Version classiqueVersion mobile

La Ville des autres

 | 
Azouz Begag

Conclusion générale

Texte intégral

1La mobilité est une nécessité de la vie humaine, et en même temps elle est le miroir de l'identité : montrez-moi comment vous bougez, je vous dirais qui vous êtes. Car le comportement de mobilité d'un individu doit être saisi dans son contexte social et historique. Ce contexte imprime ses dimensions, économiques, géographiques, symboliques, psychologiques et culturelles à l'espace et au temps. Lorsque nous parlons de mobilité, nous voyons entrer en jeu l'espace social dans ses imbrications avec l'espace physique, le temps vécu dans la durée, les choses qui s'y déroulent dans le changement... et des hommes spécifiés par leur être et leur expérience d'être. Notre recherche nous a montré qu'une enquête de transport dans le milieu immigré débouche immanquablement sur la situation psychologique de l'étranger dans la société. Le logement devient dans beaucoup de cas un refuge, et la mobilité attire l'individu dans un espace public où règnent l'anonymat, le brassage, la foule, l'insécurité. Pour la famille maghrébine soucieuse de préserver les valeurs fondamentales de sa culture, sortir c'est rendre perméable l'identité importée. La mobilité peut porter la marque d’un danger de perversion, surtout pour les filles et les femmes. Bien plus que le trajet de chez soi au centre commercial, en bus ou à pied, la mobilité met en jeu ce type de rapport à l'Autre. C'est sur cet aspect qu'il nous semble important d'insister.

2La mobilité affecte l'identité des individus, des espaces et des territoires. A Vaulx-en-Velin, beaucoup de familles immigrées maghrébines ont constaté que, par rapport au temps de là-bas, du pays d'origine, les choses avaient changé. Certaines fuient à présent le contact avec d'autres membres de la communauté d'origine, pas forcément au profit du contact avec des Français de souche, mais surtout pour se mettre à l'abri des turbulences sociales, voire raciales. Dans certains quartiers à forte concentration immigrée, les relations de voisinage sont limitées au minimum, le repli sur soi est important. L'invisibilité devient le maître-mot. Des familles envoient leurs enfants dans des établissements scolaires privés, situés en dehors de la commune, pour échapper au sort que leur réservent les "écoles à problèmes" de la ZUP.

3Ailleurs, dans d'autres quartiers, même quand beaucoup d'immigrés y habitent, on trouve au contraire une solidarité de village entre les familles. A tel point qu'on ne peut pas tirer de conclusion générale sur le travail que nous achevons. C'est un peu frustrant : nous aurions peut-être aimé exprimer des résultats qui montrent des différences significatives entre Français et immigrés sur le thème de la mobilité urbaine, du rapport à l'espace et au temps. Mais finalement celle qui s'impose, c'est le respect de la diversité, de la différence, même au sein de la communauté maghrébine.

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search