Version classiqueVersion mobile

Habiter Lyon

 | 
Yves Grafmeyer

Conclusion

Texte intégral

1Habiter Lyon ?... “La ville est à l’homme civilisé ce que la maison est au paysan”, énonçait Robert Park en reprenant un mot de Spengler. De fait, la “maison" perd pour le citadin cette richesse de sens qui lui faisait désigner, dans certains contextes ruraux traditionnels, tout à la fois l'habitat, la famille, et les moyens d’existence. Pris dans des appartenances multiples et dans des réseaux d’interconnaissance localisés en grande partie hors du quartier, les résidants mettent en pratique des manières d’habiter qui s’ajustent certes à celles de leurs voisins, mais portent aussi l’empreinte de leur propre histoire, et de leur mode de présence dans la ville.

2Aussi l’immeuble (ou le “logement”) ne représente-t-il qu'un des niveaux d’observation de structures objectives et de relations interpersonnelles qui mettent en jeu les multiples échelles de la société urbaine. S’il constitue bien une structure forte, il ne peut être crédité pour autant d’une quelconque préséance sur d’autres unités significatives qui se révèlent au moins aussi pertinentes pour l’intelligence des processus de peuplement, des perceptions mutuelles et des formes de sociabilité. Les contrastes entre les façades et les cours intérieures, les particularités des segments de rue et des îlots, leurs places respectives dans l’ensemble du quartier, sont autant de configurations matérielles qui ne prennent elles-mêmes sens que dans leur combinaison avec les régimes juridiques d’occupation, les filières d’accès aux logements et les qualités sociales des ménages qui les occupent. Ainsi s'inscrivent dans les lieux des dispositifs régulateurs et des ensembles de relations à géométrie variable. Ces dispositifs sont inégalement contraignants, et inégalement porteurs de sens, selon les ressources et les attentes des habitants. Et c’est bien à l’aune de ces ressources et de ces attentes qu’a pu être appréciée la signification que revêtait pour chaque habitant sa présence dans tel appartement ou dans tel quartier à un moment donné de son itinéraire.

3C’est pourquoi l’on s’est intéressé non seulement à des individus ou à des ménages atomisés dans leurs logements respectifs, mais aussi à des constellations familiales et à des domaines d’activité professionnelle susceptibles le cas échéant de former localement des milieux, et de marquer de leur empreinte telle ou telle portion de l’espace résidentiel lyonnais. Choisis de manière à ne pas être par trop emblématiques des “beaux quartiers”, les trois sites retenus font néanmoins partie des lieux d'élection de familles souvent établies à Lyon depuis plusieurs générations et fortement liées, du moins à l’origine, aux professions indépendantes de l'industrie et des services. Ces milieux ont joué un rôle important dans la constitution de l’espace lyonnais contemporain, en marquant durablement leur environnement résidentiel par un style de vie, et par leur capacité à reconduire au moins partiellement leurs positions locales. Cette reconduction prend très largement appui sur les ressources de la parentèle, qu’il s’agisse de gérer l'accès des jeunes générations au statut d'indépendant ou aux couches supérieures et moyennes du salariat, ou encore de satisfaire des choix résidentiels qui se traduisent à la fois par la stabilisation et par la circulation entre quelques quartiers valorisés, sous le double effet des transmissions patrimoniales et du filtrage de l’accès aux logements en location.

4Mais ce type d’habitants, en dépit de son poids numérique, de la marque qu’il imprime à l’image des lieux, et du contrôle qu’il peut exercer sur les sociabilités locales - voire sur les processus de peuplement-, ne représente que l’une des composantes de la population installée dans chacun des trois secteurs étudiés. La question était donc aussi de savoir jusqu’à quel point des citadins aux caractéristiques sociales comparables pouvaient subir l’influence des contextes résidentiels dans lesquels ils se trouvaient placés à une étape de leur biographie.

5L’étude a d’abord montré que les pratiques et les représentations associées au quartier varient assez sensiblement selon que ce dernier se trouve en continuité ou, au contraire, en rupture avec ceux qui lui sont contigus. Elle a aussi montré l’incidence des particularités du cadre bâti et de la structure de la propriété, tant sur les modalités locales de l’organisation socio-spatiale, que sur les catégories de jugement mises en œuvre par tout un chacun dans la perception de son voisinage et la définition de soi.

6Dans les deux groupes d’îlots dont les immeubles datent du siècle dernier, la complexité du cadre bâti et l’enchevêtrement des régimes juridiques d'occupation servent de support à une diversité interne parfois très accentuée. Réglée jusque dans l’organisation même de ses différences, l’hétérogénéité des structures matérielles assure la cohabitation de populations elles-mêmes hétérogènes à l’intérieur de sites urbains qui, globalement, n’en font pas moins l’objet d’une forte valorisation sociale. Les discours tenus par les habitants témoignent alors assez régulièrement d'un travail d’euphémisation et de neutralisation de ces différences, qui sont jugées d'autant plus acceptables, voire souhaitées, qu'elles s’inscrivent de façon très lisible dans des dispositifs spatiaux eux-mêmes porteurs de multiples différenciations. Toutes les conditions sont du même coup réunies pour donner libre cours à l’éloge rituel de la mixité sociale, voire de la convivialité, qui sont censées faire les agréments du “quartier-village”. En pratique, les sociabilités se réduisent en fait à fort peu de choses, hors de la sphère de l’intimité qui relie chaque ménage beaucoup moins à ses voisins qu’à des réseaux plus dispersés de parenté et d'interconnaissance. Il reste que chaque voisin, si dissemblable soit-il par ses caractéristiques sociales ou démographiques, tend ici à paraître d’autant plus “fréquentable” que, pris lui-même dans ses propres espaces et dans ses propres rythmes de vie, il ne cherchera pas à tirer argument du simple fait de la proximité spatiale pour aller au-delà de cette sociabilité purement virtuelle.

7L’îlot de construction récente qui a été retenu à titre de comparaison représente un cas de ligure bien différent. En raison du coût élevé de l’entrée et du maintien dans les lieux, l’éventail des statuts socioéconomiques des occupants est beaucoup plus réduit. D'autre part, la structure du bâti est suffisamment répétitive pour n’induire aucun élément d'hétérogénéité susceptible d’être associé de façon visible aux qualités des divers habitants. Les logements sont à peu près interchangeables, sauf bien sûr en ce qui concerne leur taille. Et comme la taille du logement se trouve très fortement corrélée au statut d’occupation, à l'âge des occupants et au taux moyen de leur rotation, c’est finalement autour de l’opposition entre propriétaires et locataires que se structurent ici des perceptions mutuelles, voire des conflits latents, qui mettent en jeu moins des différences de positions sociales que des écarts entre générations. Trente ans après la construction des immeubles, les effets de cohorte jouent à plein, et accentuent encore, sans doute de façon provisoire, des lignes de clivage qui ne tiennent toutefois pas uniquement au calendrier de peuplement.

8Inversement, le modèle qui a longtemps prévalu dans les deux quartiers anciens se trouve aujourd'hui battu en brèche sous l'action conjuguée de plusieurs facteurs de changement. Les rentes de situation dont bénéficiaient les plus anciens locataires ne leur survivent pas. La gestion traditionnelle des immeubles patrimoniaux cède peu à peu la place à de nouvelles couches de bailleurs ou à de nouvelles attitudes vis-à-vis de la propriété. Ces secteurs “bien situés” dans l’espace social lyonnais font l'objet d’une pression accrue de la demande, tant pour la location que pour l’acquisition. Simultanément, on observe au sein des régies d’immeubles un certain recul des pratiques de cooptation et de recommandation qui, en se surimposant aux lois du marché, accordaient aux milieux les mieux implantés les meilleures chances de reconduction.

9Au carrefour des singularités de l’histoire de chaque lieu et de processus beaucoup plus généraux, les trois “terrains d’enquête” ont ainsi été utilisés comme autant d’observatoires de logiques qui débordent largement le cadre micro local où elles se combinent, et parfois s’affrontent. Simples coupes prélevées dans le tissu lyonnais, ils portent témoignage des modalités particulières que revêtent, dans des contextes résidentiels précis, ces dispositifs régulateurs de la vie urbaine, ces lignes d’évolution, et ces ajustements plus ou moins durables entre des personnes et des lieux.

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search