Version classiqueVersion mobile

Habiter Lyon

 | 
Yves Grafmeyer

Chapitre II. Individus, familles, ménages

Texte intégral

1En contrepoint de cette relative convergence des attitudes et des modes de présence dans la localité, de nombreuses différences apparaissent bien sûr d'un entretien à l’autre. Dans les deux chapitres qui suivent, on s’efforcera de déterminer jusqu'à quel point ces différences peuvent être mises en rapport avec les particularités de chacun des trois secteurs, et avec les statuts d’occupation de leurs habitants. Faisons provisoirement abstraction de ces éléments, pour ne retenir dans l'immédiat que les variations qui semblent plus directement imputables aux caractéristiques des enquêtés eux-mêmes, indépendamment des places qu’ils occupent au sein des espaces résidentiels étudiés.

2La profession, l'âge, la structure du ménage, font partie de ces caractéristiques qui, sans épuiser la diversité des cas singuliers, présentent l’avantage d’être repérables tant dans les données statistiques que dans les entretiens. Ces derniers font apparaître un certain nombre de régularités, parfois suffisamment nettes pour qu'on soit enclin à leur prêter quelque validité au delà du corpus recueilli. Les entretiens nous disent ainsi quelque chose - du moins peut-on l’espérer - des variations d’attitudes et de comportements qui seraient observables sur l’ensemble des habitants, en fonction des quelques critères sociodémographiques servant de base à leur description statistique.

3Cependant, l’exploitation des entretiens invite en même temps à porter un autre regard sur les catégories de classement selon lesquelles s’organisent les données quantitatives. En articulant l’étude des individus à celle des constellations familiales, en replaçant les positions instantanées dans la dynamique des trajectoires intra-et inter-générationnelles, les entretiens permettent ainsi de dépasser le cadre forcément restrictif du ménage isolé dans son logement et décrit par un petit nombre de variables purement statiques. L’extension du champ d'observation modifie du même coup la compréhension des régularités observées, et conduit souvent à déplacer l’appréciation des proximités et des distances entre les diverses “catégories” d’individus statistiques.

4Développons cette idée en prenant appui sur quelques exemples, sans prétendre à une mise en forme systématique de l’ensemble du matériau recueilli par le biais des entretiens.

1. DE LA PROFESSION INDIVIDUELLE AU STATUT DE LA FAMILLE

5Il arrive que les propos tenus par certains enquêtés fassent apparaître de forts décalages, et même de véritables ruptures, par rapport aux attitudes et aux pratiques qualifiées plus haut de “dominantes”. Parfois - mais pas toujours -, c’est bien alors le métier de l’enquêté ou du chef de ménage qui peut être tenu comme l’indicateur pertinent, dans la mesure où il signale l’appartenance à un milieu lui-même en porte-à-faux vis-à-vis de ceux qui marquent le plus fortement par leur présence et par leur manière d’habiter les quartiers étudiés.

Soit, par exemple, le cas de ce contremaître célibataire, fils d’un ouvrier devenu artisan, qui est locataire d’un petit appartement dans un immeuble ancien plutôt cossu du sixième arrondissement. Les raisons qu’il donne pour expliquer son installation dans le quartier sont assez inattendues :
“Je n’avais pas du tout envie de venir habiter ici. Moi, j’étais - comment dire ? - "incrusté" dans le cinquième arrondissement, dans mon vieux Saint Jean où j’avais vécu depuis l’âge de 6 ans jusqu’à 40 et quelques années. J’y ai été à l’école et tout ce qui s’ensuit, alors j’étais bien là-bas. Mais maintenant, c’est tellement moche dans le cinquième que j’étais bien content de partir.”
Q/‘Moche’ de quel point de vue ?
R/“Eh bien, pour vous le dire carrément, tous les gens
du sixième qui ne veulent pas de bruit dans leur quartier, ils vont le faire là-bas dans le cinquième... Voilà la différence. Parce qu’ici, si vous faites un peu de bruit, les flics sont tout de suite là. Alors que dans le cinquième, non. Et c'est ça l'avantage. C’est malheureux de le dire, mais c’est comme ça”.

Haut lieu de la réhabilitation architecturale lyonnaise, le secteur sauvegardé de Saint-Jean n’en est donc pas moins devenu “moche” dans la mesure où les nouveaux modes d'emploi qu’il propose aux citadins ont défiguré le quartier d’antan en le rendant proprement inhabitable à ses anciens occupants. Venu s’installer dans le sixième arrondissement “parce qu’il faut bien habiter quelque part”, (et parce qu’il connaissait à la fois le précédent locataire et l’un des employés de la régie), l’interviewé éprouve des sentiments contradictoires vis-à-vis de ce quartier dans lequel il “se sent très bien", mais qui lui demeure fondamentalement étranger. Le calme du voisinage, les agréments de l’immeuble, la présence de deux ou trois cafés où il retrouve régulièrement les quelques vieux ouvriers avec lesquels il s’est pris d’amitié, justifient certes une stabilité résidentielle déjà longue (plus de dix ans) et son intention de rester ici “le plus longtemps possible”. Mais le Vieux-Lyon de sa jeunesse, aujourd'hui aboli par sa rénovation même, demeure sa seule véritable référence citadine, en totale opposition avec l’univers social, les mentalités et les façons de vivre qui prédominent dans son quartier d’adoption.
Dès lors, ce qui affleure tout au long de l’entretien, ce n’est pas la réserve ni l’indifférence un rien distante de ceux pour qui la présence dans le quartier va de soi, sans pour autant créer d’attaches ni de fréquentations obligées. C’est au contraire la dénonciation parfois véhémente des travers et de l’arrogance de “ces gens-là”, - autre manière de dire la fidélité à ses propres origines et le refus de participer, si peu que ce soit, de l’esprit des lieux.
Ce qu’il observe, suppose ou entend dire à propos de ces’bons Lyonnais’, ‘riches’ou ‘faux-riches’, devient alors l’occasion d’une très remarquable lecture inversée de tout ce qui, dans la majorité des entretiens, est présenté sous un jour infiniment plus favorable. Ainsi, la coutume de payer les commerçants en fin de mois ne traduit nullement la confiance mutuelle qui, pour d’autres, fait l’un des ‘charmes’d’un quartier ‘sympathique’. Il y voit au contraire un signe de ladrerie. De même, les attitudes distantes dénotent moins la réserve courtoise qu’une déplorable prétention. Quant à la densité des réseaux d’alliance et de parenté, elle conduit tout droit à la dégénérescence (“souvent on a l’impression, rien qu’à voir les gosses, qu'ils se marient en famille”). Beaucoup d'habitants du quartier, même quand ils sont plus ou moins “fauchés”, jouissent encore des rentes de situation qu’ils doivent à leurs ascendants. Lui, au contraire, n'est pas un héritier. A l'inverse du cours ambiant des solidarités entre générations, c’est lui qui paie le loyer de sa mère et subvient à l'essentiel de ses besoins. Il en tire fierté, tout comme il est fier de son métier qu’il décrit longuement et avec passion (“à ce niveau, c’est presque de la ciselure”), - tandis que la plupart des gens du coin sont censés exercer des professions qui “normalement, ne devraient pas exister”.

La tranquillité même du quartier, que pourtant il apprécie à sa façon, se trouve à son tour stigmatisée quand il l’associe aux visages revêches, aux portes closes, à la rareté (ou à l’invisibilité ?) des enfants. Les quelques cafés du coin autorisent une sociabilité ouvrière qui n’est qu’interstitielle, et en nette rupture avec l'environnement : “Les ouvriers, il n’y en a pas beaucoup. Ce sont les seuls ici qui soient sympas, ils sont vraiment différents, c’est presque visible”.

En dissociant au contraire leur territoire résidentiel, placé sous le signe de la vie privée, et les espaces publics qu’ils s’en vont fréquenter dans le centre-ville, les autres habitants du quartier ne se contentent donc pas d’afficher, par leur discrétion même, un mode de vie qui diffère du sien. Ils s’arrogent de surcroît le droit “d’aller faire du bruit ailleurs”, et en particulier dans le Vieux-Lyon pittoresque dont le caractère populaire s’est précisément effacé au profit d’une nouvelle centralité consommatoire. Telle est la fâcheuse contrepartie du ‘calme’ dont notre interviewé veut bien créditer son quartier actuel. Telle était bien, aussi, la raison qu’il invoquait d’entrée de jeu pour justifier un itinéraire résidentiel qu’il déplore au moins autant qu'il s’en accommode. Paradoxalement, c’est son nouveau voisinage qu'il juge en partie responsable de son propre déracinement. Aussi tient-il à rappeler en guise de conclusion que son intention de passer ici le reste de ses jours ne l’engage malgré tout à rien, et ne saurait être pris pour la recherche de nouvelles attaches locales : “Je ne suis pas né ici. Je suis de passage. Je suis bien parce que j’ai un bel appartement et tout ça... mais si un jour je trouve autre chose qui me plaît, eh bien j’irai ailleurs, moi, je ne suis pas tenu”.

6En l’occurrence, c’est bien la profession, en tant qu’indicateur d’un milieu d’origine et de façons de vivre, qui paraît fournir le principe explicatif des propos tenus sur le quartier et ses habitants. Les ruptures que ces propos attestent avec le discours dominant seraient donc un effet de la distance sociale qui sépare le locuteur lui-même de la majorité de ses voisins.

  • 1 Voir sur ce point le chapitre IV “Propriétaires et locataires”.

7Pourtant, il n’en va pas toujours ainsi, et ce cas d’espèce ne saurait être tenu pour emblématique de l’ensemble des ouvriers présents dans les deux secteurs anciens au moment de l'enquête. Ayant vécu la première moitié de son existence dans le Vieux-Lyon, notre interlocuteur ne peut manquer de confronter ses souvenirs d’un quartier qui fut typiquement populaire à sa perception présente d’un quartier qui ne l’a jamais été, - même si ce dernier comporte une minorité non négligeable d'ouvriers ou anciens ouvriers. Pour une partie de ces ouvriers, l’installation aux Brotteaux ou à proximité du Boulevard de la Croix-Rousse n’est certes qu’une étape. La rotation semble même particulièrement forte dans certains des logements où se succèdent des immigrés. Pour d’autres familles ouvrières, en revanche, c’est bien ce quartier et ses alentours qui constituent l'espace de vie depuis l’enfance, ou du moins depuis l’entrée simultanée dans la vie active et dans l’agglomération lyonnaise. Dans ce cas, des réseaux locaux se sont peu à peu tissés, la propriété du logement vient parfois conforter la stabilité résidentielle1, et le quartier familier peut alors faire l’objet d’éloges que ne tempère chez eux nulle protestation de détachement ou d’indifférence.

8Faut-il parler d’”effets de contexte”, ou encore de “symbiose”, pour décrire ces milieux populaires insérés de longue date dans des quartiers plutôt “bourgeois”, au sein desquels ils ont pu élaborer des compromis entre leurs propres sociabilités et des manières d'habiter plus typiques d’autres catégories d’habitants ?

9Encore faut-il prendre en compte les places précises que ces ouvriers occupent ou ont occupées dans l’univers des métiers. Certains sont liés à l'artisanat local, et ne se distinguent pas radicalement du milieu des petits indépendants auxquels les unissent parfois des liens de parenté ou d’alliance. D’autres, - notamment parmi les retraités - appartiennent comme on l’a vu aux professions du textile dont la localisation fut longtemps très spécifique à l’intérieur de l'espace social lyonnais. Bref, si les familles ouvrières ne vivent pas toujours sur le mode de la rupture ou du décalage leur présence dans le quartier, il faut aussi considérer qu’il ne s’agit pas, non plus, de n’importe quel type d'ouvriers. Dès lors, le “choix” du lieu d’habitation, la distribution géographique des réseaux de sociabilité, et leur incidence éventuelle sur les modes de vie, ne peuvent être dissociés des positions précises occupées au sein même du monde ouvrier, ni des trajectoires familiales dans lesquelles ces positions s’inscrivent.

10Le raisonnement vaut a fortiori pour les autres catégories socio-professionnelles, qui ne fournissent qu'un repère infiniment plus fragile des appartenances sociales.

11A métier équivalent, les différences qui peuvent se manifester entre les propos de deux enquêtés se comprennent mieux lorsque l’on considère leurs origines familiales respectives, leurs réseaux de parenté et de relation, leur ancienneté dans le quartier ou dans la ville, etc... C’est visiblement ce qu’a en tête une enquêtée, elle-même femme de cadre et bien ancrée dans la bourgeoisie lyonnaise, lorsqu’elle fait la distinction entre les cadres administratifs “évolués ou pas évolués” qui résident dans son voisinage.

12Inversement, l’hétérogénéité apparente des places occupées dans l’espace des métiers prend souvent un tout autre sens quand elle est rapportée aux positions et aux trajectoires de l’ensemble des membres de la parenté.

  • 2 Telles que les décrivent par exemple les travaux de C. BIDOU (Les aventuriers du quotidien, Paris, (...)

13Pour ne prendre qu’un exemple, le classement du chef de ménage dans la rubrique des Professions Intermédiaires (privées ou publiques) n’implique nullement que l'on puisse créditer l'enquêté ou son conjoint des attitudes et des manières de vivre couramment observées au sein des “nouvelles couches moyennes salariées”2. Avant même de s'interroger sur le rôle d'un éventuel effet de contexte, qui s'exercerait à la faveur d’une imprégnation des mentalités ou d’un contrôle par le voisinage, il suffit bien souvent de considérer les milieux d’origine et les modalités précises de l’insertion professionnelle pour qu’apparaissent ici des proximités inopinées entre l’agent technico-commercial et l’industriel, entre le psychologue d’entreprise et le cadre dirigeant, entre le pédagogue et le notaire. Comme le “hasard” de la présence dans le quartier subit en réalité l’effet de multiples déterminants, les relations entre les caractéristiques des métiers et les attributs sociaux de ceux qui les exercent se démarquent sensiblement des régularités observées dans les enquêtes nationales.

14En particulier, certaines positions professionnelles qui, pour d'autres populations ou dans d’autres contextes résidentiels, s’inscriraient plutôt dans des trajectoires familales ascendantes, s’interprètent plus fréquemment ici en termes de reconduction ou même de relatif déclassement. C’est pourquoi le quartier peut, pour toute une frange de sa population, représenter une véritable ressource dans la mesure où il offre, par le biais du patrimoine immobilier, du soutien familial et des réseaux locaux, les moyens d’une protection plus ou moins efficace contre les risques de descente sociale.

2. CYCLES DE VIE ET RAPPORTS ENTRE LES GÉNÉRATIONS

15De plus, les positions instantanées doivent être resituées dans l’ensemble des cheminements professionnels. Or les trajets individuels peuvent, eux aussi, porter la marque très visible des valeurs transmises par le milieu familial, et des ressources financières ou relationnelles que ce dernier permet de mobiliser. Même lorsque la distance initiale ne s’abolit pas purement et simplement au cours de la carrière, il n’est pas rare qu’elle se réduise singulièrement, ou du moins se redéfinisse dans le sens d'une plus grande proximité à l'univers professionnel qui prédomine au sein de la constellation familiale.

  • 3 Au sens où Claude THELOT entend cette expression dans Tel père, tel fils ? Position sociale et ori (...)
  • 4 Cf. F. de SINGLY et C. THELOT, Gens du privé, gens du public, Paris, Dunod, 1988.

16Tout se passe comme si cet univers de référence dessinait de façon plus ou moins marquée le champ des métiers acceptables, possibles ou souhaitables, - exerçant ainsi sur ses membres une force de rappel3 susceptible d’infléchir les itinéraires professionnels, mais sans pour autant conduire à une contre-mobilité au sens strict. C’est ainsi par exemple qu’on voit une fille et nièce d’avocats quitter au bout de quelques années l’enseignement en lycée au profit d’une carrière de magistrat. Dans une autre famille, c’est pour entrer “à la base” dans l’entreprise paternelle qu’un professeur certifié abandon ne lui aussi son métier d’enseignant, et du même coup la fonction publique. Ou encore, c’est une jeune institutrice qui renonce à occuper le premier poste qui lui est proposé à plus de 100 kilomètres de Lyon, et parvient grâce aux relations paternelles à “pénétrer le milieu de la banque”. On pourrait citer maints autres exemples d'abandon ou de réorientation des carrières publiques, dans ces milieux familiaux fortement liés au monde de l’entreprise ou à celui des professions libérales. Ainsi donc, même dans le cas-limite de la fonction publique, qui induit pourtant d'importantes rigidités, le milieu d’origine n'est pas dépourvu d’incidences sur le destin professionnel. Tantôt il peut secréter de véritables lignées de fonctionnaires4, tantôt au contraire il produit à ses marges, comme on le voit ici, des appartenances plus ambiguës ou moins pérennes à l’univers des “gens du public”.

17A s’en tenir là, on pourrait estimer que la prise en compte de l’âge invite plutôt à relativiser les distances professionnelles, en les tempérant par une appréciation plus exacte des proximités sociales et des communautés d’attitudes qui en découlent.

18Pourtant, indépendamment des appartenances sociales, le critère de l’âge appparaît aussi, à d’autres égards, comme un discriminant spécifique des perceptions et des pratiques du quartier. Au cours du cycle de vie, certains enjeux locaux émergent, puis s’estompent ou se redéfinissent. C’est d’abord le cas, bien entendu, pour les divers enjeux qui sont liés de près ou de loin aux pratiques éducatives (qualité des établissements scolaires, mais aussi relations de voisinage ou même vie paroissiale).

19Par ailleurs, les solidarités entre générations ont, sur les localisations résidentielles, des incidences qui varient également selon les âges de la vie. Le jeu des proximités spatiales et des mises à distances se trouve ainsi scandé par les premières décohabitations, les contraintes professionnelles, les transmissions patrimoniales, le rapprochement des parents âgés ou isolés, etc...

20Souvent aussi les effets d'âge et de génération se combinent pour conférer une tonalité spécifique aux propos tenus par les jeunes enquêtés, surtout lorsqu’ils sont encore célibataires. Même lorsque leur appartenance aux milieux locaux interdit de les considérer comme des nouveaux venus, les valeurs et les dispositions qu’ils ont reçues en héritage - et qu’ils assument jusqu’à un certain point - peuvent entrer en conflit avec d’autres modèles de référence. Pour beaucoup d’entre eux, la vie estudiantine a été l’occasion d’autres usages de la ville, d’autres modes de présence dans l’espace public, et parfois aussi d’un séjour transitoire dans des quartiers plus “conviviaux”, plus “animés” et moins “bourgeois”. Si l’on ajoute que leur carrière professionnelle est encore loin d’être stabilisée, qu’ils n’ont guère de raison de tenir pour définitif leur logement actuel, tous ces éléments les inclinent à afficher, vis-à-vis de leur lieu de résidence et de ses habitants, une distance plus marquée, plus loquace et plus argumentée que les simples protestations d'indifférence auxquelles se livrent leurs aînés.

21Leur présence dans le quartier ne va pas de soi, et pourrait donner d’eux une image trompeuse. Aussi leur importe-t-il de s’en expliquer, et d’énoncer à travers les propos lucides ou gentiment critiques qu’ils tiennent sur le voisinage leur propre capacité à s’en affranchir, et surtout à vivre autrement. “Ici, ce n’est pas le genre associatif’, déclare l’un d’eux. “C’est très résidentiel, et c’est assez friqué” dit un autre. Ou encore : “les habitants du quartier ont une mentalité assez traditionnelle, ils sont attachés aux petits commerçants parce qu'ils aiment bien être servis (...). Les gens sont sympathiques, mais réservés. Il n’y a pas entre eux de familiarité”. Telle autre enquêtée, catholique pratiquante comme plusieurs de ses voisins, tient néanmoins à préciser qu’elle-même et son mari n’ont aucune relation avec la paroisse, et vivent ailleurs et dans d'autres réseaux leur engagement religieux.

22D’une façon générale, tous ces jeunes résidants mettent en scène leurs usages diversifiés de la ville, leurs sociabilités vécues hors d'un quartier dont ils n’attendent pas grand-chose, sinon les commodités que procure une localisation favorable ou le bénéfice de l’aide familiale. Cette prise de distance vis-à-vis d’un environnement pourtant familier en fait souvent des observateurs particulièrement attentifs. Volontiers complices du sociologue, ils remarquent et décrivent avec précision ce qui paraît échapper aux enquêtés plus âgés vivant davantage leur présence dans le quartier comme une chose naturelle.

23Ces discours de distance énoncent-ils cependant autre chose qu’une simple distance en discours ? On serait parfois enclin à en douter, quand tel ou tel parmi les jeunes enquêtés les plus critiques n’en déclare pas moins :

“Ce n’est pas très liant comme atmosphère, les gens sont plutôt d'un naturel réservé, mais, moi, ça ne m’a jamais gêné” (étudiant, 24 ans).

24Ou encore :

“Nous avons toujours tenu à ce que la maison soit porte ouverte (...). L'arrivée du petit bébé fait que les gens de l’immeuble commencent à poser des questions, à venir voir un petit peu. Mais c’est encore très réservé, c’est un peu chacun dans son appartement. On essaie de connaître un peu les voisins. A Noël, on a mis un petit mot à chacun, et, pour la naissance, un petit faire-part à chacun. Mais c'est dur de dégeler l'ambiance. Il y a pas mal de personnes âgées, et des gens qui travaillent la journée, qui rentrent chez eux le soir, et qui ont envie de rester tranquilles. Maintenant, quand on se voit dans l’ascenseur, on arrive à se dire bonjour, à voir où habite untel, mais ce n'est pas encore la grande connaissance générale.” (22 ans, femme de cadre).

La même enquêtée explique néanmoins peu après : “Ici les relations sont bonnes avec les gens, dans la mesure où elles ne sont pas très poussées. Ils ne se connaissent pas bien, c’est un peu l'ignorance entre les uns et les autres, ça ne peut être que bon...”

25C’est à bon droit que l’on pourrait voir dans ces propos ambivalents les présages d’une future conformité, plutôt que d’une rupture définitive avec les manières d'habiter qui prédominent encore aujourd’hui dans les quartiers étudiés. On verra cependant plus loin que les écarts entre générations n’en contribuent pas moins à structurer fortement, dans certains contextes locaux particuliers, les logiques de peuplement et les perceptions mutuelles entre voisins.

3. LE COUPLE À LA JONCTION DE DEUX PARENTÉS

26Les sources disponibles sur l’ensemble des habitants permettent de décrire ces derniers en fonction de la composition du ménage, et ce critère sera lui aussi pris en compte pour l’analyse détaillée des peuplements locaux. Cependant, seuls les entretiens autorisent une vue suffisamment précise de cette “composition”, en situant chacun des membres du ménage dans un faisceau de repères biographiques.

27En particulier, l’importance du rôle joué par le milieu d'origine invite à considérer le couple non pas seulement du point de vue des relations internes au groupe domestique, mais aussi en tant qu'il se situe à la jonction de deux parentés. Ces dernières ne sont pas toujours symétriques, même quand la proximité professionnelle des deux conjoints ou de leurs pères paraît justifier qu'on parle d’homogamie. Les milieux familiaux d’où sont issus les conjoints peuvent en effet différer notablement par l’importance de leurs ressources de tous ordres, par l'ancienneté de ces ressources, et aussi par la localisation des membres de la parentèle à l'intérieur ou hors de l'agglomération lyonnaise.

28Une typologie qui prendrait en compte tous ces éléments conduirait à une démultiplication tout à fait excessive des cas de figure, même si on l'appliquait à un échantillon de grande taille. A plus forte raison, la cinquantaine d’interviewés se trouverait alors complètement dispersée au sein d'une combinatoire qui ne permettrait guère de faire apparaître des régularités, puisqu’elle comporterait beaucoup plus de possiblités théoriques que d’observations.

29Partons donc au contraire de quelques cas singuliers qui, en toute rigueur, ne “représentent” jamais qu’eux-mêmes, mais qui ont valeur exemplaire pour un certain nombre d’autres entretiens. Pour chacun de ces cas-types, on voit se dessiner une combinaison originale de trajectoires, de pratiques et d’attitudes, dans la trame même d'un récit où s’imbriquent les données factuelles et les significations que leur attribue le locuteur qui sélectionne, reconstruit et interprète.

30Comme l’objectif est de mettre au jour des différences qui paraissent plutôt imputables aux origines respectives des conjoints, on a choisi cinq ménages qui présentent à d'autres égards suffisamment de caractéristiques communes. Les comparaisons conservent ainsi un minimum de pertinence, bien que l’on ne prétende pas respecter strictement la clause “toutes choses égales par ailleurs”.

31Dans tous les cas retenus, le mari est soit membre d’une profession libérale, soit cadre supérieur dans le secteur privé.

32En suivant ce critère usuel de la “personne de référence”, on peut donc classer les cinq ménages dans le même groupe socio-professionnel, d’autant plus que la seule épouse en activité au moment de l’enquête exerce le même métier que son mari. A dix ans près, les enquêtés appartiennent aussi à la même génération. Chaque couple a plusieurs enfants, certains encore d’âge scolaire, d’autres déjà engagés dans la vie active. Parfois, parents et enfants ont tous fréquenté des institutions religieuses au cours de leur scolarité. Même quand il n’en va pas tout à fait ainsi, l’enseignement privé confessionnel tient néanmoins - ou a tenu - une place importante dans les choix opérés par les famillles en matière d’éducation.

33Par leurs manières d’habiter, ces ménages sont plutôt en conformité qu’en rupture avec le modèle localement dominant qui a été décrit plus haut. Les variations individuelles n’en sont que plus significatives, dans la mesure où il apparaît possible de les mettre en rapport avec les biographies respectives des conjoints. Ajoutons que, dans tous les cas, c’est l’épouse qui était interviewée, ce qui assure une comparabilité supplémentaire des propos concernant les pratiques éducatives, les usages du quartier et les représentations qui leur sont associées.

Ménage A : un double ancrage dans la bourgeoisie locale

Monsieur et madame A. sont tous deux issus de familles lyonnaises aisées, dont certaines lignées sont établies dans la ville depuis de nombreuses générations. On compte parmi les ascendants plusieurs chefs d’entreprises appartenant aux secteurs traditionnels de l’industrie lyonnaise ou régionale. A une exception près, les fratries sont nombreuses, voire très nombreuses, et les parentèles se distribuent pour l’essentiel entre les trois pôles résidentiels qui font l’objet de la plus forte valorisation sociale (Presqu’île, sixième arrondissement, et première couronne de l’ouest lyonnais). Les deux conjoints ont eux-mêmes passé leur enfance dans la Presqu’île. Ils ont continué à y résider pendant leurs premières années de vie conjugale, comme locataires des parents de l’enquêtée dans l'immeuble familial. Aujourd’hui propriétaires d’un appartement dans le sixième arrondissement, ils n’ont pas eu besoin de recourir à l’emprunt pour acquérir leurs deux logements successifs à l’intérieur du même pâté de maisons.

“La notion de quartier, dans ma tête, n’existe pas”, assure l'interviewée. “Pour mes déplacements, je ne suis pas plus dans le sixième que dans la Presqu’île”. Le ménage a des parents et des amis “un peu partout”, - c’est-à dire en fait dans les divers lieux d’élection de la bourgeoisie locale. Le domicile a été choisi non parce que les deux conjoints se trouvent avoir “de la famille dans le coin”, mais en raison de sa proximité au lieu de travail du mari. La présence dans le quartier est donc vécue comme tout à fait contingente - “au jour le jour”, précise même l’enquêtée. “A notre époque, poursuit-elle, on ne peut pas se permettre d’acheter pour la fin de ses jours. Demain, on n’en sait rien”.
Du quartier “au sens strict”, elle donne d’ailleurs une définition particulièrement extensive, qui inclut la quasi-totalité de l'arrondissement et même la partie ouest du troisième, proche des quais du Rhône. C’est seulement de l'autre côté de la gare des Brotteaux, et au-delà de la Guillotière, qu’elle a “l’impression de changer de quartier au point de vue sociologique”. Les particularités du voisinage immédiat se trouvent ainsi diluées dans un ensemble urbain beaucoup plus large, et socialement plus diversifié. Du coup, ce qui vaut pour l’un est censé valoir aussi pour l'autre. Même l’immeuble, pourtant habité en grande majorité par des catégories supérieures, est présenté comme “très mélangé”. “Il y a de tout”, c'est-à-dire des gens de toutes les professions, et surtout “des gens de tous les genres”. Soucieuse de ne pas être qualifiée ni jaugée en fonction de son environnement résidentiel, l’interlocutrice en minimise les signes distinctifs qui, tels la profession ou la fortune, ne lui paraissent nullement décisifs pour décrire les appartenances sociales et donc sa propre position.
Même la scolarisation initiale des enfants est présentée comme participant des aléas de la résidence. Si tous trois ont, comme leurs parents, effectué leurs études primaires dans une école privée, c’est d’abord parce que cette dernière se trouvait être la plus proche du domicile. “C'est un choix surtout parce que je ne voulais pas passer tout mon temps à aller à la rue C. Quand ils sont petits, ils ne marchent pas vite. J’ai pris le plus près. L’école publique est loin”. Autrement dit, à l’inverse de ceux qui en sont réduits à faire de nécessité vertu, ce serait bien plutôt par la vertu de la pure contingence que se trouve ici assurée la fidélité aux traditions familiales...
Il est vrai que le projet éducatif s’affirme de façon beaucoup plus explicite et volontariste lorsqu’il est question des valeurs à transmettre, et non plus seulement du choix de l’établissement scolaire. L’éducation repose sur des “principes”, et se doit d’être “sévère” quand il le faut. Son principal objectif est de “faire des adultes responsables et indépendants de toutes les contraintes extérieures”. Et c’est bien la contrainte initiale de l’éducation qui permet de faire face à toutes celles qu’imposera inévitablement l’existence :

Je ne suis pas américaine de tempérament. Du tout. Mes enfants ne font pas ce qu'ils veulent. On verra ce que ça donnera mais, ma foi, j’estime que la vie nous apporte un tas de contraintes et que, si les enfants n’en ont pas, ils ne les supporteront pas quand ils seront obligés d’en avoir. Et ce n’est pas moi qui les leur donnerai, ce sera la vie qui les leur imposera. Alors j’estime que la contrainte, ça fait partie de la vie, et qu’il n'y a pas moyen de s’en sortir. Ou sinon, on est paumé, déphasé”.

Ne pas être “paumé” est affaire de disposition autant que de ressources. La famille transmet les richesses matérielles et sociales qui assurent objectivement le lendemain, mais elle se doit d’inculquer de surcroît cette suprême assurance qui permet de faire comme si on vivait réellement "au jour le jour”, en ignorant “de quoi demain sera fait”. L’éducation donnée se présente ainsi comme “une heureuse synthèse” de celles que les deux conjoints ont eux-mêmes reçues, et ce d’autant plus que, comme le note l’interviewée, “il n’y a pas beaucoup de différences entre l’éducation de mon mari et la mienne, donc il n’y a pas tellement de raisons pour que ça soit différent pour nos enfants”.
De ce point de vue, le quartier habité donne toute satisfaction, et ce n'est pas l’un de ses moindres avantages que de favoriser, moyennant une discrète surveillance, la fréquentation de camarades d’école et de jeunes voisins généralement “bien élevés”.

Ménage B : symétrie des ressources familiales, dissymétrie des origines géographiques

Ce ménage se caractérise, tout comme le précédent, par la proximité des origines sociales des deux conjoints. On retrouve de part et d’autre l’aisance matérielle et l’éminence du statut. Si les entrepreneurs sont ici très peu représentés, on compte en revanche parmi les ascendants et les collatéraux un nombre impressionnant de professions libérales, d’ingénieurs de haut niveau et de cadres dirigeants. Dans les deux familles, les études supérieures sont de rigueur depuis plusieurs générations, du moins chez les hommes.
Né à Lyon de parents et de grands-parents lyonnais, le mari appartient à une vieille famille de professions libérales, liée de longue date à la bougeoisie locale par la filiation et l’alliance. La plupart des membres de sa parenté résident à Lyon, et ceux qui font exception ont toujours eu des difficultés à se fixer ailleurs, si l'on en croit l'enquêtée. Cette dernière, en revanche, n’a aucune attache lyonnaise. Elle a passé son enfance dans une autre ville où une partie de sa famille s’est stabilisée après des itinéraires résidentiels beaucoup plus dispersés, au gré des mariages et des carrières professionnelles. L'éloignement géographique a distendu les liens d’amitié qui s’étaient noués au cours de sa jeunesse, mais n’a pas créé de rupture avec son milieu familial. Elle est très attachée à la maison de campagne, “symbole de beaucoup de choses”, où ses parents se sont maintenant retirés et où se retrouvent à intervalles réguliers leurs nombreux enfants et petits-enfants.
Pourtant, cette dissymétrie des origines géographiques, qui se surimpose à d’autres différences tenant au style de vie des deux familles, semble avoir fortement marqué l’enquêtée. Elle affleure de façon récurrente dans la plupart des jugements que celle-ci porte sur sa ville d’adoption, sur le quartier qu’elle habite, sur l’éducation de ses enfants, et sur sa propre biographie.
Venue à Lyon pour ses études supérieures après une scolarité très brillante, elle découvre à la fois les charmes de la vie estudiantine dont elle conserve la nostalgie, et les difficultés d’une autonomie à laquelle elle n’était pas préparée. Issue d'une famille “très protectrice”, où tout était mis en œuvre pour favoriser une réussite scolaire jugée absolument indispensable pour les filles comme pour les garçons, elle a désormais du mal à “s’organiser”. Quelque peu “désorientée”, pâtissant du manque d’encadrement, elle vit comme un demi-échec ses années en faculté. Elle abandonne, peu avant leur terme, des études qui l’auraient peut-être menée à une carrière de chercheur qu’aujourd’hui encore elle juge enviable. Après ce passage à l’université, elle obtient en deux ans un diplôme professionnel de niveau plus modeste, qui la conduit à exercer par intermittence un métier relevant du même secteur d’activité que celui de son futur mari, mais dans la catégorie des professions intermédiaires.
A la même époque, son mariage avec l’un de ses anciens camarades d’université la fait entrer comme pièce rapportée dans une belle-famille qui aussitôt l’”absorbe beaucoup”, et dans un environnement lyonnais auquel elle s’efforcera de s’ajuster peu à peu sans pour autant s’y fondre.
Ses préférences personnelles l’auraient plutôt portée à habiter une maison avec jardin, semblable à celle de son enfance. Mais elle n'a pas eu à choisir. L’appartement où le couple est logé gratuitement depuis plus de 20 ans avait été acquis par ses beaux-parents à titre de placement, à une époque où elle-même “n'était pas encore dans la course”. Le quartier, qui présente par ailleurs divers avantages professionnels pour le mari, lui inspire des sentiments ambivalents. Elle lui reconnaît un certain nombre d’agréments, elle s’y est fait des amis, mais elle se serait satisfaite de relations humaines plus simples, et surtout plus chaleureuses. Au demeurant, elle estime que, de toute manière, “il faut être bien là où on est”. Aussi s’est-elle efforcée de développer une certaine sociabilité de voisinage en dépit des réticences de son mari.

Sans pour autant m’immiscer dans les affaires des autres, j’aime les relations sympathiques. Jeune mariée, j’ai beaucoup souffert de l’individualisme des gens. En prenant de la “bouteille”, je n’ai plus peur des relations de voisinage, mais je trouve que c’est assez difficile. Et puis j’ai un mari qui ne souhaite pas du tout des relations avec les voisins (...) Il voit beaucoup de gens, s’occupe de beaucoup de choses et, le soir, n’a plus envie de voir des gens de la maison. Etant très bon Lyonnais, il n’a pas du tout l’idée qu’on peut avoir envie d’accueillir. Alors que moi, n’étant pas Lyonnaise, j’ai souffert au début d’un accueil difficile”.

Aujourd’hui encore, elle souhaiterait recevoir davantage ses voisins, “bâtir une relation humaine différente”. Elle aimerait aussi participer aux activités associatives qui se consacrent à l’accueil de ménages nouvellement installés à Lyon, mais elle sait qu’“elle ne pourrait pas le faire en couple”. Entre ses propres aspirations et les attitudes beaucoup plus réservées de son mari s’est ainsi établi une sorte de compromis, qui se traduit au total par une relative conformité du ménage aux manières d’habiter les plus typiques du voisinage.

Un compromis du même ordre s’est également instauré entre la fréquentation des parentèles respectives, et celle des relations amicales ou professionnelles. C’est surtout l’enquêtée qui, à l’occasion de son travail, s’est fait des amis “de tous âges, de tous niveaux sociaux, et très dispersés géographiquement”. Elle se réjouit néanmoins que les études et le métier de son mari aient également conduit ce dernier à diversifier quelque peu le cercle de ses fréquentations hors de son milieu d’origine :

Ça lui a permis de se lier avec des non Lyonnais. Peut-être que cela a été très bénéfique parce que, bien que très implantés, nous ne sommes pas du tout liés avec ce que j’appellerais la vieille bourgeoisie lyonnaise. On a surtout des amis à l’extérieur. Peut-être que je ne le souhaitais pas... Mais peut-être que lui, dans ses amitiés, ne s’est pas lié ainsi, et ça me dédouane de bien des choses...”.

Tous les propos que madame B. tient sur son quartier portent la marque de cette distance initiale, qu’elle ne souhaite nullement abolir, avec la “vieille bourgeoisie lyonnaise”. Elle se considère comme “bien implantée”, mais sans avoir “jamais vécu vraiment comme les gens installés dans le quartier”. Quelque peu extérieure sans pour autant être étrangère, elle est à la fois suffisamment distante des milieux locaux et ouverte à son voisinage pour être bonne observatrice. Elle estime connaître “très peu” le quartier, mais n’en fournit pas moins une description fort précise de ses habitants et de leurs façons de vivre, qui lui confèrent à son avis “une identité très parti culière”. Elle assure n’avoir nulle intention de quitter un environnement qui lui est devenu familier et qu’elle “aime bien”, mais n’en rêve pas moins de s’établir un jour dans le Vieux-Lyon ou dans d’autres secteurs rénovés où il lui semble “qu’il peut y avoir une vie de quartier”.

  • 5 Encore que ces “frais” ne soient pas nuls. Ainsi, lorsqu’elle indique que sa belle-famille loge le (...)

Paradoxalement, ses tentatives pour bâtir avec ses voisins actuels “une relation humaine différente” ne sont pas inspirées par un désir d’intégration, que la position de son mari et de sa belle-famille lui permettrait amplement de satisfaire à moindres frais5. N’ayant nul besoin d’être “reconnue”, elle se montre au contraire particulièrement attentive aux éventuelles difficultés d’insertion des nouveaux venus. Elle a tout à fait conscience que le “travail d’approche” est plus difficile avec ceux qui sont trop bien “installés” dans leurs réseaux lyonnais pour se soucier d’une quelconque vie de quartier. Elle n’ignore pas non plus que la conception des rapports de bon voisinage qu’elle tente ainsi de promouvoir va souvent à l’encontre d’une réserve et d’une indifférence que partage tout à fait son mari, mais qu’elle refuse de prendre à son compte.

Au-delà des allusions stéréotypées au “manque de chaleur” des bourgeois lyonnais, c’est plus encore l’expérience particulière de l’enquêtée qui nourrit ses réticences réitérées à l’égard des destins trop assurés, des attitudes trop conformistes, et des familles où tout va tellement de soi que l’on “ne souhaite pas du tout aller à la recherche de quelque chose ailleurs”. Sans avoir vécu de véritable déracinement, elle n’en a pas moins connu au cours de ses premières années de vie lyonnaise un certain “manque de repères”, dont le souvenir s’insinue dans ses perceptions actuelles, dans ses doutes, et dans l'interprétation qu’elle énonce de son propre passé.

Sensible à l'importance de l’environnement familial, elle ne peut manquer de comparer sa propre trajectoire à celle de son mari, dont les études “représentaient quand même un gros effort intellectuel”, mais s’inscrivaient dans une tradition et un encadrement familiaux offrant de bout en bout un soutien efficace. Pourtant, malgré cette interprétation dont elle aurait tout avantage à se satisfaire pour justifier la divergence de leurs deux parcours, et malgré un long exposé des obligations que l'état matrimonial impose aux femmes, c’est aussi à ses propres limites qu’elle en vient à imputer sa moindre réussite professionnelle. Cette dernière l’amène en effet à réévaluer de façon fort modeste ses capacités intellectuelles. En dépit de sa mention Très Bien au baccalauréat, elle s’attribue “une intelligence très moyenne”, - comme si le défaut d’une carrière prestigieuse lui imposait de relativiser malgré tous ces succès initiaux, et d’en adresser plus simplement l’hommage à la vigilance de sa famille.
Sur la manière dont elle a élevé ses enfants, elle porte un jugement nuancé, qui reflète ses incertitudes, ou du moins la dualité de ses univers de référence. Sans vraiment remettre en cause des choix qu’elle assume dans leurs grandes lignes, elle ne cède nullement à l’autosatisfaction. Elle estime avoir beaucoup marqué ses enfants - peut-être trop ? - en les ayant élevés en continuité avec sa propre tradition familiale, qu'elle considère comme assez différente de celle de son mari. Elle s’est efforcée de transmettre sa “passion de la vie de famille”, mais aussi l’ouverture au monde, l'intérêt pour autrui et la curiosité intellectuelle en honneur dans son milieu. Elle se réjouit que ses enfants manifestent effectivement “une certaine ouverture”, mais, observe t’elle, “au fond j’aurais peut-être souhaité qu'ils s’envolent, et ils ne le font pas”. Soucieuse de leur assurer le soutien dont elle a bénéficié dans son enfance, mais qui lui a ensuite manqué lors des années décisives de ses études supérieures, elle craint du même coup de les avoir trop bien protégés et de les avoir rendus, bien malgré elle, à la fois trop conformistes et insuffisamment capables d'autonomie. Elle s’était d'ailleurs un peu défiée de l’encadrement très strict qu’elle avait connu dans son enfance, et a considéré que, pour leur scolarité, “les parents n'avaient pas à suivre spécialement les enfants de près”. Mais elle regrette aujourd’hui sa confiance excessive dans l’institution scolaire et dans l'efficacité supposée des nouvelles méthodes pédagogiques. Au sortir de l’adolescence, ses enfants lui paraissent en effet très inégalement aptes à “s’organiser”, et à se montrer “un brin compétitifs”.
Les enjeux qui se font jour à travers toutes ces interrogations ne sont pas uniquement d'ordre scolaire et professionnel. D’une façon plus générale, madame B. éprouve manifestement quelques doutes sur les bienfaits d’une intégration par trop réussie. D'abord parce que cette dernière risque d’être pour ses enfants source de vulnérabilité, mais aussi, probablement, parce qu’elle consacre de manière plus insidieuse une certaine rupture avec ses propres origines. Ce qu’elle s’est efforcée de transmettre, ce sont les valeurs d’une famille “stricte” mais “ouverte”, unie et chaleureuse mais géographiquement dispersée, prisant à la fois la largeur d’esprit, la culture, et même à l'occasion l’originalité “un peu bohême”. Or les effets conjugués de l’entourage familial, de l’école et du quartier risquent bien, pour ses propres enfants, d’en décider autrement. Elle constate en tout cas qu’ils ont sélection né d’eux-mêmes leurs relations, tant dans leur voisinage qu’à l’école, sans qu’elle y ait prêté au début beaucoup d’importance. Pour leurs études, elle avait tout naturellement “suivi la filière” des écoles privées de bonne réputation implantées dans le quartier. Mais le rôle de l’environnement local lui paraît encore plus décisif que celui de l'établissement fréquenté.

Je m’aperçois (...) qu’ils ont rencontré des enfants de couches sociales à peu près équivalentes. On peut dire que le quartier joue, parce que, s’ils avaient habité Vaulx-en-Velin ou Ecully, ça aurait été différent, ça aurait été un autre environnement. Ici les écoles publiques du quartier ont à peu près le même environnement que les écoles privées, il n’y a pas un abîme dans la répartition. Donc ça a joué sûrement, et c’est plus le quartier qui a joué que l’environnement scolaire”.

A certains égards, ses enfants sont d’ores et déjà plus “installés” qu’elle-même. Si elle se réjouit de voir qu’ils lui témoignent beaucoup d’attachement et qu’ils ont su rester fidèles à leurs amitiés d’enfance, elle avoue pourtant : “A la limite, j’aurais peut-être au fond désiré que mes enfants se marginalisent plus”.

Ménage C : l’intégration du mari à la société locale

Du point de vue des origines géographiques, ce couple représente l’inverse du cas précédent, puisque c’est l’époux qui, né dans une autre région, est devenu lyonnais d’adoption à la suite de son mariage.
Mais cette première dissymétrie se double ici d’une nette disparité des origines sociales. Fils d’un ouvrier qui travaillait chez un artisan rural, monsieur C. poursuit ses études jusqu’au baccalauréat, puis fait son service militaire. Il a le grade d’officier au moment où éclate la deuxième guerre mondiale. Par suite de la compression des cadres qui intervient sitôt après la fin du conflit, il renonce à la carrière militaire qu'il avait d’abord envisagée. C’est à cette époque qu’il épouse la sœur d’un ami officier. Son beau-père, lui-même ancien officier de carrière, le fait alors entrer dans un organisme lié à la vie économique lyonnaise, où il exerçait depuis quelque temps des fonctions administratives après avoir quitté l'armée. Le jeune ménage s'installe alors à proximité des beaux-parents, comme locataire d’un grand et bel appartement qu'il occupe encore au moment de l’enquête. Durant toutes ces années, monsieur C. conforte sa position au sein du même milieu professionnel, où il assume aujourd’hui d’importantes responsabilités.
A certains égards, cette stabilisation n'est pas sans rappeler celle qu’avait aussi connue sa belle-famille, mais à la génération précédente. Pendant toute sa jeunesse, madame C. avait en effet changé très souvent de ville et de région jusqu’à ce que son père quitte la vie de garnison pour une activité civile. C’est alors seulement que sa famille s’était définitivement fixée à Lyon, où résident depuis lors plusieurs de ses frères et sœurs. Mais sa parentèle au sens large est beaucoup plus dispersée, et semble marquée, elle aussi, par une certaine dissymétrie entre la famille de sa mère, fille d’un dirigeant de grande entreprise, et celle de son père, sensiblement plus modeste. C’est d’ailleurs plutôt de sa famille maternelle que parle l’interviewée, comme si elle privilégiait implicitement une lignée féminine qui, à chaque génération, s’allierait non pas au représentant d’une autre lignée de statut à peu près comparable, mais, de façon plus circonscrite et plus élective, à un époux ayant en quelque sorte obtenu son brevet d’officier.
C’est dire que la carrière des armes ne joue pas ici le même rôle que dans un certain nombre de familles bourgeoises ou aristocrates qui sont également présentes dans le quartier, et parfois dans le même pâté de maison. Elle n’imprègne pas de la même façon les traditions et les valeurs familiales, et représente plutôt, pour les “pièces rapportées” masculines, le support plus ou moins provisoire de trajectoires sociales ascendantes qui finissent par se consolider dans d’autres activités.
C’est dire, aussi, que madame C. n’occupe pas, dans l’espace social lyonnais, une position équivalente à celle des descendants de familles installées de longue date, telles celles décrites précédemment. A l’exact opposé de ces derniers, elle assure connaître “assez peu” Lyon, mais très bien son quartier. De fait, l’essentiel des fréquentations de monsieur et madame C. hors du cercle familial se partagent entre les relations professionnelles du mari et, surtout, les nombreux amis qu’ils se sont faits peu à peu par l’intermédiaire de la paroisse et de l’école privée où sont allés tous leurs enfants. Ces amitiés ont généralement survécu aux changements d'adresse, si bien que la carte des fréquentations du ménage se trouve très étroitement liée à ces divers mouvements centrifuges hors du quartier auquel eux-mêmes sont demeurés fidèles depuis près de 40 ans.
Ce n’est donc pas exactement sur la base de la stricte proximité de voisinage que s’est progressivement constitué ce dense réseau d'amitiés et de relations où pourtant le quartier joue un rôle de premier plan. Monsieur et madame C. n’ont nullement cherché à entrer systématiquement en rapport avec leurs voisins d’immeubles. Ils prisent au contraire la discrétion de bon aloi qui exclut toute recherche de convivialité. Cette convivialité est plutôt l’attribut générique et indéterminé d’un quartier qu’ils s’accordent à trouver “chaleureux”, “vivant”, et doté d’une “espèce d'âme”. Présent lors de l’entretien, le mari partage sans la moindre dissonance les manières de voir et les façons de vivre exposées par son épouse. Tout au long de ce discours à deux voix se trouvent affirmés avec force les agréments d’un “véritable petit village” qui est en même temps “un petit centre”, le plaisir ordinaire des reconnaissances mutuelles et des saluts quotidiens qui néanmoins n’engagent à rien, et la solidité réconfortante des amitiés localisées mais pourtant sélectives.
Pour ce couple plutôt aisé, mais dépourvu de patrimoine, de résidence secondaire, et de véritable assise familiale et sociale dans l’agglomération, le quartier est devenu au fil des ans une sorte de ressource, une extension familière et presque naturelle du “chez soi”, un relais indispensable assurant une place équilibrée au sein de la vie citadine.
Aussi n’est-ce sans doute pas un hasard si les enfants se trouvent pris à leur tour dans l’orbite familiale, et donc locale, bien au-delà de leur première décohabitation. Tous ont fait des études supérieures. L’un d’eux, marié à une Lyonnaise, exerce une profession libérale dans un arrondissement périphérique. Pour des raisons de commodité, le jeune couple emménage d’abord à proximité du cabinet de consultation. Mais ni l’un ni l’autre ne s’habituent à un quartier jugé mort, anonyme et dépourvu d’attraits. Aussi décident-ils de revenir habiter non loin des parents du mari, au prix d’un fort allongement des trajets quotidiens entre le domicile et le lieu de travail.
L’une des filles, qui aspirait à poursuivre ses études dans une école supérieure lyonnaise, n’obtient par son rang au concours qu’un établissement de niveau à peu près équivalent, mais situé dans une ville éloignée. Elle s’y établit donc, mais, quelque temps après, se trouve contrainte par une dépression nerveuse d’abandonner sa scolarité. Ses parents la font alors revenir “à la maison”, et s’efforcent avec succès de “lui faire reprendre pied peu à peu”.
Ils lui trouvent un logement à Lyon, puis se préoccupent de la “recaser” professionnellement grâce aux relations du mari dans les milieux économiques locaux. Elle se rapproche encore davantage du domicile de ses parents, et conserve sa nouvelle adresse et son emploi administratif jusqu’au moment de son mariage.
Un autre fils parvient lui aussi à “prendre pied normalement” grâce à l'intervention insistante de ses parents, soucieux d’apporter à une trajectoire qu’ils jugeaient par trop sensible à l’air du temps les corrections qui s’imposaient.

Le dernier, ce n'est pas le cancre de la maison, ce n’est pas ça, parce que... c’est un garçon très intelligent, mais très décontracté. C’est celui qui a subi énormément l'influence de son époque, qui a redoublé je ne sais combien de classes. Et puis enfin, malgré tout, il est arrivé petit à petit à prendre pied normalement. Après sa terminale, il a immédiatement fait son service militaire, et il n'avait pas très envie de reprendre ses études après. Mais il y avait papa et maman derrière qui n’étaient pas du tout d'accord. Il avait fait son service militaire dans de très bonnes conditions, puisqu’il est maintenant lieutenant de réserve. Ca l’avait énormément intéressé. Il a passé ensuite un tas de concours, et il a réussi à entrer [dans une grande école parisienne]. Il sort donc cette année, mais à 27 ans seulement, avec un diplôme d’ingénieur. Il a l’intention de pousser encore, de se spécialiser [dans une école d'application]. Mais il lui resterait encore une année d’études s'il est admis dans cette école. Alors lui est fiancé, et... enfin, ça en reste là, la fiancée fait des études de son côté, elle a encore pour un an d’études, et ils attendent”.

En définitive, concluent les parents, “c’est un garçon qui est resté... qui n’a pas du tout tourné à ‘blouson noir’ni à ‘hippie’. Il est resté sérieux, mais enfin il est absolument libre". Une fois de plus, la formation d’officier a représenté un point de bifurcation important dans le destin individuel d'un membre de la lignée. Elle aura du moins contribué à conforter chez le jeune homme les aspirations scolaires que l’entourage familial encourageait. Mais elle n’intervient plus ici que de façon fugitive, comme une sorte d’écho atténué des cycles professionnels parcourus par les deux générations précédentes.

Ménage D : une citadinité migratoire

Monsieur et madame D. sont tous deux originaires d’une même région du sud de la France. C’est seulement depuis quelques années qu'ils demeurent à Lyon, où ils n'ont pas d’attaches particulières. A vrai dire, étant donné l'exceptionnelle richesse de leur réseau familial et social, ils n'ont pas manqué de retrouver sur place quelques cousins ou amis qui habitaient l’agglomération depuis un temps plus ou moins long. Mais le même heureux hasard aurait pu tout aussi bien se produire dans beaucoup d’autres grandes villes françaises.

Cadre supérieur dans une très grande entreprise, le mari a parcouru sur le territoire national les étapes d'une carrière qui a rythmé du même coup l'itinéraire résidentiel du ménage. Cependant, ni l’éloignement géographique ni les déménagements successifs n’ont distendu les liens unissant la cellule familiale à son ample parentèle et à ses nombreuses relations. La plupart des vacances se passent dans la région d'origine, et sont l’occasion de chaleureuses retrouvailles chez les uns et chez les autres. Sur un territoire de la taille d'un département, les familles des deux conjoints sont depuis longtemps solidement implantées. Elles se connaissent de longue date, et des liens d’alliance s’étaient déjà noués entre elles bien avant le mariage de monsieur et madame D., qui ont d’ailleurs des ancêtres communs. A intervalles réguliers, parents, frères, sœurs et enfants se retrouvent en grand nombre :

On est des grandes familles, issues de grandes familles de tous les côtés. C'est pour cela que, dans les réunions familiales, dès qu’on veut être simplement les frères et les sœurs de chaque famille, on est tout de suite 90 ou 100. Alors, dès qu'on étend un peu aux cousins germains, ça fait tout de suite des chiffres faramineux.

Parfois, ces réunions de famille ont pour cadre quelques demeures patriciennes de la ville chef-lieu. Mais elles se tiennent de préférence dans les nombreuses propriétés rurales, transmises de génération en génération, qui servent aux uns de résidences principales, aux autres de maisons de campagne. Dans l’une d’entre elles, où les parents de madame D. ont fini leurs jours, le couple compte se retirer à son tour d’ici quelques années. Depuis sa venue à Lyon, il en est d’ailleurs suffisamment proche pour s’y rendre dès maintenant à chaque fin de semaine.
Madame D. compte parmi ses ascendants et ses collatéraux de longues dynasties de professions libérales. En revanche, ses enfants ont tous fait des études supérieures scientifiques. “Ils sont beaucoup plus du côté de mon mari”, explique-t-elle. En fait, son propre milieu familial a joué, dans l’orientation de leurs cursus scolaires et même dans la transmission du statut social, un rôle beaucoup plus actif qu'elle ne le laisse entendre. C’est en effet dans sa ville natale que trois de ses enfants sont venus compléter leur formation par un diplôme supérieur de gestion. A leurs études scientifiques initiales, généralement effectuées dans les facultés ou écoles proches des lieux de résidence successifs du ménage, s’est donc surimposé avec une remarquable régularité ce séjour quasi-rituel qui fonctionne à la manière d’un véritable adoubement. On voit en effet les enfants de cette fratrie, qui s’est constituée et a grandi dans d’autres régions, venir fréquenter à leur tour ce qui est un peu ‘l’université de la famille”, car elle a marqué de son empreinte bon nombre de leurs ascendants, oncles et cousins. Par son contenu, la formation complémentaire qu’ils y reçoivent rétablit d’ailleurs une certaine continuité avec les études juridiques qui ont toujours occupé une place prépondérante au sein de leur parentèle. Au seuil de leur vie active, ils se sont ainsi trouvés dotés de nouveaux atouts susceptibles, comme le dit l’interviewée, de “leur ouvrir pas mal de portes”, et d’orienter leur carrière vers des fonctions moins exclusivement techniques et moins “cloisonnées” que celles autorisées par leurs études scientifiques initiales.
Les enjeux scolaires et professionnels ne sont pas les seuls qui donnent sens à ce parcours commun à plusieurs frères et sœurs de la jeune génération. Le séjour dans la région d'origine de leurs parents est aussi une excellente occasion de réactiver les liens qui unissent en permanence le groupe domestique à sa parenté. Pendant ces années d’études, les jeunes gens ont naturellement été logés chez leurs oncles et tantes, de la même façon que monsieur et madame D. ont accueilli à maintes reprises quelques-uns de leurs frères, neveux et nièces pour des séjours plus ou moins prolongés. Complément des réunions de famille et des visites plus intermittentes, ce jeu des hébergements croisés est l’un des aspects les plus marquants d’un système d’interrelations particulièrement riche, qui parvient à surmonter de multiples façons les contraintes de la distance physique. “C’est seulement depuis que nous sommes à Lyon, note madame D., que nous n’avons personne de la famille ou d’étrangers à héberger”.
Pour deux des enfants, ce cycle d’études complémentaires a conduit de surcroît à une stabilisation durable dans la région d’origine des parents. L’une des filles y trouve un emploi, ou plutôt obtient sa mutation après un premier poste parisien dans une grande entreprise. L'autre y trouve un mari. Ce dernier, qu’elle a connu à l’université, exerce aujourd’hui une profession libérale. Le jeune couple est logé dans l’une des propriétés rurales de la famille, non loin de la ville où le mari a son cabinet.
Deux des autres enfants, en revanche, n’ont pas subi pour l'instant les effets de cette force de rappel. Au contraire, leur carrière professionnelle les oriente plutôt vers un parcours résidentiel compliqué, à l’instar de celui de leur père.
Pour autant qu’on puisse en juger au moment de l’enquête, on observe donc au sein de la jeune génération une certaine divergence des destinées. Toutes sont pourtant en continuité avec le modus vivendi hérité des parents, fait à la fois de fidélité aux origines et de mobilité, d’enracinement et d’ouverture, d’héritage et d’adaptation. Citadins par excellence, monsieur et madame D. ont reçu de leur propre famille une remarquable capacité à maîtriser les distances, qu’il s'agisse de celles qui séparent la ville de la campagne, ou des distances entre le territoire d’origine et les autres espaces de vie qu’ils ont été amenés à fréquenter tout au long de leur vie de couple. Placées sous le signe de l’abondance (d’enfants, de biens matériels, de diplômes), les lignées dont ils sont issus transmettent de génération en génération les ressources nécessaires à la reconduction du statut. Un peu à la manière d’un acteur collectif, la famille au sens large joue un rôle décisif dans le destin de ses membres, tout en laissant très ouverts les choix individuels. L’inscription de la famille dans un territoire régional est suffisamment forte et diversifiée pour n'imposer aucun localisme. Inversement, les parcours accomplis par certains hors de ce territoire n'imposent aucune rupture.
Dès lors, la réactivation permanente des liens avec la parentèle ne fait nul obstacle aux relations sociales qui peuvent être développées simultanément dans la ville où l’on habite pour un temps. Monsieur et madame D. ne sont à Lyon que pour quelques années, et n’ont donc nullement l’intention de s’intégrer à la société locale. Pourtant, leur sociabilité ne se limite pas aux relations professionnelles du mari. Madame D. consacre beaucoup de temps à une vie relationnelle très diversifiée, mais qui se déploie au moins autant à l’échelle de la ville qu’à celle du voisinage (associations caritatives, accueil des ménages nouvellement installés à Lyon, etc...). Certes, les véritables enjeux sont ailleurs, et le couple “ne cherche pas à s’implanter”. Mais, du même coup, le rapport qu’il entretient avec le quartier, et notamment avec ses voisins, apparaît en relative consonance avec les manières d’habiter les plus typiques des milieux locaux de vieille souche.

Ménage E : promotion sociale et insertion locale

Ce ménage n’a pas, lui non plus, d’attaches familiales dans l’agglomération. Mais, à la différence du précédent, il s'est stabilisé depuis plus de 20 ans dans la ville de Lyon où chacun des deux conjoints exerce la profession de médecin. Monsieur et madame E. sont originaires de deux villes moyennes de la région Rhône-Alpes. Nés la même année, ils sont venus à Lyon à l'âge de 17 ans pour faire leurs études de médecine, et c’est à l'université qu'ils se sont connus. Depuis lors, ils n’ont plus quitté la ville qui leur offrait à la fois la possibilité d’une carrière professionnelle et un compromis géographique entre leurs régions d’origine. L'ajustement progressif à leur nouveau cadre de vie s’est donc opéré sur une base égalitaire, aucun des deux ne se trouvant pris dans l'orbite des contraintes professionnelles ou des appartenances locales de son conjoint.
Quand on considère leurs parentèles respectives, on voit apparaître entre les deux membres du couple une symétrie tout à fait remarquable, qui éclaire singulièrement la communauté de leurs trajectoires et de leurs positions professionnelles. Elle est fille d’artisan, lui est fils de commerçant. Chacune des deux fratries comportait sept enfants, dont les destins professionnels sont tout à fait comparables si l’on excepte ceux qui sont décédés avant d'atteindre leur majorité. Seul le frère aîné de madame E. a reconduit le statut familial en prenant la suite de son père. En revanche, trois autres enfants exercent des professions libérales dans le domaine de la santé (médecin, dentiste, vétérinaire). Du côté du mari, on observe une orientation encore plus systématique vers les professions libérales (deux médecins, un dentiste, un juriste, une pharmacienne), et la seule qui ne travaille pas a épousé un architecte. La réussite scolaire et professionnelle des deux enquêtés n’est donc pas isolée. Au contraire, c’est bien la quasi-totalité de leurs fratries respectives qui s’est massivement reclassée dans des métiers hautement qualifiés, tout en perpétuant le statut d’indépendant qui était déjà celui du père à un niveau plus modeste.
Cette translation du commerce ou de l'artisanat vers les professions libérales n’est donc pas exempte de continuité, même si elle implique une forte élévation du niveau d’études entre les deux générations. Au demeurant, la très remarquable réussite scolaire que l’on observe chez les frères et sœurs n’est sans doute pas sans lien avec les ressources intellectuelles et les aspirations des mères. Et c’est là l’occasion d’observer une nouvelle symétrie entre les deux familles. L’un des pères s’était arrêté à l’école primaire, l’autre à la classe de troisième. En revanche, la mère et la belle-mère de madame E. étaient toutes deux titulaires du baccalauréat. Elles se sont mariées très jeunes et, selon l’enquêtée, c’est pour cette raison qu’elles n’avaient pas poursuivi plus avant leurs études. Entre les deux générations, une table de mobilité ferait apparaître une ascension sociale tellement systématique qu'elle en devient spectaculaire. Pourtant, les familles d’origine n’étaient pas dépourvues de potentialités et de dispositions qui éclairent dans une large mesure les raisons de cet impressionnant faisceau de trajectoires ascendantes.
L’homogamie entre les deux conjoints n’est donc pas seulement professionnelle, ni même “sociale” dans le sens restreint qui ne considérerait que le statut des pères. A ces indicateurs usuels se superpose ici une multiplicité d’éléments (niveaux scolaires des pères et des mères, taille des fratries, destinées sociales des frères et sœurs) qui renforcent singulièrement la proximité des deux membres du couple.
La jonction de ces deux histoires si semblables s'opère néanmoins hors des localités d’origine. C’est dans un nouvel espace de vie que le couple inscrit désormais sa propre histoire et celles de ses enfants, confortant ainsi une rupture initiale qui aurait pu n'être que provisoire, mais qu’imposait au moins pour quelques années la volonté de suivre un cursus universitaire.
Au départ, l’installation dans le sixième arrondissement de Lyon est un peu le fait du hasard. Puis l’extension de la famille rythme les déménagements successifs, tout en limitant l’ampleur des délocalisations afin que soit préservée une continuité dans la fréquentation des écoles primaires. Devenus grands, les quatre enfants poursuivent aujourd’hui leurs études dans divers établissements privés plus éloignés du domicile.
A chaque étape de son parcours résidentiel, le couple accorde la préférence au logement ancien, même quand la médiocrité de son état impose d’importants travaux. Monsieur et madame E. passent d’abord du sud au nord de l’arrondissement, quittant ainsi un secteur qui était encore relativement populaire avant sa récente rénovation pour s’installer dans l’un des plus cossus de l’agglomération. Puis, à mi-chemin de leurs deux adresses précédentes, ils finissent par acquérir un grand appartement qui leur donne toute satisfaction. Leur objectif était précis (“on cherchait à acheter de l’ancien dans le quartier”), et ils l’ont réalisé en répondant à une annonce, cas à peu près unique sur la cinquantaine d’entretiens que comporte l’enquête. Acheté à crédit, ce logement représente leur seul patrimoine matériel : “on a notre appartement, c’est tout, et nos enfants, sur lesquels on investit”.
Cet ajustement progressif à l’espace local ne correspond pas uniquement à des critères instrumentaux tels que la taille du logement, la proximité du commerce et celles des écoles. Au fil des ans, monsieur et madame E. se sont fait une idée assez précise de la géographie sociale de l’arrondissement et de la place qu'ils souhaitaient y occuper. Leur précédent environnement, trop “bourgeois” à leur goût, ne les satisfaisait guère plus que leur tout premier domicile. En revanche, ils se perçoivent beaucoup plus en harmonie avec leur quartier actuel, que l’enquêtée juge “moyen”, “équilibré”, intermédiaire entre le “haut sixième” et le “bas sixième”. De leurs voisins, ils n’attendent pas beaucoup plus que les simples signes d’une reconnaissance mutuelle qui pourtant leur importe au plus haut point, car elle consacre leur bonne insertion en conférant un caractère quasi-naturel à leur présence dans les lieux. C’est maintenant chose faite, mais cette reconnaissance a tardé à venir (“pour être adopté dans le quartier, il faut cinq ans”). Pour l'obtenir, il fut parfois nécessaire de recourir aux bons offices d’amis communs, ou encore de mettre en œuvre des stratégies particulièrement offensives :

“Un jour, j’étais dans l’escalier avec mes couffins, et je dis à madame F : “vous pourriez dire bonjour, vous pour riez répondre quand on vous dit bonjour". “Oui, me dit-elle, vos enfants sont très polis, mais vous...” Alors je lui dis : “si mes enfants sont très polis, c’est bien moi qui leur ai appris à dire bonjour”... Et, depuis ces présentations, elle me dit bonjour”.

La sociabilité du couple se partage pour l’essentiel entre les réunions de famille (donc hors de Lyon) et les amitiés professionnelles qui souvent remontent aux années d'études des deux conjoints. Hors de ce cercle, le réseau de leurs relations lyonnaises est peu développé, et ils ne paraissent pas particulièrement soucieux de le renforcer. Comme ils n’en sont pas moins établis définitivement à Lyon, on comprend qu’ils soient attachés à trouver dans leur environnement résidentiel les signes de cette installation. Le quartier choisi ne vaut pas seulement par son image satisfaisante, dont ils participent quelque peu du seul fait qu'ils y habitent. Encore faut-il que leur présence apparaissent complètement légitime aux yeux de leurs voisins. Il convient donc que ces derniers en fournissent un témoignage discret, mais quotidien. Dans les cas les plus désespérés, tel celui narré ci-dessus, il peut alors apparaître opportun de bousculer l’œuvre du temps en revendiquant de la façon la plus nette ce droit à l’adoption.

34Ces quelques portraits donnent une idée de la diversité des histoires singulières qui modulent l’appartenance des ménages à un même groupe socio-professionnel. En l’occurrence, les critères qui structurent le mieux cette diversité peuvent être résumée de la façon suivante :

35A ces éléments de différenciation, propres aux individus, aux familles et aux ménages, se combinent ceux découlant des particularités de chacun des trois contextes locaux, en raison de leur situation géographique, de leur structure matérielle et aussi des modalités d’entrée dans le logement.

Notes

1 Voir sur ce point le chapitre IV “Propriétaires et locataires”.

2 Telles que les décrivent par exemple les travaux de C. BIDOU (Les aventuriers du quotidien, Paris, PUF, 1984), de B. BENSOUSSAN et d’O. GUILBOT (art. cit.), ou encore d’A. MICOUD et J. NIZEY (Travailler en ville, habiter à la campagne : les nouvelles Jonctions résidentielles de l’espace rural, CRESAL/Plan Construction, 1977).

3 Au sens où Claude THELOT entend cette expression dans Tel père, tel fils ? Position sociale et origine familiale. Paris, Dunod, 1982.

4 Cf. F. de SINGLY et C. THELOT, Gens du privé, gens du public, Paris, Dunod, 1988.

5 Encore que ces “frais” ne soient pas nuls. Ainsi, lorsqu’elle indique que sa belle-famille loge le couple à titre gratuit, elle ajoute aussitôt : "on n’a jamais versé un loyer, mais c’est compensé d’autres façons Ce n’est pas forcément ce qu’il y a de plus clair ni de plus simple, mais c’est ainsi”.

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search