante fécondité se retrouve par exemple dans les familles bourgeoises du Nord de la France14, dont certaines sont d’ailleurs alliées depuis longtemps à des familles lyonnaises.

60Comme souvent en matière de fécondité, les explications qui peuvent être invoquées sont multiples, incertaines, et la source utilisée ici ne permet guère à elle seule de conforter le bien-fondé de telle ou telle interprétation particulière. Notons d’abord que l’on recense au fil des pages de l’annuaire un nombre relativement élevé d’enfants qui sont prêtres ou religieux, ce qui tendrait à confirmer les liens privilégiés que ce milieu, ou du moins certaines de ses composantes, entretient avec la religion catholique. Le seul fait que ces mentions soient portées dans les notices pourrait d’ailleurs être tenu pour un indicateur supplémentaire d’attitudes et de valeurs plus ou moins partagées par les membres de l’annuaire.

  • 15 Sur tous ces points, on se reportera notamment à l’analyse d’Alain GIRARD, dont on ne citera ici q (...)

61En second lieu, les familles représentées dans le Tout-Lyon sont souvent caractérisées, comme on le verra ci-dessous de façon plus détaillée, par une forte stabilité tant sociale que géographique. Or on sait que cette stabilité n’est pas sans effets sur la fécondité, quel que soit d’ailleurs le milieu social considéré. Ce lien de cause à effet résulte lui-même de l’imbrication de multiples déterminants interreliés : homogamie sociale et géographique, durée des unions, attitudes des deux conjoints face à la procréation, attitudes et comportement de leurs parentèles respectives vis-à-vis de la formation du nouveau couple et de sa progéniture15, etc...

  • 16 Comme on l’indiquera de façon plus précise dans la partie suivante, les traitements statistiques m (...)

On peut d’ailleurs extraire de l’annuaire quelques données statistiques qui paraissent bien aller dans le sens de cette thèse. Au sein d’une population qui, dans son ensemble, peut être considérée comme fort peu mobile, il est raisonnable de supposer que la stabilité des lignées et l’homogamie des conjoints sont plus particulièrement marquées lorsque le père et le beau-père de l’intéressé figurent eux-mêmes dans l’annuaire. Pour comparer ce qui est comparable, on s’en tiendra à la sous-population des ménages (célibataires exclus) inscrits entre 1957 et 1985. Avant cette période, on observe encore quelques lacunes dans la mention des enfants, décidée certes à partir de 1950, mais qui ne se généralise en pratique qu’au bout de quelques années. Or cette information est indispensable non seulement pour dénombrer la descendance de chaque couple, mais aussi pour repérer avec certitude ses propres ascendants. Pour l’ensemble de cette sous-population, le nombre moyen d’enfants est de 3,18. Il s’élève en revanche à 3,33 si l’on considère seulement les ménages dont à la fois les pères et les beaux-pères ont fait eux aussi l’objet d’une notice dans le Tout-Lyon. Il est certes difficile de dire jusqu’à quel point, et en quel sens exact, ce critère peut être tenu pour un indicateur pertinent de plus forte stabilité intergénérationnelle et de plus forte homogamie. Il reste que les effectifs pris en compte16 sont suffisants pour que cet écart de fécondité, quoique minime, soit jugé significatif.
On notera que ces deux valeurs sont, l’une comme l’autre, inférieures au chiffre de 3,42 observé sur l’ensemble de l’édition de 1985. Cela vient en grande partie de ce que le calcul a exclu par définition les générations les plus anciennes, dont la fécondité est un peu plus élevée. En outre, les ménages nouvellement inscrits à partir de 1957 ne figurent pas tous dans l’édition de 1985. Or le nombre moyen d’enfants est sensiblement plus faible chez ceux qui ne sont recensés que pendant une courte période, et disparaissent de l’annuaire au bout de cinq ou dix ans. Peut-être arrive-t-il, dans un petit nombre de ces cas, que les descendances ne soient pas encore complètement constituées au moment où ces ménages quittent prématurément l’annuaire. Mais on peut aussi voir, dans cet écart de fécondité, un indice de la liaison probable entre le temps de présence dans l’annuaire, le degré de proximité du ménage aux milieux sociaux que l’annuaire identifie plus particulièrement, et les comportements qui prévalent au sein de ces milieux en matière de fécondité.

62Les effets de la tradition catholique, de la stabilité et de l’homogamie pourraient être tout aussi bien invoqués pour des milieux sociaux fort différents. Mais ils se combinent ici avec d’autres facteurs qui jouent plus particulièrement dans le cas des familles bourgeoises.

63Tout d’abord, même si l’aisance matérielle n’a pas en soi d’effets automatiques sur le niveau de fécondité, toujours est-il qu elle limite le poids des contraintes qui peuvent a contrario s’imposer à d’autres couples pour le logement et l’éducation de leurs enfants.

64Et surtout, la transmission d’un statut familial qui prend appui sur des ressources abondantes et variées est moins propice au développement des attitudes malthusiennes qui s’observent au contraire avec beaucoup plus de régularité chez les ménages fortement impliqués dans un projet d’ascension sociale ou d’intégration. Définis en termes de reconduction plus que de promotion, les enjeux intergénérationnels n’imposent pas aussi directement aux familles bourgeoises de concentrer leurs investissements matériels et éducatifs sur un nombre limité d’héritiers qui seraient porteurs de toutes leurs espérances. Les inconvénients entraînés par la fragmentation du patrimoine économique trouvent ici leur contrepartie dans les ressources indivises que peut apporter par ailleurs une nombreuse progéniture. Les enfants sont, en tant que tels, une richesse. Pris séparément, chacun peut certes comporter un risque de déclassement. Pris tous ensemble, ils sont une chance de perpétuation du statut de la lignée. Grâce à eux, la famille préserve, au delà des aléas de chaque destin individuel, sa capacité future à se maintenir collectivement au sein de larges réseaux de parenté, d’alliances et d’interconnaissance. Ces réseaux lui sont un adjuvant précieux non seulement pour entretenir les sociabilités qui confortent sa place dans la société locale, mais aussi pour transmettre, au moins à quelques-uns de ses membres, l’éminence des positions professionnelles sans lesquelles le nom seul finirait, au fil des générations, par ne plus suffire.

  • 17 F. de SINGLY et C. THÉLOT, Ascendance et formes de vie, Archives et documents no 115, INSEE, octob (...)

65La fécondité souvent très élevée des familles du Tout-Lyon s’éclaire donc à la lumière de multiples déterminants qui tout à la fois contribuent à qualifier collectivement ces familles en tant que milieu, et à rendre compte au moins partiellement de leurs « attitudes devant la vie ». Certains de ces déterminants peuvent d’ailleurs être mis en évidence d’une façon plus générale par les enquêtes nationales, ne serait-ce qu’en affinant les découpages socio-professionnels. Ainsi en est-il, par exemple, des effets imputables à la stabilité sociale de la lignée. François de Singly et Claude Thélot l’ont fort bien montré en différenciant selon leurs ascendances les cadres supérieurs français âgés de 40 à 59 ans en 197717. Alors que le nombre moyen d’enfants est de 2,4 pour l’ensemble de l’échantillon, il passe à 2,7 pour ceux qui sont fils de cadres supérieurs, et peut atteindre 3,2 pour certaines lignées comportant, de surcroît, un grand-père lui-même cadre supérieur. On voit cependant que, même dans l’hypothèse la plus favorable, les partitions les plus fines qui puissent être opérées en suivant la logique des seules nomenclatures socio-professionnelles aboutissent à des chiffres qui demeurent encore en retrait par rapport à ceux observés pour le milieu concret étudié ici.

  • 18 O. LEWANDOWSKI, article cité, p. 55.

66Du point de vue professionnel, ce dernier est pourtant plus composite que chacune des sous-populations fictives produites par le statisticien. Dans un très large mesure, ses principes de cohérence, sinon de cohésion, sont d’un tout autre ordre. En matière de fécondité, ils lui confèrent une originalité qui ressort également, mais de façon beaucoup moins nette, lorsqu’on privilégie le seul critère de l’excellence individuelle qui s’attache plus exactement à la notion d’élite. Dans l’édition de 1969-70 du Who’s Who in France, la part des chefs de ménage ayant quatre enfants ou plus est de 25 %, et même de 30 % si l’on s’en tient à ceux qui appartiennent au monde des affaires18. Ces proportions sont importantes, mais demeurent cependant très inférieures aux 44 % observés pour le Tout-Lyon de 1985 (cf. page suivante graphique 1).

67Dans quelle mesure les valeurs moyennes et les distributions calculées sur une édition de cet annuaire peuvent-elles être tenues pour un indicateur fiable qui décrirait, de façon plus large, le régime de fécondité en vigueur dans l’ensemble du milieu local au sein duquel ont été sélectionnés la plupart des individus ? La réponse doit être nuancée.

68A certains égards, on peut considérer que le mode de calcul qui a été retenu tend à minorer la fécondité de ce milieu. C’est vrai, d’abord, parce que le chiffre brut de 3,42 enfants vaut pour l’ensemble des notices, quel que soit le statut matrimonial des personnes recensées.

GRAPHIQUE 1. Pour l’ensemble des notices figurant dans l’annuaire du Tout-Lyon en 1985, répartition des ménages en fonction du nombre d’enfants que chacun d’eux mentionne dans cette édition.

GRAPHIQUE 1. Pour l’ensemble des notices figurant dans l’annuaire du Tout-Lyon en 1985, répartition des ménages en fonction du nombre d’enfants que chacun d’eux mentionne dans cette édition.

Il aurait pu paraître plus normal d’exclure d’emblée les célibataires, certes peu nombreux, mais qui représentent tout de même 3,13 % des notices figurant dans l’édition de 1985. Déduction faite de ces derniers, le nouvel indice s’établit à 3,53 enfants en moyenne par ménage. Il faut cependant reconnaître que la source ne permet pas d’identifier avec précision les célibataires. Par décision de méthode, on a défini comme tels tous les individus qui figurent seuls, et pour lesquels il n’est donc jamais fait mention d’enfants ou de conjoint, ni en 1985 ni dans les éditions antérieures. La procédure exclut donc sans difficulté les veuves, qui sont toujours désignées par le nom de leur ancien mari. Elle permet aussi, en principe, d’éliminer les veufs et les divorcé(e)s sans enfants, à condition toutefois que ces modifications du statut matrimonial soient intervenues postérieurement à l’inscription dans l’annuaire. En revanche, elle ne discrimine pas les quelques mères célibataires, ni d’ailleurs les personnes mariées sans enfants qui, pour une raison ou pour une autre, n’auraient pas jugé bon de faire mention de leur conjoint. On voit donc que la nouvelle mesure comporte à son tour une part d’artifice, sans pour autant modifier de façon très sensible l’évaluation de la fécondité moyenne de cette population.

69Le mode de calcul sous-estime par ailleurs la fécondité des ménages les plus récemment entrés dans l’annuaire, pour peu que leur descendance ne soit pas complète en 1985. Là encore, cependant, la correction qu’il conviendrait d’apporter n’est sans doute pas de grande ampleur, du moins si l’on s’intéresse à l’ensemble du stock plutôt qu’à ces cohortes les plus jeunes. A comparer les éditions successives, on constate que, dans la plupart des cas, les fratries sont déjà constituées pour l’essentiel quand le ménage fait son apparition, ce qui donne d’ailleurs une information indirecte sur l’âge auquel se fait habituellement cette entrée. Il ne s’agit pour ainsi dire jamais de personnes situées au tout début de leur vie adulte.

70Il reste que c’est seulement sur une période relativement courte que la fécondité peut être appréciée de façon satisfaisante, si bien que l’on ne peut guère se faire une idée des évolutions sur un très long terme. Avant 1950, les enfants ne sont pas indiqués. Jusqu’au milieu des années 50, les informations demeurent lacunaires, quoique de plus en plus fiables. Et, pour les ménages inscrits à partir des années 80, quelques nouvelles naissances sont encore possibles. A l’intérieur de cet intervalle d’une trentaine d’années, la source enregistre, comme on pouvait s’y attendre, un certain recul de la fécondité. Celui-ci ne revêt cependant qu’une ampleur limitée, même si l’on compare deux cohortes successives plutôt que les variations de l’indicateur instantané calculé sur chaque édition.

Considérons d’abord le sous-ensemble des ménages (« célibataires » exclus) qui, déjà présents dans l’annuaire en 1953, y figurent sans interruption jusqu’en 1985. En s’en tenant à un sondage au 1/4, l’échantillon ainsi obtenu comporte 397 ménages, qui feront dans les parties suivantes l’objet d’un examen spécifique étant donné la longueur de la période d’observation qu’ils autorisent. Il est certes impossible d’apprécier le degré de dispersion des âges entre les individus concernés. On sait seulement que leurs notices apparaissent pour la première fois au début des années 50 (très rarement avant), et que la plupart sont déjà mariés et pères de plusieurs enfants à ce moment-là. Comme l’un au moins des conjoints est encore inscrit dans l’annuaire plus de 30 ans après, on peut donc considérer que ces ménages appartiennent approximativement à une même génération, née pour l’essentiel au cours de la deuxième décennie de ce siècle. Pour ces 397 ménages, le nombre moyen d’enfants est de 3,83. Bien entendu, il s’agit de descendances « finales », du moins autant qu’on puisse en juger par la source : les enfants ont été comptabilisés non au moment de l’apparition du ménage, mais à partir de l’édition de 1985, pour tenir compte des quelques nouvelles naissances enregistrées au cours de la période. Précisons que les notices conservent la mention des enfants décédés. Comparons ces résultats à ceux observés pour les ménages nouvellement inscrits entre 1966 et 1975, toujours en excluant ceux qui ont été classés comme célibataires. Calculé sur l’édition de 1985, c’est-à-dire 10 ans au moins après leur entrée, le nombre moyen d’enfants de ces ménages est de 3,31. Le chiffre est plus faible, mais demeure très important. Là encore, il ne se réfère qu’à une quasi-cohorte, qui comporte une certaine variance dans la distribution des âges. Mais on peut raisonnablement considérer que cette cohorte est, dans son ensemble, décalée d’une bonne vingtaine d’années par rapport à la précédente. Dans un intervalle qui est à peu près de l’ordre d’une génération, la fécondité a donc connu un tassement réel, mais relativement limité. Ce sont surtout les familles très nombreuses (10 enfants et plus) qui finissent par disparaître presque complètement.

71A d’autres égards, on pourrait estimer à l’inverse que toutes les données qui viennent d’être commentées tendent plutôt à majorer quelque peu le niveau de fécondité imputable, au delà d’un échantillon de ménages, au milieu plus large d’où ils sont issus et dont ils ne représentent qu’une sélection.

72Tout d’abord, il n’est pas certain que l’évaluation qui a été faite de la descendance finale coïncide exactement avec la définition qui en est habituellement donnée par les enquêtes nationales. Les chiffres nationaux qui ont été rappelés à titre de comparaison pour certaines catégories socio-professionnelles se rapportent en effet uniquement aux « familles complètes », c’est-à-dire aux enfants nés au cours du premier mariage de la femme, et avant le 45ème anniversaire de celle-ci. D’un côté, la descendance finale ainsi calculée néglige certes les familles « incomplètes » et donc, en principe plus réduites. Mais, en revanche, elle exclut les remariages. Or ces derniers peuvent accroître le nombre d’enfants imputables à un ménage si, comme l’a fait ici, on définit le « ménage » par la permanence de son chef (et donc de la notice qui lui correspond) sans tenir compte de l’éventuelle pluralité des unions qu’il a successivement contractées. Autant qu’on puisse en juger, les divorces et les remariages semblent ici relativement rares, même dans les éditions récentes. Il n’est d’ailleurs pas impossible que la source, par ses procédures mêmes de sélection ou d’auto-élimination, en ait minoré l’importance réelle au sein du milieu concerné. Quelques notices conservent cependant la trace de ces événements familiaux, en précisant que telle fraction d’une fratrie est issue du premier mariage de Monsieur avec Madame, née Untel, les enfants suivants étant ceux de l’actuelle épouse. Dans de tels cas, seule la première fratrie a été en principe comptabilisée dans le calcul du nombre d’enfants. Mais rien n’assure que ces précisions ont été fournies par tous les ménages qui seraient théoriquement concernés.

  • 19 Pour les hommes actifs âgés de 35 à 54 ans, le taux de célibat était en 1981 de 6 % pour les cadre (...)

73De même, la question des célibataires est ambiguë, indépendamment des petits problèmes techniques posés par leur identification. En tant que tels, ils doivent certes être exclus des mesures de la descendance. Il est cependant légitime de prendre en considération la part relative qu’ils occupent au sein d’un milieu donné dès lors qu’on s’intéresse aux attitudes devant la vie qui prévalent dans ce milieu. Si l’on s’en tient aux notices du Tout-Lyon, leur présence apparaît bien modeste, le pourcentage de 3 % étant nettement inférieur à ceux observés sur la population nationale pour des groupes socio-professionnels comparables19. Le pourcentage est d’ailleurs encore plus faible si l’on adopte un point de vue longitudinal qui tient compte de l’évolution du statut matrimonial des inscrits au cours du temps. Mais rien n’assure que l’annuaire, en raison des usages sociaux qui lui donnent sens et qui fondent le désir d’y figurer, ne minimise pas peu ou prou la part relative de ceux qui, au sein de ce milieu, sont dans une position sinon plus isolée, du moins plus « égoïste » au sens proprement durkheimien du terme.

74Le raisonnement sur les célibataires vaut d’ailleurs tout aussi bien, a contrario, pour les familles nombreuses. L’ampleur de la descendance n’est-elle pas dans une certaine mesure une pièce favorable à verser au dossier d’une candidature, ou du moins une raison supplémentaire de vouloir figurer dans l’annuaire, de s’y maintenir jusqu’à son décès, et même de s’y perpétuer par le truchement de sa postérité ?

75De plus, l’avantage objectivement accordé aux candidats dont les parents sont déjà présents dans les pages de l’annuaire n’a-t-il pas induit peu à peu, au fil des ans, un renforcement de la prépondérance des familles nombreuses, qui en seraient ainsi venues à occuper une place encore plus affirmée que dans les premières années de la publication ?

Quelques hypothèses

76En raison de son niveau particulièrement élevé, l’indice mesurant la fécondité moyenne des familles du Tout-Lyon peut donc être considéré comme un attribut collectif qui suggère à lui seul l’existence d’un milieu relativement spécifique. Ce trait distinctif fait d’ailleurs partie intégrante de l’image que ce milieu se donne de lui-même, et que l’annuaire contribue à mettre en scène tant dans ses préfaces que dans le corps de ses notices.

77Inversement, les écarts à la fécondité moyenne seront utilisés plus loin, en association avec d’autres discriminants, pour mieux apprécier le degré d’homogénéité ou, au contraire, de diversité que peut manifester ce milieu quand on en analyse plus précisément la structure.

78Mais d’un autre côté, comme on vient de le dire, ces considérations démographiques ne sont sans doute pas dépourvues d’incidences sur les probabilités mêmes d’inscription et de maintien dans l’annuaire, et donc sur les rapports que cette base de données entretient avec le milieu plus large d’où elle est extraite. A plusieurs égards, la question de la fécondité est donc centrale dès lors qu’on cherche à savoir de qui au juste parle l’annuaire, et qu’on s’interroge sur ce que « représentent » en définitive les quelques milliers de notices recensées dans chaque édition.

79Pour les raisons évoquées plus haut, la prépondérance des familles nombreuses pourrait laisser présumer non seulement la relative homogénéité de la population de l’annuaire, mais aussi sa forte continuité intergénérationnelle. Mais la démographie de cette population n’est pas seule en cause. Rien n’interdit de faire l’hypothèse inverse, et de considérer au contraire que le Tout-Lyon n’a cessé depuis 1902 d’incorporer progressivement dans ses pages de nouvelles familles accédant à la notabilité locale par les canaux les plus divers, et d’autant plus désireuses de figurer dans l’annuaire et de s’y maintenir qu’elles pouvaient y voir un moyen de conforter une appartenance sociale convoitée, mais encore incertaine. A l’exception des milieux aristocratiques pour lesquels la transmission du nom suffit en principe à garantir et à circonscrire la reconduction du statut familial, les élites urbaines se sont nourries en permanence de nouveaux apports. Au gré des transformations générales de l’économie et de l’évolution des opportunités locales se sont redéfinis les rôles respectifs de la rente, du profit et du talent, ainsi que les places occupées par tout un chacun dans le système des activités, la hiérarchie des fortunes et l’échelle du prestige. A l’évolution des systèmes productifs se sont en outre surimposés les bouleversements induits par les deux conflits mondiaux qui, à des titres divers, ont eu leurs effets spécifiques sur l’émergence de nouvelles élites et le déclassement relatif de certains groupes ou de certaines familles.

  • 20 « Comment se reconnaître d’ailleurs dans la multiplication des hommes et des familles ? C’est le t (...)

80Les annuaires locaux ne peuvent manquer de porter l’empreinte de ces évolutions, mais les modalités selon lesquelles ils les enregistrent sont incertaines, car ils se trouvent à la croisée de logiques diverses et, pour partie, contradictoires. D’un côté, l’entrée dans un annuaire de ce type peut représenter un enjeu plus particulièrement affirmé pour ceux qui, en raison de leur trajectoire ascendante et de leurs stratégies d’intégration, y cherchent les signes et quelques moyens supplémentaires de reconnaissance sociale. Mais, à l’inverse, l’annuaire peut tout aussi bien constituer, pour les couches les plus anciennement ancrées dans la bourgeoisie locale, un moyen de se compter, d’affirmer une identité qui tend à se brouiller, et de préserver leur distance face aux nouveaux venus, nouveaux riches et nouvelles élites. On peut même faire l’hypothèse que cette attitude conservatoire, pour ne pas dire conservatrice, représente un enjeu d’autant plus important pour les familles qui seraient les plus directement menacées par ce renouvellement des élites locales20.

81Sur le long terme, tout va donc dépendre de la manière dont l’annuaire se fait l’écho de ces évolutions et de ces enjeux contradictoires. Les arbitrages ponctuels opérés lors de chaque nouvelle inscription produisent au total des effets d’agrégation qui peuvent tendre, selon les cas, plutôt à la perpétuation des familles initialement dominantes, ou plutôt au contraire à l’incorporation progressive de nouvelles individualités qui feront souche à leur tour dans les éditions ultérieures par le biais de leur descendance.

82Ces différents scénarios possibles ne sont pas sans incidence sur la signification qu’il convient d’accorder aux observations diachroniques autorisées par ce type de source.

83Dans la première hypothèse, c’est la continuité intergénérationnelle qui prime, et qui confère l’essentiel de sa consistance au milieu étudié. Les successions d’états et d’événements consignés par l’annuaire retraceront bien alors, sur longue période, le devenir d’un groupe de familles unies d’une génération à l’autre par de nombreux liens de filiation, d’alliance et de parenté. Rien n’assure en revanche que, au bout de deux ou trois générations, ces familles occupent encore dans l’espace socio-économique local une position comparable à celle qui caractérisait jadis les ascendants. Pris dans sa propre logique de sélection, le destin de l’annuaire pourrait ainsi connaître une certaine « dérive » qui ne permettrait pas d’en faire un observatoire pertinent pour une histoire des couches dominantes de la société lyonnaise, sauf à supposer que cette histoire est elle-même dominée par des processus de reproduction à l’identique.

84Inversement, si l’annuaire accompagne plus ou moins le mouvement de redistribution partielle des positions dominantes sur longue période, les comparaisons temporelles prennent alors un autre sens : elles ne renseignent plus seulement sur le devenir d’un milieu, mais aussi sur les modalités et les rythmes de son renouvellement.

85Qu’en est-il exactement dans le cas du Tout-Lyon ? Comme les prénoms des enfants ne sont indiqués que depuis 1950, il est difficile de savoir avec précision comment le recrutement des inscrits a évolué avant cette date. Un certain nombre de patronymes s’éteignent, d’autres font leur apparition, mais beaucoup de nouvelles notices paraissent plutôt traduire la reconduction ou la consolidation de familles déjà présentes dès les toutes premières éditions. Toutefois la source ne permet pas encore d’apprécier les liens de parenté exacts, ni de discriminer les simples homonymes.

86Pour la période récente, en revanche, les informations disponibles autorisent un constat beaucoup plus net. Dans un peu plus de 70 % des cas, les chefs de ménage recensés en 1985 ont au moins un père ou un beau-père qui figure lui-même dans l’annuaire, ou y a figuré dans une édition antérieure. On compte d’ailleurs près de 20 % de couples pour lesquels ce sont les parents des deux conjoints qui se trouvent mentionnés. Les pourcentages sont un peu inférieurs (respectivement : 67 % et 16 %) si l’on prend comme population de référence non pas les notices de l’édition de 1985, mais l’ensemble des flux d’entrée qui interviennent au cours des trois dernières décennies. Il ne faut cependant pas y voir le signe d’une ouverture un peu plus large aux « nouveaux venus ». En effet, ce dénombrement prend en compte des personnes dont la durée de présence dans l’annuaire est inégale, et qui ne se retrouvent pas toutes dans l’édition de 1985. Or la durée de présence est sensiblement plus élevée chez ceux qui ont un ou plusieurs parents dans l’annuaire. Leur poids relatif est donc plus important dans les coupes transversales que dans les effectifs cumulés des flux d’entrée successifs. On peut d’ailleurs voir dans cet écart une confirmation supplémentaire de la liaison déjà évoquée plus haut entre la stabilité au sein de l’annuaire et le degré de proximité des individus aux milieux que ce dernier privilégie par ses modes de recrutement.

87La notion de « nouveaux venus » est d’ailleurs toute relative. En effet, l’indicateur de proximité que l’on utilise ici est particulièrement restrictif, puisqu’il ne prend en compte que les filiations directes de parent à enfant. Si l’on étendait un peu plus le champ de la parenté, c’est probablement plus de 9 membres sur 10 qui se trouveraient ainsi reliés d’une façon ou d’une autre à de larges constellations. En généralisant le raisonnement, on pourrait montrer que chaque grappe ainsi identifiée à partir d’une notice se trouve plus ou moins reliée de proche en proche à la plupart des autres. Un traitement systématique de ces configurations permettrait d’en repérer les structures, et d’apprécier également la taille de l’isolat démographique à l’intérieur duquel se détermine dans la plupart des cas le choix du conjoint.

88Inversement, les liaisons de gendre à beau-père n’ont pas forcément la même signification que celles qui unissent le fils au père, car l’alliance matrimoniale peut constituer l’un des vecteurs d’intégration de nouveaux venus au sein de familles déjà bien représentées dans l’annuaire. Mais, envisagé sur plusieurs générations, ce processus d’intégration tend à se consolider, puisqu’il a justement pour effet (et souvent aussi pour objectif) d’apparenter à ces anciennes familles la descendance issue des deux conjoints.

  • 21 L’importance des mariages consanguins et des renchaînements d’alliance, que l’on observe d’ailleur (...)

89Favorisée, comme on l’a dit, par sa stabilité et par son endogamie, la forte fécondité de ce milieu contribue en retour à les conforter, en multipliant les occasions d’alliances au sein d’un petit nombre de familles distribuées sur un territoire restreint. Cette proximité géographique, ainsi que la capacité des couches aisées à maîtriser les distances parfois imposées par les carrières professionnelles, renforcent encore les autres facteurs prédisposant à l’interconnaissance et à l’intermariage. Les unions entre cousins ne sont pas rares, de même que les renchaînements d’alliances entre deux fratries21.

90Sur plus de 80 ans, le devenir de l’annuaire n’est cependant pas dominé par un processus purement endogène qui aboutirait à sa quasi-confiscation par les seules familles nombreuses. D’une génération à l’autre, certaines d’entre elles renforcent effectivement leur visibilité. Mais d’autres, tout aussi fécondes, se contentent de maintenir leur part relative. Pour d’autres enfin, on voit même régresser très sensiblement au fil des ans le nombre des notices qui leur sont consacrées.

Il est bien difficile d’avoir une vue d’ensemble des mécanismes qui commandent cette divergence des évolutions sur longue période, et de leur signification au regard des destins individuels et familiaux. Autant qu’on puisse en juger sur la base de quelques entretiens, les facteurs qui doivent être pris en compte sont multiples, et très variables selon les cas d’espèces. Il ne fait aucun doute que, pour un certain nombre d’individus, la décision de ne pas figurer à leur tour dans les pages de l’annuaire traduit bien leur relatif éloignement vis-à-vis du milieu que ce dernier représente, sans pour autant qu’on doive nécessairement parler de véritable déclassement. Tel interviewé, par exemple, met très directement en rapport les différences d’attitudes de ses enfants avec leurs positions professionnelles respectives, les appartenances de leurs conjoints, et les modes de sociabilités adoptés par chacun des jeunes ménages. D’un côté, un métier en vue et un mariage brillant ont fait que l’inscription de l’un des fils allait de soi. En revanche, la « petite situation » occupée par un autre de ses fils après des études de philosophie, et son union avec « une jeune fille très bien, d’ailleurs très pratiquante », mais peu encline aux sociabilités mondaines, n’ont guère incité ce ménage à conforter à son tour la visibilité de la lignée dans une publication dont, pour son propre compte, il n’avait nullement l’usage. Les destins professionnels ne sont d’ailleurs pas seuls en cause, et les décisions prises par les individus peuvent tenir à des considérations fort diverses, quelles que soient les positions que ceux-ci occupent au sein de la société locale. C’est ainsi que, sur les six fils d’un soyeux lyonnais, tous à la tête de diverses entreprises de l’industrie textile, deux seulement figurent à titre personnel dans les volumes du Tout-Lyon. A statut professionnel comparable, l’inscription dans l’annuaire peut être jugée tantôt inutile ou désuète, tantôt superflue parce que redondante avec d’autres éléments de visibilité. Inversement, d’autres peuvent souhaiter s’inscrire tantôt pour sacrifier à la tradition familiale et entériner sa continuité, tantôt au contraire pour tenter de préserver une identité, un réseau de relations et des signes d’appartenance qu’une moindre réussite individuelle risque par ailleurs de déstabiliser.
De même, les effets de la dispersion géographique sont incertains. Les parcours professionnels, les mariages exogames, les migrations consécutives à la cessation d’activité, peuvent distendre les liens avec le milieu d’origine et faire que le ménage, et surtout ses descendants, finissent par disparaître des pages de l’annuaire. Inversement, d’autres tiennent à préserver ces liens en dépit de leur éloignement. Certains prennent même le soin de confirmer à l’éditeur toute l’importance qu’ils attachent, plus que jamais, aux appartenances locales que l’annuaire consacre et à l’accessibilité qu’il continue de rendre possible par delà les obstacles de la distance.

91Au total, la démographie des notices du Tout-Lyon entretient un rapport incertain avec la démographie des familles concernées. Dans une certaine mesure, la dynamique de cette population préconstruite reflète celle des milieux locaux au sein desquels elle est prélevée. Mais, à l’intérieur de ces milieux, elle ne touche qu’un sous-ensemble dont la configuration évolutive résulte de compromis entre les logiques proprement familiales et des logiques sociales, voire professionnelles. Les nouvelles inscriptions, les durées de présence et les sorties hors de la source obéissent à des règles et à des rythmes propres, qui jouent à l’intersection des biographies individuelles, des systèmes de parenté, des réseaux d’interconnaissance et des appartenances sociales. En tant que telle, une fécondité élevée accroît les chances objectives de perpétuation de la lignée dans les éditions successives du Tout-Lyon. Mais le processus n’a rien d’automatique, puisqu’il est très rare que tous les membres d’une même fratrie figurent à leur tour dans l’annuaire. Par définition, ce dernier ne permet pas de repérer les profils de ceux qui, à chaque génération, se trouvent ainsi éliminés. En particulier, on ne saurait en tirer des conclusions assurées quant à la nature des rapports que ces personnes non répertoriées entretiennent avec la « haute société » à laquelle le Tout-Lyon ouvre ses pages. Il reste que la continuité intergénérationnelle est suffisamment présente pour donner sens aux approches longitudinales. Inversement, la sélection différentielle qui, au fil des générations, assigne des destins variables à chaque famille et à chaque fratrie autorise une analyse comparative de ces divergences, et permet d’apprécier des évolutions qui ne sont nullement la simple réplique de la démographie des familles.

92Sur plus de 80 ans, le nombre de notices ne fluctue d’ailleurs que dans des limites assez restreintes, comprises entre 4000 et un peu plus de 5000. Le taux de rotation du stock, qui est en moyenne de l’ordre de 2 % par an pour les dernières décennies, assure une certaine place aux « nouveaux venus », du moins dans la définition relative qui en a été donnée ci-dessus. A mi-chemin entre un annuaire généalogique placé sous le signe de la reproduction, et un Bottin des élites qui s’attacherait à en retracer fidèlement la « circulation », le Tout-Lyon participe simultanément de ces deux logiques. La dimension familiale y est fort présente, mais elle compose avec des principes de sélection ou d’auto-sélection traduisant peu ou prou les appartenances qui, au fil du temps, qualifient et redéfinissent la position sociale des individus et de leurs constellations familiales.

  • 22 Comme par exemple le Qui est-ce ? Dictionnaire des Lyonnais d’aujourd’hui, qui ne connaît qu’une s (...)

93En tant que tel, l’annuaire n’a connu localement que des concurrents éphémères22. On peut dès lors faire l’hypothèse que les milieux qui forment sa substance et sa principale clientèle ne se limitent pas à un simple clan qui serait lui-même en compétition plus ou moins ouverte avec d’autres clans ou d’autres fractions de la bourgeoisie locale. C’est donc bien, vraisemblablement, sur l’ensemble des composantes de ce milieu - ou de ces milieux - que l’annuaire fournit, à travers ses inscrits, un petit nombre d’informations signalétiques susceptibles de traitements statistiques.

94La prochaine partie sera consacrée à une analyse détaillée des localisations résidentielles qui, comme les taux de fécondité, confèrent une originalité très marquée à cette population. Puis on combinera ces critères de fécondité et de localisation avec d’autres caractéristiques afin d’apprécier plus exactement les proximités et les distances qui structurent cet ensemble de ménages et les constellations familiales auxquelles chacun d’eux se rattache.

Notes

1 O. LEWANDOWSKI, « Différenciation et mécanismes d’intégration de la classe dirigeante. L’image sociale de l’élite d’après le Who’s Who in France », Revue française de sociologie, vol. XV, Paris, 1974.

2 Préface de l’édition de 1953.

3 « On ne saurait mieux caractériser différentiellement ceux qui ont changé de secteur qu’en disant qu’il s’agit plutôt de fils de cadres supérieurs, ayant un niveau scolaire élevé, nés en province et habitant Paris » (O. LEWANDOWSKI, art. cit., p. 66). Sur les élites d’origine provinciale et sur leurs parcours scolaires et professionnels, on peut également se reporter à A. GIRARD, La Réussite sociale en France, Paris, Presses universitaires de France, 1961, et, plus récemment, à P. BOURDIEU, La Noblesse d’Etat. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Editions de Minuit, 1989.

4 Préface à l’édition de 1957.

5 Sur l’histoire de ces annuaires, cf. C. CHARLE, Les Elites de la République, 1880-1900, Paris, Fayard, 1987.

6 C’est bien dans cet ordre, et non seulement dans ces termes, que la double question a été énoncée par plusieurs de nos interlocuteurs.

7 Sur les usages de la généalogie dans ces milieux, voir en particulier B. LE WITA, Mémoire familiale et mémoire généalogique dans quelques familles de la bourgeoisie parisienne, Rapport multigraphié pour le Ministère de la Culture (Mission du patrimoine ethnologique), Paris, septembre 1983, et aussi, du même auteur, Ni vue, ni connue. Approche ethnographique de la culture bourgeoise, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1988.

8 « Accéder au statut de chef de ménage » n’est d’ailleurs pas forcément, en l’occurrence, l’expression la plus appropriée. Elle se calque sur la réalité comptable décrite par le statisticien, mais fait fi des représentations individuelles ou collectives qui peuvent prévaloir dans une famille, voire dans l’ensemble d’un milieu. Si l’individu n’est à certains égards qu’un moment dans la suite des générations qui le précèdent et lui survivent, on peut considérer à l’inverse qu’il a marqué, pour l’éternité, la place qui fut la sienne dans cette large constellation de parentés et d’alliances dont chaque famille entretient la mémoire. Il est souvent arrivé, semble-t-il, que des veuves aient manifesté le désir que leur défunt mari continue à figurer dans la notice du ménage. La direction du Tout-Lyon n’a cependant pas jugé bon d’accéder à ces requêtes, pas plus qu’à celles présentées par quelques veufs au bénéfice de leurs défuntes épouses.

9 Données extraites de l’article de G. CALOT et M. DEVILLE, « Nuptialité et fécondité selon le milieu socio-culturel », Economie et statistique no 27, INSEE, 1971.

10 Enquête Famille de 1975, chiffres cités dans Données sociales 1984, INSEE, p. 416.

11 Ph. ARIÈS, Histoire des populations françaises, Paris, Editions du Seuil, 1971.

12 M. SAINT-ROMAIN, Une famille consulaire lyonnaise de l’Ancien Régime à la IIIème République : les Brac. Racines, Alliances, Fortune, tome 2, Généalogie, Lyon, 1979.

13 J.-L. PINOL, Les mobilités de la grande ville : Lyon fin XIXème - début XXème, Paris, PPSH/Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1991.

14 Voir sur ce point l’étude de D. LANDES, « Religion and Enterprise : the Case of the French Textile Industry », in E. CARTER, R. FORSTER, J. MOODY, Enterprise and Entrepreneurs in Nineteenth and Twentieth Century France, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1976. Cf. aussi B. LE WITA, op. cit.

15 Sur tous ces points, on se reportera notamment à l’analyse d’Alain GIRARD, dont on ne citera ici qu’un court extrait : « Les deux familles entre lesquelles intervient une alliance sont d’autant mieux disposées à l’égard de cette alliance, qu’elles sont plus proches. La société ratifie les unions d’autant plus aisément, semble-t-il, qu’elles se font entre personnes du même milieu. Une cérémonie officielle de fiançailles est alors plus fréquente, de même qu’un mariage religieux après le mariage civil. La plus grande similitude entre époux se rencontre en effet davantage dans les milieux où les traditions sont les plus fortes. C’est peut-être la raison pour laquelle la fécondité des couples augmente très sensiblement avec la similitude des époux. La distance entre conjoints, indice d’une plus grande mobilité, aussi bien géographique que sociale de l’un et de l’autre, n’est pas favorable à une fécondité élevée » (Le Choix du conjoint, troisième édition, Paris, INED/PUF, 1981, citation p. 182).

16 Comme on l’indiquera de façon plus précise dans la partie suivante, les traitements statistiques mettant en jeu plusieurs générations ont été effectués non sur la liste exhaustive des membres de l’annuaire, mais à partir d’un sondage au 1/4. Les calculs portent donc sur 687 nouveaux ménages inscrits. Pour 155 d’entre eux, les parents des deux conjoints figuraient eux aussi dans l’annuaire.

17 F. de SINGLY et C. THÉLOT, Ascendance et formes de vie, Archives et documents no 115, INSEE, octobre 1984. Les données proviennent de l’enquête Formation Qualification Profession réalisée par l’INSEE en 1977.

18 O. LEWANDOWSKI, article cité, p. 55.

19 Pour les hommes actifs âgés de 35 à 54 ans, le taux de célibat était en 1981 de 6 % pour les cadres supérieurs et professions libérales, et de 7 % pour les patrons de l’industrie et du commerce (Source : enquête Emploi de l’INSEE, chiffres cités dans Données sociales 1984, INSEE, p. 410). De plus, on compte un nombre appréciable de membres du clergé parmi les notices du Tout-Lyon consacrées à des célibataires.

20 « Comment se reconnaître d’ailleurs dans la multiplication des hommes et des familles ? C’est le temps des annuaires qui commencent à répertorier les notables en attendant le Who’s Who ; voilà le nouveau moyen de retrouver les siens, dans cette crise d’identité des bourgeoisies sans cesse renouvelées, et surtout au lendemain de la guerre de 1914-1918. Elle resserre donc - surtout parmi ses couches en perte de vitesse - ses signes d’identité culturelle » (Y. LEQUIN, « Classes et luttes sociales », in Histoire de la France urbaine, tome IV, Paris, Editions du Seuil, 1983, citation p. 497).

21 L’importance des mariages consanguins et des renchaînements d’alliance, que l’on observe d’ailleurs tout aussi bien dans d’autres milieux, et en particulier au sein de la paysannerie, a été mise en évidence par plusieurs études consacrées à la grande bourgeoisie et à l’aristocratie. Cf. notamment B. LE WITA, Mémoire familiale et mémoire généalogique dans quelques familles de la bourgeoisie parisienne, op. cit.

22 Comme par exemple le Qui est-ce ? Dictionnaire des Lyonnais d’aujourd’hui, qui ne connaît qu’une seule parution en 1938. Quant aux annuaires nationaux (Who’s Who in France, Bottin mondain ou autres), dans lesquels on retrouve d’ailleurs un certain nombre de membres du Tout-Lyon, ils ne peuvent être considérés comme de véritables concurrents de cet annuaire local, puisqu’ils s’en distinguent tant par leur population de référence que par leurs critères de sélection. On verra cependant plus loin que quelques familles de vieille noblesse tirent argument de leur présence dans les annuaires aristocratiques les plus sélectifs pour décliner l’offre qui leur est faite de figurer simultanément dans les pages du Tout-Lyon.

Table des illustrations

Titre Une page du Tout-Lyon Annuaire (édition de 1922)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8769/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre GRAPHIQUE 1. Pour l’ensemble des notices figurant dans l’annuaire du Tout-Lyon en 1985, répartition des ménages en fonction du nombre d’enfants que chacun d’eux mentionne dans cette édition.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8769/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search