Version classiqueVersion mobile

Habiter Lyon

 | 
Yves Grafmeyer

Chapitre I. Des territoires sans qualités

Texte intégral

1Quels que soient les critères utilisés pour apprécier la consistance de la notion de quartier, les diverses portions de l’espace urbain n’ont pas toutes les mêmes titres à être considérées comme des quartiers à part entière. La logique du découpage peut alimenter une représentation illusoire de la ville comme juxtaposition de quartiers, mais force est de constater que certains espaces ne sont guère que des “morceaux de ville”, qui ne se signalent pas particulièrement par l’évidence de leurs limites, ni par l’intensité des sociabilités locales, ni par les institutions et les symboles d’une identité partagée, ni par des actions collectives mobilisant une partie significative de la population. Ces territoires n’en sont pas moins typiques de la citadinité, si l’on admet qu’habiter la ville, ce n’est pas la même chose qu’habiter l’un de ses quartiers, et encore moins habiter celui-ci comme on habiterait un village.

2En toute rigueur, l’aire de résidence peut n’être après tout qu'un agrégat de ménages distribués dans des logements. L”’appartenance” au quartier ne serait alors qu’un artefact statistique, conformément d’ailleurs à ce que suggèrent parfois les dénégations des intéressés eux-mêmes.

3Les “terrains” qui ont été retenus ici comme points d’observation ont justement été choisis de manière à se rapprocher au mieux de cette situation-limite. A tout le moins, ils appartiennent à des secteurs de Lyon dont l’identité est peu affirmée, et apparaît en tout cas problématique, dans la mesure où elle ne peut être préjugée. Rien en effet ne permet d’y voir a priori les supports d’une image ou d’une vie de quartier, ni les enjeux d’actions collectives. Ils n’ont ni centre ni contours bien déterminés, ni même à proprement parler de noms. Au départ, on les considérera donc comme de simples coupes dans l’espace urbain, qui se distinguent dans une certaine mesure par leur situation, par leur structure matérielle, par leur composition sociale, tout en étant suffisamment proches pour qu’une analyse comparative soit légitime.

4En d’autres termes, ces portions du territoire de la ville auraient peu de chances de figurer en bonne place dans la liste des sites lyonnais justiciables d'une monographie de quartier. Aussi bien n’est-ce pas de monographie qu’il s’agit, les secteurs étudiés n’étant nullement envisagés comme des entités socio-spatiales dotées d’une relative autonomie au sein du système urbain. L’objet de l’analyse, ce sont les populations qui s’y trouvent localisées au moment de l’observation, c’est-à dire à une étape de leurs propres trajectoires résidentielles. D’un côté, ces populations peuvent être entendues comme des ensembles d’individus et de ménages, qui sont susceptibles d’être décrits par un certain nombre de caractères socio-démographiques dont la combinaison fournit des éléments pour une représentation statistique du “contexte” local. D’un autre côté, ces individus sont aussi des acteurs, dotés de mémoire et de projets, impliqués dans divers champs d’activité entre lesquels il leur arrive de devoir arbitrer. A ces champs peuvent être associées des représentations et des pratiques très largement indépendantes de l’inscription locale. Les résidants se trouvent pris dans des appartenances, des réseaux d’interconnaissance et des systèmes d'interaction qui sont en partie localisés hors du quartier ou même hors de la ville. Dès lors, on peut se demander dans quelle mesure les attitudes et les conduites de ces acteurs se trouvent affectées, si peu que ce soit, par l’endroit où ils résident à un moment de leur histoire personnelle. Inversement, le lieu habité peut-il être considéré comme un élément pertinent pour repérer et qualifier des systèmes de préférence, des identités sociales et des manières de vivre ?

5Même lorsque l’espace local ne semble guère fonctionner comme un véritable dispositif régulateur des liens sociaux, des pratiques et des normes, l’observation localisée présente néanmoins quelque intérêt pour au moins trois raisons :

  1. Quels que soient les modes de constitution et de renouvellement de la population locale, on peut faire l'hypothèse que ces processus ne sont jamais tout à fait aléatoires. Ils manifestent un certain nombre de régularités qui permettent de parler de logiques de peuplement Parfois, ces logiques sont dominées par des règles qui définissent de façon explicite les conditions d'entrée dans la localité. On songe en particulier aux mécanismes d’attribution des logements dans le parc locatif social. De tels mécanismes, qui ne dispensent d’ailleurs pas d’une analyse sociologique de la “demande locative” ainsi traitée par les propriétaires institutionnels, n’interviennent dans aucun des trois secteurs retenus ici. Le peuplement de ces derniers n’est donc pas “préconstruit”1, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’il résulte du simple jeu de la concurrence sur les marchés immobilier et locatif. Sans même parler des mutations successorales ni des occupations gratuites qui traduisent diverses formes de solidarité entre les générations, les transactions marchandes y sont souvent canalisées par de multiples dispositifs de filtrage qui, au-delà des préférences et des contraintes financières des candidats, font intervenir les réseaux locaux et aussi les catégories adoptées par les acteurs en présence dans leur perception d’autrui. L'échelle micro-locale n’est certes pas la seule utilisable, mais elle fournit les moyens d’approcher dans leur complexité ces phénomènes de circulation et d’immobilisation dans l'espace urbain, à la jonction des projets individuels, des contraintes matérielles et juridiques associées aux lieux ou aux types de parc immobilier, et éventuellement de l’intervention de divers acteurs institutionnels.
  2. Même lorsque les interviewés proclament leur relative indifférence vis à vis du lieu où ils habitent, même si ce dernier n’apparaît effectivement que comme une étape dans un parcours résidentiel parfois compliqué, il reste que divers effets peuvent résulter de l’agrégation locale, fût-elle provisoire, de citadins qui présentent un certain nombre de similitudes. Ces convergences ne s’apprécient qu’imparfaitement à l’aune des appartenances socio-professionnelles. Elles peuvent aussi se manifester à travers des types de trajectoires individuelles et familiales, des formes de relations entre les générations, des manières d’habiter, etc... Aussi l’espace local, même dans les cas où il paraît se limiter pour l’essentiel à sa fonction résidentielle, n’en est pas moins le territoire d’inscription de milieux parfois très diversifiés, parfois au contraire dominés par une relative homogénéité des origines, des appartenances ou des façons de vivre. En tant que tel, il peut représenter non seulement une échelle d’observation de ces milieux, mais aussi un des éléments susceptibles de conforter les signes et les moyens de leur identité.
  3. On peut enfin supposer que le simple fait de la proximité spatiale est à soi seul producteur d’un certain nombre d’effets. Si l’espace résidentiel n’est pas un système d’interaction, il suscite en revanche des occasions d’interaction ou au moins des situations de co-présence entre habitants du même immeuble ou du même voisinage. Qu’elle soit souhaitée ou subie, qu’elle induise des sociabilités, des tensions ou des conduites d’évitement, la proximité de l’autre n’est jamais complètement indifférente. Le “territoire” de l’habitant, au sens quasi éthologique du terme, ne se limite pas strictement à son logement, en dépit de certaines proclamations. Même lorsqu’on ne sait à peu près rien de ses voisins, la façon dont on en parle traduit des catégories de jugement, des manières de se situer soi-même autant que de situer autrui, et souvent aussi l'intérêt que l’on porte à divers enjeux (usage des espaces publics, entretien de l’immeuble, environnement scolaire et camaraderies enfantines, image sociale du quartier, etc...).

6Partant des populations plutôt que des espaces, on s’efforcera dans un premier temps de caractériser globalement les habitants des trois secteurs. On verra se dessiner ce que l’on peut appeler, en forçant un peu le trait, des manières d’habiter dominantes (chapitre I ci-dessous), qui n’excluent naturellement pas un certain nombre de variations liées aux caractéristiques socio démographiques des enquêtés (chapitre II).

7Les développements suivants seront centrés sur deux principes organisateurs de la co-présence dans la localité :

  • la structure du cadre bâti (chapitre III),
  • le statut juridique d’occupation (chapitre IV).

8C’est donc à travers ces deux analyseurs privilégiés que sera conduit l’examen comparatif des trois contextes résidentiels, en fonction des hypothèses qui viennent d’être formulées. Cet examen mettra en évidence le jeu d’un certain nombre de régulations, dont les effets stabilisateurs tendent à se combiner avec divers facteurs récents de changement (chapitre V).

9Au préalable, on présentera dans les pages qui suivent les sources utilisées, les caractéristiques générales des secteurs étudiés, et celles de la petite population qui a fait plus particulièrement l’objet de la campagne d’entretiens.

1. LES INSTRUMENTS D’OBSERVATION

10L’analyse des populations localisées dans les trois secteurs retenus a été conduite en prenant appui sur deux types de sources : d’une part des données statistiques décrivant l’ensemble des résidents, d’autre part un corpus de 50 entretiens semi-directifs auprès d’habitants choisis dans un petit nombre d'immeubles-tests qui ont par ailleurs donné lieu à une investigation plus approfondie.

11Les tableaux statistiques édités par l’INSEE sur la base des derniers recensements donnent une idée générale de la physionomie des trois quartiers auxquels appartiennent les îlots étudiés. Pour une analyse plus fine de ces îlots eux-mêmes, il était nécessaire de disposer de données brutes qui seules permettent l’emploi de plusieurs grilles de codages alternatives, et le croisement systématique d’informations saisies à l’échelle de l’immeuble, du ménage et de l’individu.

12Pour deux des groupes d'îlots, situés dans des quartiers anciens du 1er et du 6e arrondissement, la principale source d’information a été fournie par les bulletins individuels du recensement de 1975, dont l’Observatoire régional de l’INSEE avait aimablement autorisé la consultation. L'accès à ces données brutes n’a malheureusement pas été possible pour le recensement de 1968 ni pour celui de 1982, dont seuls étaient disponibles les résultats agrégés à l’échelle du quartier. La “mobilité” de l’ensemble des habitants n’a pu donc être appréciée que de façon très rudimentaire, en se fondant à chaque fois sur la seule indication du domicile habité au moment du précédent recensement. Malgré cette limitation, les données individuelles, qui ont fait l’objet d’un dépouillement exhaustif, constituent une base documentaire irremplaçable. Elles permettent de repérer avec la plus grande précision la manière dont les habitants se distribuent dans l’espace du secteur et de l’immeuble. Simultanément, ces habitants peuvent être décrits à partir de critères plus diversifiés que ceux des nomenclatures usuelles, et aussi plus attentifs aux spécificités locales. C’est ainsi par exemple que les positions professionnelles ont été saisies simultanément de deux façons : à travers le code des CSP, mais aussi à partir des déclarations précises fournies à l’agent recenseur. Chaque métier apparaissant ainsi comme une modalité spécifique dans le fichier de base, un très grand nombre de partitions distinctes peuvent être opérées au moment du traitement, en fonction des hypothèses qui guident la recherche. Chaque fois qu’elle figurait sur les bulletins individuels, l’ancienne profession des retraités a été relevée, afin d’avoir une meilleure connaissance de cette partie de la population qui est fortement représentée dans beaucoup de quartiers centraux. Tous les découpages ainsi opérés, notamment pour saisir de façon fine la composition socio-professionnelle, sont susceptibles de confrontations avec les catégories des nomenclatures officielles, et aussi avec les représentations qui se font jour à travers les entretiens.

13Le troisième point d’observation est formé par un seul gros îlot du 6e arrondissement dont les immeubles, construits au milieu des années 50, sont administrés depuis l’origine par le même régisseur. Ce dernier est à la fois le syndic de co-propriété et le mandataire des propriétaires-bailleurs pour la gestion courante de leur patrimoine et l’instruction des dossiers de candidature à une location. La régie joue donc un rôle important dans la régulation des rapports entre les co-propriétaires, ainsi qu’entre les bailleurs et leurs locataires potentiels ou effectifs. Grâce à son obligeance, il a été possible de constituer à partir de ses archives un fichier anonymé décrivant l’intégralité des occupants, propriétaires aussi bien que locataires, qui se sont succédé dans les appartements depuis leur construction.

  • 2 Du moins ceux des locataires.

14Les avantages et les limites de cette source d’information sont symétriques de ceux que présentent les données individuelles des recensements. Le fichier décrit les flux d’entrée et de sortie jusqu’à la fin de 1985, date de la saisie des données, ce qui fournit un état des lieux tout à fait contemporain de la campagne d’entretiens. Les caractéristiques socio-démographiques des occupants y sont consignées avec une grande précision, ainsi que leurs revenus2. Mais, relevées par la régie au moment des entrées, ces informations n’avaient généralement guère de raisons d’être actualisées par la suite. Du coup, les caractères de la population locale à différentes dates ne peuvent être supputés qu’avec une certaine marge d’imprécision, qui est particulièrement forte en ce qui concerne la structure des ménages, mais existe aussi dans une moindre mesure pour les professions exercées.

15En revanche, ces données se prêtent beaucoup mieux que celles des recensements à une analyse longitudinale. D’une part, elles fournissent en général non seulement les adresses précédentes des habitants, mais aussi les adresses ultérieures de ceux qui ont déménagé. Et surtout, la succession des occupants peut être intégralement restituée et datée pour chaque logement sur une période de 30 ans, alors que les données de l’INSEE ne permettent ni de préciser le calendrier des rotations, ni même de repérer les séquences dont la durée est inférieure à une période intercensitaire.

16Pour chacun des trois secteurs retenus, un certain nombre de propriétaires, de régisseurs et de gardiens d’immeubles ont communiqué diverses informations sur l’histoire de l’occupation des immeubles et sur les pratiques d’attribution et de transmission des logements.

17Par ailleurs, 50 entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès des habitants. Ils sont centrés sur l’itinéraire résidentiel antérieur du ménage, sur les trajectoires de ses membres (origine familiale, formation, emplois successifs), ainsi que sur les pratiques et représentations que l’enquêté associe à son quartier, à son immeuble et à son logement. Les informations sur les trajectoires ont été recueillies dans la mesure du possible sur plusieurs générations, de manière à dépasser le cadre strict du ménage qui se trouve ainsi replacé au sein d’un réseau plus large de parenté et d’alliances.

18Ces entretiens souvent très approfondis, menés auprès d’un nombre limité de personnes, ont complété sur un échantillon témoin les informations fournies par l’INSEE et par la régie d’immeubles. Ils ont aussi permis, en confrontant ces données à l’histoire des ménages et aux perceptions des enquêtés, d'enrichir la compréhension des régularités mises en évidence par les traitements quantitatifs. La majorité de ces interviews ont été réalisés de 1984 à 1987, et font partie d’un corpus plus large qui a été constitué sur divers secteurs de l’agglomération lyonnaise. Certains en revanche sont un peu plus anciens. Il est cependant apparu utile de les prendre en compte, d’autant plus qu’ils avaient été conduits auprès d’habitants des îlots anciens pour lesquels les seules données individuelles disponibles étaient celles du recensement de 1975.

19Le terme d’”échantillon” ne doit certes pas être entendu ici dans le sens rigoureux qu’il a pour le statisticien. L’effectif des personnes enquêtées est relativement modeste, eu égard à la diversité des trajectoires et des positions observables. Aussi ne peut-on guère lui prêter les vertus d’une véritable “représentativité”, d’autant plus que les absences et les refus de réponse ne se distribuent pas de façon aléatoire par rapport à des caractéristiques aussi importantes que l’âge, le sexe ou la position sociale. Dans certains cas, il a été possible d'interroger les deux membres du couple, et parfois aussi tel ou tel des enfants présents au domicile. Mais la population enquêtée est en majorité féminine. Ce “biais” n’est probablement pas sans incidence sur le contenu des propos qui ont été recueillis, du moins pour un certain nombre de thèmes. En revanche, les femmes ont en général fait preuve d’une mémoire familiale, voire généalogique, beaucoup plus précise que les hommes. D’autre part, leur point de vue était de première importance dans des domaines tels que celui de l’éducation familiale et scolaire des enfants.

20Le choix des enquêtés a été commandé par la sélection préalable de quelques immeubles-tests, afin d’observer de façon intensive un petit nombre de contextes résidentiels précis, et de confronter les propos tenus par les divers occupants d’un même immeuble. La sélection de ces immeubles avait elle-même été guidée par le souci de respecter au mieux la diversité des situations locales, notamment en ce qui concerne les caractéristiques du bâti, la structure de la propriété et la composition sociale de l’immeuble. Cette manière de procéder a pu néanmoins introduire des distorsions dont il est difficile d’évaluer l’ampleur. En effet, s’il existe peu de variations entre les immeubles de l’îlot récent, dont la structure matérielle est très répétitive, il en va différemment dans les tissus urbains anciens, où l’évidence d’un certain nombre de régularités ne doit pas faire oublier que chaque immeuble peut aussi être considéré dans une certaine mesure comme un cas singulier.

2. SITUATION GÉOGRAPHIQUE ET CARACTÈRES GÉNÉRAUX DES TERRAINS D’ENQUÊTE

21Dans la suite du texte, on désignera par le terme de “secteur” les trois périmètres restreints qui ont fait l’objet des traitements statistiques les plus détaillés, et qui sont par ailleurs les lieux de résidence de la totalité des habitants interviewés :

  • le secteur “Croix-Rousse” est constitué par trois îlots contigus situés dans la partie Nord du 1er arrondissement de Lyon, en bordure du Boulevard de la Croix-Rousse ;
  • le secteur “Brotteaux-Nord”, situé dans le 6e arrondissement, ne comporte qu’un seul gros îlot, qui a été choisi de préférence à ceux qui l’entourent en raison des informations statistiques particulièrement précises qui ont pu être collectées grâce aux archives de la régie d’immeubles ;
  • le secteur “Brotteaux-Ouest” se compose de trois îlots contigus appartenant au quartier “Saint-Pothin”, toujours dans le 6e arrondissement.

22On présentera successivement les caractéristiques relativement communes à ces trois sites, puis celles qui permettent de définir la spécificité de chacun d’eux.

23Ces trois secteurs appartiennent donc à la partie centrale de l’agglomération lyonnaise. A part quelques rares exceptions, qui concernent uniquement le secteur Croix-Rousse, ils ne comprennent que des immeubles collectifs. Ces derniers ont en général de 4 à 6 étages dans les deux secteurs anciens, et de 8 à 10 étages dans le cas de l’îlot Brotteaux-Nord reconstruit au milieu des années 50.

24Chaque secteur comporte, en proportions variables, des locataires et des propriétaires. Toutefois les îlots anciens se caractérisent par une grande diversité de la structure de propriété des immeubles, tandis que l’ensemble immobilier du secteur Brotteaux-Nord se trouve uniquement sous le régime de la co-propriété, la moitié environ des logements étant toutefois loués à des tiers.

Carte 1 - Les arrondissements de Lyon.

Carte 1 - Les arrondissements de Lyon.

Carte 2 - Situation des quartiers INSEE à l’intérieur desquels ont été choisis les terrains d'enquête.

Carte 2 - Situation des quartiers INSEE à l’intérieur desquels ont été choisis les terrains d'enquête.

1 = Quartier INSEE no 103 (Croix-Rousse Burdeau)
2 = Quartier INSEE no 602 (Parc Tête d’Or)
3 = Quartier INSEE no 605 (Saint-Pothin)

25Les deux secteurs anciens sont situés hors de périmètres de rénovation ou d’aménagement susceptibles d'infléchir massivement les flux de mobilité et la place dans la division sociale et fonctionnelle de l'espace urbain. On peut estimer qu’il en va de même pour l'îlot Brotteaux-Nord, dans la mesure où l’important processus de rénovation engagé depuis une trentaine d’années est aujourd’hui arrivé pratiquement à son terme dans cette partie du 6e arrondissement. Rappelons d’autre part que les trois secteurs ont également été choisis de manière telle qu’aucun mécanisme institutionnel d’attribution de logements sociaux n’interfère avec les décisions individuelles dans les logiques de peuplement.

26Chacun des secteurs se caractérise par une structure matérielle qui a paru suffisamment homogène pour qu’on puisse le retenir sans trop d’artifice comme unité d’observation. C’est sans doute plus net pour le secteur “Brotteaux-Nord” que pour les îlots anciens, à l’intérieur desquels on relève un certain nombre de disparités. Toutefois ces dernières sont assez typiques du cadre bâti concerné, où diverses régularités se manifestent jusque dans l’organisation même des différences. Dans le secteur “Croix-Rousse” comme dans celui de “Brotteaux-Ouest”, les constructions datent pour la plupart de la deuxième moitié du XIXe siècle. La qualité du bâti peut varier d’un immeuble à l’autre, mais atteste plus encore le jeu combiné des oppositions classiques entre artères principales et rues adjacentes, entre façades et cours intérieures, etc...

  • 3 Cf. par exemple l'étude d’O. ZUNZ (art. cité), qui utilise simultanément trois unités d’observatio (...)

27On pourrait d’autre part s'interroger sur la pertinence du découpage par îlots, et lui substituer des formes de regroupement qui tiendraient davantage compte de la proximité architecturale ou sociale que l'on observe souvent (mais pas toujours...) entre immeubles situés de part et d’autre d’un même tronçon de rue3. L’objection serait décisive s’il s’était agi de cerner des contours respectant au mieux des configurations socio-spatiales aisément repérables, ou encore des sites dotés d'une forte lisibilité dans l'imaginaire des citadins. Mais tel n’était pas l’objectif poursuivi, les unités d’observation ayant été au contraire choisies en raison de leur relative “neutralité” par rapport à ces éléments de cohérence locale, et aussi de leur capacité à révéler le jeu combiné des proximités et des distances à l’intérieur de périmètres résidentiels de taille restreinte. L’essentiel était alors d’éviter de regrouper artificielle ment des îlots entre lesquels seraient apparues d'emblée d’évidentes lignes de clivage.

28Si les découpages qui ont été opérés pour les besoins de l’enquête comportent une part d’arbitraire, les “quartiers” auxquels appartiennent les îlots choisis sont eux-mêmes assez difficiles à caractériser par des frontières, par un centre ou par les divers signes d’une identité bien constituée. Certes, les grandes avenues, le fleuve, les places et les espaces verts marquent ici ou là des coupures ou des repères, mais les continuités sont aussi importantes que les ruptures. Malgré quelques convergences, les enquêtés ne s’accordent guère sur la délimitation de leur quartier, qui varie sensiblement en fonction des trajectoires antérieures, des espaces pratiqués, et des critères que chacun privilégie (nature du bâti, image sociale, densité des commerces, etc...).

29C’est donc le principe même du découpage qui doit être relativisé, d’autant plus que les caractéristiques des secteurs étudiés, et aussi les représentations qui leur sont associées par les habitants, ne prennent tout leur sens que par référence aux continuités qui les relient ou aux contrastes qui les opposent aux espaces environnants. On utilisera les données du recensement de 1982 pour comparer les îlots enquêtés aux arrondissements et surtout aux quartiers INSEE dans lesquels ils se trouvent situés (cf. carte 3 et tableau 1).

30Par rapport à l’espace environnant, c’est plutôt la continuité qui l’emporte dans le cas du secteur Brotteaux-Nord. Avec le quartier “Helvétie” qui lui est contigu, le quartier INSEE “Parc Tête d’Or” auquel appartient l’îlot étudié se trouve au premier rang des quartiers lyonnais pour les indicateurs décrivant le statut socioprofessionnel des résidants et le niveau de confort des logements. Contrairement à la plupart des autres lieux d’élection des familles aisées à l’intérieur de la ville de Lyon, les immeubles récents y sont nettement dominants. Ils ont progressivement remplacé au cours des 30 dernières années les constructions de qualité médiocre qui avaient été édifiées en particulier sur les importantes emprises foncières appartenant aux Hospices Civils de Lyon. Ces derniers sont d’ailleurs, encore à l’heure actuelle, le plus important propriétaire des terrains situés dans cette partie de la ville.

Carte 3 - Composition socio professionnelle de chaque arrondissement de Lyon et de la commune de Villeurbanne, en 1982.

Carte 3 - Composition socio professionnelle de chaque arrondissement de Lyon et de la commune de Villeurbanne, en 1982.

Source : Recensement de 1982. sondage au 1/4 au lieu de résidence.
Les ménages sont classés d’après la catégorie socio professionnelle de la personne de référence. Seuls sont donc pris en compte les ménages dont la personne de référence est active, mais les pourcentages ont été calculés par rapport au total des ménages de chaque arrondissement, y compris les inactifs.

31C’est la proximité du Parc de la Tête d’Or qui représente sans doute le meilleur élément d'identification de cette partie de l’espace lyonnais. A la dénomination adoptée par l’INSEE font écho les propos des enquêtés, qui voient tous dans le Parc la principale source d’agrément de leur quartier, et la raison majeure de son caractère éminemment “résidentiel”. D’une certaine manière, c’est le Parc qui en constitue le véritable “centre”, un centre paradoxalement situé hors limites, ce qui fait dire à certains interviewés que leur lieu de résidence se trouve “en bout de ville”. Les immeubles les plus prestigieux se situent d’ailleurs le long de ces limites, de part et d’autre du Boulevard des Belges, et aussi dans la partie plus anciennement construite à proximité des quais du Rhône. Par rapport à ces deux pôles de référence, que les enquêtés ne manquent pas d'annexer dans leur définition du quartier, le secteur plus particulièrement retenu ici se situe quelque peu “en retrait”. En allant vers le Sud, les îlots avoisinants marquent progressivement la transition vers la partie centrale du 6e arrondissement, dont le bâti plus ancien combine les demeures “bourgeoises” et les rues volontiers décrites comme plus “animées”, voire plus “populeuses”.

Tabl. 1 - Quelques indicateurs décrivant les trois quartiers INSEE dans lesquels se trouvent les îlots étudiés.

Croix-Rousse quartier 103 (Burdeau)

Brotteaux-Ouest quartier 605 (Saint-Pothin)

Brotteaux-Nord quartier 602 (Parc Tête d'Or)

Ville de Lyon

Population totale par âge

0-19

18,9

20,6

19,6

22,4

20-44

38,8

34,1

31,5

37,9

45-64

22,1

21,3

27,1

23,2

65 ou plus

20,2

24,0

21,8

16,5

100,0

100,0

100,0

100,0

Part des étrangers dans la population totale (en %)

18,8

8,3

4,7

11,0

CSP des personnes de référence actives

Artisan, commerçant, chef d'entr.

7,6

13,9

17,1

8,5

Cadre, prof, intellect, supérieure

10,6

27,4

45,0

17,5

Professions intermédiaires

22,0

19,3

18,5

22,8

Employé

24,0

21,8

13,0

22,0

Ouvrier

35,8

17,5

6,5

29,2

100,0

100,0

100.0

100,0

Pourcentage de logements dont l'occupant est propriétaire

28,3

29,9

53,4

28,4

Répartition des logements selon l'ancienneté de l'immeuble

avant 1915

88,5

67,8

14,7

41,1

1915 à 1948

2,8

22,1

18,7

17,4

1949 à 1974

1,9

7,1

61,2

34,9

1975 ou postérieur

6,8

3,0

5,4

6,6

100,0

100,0

100,0

100,0

Pourcentage de logements ayant tout le confort

19,7

37,0

85,8

51,4

Source : recensement de 1982, sondage au 1/4 au lieu de résidence.
Sont inscrites en caractères gras les valeurs significativement supérieures à celles observées sur l'ensemble de Lyon.

32Autant qu’on puisse en juger à partir des données de la régie (voir tableau 2), la structure socio-professionnelle de la population de l’îlot au moment de l’enquête paraît très voisine de celle de l’ensemble du quartier “Parc Tête d’Or” au recensement de 1982.

33A elles seules, les professions indépendantes et les catégories supérieures du salariat forment une nette majorité. Les ouvriers, qui ne représentent que 6 % des chefs de ménage actifs dans l’ensemble du quartier, sont ici totalement absents. Comme les informations ont été consignées pour chaque occupant au moment de son entrée dans les lieux, la proportion des retraités se trouve très fortement sous-évaluée, étant donné la grande stabilité résidentielle d’une partie des habitants. D’autre part, des changements de position professionnelle ont pu intervenir au cours de la vie active, notamment chez les salariés. Comme une partie au moins de ces changements se sont vraisemblablement traduits par un accès à des positions plus élevées, on peut supposer que ces dernières seraient encore plus fortement représentées si l’on disposait d’une véritable coupe transversale pour 1985.

Tabl. 2 Composition socio-professionnelle des ménages qui résident dans l’îlot Brotteaux-Nord en 1985, d’après la CSP de la personne de référence de chaque ménage au moment de son entrée dans les lieux.

Artisans, commerçants et chefs d’entreprise

23

Cadres et professions intellectuelles supérieures

33

Professions intermédiaires

17

Employés

15

Retraités

6

Autres sans activité

6

Total

100

34Le tableau 3 s’éloigne encore davantage d’une représentation transversale puisqu'il prend en compte la totalité des ménages ayant habité dans l’îlot depuis sa reconstruction, en incluant donc ceux qui n’y résident plus à la date de l’enquête. La structure des appartenances socio-professionnelles, toujours appréciée d'après le métier de la personne de référence au moment de son arrivée, ne diffère pas sensiblement de celle observée sur les seuls présents en 1985. Cette proximité des deux tableaux suggère une assez grande permanence de la composition sociale locale, que confirme d’ailleurs l’examen de coupes instantanées à diverses dates. Certaines catégories sont un peu plus représentées dans la population totale que dans celle présente en 1985, mais on verra par la suite que ces écarts sont dûs moins à des inflexions dans les flux d’entrée qu’à une rotation souvent plus forte de ces catégories. Sur une période de trente ans, l'îlot a donc connu une forte stabilité des caractéristiques sociales de son peuplement, par-delà la mobilité des individus. La structure démographique a au contraire été marquée par un certain vieillissement, dont les effets seront analysés plus loin.

35La population prise en compte par le tableau 3 étant plus nombreuse (286 ménages contre 124), elle autorise davantage la présentation du détail des catégories professionnelles. On note en particulier la prééminence des chefs d’entreprise parmi les indépendants du commerce et de l’industrie, et le poids très important des professions libérales dans le deuxième groupe socio-professionnel de la nomenclature de l’INSEE. En revanche, la part des cadres du secteur privé dans l’ensemble des cadres est inférieure à celle que l’on constate sur le reste du quartier, et se rapproche du ratio observé sur la ville de Lyon. Les techniciens et contremaîtres sont quasi absents des professions intermédiaires, qui se partagent pour moitié entre le secteur public et les professions administratives et commerciales des entreprises. Quant aux employés, ils sont pour la plupart salariés d’entreprises privées.

Tabl. 3 - Composition socio-professionnelle de l’ensemble des ménages qui résident ou ont résidé dans l’ilot Brotteaux-Nord depuis 1956, d'après la CSP de la personne de référence de chaque ménage au moment de son entrée dans les lieux.

ARTISANS, COMMERÇANTS ET CHEFS D'ENTREPRISE

19

Artisans

1

Commerçants

8

Chefs d'entreprise

10

CADRES ET PROFESSIONS INTELLECTUELLES SUPÉRIEURES.

38

Professions libérales

13

Cadres de la fonction publique

2

Professeurs, professions scientifiques

5

Professions de l'information, des arts et des spectacles

3

Cadres administratifs et commerciaux d'entreprise

11

Ingénieurs et cadres techniques d’entreprise

4

PROFESSIONS INTERMÉDIAIRES

21

Instituteurs et professions intermédiaires de la santé

2

Professions intermédiaires administratives de la fonction publique

8

Prof, intermédiaires admin. et commerciales des entreprises

10

Techniciens et contremaîtres

1

EMPLOYÉS

11

Employés de la fonction publique

2

Employés administratifs d’entreprise

7

Employés de commerce

2

RETRAITÉS

5

AUTRES SANS ACTIVITÉ

6

100

36Les deux autres secteurs ont en commun l'ancienneté de leur cadre bâti, et une plus grande diversité sociale des résidants. Nombre de leurs immeubles présentent un aspect général et une configuration interne assez comparables, typiques des constructions de bonne facture édifiées à partir des années 1860. Que l’on prenne en compte l’ensemble des actifs ou seulement les chefs de ménage, les structures socioprofessionnelles sont plus équilibrées que dans le cas de l’îlot Brotteaux-Nord. Par comparaison avec les valeurs observées sur l'ensemble de la ville, les catégories supérieures ou moyennes demeurent toutefois sur-représentées. C’est particulièrement vrai pour le secteur “Brotteaux-Ouest”, où l'on voit par exemple que les ouvriers formaient, en 1975, 18 % de la totalité des actifs, contre 29 % dans le secteur “Croix-Rousse”, et 34 % pour l’ensemble des 9 arrondissements de Lyon.

37La dénomination “Brotteaux-Ouest” a été adoptée ici par commodité pour désigner un secteur dont l’identité n’est guère plus affirmée que celle de l’îlot récent situé plus au Nord. Le terme de "Brotteaux” est trop vague pour définir à proprement parler un quartier, et la plupart des personnes interrogées préfèrent d'ailleurs qualifier leur lieu de résidence à la fois par sa proximité au “centre” (c’est-à-dire en fait à la Presqu’île), et par son appartenance au “sixième”.

38A en juger par le recensement de 1975, la composition sociale n’était (et n’est sans doute encore aujourd’hui) guère différente de celle du tissu urbain environnant. A condition bien entendu de les rapporter aux données de l’arrondissement plutôt qu’à celles de la ville, les statistiques locales ne démentent pas les propos des habitants où prédomine le thème du quartier “moyen”, “équilibré”, en position intermédiaire “entre le haut sixième et le bas sixième”.

39Par leur situation et leur qualité architecturale, les quais du Rhône jouent dans les représentations un rôle un peu analogue à celui tenu par le Boulevard des Belges dans l’autre secteur, mais le fleuve lui-même n’introduit qu’une césure toute relative. Il souligne à la fois l'appréciable accessibilité au coeur de la ville, et la distance minimale qu'un quartier résidentiel “où il fait bon vivre” se doit de respecter vis-à-vis des multiples nuisances imputées à l’hypercentre.

40En raison de sa topographie, et aussi de la place qu’occupe la Croix-Rousse dans l’imaginaire lyonnais, le troisième site enquêté présente une spécificité plus marquée. A la limite des “pentes” et du “plateau”, de l’ancien territoire des canuts en complète restructuration et du vieux faubourg propice aux éloges du "village dans la ville”, il n'appartient en fait ni à l’un ni à l’autre.

41Percé sous le Second Empire à l’emplacement du rempart qui délimitait le faubourg, le Boulevard de la Croix-Rousse est en partie bordé par des immeubles qui se distinguent de leur environnement à la fois par leur architecture et par l’appartenance sociale de leurs occupants. Cette double ligne d’immeubles se faisant face de part et d’autre du Boulevard participe dans une certaine mesure de l’identité croix-roussienne, tout en rappelant à bien des égards certains “beaux quartiers” de la Presqu’île ou de la rive gauche du Rhône. D’une certaine façon, elle constitue à elle seule une unité résidentielle relativement typée, malgré la séparation introduite par le Boulevard lui-même et les découpages administratifs auxquels il sert de support. Toutefois les tissus urbains dans lesquels sont insérés ces immeubles diffèrent très sensiblement selon que l’on considère le quatrième arrondissement ou le premier, le côté du plateau ou le côté des pentes. C’est ce dernier qui a été ici retenu, l’enquête portant plus particulièrement sur trois îlots contigus qui présentent des disparités internes assez prononcées.

  • 4 Du fait des changements de population qui ont coïncidé avec la rénovation d'une partie des pentes (...)

On voit ainsi s’amorcer, à l’intérieur d’un même bloc d’immeubles, des différences qui ne font que s’accentuer au fur et à mesure que l’on s’éloigne du boulevard et que l’on étend le champ d’observation à l’ensemble du quartier INSEE4. Au recensement de 1975, les professions libérales, les cadres supérieurs et les cadres moyens étaient au total deux fois plus nombreux parmi les actifs des trois îlots enquêtés que dans l’ensemble du quartier “Croix-Rousse Burdeau” (cf. tableau 4). Inversement, les actifs ouvriers étaient nettement moins représentés, et près de la moitié d’entre eux étaient des contremaîtres ou des ouvriers qualifiés, contre seulement un tiers dans l’ensemble du quartier. De même, la proportion d’actifs de nationalité étrangère était deux fois plus faible dans le secteur étudié que dans le quartier INSEE.

42Le secteur “Brotteaux-Ouest” et le secteur “Croix-Rousse” s’opposent donc par la place qu’ils occupent dans le tissu urbain qui les entoure. Dans le premier cas, ce sont les continuités qui l’emportent, dans le second, les contrastes. Certes, on ne saurait considérer sans quelque artifice que les trois îlots choisis en bordure du Boulevard “appartiennent” à l’ensemble du quartier INSEE, qui couvre une bonne partie des pentes de la Croix-Rousse. On verra pourtant que la proximité des pentes n'est pas sans effets sur les pratiques et les représentations des résidents, qui peuvent constater, y compris dans leur voisinage immédiat, d’évidentes ruptures avec les caractéristiques matérielles et sociales de leur propre habitat.

Tabl. 4 - Répartition des actifs selon leur CSP dans les deux groupes d'ilots anciens étudiés, et dans les quartiers INSEE auxquels ils appartiennent.

CSP individuelle des actifs des deux sexes

Croix-Rousse quartier 103 (Burdeau)

Croix-Rousse îlots étudiés

Brotteaux îlots étudiés

Brotteaux quartier 605 (Saint-Pothin)

Patrons de l’industrie et du commerce

7,0

10,2

11,1

12,8

- Industriels, gros commerçants

0,3

1,2

3,0

3,5

- Artisans, petits commerçants

6,7

9,0

8,1

9,3

Prof, libérales et cadres supérieurs

3,2

7,8

13,8

16,6

- Professions libérales

0,2

1,6

6,1

4,5

- Professeurs, prof, littéraires et scientifiques

1,3

2,8

3,7

3,2

- Ingénieurs et cadres administratifs supérieurs

1,8

3,4

4,1

8,9

Cadres moyens

9,7

18,2

21,2

16,9

- Instit., prof, intell., serv. médic. et sociaux

3,2

5,8

6,3

6,3

- Techniciens

3,2

4,0

3,3

3,2

- Cadres administratifs moyens

3,2

8,4

11,6

7,4

Employés

21,7

23,8

24,4

21,7

- Employés de bureau

18.5

18,8

18,3

17,4

- Employés de commerce

3,2

5,0

6,1

4,2

Ouvriers

49,8

29,4

17,9

20,6

- Contremaîtres, ouvriers qualifiés

16,2

14,0

10,1

11,9

- Ouvriers spécialisés, apprentis, manoeuvres

33,6

15,4

7,7

8,7

Personnels de service

7,2

10,2

11,4

10,9

- Gens de maison, femmes de ménage

1,4

3,4

4,1

5,1

- Autres personnels de service

5,8

6,8

7,4

5,8

Artistes, clergé, armée et police

1,3

0,4

0,2

0,6

Total

100,0

100,0

100,0

100,0

N =

4968

500

542

3440

Source : recensement de 1975 (dépouillement exhaustif pour les îlots étudiés, sondage au 1/5 au lieu de résidence pour les deux quartiers INSEE dans lesquels sont situés ces îlots).

43Cette différence entre les deux secteurs a paru d’autant plus intéressante que leurs compositions sociales respectives sont par ailleurs suffisamment proches pour que la comparaison soit justifiée. En se distinguant nettement du quartier auquel il est rattaché, le secteur “Croix-Rousse” se rapproche d'autant de la structure socio-professionnelle du secteur “Brotteaux-Ouest”, y compris dans le détail de certaines catégories. Comme le secteur “Brotteaux-Ouest” comporte de son côté une légère sur-représentation des cadres moyens et des employés par rapport aux moyennes du quartier Saint-Pothin, les deux groupes d’îlots sélectionnés apparaissent en définitive beaucoup plus comparables que les quartiers INSEE auxquels ils appartiennent.

44Cette relative proximité sociale des deux unités d’observation se trouve confirmée lorsqu'on passe des professions des actifs aux dernières professions exercées par les anciens actifs (cf. tableau 5).

Si l’on compare les actifs et les anciens actifs sur l’ensemble des six îlots, toujours au recensement de 1975, on constate à la fois :

- que les pourcentages sont à peu près équivalents de part et d’autre pour quatre des grands groupes socio-professionnels,

- qu’ils sont en revanche très différents pour les indépendants de l’industrie et du commerce, ainsi que pour les ouvriers. Les premiers sont beaucoup plus représentés chez les retraités, les seconds chez les actifs, au point que les pourcentages respectifs se trouvent pratiquement inversés.

Dans la structure globale des anciens actifs, on ne constate guère d’écarts entre les deux secteurs, alors que les ouvriers occupent une place plus importante dans la population active des îlots de la Croix-Rousse que dans le cas des Brotteaux. Certaines divergences apparaissent en revanche quand on descend dans le détail des catégories. En particulier, les anciens artisans sont presque trois fois plus nombreux que les anciens petits commerçants à la Croix-Rousse, tandis que ce sont au contraire les petits commerçants qui dominent dans l’autre secteur.

45Cette distorsion entre les deux structures socio-professionnelles résulte du jeu combiné de nombreux facteurs que les données disponibles ne permettent pas de pondérer. Elle reflète sans doute dans une certaine mesure une évolution des flux d’entrée et de sortie au cours du temps, et la plus grande stabilité résidentielle de certaines catégories. Mais bien d'autres éléments d’explication doivent être également envisagés : changements individuels au cours de la vie active, modification de la structure générale des activités qui limite la portée des comparaisons intergénérationnelles, mortalité différentielle selon le sexe et selon la profession, etc... A propos de ce dernier point, on note par exemple que la part des femmes est particulièrement élevée parmi les anciens commerçants.

46Etant donné la multiplicité des éléments d’explication qui entrent en jeu, il serait tout à fait illégitime de voir dans la structure socio-professionnelle des retraités la traduction fidèle d’un état antérieur du contexte local. Les distorsions importantes que l’on observe à un moment précis pour deux des CSP ne suffisent pas à donner la mesure des changements qui ont pu intervenir dans leurs poids respectifs, pas plus que la similitude des proportions dans le cas des autres CSP n’autorise à conclure au contraire à la “stabilité” de ces dernières au cours du temps.

Tableau 5 - Répartition comparée des CSP des actifs et des anciens actifs pour l’ensemble des îlots anciens étudiés (Croix-Rousse et Brotteaux-Ouest).

CSP individuelle (hommes et femmes)

Individus actifs

Anciens actifs

Ensemble

Patrons de l’industrie et du commerce

10,7

24,7

14,3

Professions libérales et cadres supérieurs

10,9

9,2

10,3

Cadres moyens

19,7

18,3

19,2

Employés

24,1

26,6

25,1

Ouvriers

23,4

9,4

19,6

Personnels de service

10,8

10,2

10,5

Artistes, clergé, armée et police

0,3

1,3

0,8

Total

100,0

100,0

100,0

N =

1042

372

1414

Source : recensement de 1975 (dépouillement exhaustif).
Sur un total de 400 anciens actifs, les 28 dont la dernière profession n’est pas mentionnée n'ont pas été pris en compte dans le tableau.

47L'examen comparé des deux structures n'est pourtant pas sans intérêt, car il renseigne sur la manière dont s’organise à un moment donné la co-présence de divers milieux professionnels en fonction de leur position dans le cycle de vie. Ainsi, le fait que plus de 20 % des anciens actifs aient été des commerçants ou des artisans, que les deux secteurs ne comportent au contraire que fort peu d’anciens ouvriers, revêt à soi seul une certaine importance, quelles que soient les diverses raisons qui en commandent l’explication. Les habitants les plus âgés, qui souvent sont par ailleurs les plus anciennement localisés dans le quartier, peuvent donc aussi se distinguer des autres par la structure de leurs appartenances socio-professionnelles. En toute rigueur, ces écarts sont néanmoins parfaitement compatibles avec l’hypothèse d'une relative permanence de la composition sociale locale, pour peu que les trajectoires socio-résidentielles diffèrent significativement d’une catégorie à l’autre. En revanche, ils constituent bel et bien une dimension spécifique des configurations locales et des images qui leurs sont associées par les divers groupes en présence.

48D’autre part, les nomenclatures de l'INSEE ne représentent pas, en dépit de leur pertinence et des avantages de la comparabilité, la seule partition applicable à l’univers des professions. On peut les combiner avec d’autres lignes de clivage, d’autres modes de regroupement, qui parfois définissent autrement les proximités et les distances entre actifs et inactifs.

Pour ne prendre qu’un exemple, les divers métiers du textile, qui se rattachent à un milieu professionnel fortement typé par-delà les écarts de statuts et de conditions, sont très présents dans l’un et l’autre secteur. Certains ont d’ailleurs pu échapper au dénombrement, d’autant plus qu’ils concernent en majorité la population des anciens actifs, auxquels aucune indication n’était demandée, lors des recensements, sur les entreprises où ils travaillaient autrefois. I1 est vrai que les déclarations de métier consignées dans les bulletins individuels semblent particulièrement précises lorsqu’il s’agit de ce milieu professionnel, ce qui peut d’ailleurs être tenu à soi seul pour un bon indicateur du rôle que les individus attribuent à cet élément de leur identité. Toujours est-il que la précision “textile” ou “en soierie”, qu’un certain nombre de personnes recensées ont jugé nécessaire d’adjoindre aux termes génériques tels que “cadre”, “négociant”, “vendeur”, “employé” ou “chef de fabrication”, ne se retrouve que beaucoup plus rarement dans le cas des autres secteurs d’activité.

49La distinction entre actifs et anciens actifs représente un critère spécifique qu’il convient donc de prendre en compte dans l’examen des interrelations entre la profession, le sexe et l’ancienneté de la présence dans la localité. Mais, inversement, on note que le jeu combiné de ces différences aboutit à rapprocher encore davantage les deux secteurs étudiés lorsque l’on retient comme élément de comparaison la CSP ou l’ancienne CSP de l’ensemble des chefs de ménage (cf. tableau 6). Cet indicateur, qui n’est certes que l’une des multiples façons d’apprécier la composition socio-professionnelle d’une population, sera souvent utilisé dans les traitements statistiques présentés dans la suite du texte.

Tableau 6 - Répartition de l’ensemble des chefs de ménage en fonction de leur CSP (ou, pour les retraités, de leur dernière CSP), dans les deux groupes d'îlots anciens Croix Rousse et Brotteaux-Ouest.

CSP du chef de ménage

Ilots Croix-Rousse

Ilots Brotteaux

ENSEMBLE

Patrons de l'industrie et du commerce

15,1

15,7

15,4

- Industriels, gros commerçants

2,6

5,0

3,9

- Artisans, petits commerçants

12,5

10,6

11,4

Professions libérales et cadres supérieurs

10,4

14,3

12,5

- Professions libérales

2,6

5,0

3,9

- Professeurs, profesions littér. et scientifiques

2,8

2,8

2,8

Ingénieurs et cadres administratifs supérieurs

5,0

6,4

5,7

Cadres moyens

20,3

19,5

19,8

- Instit., prof, intell., serv. médicaux et sociaux

5,9

3,2

4,4

- Techniciens

3,8

3,2

3,5

Cadres administratifs moyens

10,6

13,1

11,9

Employés

20,0

23,5

21,9

- Employés de bureau

16,5

16,5

16,5

- Employés de commerce

3,5

7,0

5,4

Ouvriers

24,8

16,7

20,4

- Contremaîtres, ouvriers qualifiés

11,8

9,4

10,5

- Ouvriers spécialisés, apprentis, manœuvres

13,0

7,2

9,9

Personnels de service

7,8

10,0

9,0

- Gens de maison, femmes de ménage

2,8

3,4

3,1

- Autres personnels de service

5,0

6,6

5,9

Artistes, clergé, armée et police

1,7

0,4

1,0

Total

100,0

100,0

100,0

N=

424

498

922

Source : recensement de 1975 (dépouillement exhaustif).

3. UNE MANIÈRE D’HABITER DOMINANTE

50Les divers indicateurs fondés sur la nomenclature des CSP donnent une image synthétique de la composition sociale des trois sites et de leur environnement immédiat. Ils ne suffisent évidemment pas à qualifier les populations résidantes, qui ne peuvent être décrites de façon satisfaisante que par un large faisceau d’attributs, de pratiques et d'attitudes. Les positions professionnelles doivent elles-mêmes être rapportées aux trajectoires individuelles et aux caractéristiques du groupe familial qui, dans une certaine mesure, leur donnent sens.

51Les interviews ont généralement permis d’explorer la totalité des rubriques d’une grille thématique pourtant fort détaillée, dès lors que l’interlocuteur avait accepté le principe même de l'entretien. Mais cette acceptation n'a pas été systématique, si bien que le corpus exploité ne saurait être tenu pour une expression fidèle de l’ensemble des personnes qui avait été sollicitées.

52Certes, la diversité des âges et celle des statuts d’occupation ont été respectées de façon satisfaisante. D'autre part, il était possible de traiter et de comparer les informations factuelles portant sur les autres membres du groupe familial indépendamment de la position personnelle du locuteur qui les a fournies. Au total, les professions, les résidences successives et les principaux événements familiaux sont donc connus pour plusieurs centaines d’individus, dont certains habitent ou ont habité dans les secteurs étudiés, ou à proximité immédiate. Il reste que les refus de réponse ont été assez fréquents chez les personnes appartenant aux milieux populaires, qui se trouvent donc un peu plus minoritaires parmi les enquêtés que dans l’ensemble de la population locale.

53Cette relative sous-représentation des catégories populaires accentue sans aucun doute l’homogénéité du matériau recueilli, en dépit du souci initial de diversifier l’échantillon d’immeubles choisis comme unités de sondage pour les interviews. Elle a pour effet de privilégier certains types de trajectoires et certaines manières d’habiter, même si les enquêtés et leurs proches se distribuent au total dans un assez large spectre de positions socio-professionnelles. L'analyse y gagne en cohérence, mais sa différence n'en est que plus marquée avec ce qui aurait été requis si l’on avait adopté la perspective d’une monographie de quartier. Certaines catégories de résidants ont moins souvent la parole que d'autres, et figurent donc dans la recherche plus rarement comme acteurs que comme individus statistiques. C'est vrai en particulier des ouvriers et des immigrés, qui sont certes totalement absents de l’îlot Brotteaux-Nord, mais représentent une minorité significative dans les deux secteurs anciens, surtout à la Croix-Rousse. Faute d’éléments de comparaison suffisants, il est alors difficile de discriminer ce qui, chez les enquêtés pris au sein des catégories défavorisées, relève de l’appartenance sociale plutôt que des singularités de la personne. En revanche, les autres entretiens donnent sans doute une assez bonne image de milieux qui sont localement dominants tant en termes numériques que par l’empreinte dont ils marquent les espaces résidentiels étudiés.

54Malgré la diversité des positions et des itinéraires personnels, de nombreuses convergences apparaissent dans les propos tenus sur le quartier habité.

55“Je ne suis pas un fétichiste du quartier”, déclare l'un des interviewés, résumant assez bien un point de vue très largement partagé. Les enquêtés sont à peu près unanimes à affirmer que leur quartier n’a pas d'autre vertu que d’être “commode”, “agréable”, “bien situé”. La préférence pour un certain type d’environnement résidentiel ne s’accompagne pas chez eux d’un quelconque patriotisme de quartier. Ils ont habité ailleurs, et ils pourraient à nouveau déménager si les circonstances l'imposaient.

56En tant que tel, le lieu de résidence n’est pas invoqué comme un élément constitutif de leur identité. De fait, leurs activités, leurs relations professionnelles et amicales, leurs réseaux de parenté, sont assez largement délocalisés. Ou plutôt, ces derniers tendent à se situer de façon sélective (surtout lorsque l’un au moins des membres du couple est d’origine lyonnaise) dans un petit nombre de secteurs de l’agglomération : deuxième arrondissement, sixième, plateau de la Croix Rousse, communes résidentielles de l’Ouest lyonnais. Ces secteurs figurent bien entendu en bonne place dans la liste toujours fort restreinte des endroits où les personnes interrogées accepteraient d’aller s’installer si nécessaire. Et quand il leur arrive de donner malgré tout quelque assise territoriale à leurs appartenances, d’autres lieux font alors concurrence à celui du domicile actuel : berceau régional de la famille, maison de campagne transmise de génération en génération, quartier habité pendant l'enfance et qu’habite encore une partie de la parenté (“je suis d’une vieille famille d'Ainay”), etc... Même lorsque plusieurs membres du goupe de parenté résident à proximité (ce qui n’est pas rare), même lorsque l’on a passé son enfance et fait ses études dans le quartier, une prise de distance s’impose. Loin de conforter un discours sur l’’’enracinement” ou les “attaches locales”, la mise en scène des lignages et de l’histoire familiale vise bien plutôt à suggérer d’autres formes d’appartenance, d’autres éléments d’identité, dont l’inscription géographique est le plus souvent multiple, imparfaite, et susceptible de redéfinitions.

57Aussi la présence dans le quartier est-elle à la fois vécue comme naturelle et présentée comme “indifférente”. Les choix résidentiels et les exclusions qu’ils supposent n'ont pas à être explicités. Tout cela va de soi et donc, en principe, tout cela va sans dire. Point n’est besoin de proclamations ni de dénégations, sauf si les propos échangés dans la situation d’entretien amènent l’interlocuteur à considérer comme nécessaire une telle mise au point :

58“J’ai des relations partout, j’essaie d’en avoir partout. J’en ai dans le 2e puisque j’ai ma famille, dans le 6e puisque j’ai ma belle-famille, j’en ai du côté de Sainte-Foy car j’ai pas mal d’amis à Sainte-Foy, à Ecully, à Caluire, partout (...).

59“Je n’ai pas la sensation d’avoir un quartier dans lequel je vis et dans lequel je reste. L’histoire des Lyonnais avec les ponts qu’on ne traverse pas, ça je ne connais pas. J’ai habité le deuxième arrondissement pendant très longtemps. La notion de quartier pour moi n’existe pas. Pour mes enfants..., j’essaie de les laisser dans le coin, encore que j’aie une fille qui va dans le 2e à Chevreul, donc elle n’a pas de raisons de... Pour elle, le quartier, c’est tout le centre de Lyon. La notion de quartier dans ma tête n’existe pas, je suis quand même assez mobile” (habitante du 6e arrondissement).

60Il est dès lors difficile de parler d’une véritable sociabilité de voisinage, dans la mesure où la proximité spatiale n’implique en elle-même aucune obligation de donner, de recevoir (dans tous les sens du terme...), ou de communiquer. Ce qui est valorisé, c’est bien plutôt le “bon voisinage”, fait d’un mélange de distance et de reconnaissance mutuelle entre résidants qui se prêtent des manières de vivre similaires, ou du moins “acceptables”, même s’ils n’appartiennent pas forcément au même monde. Quant aux “fréquentations” proprement dites, elles sont plus rares, très sélectives, et se limitent en général à quelques échanges de visites ou de menus services, sauf bien sûr si d’autres éléments précèdent ou renforcent le simple fait de la co-présence dans le même immeuble. Souvent les interactions se réduisent au strict minimum : “on se salue, mais on ne se fréquente guère”, “ici tout le monde se connaît de vue”, “on se rencontre dans la rue ou chez les commerçants”, etc...

  • 5 “D’un point de vue formel, on devra décrire comme réserve la posture mentale de l’habitant des gra (...)

61Cette ordinaire réserve dans les rapports entre voisins n’est certes pas propre à la population étudiée, et pourrait même être tenue pour typique de la “posture du citadin”, si l’on suit la célèbre analyse de Simmel5. Mais elle se manifeste ici avec une particulière netteté. Et surtout, elle fait partie des thèmes qui apparaissent spontanément et de façon tout à fait explicite dans les propos de la plupart des interviewés. Parfois érigée en véritable éthique, elle est en tout cas une catégorie ordinairement employée pour qualifier le voisinage, et alimente des commentaires variés. Certains y voient une manifestation du savoir-vivre qu’ils attendent d’autrui en échange de leur propre discrétion, ce qui ne les prédispose pas à accueillir avec grand enthousiasme les initiatives de tel ou tel nouveau venu soucieux de promouvoir dans son voisinage un minimum de convivialité. D’autres au contraire tiennent à marquer quelque distance par rapport à ces attitudes distantes, dont en fait ils participent très largement, mais qu’ils attribuent plus volontiers à leurs voisins qu’à eux-mêmes. Parfois, c’est leur propre origine géographique qui leur permet d'invoquer par comparaison la notoire "froideur” des Lyonnais. Pour d’autres, c’est surtout la “mentalité bourgeoise” qui est en cause. Pour d'autres encore, il s’agirait plutôt d’une affaire de génération.

62Le lieu de résidence et ses habitants peuvent être objets de satisfaction, mais non d’attachement. On se défendra en tout cas de les subir, de voir dans des situations imputables aux hasards de la vie citadine, aux aléas des itinéraires et des rencontres, la source de liens véritablement contraignants. Les liens qui comptent sont d’une autre nature, en tout cas d’une autre origine. La proximité du lieu de résidence n’est nullement indispensable au jeu des diverses sociabilités fondées sur l’amitié, la profession, et surtout la parenté.

63Ces réseaux de relations sont en fait très inégalement dispersés selon les individus et les familles, mais cet éclatement géographique, même lorsqu’il est bien réel, apparaît en tout cas d’autant mieux maîtrisé, voire affiché, que l’enquêté appartient aux milieux supérieurs de la population locale. Le voisinage n’étant une condition ni nécessaire ni suffisante des interactions, la dispersion géographique des membres de la parenté n’est pas un obstacle décisif, - de même que leur éventuelle concentration dans la localité ne justifie pas un quelconque “fétichisme du quartier”.

64Néanmoins les propos tenus, et aussi les biographies familiales reconstituées sur plusieurs générations, montrent l’importance que revêt malgré tout l’espace local, moins certes comme milieu de vie ou signe de statut que comme support de ressources diffuses.

65Ainsi, en examinant les trajectoires résidentielles des groupes de parenté, on repère bien tout un jeu de cooptations et de retour dans la localité, après des parcours parfois compliqués. Quand on va au-delà de l’affirmation rituelle selon laquelle on est venu habiter là “par hasard”, on voit à l'œuvre des réseaux de parenté et de relations, des stratégies en matière de scolarisation des enfants, et aussi les préférences que l’on accorde sinon à des lieux particuliers, du moins à des types de quartiers tout à fait précis. Et si la plupart assurent que la proximité d’un ou plusieurs membres de leur famille n’a en rien guidé le choix de leur logement, certains veulent bien admettre que cela représentait tout de même “un plus”.

  • 6 Ce point a fait par ailleurs l’objet d’une étude détaillée, qui porte plus particulièrement sur le (...)

66Quant au prestige de l’adresse elle-même, ou, à défaut, l’image valorisante dont bénéficie le quartier dans son ensemble, on peut supposer qu’ils entrent également en ligne de compte, surtout dans le cas de l’îlot Brotteaux-Nord. En règle générale, les enquêtés n’en font pas mention directement. Mais, quand ils sont invités à parler de la scolarité et des fréquentations de leurs enfants, c’est alors qu’ils manifestent toute l’attention qu’ils portent (ou ont porté) à la composition sociale locale et à la nature des établissements scolaires avoisinants6. Majoritairement issus d’écoles privées confessionnelles, du moins pour les petites classes, ils sont généralement soucieux d’assurer à leurs propres enfants une scolarité qui soit en continuité avec les normes de l’éducation donnée par la famille et avec la formation qu'ils ont eux-mêmes reçue. Le quartier offre à cet égard de bonnes garanties, tant dans le sixième arrondissement que dans cette partie de la Croix-Rousse. La fidélité aux institutions religieuses jadis fréquentées par les parents est d’ailleurs parfois la raison déterminante de leur venue ou de leur retour dans le quartier. En ce qui concerne d’autre part les établissements publics, la composition sociale locale est tenue pour un indicateur favorable de sa “qualité”, c’est-à-dire à la fois du bon niveau des enseignements et du respect de certaines valeurs éducatives.

67Si la quasi-totalité des interviewés se déclarent fort satisfaits de leur quartier, ce n’est donc pas seulement parce qu’ils le jugent “commode”, “bien situé”, ou “l’un des plus agréables de notre cité”. Ou plutôt, ces catégories présentent une version naturalisée d’avantages qui ne prennent sens que par rapport à d’autres enjeux. Outre ceux qui viennent d’être évoqués, la préservation de la vie privée dans ses diverses dimensions représente à elle seule un enjeu d’importance.

  • 7 “d’une certaine manière”, puisque, ici, l’articulation au territoire ne joue pas pour autant un rô (...)

68Des voisins, on attend qu’ils se gardent de toute intrusion intempestive dans cette vie privée en se prévalant de leur seule qualité de voisins. Du quartier, on attend qu’il n’impose pas des formes de sociabilité ni même des situations d’interaction susceptibles de concurrencer celles que chacun maîtrise et gère en toute indépendance. Aussi L'agrément” du quartier tient-il en partie, du moins aux yeux de bon nombre de ses habitants, à l’insignifiance de ses espaces publics. C’est d'ailleurs bien en cela qu’il constitue d’une certaine manière7 un territoire : non en raison d’une intense “vie de quartier”, comme dans d’autres sites urbains, mais au contraire parce qu’il ne s’y passe pour ainsi dire rien. La rue n’est guère un lieu de rencontre, les cafés et autres lieux de sociabilité publique sont à peu près inexistants, le quartier devient pratiquement désert à chaque fin de semaine, les enfants "ne traînent pas comme ailleurs devant l’entrée des immeubles”,

69- bref, rien n’empêche de considérer l’espace environnant comme une sorte de prolongement naturel du “chez soi”, mais vide de tout contenu et de toute pratique spécifique. Dans sa parfaite insignifiance, il autorise une manière d’appropriation qui pourtant ne s’encombre d’aucun usufruit.

  • 8 Parfois même, les assemblées de co-propriétaires se tiennent à tour de rôle dans les appartements (...)

70A plus forte raison, le quartier n’est pas en tant que tel l’enjeu des diverses sociabilités plus “formelles” auxquelles participent les enquêtés. Même lorsqu’elle s’inscrit dans l’espace local, la vie associative se structure essentiellement autour d’enjeux privés qui réunissent parents d’élèves, copropriétaires8, etc... Ces enjeux sont d’ailleurs à l’origine d’une bonne partie des relations d'interconnaissance qui sont susceptibles de se nouer sur la base de la proximité résidentielle. C’est ainsi par exemple que les camaraderies enfantines et le souci qu’ont beaucoup de parents d’exercer sur elles un discret contrôle peuvent induire des “fréquentations” plus ou moins suivies entre familles qui jusqu’alors s’ignoraient.

71Inversement, c’est souvent à l’occasion de ce contrôle que les nouveaux arrivants affinent leur perception de l’environnement résidentiel au-delà du voisinage immédiat. L’école, la paroisse et dans une moindre mesure les commerces sont, dans le prolongement de la vie familiale, des éléments de repérage et de reconnaissance mutuelle qui peuvent le cas échéant préluder à quelques nouvelles relations soigneusement sélectionnées, plutôt qu’à une véritable “vie de quartier”.

Notes

1 Selon le terme adopté par J.C. CHAMBOREDON et M. LEMAIRE pour qualifier la population des grands ensembles (“Proximité spatiale et distance sociale : les grands ensembles et leur peuplement”, Revue Française de Sociologie, no XI, 1, 1970).

2 Du moins ceux des locataires.

3 Cf. par exemple l'étude d’O. ZUNZ (art. cité), qui utilise simultanément trois unités d’observation micro-locale : le “front”, le “bloc”, et l'ensemble de 6 “fronts”.

4 Du fait des changements de population qui ont coïncidé avec la rénovation d'une partie des pentes de la Croix-Rousse, ces écarts sont moins prononcés aujourd'hui qu'il y a une dizaine d'années, encore que l'évolution des valeurs moyennes puisse dissimuler le maintien, voir le renforcement, de contrastes parfois brutaux à l’échelle micro-locale.

5 “D’un point de vue formel, on devra décrire comme réserve la posture mentale de l’habitant des grandes villes. Si, aux contacts incessants avec une multitude d’hommes, devaient répondre autant de réactions internes, comme dans la petite ville où l’on connaît presque chaque personne rencontrée et où l'on a avec chacune un rapport positif, on serait complètement atomisé intérieurement et l'on tomberait dans une disposition mentale inimaginable. A cette réserve nous contraignent, pour partie, ce fait psychologique, pour partie, le droit à la méfiance que nous éprouvons à l’égard de ces éléments de la vie métropolitaine qui nous effleurent furtivement. Par suite, nous ne connaissons souvent pas même de vue celui qui, à longueur d’année, est notre voisin, et c’est ce qui fait que nous paraissons si souvent froids et sans coeur aux yeux de l'habitant des petites villes” (G. SIMMEL, “Métropoles et mentalités”, 1903, trad, française in L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, op. cit.).

6 Ce point a fait par ailleurs l’objet d’une étude détaillée, qui porte plus particulièrement sur les habitants de l’îlot Brotteaux-Nord et des rues contiguës. Cf. GAMBA (C.), “Pratiques éducatives de quelques familles aisées du 6e arrondissement de Lyon”, in Analyse longitudinale de milieux urbains à Lyon. Héritages et innovations, par Y. GRAFMEYER, C. GAMBA et Ch. RODET, rapport multigraphié, Programme pluriannuel en sciences humaines Rhône-Alpes, Lyon, CNRS, avril 1988.

7 “d’une certaine manière”, puisque, ici, l’articulation au territoire ne joue pas pour autant un rôle décisif dans l’organisation des sociabilités et le façonnement des identités sociales. Lieux d’inscription résidentielle de milieux qui participent largement des phénomènes “délocalisants” typiques de la citadinité, les territoires dont il est ici question se distinguent donc à la fois de la figure de l’espace public et de celle de l’aire naturelle. “L'écologie urbaine (...) a constamment oscillé entre une attention pour les rapports spécifiques d’une identité et d’un territoire (ghettos, aires naturelles) et un intérêt pour tous les phénomènes délocalisants des sociétés urbaines. D’un côté la métaphore de la mosaïque, de l’autre la métaphore boursière. Un espace public, c’est tout le contraire d’un milieu ou d’une articulation de milieux. Il n’existe comme tel que s’il parvient à brouiller les rapports d’équivalence entre une identité collective (sociale ou culturelle) et un territoire.” (I. JOSEPH, Le passant considérable. Essai sur la dispersion de l’espace public, Paris, Librairie des méridiens, 1984).

8 Parfois même, les assemblées de co-propriétaires se tiennent à tour de rôle dans les appartements des intéressés et non dans les locaux des syndics.

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Les arrondissements de Lyon.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Carte 2 - Situation des quartiers INSEE à l’intérieur desquels ont été choisis les terrains d'enquête.
Légende 1 = Quartier INSEE no 103 (Croix-Rousse Burdeau)2 = Quartier INSEE no 602 (Parc Tête d’Or)3 = Quartier INSEE no 605 (Saint-Pothin)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8675/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Carte 3 - Composition socio professionnelle de chaque arrondissement de Lyon et de la commune de Villeurbanne, en 1982.
Légende Source : Recensement de 1982. sondage au 1/4 au lieu de résidence.Les ménages sont classés d’après la catégorie socio professionnelle de la personne de référence. Seuls sont donc pris en compte les ménages dont la personne de référence est active, mais les pourcentages ont été calculés par rapport au total des ménages de chaque arrondissement, y compris les inactifs.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8675/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8675/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 548k

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search