Version classiqueVersion mobile

Quand le Tout-Lyon se compte…

 | 
Yves Grafmeyer

Avant-propos

Texte intégral

1Depuis 1902, le Tout-Lyon Annuaire consacre une brève notice à chacune des quelques milliers de personnes qui figurent dans les éditions annuelles de sa « liste mondaine ». Comment caractériser d'un mot cette petite population ? Quel nom commun conviendrait le mieux, ou le moins mal, pour nommer cette collection de noms propres ? « Familles lyonnaises », « haute société de Lyon », « vieilles familles de notre cité », « personnalités marquantes de la ville » : au fil de leurs préfaces successives, les éditeurs de l’annuaire hésitent eux-mêmes entre ces différentes manières de qualifier collectivement les personnes et les familles qu’ils rassemblent dans leur publication. Le sociologue et l’historien parleront-ils plutôt de bourgeoisie locale, d’élites urbaines, de couches dominantes ? Quelles continuités, quelles évolutions peut-on observer dans les professions exercées, dans le jeu des alliances, dans les lieux de résidence, et aussi dans le recrutement des nouveaux inscrits ? C’est à ces questions que l’on s’est efforcé de répondre en faisant en quelque sorte les comptes d’un annuaire qui donne régulièrement à ces familles du « Tout-Lyon », depuis le début du siècle, les moyens de se repérer et de se compter.

2Toute ville est faite de tensions entre le cosmopolitisme et l’enracinement, entre la mobilité et la pérennité, entre l’efflorescence de nouvelles forces vives et la mémoire longue inscrite dans les paysages, les institutions et les êtres. L’exploration de cette mémoire présente un intérêt tout particulier pour une ville comme Lyon, moins cosmopolite que d’autres grandes cités, et notamment que la capitale parisienne. Non certes que son histoire ne soit pas faite de constants apports d’hommes, d’idées et de richesses qui ont en retour nourri son rayonnemment. Mais ces apports ont fécondé, et non pas submergé, une tradition citadine faite de références culturelles partagées, de réseaux sociaux souvent très actifs, et d’une certaine idée de la ville.

3Etudier les élites lyonnaises est donc aussi une manière de lier Lyon à sa propre histoire, pour autant que les individualités tenues pour appartenant à ces « élites » sont elles-mêmes prises dans la trame de lignées familiales et de réseaux locaux. En rattachant ainsi les individus aux familles et aux milieux dans lesquels s’inscrit le cours de leur existence, on porte du même coup un autre regard sur les grandes forces économiques et sociales qui concourent à orienter le destin de la cité. A la logique du capital et de l’entreprise se surimpose celle de l’héritage et de la circulation des patrimoines. Au jeu du marché du travail réglant la distribution des compétences entre les différents champs professionnels, s’adjoint l’effet propre des traditions, des ressources et des dispositions transmises par le milieu familal. De même, les logiques foncières, qui régissent avec tant de force la répartition des groupes sociaux dans l’espace, ne prennent tout leur sens qu’à la condition d’examiner, pour chaque ville particulière, comment les couches dominantes ont marqué de leur empreinte les sites urbains les plus valorisés.

  • 1 « Il n’y a pas de mystère si, dans le champ social, ce qui fait l'objet du savoir le mieux constit (...)

4En définitive, ce sont peut-être bien ces phénomènes de génération, de parenté et d’alliance qui fournissent l’un des substrats les plus assurés et les plus constants pour l’intelligence du monde social1. A tout le moins, ils désignent un point de passage obligé, fût-ce à travers le simple repérage statistique, pour l’analyse des multiples constellations de personnes qui dessinent, prises toutes ensemble, les traits singuliers de chaque société urbaine.

  • 2 Voir en particulier :
    - M. GARDEN, Lyon et les Lyonnais au XVIIIème siècle, Paris, Flammarion, 1975(...)
  • 3 Cf. notamment J. BOUVIER, « Une dynastie d’affaire lyonnaise au XIXème siècle : les Bonnardel », i (...)
  • 4 Y. LEQUIN, Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, Presses universitaires de Lyon, (...)
  • 5 B. BENSOUSSAN et H. POMMIER, Soierie : artisans et métiers, Lyon, CNRS, 1991.

5Les travaux ne manquent pas qui, sur le cas lyonnais, se sont montrés attentifs à la dimension familiale, ou même généalogique, des divers groupes ou catégories de population découpés par le regard classificatoire du chercheur. Certains de ces travaux ont envisagé la société lyonnaise dans toutes ses composantes, pour une période donnée de son histoire2. D’autres se sont davantage centrés sur un milieu professionnel spécifique, tel par exemple que le patronat3, les ouvriers4, ou les artisans en soierie5. Souvent, l’exploration des liens de filiation et d’alliance imposait aux auteurs une investigation patiente et difficile, puisqu’il leur fallait bien s’attacher à repérer et recomposer des informations éparses qui ne se livraient en aucune façon sous la forme de « données » immédiatement utilisables.

6Le cas des couches dominantes se présente, à cet égard, sous un jour relativement favorable, en raison même de l’importance que les familles bourgeoises et aristocratiques accordent d’ordinaire à leur mémoire généalogique et aux atouts que cette mémoire représente dans la gestion de leurs sociabilités. De surcroît, un fréquent recours à l’écrit leur permet à la fois de fixer la tradition orale, et d’élargir leur savoir sur leur propre parentèle en lui conférant une plus grande profondeur historique.

  • 6 Cf. par exemple M. SAINT-ROMAIN, O. ZELLER et al., Une famille consulaire lyonnaise de l’Ancien Ré (...)

7En règle générale, ces documents demeurent d’ordre privé, tels les nombreux « papiers de famille » qui se transmettent de génération en génération et qui souvent prennent l’ampleur de véritables récits fondateurs de la lignée. Parfois, à la faveur du regain d’intérêt que connaît actuellement la curiosité généalogique dans l’ensemble de notre société, le recensement systématique des descendants issus d’un lointain ancêtre commun peut aussi donner matière, sinon à publicité, du moins à publication6.

8A leur façon, les annuaires qui ont fait leur apparition dans beaucoup de grandes villes françaises dès la deuxième moitié du XIXème siècle témoignaient déjà de l’importance revêtue par la dimension familiale dans la définition de l’identité bourgeoise. Certes, l’investigation proprement généalogique n’y est pas aussi affirmée ni aussi exclusive que dans les documents établis par une famille particulière sur ses propres origines. Mais c’est peut-être bien, justement, parce que les appartenances familiales y composent avec d’autres éléments du statut que ces annuaires représentent, à bien des égards, une voie d’accès privilégiée pour l’histoire des élites citadines. « Elites », si l’on veut, pour autant que la présence dans l’annuaire traduise la position sociale, voire professionnelle, occupée en propre par l’individu à qui est consacrée une notice. Mais, comme l’ancienneté et la notoriété de la famille jouent souvent un rôle au moins aussi décisif que les réussites individuelles dans les critères d’inscription, un annuaire tel que le Tout-Lyon fournit aussi, plus largement, des bases précieuses pour l’étude de milieux que l’on n’aurait guère de chances de repérer comme tels en partant d’une nomenclature de catégories professionnelles.

9En d’autres termes, l’annuaire découpe au sein de la société locale un sous-ensemble dont la sélection fait référence à une multiplicité de déterminants. Ce découpage opère en définitive d’une façon assez analogue aux croisements multi-critères que l’historien ou le sociologue s’efforcent à leur tour de gérer lorsqu’ils ne se satisfont ni de la seule profession, ni du patrimoine, ni du lieu de résidence, ni des origines familiales, pour cerner les contours de ces milieux locaux. La population agrégée dans les pages du Tout-Lyon témoigne d’un jeu local de qualifications et de reconnaissances croisées qui se déploie bien, lui aussi, sur de nombreux registres. Mais elle présente l’intérêt d’être produite non par les choix classificateurs et comptables du chercheur, mais par un processus social complexe qui joue à l’intersection des logiques familiales, des mérites individuels, et des sociabilités.

10Certes, l’inscription dans l’annuaire obéit, dans une certaine mesure, à ses règles propres. Elle fait entrer en ligne de compte les catégories de jugement du responsable de la publication. De plus, elle représente un enjeu d’importance très variable selon les individus ou, de façon plus collective, selon les diverses composantes de la bourgeoisie et de l’aristocratie locales. Il sera donc nécessaire de préciser, avant toutes choses, les fonctions que l’annuaire remplit, les usages sociaux qui lui assurent une clientèle et, partant, les conditions de production de cette population socialement préconstruite.

11Les informations consignées dans chacune des 4000 à 5000 notices sont peu nombreuses. Elles permettront cependant de caractériser, dans un deuxième temps, les traits les plus typiques de cette population, notamment en matière de fécondité et de résidence. Puis on combinera ces critères de fécondité et de localisation avec les autres informations retenues par le Tout-Lyon Annuaire, afin d’apprécier plus exactement les proximités et les distances qui structurent cet ensemble d’individus et de familles.

12La période couverte par les traitements statistiques s’étend de 1914 à 1985. Toutefois, certaines analyses ne concernent que les trois dernières décennies, car la mention des enfants, donnée évidemment essentielle, n’apparaît qu’au début des années 1950.

13Pour les années postérieures à 1985, une mise à jour de l’étude ferait apparaître des évolutions contrastées. D’un côté, le mode de regroupement et de présentation des notices souligne plus que jamais l’importance d’une dimension familiale, voire généalogique, qui n’avait cessé de s’affirmer au fil des éditions successives de l’annuaire. D’un autre côté, le nombre total des notices s’est enrichi en quelques années de plus de mille unités. Cette inflexion brutale est sans nul doute signe du succès de la publication. Mais elle invite aussi à s’interroger sur ses implications exactes en matière de continuité, ou au contraire de renouvellement, des milieux et des individualités pour lesquels l’inscription dans un tel annuaire est susceptible de représenter, aujourd’hui, un enjeu significatif. Pour centrer l’étude sur un matériau relativement homogène, on s’est donc limité ici à la période antérieure à 1986, période marquée pendant plusieurs décennies par une assez grande stabilité des effectifs, et par des taux de rotation à la fois faibles et réguliers.

14Prioritairement définie par référence à l’espace social d’une ville de province et à la place qu’elle y occupe, la population de l’annuaire tire de cet ancrage territorial une bonne part de sa consistance et aussi, dans une certaine mesure, de ses particularités. D’un côté, en effet, c’est bien cette articulation privilégiée à un territoire, à une économie et à une société locales qui conforte en permanence la densité de l’interconnaissance et de l’intermariage. D’un autre côté, la configuration de ces milieux est du même coup le produit d’une histoire dont ils ne sont pas les seuls acteurs, et qui a bien au contraire largement commandé les continuités, les reconversions et, en définitive, tout le faisceau des propriétés individuelles et collectives qui en dessinent la physionomie.

  • 7 Je tiens à remercier tout particulièrement Monsieur René Cottet, qui a pendant longtemps présidé a (...)

15L’étude qui va suivre a pris le parti de s’en tenir aux informations contenues dans une seule et unique source statistique. Du coup, les entretiens et les échanges amicaux qui ont grandement contribué à faire parler cette source s’effaceront inévitablement devant la sécheresse des chiffres7. D’autre part, les évolutions sociodémographiques dont l’annuaire conserve la trace risquent d’apparaître ici comme le fruit de processus endogènes à un groupe social, alors qu’elles ne prennent évidemment tout leur sens qu’en relation avec cette histoire générale d’une économie, d’une société et d’un espace. Cette double illusion d’optique ne pourra se dissiper que si l’on veut bien considérer les résultats qui vont être présentés comme une première étape en vue d’une investigation plus étoffée.

Notes

1 « Il n’y a pas de mystère si, dans le champ social, ce qui fait l'objet du savoir le mieux constitué est ce qui se développe à partir de caractéristiques individuelles aisément isolables et composables dès que leur enregistrement est possible. (...) L’alliance et la filiation, ou le mariage et la parenté, ont été et sont encore des chapitres privilégiés pour entrer dans la compréhension du social » (J. LAUTMAN, préface à Sociologie basique, par E. Coiffier, Y. Crozet, D. Dehoux-Grafmeyer, F. Faure, J.F. Renaud, Paris, Nathan, 1990, citation p. 9).

2 Voir en particulier :
- M. GARDEN, Lyon et les Lyonnais au XVIIIème siècle, Paris, Flammarion, 1975
- P. LÉON, Géographie de la fortune et structures sociales à Lyon au XIXème siècle, 1815-1914, Lyon, Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1974
- J. -L. PINOL, Les Mobilités de la grande ville : Lyon fin XIXème - début XXème, Paris, PPSH / Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1991.

3 Cf. notamment J. BOUVIER, « Une dynastie d’affaire lyonnaise au XIXème siècle : les Bonnardel », in J. BOUVIER, Histoire économique et histoire sociale, Genève, Droz, 1968 ; ou encore P. CAYEZ, Crises et croissance de l’industrie lyonnaise, 1850-1900, Lyon, CNRS, 1980.

4 Y. LEQUIN, Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1977, 2 vol.

5 B. BENSOUSSAN et H. POMMIER, Soierie : artisans et métiers, Lyon, CNRS, 1991.

6 Cf. par exemple M. SAINT-ROMAIN, O. ZELLER et al., Une famille consulaire lyonnaise de l’Ancien Régime à la IIIème République : les Brac. Racines, Alliances, Fortune, 3 volumes.

7 Je tiens à remercier tout particulièrement Monsieur René Cottet, qui a pendant longtemps présidé aux destinées du Tout-Lyon Annuaire, pour le long et riche entretien qu'il a eu l’amabilité de m’accorder [Y.G.].

© Presses universitaires de Lyon, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search