Version classiqueVersion mobile

Habiter Lyon

 | 
Yves Grafmeyer

Prologue

Modes d’emploi du quartier

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’un quartier ? On peut être tenté de le définir en termes purement géographiques, en suivant l’étymologie même du mot “définition”. La question du quartier est alors celle de ses limites, des clivages matériels, administratifs ou autres qui découpent l’espace urbain en un certain nombre d’unités territoriales. Mais à quelle réalité correspondent ces découpages ? Le quartier est-il seulement un “morceau de ville”, ou bien peut-il être plus que cela : un milieu de vie, une image de référence dotée d’efficacité sur les comportements, un dispositif régulateur de la vie urbaine, voire le cadre pertinent ou même l’enjeu d'actions collectives spécifiques ?

UNE PORTION PLUS OU MOINS INDIVIDUALISÉE DE L’ESPACE URBAIN

2La réalité des quartiers s’inscrit déjà dans le paysage urbain, qui porte la marque de l’histoire accumulée. Il n’est pas de ville d’une certaine dimension qui ne manifeste une diversité plus ou moins accentuée du cadre bâti et des formes d’organisation de l’espace local. La croissance urbaine produit par sédimentations successives un certain nombre de configu rations qui demeurent lisibles en dépit des recouvrements et des restructurations : quartiers centraux anciens au tracé irrégulier ou rectiligne selon les cas, secteurs rénovés plus spécifiquement dévolus à la fonction résidentielle, vieux bourgs ayant de longue date leur identité propre et progressivement intégrés à l’agglomération, faubourgs nés de l’industrialisation, banlieues à dominante pavillonnaire, grands ensembles périphériques, etc...

  • 1 K. LYNCH, The Image of the City, Cambridge, MIT Press, 1960. Traduit en français sous le titre L’im (...)

3L’individualisation d’un secteur de la ville peut être renforcée par diverses caractéristiques physiques qui en font un site aux limites fortement soulignées par la présence d’un cours d’eau, d’une voie ferrée, d’artères à grande circulation, de terrains vagues, etc... Quand la netteté des contours se combine avec une originalité architecturale aisément perceptible et la présence de divers monuments ou emblèmes locaux, l’identité du quartier s’impose avec force à tous les citadins, et leur four nit des repères pour qualifier non seulement le lieu mais aussi ses habitants. Tel est par exemple, au coeur de Boston, le cas célèbre du vieux quartier résidentiel de Beacon Hill, “région dont les caractéristiques physiques servent de support à la force de l’image populaire, et qui contient de nombreuses illustrations des effets psychologiques que peuvent avoir la disposition des voies, des pentes, des espaces, des frontières, et la concentration des détails”1. Cas exemplaire, mais aussi cas extrême, car il est rare que l’individualité d’un quartier soit aussi clairement lisible dans le paysage urbain. Contigu à Beacon Hill, Scollay Square apparaît au contraire “informe, difficile à visualiser”, et se présente plutôt comme un carrefour que les enquêtés de K. Lynch ont du mal à décrire et à délimiter.

  • 2 “Les plans d'urbanisme, le tracé des grandes artères rectilignes, ne s’imposent souvent que dans un (...)

4A l’imprécision des contours s’ajoute souvent l'hétérogénéité interne de la voierie et du cadre bâti, surtout lorsque les lieux conservent l’empreinte d’une histoire déjà longue. Dans les arrondissements centraux de Paris, on trouverait maints exemples de forts contrastes entre les ensembles architecturaux qui bordent les grandes artères haussmaniennes et les vieux immeubles situés dans les rues adjacentes, parfois héritières directes du tissu urbain médiéval. La même hétérogénéité se retrouve à Lyon, notamment dans la Presqu’île, ou encore dans les constructions de la rive gauche du Rhône au cours du siècle dernier. Qu’elles procèdent selon une logique de la “percée”, par reconstructions ponctuelles, ou encore par rénovation complète de plus vastes périmètres, les politiques d'aménagement urbain induisent des éléments de continuité mais aussi des ruptures, et peuvent renforcer au sein d’un même quartier les disparités du cadre matériel et des modes d'habiter, tout en imposant l’image parfois factice d’une nouvelle unité architecturale2.

  • 3 R. PILLORGET et J. de VIGUERIE, “Les quartiers de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles”. Revue d’histo (...)
  • 4 “La géographie des aires de résidence refléterait donc l’échelle sociale des fidélités. La véritabl (...)

5Les divisions suggérées par la géographie physique ou la structure du bâti entretiennent des rapports complexes et instables avec les multiples découpages institutionnels qui s’emboîtent, se chevauchent ou se succèdent. Certains d’entre eux sont fort anciens. Dès la fin du XVIe siècle, l’organisation municipale de la ville de Paris se fonde sur une division en quartiers qui définit le cadre territorial du prélèvement des impôts locaux, du maintien de l’ordre et de la réglementation de la vie quotidienne3. La taille de ces circonscriptions est très inégale, leurs limites sont souvent capricieuses, et ne recouvrent pas celles des paroisses qui conservent par ailleurs une existence officielle. Ces découpages institués ne sont d’ailleurs pas les seuls pertinents pour caractériser les structures urbaines de la capitale à cette époque. A partir du XVIIe siècle, ces dernières semblent de plus en plus s’organiser en aires de résidence regroupées autour des hôtels particuliers édifiés par les agents du pouvoir royal. Ces aires de résidence, qui n’ont qu’une existence de fait, représenteraient alors la véritable unité de vie de la population parisienne4. A ces diverses configurations héritées d’un passé ancien se surimposent progressivement les effets de transformations historiques plus récentes : spécialisation territoriale des fonctions, des activités et des métiers, déjà attestée à la fin de l’Ancien Régime ; différenciation entre l’Est et l’Ouest, entre le centre et les périphéries ; restructuration du tissu urbain vétuste, etc... Mais les multiples recompositions qui s’enchevêtrent et se succèdent ne doivent à peu près rien à la logique des divisions administratives et ne l’influencent guère, même si les 80 “quartiers” officiels du Paris d’aujourd’hui conservent parfois dans leur appellation la mémoire de l’histoire longue et les emblèmes d’une identité locale.

  • 5 M. DELASSISE et D. DESSERTINE, “Approche historique de la notion de quartier à Lyon”, Bulletin du C (...)

6Le caractère artificiel des découpages administratifs est sans doute encore plus marqué pour la ville de Lyon. Sans qu’elles se superposent, les diverses circonscriptions instituées au cours du XIXe siècle (arrondissements de police, sections électorales municipales, arrondissements de justice de paix, arrondissements municipaux, etc...) ont en commun une taille relativement importante, bien supérieure par exemple à celle des nombreux “quartiers” qu’utilisent les éditeurs d’annuaires locaux pour regrouper les rues de la ville5. En rupture avec la période révolutionnaire qui, à travers les sections, assurait une expression organisée aux multiples unités de vie collective locale, la géographie administrative ultérieure définit de grandes unités abstraites et purement formelles. Si l’on met à part un certain nombre de quadrillages plus fins nés de diverses exigences fonctionnelles bien spécifiques (quartiers de police, par exemple), on observe un décalage croissant entre l’échelle des découpages administratifs et celle des quartiers tels que les perçoivent et les nomment la plupart des citadins. Or certains de ces quartiers conservent une individualité forte, en dépit des nombreux remodelages qui ont affecté l’espace physique et social de la ville depuis les “pennonages” de l'Ancien Régime jusqu’à nos jours.

UNE UNITÉ D’OBSERVATION STATISTIQUE

7Outre les quelques fonctions institutionnelles auxquelles ils peuvent encore correspondre, les découpages officiels représentent aussi un moyen d’apprécier de manière comptable la division sociale de l’espace urbain, en particulier de l’espace résidentiel. Les citadins ne se répartissent pas de façon aléatoire dans l’agglomération. Des disparités plus ou moins accentuées s’observent en fonction de critères tels que l’âge, la position socio-professionnelle, l’ancienneté d’installation, la nationalité ou la région d'origine, la structure du ménage, etc... Parfois, le cadre territorial retenu par les organismes qui collectent les données se calque sur telles ou telles circonscriptions administratives préexistantes. Dans d’autres cas, la production de l’information statistique donne lieu au contraire à des découpages spécifiques. Ainsi en est-il par exemple des 78 “quartiers INSEE” de la ville de Lyon.

8On peut distinguer par commodité deux grands types d’usage de ces données, selon que l’interrogation porte sur les logiques de distribution des populations urbaines à l’échelle de l’ensemble de l’agglomération, ou sur la structure et l’évolution de la composition socio-démographique caractérisant chaque unité spatiale élémentaire.

  • 6 Cf. notamment : B. J. BERRY et F.E. HORTON, Geographic perspectives on urban systems, Prentice-Hall (...)

9Dans le premier cas, le problème des critères adoptés pour délimiter les portions du territoire urbain est relativement secondaire. L’essentiel est de disposer d’un découpage suffisamment fin pour que l’on puisse repérer les continuités et les ruptures, et identifier les principales lignes de force selon lesquelles s’organise l’espace social de la ville. Certes, les indices utilisés pour apprécier l'ampleur de la différenciation spatiale ne prennent pas les mêmes valeurs selon le degré de finesse de la partition, mais cette dernière peut légitimement comporter dans son principe même une part variable d’arbitraire, puisque l’analyse porte beaucoup plus sur la ville prise dans sa totalité que sur la configuration de ses quartiers. L’arbitraire du découpage peut d’ailleurs se trouver renforcé par le caractère abstrait des structures urbaines mises en évidence à partir du traitement des données. Ce sont sans aucun doute les travaux se réclamant de l’écologie factorielle qui en fournissent la meilleure illustration, lorsqu’ils distinguent plusieurs principes d’organisation de l’espace indépendants, en fonction des diverses “dimensions” retenues pour caractériser les personnes. De façon tendancielle, les citadins semblent se répartir dans un certain nombre d’agglomérations selon un modèle concentrique en fonction de l’âge et de la structure du ménage, selon un modèle sectoriel si l’on prend en compte les différences de revenus et de statuts, tandis que les phénomènes de ségrégation ethnique relèveraient plutôt de schémas de type nodal6. Favorisées par l’essor des techniques d’analyse multidimensionnelle, ces études n’ont parfois plus guère d’écologique que leur nom, dans la mesure où elles privilégient la description quantifiée de la répartition spatiale des populations au détriment de l’exploration des processus qui l’expliquent et d’une analyse systématique des interdépendances entre les comportements et les milieux dans lesquels ils se déploient. Même lorsque ceux qui la pratiquent ne cèdent pas au fétichisme des variables, l’écologie factorielle produit des modèles qui s’articulent difficilement aux logiques d'acteurs et à la prise en compte des contextes locaux. D’un côté, les individus sont éclatés entre les diverses appartenances qui servent de base à leur description statistique. De l’autre, la partition de l’espace urbain a pour principale fonction de spécifier les unités élémentaires qui permettent de mesurer la variance observée pour chacune des dimensions artificiellement distinguées par l'analyse. Les quartiers ou secteurs ainsi identifiés ne sont guère autre chose que les surfaces d’enregistrement de ces différences.

  • 7 Ces problèmes ont été abordés par de très nombreux travaux empiriques ou méthodologiques. Sur la fl (...)
  • 8 Dans le cas des unités territoriales comme dans celui des autres types de partitions, le problème d (...)

10Le problème de la pertinence des découpages se pose avec beaucoup plus d’acuité lorsque l’objectif visé à travers les traitements statistiques est plutôt de qualifier chacun de ces espaces locaux en voyant comment s’y combinent et s’y entrecroisent les faisceaux d’attributs qui décrivent les populations résidantes. En particulier, la question de la taille et des limites des unités retenues devient alors tout à fait décisive, puisque les indicateurs utilisés pour décrire ces unités pourront s’en trouver notablement affectés7. Comme on l'a vu, les circonscriptions administratives sont souvent trop artificielles, et aussi trop larges, pour définir des cadres d’observation vraiment satisfaisants. Parfois, les organismes publics ayant pour mission de produire diverses informations statistiques leur substituent des découpages qui sont à la fois plus fins et surtout plus soucieux de respecter les cohérences inscrites dans le territoire urbain. De telles unités présentent l’intérêt d’être explicitement fondées sur un projet cognitif. Elles sont un point de passage quasiment obligé pour la connaissance de tout un ensemble de données territoriales, et servent en outre de cadre de référence pour un certain nombre d’actions menées par les pouvoirs publics. En revanche, elles n’ont guère de sens pour les autres acteurs locaux, qui le plus souvent n’en connaissent pas même l’existence. Elles se différencient en cela des nomenclatures socio-professionnelles, qui non seulement sont en relative continuité avec les classements spontanément opérés par les acteurs sociaux, mais produisent aussi des effets en retour sur les pratiques et les représentations de ces derniers, dans la mesure même où ces nomenclatures sont susceptibles de constituer de réels enjeux pour les populations auxquelles elles s’appliquent8.

UN ESPACE DE VIE

11Au delà des découpages induits par le site naturel, inscrits dans la structure du bâti ou produits par les institutions, on peut donc se demander jusqu’à quel point le quartier représente un contexte local significatif tant pour ceux qui l'habitent que pour ceux qui le fréquentent. A quelles conditions, et pour quelles catégories de citadins, le quartier peut-il être considéré comme une véritable entité à la fois spatiale et humaine, une unité de vie collective, un cadre de référence auquel sont associées des images et des pratiques spécifiques ?

  • 9 Cf. Y. GRAFMEYER et I. JOSEPH, L'Ecole de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, (choix de texte (...)

12Au début du siècle, les sociologues de l’école de Chicago9 s’attachent à décrire l’émergence, au sein des grandes villes américaines en croissance rapide, de “régions naturelles” articulant des groupes sociaux ou ethniques à des territoires urbains spécifiques, indépendamment de tout découpage institué. La ville, communauté humaine élargie qui se nourrit en permanence de nouveaux apports, est analysée à la fois comme un système d’individus et d’institutions en interdépendance, et comme un ordre spatial. Elle se compose d’une “mosaïque” de communautés et de groupes ayant chacun sa culture, son histoire et ses intérêts propres. Les citadins se distribuent dans l’espace de l’agglomération en fonction de processus de filtrage, de regroupement, de ségrégation, qui tout à la fois se fondent sur les diversités d’origines et d’appartenances, les réaménagent, et produisent de nouvelles différenciations. La ville est faite de zones, de quartiers, de régions à la fois “naturelles” et “morales”, plus ou moins étanches, si bien que la complexité de la structure sociale urbaine peut se lire pour partie dans sa configuration spatiale, elle-même en constante évolution. Les unités de voisinage peuvent servir de cadre à de nouvelles formes d’enracinement, même précaire, dans des territoires et des réseaux. Aussi le quartier peut-il être considéré dans certains cas comme un véritable milieu de vie, justiciable d’une analyse proprement écologique. Il en va ainsi, dans une certaine mesure, pour les secteurs résidentiels suburbains où l’agrégation de ménages aisés, l’aspiration à un même mode de vie, et le développement d’un fort contrôle social local tendent à réactiver les appartenances héritées tout en produisant de nouvelles identités collectives. Mais c’est sans aucun doute le ghetto qui représente pour les sociologues de l’école de Chicago la situation la plus typique, où une minorité ethnique ou religieuse préserve ses liens communautaires et son identité à la faveur de processus qui mettent en jeu simultanément la recherche du semblable et l’exclusion par autrui.

  • 10 On songe en particulier à :
    - H.J. GANS,
    The Urban Villagers : a study of the Second Generation Ital (...)

13Plus près de nous, plusieurs monographies10 ont contribué à rendre célèbre le thème du “village urbain”, qui unit ses habitants dans de multiples réseaux de relations où s’entrecroisent le voisinage, la parenté, l’amitié et les solidarités professionnelles. Le “village urbain”, si l’on tient à ce terme, correspond en fait à une gamme de situations très diverses, allant du vieux quartier ouvrier où domine une population enracinée de longue date, jusqu’à la communauté ethnique installée depuis un temps plus ou moins long dans un secteur de l’agglomération où elle accumule les signes de son identité, les instruments de sa cohésion, et parfois même les moyens d'une quasi-autarcie économique.

14Mais, à faire du “village dans la ville” un modèle de référence pour l’analyse des sociabilités locales en milieu urbain, on en serait vite réduit à tenir un discours nostalgique sur la mort du quartier. Rares en effet sont les secteurs des agglomérations contemporaines qui conservent cette pluralité de fonctions qui seule permet une superposition locale des divers rôles tenus par les individus, et limite au quartier l’essentiel de leur espace de vie. La redistribution spatiale des activités, la rénovation des centres et même la simple réhabilitation ont contribué à dissocier ces espaces de vie, si tant est qu’ils aient jamais été strictement confondus. Le quartier-village n’est qu’un cas limite, lié à des conditions très particulières d’homogénéité ou de stabilité. Souvent d’ailleurs les auteurs qui s’y réfèrent l’ont en fait utilisé comme une sorte de tableau initial idéaltypique permettant d'apprécier a contrario l’ampleur de sa propre dislocation, lorsque survient une opération de rénovation ou un redéploiement des activités locales dont les effets constituent l’objet principal de l’analyse. De même, la théorie des aires naturelles ne constituait qu’un volet de la pensée écologique de l’école de Chicago. Pour cette dernière, la ville n’est pas seulement une mosaïque de micro-milieux, elle n’est pas seulement la somme de ses quartiers. Elle est faite de tensions permanentes entre la mobilité et la fixation, entre le cosmopolitisme et l’enracinement local, entre la centralité et la vie de quartier.

  • 11 Les “réseaux de coveillance” analysés par S. ROSENBERG au sein de quartiers populaires anciens en f (...)
  • 12 Cf. O. BENOIT-GUILBOT, préface du volume VI des Cahiers de l’observation du changement social, Pari (...)

15Quel que soit l’attachement que le citadin proclame à l’égard du quartier qu’il habite, une bonne partie de sa vie se déroule en général ailleurs, “en ville”. Selon les contextes locaux, et aussi selon les catégories sociales, le système des activités et des relations se trouve plus ou moins dispersé. Parfois, le quartier n’en occupe pas moins une place importante dans les sociabilités et la transmission des normes, en tant qu’espace d’interconnaissance où se déploient d’efficaces réseaux d’entraide et de contrôle social11. Dans d’autres cas au contraire, le périmètre du quartier n’est guère autre chose que le cadre d’une sociabilité tout à fait résiduelle, faite de fréquentations très sélectives ou à peine esquissées. Et d’ailleurs, de quel périmètre s’agit-il ? En règle générale, celui des éventuelles relations de voisinage ne correspond pas à celui des achats courants, ni à celui de la paroisse, ni à celui qui sera retenu par tel ou tel pour définir son quartier. Ces différents espaces ne se recouvrent pas, ni ne s'emboîtent. Leur délimitation et leur importance respective varient selon les catégories d’habitants, et selon les individus. En bref, le quartier est aussi une figure “à géométrie variable”12

UN ENJEU COLLECTIF

  • 13 Ce type d’opposition peut se manifester à l’intérieur même d’un milieu professionnel particulier, c (...)

16Même lorsque les sociabilités locales y sont très développées, le quartier ne constitue pas à proprement parler un système d’interaction. A la différence par exemple d'une organisation, il ne peut être considéré comme un ensemble de moyens matériels et humains orientés vers la réalisation d’un objectif commun. Il peut cependant être le support, voire l’objet, de divers enjeux qui mobilisent des fractions plus ou moins importantes de la population résidante. Autour de ces enjeux se développent des formes de coopération, de négociation et de conflits qui sont autant d'éléments structurant les relations entre individus et entre groupes au sein de la localité. Parfois, c'est plutôt la coopération qui domine, face par exemple à un projet d’aménagement jugé indésirable par la majorité des habitants. Dans d'autres cas, les groupes en présence dans la localité en apprécient diversement l’image et le destin, en fonction de leur appartenance sociale, de leur ancienneté dans le quartier et de leurs intérêts spécifiques. Par exemple, au souci qu’ont les uns de préserver l’intégrité de leur “quartier-village” s’opposera la volonté affichée par d’autres d’en assurer le désenclavement et l’intégration à l’ensemble de la ville13.

  • 14 Les nombreuses études réalisées sous l'égide du CNRS dans le cadre du programme “Observation du cha (...)

17Les acteurs qui participent le plus à la négociation publique des enjeux locaux ne sont pas forcément ceux dont la vie relationnelle est la plus étroitement liée au quartier. En particulier, les actions en faveur de la modernisation et du désenclavement trouvent un support privilégié parmi les résidants qui ont le plus intérêt à cette évolution parce que c’est justement hors du quartier que se trouvent les pôles d’attraction de leur vie professionnelle et de leurs fréquentations. Le constat reste vrai même pour les actions plus défensives qui visent à sauvegarder un patrimoine architectural, un tissu social ou des traditions locales. Souvent, les acteurs qui sont le plus directement impliqués dans la mise en scène de ces enjeux font partie des populations installées depuis une date relativement récente. Par leurs origines, par leurs trajectoires, par leurs façons de vivre, ils peuvent se distinguer notablement des anciens résidants dont ils se proclament à l'occasion les porte-parole. Parfois, c’est l'image même de quartier “convivial”, “animé”, voire “populaire”, qui attire et mobilise de nouveaux habitants issus en particulier des couches moyennes salariées. Par leur présence même, ces derniers vont contribuer à redéfinir les rapports sociaux locaux et la physionomie du quartier. Ou encore, lorsque le quartier s’y prête, on voit certaines fractions des nouveaux arrivants se saisir des mythes associés à un “haut-lieu” de l’histoire de la ville pour développer, à travers la vie associative et le militantisme local, diverses stratégies individuelles et collectives qui, simultanément, érigent le quartier en enjeu à défendre et confortent dans la localité l’identité sociale de ses défenseurs14.

18Il est vrai que n’importe quelle portion du territoire urbain ne peut pas se prévaloir ainsi de l’histoire accumulée, et que bien souvent la vie associative locale marque le pas ou adopte de nouvelles formes. Mais le regain d’intérêt pour le “local” n’aura pas seulement été une mode des sciences sociales. Aux actions collectives de défense ou de promotion du quartier, bien réelles dans nombre de territoires urbains, font écho les discours et les pratiques des responsables de l’aménagement, qu’ils soient élus locaux ou techniciens de l’urbanisme. De simples “périmètres” qu’ils étaient tant qu’il s’agissait de produire des espaces résidentiels nouveaux, de rénover ou de sauvegarder, les quartiers sont parfois devenus les unités de référence du raisonnement urbanistique, les cadres privilégiés de la concertation avec les usagers par le truchement de leurs représentants légitimes ou informels et des divers corps de professionnels des technologies sociales.

  • 15 Le constat ne vaut pas seulement pour la période contemporaine, comme en témoigne, dans le cas de l (...)

19Entre les populations locales et leurs porte-parole, entre les notables traditionnels et les militants des associations, entre les anciens habitants et les nouveaux venus, de multiples distorsions peuvent intervenir15, si bien que les actions collectives qui occupent parfois le devant de la scène ne représentent qu’une des dimensions de la réalité sociologique du quartier. Le tissu associatif, ou même des modes moins formalisés de présence et d'action sur la scène publique locale, manifestent des manières d’habiter autant que des enjeux. A ces manières d’habiter s’opposent celles de groupes ou de milieux qui conçoivent autrement leur rapport à l’espace résidentiel et la signification qu’ils lui attribuent.

Notes

1 K. LYNCH, The Image of the City, Cambridge, MIT Press, 1960. Traduit en français sous le titre L’image de la cité, Paris, Dunod, 1976 (citation p. 200).

2 “Les plans d'urbanisme, le tracé des grandes artères rectilignes, ne s’imposent souvent que dans un deuxième temps, alors que se sont entassées une masse de constructions médiocres, désordonnées, dissymétriques. Mais l'urbanisme impose des façades, symétrie et alignement, parfois un style qui crée une unité, qui fera parler de “quartier”. En est-ce vraiment un, quand les grands immeubles uniformes de l’artère principale cèdent le pas sur les rues secondaires à toutes sortes de maisons basses, de hangars, d’entrepôts qui n’ont ni style ni unité ?”, M. GARDEN, “Le quartier, nouvel objet de l’histoire ?”, Economie et humanisme no 261, septembre/octobre 1981.

3 R. PILLORGET et J. de VIGUERIE, “Les quartiers de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles”. Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. XVII, 1970, pp 253-277.

4 “La géographie des aires de résidence refléterait donc l’échelle sociale des fidélités. La véritable structure urbaine de Paris serait donc celle de ces noyaux d’hôtels avec leur nébuleuse de dépendants”, R. MOUSNIER, “Structures sociales et structures urbaines de Paris au milieu du XVIIe siècle”, communication au colloque Les villes en France et en Angleterre. Leur rôle dans l’essor économique et la formation des sociétés nouvelles, Paris, janvier 1977.

5 M. DELASSISE et D. DESSERTINE, “Approche historique de la notion de quartier à Lyon”, Bulletin du Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, Centre Pierre Léon, Université Lyon 2, 1979, vol 1.

6 Cf. notamment : B. J. BERRY et F.E. HORTON, Geographic perspectives on urban systems, Prentice-Hall, Englewood Cliffs, New Jersey, 1970. Pour une discussion du statut épistémologique des “variables”, "dimensions” ou “facteurs” identifiés par l’écologie factorielle, voir en particulier J.B. RACINE, "Le modèle urbain américain. Les mots et les choses”, Annales de géographie, 1971, et aussi J. BRUN, "Ecologie urbaine et géographie sociale”, Villes en parallèle no 4, janvier 1981. Université de Paris X - Nanterre.

7 Ces problèmes ont été abordés par de très nombreux travaux empiriques ou méthodologiques. Sur la fluctuation des indices de ségrégation urbaine en fonction des découpages adoptés et de la taille des unités d’analyse, on peut se reporter par exemple à O. ZUNZ, “Detroit en 1880 : espace et ségrégation", Annales ESC, Janvier/Février 1977.

8 Dans le cas des unités territoriales comme dans celui des autres types de partitions, le problème des appellations n’est pas sans importance. Pour la ville de Lyon, on notera que c’est seulement à partir du recensement de 1982 que les 78 quartiers distingués par l'INSEE ont été dotés de noms spécifiques et non plus de simples numéros. Ces noms s'inspirent le plus souvent des appellations locales préexistantes (Terreaux, Ainay, Montchat, etc...).

9 Cf. Y. GRAFMEYER et I. JOSEPH, L'Ecole de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, (choix de textes traduits et présentés), Paris, Editions du Champ Urbain, 1979. Réédition en 1990 aux éditions Aubier-Montaigne.

10 On songe en particulier à :
- H.J. GANS,
The Urban Villagers : a study of the Second Generation Italians in the West End of Boston, Center for the Community Studies, Boston, 1959.
- M. YOUNG and P. WILLMOTT,
Family and Kinship In East London, London, Routledge and Kegan, 1957.
- H. COING,
Rénovation urbaine et changement social, Paris, Editions ouvrières, 1966.

11 Les “réseaux de coveillance” analysés par S. ROSENBERG au sein de quartiers populaires anciens en fournissent une bonne illustration (cf. "Vivre dans son quartier... quand même”, Annales de la recherche urbaine no 9, 1980, et aussi : Evolution des quartiers anciens, ouvrage collectif, Bilan Thématique, Paris, Plan Construction, 1982).

12 Cf. O. BENOIT-GUILBOT, préface du volume VI des Cahiers de l’observation du changement social, Paris, Editions du CNRS, 1982.

13 Ce type d’opposition peut se manifester à l’intérieur même d’un milieu professionnel particulier, comme le montre l’exemple des commerçants du quartier SaintGeorges à Lyon. C’est alors la diversité des trajectoires antérieures, des activités com merciales et des projets individuels qui donne sens aux clivages, voire aux conflits que suscite le devenir du quartier. Cf. J.Y. AUTHIER, “Commerces et commerçants d’un espace en mutation : le quartier Saint-Georges à Lyon", in Recomposition sociale et qualification résidentielle. Le cas de l’agglomération lyonnaise, rapport collectif sous la dir. d’Y. GRAFMEYER, IRESE-Plan Urbain, Université Lyon 2, janvier 1986.

14 Les nombreuses études réalisées sous l'égide du CNRS dans le cadre du programme “Observation du changement social et culturel” ont montré la relative similitude de ces processus par delà la diversité des contextes locaux. Sur le cas tout à fait exemplaire du quartier lyonnais de la Croix-Rousse, cf. notamment B. BENSOUSSAN, “Le recours au quartier. Enjeux et changement social en milieu urbain (Le quartier de la Croix-Rousse à Lyon)”, in Cahiers de l’observation du changement social, volume XVI, Paris, Editions du CNRS, 1982.

15 Le constat ne vaut pas seulement pour la période contemporaine, comme en témoigne, dans le cas de la ville de Lyon, une étude historique qui rappelle opportunément l'importance des associations de quartiers dès la fin du siècle dernier. Cf. T. JOLIVEAU, Associations d’habitants, urbanisation et politiques urbaines. Comités de quartier et associations de défense du cadre de vie dans l’agglomération lyonnaise (1880-1983), Thèse de doctorat de Troisième Cycle “Géographie et aménagement”, Université Lyon 2, décembre 1983.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/8672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search