Version classiqueVersion mobile

La Ville des autres

 | 
Azouz Begag

III. Les traboules de l'immigration

Texte intégral

1Quand on parle des immigrés en France, on fait souvent référence à des populations globalement marginalisées, rejetées dans des cités en voie de dépérissement, enfermées dans leurs cultures d'ailleurs. Face à cette exclusion sociale et spatiale, urbanistes et architectes ont depuis longtemps proposé des solutions techniques contradictoires : certains ont pensé construire un habitat neutre dans lequel "l'habitant" allait nécessairement se fondre sans identité culturelle particulière ; d'autres ont cherché à reconstituer des "médinas" qui offraient aux immigrés un cadre de vie "comme là-bas" ; d’autres encore ont voulu éviter la formation de ghettos en concevant un habitat de brassage de populations différentes. Mais les résultats n'ont pas été probants : les problèmes de cohabitation entre populations d'origines ethniques différentes dans les quartiers périphériques, demeurent encore délicats dans de nombreuses agglomérations urbaines.

2Que faut-il donc faire pour favoriser "l’intégration" socio-spatiale des immigrés en France ? La question est d’une redoutable complexité. Car personne ne sait exactement ce dont on parle. S'agit-il de faire en sorte que les quelques quatre millions d'immigrés qui vivent actuellement en France soient tout d'un coup "heureux" d'être dans ce pays ? Ou de faire en sorte que les Français de souche n'aient plus peur de leur voisinage ? Ou encore que le problème de l'immigration ne cristallise plus la vie politique française avec les excès que l'on sait ? Certains ont préconisé de se mettre à l'ouvrage en réparant les ascenseurs des immeubles, d'autres en instituant des seuils de tolérance, d'autres encore en répartissant "le problème" dans le tissu urbain de manière plus équilibrée. On pense aussi à leur accorder le droit de vote aux élections municipales pour donner à leur présence une légitimité institutionnelle, ou alors à favoriser le retour dans le pays d'origine : "Prends dix mille balles et casse-toi !".

3Dans les années soixante-dix, tels étaient les termes du problème. Aujourd'hui ils n'ont pas changé. Pire, ils se sont chargés de tension.

4Quatre millions d'immigrés ne constituent pas quatre millions de cas sociaux. A Marseille, Paris ou Lyon, ou même dans le plus petit village du centre de la France, les problèmes ne sont pas identiques. L'équilibre entre Français et immigrés ne se définit pas par la même équation. Pis encore : dans la même ville, d'un quartier à l'autre, d'un immeuble à l'autre, d'une montée d'escaliers à l'autre, la cohabitation de cultures différentes peut aller de l'harmonie la plus chaleureuse à l'explosion la plus dramatique. Parler de l'intégration des immigrés renvoie inexorablement à la diversité des situations et à une complexité que beaucoup n'hésitent pas à gommer pour asseoir leurs discours démagogiques et pour parler "simple".

5Les immigrés ne forment pas une population homogène à qui on pourrait appliquer globalement une politique de logement, de scolarité, d'emploi,... bref, d'intégration.

6Dans d'autres registres, ceux de l'aide à la mobilité des personnes âgées ou des handicapés, des études de transport ont aussi montré que les solutions à leurs handicaps doivent tenir compte de la "manière de vivre" des individus. L'idée est que ce n'est pas parce qu'on est "vieux" ou handicapé qu'on doit avoir des besoins de déplacements mal satisfaits par l'offre de transport traditionnelle. On peut aussi être vieux et handicapé et ne pas être attiré par une vie sociale plus intense, mais rechercher une vie "tranquille" impliquant une restriction des sorties. En somme, il n'y a pas de déterminisme entre la situation sociale et physique de l'individu et sa participation à la vie sociale. C'est de ce constat que nous sommes partis pour interroger la manière de vivre des immigrés maghrébins dans leur environnement urbain et leurs pratiques de mobilité.

7Avant de parler d'intégration au sens général du terme, il faut savoir ce que les intéressés eux-mêmes entendent par là. L'intégration, c'est leur insertion personnelle dans leur monde physique et social. Seuls les immigrés peuvent donner un sens concret à cette notion. Ils peuvent le faire notamment au travers d'indicateurs, tels la perception de leur quartier, de leur ville, de leur société. Nous avons tenté de les approfondir en étudiant le goût des Maghrébins pour la sortie et leurs formes de sociabilité. Cette démarche reposait sur une hypothèse : l'usage de l'espace urbain par un individu est étroitement conditionné par la représentation qu'il s'en fait. Nous aurons l'occasion de vérifier une telle liaison en ce qui concerne par exemple les femmes maghrébines : certains lieux leur sont interdits parce qu'ils sont réservés aux hommes.

8L'analyse des pratiques de mobilité des immigrés maghrébins que nous avons menée s'appuie sur une trentaine d'entretiens approfondis au cours desquels quatre thèmes ont été abordés : la perception et l'usage de l'espace urbain, l'importance du problème de mobilité, le vécu du temps de transport et l'usage des différents modes. Ils ont été ordonnés de manière à faire apparaître la mobilité au centre du guide d'entretien. D'une manière générale, les questions ont été formulées négativement pour stimuler des réponses, notamment en ce qui concerne la perception du lieu de résidence : "Qu'est-ce-qui ne vous plait pas dans votre quartier ? Pourquoi n'aimeriez-vous pas aller habiter à la campagne plutôt qu'en ville ? Si on vous proposait un logement ailleurs qu'ici, où souhaiteriez-vous habiter ?" Cela permettait d'emblée de saisir le degré d'insertion du ménage dans le tissu urbain local. Le deuxième axe concernait les freins à la mobilité. La question était formulée de la manière suivante : "Qu'est-ce-qui vous empêche de sortir de chez vous ?" D'un seul jet, on saisit à travers une telle question l'ensemble des représentations associées à la mobilité hors du foyer de chacun des membres de la famille, en particulier la sortie des femmes. Le troisième volet du guide d'entretien avait trait au vécu du moment de déplacement, quand on va au travail, faire des achats, en visite ou se promener. Pour chacun de ces motifs, nous avons cherché à connaître le raisonnement qui guidait le choix d'un mode de transport. En outre, nous avons systématiquement posé la question de la fréquentation de divers lieux caractéristiques tels que le quartier de la place du Pont (le quartier arabe de Lyon), les marchés, le centre commercial de la Part-Dieu, etc...

9Au départ, l'objet de cette investigation était de montrer une éventuelle spécificité des ménages immigrés maghrébins par rapport aux ménages français, sur le thème de l'usage et des représentations de l'espace et du temps. En fin de compte, nous avons débouché sur une segmentation de la population maghrébine elle-même. Cette diversité remet en cause bien des préjugés, en particulier ceux qui font des immigrés une communauté homogène, globalement inassimilable en France.

10L'enquête a été menée à Vaulx-en-Velin, commune périphérique orientale de l'agglomération lyonnaise. Banlieue ouvrière où une forte population immigrée a trouvé refuge et travail avec l'industrialisation naissante des années trente et la construction de la ZUP à partir de 1970, Vaulx-en-Velin se caractérise par un climat social difficile. Ici plus qu'ailleurs, la cohabitation entre Français et immigrés est particulièrement délicate dans certains quartiers. C'est le cas de la "Grappinière", le quartier vaudais qui a accueilli en 1964 les rapatriés d'Algérie et dans lequel les familles maghrébines sont devenues majoritaires dix ans plus tard. C'est aussi le cas de la cité Tase, au sud de la commune, du quartier du Mas du Taureau et des Noirettes au cœur de la ZUP. A côté de ces quartiers multiculturels, il en est d’autres plus calmes comme le Pont des Planches ou le Petit Pont. Ici, les immigrés sont beaucoup moins nombreux ; l'habitat est pavillonnaire.

11D'une manière générale, la commune de Vaulx-en-Velin qui fait actuellement d'importants efforts pour changer son image de marque, connaît encore, malgré sa vitalité sur le plan économique, des problèmes sociaux liés à la scolarité, à l'insécurité, à la pauvreté. C'est dans cet environnement qui est somme toute classique dans beaucoup d'agglomérations urbaines de France, que nous sommes allés chercher les significations de l'insertion sociale et spatiale des familles immigrées maghrébines.

12La première partie de l’exploration traite des représentations de l'environnement immédiat des familles (le quartier, l'immeuble, les voisins,...). La seconde éclaire leurs pratiques de mobilité et d'une façon plus large, les rapports aux espaces et aux temps. Où l'on verra qu'en définitive, il est bien difficile de dresser un portrait-robot de l'immigré dans la ville.

VIVRE ICI OU AILLEURS

13L'analyse de la mobilité des Maghrébins de Vaulx-en-Velin est présentée en trois étapes, trois moments au cours desquels les familles parlent de leur quartier, de l'espace urbain ou de la ville, et de leur goût pour la sortie. A chaque instant et pour chaque ménage, il est possible d’associer des formes diverses d'intégration à la société locale ou à la société française en général, et par là, des modes de vie différents dont la diversité intéresse la socio-économie des transports. Chez les Maghrébins comme chez les personnes âgées, les handicapés physiques, les "modes de vie souhaités" sont disparates. Certains valorisent l'anonymat de la vie urbaine, d'autres les relations sociales qu'elle permet. Mode de vie sociable ou repli sur soi peuvent l'un et l'autre caractériser les familles appartenant à la communauté maghrébine. Il n'y a pas d'archétypes.

14Le goût du ménage pour la sortie va donc dépendre de ses facteurs subjectifs, situation socio-économique, nombre d'enfants, degré d'intégration à la société française... mais aussi de la perception de l'environnement immédiat et de la ville en général. On verra ici apparaître des usages, préférentiels ou non, de l'espace de proximité et des perceptions de l'habitat en ville. Ce préalable est indispensable à l'analyse des déplacements en eux-mêmes.

Vivre au quartier

15Pour toutes les familles maghrébines de Vaulx-en-Velin, l'attribution d'un logement, surtout dans la ZUP, a constitué une aubaine et une promotion. Très souvent, elles proviennent des cités de transit de la région ou des foyers de sans-abri. Souvent aussi elles ont fait les frais des opérations de rénovation urbaine. Contrairement à ceux pour qui loger dans la ZUP n'a été qu'une simple étape dans la mobilité résidentielle, les immigrés sont pour la plupart piégés dans leur lieu d'habitat. Tous n'en sont pas forcement conscients. Dans ce contexte, notre première question a consisté à mesurer l'attachement des familles à leur domicile et à leur environnement de tous les jours. Elle permet de les positionner sur une échelle de sociabilité, tant vis-à-vis de la communauté d'appartenance que des autres voisins de quartier. En outre, à l’analyse des représentations relatives à l'environnement immédiat, on peut associer plusieurs formes d'usage de la ville, et donc de mobilité. Nous avons donc d'abord interrogé les familles sur la façon dont elles vivaient dans leur quartier de résidence. La question a été la suivante : "si on vous proposait un logement ailleurs, où souhaiteriez-vous aller ?". Quatre grandes réponses ont été dégagées :

  • la famille est satisfaite de son lieu d'habitat actuel et refuse l'idée d'aller habiter ailleurs.
  • elle n'est pas satisfaite et demande ou a déjà demandé un autre logement dans un autre quartier.
  • elle est indifférente à l'idée de rester là ou de partir ailleurs.
  • elle fait constater qu'elle se trouve dans une situation où elle n'a pas le choix de son lieu d'habitat

16Les trois-quarts des familles sont regroupées dans le premier et le troisième type. Une très grosse partie de notre échantillon n'est donc pas prête à quitter son logement, son quartier, sans condition. Il s'agissait donc de relever les facteurs économiques, familiaux, sociaux, physiques... dont l'influence est décisive dans le rapport au lieu d'habitat.

Ici c'est bien, même les médecins le disent

17Pas loin de la moitié de l'échantillon refuse l'idée d’aller habiter "ailleurs". Ce résultat qui est important en soi mérite toutefois d'être interprété avec prudence, en raison des caractéristiques particulières de chacun des quartiers. Parmi tous les facteurs avancés par les familles pour définir leur attachement au quartier, celui qui s’exprime en termes d’habitude apparaît le plus souvent. Il contient l'idée d'une appréciation favorable du voisinage et du réseau d'interaction qui lui est associé.

18"... dans le quartier, il y a une très bonne ambiance ; une bonne organisation... on s'entend bien avec tout le monde, souvent les gens descendent en bas pour discuter, même en hiver ; il n'y a que trois bâtiments dans notre cité, c'est calme ; ici c'est une grande famille. Non je ne quitterais pas le quartier... à Villeurbanne peut-être, mais à Villeurbanne dans ces grands immeubles je sais que c'est froid, il n'y a pas de contacts... ici par exemple, si on a un ennui, on appelle et tout de suite quelqu'un descend... dans les autres quartiers, non... d'abord je n'ai jamais vu un quartier comme le nôtre..."

19Cette jeune fille dont la famille habite un petit ensemble de trois immeuble depuis vingt ans, aime l'aspect convivial de son quartier, la solidarité qu'il permet entre les habitants qui forment une "grande famille". Quand on a un ennui, il suffit d'appeler et tout de suite, quelqu'un descend. Elle craint le froid des grands immeubles.

20Une autre femme, dans la cité Tase. Elle habite là depuis vingt-cinq ans. Elle dit qu'elle est habituée. Les autres quartiers de Vaulx-en-Velin lui paraissent fades à comparer au sien, même si les immeubles ne sont pas beaux à regarder. Ils sont beaux à habiter, c'est ce qui compte pour elle ; en plus, "ici il y a des petits jardins...". La cité Tase présente une particularité du point de vue de la solidarité qui s'est établie entre les familles maghrébines. Son histoire n'y est pas pour rien. Tous les discours recueillis dans ce quartier font apparaître l'entraide entre les familles maghrébines comme un élément important qui attache les gens à leur logement.

21Un père : "... en ce qui concerne les voisins, il n'y a pas de problème, on est comme une famille là, on se connaît déjà depuis longtemps puisqu'on travaillait là ensemble dans le textile... question de logement on ne peut pas dire que c'est bien... avant j'habitais en face et on nous a fait changer... on habite là depuis dix ans... la ZUP de Vaulx ? non, non, je ne vais pas là-bas, c'est une question d'ambiance, de connaissance ; ici on est une grande famille ; si je suis malade par exemple je peux compter sur mon voisin. Là-bas c'est des tours seulement, personne ne connaît l’autre..."

22L'idée d'une "grande famille" revient. De même celle d'une solidarité des voisins en cas de maladie. A la cité Tase, on ne vit pas tout seul, on peut compter sur les autres : on les connaît et ils nous connaissent Tous les pères de famille ont travaillé dans l'usine de textile installée juste à côté des immeubles. Ils partagent la même histoire.

23Une mère de famille confirme encore l'idée de solidarité avec les familles maghrébines.

24"... ça fait seize ans qu'on habite dans ce quartier ; je suis venue là d'Algérie ; je me suis habituée à ce quartier, maintenant je ne peux plus le quitter. De toute façon, je ne fréquente pas beaucoup ; quand c'est des choses graves comme un décès ou un mariage, on se rend visite avec les voisins arabes, mais s'il n'y a pas de telles occasions on ne se rencontre que dans la rue ; on ne se rend pas souvent visite autrement, chacun reste chez soi..."

25L'autre habitant de la cité Tase avait lui aussi dit qu'il ne fréquentait pas beaucoup, que pour lui c'était "boulot-dodo". Tous les deux montrent qu'il n'existe pas de forte pression de la communauté sur la vie privée de chacun et qu'en même temps, ils aiment se retrouver ensemble à l'occasion de manifestations importantes comme les décès ou les mariages. Dans ce quartier, il y a aussi des espaces verts, des espaces de jeux pour les enfants, les loyers ne sont pas élevés : autant de critères évoqués pour donner du lieu une image relativement bonne.

26On pourrait presque dire la même chose du quartier de l'avenue de Böhlen, au sud de la commune, où ne vivent pratiquement que des familles maghrébines. Toutefois celles que nous avons rencontrées là parlent du développement de la délinquance des jeunes qui commence à dévaloriser le quartier. Ainsi cette mère :

27"... ça fait dix ans qu'on habite là... il y a un problème avec les jeunes, mais ce n'est pas des jeunes de notre quartier, ils viennent d'ailleurs... autrement, ici, avec les voisins on est comme des frères, s'il y une fête on est tous ensemble, on s'aide entre nous ; ici c'est comme au bled, on fait la fête, on reste parfois jusqu'au petit matin à faire la fête. Le problème c'est mon fils, il fréquente trop..."

28En vérité, c'est bien de son fils qu'il s'agit quand elle parle des problèmes des jeunes "qui ne sont pas de notre quartier". Il fréquente trop, et trop fréquenter conduit à des problèmes...

29Deux autres mères de famille rencontrées avenue de Böhlen disent aussi qu'elles sont bien avec tous leurs voisins arabes, que dans leur cité ce n'est pas comme à la Grappinière où il y a beaucoup de problèmes. Finalement, on trouve dans ce type de quartier, loin de la ZUP située au nord, des familles attachées à leur environnement, à leur histoire, à leurs voisins maghrébins, à la possibilité qu'elles ont de célébrer les fêtes en famille, comme au bled. Dans ces quartiers, on est en fait loin de la ZUP concentrationnaire, loin peut-être aussi de la société française et c'est sans doute cela qui est apprécié. Ici on peut faire la fête jusqu'au petit matin, sans que personne vienne se plaindre du bruit. Comment serait-ce possible au quatorzième étage d'un immeuble de la ZUP ?

30Parmi les mères rencontrées avenue de Böhlen, l'une dit qu'elle aimerait bien retourner dans le quartier où elle habitait avant, aux Brotteaux. Elle a dû le quitter parce que des promoteurs immobiliers avaient changé l'image de ce vieux quartier à coup de rénovation et qu'on lui a dit que les loyers allaient augmenter rapidement. Sa famille ne pouvait pas payer.

31Les habitants des quartiers sud de Vaulx-en-Velin ne sont pas les seuls à rejeter l'idée d’aller habiter ailleurs. On en trouve également dans la ZUP. Mais les raisons qu'ils invoquent ne sont pas de même nature. Il y a en effet un trait particulier qui caractérise les réponses des habitants de la ZUP attachés à leur logement actuel : tous ont des relations de voisinage très limitées. En témoigne la fréquence d'apparition de la formule "avec les voisins c’est bonjour bonsoir".

32"... je ne veux pas quitter mon quartier... je suis habituée...j'habite là depuis huit ans mais avec les voisins c’est bonjour bonsoir, c'est tout, avec les Français comme avec les Arabes, oui ; dans mon allée je fréquente bien une Française et une Algérienne, c'est tout, on se rend des visites..." (une mère).

33"... avant c'était bien ici, maintenant ça va pas, il y a trop d'histoires, les gens entre eux ne sont pas corrects, les gens vivent chacun pour soi et Dieu pour tous..." (un père).

34Il est difficile pour ce père et cette mère d'émettre une opinion sur le lieu où ils habitent. On repère mal les motivations profondes qui les poussent à être attachés à leur quartier, alors qu'ils le jugent hostile. Peut-être qu'ils réalisent, sans pour autant le dire, qu'ils n'ont pas d'autre choix que de se sentir bien là où ils sont.

35Le témoignage de cette mère marocaine dont le mari travaille à Paris et qui semble vivre coupée du reste du monde, est explicite. Son opinion sur le quartier se résume de la manière suivante :

36"... j'habite le quartier depuis 1973 ; le quartier c'est bien, j'ai pas de problèmes avec les voisins, Français ou Arabes ; moi je suis tranquille ici, j'ai pas d'histoires ni avec le gardien, ni avec les HLM, ni avec personne..."

37Pour elle, ne pas avoir d'histoires ni avec le gardien, ni avec l'organisme HLM, ni avec les voisins, est la preuve de sa bonne intégration dans le quartier.

38Cependant d'autres personnes rencontrées dans divers quartiers de la ZUP avancent des arguments plus développés et précis sur leur attachement à leur lieu de résidence. Ils renvoient à autre chose que les relations de voisinage avec les Maghrébins.

39Le père : "... on est bien ici, mais il y a beaucoup d'étrangers, il n'y a que des étrangers ; c'est chacun pour soi."

40La mère : "... il n’y a pas de loisirs pour les femmes ; on a de bonnes relations avec les voisins dans l'immeuble, Arabes et Français..."

41Le père : "... moi ça fait dix ans que je suis là, je n’ai jamais eu de problèmes... un logement ailleurs ? bof ! à quoi ça sert de changer de quartier ?"

42La mère : "... non, on n'est pas mal ici, on a tout à portée de la main, les magasins, les médecins..."

43Le père : "... oui, on a l'habitude, il y a l'école juste devant, moi personnellement j'ai la voiture et je ne travaille pas avec parce que j'ai le car de l’usine qui me prend ici le matin... on a le transport, juste ce qu'il faut ici..."

44Ce jeune couple avec enfants habite dans le quartier des Noirettes. Ils n'ont pas de problèmes avec les voisins ; ils considèrent qu’ils sont bien. Ce n'est pas le fait d'avoir un réseau de relations dans l'allée, l'immeuble ou le quartier qui est à l'origine de leur refus de changer de logement. Pour eux, aller ailleurs n'apporterait rien. Ici, ils ont les équipements de base à portée de main ; pour aller au travail, le père bénéficie du ramassage ouvrier de son entreprise...

45Un autre ménage, relativement jeune lui aussi, évoque des avantages en matière de déplacements domicile-travail, dans l'appréciation de son lieu de résidence. Il habite dans un quartier de la ZUP, à l’Ecoin-sous-la-Combe. Mais il y a aussi dans les critères mentionnés, une opinion générale sur la concentration des familles maghrébines :

46"... nous, dans le bâtiment on est tranquille, étant donné qu’il n'y a pas trop d'Arabes ; on peut dire que là c'est la planque, on nous a donné vraiment là où il n'y a pas d'Arabes : les boîtes aux lettres sont en état, l'ascenseur est propre, il n'y a pas de gamins, y'a rien... tu vas un peu plus loin c'est tout massacré, plus de vitres, plus de boîtes aux lettres... là c'est juste des F3... étant donné que je suis juste à cinq minutes de mon travail, je veux rester ici ; je travaille vers le marché aux puces... là on est bien, ici on ne connaît que les gens du palier, des Français, on va des fois manger chez eux, ils viennent manger chez nous..."

47Encore une fois ce ne sont pas les caractéristiques propres du quartier qui sont appréciées pour elles-mêmes, mais plutôt sa situation par rapport à des quartiers plus dégradés de la ZUP. Pour ce ménage, la tranquillité du lieu de résidence se mesure à l'absence d'un nombre trop important de Maghrébins. Ce type de discours est spécifique à la ZUP. Nous ne l'avons pas entendu à la cité Tase ou avenue de Bölhen.

48Un autre ménage ; le quartier des Noirettes dans la ZUP. Le père et la mère travaillent tous deux. La distance du lieu de travail occupe une place centrale dans la perception du lieu de résidence.

49"... notre quartier il est bien, ça va... les voisins ? Depuis qu'on est là ce sont des gens bien ; nous on ne les dérange pas et eux ne nous dérangent pas... on habite là depuis 1973, avant on habitait à Lyon, rue Tête d'Or... Un logement ailleurs ? tu veux dire en France ou en Algérie ? Si on me donne un autre endroit, j'irai, je veux retourner à Lyon où j'habitais avant, c'est pour mon travail : d'ici ça fait trop loin (la mère). Moi je veux rester là parce que je travaille vers le Casino ; mais le quartier est bien ; de toutes façons c'est chacun sa route ici, bonjour bonsoir, c'est tout...(le père). Je ne fréquente pas, deux ou trois familles algériennes, c'est tout... on se rend des visites ; les autres quand je les vois je me tourne et je me sauve. Quand j'ai besoin de quelque chose je vais toujours chez ces deux ou trois familles..." (la mère).

50Ici les avis s'opposent chez les deux actifs quant à la perception d'un changement de résidence. L'habitude et le petit réseau de relations familiales nouées entre des familles de la même origine géographique, Sétif, retiennent ce ménage dans le quartier. Pour le reste, on ne dérange personne et personne ne nous dérange : c'est la preuve de la tranquillité à laquelle nous sommes maintenant habitués.

51Globalement, on peut retenir que pour les familles de la ZUP qui ont refusé l'idée d’aller habiter ailleurs, l’attachement au quartier renvoie beaucoup moins à la vie sociale qu'on a pu observer dans d'autres quartiers, qu'à des critères fonctionnels tels que la proximité du lieu de travail ou des équipements de commerce. Dans ce groupe, pour le reste il n'y a pas de problèmes majeurs : " ce quartier c'est le meilleur de la ZUP, tout le monde le dit, même les médecins, c'est le plus calme, il n'y a pas de voyous, même les enfants sont habitués .." Si même les médecins le disent...

Ailleurs doit être mieux

52Quelques familles, quatre exactement, ont exprimé le désir de partir de leur logement. La plupart d'entre elles ont d'ailleurs déjà fait des démarches administratives pour trouver à se loger ailleurs. Elles habitent dans les quartiers les plus dégradés, le Mas-du-Taureau, les Noirettes dans la ZUP, et la Grappinière. Il y a donc une forte corrélation entre le désir de partir et le climat social dans le quartier.

53A la Grappinière. Les explosions de violence de l'été 1981 ont eu un impact important sur la vie des habitants. Certains veulent fuir.

54"... on est bien maintenant que les flics sont partis, c'est calme un peu, mais autrement quand il y avait les flics, on aurait bien voulu partir... parce que le bon paie pour le mauvais. Mais pour le moment ça va ; il y a deux ans c'était pas possible de dormir..." (la mère).

55"... c'est préférable de déménager " (un des fils).

56"... oui, oui, j'ai déjà fait une demande" (la mère).

57"... ici les flics viennent t'emmerder pour rien du tout, tu peux plus rouler tranquille, ici." (le fils).

58"... moi de toute façon, comme je travaille, je ne fréquente personne... quand il fait beau, les femmes algériennes discutent un peu dehors mais c'est tout ; il n'y a pas de contacts, c'est froid, comme l'hiver... j'ai déjà demandé un autre logement, je voudrais aller derrière Record, sur Vaulx-en-Velin mais pas dans la ZUP, c'est vraiment pas beau ; comme je travaille à la mairie, je ne peux pas perdre mon boulot à cause du logement alors je demande dans le secteur, juste à côté pour éviter de prendre les cars parce que je commence à six heures du matin... pas dans la ZUP, les appartements ils sont bien mais les gens sont pas bien si vous, voulez... trop de racistes ; il y a un an dans la ZUP un Français a tué un Algérien ; dans la ZUP il y a trop de monde, les flics sont trop souvent là-bas pour emmerder le monde...là c'est pareil..."(la mère).

59Elle est divorcée. Elle travaille, juste à côté de chez elle. Elle veut partir de son quartier, mais seulement pour aller dans un autre qui la rapprocherait de son travail.

60Pour les familles de cette catégorie qui habitent dans la ZUP, les problèmes de vandalisme, de délinquance, les risques encourus par les enfants à l'école, la concentration des familles maghrébines... sont mis en relief pour dire "qu'ailleurs doit être mieux". Aucune ne fait allusion à l'offre d'équipements dans le quartier.

61Un autre père de famille, deux enfants, relativement jeune ; avant d'arriver dans son appartement de la ZUP en 1976, il habitait dans le ghetto villeurbannais de la rue Olivier de Serres où ne vivaient que des familles maghrébines. Il dit que c'était mieux que la ZUP de Vaulx-en-Velin. Aujourd'hui dans son allée, il n'a de relations avec personne, c'est bonjour-bonsoir avec tout le monde, "le problème c'est avec les enfants qui ne sont pas commandés par leurs parents ; les enfants de dix-douze ans, ça casse tout, ça vole...". Il aimerait aller à Villeurbanne ou bien à la Duchère où il a des amis.

62Cette mère de famille dont le mari travaille à l'étranger dit aussi que le problème "c'est les enfants". Avec les voisins elle n'a pas de problèmes, pas d'histoires. Mais ses enfants "fréquentent trop les autres".

63"... moi je veux pas rester à Vaulx-en-Velin, je cherche un coin tranquille ; si on avait trouvé un logement à Villeurbanne on y serait allé... ici les voisins arabes ils sont bien, mais dans d'autres endroits ils sont pas bien ; on se surveille, on surveille les enfants, moi j'aime pas quand les gens vous surveillent, j'aime que chacun fasse ce qu'il a envie de faire ; nous les Arabes on se surveille toujours, on regarde où va le fils, la fille de Untel, on regarde ce que l'autre a acheté, on parle de tout le monde ici. Moi j'aime pas ça. Quand je sors je vais directement faire ce que je dois faire ; j'en ai rien à foutre des histoires de quartier...".

64La tranquillité dans ce schéma, c'est vivre dans un environnement sans risque pour les enfants, sans contrôle du groupe sur les individus, dans un ailleurs situé loin de la ZUP de Vaulx-en-Velin. Pratiquement inexistantes, les relations de voisinage sont considérées comme sources de problèmes.

65Le dernier ménage qui cherche à partir de la ZUP, habite là depuis dix ans. Dans leur quartier, les gens sont bien ; ils les fréquentent mais ils n'ont jamais eu d'histoires, se défend le père. La mère nous apprend qu'elle a déjà demandé un autre logement il y a un an, mais ils n’ont pas encore reçu de réponse. "Ils nous ont dit vous êtes trop nombreux à vouloir partir de Vaulx-en-Velin". Le père ; "moi j'ai demandé d'aller à Saint-Priest ou Meyzieu ; il y a moins de monde... ici c'est bien mais il y a beaucoup de bruit, de mouvements, de vandalisme, ils cassent tout, le téléphone, les portes... on s'est dit que si on nous donnait un autre appartement on partirait, c'est tout...".

66C'est bien le constat d'une dégradation progressive du quartier qui pousse ces familles à rechercher un ailleurs moins risqué pour les enfants et d'une manière générale, plus paisible pour la vie familiale et privée. Ce ne sont pas ici les mauvaises relations de voisinage avec les familles françaises ou maghrébines de l'immeuble qui jouent.

Ailleurs sous condition

67Dans cette troisième catégorie de familles, on accepterait de quitter son lieu d’habitation à condition que ce soit "rentable". Les conditions de cette rentabilité sont diverses selon les familles. Une conjointe qui travaille à Lyon depuis vingt ans et qui a été déplacée de son ancien lieu de résidence par une opération de rénovation urbaine aimerait bien retrouver un logement qui la rapprocherait de son lieu de travail. Son mari aussi, du reste. Lui travaille à Vaulx-en-Velin ; il y va en voiture. Pour eux, le meilleur lieu d’habitat est celui où on est près de son travail.

68Parfois, déménager pour partir loin des endroits où les immigrés sont concentrés fait l'effet d'une promotion. On n’est plus victime de la promiscuité. Un couple dont les enfants ont été placés dans des écoles privées de Villeurbanne après avoir subi plusieurs échecs successifs dans la ZUP, témoigne de ce type de situation :

69"... moi je déménagerais si vraiment ce n'est pas concentré comme ici ; les étrangers... parce que là y'a pas mal d'étrangers, beaucoup d'Algériens ; si je dois changer c'est pour être un peu écarté de tout ça ; si c'est pour retomber sur le même truc, alors je préfère rester là...".

70Ce ménage fait partie de ceux qui, au quartier des Noirettes, ont développé un réseau de relations sociales entre familles originaires de Sétif. Malgré tout, l'assurance d'un avenir scolaire moins risqué pour les enfants l'inciterait à quitter son quartier pour aller habiter ailleurs.

71Dans le quartier de la Grappinière, une jeune fille pose une condition significative à l'idée de changer de logement : "s'il faut qu'on déménage pour rester à Lyon, c'est pas la peine ; mieux vaut rester ici ; partir loin d'ici d'accord...".

72L'idée d’un changement de quartier rebute ; on ne sait jamais ce que Tailleurs réserve. De plus, partir c'est casser des habitudes, comme fréquenter les deux ou trois voisins que l'on connaît. Alors quitte à changer de quartier, autant aller loin, mettre le plus de distance possible entre la Grappinière et ailleurs ; être loin du chômage des jeunes, de la délinquance, des "flics", des contrôles.

73Dans un autre ménage, représentatif de ce groupe, la mère est malade. Le père cherche un logement où le climat est bon pour la santé de son épouse ; elle fait des allergies. " Nous c'est bonjour-bonsoir et chacun chez lui... et le Bon Dieu pour tous... moi je vais du travail à la maison et je n'ai jamais d'histoires. Je le jure, depuis que je suis arrivé ici en 1974, je ne connais pas le commissariat de police...".

74Dans leur ancien quartier de Caluire, ils ont eu des "histoires" avec leurs voisins arabes. "Qu'est-ce qui a rendu ma femme malade ? : Les on-dit...". Rien ne les attache particulièrement à leur domicile. C'est le trait distinctif de cette catégorie de familles. Le repli sur soi est la règle. "Bonjour bonsoir" la devise. Qu'on leur propose un autre logement où il y aurait des avantages substantiels (être plus près de son lieu de travail...) et ils accepteraient tout de suite.

75Nous ne savons pas si ces familles ignorent ou non que le marché du logement leur est pratiquement fermé. En revanche, celles de la catégorie suivante savent qu'elles sont dans un cul-de-sac.

Cul-de-sac : d'où viennent les nuages...

76Sur la trentaine de ménages enquêtés, trois seulement ont considéré qu'ils n'avaient pas le choix de leur localisation résidentielle. Par conséquent, ils ont répondu que la question posée était peu pertinente dans leur situation. Le trait distinctif de cette catégorie est cette prise de conscience qui structure fortement les opinions sur le "ici ou ailleurs". Aussi n’est-il pas surprenant de constater une référence quasi systématique au pays d'origine quand on parle à ces immigrés d'un logement ailleurs. Ailleurs, dans leur esprit, c'est l'Algérie, le Maroc, la Tunisie. Vaulx-en-Velin est un terme à leur mobilité géographique, la fin du voyage. La prochaine escale, c'est le retour au point de départ, la seule alternative crédible, espérée.

77"... de savoir d'où viennent les nuages ou des choses comme ça, moi ça ne m'intéresse pas. Ce qui m'intéresse c'est ma santé, mes enfants, voilà ! le retour dans mon pays, un jour... c'est tout ; je n'ai pas d'autres choses à discuter..."

78Notre enquête, c'est comme parler des nuages, pour lui. Nous avons l'impression d'être tombés à côté de la plaque, dans le mauvais espace de discussion. Ce père de famille ne travaille pas depuis de longues années. Gravement malade. Son pays, c'est cela qui l’intéresse. Le reste, la vie au quartier, les transports, les magasins, c'est comme s’intéresser "d'où viennent les nuages". Cet homme est l'un des rares à avoir structuré son discours sur la perception de l'environnement à partir de ce qu'il est : un immigré. Comme il n'a plus de travail, c'est tout ce qu'il lui reste pour se définir. Dans une ZUP, en terre étrangère, sans travail, malade, il continue de vivre avec sa famille.

79Il n'a pas d'autres choses à discuter, mais il poursuit malgré tout : "... dans le quartier je me sens comme un étranger, c'est la vérité. Quand je suis dans mon pays j'ai l'impression que tout m'appartient, je retrouve ma famille, mes amis, le soleil ; je suis heureux ; quand je viens là par contre je me sens comme un étranger... et c'est vrai que je suis un étranger parce que même si je reste cent ans je serais toujours un étranger, un étranger... on entend des réflexions comme "rentre chez toi ", même dans l'allée où on habite il y a peut-être deux personnes à qui je dis bonjour, les autres non ; chacun tourne sa tête... un autre logement ? pour aller où ? partout c'est pareil, j'ai deux amis ici à Lyon, des Arabes, on va parfois chez eux aux Minguettes et à Saint-Priest, ils viennent aussi chez moi, on se téléphone, on demande des nouvelles, c'est tout, autrement pour les reste je me sens isolé, un étranger et c'est tout... si je meurs ici c'est pas les Français qui vont porter mon cadavre, non, les Français ne vont pas me porter ; ils vont appeler le croque-mort et c'est tout... c'est pas eux qui vont venir à deux ou trois cents à mon enterrement...".

80Alors qu'on lui demande de parler de sa vie dans le quartier, cet homme parle de son pays. Il essaye de faire comprendre qu'il n'y a qu'en Algérie qu'il est vraiment vivant, qu'en France il n'existe pas. Il n'a pas envie d'exister. Dans son pays, il compte pour les autres, il n'est pas anonyme. La nostalgie de là-bas qui transparaît dans cette interview fait que l'individu limite volontairement ses rapports sociaux avec les gens qui l'entourent, cela dans le but de prévenir d'éventuels conflits qui viendraient compliquer sa vie déjà difficile. L’invisibilité sociale devient un mode de vie valorisé et il n'y a plus ce plaisir d’être constamment devant des gens qui vous connaissent personnellement et dans votre histoire individuelle. L'exemple de l'enterrement illustre ce changement : il est d'usage dans les pays du Maghreb comme dans les pays latins du reste, d'accompagner la dépouille mortelle jusqu'à sa dernière demeure. En rappelant cette coutume, l'homme veut dire que s'il meurt en France, ce sera dans l'anonymat et c'est la pire des choses dans son esprit, mourir seul. Dans son pays, même dans la mort il existera encore. Cette image est significative de la solitude sociale dans laquelle vivent certains immigrés.

81"... des amis, quels amis ? des amis arabes ou français ? des Arabes, si, j’en ai, mais c'est bonjour-bonsoir c'est tout... trop fréquenter c'est pas bien ; tu vas chez les uns et les autres, ils viennent chez toi, après il y a des ragots, la bagarre et tout... quelqu'un qui tient sa langue c'est mieux, il veille sur sa maison, sur ses enfants, c'est mieux... un ami, deux amis, ça suffit..."

82Ainsi s'exprime pour cet homme l'invisibilité sociale nécessaire à la vie en France ; il faut "tenir sa langue", c'est-à-dire avoir le moins de relations possibles avec ses voisins, pour être tranquille.

83Même discours chez un autre père de famille qui habite la ZUP, au Mas du Taureau. Il est handicapé physique et dans sa famille, personne ne travaille.

84"... dans le quartier je trouve qu'il y a trop de laisser-aller de la part des familles ; les enfants sont trop dévergondés ; je ne me trouve pas très bien dans ce quartier... j'aimerais changer de logement si c'était possible mais je n'ai pas le choix... j'aimerais surtout rentrer dans mon pays... mon quartier avant, c'était bien, rue Rabelais dans le troisième ; mais ici tout le monde se cotoie, il y a surtout des bagarres, tandis que là-bas c'était chacun pour soi, bonjour-bonsoir quand on se rencontrait... ici j'essaie de limiter les relations avec les voisins. Français ou Arabes ; j'évite les histoires..."

85Celui-là appréciait son ancien quartier parce qu'il ne fréquentait personne et qu'on le laissait tranquille. Ce n'est plus le cas dans la ZUP.

86Ces hommes font tous les deux référence au retour à leur pays natal. Mais il ne s'agit que d'un vœu, car ces chefs de famille dont l'une compte sept enfants et l'autre dix, sont malgré tout conscients de la nouvelle donne créée par ces enfants nés en France. Pendant l'entretien, il n'y a cependant pas été fait allusion.

87Dans le troisième ménage qui clôt cette quatrième catégorie, c'est la mère qui parle avec sérénité. Sa famille compte six enfants. Aucun actif ; le père est invalide.

88"... on est bien obligé de se trouver bien, ici... où peut-on aller ? en Algérie ? on peut pas, avec le chômage... on peut pas... mon mari est invalide...".

89Non seulement ils se sentent piègés à Vaulx-en-Velin, mais en plus le pays d'origine ne constitue plus un recours possible à cause de la situation du père. Dans pareil cas, il paraît déplacé d'enquêter sur la vie au quartier. Pour cette famille qui survit grâce à la pension trimestrielle du père, on se contente de ce qu'on a. La ligne d'horizon s'arrête à la Grappinière.

90La fille, seize ans : "mon père il voudrait partir loin de ce quartier..."

91La mère : "c'est vrai, mon mari il n'aime pas là, lui c'est plutôt l'Algérie ; il est dégoûté, il veut rentrer, il est renfermé... beaucoup de problèmes... les enfants veulent pas aller en Algérie, le mari veut rentrer... on est venu là en 1962. Maintenant c'est beau là-bas...".

92Dans ces familles, quand les pères ne travaillent plus et qu'il n'y a personne pour le remplacer dans ce rôle, la perception de la présence ici ou là-bas ne compte plus. On essaie de survivre, c'est tout. Quand on est venu en France pour travailler et qu'on a perdu cette faculté physique, on finit nécessairement par se demander un jour pourquoi on est parti. Surtout quand on sait qu'on ne pourra plus retourner.

VIVRE EN VILLE

93L'immigré construit et entretient une image de la ville qui reflète son statut de "quelqu'un d'ailleurs". D'une façon générale, connaître la perception qu'a un individu de l'espace, permet de comprendre les réactions provoquées par l'environnement dans lequel il vit. Ainsi, partant de l'idée que la perception que l'on a de la ville et de l'espace urbain dépend de l'usage qu'on en fait, interroger la mobilité urbaine d'un groupe de population requiert une analyse des attributs qu'il utilise pour définir l'urbain.

94A priori, on peut toujours supposer que quelqu’un venu d'un autre univers culturel amène avec lui sa propre façon de lire une ville, sa ville. Mais il est aussi vraisemblable de considérer que dans la population immigrée maghrébine, il n'y a pas d'homogénéité des comportements urbains. La perception, les représentations de la ville renvoient à autant d’images, de symboles, d'imaginaires qu'il y a d'individus. Notamment parce que l'individu a une histoire, une situation, une psychologie, un raisonnement qui lui sont personnels, même s’il appartient à une communauté. C'est de cette hypothèse que nous sommes partis pour examiner les différentes façons de vivre en ville des immigrés maghrébins.

95Cependant, l'approche d'une telle question dans cette population présentait une double difficulté : comment exprimer en des termes suffisamment simples et évocateurs l'idée de perception de la ville, en langue arabe ? Et comment présenter le sens d'une telle enquête ? Les immigrés sont peu sollicités, aussi la méthode de travail a-t-elle été mise au point après une phase de tests préliminaires. Dans l'élaboration des premiers guides d’entretien, nous avons en effet transcrit l'idée de perception de la ville en ces termes : "qu'est-ce qui vous plaît dans la ville ?", puis "quels avantages associez-vous au fait d'habiter en ville ?" et enfin "pourquoi n’aimeriez-vous pas habiter en ville ?".

96Les premiers entretiens ont montré que les immigrés maghrébins éprouvaient des difficultés pour répondre à ces questions. Presque systématiquement nous avons dû intervenir pour préciser notre demande au risque d'orienter les réponses ; cette démarche dénaturait la qualité du discours. Il semble que les difficultés étaient surtout dues au fait que la ville en elle-même ne signifie rien pour un immigré, la ville en France tout au moins. Formulées telles qu'elles l’étaient, les questions ne fournissaient aucun point de repère pour construire une interprétation pertinente.

97Pour pallier ces difficultés, la campagne a été proposée comme élément de positionnement. Nous avons pensé qu'il était plus prometteur de provoquer la parole de l'immigré sur la ville à partir d'une notion moins complexe pour lui, celle de la campagne, antithèse de la ville et notion connue par lui, puisque la majorité des immigrés viennent des zones rurales de leur pays. Ainsi, après la question du guide d'entretien qui traitait de la perception du quartier : "si on vous proposait un logement ailleurs, où souhaiteriez-vous aller ?", le discours sur la ville a été engagé de la manière suivante : "et si on vous proposait un logement à la campagne ?".

98La technique qui consistait à interroger négativement les individus dans le but de stimuler leur parole s'est avérée fructueuse, parce que l'image de la campagne s'oppose et appelle immédiatement celle de la ville.

La ville vue de la campagne

99Quand il s’agit d’apprécier les avantages et inconvénients d'habiter en ville ou à la campagne, de nombreux facteurs influent : présence d'enfants dans le ménage, motivation, situation économique et sociale, insertion dans le quartier, âge... Mais d'emblée on peut souligner un enseignement important : environ les trois-quarts des enquêtés font mention de la proximité actuelle du lieu de travail pour justifier leur refus d'aller habiter à la campagne. Dans le milieu immigré maghrébin, la ville est avant tout l'endroit où on a du travail, ou bien dans lequel on peut en trouver. La ville est associée au travail et à l'argent, donc à la motivation fondamentale de la présence de cette population en France. Majoritairement, on ne conçoit pas d'éclatement entre le lieu du travail et le lieu d'habitation. C'est là une caractéristique importante qui regroupe presque l'ensemble des ménages sur cette question.

100Toutefois, les formulations des réponses impliquant largement le travail, ont été diverses. Il faut notamment faire une distinction entre les ménages qui n'ont parlé que du travail quand on leur a posé la question de la campagne, et ceux qui ont considéré d'autres facteurs. Cette différence nous aide à mesurer des degrés d'intégration plus ou moins profonds et multidimensionnels des familles maghrébines dans la société française.

La ville du travail

101Pour beaucoup de familles, être en ville, c'est avant tout être près de son lieu de travail, et surtout dans un environnement où il y a du travail.

102"... et qui va me donner du travail ? non, à la campagne ce serait trop loin pour le travail, le mien surtout... ça fait vingt ans que je fais le même travail, si je vais à la campagne je perds tout ..." Elle travaille à Lyon.

103"... la campagne, c'est trop loin pour mon mari ; il travaille juste à côté, vers le feu rouge ..."

104"... et où je travaillerais ? comment je ferais pour mon travail ? ici je suis à cinq minutes de mon travail, je travaille dans une école devant le Casino... si je trouve un logement à la campagne avec un travail à côté, j'y vais...". Cette autre mère de famille fait le ménage dans une école à côté de chez elle.

105D'autres témoignages vont dans le même sens. "A la ville l'intérêt c'est d'être près du travail, c'est tout...". Habiter à la campagne, dans ce premier groupe, constitue un éloignement par rapport au lieu de travail. Pour ceux qui ont un emploi à Vaulx-en-Velin, "juste à côté du feu rouge ou du Casino", la perception de l'habitat en ville est donc essentiellement fonctionnelle. La campagne, c'est le désert économique.

106Un second groupe associe à la proximité du lieu de travail d'autres éléments comme la situation du logement actuel par rapport aux équipements scolaires, sociaux et commerciaux, les transports en commun, etc...

107Le père : " un logement à la campagne ? et le travail, comment vous allez faire ?"

108La mère : "la campagne ? non. A la ville ce qui me plait c'est que j'ai tout à la portée de la main, les commerces... pas besoin de prendre la voiture, le car, rien du tout..."

109Une autre famille, dans la ZUP :

110La mère : "... moi, j’irais pas..."

111Le père : "... personnellement moi j’irais pas, non... cette fois si je quitte l’appartement c’est pour retourner chez moi..."

112La mère : "... à la campagne on pourrait pas... bon ben l’école ça serait loin, le travail de mon mari c’est ici ; ici on a tout aussi, le Casino, le centre Leclerc, on est bien placé..."

113Le père : "... pour ça oui, à Vaulx-en-Velin on a tout ; il nous manque rien ; on est bien placé... par exemple au sujet des cars, le 51 il passe toutes les cinq minutes, on va à Bonnevay, on prend le métro, un autre car..."

114La mère : "... au centre-ville moi j’aime pas ; pour les enfants ça poserait un problème, ils pourraient pas courir comme ici ; ici il y a les chemins piétonniers, là-bas non... et puis là-bas ils seraient toujours à la maison..."

115Dans tous ces témoignages, la perception de l'habitat en ville déborde le cadre du travail qui reste malgré tout prépondérant dans les commentaires. Après lui, les avantages relevés le plus fréquemment par les ménages, et surtout par les femmes, sont la proximité des équipements commerciaux de la commune, grands magasins essentiellement, ainsi que la proximité de l'école. La localisation résidentielle actuelle s'apprécie donc en fonction des achats et des enfants. L'école est près et il y a aussi des espaces où ils peuvent jouer en sécurité, ce qui les empêche de rester enfermés à la maison. Dans ces propos, il y a une absence quasi systématique de référence aux équipements socio-culturels ou de loisirs, par exemple. C’est peut-être qu'ils renvoient à des activités auxquelles les Maghrébins (les parents) ne participent pas dans leur commune. Ce dont on parle, c'est toujours des activités contraintes pour la famille : école, travail, achats. " A Vaulx-en-Velin on a tout " signifie en définitive : on a les éléments essentiels de la vie quotidienne.

116Il n'est pas rare de retrouver à propos de Vaulx-en-Velin l'idée que la commune se situe dans une position intermédiaire entre le centre-ville et la campagne, le premier étant défini comme un lieu d'agitation : "... ici on n'est pas tout à fait en ville ; j'aimerais pas habiter au centre-ville, j'aime mieux là ; ici on n'est pas vraiment à la campagne, pas vraiment en ville, la ville c'est déjà beaucoup plus bruyant et là c'est déjà plus éloigné, plus calme, tout en ayant tout ce qu'on besoin a quoi..." (une mère).

117Une autre mère : "... à Vaulx-en-Velin c'est plutôt la campagne..." En ville, elle ne peut pas rester ; "c'est comme une prison...".

118D'autres individus, plus jeunes que la moyenne de notre échantillon (mais ils sont rares), soulignent l'absence d'équipements de loisirs sur la commune, mais en règle générale, les ménages qui ont émis des critiques relatives à l'éloignement de leur logement par rapport à d'autres critères que les centres commerciaux, l'école et le travail sont peu nombreux.

119Cette mère de famille qui habite au sud de la commune demeurait auparavant à Lyon ; c'est celle qui a été forcée de déménager à cause d'une opération de rénovation urbaine :

120"...la campagne, j'aime pas ; c'est trop loin... quand le mari travaille, les enfants à l’école... ah non, ça va pas ! en ville c'est mieux ; mais ici par exemple c'est pas comme aux Brotteaux où on habitait ; là-bas il y avait tout, c'est pas comme ici où on est obligé de prendre le car pour aller à Record. Pour aller faire des courses on est obligé de prendre le car... ici on est loin de tout ; aux Brotteaux il y avait tout, les magasins, tout, c'est pas comme ici... il y avait des choses comme le dégraissage..."

121D'avoir connu une situation qu'elle juge meilleure permet à cette femme qui habite dans l'un des quartiers enclavés de Vaulx-en-Velin, d'émettre des critiques sur le lieu où elle réside actuellement. Lorsqu'elle dit qu'elle est obligée de prendre le car, il faut surtout entendre que ça coûte d’habiter dans un endroit où l'offre d'équipements commerciaux est insuffisante.

122Globalement, dans l'examen de ces réponses, l'un des enseignements à retenir est l'influence décisive du facteur travail, dans la représentation que ce font ces immigrés maghrébins de leur localisation résidentielle dans une zone urbaine. Dans ce premier type de ménages, la ville est assimilée à une distance économique. Le rapport qui est entretenu avec leur espace-temps consiste à réduire l'intervalle qui sépare leur lieu de logement de celui de leur travail. Pour les femmes il s'agit d'un intervalle entre l'école des enfants, les centres d'achat et le domicile. On a donc dans ce premier modèle de localisation une logique qui a un caractère économique marqué.

123Voici maintenant un autre groupe dont aucun des membres ne mentionne le travail dans la perception du lieu d’habitat.

La ville du social

124Deux pères de famille parlent de leur lieu d'habitat en ville par rapport à la campagne. Ils sont tous les deux au chômage : dans leurs propos, le travail n'apparaît donc pas comme dans le groupe précédent. Les enfants deviennent le centre principal des débats.

125"... moi j'aimerais bien habiter à la campagne mais étant donné que les enfants ils vont à l'école, ils trouveraient pas de l’arabe... ils seraient obligés de venir de loin pour aller à l'école par ici."

126Apparaît ici une particularité : les enfants peuvent prendre des cours d'arabe à l'école, tandis qu'à la campagne ils n'auraient pas cette possibilité. Prendre des cours d'arabe veut dire que les enfants restent dans leur culture d'origine, qu'ils gardent leur identité. Habiter en ville, c'est donc aussi avoir des possibilités culturelles plus importantes qu'à la campagne.

127"... un logement à la campagne ça c'est encore mieux ; les gosses peuvent s'amuser, je pourrais faire des poules, des lapins, le jardin... de toute façon, que ce soit en ville ou à la campagne, pour le travail c'est mort partout...".

128Quand on n'a pas de travail, être là ou ailleurs devient une question superflue. On pense alors aux enfants, et aux moyens d'économiser de l'argent, en élevant des poules et des lapins, en faisant le jardin.

129Les femmes de ces pères de famille chômeurs font allusion à l’obligation de disposer d'une voiture à la campagne. En ville, ce n'est pas nécessaire, car on est près de tout.

130"... moi je trouverais ça chouette d'aller à la campagne... mais il faudrait avoir une voiture... quand une femme habite à la campagne, sans voiture elle se sent perdue ; moi, en fait, j'aimerais pas tellement parce que j'aime pas la solitude... en fait, la vérité c'est que moi j'habiterais jamais à la campagne, mais lui (son mari) il voudrait bien y aller... premièrement il manque les magasins, deuxièmement c'est loin pour les courses, troisièmement pour les enfants faut les amener à l'école, faut avoir la voiture... si on n'a pas les moyens, on n'a pas la voiture..."

131L'allusion commune faite à la voiture renvoie, certes, à la notion de distance, mais si la deuxième femme parle de l'aspect économique de cette distance, à travers la réduction du temps de déplacement pour faire les achats et mener les enfants à l'école, la première fait référence à la valeur sociale de la distance, la proximité par rapport aux autres. Cette idée est très présente chez quelques ménages comme celui de ce père de famille, au chômage lui aussi.

132"... non, à la campagne je peux pas vivre... j'aime la campagne mais j'aime vivre justement là où il y a du monde ; j'aime le monde, c'est pour ça que j'ai déjà dit que j'aime l'Algérie parce qu'il y a beaucoup de monde... c'est pas pour ça que je vais m'attacher à tous les gens, autrement on n'en finit plus... à la campagne je vais crever ; ici à l'hôpital ils ont voulu m'envoyer en maison de repos et je leur ai dit jamais ! en maison de repos je vais me retrouver avec des vieux qui marchent sur des cannes ; je vais prendre une crise encore plus ! ici à la maison je mets de cassettes... des choses comme ça... je passe mieux mon temps à la maison..."

133Il est de ceux pour qui la limitation des relations sociales était un des principes importants d'une "vie tranquille". Π veut vivre dans l'anonymat. Mais à la campagne, non ! Pas au milieu des vieux ! Cet homme exprime son besoin de se sentir à l'intérieur du monde, de la foule, même s'il tient à conserver ses distances vis-à-vis d'eux. Π parle d'une proximité psychologique nécessaire à son équilibre affectif, et cette proximité il la trouve dans son logement en ville, dans l'habitat collectif. Mais "c'est pas pour ça qu'il va s'attacher à tout le monde".

134L'approche fonctionnelle qui caractérisait le groupe précédent dans son évaluation de la distance en ville, est ici remplacée par une approche psychologique. Être en ville c'est être avec des gens. D'autres témoignages, de femmes cette fois, renforcent cette idée de la distance aux autres.

135"... la campagne, j'aimerais pas y aller parce que j'aime pas... j'aime le monde ; je veux habiter au milieu des gens, pas toute seule. C'est une idée de Français d'aller habiter à la campagne seul avec les arbres ! la campagne c'est bon pour les vacances pas pour tous les jours ; les épiceries sont loin... si des fois mon fils tombe malade... non, non, pas la campagne. Moi déjà que je m’ennuie parce que je suis loin de chez moi (la Tunisie) je vais pas aller habiter à la campagne toute seule... ici on a tout, les magasins, les marchés..."

136Comme dans le cas précédent, cette femme a besoin de vivre au milieu du "monde". L'anonymat total, la solitude sociale sont associés au mode de vie des Français. On trouve là un refus de l'individualisme, qui s’exprime par des références systématiques à la chaleur des relations humaines telles qu'elles existent au Maghreb. A cette femme, on a proposé un logement à Bourgoin-Jallieu, dans un petit chalet, habitat individuel. Elle s'exclame : "Mais qu'est-ce que je vais faire là-bas ? surveiller les moutons !"

137Une autre est attachée à ses voisins maghrébins. Elle a peur de se retrouver seule et oisive à la campagne. Perdue. Elle ne fait pas allusion à la proximité du lieu de travail par rapport à l'endroit où elle habite, c'est parce que personne ne travaille dans sa famille. Le mari est invalide depuis de nombreuses années. Dans des situations comme la sienne, il vaut mieux habiter en ville, près des gens, que de se retrouver coupé du reste du monde avec ses problèmes. En ville, la souffrance est mieux supportée.

La ville des problèmes

138Il y a enfin ceux qui iraient volontiers habiter à la campagne. Ce n'est pas par hasard que l'on retrouve parmi eux la quasi-totalité des familles qui veulent quitter leur quartier parce qu'elles en ont une perception négative. L'habitat en ville est jugé concentrationnaire ; il imprègne trop la vie privée de chacun et constitue un danger pour les enfants. C'est dans les quartiers les plus dégradés de Vaulx-en-Velin que cette idée fait le plus école.

139Un père : "... oui, j'aimerais bien aller habiter à la campagne, je serais plus tranquille ; en ville avec les gens on a beaucoup d'ennuis ; à la campagne je serais seul, je serais bien ; moi de toute façon j'ai ma voiture, je descendrais toutes les semaines en ville pour faire des courses, le week-end je serais bien avec mes enfants, j'aurais pas besoin de sortir puisque je serais à la campagne déjà... on pourrait faire beaucoup de choses..."

140Lui serait bien avec sa voiture et ses enfants. A la campagne il n'aurait plus besoin de sortir, donc il serait mieux qu'en ville. Sa femme, il n'en parle pas. Elle n'a rien dit sur la question.

141Trois autres femmes vivant seules avec leurs enfants, veulent toutes aller à la campagne pour être plus "tranquille, calme, sans souci". Rien ne les attache particulièrement au quartier où elles habitent, excepté bien sûr leur travail et l'école des enfants. La ville est ici perçue uniquement dans sa dimension fonctionnelle.

142En fin de compte, force est donc de constater qu'il existe dans cette population une diversité des représentations de la ville, des processus d'intégration dans la société locale, urbaine et en définitive française. Chacun a ses mots pour parler de la distance qui le sépare ou le rapproche du travail, de l'école, des magasins et des Autres.

SORTIR

143En soi, un mode de vie caractérisé par la participation à diverses activités sociales, culturelles, sportives, paraît plus souhaitable qu'un mode de vie où le repli sur soi prédomine. Les transports doivent, dans cette perspective, offrir aux citadins la possibilité technique de participer à des activités dans un espace aussi large que possible. Ils doivent être un outil de la communication sociale. Cela dit, il n'est pas concevable d'imposer au nom de ce principe un mode de vie "souhaitable en soi" à des individus dont les aspirations vont à l'encontre de la participation sociale : à Vaulx-en-Velin, des familles maghrébines recherchent une invisibilité sociale pour vivre tranquillement...

144Il faut donc essayer de comprendre "le mode de vie souhaité" par les familles maghrébines, avant d'envisager les moyens destinés à faciliter ou promouvoir leur mobilité urbaine. La question posée a été formulée de la manière suivante : " Pourquoi ne sortez-vous pas de chez vous ?". Volontairement orientée, elle avait pour but de provoquer une réaction face à la position adoptée par l'enquêteur, mais aussi de relever toutes les images associées à la notion de sortie.

Ne nous déplaçons-nous que pour aller quelque part ?

145L'attitude de mobilité ou le "goût pour la sortie" ont déjà intéressé la recherche en socio-économie des transports. Un bref rappel des apports essentiels permettra de définir l’intérêt d'une analyse consacrée à ce phénomène en milieu immigré. Nous nous appuierons sur l'intervention faite lors d'un colloque international sur la mobilité urbaine, par B. Matalon (1978). Elle vient enrichir l’approche fonctionnelle qui prédomine dans les études de transport classiques, par des aspects originaux. Le point de départ se situe dans l'hypothèse courante des modèles comportementaux dans lesquels le déplacement est considéré comme un coût, "une désutilité à minimiser". Matalon affirme que cette hypothèse revient à considérer que "l'on préfère se déplacer peu plutôt que beaucoup, et rester chez soi plutôt que sortir". En témoignent dans différents types de modèles, la notion de valeur du temps qui est perdu pendant le trajet, ou bien l'idée selon laquelle plus une distance est grande moins elle incitera de personnes à effectuer le trajet. L'auteur se donne alors pour objectif "de préciser les conditions dans lesquelles on cherche effectivement à minimiser les déplacements et ce qui est en jeu lorsque ce n'est pas le seul objectif poursuivi". Il donne ensuite de nombreux exemples caractéristiques de situations où la minimisation de la distance et du temps de trajet ne constitue pas Tunique rationalité : on peut aimer être ailleurs ou aimer sortir ; parfois le temps de déplacement peut faire partie de l'activité de destination ; le temps de transport peut être apprécié et devenir source de satisfaction (le plaisir de conduire, de la vitesse) ; parfois ce n'est pas tellement la valorisation du déplacement lui-même qui est recherchée, mais une distance par rapport à son domicile ou à un environnement familier ; certains préfèrent utiliser leur quartier, d'autres en sortir, etc...

146Dans les grandes lignes, conclut l'auteur, on peut considérer que l'existence de comportements de déplacements non strictement fonctionnels est suffisamment établie. Il reste à les étudier en détail. C'est dans cette perspective que nous abordons les attitudes de mobilité des familles maghrébines.

L'heure de la sortie

147Là encore, il faut dire d'emblée que les ménages maghrébins que nous avons rencontrés, se situent différemment par rapport à la "sortie''. Les réponses à la question posée sont rangées dans les deux attitudes suivantes : ou bien l’enquêté a admis que chez lui on ne sortait pas beaucoup et a expliqué pourquoi, ou bien il a réagi à l'affirmation injustifiée de l'enquêteur en montrant pourquoi elle était fausse dans son cas.

148Par rapport à cette distinction, l'analyse fait ressortir une concentration des réponses dans le premier groupe, celui dans lequel les ménages reconnaissent qu'ils ne sortent pas beaucoup de chez eux. Parmi eux, une dizaine développe le même thème : la motivation de la sortie. Pour ces ménages, on ne sort que pour aller quelque part et faire quelque chose.

149Pour beaucoup la notion de sortie n'a aucune signification si on ne lui a pas associé auparavant une raison claire. Ce sont surtout les femmes qui tiennent ces propos. Cela révèle une répartition des rôles au sein de ces foyers, dans laquelle elles sont encore largement situées "dedans". Dans ce contexte, le temps qu'elles passent hors du domicile est un temps perdu pour la gestion du foyer, d'où l'importance de sortir quand on a vraiment quelque chose à faire dehors. On a là une rationalisation fonctionnelle de la mobilité féminine.

150"... celui qui reste chez lui c'est mieux... moi j'aime pas sortir ; je sors pour faire mes affaires, je vais faire mes courses au marché, je fais des papiers..." (mère active).

151Elle sort bien pour faire SES affaires et SES papiers... pas DES courses. Le motif de la sortie est ainsi défini.

152"... quelqu'un qui reste chez lui c'est normal ; on ne sort pas quand on n'a rien à faire... on va chez des amis ou quand il y a des courses à faire... autrement où veux-tu aller ?"

153Ici, les courses sont "à faire". La marque d'une obligation. De toute façon on ne sait pas trop où aller et puis rester à la maison, c'est normal.

154"... pourquoi on sortirait ? on rentre chez nous pour nous occuper de la maison, de nos enfants, c'est mieux..." (la mère).

155Le père : "si elle sortait, elle irait où franchement ?"

156C'est au mari de rappeler cette évidence.

157"... pourquoi nous on sort pas beaucoup de chez nous ? nous on sort pas pour aller se promener, on sort pour faire des courses, dans un but précis quoi ! autrement on ne sort pas..."

158Se promener n'a pas de sens. Dans l’arbitrage entre la sortie et les tâches domestiques, c'est la seconde activité qui doit occuper la "bonne mère de famille maghrébine". Elle sort donc quand elle va faire ses courses, règler des problèmes administratifs, pour les visites familiales. La sortie "sortir pour sortir" devient synonyme d'errance. C'est notamment le cas pour la sortie de loisirs ; la mère de famille qui appartient à ce groupe ne se promène jamais. Elle perdrait du temps qu'elle pourrait consacrer à son foyer et à ses enfants.

159Domicile et lieu de travail sont les deux pôles majeurs de la vie quotidienne de ces ménages. Tout écart par rapport au trajet fonctionnel domicile-travail, crée des problèmes. L'exemple suivant est éclairant :

160"... qu'est-ce que tu veux que je sorte faire ? ça m'attire des histoires et c'est tout ; je pars le matin, je rentre à midi pour faire à manger à mes enfants, c'est tout... si quelqu'un fait une fête et qu'il m’invite, là d'accord j'y vais, mais pour aller traîner seule dans les rues, ça non... pour aller me promener ? non, non ! quand il fait beau oui, je sors pour aller chez ma fille, je vais pas aller me balader au centre-ville, ça me dit rien du tout..."

161Sortir c'est donc, dans cet exemple "traîner dans les rues" ou bien aller voir sa fille quand il fait beau. Rien d'autre. Quand la mère de famille vit sans conjoint comme c'est le cas ici, et que de plus elle travaille, la gestion du temps quotidien se pose avec plus de rigueur. Avoir une bonne raison pour sortir devient encore plus nécessaire.

162Cette autre mère de famille active qui vit avec son mari qui travaille lui aussi, a plus de cinquante ans. Elle met au premier plan ses références culturelles, quand elle parle de la sortie des femmes maghrébines.

163"... on ne sort pas beaucoup parce que c'est la coutume de nos ancêtres ; on est des Arabes et c'est tout ; on suit notre religion, pas celle des Français. Moi hélas il n'y a que le travail qui me fait sortir, ou alors je vais faire le marché ; mais sortir sans but, jamais..."

164Autrement dit, la sortie est une notion occidentale qui ne concerne pas les Arabes. Ici les référents culturels jouent un rôle fondamental.

165On retrouve dans un autre témoignage, le poids culturel de la répartition des tâches et donc de la mobilité au sein de la famille. Précisons ici que si l'on n'avait considéré que les réponses des individus à la question de la sortie, ce ménage n'aurait pas été classé dans cette catégorie, mais dans celle où les interviewés rejettent l'engagement implicite de l'enquêteur. En effet, c'est le père qui répond :

166"... nous, pourquoi on sort pas beaucoup ? si, on sort ! on aime sortir, voir la famille, à Villeurbanne, à Décines, on va à Meyzieu..."

167Or, ce n'est que plus tard, à propos de la fréquentation des marchés par les femmes maghrébines qu'apparaît véritablement le système qui régit la vie quotidienne de ce ménage et surtout la conception de la mobilité de la femme et celle des enfants.

168La mère : "les marchés ? moi je ne vais jamais au marché..."

169Le père : "non, non, elle sort pas... elle va pas au marché ; le marché, non ! elle, quand elle sort elle accompagne sa fille à l'école, pas plus, mais le marché, non..."

170La mère : "oui, quand ma fille était petite, j'était obligée de l'accompagner à l’école, maintenant qu'elle est grande je ne l'accompagne plus ; elle va avec son frère..."

171Le père : " elle sort aussi pour aller au Casino chercher du pain et du lait..."

172La mère : " les enfants vont aussi faire des courses ; quand mon mari n'est pas là, qu'il me manque quelque chose, c'est les enfants qui y vont... si j'ai mes enfants qui peuvent aller faire les courses pourquoi j'irais moi ?... moi aller passer mon temps au marché ? c'est pas au marché que les femmes Arabes elles doivent aller passer leur temps, c'est chez elles... si on sort c'est bien pour aller acheter quelque chose et revenir, on sort pas pour rien, pour passer le temps ; les loisirs des femmes c'est à la maison que ça doit se passer ; en Algérie les femmes ne passent pas leur temps dehors ! ma grande fille quand elle sort, elle doit sortir avec moi ; elle sort pas toute seule ; si elle suit notre loi, elle sort pas toute seule ; je vais pas la laisser aller à Lyon toute seule sans qu'elle ait rien à faire, pourquoi qu'elle irait ?"

173Le père : "s'il manque des commissions, oui elle peut sortir...''

174La mère : " autrement, pourquoi elle prendrait le car et qu'elle irait en ville ? pour aller se promener, sans but ! non !... place du Pont ? pour quoi j'irais là-bas ? l'homme y va, pas moi...".

175C'est l'un des rares enregistrements dans lesquels la répartition des rôles paraît si fortement enracinée et acceptée dans une famille maghrébine. C'est la fréquentation des marchés par les femmes qui a déclenché ce long discours dans lequel le père et la mère sont parfaitement synchronisés, l'un complétant ou illustrant les propos de l'autre. La référence à l'Algérie faite par la femme montre que la distance qui sépare le ménage du pays d'origine n'affecte pas l'attachement aux valeurs culturelles, mais au contraire les renforce. Habiter à Vaulx-en-Velin ou bien dans un village algérien ne change rien à la personnalité des membres de cette famille.

176Que ce soit les femmes les plus âgées qui font le plus souvent appel aux valeurs originaires pour parler de la mobilité ne surprend pas. Mais d'une manière générale, la tendance qui semble se développer est celle d'une mobilité de plus en plus importante des femmes, comme le regrette cette mère "âgée" : "maintenant, les femmes arabes sortent de chez elles, les jeunes plus que les vieilles encore...". Plus on est une jeune femme et moins on devrait sortir, dans le contexte des "choses normales".

177Un jeune couple résidant dans la ZUP confirme la tendance :

178" la plupart des femmes qui sont nées ici, y'en a combien qui restent là ? elles travaillent toutes ; y'en a pas beaucoup qui sortent pas... si, on en a une qui ne sort jamais dans notre allée, mais son mari c'est un sauvage..." (la mère).

179"... celle du bas ? c'est vrai, quand les gosses étaient petits ils étaient toujours enfermés, mais maintenant qu'ils sont grands ils ne rentrent plus du tout..." (le père).

180Un autre témoignage atteste l'existence de ce type de mari "sauvage” qui s’oppose farouchement à la sortie de sa femme et de ses enfants.

181" avant, quand mon mari était vivant, je ne sortais jamais parce qu'il était dur... je ne connaissais rien ; depuis qu'il est mort ça fait deux ans et demi, je sors avec mes enfants... je sors quand c'est des choses obligées, des vêtements pour les enfants... quand mon mari est mort il a fallu que j'apprenne à sortir... je suis obligée de sortir mais je n'aime pas..."

182Depuis qu'elle est arrivée en France, il y a une vingtaine d'années, cette femme de la cité Tase, ne connaît rien de l'Occident, à cause de son mari. En fait, elle n'a jamais réellement émigré. Elle ne parle pas un mot de français et depuis qu'elle a perdu son mari, avec ses enfants ils vivent dans des conditions très difficiles. Il était le seul actif. Aujourd'hui, seule, elle ne peut sortir ; elle se perdrait, résultat d’un enfermement total pendant plusieurs années.

183Une autre femme nous parle des difficultés qu'elle a eues avec ses filles parce qu'elle a essayé de limiter leurs sorties. L’une d'elles a fugué ; partie dans une ville du sud de la France avec "quelqu'un".

184Deux autres propos font état d'une perception originale de la sortie : la femme sort parce qu'elle est obligée. Cette idée n'est pas très différente de la précédente dans la mesure où à la sortie est toujours rattaché un motif précis : acheter, accompagner les enfants, rendre visite... mais elle s'en écarte seulement parce que la sortie est vue comme une obligation pour les femmes, dans la gestion de leur foyer. Ce que dit cette femme arrivée en France il y a seulement quatre ans est éloquent à cet égard :

185"moi je sors beaucoup... mes enfants, je dois sortir quatre fois par jour pour l'école... les courses... le mari il est au travail, mais la femme elle est obligée de sortir pour s’occuper de la maison. En Algérie, c'est pas pareil, t'es pas obligé de sortir pour accompagner les enfants à l'école, mais ici si... mes enfants si je ne vais pas les chercher à l'école ils ne les laissent pas sortir, c'est eux qui sont responsables... la sortie, qu'on le veuille ou non, c'est obligé... si on va pas faire les courses, qui va les faire ?"

186Parce que cette femme n'est en France que depuis peu, elle est capable de faire remarquer qu'en Algérie, par exemple, accompagner des enfants à l'école n'est pas une pratique courante ; ce sont les aînés qui ont la responsabilité des plus petits sur le chemin de l'école. Cela est rendu possible par la taille des familles maghrébines : les enfants uniques sont rares. En France, avec l'accompagnement des enfants à l'école, cette femme découvre de nouvelles pratiques de mobilité qui s'ajoutent à celles liées aux achats. Ces rôles sont dévolus à la femme. Comme les maris travaillent, elles ne peuvent pas faire autrement "Le "patron de la maison" comme on dit, il travaille à l'usine, quand il a assez travaillé et quand il rentre à la maison il doit trouver quelques patates, c'est la maman qui les fait..." (une mère).

187En clair, la mobilité de la femme devient ici une nécessité qui doit permettre à l’époux, rentré du travail, de trouver un foyer bien géré.

188Dans le milieu maghrébin, dont l'une des caractéristiques importantes est la taille des familles, les enfants pourraient constituer un frein important à la mobilité des parents. C'est rarement le cas puisque seulement trois ménages disent explicitement que la présence d'enfants en bas âge limite leurs sorties. Les uns parce qu'ils ont peur de les laisser seuls à la maison, les autres parce qu'ils ne veulent pas ou qu'il en ont trop. Les mères sont dans ces cas-là confinées dans leur foyer à longueur de journée. Dans les familles maghrébines, on ne donne pas ses enfants à garder pour pouvoir sortir. Chez ces ménages, quand on parle de sortie, on évoque spontanément les enfants et plus une perte de temps comme c'était le cas auparavant.

189Pour clore ce premier groupe de réponses, il faut encore signaler des arguments avancés pour justifier des limitations de mobilité. On retrouve ainsi le coût de la sortie dans les propos de ces deux mères de famille sans actif.

190"... moi je sors pas beaucoup, à cause de l'argent... j'ai deux enfants qui travaillent pas ; et puis si je sors les petits vont trouver la porte fermée... le car aussi c'est cher, on n'a pas d'argent pour prendre le car, alors je suis obligée de rester toute la journée à la maison..."

191"... premièrement y'a pas assez de moyens, deuxièmement on peut pas se permettre de sortir tous les jours, mon mari est au chômage et moi je fais les ménages ; je peux pas faire autrement parce qu'on peut pas se permettre d'acheter tous les jours ce qu'on veut... si j'avais une bonne paye d'accord, mais quand on sort les choses ça vous attire... moi ça m'attire, j'ai envie d'acheter... j'ai peur d'avoir envie..."

192Les conditions difficiles dans lesquelles vivent ces ménages orientent ces propos. Ici, il n'est plus question ni de motivation, ni de garde des enfants dans la perception de la sortie, mais exclusivement des coûts des déplacements. Si la première femme parle simplement de son impossibilité de payer le ticket de bus, l'autre évoque la tentation de consommer des produits superflus pour son ménage.

193Dans trois autres cas, des problèmes de santé d'un des conjoints sont avancés. Par exemple, dans cette famille le père à la suite d'un accident de voiture est devenu aveugle. La femme et les filles aînées compensent son immobilité. Dans une autre famille, la mère épileptique est contrainte de rester à la maison : le père et les filles gèrent le foyer.

194Dans le deuxième groupe sont rassemblés les ménages qui ont rejeté l'affirmation de l'enquêteur. C'est l'originalité de leur point de vue qui mérite d'être soulignée, plus que le contenu de leur réponse.

195Ainsi pour ce couple jeune, qui dispose d'une voiture, il n'y a pas d'obstacle à la mobilité, surtout quand il s'agit d'aller faire des achats ou des visites familiales.

196La mère : " y a rien qui nous empêche de sortir, nous on sort quand on en a envie..."

197Le père : "je prends mes enfants, ma femme, j’ai la voiture..."

198La mère : " on va voir ma mère, elle habite à la campagne, dans l’Isère vers Grenoble... j'ai mon beau-frère qui habite à Caluire... sinon on va faire les magasins..."

199Le père : "je vais partout moi, le samedi, le dimanche, toujours avec la voiture..."

200Une autre femme s'occupe de ses cinq enfants (son mari travaille en ce moment à Paris) et montre comment elle sort en énumérant une série d'activités qu'elle pratique, même quand elle est toute seule.

201"... moi, pourquoi je sors pas ? si, je sors, je vais faire des commissions, je vais au marché, au Casino, au Grand Vire, chez le médecin, à l'hôpital... pourquoi je sortirais pas ? je suis pas en prison... mon mari il travaille en déplacement à Paris, je suis toute seule à la maison et je m'occupe des enfants..."

202En réalité, la mobilité de ces familles n'est pas très différente de celle des autres. Seuls les propos font apparaître une certaine originalité, peut-être due au fait que ces femmes veulent "paraître" dignes de "normalité" aux yeux de l'enquêteur. On peut faire la même observation chez cette mère dont l’ancienneté en France constitue le signe d'une bonne intégration.

203"... moi ? je sors, j'ai cinquante-cinq ans et ça fait vingt-huit ans que je suis en France ; non je ne sors pas souvent, un peu quoi, je vais au Record... parce que je n'ai pas la santé, j'ai été opéenfantsrée... quand je sors, je vais au Record, à Vénissieux... hou là là ! je connais beaucoup la France, je suis venue jeune... mais je sors pas beaucoup..."

204Elle connaît beaucoup la France. Elle a toujours habité dans la périphérie de Lyon, en France...

205La façon dont les familles maghrébines se situent par rapport à leur quotidienneté dans leur quartier, leur voisinage, l'habitat en ville par opposition à la campagne, le goût à la sortie, permet en définitive de distinguer des types d'intégration différents. Autrement dit, dans cette population, les perceptions de l'espace et du temps de la vie en France sont diversifiées.

206En réalité, il n'est possible de faire de distinctions franches que lorsqu’il est question de donner une opinion sur le lieu où l'on habite. On peut aimer, chercher à fuir ou bien s'accomoder de sa situation. Les attitudes dépendront de la personnalité des interlocuteurs et de l'histoire de leurs rapports avec les autres, qu'ils soient Français ou Maghrébins. Mais s'agissant de la mobilité, les réponses renvoient au tronc commun : il n'y a de sortie que si elle déterminée par une destination et un motif précis.

207Quant aux jugements sur le quartier où l'on habite, trois groupes de famille apparaissent.

208Le premier se définit par une bonne appréciation du quartier et de son environnement urbain. L'idée forte est suggérée par une référence systématique des familles à la proximité sociale : les relations avec les voisins, l'entraide et la solidarité dans la communauté maghrébine de l'allée, de l'immeuble ou du quartier. Proximité économique également : on aime habiter près de son travail, de Record, du Casino, et l'école est "juste à côté."

209Deuxième groupe : ceux qui resteront "étrangers" dans leur tête. Ils ne conçoivent pas leur présence à long terme dans la société française, pour la bonne raison qu'ils sont plongés dans des problèmes sociaux et économiques rédhibitoires. Souvent, ils n'ont plus de travail. Les enfants les fixent encore plus dans leur marginalité, parce qu'ils réduisent la crédibilité du projet de retour au pays. Les "étrangers" disent qu'ils n'ont plus le pouvoir de choix de leur lieu d'habitat ; la campagne ou la ville ne constitue plus un enjeu pour eux, seul le retour au pays ouvre une voie dans les possibles. Quand on ne sait plus où l'on va, on regarde d'où l'on vient.

210Les "invisibles" forment le troisième groupe. Ne pas se faire remarquer par le gardien de l'immeuble, par le commissariat de police, constituent les termes de la bonne intégration dans la société française. La concentration des immigrés dans le lieu où ils habitent nuit à leur désir de vivre dans l'anonymat. Ils veulent quitter la ZUP. Ils sont sévères à l'encontre des membres de leur communauté qui se rendent trop visibles.

211Des distinctions de cette nature, on pourrait également en faire dans la population des Franco-Français de Vaulx-en-Velin. Dans la ZUP, il y a des familles qui sont là en transit, en attendant un autre logement ; d'autres sont là depuis longtemps déjà, mais les conditions dans lesquelles elles vivent les rapprochent des immigrés. Cela n'empêche pas de dire combien il était nécessaire de montrer sur le plan de la vie au quartier, que les Maghrébins forment une population hétérogène. A partir de là, on peut mieux aborder l'analyse de leurs déplacements.

LA VILLE DES UNS, LA VILLE DES AUTRES

212Les déplacements pour achats et ceux liés au travail sont les éléments constitutifs les plus importants dans les propos des familles sur la mobilité urbaine. L'analyse de ces deux activités sera donc centrale dans ce chapitre. Elle témoigne du fait que pour les immigrés, le travail et la consommation sont deux aspects structurants de la vie quotidienne. Le domicile constitue, quant à lui, le pôle dominant. C'est là où s'exprime la vie familiale, où se révèlent les référents culturels importés du Maghreb.

213Nous nous intéresserons en premier lieu aux pratiques d'achat et aux mobilités qu'elles induisent, puis nous aborderons la question des déplacements domicile-travail et du choix du mode de transport. Nous verrons que dans leurs activités quotidiennes, les immigrés maghrébins mettent en œuvre des rationalités qui peuvent être fort différentes les unes des autres et qui, surtout, renvoient à la manière dont ils perçoivent l'espace qui les entoure et la place qu'ils y occupent. Ces pratiques peuvent parfois présenter des particularités vis-à-vis des ménages français de souche. Elles aident en tout cas à mieux comprendre ce qui détermine le choix des modes de transport.

SORTIR POUR FAIRE LES COURSES

214Avec le travail, les achats sont à l'origine d'une mobilité dont la fréquence est la plus élevée au sein des ménages, pris dans leur globalité. Cette activité s'est affirmée en tant que composante structurelle de la mobilité urbaine ; elle constitue un des premiers déterminants de la sortie des femmes ; son étude renvoie aux valeurs sociales qui définissent la famille. Voilà trois raisons qui valident l'intérêt que nous lui portons.

215Les comportements des membres de la famille maghrébine ont été analysés ici en termes d'habitudes et de fréquences, par rapport à trois types de lieux particuliers dont nous pensons qu'ils peuvent nous aider à comprendre le degré d'intégration dans la société. Ce sont la Place du Pont, la Part-Dieu et autres grands centres commerciaux, et les marchés forains de la région lyonnaise. Le premier est le quartier arabe de Lyon dans le troisième arrondissement, le lieu de consommation spécialisée de beaucoup d'immigrés (viande hallal, épices...) ; les seconds sont les lieux de consommation grand public, facilement accessibles en bus ou métro et les derniers sont forts réputés et fréquentés par la communauté maghrébine non seulement pour les achats de fruits et légumes, mais aussi de vêtements, de tissus, etc... Aller au marché pour une femme maghrébine, c'est souvent la seule sortie récréative quand le mari travaille. C'est pour cette raison, en particulier, qu'il est intéressant de lui accorder une place centrale dans les mobilités pour achat des immigrés.

Des situations de vie différentes

216Les familles que nous avons rencontrées se trouvent dans des situations sociales et économiques différentes. Ces situations de départ déterminent fortement les pratiques de mobilité pour achat dans chaque cas de figure.

217Au total, cinq groupes ont été identifiés à partir de la présence ou non, au sein de chaque famille, des deux conjoints,

218type 1-ménages à deux conjoints

219type 2-ménages sans parents

220type 3-ménages mono-parentaux

221type 4-ménages avec un conjoint "invalide"

222type 5-ménages dont le conjoint actif est absent du domicile.

223L'intérêt de cette première partition vient de ce qu'elle présente les acteurs au sein du ménage et les divers jeux de relations possibles qui peuvent intervenir entre eux. La typologie est ensuite affinée en intégrant le nombre de personnes qui travaillent, la possession ou non d'une voiture, la présence d'enfants en bas âge dans chaque ménage.

224La présentation de tous les cas de figures présents dans notre échantillon apparaît alors comme suit, avec leur nombre respectif par rapport à l'ensemble :

225Type 1 - Ménages à deux conjoints

  • un conjoint actif, motorisé, enfants en bas âge (11 cas)
  • un conjoint actif, non motorisé, enfants (2 cas)
  • deux conjoints actifs, motorisé, sans enfant (2 cas)
  • zéro conjoint actif, motorisé, sans enfant (1 cas)
  • zéro conjoint actif, motorisé, enfants (3 cas)

226Ainsi, sur les dix-neuf ménages composés de deux conjoints, en fonction de la possession d'une voiture, du revenu des actifs, de la présence et du nombre d'enfants en bas âge, des pratiques, les significations sociales de la mobilité pour achat sont différentes.

227Type 2 : Ménages sans parent

228Ce type ne contient qu'un cas. Les deux parents sont morts en France et leurs trois enfants sont restés dans le logement familial. Le frère aîné, qui a une voiture, travaille et assure ainsi la charge de ses deux sœurs dont l'une est au chômage et l'autre écolière.

229Type 3 : Ménages mono-parentaux

230Dans chacun de ces trois ménages, ce sont les femmes qui assurent la charge de la famille, les époux étant soit décédés soit divorcés. Il n'y a pas d'enfants en bas âge et les plus âgés travaillent ou sont au chômage.

231Type 4 : Ménages dont l'un des deux conjoints est invalide

232Notre échantillon en contient cinq. Le conjoint invalide a été victime d'un accident ou connaît des problèmes de santé qui l'empêchent de sortir. Dans ces ménages, les achats sont presque toujours faits par l'autre conjoint et les filles du foyer. La situation économique est critique dans tous les cas et personne ne possède de voiture dans la famille.

233Type 5 : Ménages dont le conjoint actif n'est pas chez lui à cause de son travail

234Les chefs de famille actifs de ce groupe qui compte deux ménages, travaillent en déplacement en France ou à l'étranger. Pendant ce temps, c'est la femme qui assure le fonctionnement du foyer et toutes les mobilités d'achat. Les épouses, n'ont pas le permis de conduire, et donc pas de voiture à disposition. Quand elles ont des enfants en bas âge, leur marge de manœuvre en est d'autant réduite.

235Au total, notre classification dégage cinq types de situations qui permettent en grande partie de comprendre comment s'organisent les déplacements pour faire les achats au sein des familles. Cette diversité indique notamment qu'il n'y a aucune raison de penser que les pratiques d'achat se réfèrent au même modèle d'organisation. Parlant de là, nous avons construit une typologie des comportements à partir des discours, classés en cinq rubriques.

Les pratiques d'achat : de la viande "hallal" au supermarché

236Les cinq modèles ont été construits à partir d'une série de questions : qui fait quoi ? où ? quand ? comment ? pourquoi ? Selon la zone d’amplitude de l'espace où l'on va faire ses courses, les individus qui s'en occupent et les traits spécifiques qui les caractérisent, les modèles ont été qualifiés comme suit : modèle à mobilité minimale, de consommation spécialisée, de fuite, culturelle traditionnelle et moderniste.

Modèle à mobilité minimale

237Il regroupe des pratiques centrées sur la commune, entre le domicile, les marchés de fruits et légumes, les commerces de proximité et les supermarchés. En ces lieux se satisfont tous les achats de ce premier groupe de ménages.

238Ce modèle est très répandu. Il concerne environ une dizaine de ménages dans lesquels la mère est souvent l'actrice principale de la mobilité d'achat.

239"...je fais tout moi-même... une fois par mois j'achète mon ravitaillement, le stock, sucre, café, huile. Et le samedi je fais mon marché... il est très rare que ma femme vienne avec moi... le pain et le lait on l'achète tous les jours, des fois les enfants, des fois moi... on va toujours à Auchan, c'est pas loin..." (un père).

240Ici, la maladie nerveuse de la mère lui interdit toute sortie. Le père et les aînés des enfants prennent en charge les activités domestiques. Quand ils vont faire les courses, c'est surtout au centre commercial de leur quartier, et le samedi matin le mari va tout seul faire le marché. C'est le seul exemple dans tout notre échantillon. Ce ménage n'a pas de voiture ; un élément de plus qui limite les déplacements.

241Dans un autre témoignage, l'époux au chômage depuis plus d'un an, continue d'utiliser sa voiture tandis que sa femme fait les courses, à pied, dans le centre commercial en bas de chez eux. Ils ne sortent pas beaucoup. La mère a pris "l'habitude de faire ses achats à Auchan" et quand elle ne peut pas ce sont ses enfants qui s'en occupent. Mais ils ne vont guère plus loin.

242La possession d'une voiture par cette famille peut sembler paradoxal avec le rayon d'action limité de la mère, quand elle va faire ses achats. Il faut relever encore dans ce cas l'influence de la zone d'habitat, dans la ZUP, et l'habitude de fréquenter le centre commercial Auchan où, finalement, on peut tout acheter. En revanche, comme le père ne travaille pas, on peut expliquer pourquoi à cause de la faiblesse des revenus mensuels les achats ne sont pas regroupés en fin de mois.

243Avec ces deux ménages, nous sommes donc en présence d'un type similaire de mobilité, avec cependant des déterminants différents. Dans l'unique ménage où il n'y a pas de parents, c'est l'une des deux sœurs, majeure et au chômage qui s'occupe de tous les approvisionnements. Les revenus du frère aîné sont les seules ressources et comme il est seul possesseur du permis de conduire, il accompagne sa sœur au moment des courses. Mais c'est elle qui assure le déplacement hebdomadaire du samedi matin pour aller au marché. Alors que le centre commercial et le marché des fruits et légumes de la ZUP sont équidistants par rapport au domicile, marcher vers l’un ou l'autre n'est pas du tout vécu de la même façon. La sœur aime aller au centre commercial à pied alors que le déplacement pour aller au marché est vécu comme pénible. A Auchan, situé "juste derrière" elle va trouver des grands magasins, des produits divers, peut-être des occasions, des prix pas chers, elle va peut-être rencontrer des gens qu'elle connaît... Au marché il n'y a que des fruits et légumes. C’est plus restreint.

244L'homme, dans cet exemple le frère, n'intervient dans les achats qu'en qualité de possesseur de la voiture et d'accompagnateur occasionnel. On retrouve ce schéma d'organisation des achats dans trois autres ménages monoparentaux du groupe trois et chez de nombreux représentants du groupe quatre :

  • la mobilité pour achats est une mobilité de proximité ;
  • les filles jouent un rôle important d'accompagnement ou de substitution à la mère ;
  • les garçons, lorsqu'ils n'ont pas le permis de conduire ou de voiture, ne prennent que rarement part à l'activité achats. Quand ils conduisent, ils sont les accompagnateurs de la mère ou des filles, mais seulement quand les distances de déplacement sont importantes ;
  • il y a rarement de regroupement hebdomadaire ou mensuel des achats ;
  • la mobilité liée aux achats est presque toujours vécue comme un déplacement obligé.

245Cette mère de famille ne travaille pas ; elle a sept enfants et habite dans le sud de Vaulx-en-Velin : "... moi je vais au marché de Grandclément... la place du Pont j'aime pas, j'y vais une fois par an quand je rentre en Algérie, c'est tout... qu'est-ce-que je vais faire là-bas ? acheter quoi ? du tissu ? à la Part-Dieu j'y vais pas non plus, c'est trop cher... je vais faire mes courses à Auchan oui, nous on va jamais loin pour faire nos courses, Auchan, Leclerc et c'est tout, en car toujours ; le matin je vais au marché et l'après-midi je reste à la maison... presque tous les samedis, je prends toujours le car pour aller au marché..."

246Cette autre a six enfants dont deux mineurs, elle appartient à un ménage sans voiture, ne travaille pas et habite aussi dans le sud de la commune : "... moi je sors pour faire mes courses, c'est tout, en car ; je vais au marché de la ZUP, marché de Décines, en car...Grandclément... ici pour faire des courses on est obligé de prendre le car, on est loin de tout... la place du Pont c'est pas pour moi, je n'aime pas cet endroit ; la Part-Dieu c'est pire, il y a trop de monde... le pain et le lait on va l'acheter au Casino, juste au coin, c'est moi qui y vais tous les jours parce que les enfants vont à l'école... des fois j'en ai marre ; quand les enfants n'ont pas d'école je les envoie... quand il y a le marché de la ZUP de Vaulx, j'y vais sinon où veux-tu que j'aille ?".

247Dans tous les cas, les familles qui habitent dans le sud de la commune font leur achats au nord, dans les grands centres commerciaux. Le marché de la ZUP, celui de Décines et celui de Villeurbanne, communes voisines de Vaulx-en-Velin, sont les plus fréquentés par les femmes, en bus. Au sud de Vaulx-en-Velin, les commerces et tous les autres équipements sont beaucoup plus dispersés que dans la partie nord où se trouve la ZUP ; c'est pour cette raison que les transports collectifs sont dans ces cas les moyens de transport le plus souvent utilisés.

248Au nord de la commune, on marche plus facilement du fait des faibles distances. Dans les ménages suivants, mono-parentaux et où la mère travaille, un ou plusieurs garçons ont une voiture. Sauf circonstances exceptionnelles, ils ne vont jamais faire les courses comme l'expliquent les mères. Les filles en revanche sont beaucoup plus sollicitées.

249"... on fait le marché de la ZUP, on va à Record, Leclerc... à pied, des fois on va à Carrefour Vénissieux, Conforama, pour faire des courses qu'on n'a pas ici. Les femmes arabes, si elles vont aux marchés de Lyon c'est pour acheter des chiffons pour les emmener en Algérie ; là à Vaulx, elles trouvent pas ce qu'elles veulent alors elles vont ailleurs... au lieu d’acheter de la nourriture pour leurs enfants elles vont acheter des chiffons... elles sont toutes pareilles ; les légumes il y en a ici, c'est le même prix qu'à Cusset, pourquoi que tu prends le car, tu vas te déranger ? moi j'y suis allée une ou deux fois pendant les vacances mais j'ai vu que c’était les mêmes prix qu'ici... au marché de Vaulx, y'a pas de chiffons... les filles je les envoie faire le marché le samedi avec la grand-mère ; quand je suis fatiguée, c’est elles qui vont faire les commissions..."

250Quand des affaires se présentent (rabais, réclames, promotions) dans des grandes surfaces de la région lyonnaise, les garçons accompagnent leur mère parce que c'est loin. Tandis que le samedi matin, les filles accompagnent leur grand-mère au marché.

251L'approche fonctionnelle est encore de mise dans ces discours ; on sort pour acheter et on choisira l'endroit le moins loin pour des produits équivalents, pour limiter les déplacements. Le réquisitoire dressé contre ces femmes arabes qui vont fouiller dans les chiffons des marchés atteste cette logique. Quand c'est près, pourquoi aller loin ?

252Une mère qui travaille, la ZUP :" on a tout ici, le Casino, le marché tous les jours... non, on ne regroupe pas les achats ; toutes les cinq minutes on va faire des courses ; les garçons n'y vont jamais ; quand c’est à Vaulx-en-Velin j'y vais toujours à pied, c'est pas loin... au marché du mercredi c'est les filles qui y vont ; la plupart du temps on reste sur Vaulx, c'est rare que je vais au marché de Cusset le samedi, mais c'est pour les vêtements. La place du Pont ? avant oui, les enfants m'y emmenaient en voiture pour faire des courses ; toute seule j'y vais pas. Qu'est-ce-que j'irais faire là-bas ? tu prends le car, tu reviens en car les bras chargés, en plus le car il nous pose loin de chez nous, il faut marcher beaucoup... moi j'aime pas marcher à pied, pour aller au boulot ça suffit...".

253La réponse relative à la place du Pont apporte un élément nouveau par rapport au cas précédent. En effet, quand ses enfants lui consacraient plus de temps et qu'ils l'emmenaient en voiture, elle allait avec plaisir place du Pont. A présent qu'ils sont devenus réticents, elle se déplace seule et en bus. Le plaisir a disparu. Aller si loin en bus et revenir les bras chargés n'a plus de sens. Les conditions du déplacement ayant changé, c'est le déplacement qui n'est plus effectué. Voilà pourquoi maintenant elle s'en tient à faire ses achats dans les magasins autour de chez elle.

254La présence d'enfants en bas âge est une autre raison avancée par quelques femmes. Celle-là a cinq enfants et elle dit fréquenter le marché de Villeurbanne quand il y a des chaussures en réclame par exemple, sinon elle reste à Vaulx-en-Velin. Une autre fait remarquer qu'elle a tout à portée de la main dans sa commune et qu'elle ne voit pas de raison d'aller loin. Elles font leurs courses à pied pour économiser le prix des tickets de bus.

Modèle de consommation spécialisée

255C'est une variante du précédent. Ici, les ménages font leurs courses dans la commune, à la différence près que régulièrement ils en sortent pour acheter des produits particuliers. En fait, on a là des ménages qui vont souvent faire des achats sur la place du Pont quand ils ont besoin de semoule de blé, de viande "hallal", de tissu... Ils vont aussi dans les supermarchés de leur commune, dans les marchés de fruits et légumes, dans des communes lointaines pour aller voir les prix dans d'autres grands magasins d'alimentation, et dans des fermes parfois, pour acheter un mouton.

256Dans ce modèle qui compte six ménages, les rôles attribués aux divers membres de la famille différent quant aux mobilités d'achat.

257Un ménage dans la ZUP ; le conjoint actif travaille à l'étranger pour quelques mois : "... je vais au marché des Minguettes, de Bron, de Villeurbanne, de Décines, des Charpennes. Celui de Vaulx-en-Velin j'y vais pour faire des courses alimentaires ; j'y vais toujours en bus. La voiture c'est mon mari qui la possède... sinon on va à Auchan ou au Casino, à pied... si je veux aller chercher de la viande chez un boucher arabe, je prends le bus, c'est pas loin. Les enfants vont faire les courses légères comme le pain et le lait, le reste c'est moi... mon fils aîné ne va jamais rien chercher, lui..."

258Ainsi le fils aîné de cette famille, chômeur et sans voiture, ne va jamais faire les courses. En l'absence du père, ce sont les filles et la mère qui gèrent cette activité, les premières étant chargées des achats courants comme le pain et le lait, dans les commerces de proximité. Comme elle n'a pas d'enfants en bas âge, la mère a un peu de temps libre qu'elle occupe souvent à la fréquentation des marchés de tissus et vêtements, dans les communes périphériques de Lyon. Elle en connaît plusieurs où elle va régulièrement S'y rend-elle dans l'intention d'acheter des vêtements à ses enfants ou bien l'acte d'acheter est-il secondaire par rapport à d'autres raisons ? La seconde hypothèse est la plus vraisemblable. Les revenus de son mari lui procurent une certaine aisance et elle dispose d'un budget plus important que dans les autres familles que nous avons rencontrées. Aller au marché pour elle, c'est la seule sortie de loisir qu'elle s'offre en l'absence de son mari.

259Il n'y a pas de marché de vêtements à Vaulx-en-Velin pendant les jours de semaine. C'est pour cela que les Maghrébines de la commune vont à Bron, Villeurbanne ou Vénissieux pour faire les marchés. Si Vaulx-en-Velin en était doté, elles continueraient certainement à les fréquenter.

260Pour les produits alimentaires, elles vont se servir dans la commune, dans les marchés de fruits et légumes et les grandes surfaces. Rarement hors de Vaulx-en-Velin parce qu'il faut prendre le bus et que l'intérêt est diminué quand il s'agit de fruits et légumes. Aller au marché pour acheter des vêtements ou de la nourriture est très différent. On peut se payer un voyage en bus dans les premier cas ; on marche dans le second.

261On trouve aussi dans la commune des bouchers arabes qui vendent de la viande "Hallal". Chez eux, les Maghrébins viennent s’approvisionner, mais uniquement quand ils habitent juste à côté et qu'ils peuvent s'y rendre en marchant. Pour ceux qui habitent plus loin, leur fréquentation dépendra de la desserte plus ou moins bonne par les transports en commun. Plusieurs femmes de Vaulx-en-Velin disent que le réseau de transports à l'intérieur de la commune est mal fait Alors elles vont faire leurs achats de viande chez les bouchers arabes de Villeurbanne, mieux desservi que telle partie reculée de leur commune.

262Dans les autres ménages de ce modèle, il y a deux conjoints qui vivent de façon permanente au foyer. La répartition des tâches et notamment des achats est alors différente de celle repérée ailleurs.

263"... moi je vais acheter le couscous chez le Tunisien à Croix-Luizet... et à la place du Pont je vais chercher de la viande, avec mon fils, en voiture... autrement je vais toujours à Record... on va pas à Vénissieux, non. Avant de me faire opérer j'y allais pour les marchés mais ça fait maintenant deux ans que j'ai été opérée, je ne sors plus..." (une mère).

264Dans cette famille, on ne sort des limites de Vaulx-en-Velin que pour aller acheter de la viande et de la semoule chez les commerçants arabes de la place du Pont. Cette activité est souvent l'occasion d'une sortie familiale, puisque c'est le fils aîné, marié et qui habite à Lyon, qui accompagne en voiture ses parents. L'état de santé de la mère l’oblige, quand elle va faire des courses, à limiter ses déplacements à l'offre de proximité. Il explique aussi les déplacements du père retraité, au marché des fruits et légumes du quartier.

265Dans le ménage suivant, qui compte cinq enfants et qui se trouve dans une situation économique très modeste, il faut retenir cette pratique particulière qui est l'achat régulier de moutons à la campagne. Egorgés et découpés, ils vont satisfaire la consommation de viande de la famille pendant plusieurs jours.

266"... pour aller chercher de la viande, il faut faire 120 km à la campagne... on va pas acheter tous les jours un kilo de viande, ça coûte cher..." (le père).

267S'agit-il vraiment de faire une centaine de kilomètres en voiture dans l'objectif de faire des économies ou bien de s'offrir une sortie ?

268Exceptée cette sortie exceptionnelle pour "le mouton", tous les achats de ce ménage sont concentrés dans la commune de résidence. Aller ailleurs coûte cher : "pour aller à Villeurbanne ou à Lyon maintenant ça coûte cher, il faut payer 4,50 F., 9F. aller-retour... et puis il faut compter une ou deux heures pour le voyage" (la mère). Ici, nous sommes dans une famille modeste où toutes les appréciations portées sur les sorties sont conjuguées avec l'argent que l'on va dépenser. Les achats ne sont pas regroupés en fin de mois comme c'est souvent le cas dans d'autres familles, à cause de la difficulté à mobiliser des sommes d'argent trop importantes.

269Dans les deux autres ménages de ce groupe, c’est généralement le père, seul conducteur de la voiture familiale, qui fait les achats de viande et de semoule à la place du Pont ou bien chez d'autres commerçants arabes, dans d'autres quartiers.

270Parfois, quand les enfants sont nombreux dans le ménage, des problèmes d'organisation se posent. Dans cette famille tunisienne de onze enfants, la fille aînée a dix-huit ans et le plus petit a deux ans :

271"... on va à Record... quand mon mari est là on y va en voiture, sinon on y va en car, obligé... ; pour les marchés, ça dépend, je vais à celui de Grandclément à Villeurbanne et le samedi à celui de Vaulx-en-Velin... pour les grosses courses, on les fait tous les mois, toujours à Vaulx-en-Velin, à Leclerc ou Auchan ; nous on ne sort jamais de Vaulx pour ça... non, on n'y va pas en famille, j'y vais seulement moi et mon mari ou bien moi et ma fille ; pour les autres enfants, on les emmène chacun leur tour. On peut pas les emmener tous, tu sais les Français ils te regardent d'un sale œil en voyant ta famille nombreuse... ; les enfants vont faire les courses comme le pain et le lait. La Part-Dieu, on ne va jamais là, je n'aime pas cet endroit. Moi pour acheter les vêtements de mes enfants je vais dans les marchés. La place du Pont, j'y vais jamais mais mon mari y va lui, pour acheter de la viande, en voiture ou en car, ça dépend..." (une mère).

272Dans cette famille, la sortie familiale n'existe pas. Il faut gérer le nombre alors on organise un tour de rôle. Quand les parents sortent, ils laissent les enfants seuls à la maison, ce qui oblige à aller vite et pas loin pour faire les courses.

Modèle de mobilité de fuite

273Ce troisième modèle apparaît dans les propos de certains ménages et se distingue radicalement des deux précédents. Il est composé de deux ménages qui habitent dans la ZUP, relativement jeunes, motorisés, avec peu d'enfants ou aucun. Par rapport au jugement qu'ils portent sur leur quartier, ces ménages se caractérisent par un désir d'invisibilité sociale qui leur fait craindre les contacts. Ce repli se reflète dans leurs déplacements pour achats. Ici, on fait les courses à l'extérieur de Vaulx-en-Velin, en voiture, en famille et à la fin de la semaine. Le débat sur la finalité du déplacement prend avec ces exemples une orientation nouvelle, en ce sens qu'il renvoie à des significations différentes de celles auxquelles nous avaient habitués les familles précédentes.

274"... je fais mes achats toutes les semaines, les vendredis soirs dans les grandes surfaces, de partout, ça dépend, parce qu’on aime bien changer... on y va toujours en voiture... tous les samedis matins je fais le marché avec ma femme, en voiture. On va rarement ici à Vaulx-en-Velin, on va par exemple aux Minguettes, aux Gratte-ciel de Villeurbanne, aux Charpennes..." (un père, 2 enfants).

275"... Carrefour, Mamouth, Auchan... ça dépend... des fois je vais faire mes courses à Carrefour Givors... je m'emmerde, on prend la voiture, on fait 50 ou 60 kilomètres pour acheter deux ou trois litres d'huile, ça nous fait balader en même temps. Les marchés, moi ? J'y vais plus. Quand je suis tout seul je les emmerde les gens ! mais quand je suis avec ma femme j'aime pas qu'on me fasse chier, c'est tout ! puisque je respecte les femmes des autres et leur mari, il n'y a pas de raison... c'est surtout à la ZUP, j'aime pas y aller avec ma femme parce qu’on connaît beaucoup de monde. Autrement, ailleurs, j’y vais n'importe où avec ma femme ; où on ne connaît personne j'y vais." (un mari, sans enfant).

276Les achats sont donc concentrés en fin de semaine. Ils sont l'occasion d'une sortie familiale. En effet, les femmes, dont l'une travaille, sans enfant, et l'autre - au foyer avec deux enfants - ne peuvent réaliser seules les achats pendant la semaine. Elles ne peuvent fréquenter ni les grandes surfaces les plus proches, ni les marchés de fruits et légumes du quartier. Elles sortent avec leur mari, pour une sortie d'agrément. Dans ces cas, la mobilité est une distance, une rupture par rapport au domicile, au quartier, aux habitudes, à l'environnement social dont la pression peut être parfois mal vécue.

277A ce propos, il faut relever dans le deuxième témoignage, l'originalité des arguments du conjoint pour justifier son refus de fréquenter les marchés de Vaulx-en-Velin avec sa femme : il s'agit surtout de séparer la vie privée du couple de la vie publique de l'un ou l'autre des conjoints (les rencontres avec les anciennes connaissances...). Par exemple, l'époux n'aime pas rester dans Vaulx-en-Velin parce qu'il connaît beaucoup de monde et il a peur de subir des "vexations" par rapport à sa femme. Elle n'a pas de traits particuliers qui pourraient nous aider à comprendre ce dont il est question, mais il peut tout simplement s'agir pour lui d'une volonté de "cacher" son épouse aux yeux des autres. Alors ils vont très loin pour faire leurs courses.

278Dans ce modèle, plus la distance par rapport au quartier est grande et plus elle est valorisée. La mobilité pour achats prend l'allure d'une liberté dans la fuite. On va à cinquante kilomètres pour acheter deux litres d'huile. C'est peut-être simplement pour avoir le plaisir de faire de la voiture en famille, en fin de semaine, et on achète quelque chose histoire de dire qu'on n'y est pas allé pour rien. Sensation d'être ailleurs.

Modèle de "là-bas"

279Ce quatrième modèle est un cas unique dans l'échantillon, tant par l'amplitude géographique de sa mobilité pour achat que par l'organisation familiale des tâches très influencée par les valeurs arabo-musulmanes. Il vaut surtout par son exemplarité.

280Son originalité tient au fait que le ménage ne fréquente jamais les marchés, quels qu'ils soient et où qu'ils soient. La demande de consommation est essentiellement satisfaite dans les grandes surfaces de Vaulx-en-Velin et de la région lyonnaise. Les produits spécialisés sont achetés à la place du Pont.

281Le discours des deux conjoints de ce ménage est tellement éloquent qu'il nous a paru utile de le livrer tel quel.

282Le père : "pour les achats ça dépend, on va à Vénissieux, Auchan-Saint-Priest, Vaulx-en-Velin, Villeurbanne... le mercredi et le samedi on va faire les courses parce que ça permet de promener les enfants... une fois par mois peut-être deux on va à Vénissieux..."

283La mère : "les marchés ? moi je ne vais jamais au marché !"

284Le père : "non, non, elle ne sort pas. Elle va pas au marché... le marché, non... elle sort seulement quand elle doit aller chercher du pain et du lait au Casino..."

285La mère : "les enfants y vont aussi... quand mon mari n'est pas là, qu'il me manque quelque chose, c'est les enfants qui y vont... si j'ai des enfants qui peuvent aller faire des courses, pourquoi j'irais moi ? moi, aller passer mon temps au marché ? ! c'est pas au marché que les femmes doivent aller passer leur temps, c'est chez elles !..."

286Le père : "la fille aînée, si il manque des commissions, oui elle peut sortir..."

287La mère : "Place du Pont, non, moi je vais jamais là-bas. Pourquoi j'irais là-bas ? L'homme y va, pas moi..."

288Le père : "oui, moi j'y vais... la semaine, parce que je ne travaille pas les après-midi."

289En fait, il y a deux acteurs mobiles dans cette famille, le père et ses filles. La mère ne conçoit pas elle-même son rôle en dehors du foyer. Si parfois par obligation, elle doit sortir des limites de son appartement pour aller chercher du pain et du lait, elle s'interdit radicalement la féquentation des marchés. Ce n'est pas un lieu pour les femmes ; il faut entendre "pour les femmes respectables". En réalité, le marché en tant que symbole a déclenché cette réaction énergique, mais il faut bien se rendre compte que cette mère de famille ne sort jamais de chez elle. Quand on parle des sorties pour faire des achats on soulève des questions qui sont bien plus significatives des modes de vie de quelques familles maghrébines.

290Oppression de l'époux sur sa femme ? Difficile à dire tant il paraît normal à cette dernière de s'en tenir à son rôle, celui que sa culture d'origine lui a réservé. Depuis vingt ans qu'elle est en France, elle n'a pas appris le français. Comment aurait-elle pu ? Les enfants sont, quant à eux, en train de connaître le même type d'éducation, particulièrement la fille aînée : le père et.

291Une situation particulière, il est vrai. Il faut cependant en nuancer la portée en disant que toutes les sorties du père même la mère ne voient pas pourquoi elle sortirait si ce n'est pour faire des achats nécessaires à la famille quand il ne va pas au travail, associent soit toute la famille, soit quelques-uns des enfants. Les mercredis et samedis après-midi, quand les enfants n'ont pas école et que le père ne travaille pas, ils sortent tous ensemble, en voiture. Ils vont dans les supermarchés autour de Lyon ; c'est leur grande sortie, le changement de décor.

292Ici encore, les achats ne sont pas la finalité du déplacement. Ni la distance, ni le temps, ni le prix ne sont un obstacle à la mobilité de cette famille.

Modèle d'ici

293Dans les modèles que nous venons de passer en revue, le premier est presque entièrement centré sur l'offre commerciale de la commune de résidence et gérée par une seule personne, généralement la mère. Dans le second, c'est la demande de produits spécifiques (viande hallal, tissus, semoule,...) qui ressort ; elle est satisfaite hors de la commune, souvent par les hommes. Dans le troisième, les achats sont faits hors de Vaulx-en-Velin, en voiture, en famille et en fin de semaine. Et dans le quatrième, c'est la répartition des tâches au sein du foyer qui est particulière ; sans son mari, l'épouse ne sort pas ; la mobilité est familiale. A part quand on va acheter du pain et du lait à l'épicerie du coin, la mobilité pour achat est donc rarement une mobilité dont les motifs ne sont que la consommation.

294Les caractéristiques du dernier modèle se trouvent dispersées dans celles de chacun des autres. Il est composé de ménages à deux conjoints dont l'un est actif ; les rôles des différents acteurs sont plus équilibrés, ce qui autorise un approvisionnement en semaine, surtout réalisé par la femme et une sortie en fin de semaine, familiale celle-là. La fréquentation des équipements commerciaux n'est pas exclusivement centrée sur la commune de résidence ; il n'existe pas d'endroits interdits dans ce modèle, on connaît la Part-Dieu, la Place du Pont, les supermarchés de Vaulx-en-Velin, ceux d'ailleurs... En outre, la femme va au marché au moins une fois par semaine et le samedi le mari participe aux courses.

295"... on va partout, nous : Auchan, Carrefour-Vénissieux, Carrefour-Villeurbanne, Carrefour-Ecully, Nouvelles Galeries... je vais même à Saint-Etienne moi ! je vais partout où ça me fait plaisir." (le père).

296"des fois j'en ai marre d'Auchan, c'est toujours la même chose. Il faut changer" (la mère) ;

297"le marché c'est mon mari qui le fait le mercredi et le samedi, il est juste là le marché... je vais à Auchan à pied aussi, par la "promenade"... avec le 51 on peut aller aussi, ça fait trois arrêts mais j'y vais jamais avec le bus, c'est rare, je vais pas payer un ticket à deux ou trois francs pour trois arrêts ! c'est ça la problème aussi... "(la mère).

298" nous, on va se balader dans les magasins et quand quelque chose nous plaît on l'achète... à la Part-Dieu ou ailleurs... aujourd'hui par exemple j'avais des bons d'achat que la boite m'avait donnés pour les jouets des enfants, alors on est allé à Carrefour-Vénissieux, aux Nouvelles Galeries et à Auchan, c'était là que c'était le moins cher..."(le père).

299"... la Part-Dieu c'est bien, surtout pendant les moments de Noël..." (la mère).

300"... ils font des marionnettes, des jeux pour les enfants, on les emmène..."(le père).

301C'est sans doute un effet de génération (le couple a dans la trentaine) qui explique le déplacement du samedi matin du chef de famille pour faire le marché, alors que son épouse reste à la maison. Mise à part l'originalité de cette pratique et le fait que pendant les jours ouvrables, la mère effectue seule ses achats, la mobilité d'achat est ici relativement proche de celle qui caractérise le troisième modèle. Il faut en outre noter que la tarification des transports en commun, inadaptée aux déplacements courts à l'intérieur de la commune est considérée comme un obstacle à la mobilité de la femme.

302En revanche, la présence des enfants en bas âge ne limite pas les sorties de ce couple parce que leur nombre encore relativement limité permet l'usage de la voiture familiale. Dès lors qu'ils deviennent trop nombreux, une pratique consiste à ne jamais les prendre avec soi pendant les courses ; c'est notamment celle de cette famille qui compte six enfants dont l'aîné a treize ans.

303"... on va partout, Auchan-Vaulx-en-Velin, Auchan-Saint-Priest, Carrefour-Vénissieux ; le plus souvent c'est Leclerc, le samedi à la fin du mois on achète tout, on prend la voiture... non, on n'emmène pas les enfants quand on va dans les magasins, c'est mieux... t'as vu ce qu'ils font ? que des bêtises... quand tu vas chercher quelque chose ils te le font oublier ; quand ma femme va faire les courses pour une demi-heure elle les laisse à la maison, c'est vite fait..." (un père).

304Dans cet exemple, on ne peut pas associer les déplacements d'achat à une mobilité de loisir, mais il faut noter cette pratique qui consiste à laisser les enfants sous la responsabilité de l'athée qui a treize ans quand les parents vont faire des courses dans les grandes surfaces de la région lyonnaise.

305Parfois ils vont aussi à la place du Pont ou même à la campagne, sans leurs enfants, pour acheter des tissus. Pour la viande, ils vont acheter un mouton à la campagne de temps en temps ; cela leur permet de faire des économies parce qu'ils disent que l'achat de viande au détail coûte plus cher. Aller loin revient donc à mieux gérer son budget.

306Dans le ménage précédent, le père qui à l'occasion des fêtes de Noël a reçu de son entreprises des bons d'achat de jouets pour ses enfants, s'est rendu dans plusieurs grandes surfaces avec sa famille pour comparer les prix. Ici, ce que coûte le déplacement n'est pas pris en compte ; la logique en vigueur dans ce cinquième modèle consiste à faire plusieurs déplacements pour trouver les meilleurs prix. En témoignent aussi les deux témoignages suivants recueillis à la cité Tase.

307"... pour les courses, je vais au marché à pied, c'est pas loin... non, je ne vais jamais au marché de Villeurbanne ou de Lyon, dans ces endroits je vais seulement quand c'est pour les allocations, l'assurance ; c'est idiot de laisser les marchés qui sont proches de nous et d'aller à ceux des Charpennes ou de Lyon... dans les grandes surfaces je vais avec mon mari, à Auchan, ou bien quand on entend dire qu'il y a des soldes, à Vénissieux parfois... samedi dernier par exemple on s'est promené, on est allé à Villeurbanne, à Conforama pour acheter une machine à laver, 2770 Frs, on a pris la voiture bien sûr pour pouvoir emmener les enfants, on en a quatre..." (une mère).

308Dans le second exemple, le père de famille (deux enfants) n'a pas de voiture. Il habite aussi à la cité Tase.

309"... on va à Carrefour, à Auchan Saint-Priest ; avant c'était à Record à Vaulx-en-Velin mais quand ils ont ouvert le grand Auchan à Saint-Priest on a été là-bas parce qu'il y avait des petits prix... tout le monde est tombé dessus. Maintenant c'est trop cher, on ne peut plus rien toucher... ce qui est bien maintenant pour aller à Auchan Vaulx-en-Velin c'est qu'on a le 52, il me pose directement devant... la place du Pont, oui, de temps en temps, pas tous les samedis, là-bas on trouve des choses qu'on trouve pas ailleurs, des tissus pour nos femmes, nos gosses, on peut s'arranger pour les prix avec les comemrçants, on achète chez des compatriotes, c'est bien ; dans les autres magasins, les prix c'est les prix... la Part-Dieu, pas souvent, on y va pour regarder, pour regarder... ma femme elle va au marché de la semaine, toute seule, elle va pas seulement dans le quartier mais aussi à Bron, Villeurbanne, elle suit les cours ; quand on entend dire que les prix sont moins chers dans un endroit on y va, c'est normal ; tous les jours y'a un marché qui fait des choses pas chères, alors on y va... quand c'est cher on quitte le marché..."

310Dans ces ménages, la demande de consommation alimentaire ou vestimentaire est la plus sensible aux variations de prix. La simple observation permet effectivement de vérifier qu'à l'occasion de l'ouverture de nouvelles grandes surfaces par exemple, la clientèle familiale magrébine est très importante, sensible aux campagnes de promotion qui accompagnent les inaugurations. Les systèmes d'information qui avertissent de ces promotions sont particuliers à la communauté. Dans les deux ménages précédents, ils sont exprimés de la même façon : "quand on entend dire qu'il y a des soldes on y va". Le "téléphone arabe" dans ce modèle est souvent à la source des déplacements pour achat. Quand on sait que dans un magasin les prix sont plus bas qu'ailleurs, on va voir, et le coût du déplacement n'est jamais pris en compte : "on entend dire que les prix sont moins chers, on y va, c'est normal", telle est la logique qui commande ce type de déplacement.

311En définitive, l'analyse des pratiques d'achat des familles maghrébines permet de dégager des enseignements suggestifs. Selon le quartier où l'on habite, la situation économique de la famille, son rapport à la culture d'origine, son degré d'insertion dans des réseaux de sociabilité, les moyens de transport dont elle dispose, le nombre d'enfants, la répartition des rôles entre hommes et femmes, parents et enfants, les âges... on voit apparaître des modèles de consommation différents. "Montre-moi comment tu achètes, ce que tu achètes et où tu l'achètes, je te dirais qui tu es" pourrait être la formule par laquelle on peut montrer la diversité des comportements des immigrés maghrébins par rapport à l'espace et au temps de la consommation.

LES TEMPS ENTRE LE DOMICILE ET LE TRAVAIL

312Après les déplacements liés aux achats, ceux pour aller au travail sont les plus importants. Ce que nous cherchons à comprendre, ce sont les attitudes et comportements des individus concernant la durée, le confort, le vécu du temps de transport ; l'appréciation du coût et les critères de choix des modes. Tout en essayant de débusquer une éventuelle particularité des immigrés en la matière.

313Certains modes de transport sont dévalorisés par les immigrés tandis que d'autres sont devenus la norme ; en même temps, l'usage des transports collectifs, de surface ou souterrains, nous invite à considérer avec un intérêt particulier la dimension psychologique des déplacements tels qu'ils sont vécus par cette population

Comme d'habitude...

314La voiture est le mode de transport privilégié chez les hommes actifs quand ils se rendent à leur travail. Les femmes marchent à pied ou utilisent les transports en commun et quand l'époux utilise ces deux derniers modes de transport, c'est parce qu'il n'a ni véhicule particulier, ni permis de conduire. Les femmes qui ont le permis de conduire dans notre échantillon sont peu nombreuses. Dans trois cas seulement, le chef de famille actif ne prend pas sa voiture pour aller travailler : il utilise alors les services du ramassage ouvrier de son entreprise, la marche à pied ou le deux-roues. Jamais les transports en commun. En soi ce résultat est déjà intéressant si l'on se souvient que cette population vit majoritairement dans des conditions économiques plutôt précaires.

315Lorsqu'on pose la question du choix des modes de transport pour aller travailler, on s'aperçoit rapidement que tous les immigrés ne comprennent pas de la même façon de quoi il retourne. Construire une réponse cohérente ne leur est pas facile. D'emblée il faut donc dire que les réponses du type "c'est l'habitude" ont été nombreuses ; elles servent de refuge à tous ceux qui ne se sont jamais posé la question de savoir pourquoi ils utilisaient leur voiture pour aller au travail, plutôt qu'un autre mode de transport.

316"... moi, je travaille à Décines ; je suis cantonnier. J'y vais toujours en voiture... je pars à 6h30 ; j'ai pris l'habitude d'aller en voiture mais autrement je mets même pas dix minutes avec le car... j'ai juste à traverser le pont de la Sucrerie, mais j'ai pris l'habitude avec la voiture... c'est l'habitude... c'est pas loin à pied le boulot ; avant quand j'avais pas de voiture je partais à pied... il y a longtemps de ça. le car mettait une demi-heure pour venir alors je partais à pied et j'arrivais avant le trolley... un quart d'heure à pied... avec la voiture maintenant je mets cinq minutes. La mobylette ? Non, soit je prends le trolley soit je prends la voiture mais jamais la mobylette : c'est l'habitude."

317Les deux-roues étant exclus par principe des choix possibles de cet ouvrier, les temps de transport sont comparés entre la voiture, le trolley et la marche à pied. Cinq, dix ou quinze minutes : la différence n'est pas suffisamment importante pour justifier rationnellement l'usage de la voiture, d'où la référence à la notion d’habitude.

318Même type de raisonnement chez cet immigré qui, du temps où il travaillait (il est invalide) allait tous les jours à Décines en voiture.

319"... j'allais au boulot en voiture parce que j’ai toujours été véhiculé... c'est une question d'habitude. J'étais constamment dans la voiture ; c'était ma demeure, quoi ! même pour aller acheter des cigarettes, j'allais en voiture... le bus j'aime pas... je ne sais pas expliquer pourquoi, peut-être parce que je ne le prenais jamais..."

320En fait, il y a une situation d'attachement psychologique de ces individus à leurs voitures qui ne suscite pas de leur part un long commentaire sur les alternatives possibles à son usage. Quand ils en possèdent une, ils l’utilisent. Le raisonnement s’arrête là.

321Ces deux cas font cependant exception dans notre échantillon. En général, les déplacements pour se rendre à leur travail amènent des commentaires nourris chez ceux que nous avons rencontrés.

Le temps perdu et le temps gagné

322Le temps intervient fortement dans les arguments en faveur de l'usage de la voiture particulière par rapport aux autres modes de transport, notamment les bus. Presque unanimement, l'usage des transports collectifs est associé à un temps perdu. Mais cela apparaît dans la plupart des études consacrées au choix des moyens de transport. Le temps que l'on perd est généralement rapporté au temps de sommeil, aux repas ou à la télévision, donc essentiellement à des activités qui se déroulent au domicile. Autrement dit, on préfère rester plus longtemps chez soi plutôt que de gaspiller du temps précieux dans les déplacements.

323"Moi je suis cantonnier. Je travaille à Bron, avec la voiture je gagne quand même du temps, au moins une heure de sommeil... que si je prenais le car je serais obligé de me lever à cinq heures du matin pour commencer à 6H30. Quand je prends la voiture, je pars à 6H15, je mets un quart-d'heure... s'il y avait une ligne directe de bus, je laisserais tomber la voiture ; s'il y avait le métro de Vaulx-en-Velin à Bron je mettrais peut-être dix minutes... c'est ça le problème. Maintenant je suis obligé de prendre deux cars... une heure de perdue..."

324Dans ce cas, l'usage des bus conduirait ainsi à un quadruplement du temps de transport de ce travailleur, autant de sommeil en moins. Ce sont les ruptures de charge et les temps d'attente à l'origine de cette perte de temps qui défavorisent l'usage des transports en commun dans les liaisons de périphérie à périphérie. Une liaison métro jusqu'au lieu de travail présenterait un intérêt particulier : l'alternative transport en commun serait considérée à partir du moment où la liaison assurée serait du type "porte-à-porte" et le temps de parcours à peu près égal à celui du trajet en voiture ; cela témoigne du désir de réduire au maximum le temps de déplacement entre le travail et le domicile et conforte l'idée selon laquelle la durée du trajet a parfois la signification d'un temps qui s'additionne et s'intègre à la journée de travail. "La journée de travail commence juste derrière la porte". Mais l'utilisation de la voiture permet une nuance : "quand tu es dans ta voiture, tu te sens plus à l'aise ; dans le bus, un jour où tu es fatigué, t'aimerais t'asseoir et bien y'a pas de place, faut rester debout ; alors de bon matin t'es déjà debout et c’est parti pour la journée..."

325Il faut voir ici la voiture comme une prolongation du domicile ; cette idée n'est pas nouvelle : dans sa voiture, le matin, on est encore un peu chez soi. Mais prendre sa voiture c'est aussi pour certains se donner la possibilité d'être plus souvent et plus longtemps à la maison avec sa famille : "C'est important de rentrer chez moi à midi, manger avec sa femme et ses enfants ; y en a qui s'en foutent de leurs gosses, c'est comme des moutons pour eux...". Alors cet homme va travailler à Villeurbanne en voiture parce que s'il y allait en bus il serait obligé de rester à l'usine pour manger. Π double ainsi son temps de déplacement quotidien. Dans l'estimation des temps de trajet, l'utilisation des transports en commun est le double de ceux nécessaires en voiture. Les ruptures de charge, les attentes sont trop longues par rapport à la liaison porte-à-porte désirée.

Le temps d'ici et le temps de là-bas

326Au cours des années passées en France, le travailleur immigré apprend à gagner du temps, à définir des temps riches et des temps morts ; il apprend aussi à réduire la durée du déplacement entre son domicile et son lieu de travail ; cet apprentissage est un élément de son intégration dans le rythme de vie d'ici, très différent de celui de là-bas, comme l'exprime cet ouvrier tunisien qui travaille non loin de chez lui :

327"... ici, je prends ma voiture, cinq minutes et je suis au boulot ; à midi je rentre chez moi en voiture, étant donné que j'ai pris l'habitude d'aller en voiture. J'aime pas trop marcher à pied. Quand je suis arrivé en France en 1972, j'ai roulé en mobylette trois ans, j'avais pas encore le permis ; j'allais de Jonage à Saint-Priest en mobylette... trois-quart d'heure de trajet, été comme hiver ; j'étais obligé, j'arrivais juste en France. Si je vais au boulot à pied au lieu de sortir de chez moi à 7 heures moins 10, je serais obligé de partir à 6H30... moi je préfère passer plus de temps chez moi que passer plus de temps à marcher, c'est plus agréable quand même... je préfère regarder les informations jusqu'au bout... le temps en France c'est comme ça, tout le monde court, tout le monde cherche à gagner du temps ; c'est pas comme ça au bled... en Tunisie c'est pas pareil, on passerait toute la journée à marcher, les gens sont sympas, y'a pas l'Arabe, le Portugais... en Tunisie, la voiture c'est pour les grands trajets, mais on se balade à pied..."

328On peut ainsi distinguer deux étapes dans la vie de ce travailleur depuis son arrivée en France, chacune d'elle étant caractérisée par un comportement différent du point de vue des déplacements. Dans les premières années de sa migration, l'immigré qui débarque de son bled est forcé de parcourir des distances parfois très longues, soit à pied soit en deux-roues, parce qu'il ne sait pas encore utiliser les bus, qu'il a un blocage psychologique, ou tout simplement qu'il veut épargner de l'argent destiné à sa famille au pays. Sa condition de célibataire, primo-arrivant, vivant en foyer, explique sans doute pourquoi il accepte la pénibilité que lui occasionne l'éloignement de son domicile par rapport à son travail. La seconde étape dans sa vie, c'est le mariage avec une fille de famille immigrée, l'octroi d'un travail près de son nouveau logement dans la ZUP. Viennent ensuite le permis de conduire et enfin la voiture. Sa perception du temps a elle aussi changé avec ce nouveau cycle de vie ; il s'est plié au rythme d'ici où "tout le monde court, tout le monde cherche à gagner du temps". L'usage de la voiture permet un choix plus grand entre temps riches et temps pauvres, une plus grande liberté. Marcher à pied en France pour aller à son travail alors qu'on a une voiture n'a pas de sens, justement parce que la marche à pied en France n'a pas la même valeur sociale qu'en Tunisie. Ici, la rue est hostile à l’étranger, même au milieu d'une foule l'individu reste un étranger : "y'a l'Arabe, le Portugais" ! Dans ces conditions, rester le plus longtemps au domicile plutôt que de marcher dans la rue, s'interprète dans ce contexte d'agressivité ressentie : à la maison, on est "chez soi", le refuge. Avec cet exemple, on rejoint le groupe des individus pour qui des sorties trop fréquentes, des relations trop nombreuses sont sources de problèmes relationnels. En Tunisie, l'espace hostile de la rue devient l'espace affectif ; le plaisir de se retrouver confronté à des gens qui vous reconnaissent en tant qu'individu et pas en tant qu'étranger, agit de telle façon qu'on peut marcher avec plus de plaisir : "on passerait toute la journée à marcher, les gens sont sympas...". Et la voiture n'est plus utilisée que pour de longs déplacements. En France, la recherche d'une vie anonyme et l'usage de la voiture vont de pair et le temps des déplacements dans les transports collectifs est mal vécu.

329"... en bus ? non, là si je prends le bus je deviens fou ; je suis tombé en panne de voiture il y a un mois... hou la la, j'aime pas prendre le métro... c'est par rapport aux gens qui le prennent ; l'avantage d'être dans la voiture c'est d'avoir la paix, on voit pas de têtes bizarres ; tu es dans ta voiture, tu vas où tu veux, tu es libre, tu déranges personne, voilà... moi plutôt que d’aller au boulot en bus, je renoncerais à mon travail, ouais, ma parole... "

330En résumé, le temps de déplacement entre le domicile et le lieu de travail pour les immigrés maghrébias ne correspond qu'à un temps vide, perdu par rapport à d'autres activités plus riches qui pourraient être faites en famille. Dès lors, l'utilisation de la voiture particulière permet une réduction du temps dépensé pendant les déplacements ; une sensation d'autonomie et de liberté lui est associée. A l'inverse, aux transports collectifs est associée l'image d'un mode de transport contraignant qui fait perdre du temps, pénible à cause des changements et des contacts imposés avec les autres voyageurs. Il reste que d'un point de vue économique, ce choix en faveur de la voiture n'est pas toujours rationnel.

Les déplacements et l'argent

331De nombreuses études ont déjà montré que les connaissances des automobilistes relatives aux prix réels de l'usage des transports en commun pour aller au travail et aux frais réels correspondant à l'usage de leur voiture, sont très limitées. Beaucoup croient même que les bus leur coûteraient plus cher que leur voiture. Cela confirme que le calcul des coûts joue souvent un rôle tout à fait secondaire dans le choix d'un mode de transport.

332Dans l'ensemble, ces observations sont également vérifiées pour les immigrés maghrébins, même si les appréciations relatives au coût des déplacements varient d'un ménage à un autre, en raison de leur situation économique. Ainsi, pour bon nombre d'entre eux, la possession d'une voiture vaut usage, quel que soit le coût. Par exemple, on voit quelques individus, anciens captifs psychologiques de l'automobile, qui du temps où ils étaient actifs n'ont jamais regardé à la dépense pour ce mode de transport.

333Un jeune, vingt-six ans : " J'ai plus les moyens de rouler en voiture... je suis au chômage, alors j'ai pris un abonnement au bus. Quand j'avais la voiture, je ne prenais jamais le bus. Je travaillais à la CEM à Décines, je ne regardais pas le prix, pour ce que c'est ! En voiture ou en bus c'est la même chose pour deux ou trois kilomètres."

334"Quand on n'est pas à court sur le plan financier", on ne se pose pas la question. Un travailleur immigré qui travaille et qui a une famille doit avoir une voiture ; c'est la norme. Elle s'exprime donc ici dans les discours de ces deux inactifs dont la faiblesse des ressources ne permet plus l'usage de la voiture et conduit forcément à l'usage des transports en commun. Elle s'exprime aussi clairement dans de nombreux autres témoignages dont ceux de ces pères de famille chômeurs qui continuent d'utiliser leur voiture après avoir perdu leur emploi.

335" Je suis au chômage depuis un an et demi... on travaillait sur des chantiers, on allait un peu partout, toujours en voiture... ça coûte pas cher, non ; de toute façon quand on travaille on ne fait pas attention. Moi j'ai jamais regardé à des choses pareilles : quand j'ai pas de voiture je prends le car et quand j'ai la voiture je prends la voiture, je regarde pas l'essence."

336"... je ne travaille plus depuis un an... je suis toujours en voiture, jamais en bus ; prendre le bus quand on a la voiture c’est comme si on sort dehors sans les chaussures, pieds nus..."

337Pour ceux qui n'ont plus l'usage de la voiture, la perte de l'emploi a contraint à un changement de mode de transport. Le jeune âge de l'un et l'incapacité physique de l'autre expliquent cette adaptation. En revanche, chez ceux dont la diminution des ressources financières du ménage n'a pas eu d'impact sur l'utilisation de l'automobile familiale, elle est un outil devenu aussi indispensable que les chaussures : il est vrai que lorsqu'on sort de chez soi on met toujours des chaussures !

338Deux idées sont avancées pour justifier cette apparente contradiction entre la situation économique et l'usage de la voiture : la voiture est un véhicule qui concerne la famille dans son ensemble et c'est une nécessité en cas d'urgence.

339"... quand on va acheter des moutons ou des poules ou des lapins, la 2CV ça va bien... c'est parce que je me suis habitué à la voiture ; mais je vais en ville en car ça ne me gêne pas... la voiture ça sert pour les urgences comme dimanche dernier : mon gamin s'est cassé le doigt de pied, je l'ai emmené à l'hôpital sinon il fallait prendre un taxi ! "

340Il fallait y penser. Les justifications prennent parfois des allures particulières.

341Un autre personnage évoque une situation encore plus originale :

342"...celui qui a une famille il lui faut une voiture à la maison... obligatoirement. Si tu prends une crise la nuit par exemple, qu'est-ce-que tu fais sans voiture ? Avec la voiture même en pyjama, direct... si tu n'as pas de voiture tu téléphones et tu attends : tu risques de mourir ! "

343De la sorte, il devient évident que même quand les ressources financières de la famille ne le justifient pas, il faut malgré tout disposer d'une voiture : sous peine de mort, à la limite ! En tous cas, ce type d'argumentation renvoie à une procédure par laquelle l'individu parvient à dénicher une rationalité dans ses choix, quand ils ne sont pas tout à fait évidents pour les autres.

344Chez ceux qui travaillent en voiture, le prix de revient de son utilisation n'est jamais calculé. Seul le prix du carburant est considéré. Et de toute façon on estime facilement que le coût d'usage des transports en commun est au moins égal sinon plus important que celui de la voiture particulière. "Les frais d'essence en voiture on ne peut pas dire qu'il y en ait beaucoup étant donné que je suis à cinq minutes de mon travail..." ; "le bus c'est long et c'est cher..." le car il est plus cher que la voiture maintenant..." ; "je travaille à Chassieu en voiture, le bus ça revient trop cher...".

345Parfois aussi, le prix des bus est estimé trop important par rapport à la qualité du service offert : "normalement il ne devrait pas y avoir de gens debout... du moment qu'on paye il faut une place assise".

346Pour aller au fond des choses, il faudrait dire qu'en réalité la quasi-totalité des Maghrébins que nous avons rencontrés considèrent que le prix des transports en commun est exorbitant. On est facilement convaincu que l'institution responsable des transports collectifs (l'Etat, le Gouvernement...) réalise des bénéfices scandaleux sur le dos des gens qui sont obligés de prendre les bus. Les prix sont donc volontairement majorés. Les enquêtés se considèrent alors comme des victimes de cette politique anti-sociale ; dès lors posséder une voiture pour soi devient un objectif prioritaire pour tous ceux qui sont non-motorisés. Dans quelques familles, les jeunes filles, à l'approche de leur majorité, sont poussées par leur mère à passer le permis de conduire lorsque la situation économique le permet.

347Pour les travailleurs immigrés, célibataires ou dont la famille est restée au pays, on peut concevoir que l'usage quotidien d'une automobile pour se rendre au travail soit quelque peu superflu : ils préféreront épargner leurs revenus pour les envoyer au pays plutôt que de consommer du luxe à quatre roues. Quand il s'agit de la famille immigrée, l'usage d'une voiture prend un aspect particulier ; il devient indispensable.

348"... on ne peut pas se déplacer en car quand on a des enfants ; le car il est plus cher que la voiture maintenant ; mais en France celui qui travaille il n’a pas de souci à se faire... on est tous là pour travailler... si je suis en France et que je travaille et tout, y'a pas de raison que je ne roule pas avec la voiture, je peux payer..." (père de famille de quatre enfants).

349Quand on a les "moyens”, avoir et utiliser une voiture devient évident. A celui qui n'a pas les "moyens", il ne reste plus qu'à utiliser le vélo ou les pieds.

350"...la différence entre la voiture, le bus et la mobylette c'est une question de moyens : celui qui n'a pas d'argent il marche à pied, celui qui en a plus il va en vélo, ensuite le bus et ensuite la voiture... celui qui en a encore plus, il prend l'avion (rires)... le bus c'est fait pour les ouvriers ; c'est pas un directeur ou un patron qui va prendre le bus !"

351On utilise donc les modes de transport en fonction de ses revenus. Le Directeur qui utilise une "mobylette" ou un vélo pour aller au travail, "il est pas normal". Derrière le type de transport qu'utilise l'individu pour se déplacer on voit son rang social. Le riche roule en voiture et le pauvre utilise ses pieds. Quand le raisonnement s'arrête à ces considérations sociales, il devient clair que dans l'appréciation du coût d'usage d'une automobile, ni l'entretien ni l'amortissement ne sont des notions connues par ces immigrés. Pas tous cependant, car quatre cas de figure témoignent d'une évaluation du coût d'usage de la voiture plus précise et d'un comportement cohérent avec cette évaluation. La voiture n'est plus utilisée pour n'importe quel usage, mais réservée aux activités familiales exclusivement. Dans cette famille tunisienne, par exemple, qui compte sept enfants, le père va au travail en cyclomoteur.

352"...mon mari, cette semaine seulement il est allé travailler en voiture sinon il va toujours en mobylette. C'est mieux ça fait des économies d'essence, c'est cher l’essence. La voiture on la prend juste le week-end, des fois mon mari va chercher de la viande avec... il ne prend pas le bus pour aller au travail parce qu’il n'y a pas de bus là où il va. C’est derrière le pont de la Sucrerie. S'il prend le bus il doit marcher beaucoup après, c’est trop pour lui ; la mobylette c’est mieux. Il a pris la voiture cette semaine et il a mis 120 F. d’essence : si toutes les semaines c’est comme ça alors c’est toute la paye qui va partir avec la voiture..."

353Cette mère de famille ne fait allusion qu'au coût du carburant, mais elle sait parfaitement que quand son mari utilise la voiture pour aller travailler, 120 F. par semaine font environ 500 F. par mois. Une dépense sérieuse pour le budget familial. Le mari va donc au travail en cyclomoteur ; pas en bus parce que cela l'oblige à marcher beaucoup. L'utilisation de la voiture est réservée aux tâches familiales, en fin de semaine et essentiellement aux achats.

354Avant d'évoquer d'autres discours allant dans le même sens, il paraît intéressant d'opposer à ce type de raisonnement "économique", d'autres logiques qui prennent en compte des évaluations plus complètes quant au choix des modes de transport.

355"... avant j'y allais en mobylette puis j'ai acheté la voiture, alors j'y vais en voiture ; de toute façon la mobylette il faut bien mettre de l'essence... et puis il y a les risques avec la mobylette, plus que dans la voiture, quand il pleut, quand il y a de la neige... la mobylette c'est facile de se la faire voler... alors j'ai calculé : y'a pas beaucoup de différence entre la voiture et la mobylette..." (un père).

356Dans certains cas, l'utilisation de la voiture est justifiée en raison de la sécurité qu'elle offre par rapport aux deux-roues.

357D'une manière générale, les cas sont rares dans lesquels le chef de famille actif possède une voiture et n'en use pas pour aller travailler. Après le ménage cité précédemment dont le chef allait au travail en "mobylette”, on peut aussi citer celui-ci dont le conjoint actif bénéficie d'un ramassage ouvrier :

358"... moi je travaille dans le 8ème arrondissement, à Paris-Rhône. Il y a un car de ramassage qui passe le matin à 6H30 et on commence le boulot à 7H... c'est pour les ouvriers ; on a rien à payer... c'est pas la peine que je prenne la voiture ; je la prends seulement quand j'ai une course à faire. Le vendredi on finit à 2H. ; des fois j'ai une course à faire, un rendez-vous quelque part pour aller avec ma femme, alors je prends la voiture le matin pour aller au boulot... la voiture il faut la prendre quand tu en as besoin c'est tout ; si j'en ai pas besoin je la mets au garage..." (un père).

359Ce n'est pas parce que le car de ramassage est préféré à la voiture en termes de vécu du temps de transport qu'il est utilisé, puisque ce père de famille déclare en substance : "dans le car, personne ne parle avec toi... il y a un proverbe qui dit celui qui garde la bouche fermée ne risque pas d'avaler de mouches ! moi je rentre dans le car, bonjour-bonsoir c'est terminé...". Le car de ramassage est gratuit : c'est pour cela qu'il l'utilise. C'est tout.

360Parfois sont évoquées les difficultés de stationnement en ville pour justifier l'avantage d'utiliser les bus. Dans le ménage suivant par exemple, la femme va travailler à Lyon en bus-métro et l'homme à Vaulx-en-Velin avec sa voiture. Elle possède le permis de conduire, mais c'est son mari qui utilise toujours la voiture.

361"... moi, je ne vais pas au boulot en voiture parce que ça me ferait plus cher que le métro... si j'allais en voiture j'y mettrais ma paye dedans... et puis il y a le problème du stationnement en ville... là où je travaille c'est pas possible d'aller en voiture..." (la mère).

362S'il n'y avait pas ce problème de stationnement, utiliserait-elle la voiture pour aller travailler ? Rien n'est moins sûr puisque c'est son mari qui en a toujours l'usage.

363Ce n'est pas par hasard si ce sont deux enquêtés appartenant à des ménages sans voiture qui font les commentaires les plus "rationnels économiquement" vis-à-vis de l’utilisation de la voiture dans les déplacements domicile-travail.

364"... mon mari avant il était cantonnier ; il travaillait à Lyon avec la voiture... il avait de l'argent pour payer ; depuis son accident il a été obligé de vendre la voiture. Pour moi le car c’est mieux que la voiture... une voiture c'est cher, les vignettes, l'essence... nos jeunes ne travaillent pas..." (une mère inactive).

365Dans ce dernier exemple comme avec certains ménages déjà cités, la perte de l’emploi du père a mis fin à l'usage de la voiture. Les déplacements sont désormais évalués uniquement en termes monétaires et l'usage des bus est préféré à tous les autres. Personne ne travaille dans cette famille ; même les deux fils majeurs sont au chômage, "on touche une pension tous les trois mois, avec on paye le loyer, l'électricité, le gaz, faut s'habiller, se nourrir..."

366Alors ces jeunes roulent avec des cyclomoteurs qui ne sont pas assurés ; ils ignorent le risque. Ils sont enfermés dans un cercle vicieux : pour trouver du travail il faut se déplacer, et pour se déplacer, il faut avoir un minimum d'argent pour payer les frais de transport

367Le second enquêté habite la cité Tase. Jusqu'en 1981, il a travaillé à l'usine proche de son domicile et il n'avait aucun problème de transport. Depuis cette date qui a vu la fermeture de son usine, il travaille à Saint-Fons et passe deux heures dans les déplacements quotidiens.

368"... je me tape deux kilomètres tous les matins pour prendre mon car... celui de la boîte ; je le prends devant Casino, rue de la Poudrette, à deux kilomètres d'ici... au lieu qu'il passe là nous prendre, il faut qu'on aille jusqu'à là-bas... un quart d’heure de marche à pied, c'est fatigant tous les matins... le car il met 35 minutes de voyage et en tout le voyage il dure une heure... une heure le matin et une heure le soir : deux heures en tout, c'est fatigant... Je n'ai pas de voiture et même si j'en avais une je ne m'en servirais pas pour aller au boulot parce que la voiture c'est personnel. Quand on achète une bagnole c'est pour la famille, pour les gosses, les commissions, les choses nécessaires... c'est pas pour l'usine que je vais la casser... je l'achète par exemple 2 millions, je la casse pas pour mon patron, non ! Avant on habitait là, on travaillait là : pas de problème ; tandis que maintenant ils nous ont obligés à prendre nos véhicules particuliers, enfin ceux qui en avaient, pour les déplacements... ils donnent une misère, 170 F. par mois pour rembourser les frais de transport, au prix où coûte l'essence ! le pire c'est l'assurance... avec la paye que j'ai en ce moment on ne s'en sort pas... on survit grâce à Dieu...".

369Il est probable que si cet homme utilisait une voiture pour aller au travail, son temps de trajet diminuerait sensiblement ; il n'aurait plus à marcher pour aller rejoindre l'arrêt du car de ramassage. Mais on est dans une logique où l'usage de la voiture est pensé dans un cadre familial et non pas individuel. De toute façon, on considère que le temps de transport pour aller au travail est déjà un temps de travail et que c'est au "patron" de le prendre en charge. Ce type de raisonnement revendicatif, rare dans notre échantillon, tranche nettement par rapport à tous les autres points de vue marqués par le fatalisme des situations dans lesquelles on se trouve.

Le grutier

370Ce travailleur est un cas original. Π présente ainsi son choix de la voiture pour aller au travail :

371"... moi je travaille à Villeurbanne, je suis grutier, depuis 14 ans. J'y vais en voiture... le matin on commence à 8H. moins le quart, je sors de chez moi à 7H., 7H. moins le quart, ça dépend... je prends toujours ma voiture même pour faire 200 mètres, c'est à cause de mon travail, je suis toujours assis dans ma grue, je me suis habitué comme ça : je sors de ma voiture pour monter dans ma grue et vice-versa ; je ne peux plus marcher à pied..."

372Pendant huit heures par jour, il est assis dans sa grue, depuis quatorze ans et c'est pour ça qu'il roule toujours en voiture même pour ses déplacements très courts. On aurait pu penser que, comme il travaille assis, il apprécierait la marche à pied mais c’est le contraire qu'il nous dit. Il est seul dans sa grue dominant le monde, maîtrisant son outil et lorsqu'il descend à sa voiture il se retrouve dans son espace de liberté, seul au volant. Il apprécie cette continuité. Ces arguments sont autrement plus importants que le coût de l'usage de sa voiture, le temps passé dans les bouchons, le stationnement.

Les modes de transport et leur valeur sociale

373Posséder et utiliser un mode de transport renvoie donc aussi à la valeur sociale que les individus lui attribuent. Aussi s'agit-il maintenant d'examiner de plus près l'utilisation de la voiture particulière et d'autres modes de déplacements dans le milieu maghrébin en fonction des déterminants sociaux et psychologiques. Nous verrons également le contexte de l’utilisation des transports en commun par les femmes maghrébines et notamment leur perception du racisme dont elles parlent souvent spontanément.

Voiture particulière contre vélo

374Pour comprendre la signification sociale de la possession et de l'usage de la voiture particulière dans le milieu immigré maghrébin, il faut revenir au motif de la présence en France de ces travailleurs. D'une manière générale, le travailleur a quitté son pays pour venir trouver un travail capable de procurer pour lui et sa famille une amélioration du bien-être. Ce type de migration économique devait en effet permettre à l'individu de compenser les inconvénients de l'exil par une augmentation de ses revenus monétaires et celle de son niveau de vie, tout en conservant son identité culturelle. Se trouver dans une situation équilibrée, "normale'' comme disent les enquêtés, c'est avoir un travail, des revenus suffisants pour nourrir et habiller sa famille... et avoir une voiture pour les sorties. Celui qui n'a pas d'emploi se trouve donc de fait dans une situation critique dans la mesure où il a perdu sa raison "d'être en France". L'usage de la voiture particulière doit être analysé dans ce contexte de "normalité".

375Pour le ménage immigré maghrébin, en avoir une et s'en servir c'est aussi afficher sa réussite sociale, dire aux autres qu'on a été capable de tirer profit de sa situation d'exilé, ne plus dépendre d'autrui pour ses déplacements et ceux de sa famille. Gagner en quelque sorte une autonomie dans la mobilité. En réalité, il ne s'agit pas tant d'exposer ce symbole de la réussite sociale aux yeux de la communauté maghrébine du voisinage (en France il est devenu commun de posséder une voiture), que de l'exposer à ceux qui sont restés au pays. Le moment des vacances est un temps important de l'expression de sa réussite. En juillet-août, quand le travailleur immigré rentre dans son pays avec sa voiture, en famille, il jouira du privilège d'aller n'importe où, et démontrera que lui "n'est pas allé en France pour rien". Plus sa voiture sera spacieuse, chère et belle, plus la reconnaissance de son groupe sera importante. Cette variable sociale significative de la possession d'une automobile est d'autant plus forte que dans le pays d'origine de ces travailleurs, les transports collectifs traditionnels sont déficients. L'immigré qui rentre au pays avec sa voiture a gagné en liberté de vie dans ses déplacements ; il n'est plus contraint par le système. Autant il vit en France dans des conditions difficiles, autant lorsqu'il rentre au pays il affiche son indépendance, son luxe de pouvoir se déplacer quand il veut et où il veut, avec sa famille. C'est un luxe qu'il paye cher : on dit de lui au pays "qu'il mange tous les jours des patates pour se payer sa voiture", mais il n'empêche qu'il a gagné une liberté inestimable.

376La voiture c'est donc toute une symbolique sociale dans ce milieu. Comme dans d'autres, du reste. A l'opposé, le vélo fait figure de mode de déplacement du pauvre.

377Dans le classement hiérarchique des différents modes de transport, nous avons déjà montré que la bicyclette était rangée au bas de l'échelle. Dans l'absolu, elle est le signe d'un échec : le travailleur qui roule en vélo représente le type même de celui qui est aussi pauvre ici que là-bas. Mais dans notre échantillon, nous n'en avons jamais trouvé. Ce type de transport est inexistant chez les immigrés maghrébins, tant pour des déplacements courts que longs.

378En fait, poser la question à un ménage maghrébin de l'utilisation du vélo par les adultes, les parents, provoque le rire de l'ensemble de la famille. Elle est assimilée à un mot d'esprit. Cette attitude n'est pas neutre socialement et culturellement. C'est en effet lorsque la question est posée aux femmes qu'émerge avec le plus de force la particularité culturelle des immigrés maghrébins en la matière. En bref, le vélo n'appartient pas au registre des possibles dans les modes de transport utilisés par la femme maghrébine.

379"... le vélo, moi ? j'ai honte ; je suis une Arabe ; le car ça va ; mais comment veux-tu que je monte sur une bicyclette ou un vélo moi qui suis vieille et qui ai une belle-fille ? C'est une honte... la mobylette c'est mieux que la marche à pied bien sûr mais nous les femmes arabes, on préfère marcher à pied que d'aller en mobylette..."

380Cette femme inactive d'une cinquantaine d'années ne fait pas de différence entre le vélo et le cyclomoteur. Elle ne se voit ni sur l'un ni sur l'autre. En fait, c'est du moyen de transport à deux-roues qu'elle parle. Elle se trouve trop vieille pour les utiliser et, de toute façon, elle a sa belle-fille qui habite avec elle. Comment elle, une Arabe, pourrait-elle se ridiculiser aux yeux de sa belle-fille, donc de sa belle-famille, en se déplaçant à bicyclette ?

381De nombreux autres témoignages abondent dans le même sens. Ils viennent tous de femmes maghrébines qui, du point de vue de leur insertion dans la société française, se trouvent dans des situations variées, ce qui donne à ce type de réaction vis-à-vis du vélo toute sa dimension culturelle. "Les Arabes y font pas de vélo... le fait de monter sur un vélo c'est une honte... les Français seulement utilisent le vélo, et les enfants... tu nous poses la question à nous, tu crois qu'on va monter dessus ?"

382Le vélo, "c'est pas la mentalité des Arabes". C'est vrai qu’à l'origine une femme maghrébine qui respecte la tradition coranique, du fait des vêtements qu'elle porte et du rôle qui lui est attribué par sa culture, peut difficilement être une adepte du vélo. La question peut alors effectivement surprendre et susciter la dérision et l'humour. A la limite, on pourrait penser utiliser une bicyclette "à la campagne", parce que personne ne nous voit, mais en ville ce n'est pas possible. C'est vrai qu'en trente années de vie nous n'avons encore jamais vu une femme maghrébine faire du vélo. Question de références culturelles. Elles sont bien différentes de la Chine, pays dont les femmes sont des utilisatrices inconditionnelles de la bicyclette. Parlez de l'usage des modes de transport et la spécificité culturelle surgit !

383En définitive, ce mode de transport étant écarté d'emblée, il ne reste à la femme immigrée maghrébine que les transports collectifs et la marche à pied, puisque souvent son époux est le seul utilisateur de la voiture de la famille.

Maintenant, le métro

384Depuis 1978, Vaulx-en-Velin est reliée à Villeurbanne et Lyon par le métro. La question que nous nous posons maintenant est de savoir quelle a été son influence chez les banlieusards maghrébins. Y-a-t-il eu des modifications dans les comportements des divers membres du ménage, découverte de nouvelles formes de mobilité, désenclavement des femmes ?

385Globalement la réponse est non. Rien n'a changé structurellement, même si les personnes qui travaillent à Lyon ont depuis 1978 sensiblement amélioré leurs conditions de déplacement quotidien vers le centre-ville, en termes de gain de temps. Mais elles sont peu nombreuses.

386"... je prends le bus et le métro tous les jours ; je travaille à l'hôpital Saint-Luc... je prends le 51 jusqu’à Bonnevay, puis le métro jusqu'à Charpennes ; je mets trois-quarts d'heure ; avant c'était le 7, il n'y avait pas le métro, c'était pire, je mettais une heure, des fois deux heures ; avec le métro je mets une demi-heure."

387Systématiquement, tous les actifs qui travaillent à Lyon et qui utilisent les transports en commun ont utilisé le métro après sa mise en service. Les conditions de transport déplorables qui caractérisaient avant 1978 les liaisons entre Vaulx-en-Velin et Lyon expliquent la satisfaction exprimée par les individus concernés par le métro.

388En revanche, aucun actif qui va travailler en voiture particulière à Lyon ou Villeurbanne, n'a changé de mode de transport après la mise en service du métro. La nouvelle offre de transport n'a donc eu aucune influence sur les comportements des actifs motorisés. L'amélioration des conditions de transport en termes de gain de temps, de confort, de commodité, n'a pas été assez attractive pour faire passer ces migrateurs quotidiens de leur voiture aux transports en commun. Quand l'habitude est ancrée, quel que soit le développement des autres modes de transport, la voiture reste le mode privilégié.

389Mais le métro a néanmoins permis une augmentation de la fréquence de certains déplacements, ceux notamment liés aux visites familiales et aux loisirs, les deux activités étant fréquemment liées dans le milieu maghrébin. Cette mère de famille affirme avoir diminué son temps de transport de moitié grâce au métro :

390"... le métro ça va plus vite que le bus parce que moi avant, pour aller voir mon fils, je prenais trois cars... je partais d'ici, mettons à 1H30 j'arrivais chez ma belle-fille c'était 4H.... c'était long, il n'y avait pas le 56 ni le métro... elle habite Vaise. En bus je mets une heure, une heure et demie parce que maintenant je prends le 56, le métro jusqu'à Hôtel-de-Ville, puis le 3. C'est rapide... mais le soir quand je rentre un peu tard, j'ai peur, alors je prends le 3 seulement et le 56, comme ça je viens direct..."

391Une heure ou une heure et demie pour aller voir sa belle-fille à Vaise, c'est plus rapide ! Au-delà de cette évaluation particulière du temps de transport qui n'impressionne pas outre mesure cette femme quand elle se déplace, il faut noter que le métro peut aussi faire peur. C'est l'endroit "où il se passe des choses, la nuit". Aussi cette femme préfère-t-elle sacrifier le gain de temps procuré par ce mode de transport pour un sentiment de sécurité plus élevé dans les bus, transport de surface.

392Une utilisation rationnelle du métro consiste par exemple à garer sa voiture au parc d'échanges Laurent-Bonnevay et prendre le métro pour se rendre en ville. Les immigrés maghrébins y sont-ils sensibles ? Là encore la réponse est non.

393"... ça sert à rien, de toutes façons tu gaspilles encore l'essence et tu achètes les tickets en plus, c'est pareil... de toute façon la voiture elle est assurée, ça sert à rien de la laisser, de prendre le métro, surtout quand toute la semaine tu marches à pied..." (une mère).

394"... moi c'est pas la peine que je laisse ma voiture à Bonnevay, je la laisse ici c'est mieux, à la maison ; ça sert à quoi que j'aille jusqu'à Bonnevay en voiture, on fait même pas d'économie avec le bus : 4F50 aller et 4F50 retour..." (un père actif)

395Quand on possède une voilure, on voit mal l'intérêt de la laisser dans un parc d'échanges et d'utiliser les bus ou le métro. Cette forme de rationalité qui existe dans les sociétés occidentales n'a pas beaucoup de pertinence dans la façon de penser de l'immigré. Quand il fait des déplacements en famille, s'il prend les transports collectifs, il lui faut acheter plusieurs titres de transport, changer de bus, marcher, attendre aux arrêts, etc... Or il ajustement acheté une voiture pour éviter ces difficultés et pour se payer des voyages en famille dans des conditions agréables. Que les bus soient remplacés par le métro, que les temps de transport pour aller à la place du Pont acheter de la viande "Hallal" soient diminués de moitié, ne le concerne pas dans sa logique d'utilisation de sa voiture.

396Le métro, liaison de transport collectif plus rapide et plus commode, n'a donc pas bouleversé l'univers des déplacements dans la famille maghrébine de Vaulx-en-Velin. Toutefois il est intéressant d'insister à présent sur quelques éléments d'analyse particuliers qui mettent en jeu les femmes et ce mode de transport souterrain. Analphabètes, souvent inactives, souffrant de problèmes d'adaptation plus importants que les hommes, leur usage du métro peut permettre de mesurer leur insertion dans la vie urbaine.

397A niveau d'instruction égal, l'homme et la femme font cependant un usage analogue du métro.

398"... je ne sais pas lire moi, et je prends le métro ; je connais les rues, il suffit qu'on me montre une fois. Lyon ? je connais bien, ça fait vingt ans que je travaille, comment veux-tu que je ne connaisse pas Lyon ? moi je ne sais pas lire mais je sais me débrouiller !"

399Cette mère active sait de "débrouiller" malgré son analphabétisme. Il aura suffi qu'on lui montre une fois comment utiliser le métro pour la "lâcher" dans le souterrain. Comme une autre, du reste, qui a un abonnement "transport collectif "et qui travaille depuis vingt-cinq ans : "tu crois que j'ai pas évolué ?". Elle fait des ménages à Villeurbanne. Une autre se repère par rapport à quelques lieux particuliers du réseau : "moi je ne sais pas lire mais je connais, je prends le métro. Je connais pas beaucoup les schémas mais mettons que je vais à Hôtel-de-Ville je connais... Grand Bazar..., je connais Bellecour ; après si je connais pas je demande aux dames et aux filles... je connais juste trois arrêts..."

400Grand Bazar, elle sait le reconnaître, ou tout du moins elle connaît la station de métro où il faut descendre. Pour tous les autres arrêts qu'elle ne connaît pas, elle demande à des gens, des femmes et des filles, bien sûr.

401Quelques-unes savent lire et écrire en arabe et en français. Elles n'ont aucun problème. Une autre a repéré comment les noms des stations étaient écrits : Flachet, Cusset...

402C'est vrai que le métro n'est pas conçu pour les analphabètes. Et le risque existe de s’égarer dans les souterrains quand on n'utilise pas ce moyen de transport de la station de départ au terminus. Mais les femmes se montrent, en dépit de ces handicaps, capables de l'utiliser comme les autres. C'est particulièrement vrai quand elles travaillent. Elles se sont fait accompagner une fois, elles repèrent la forme des stations, la composition de leur nom et elles maîtrisent leur angoisse.

403Mais il faut aussi remarquer que savoir utiliser le métro est un signe de valorisation sociale chez certaines, surtout les plus âgées qui ont déjà vingt ans d'expérience de la vie urbaine en France. Savoir utiliser cet objet technique, n’est-ce pas la preuve que "j'ai évolué " ? En réalité, l'exercice d'une activité professionnelle par les femmes maghrébines favorise leur apprentissage de la langue française grâce aux contacts et avec cet atout, elles peuvent plus facilement utiliser les transports. On n'a plus peur de s'égarer, on peut demander de l'aide sans complexe.

404Pour toutes ces raisons, les hommes et les femmes maghrébins qui travaillent sont capables de surmonter les obstacles psychologiques à l'utilisation d'un métro réalisé pour un usager qui sait au moins lire le français. Certains enquêtés n'hésitent pas à tirer des conclusions d'ordre général sur cette question : "ça dépend aussi de l'intelligence... bien qu'on soit pas instruit, on est intelligent, Dieu merci..."

405Toutes les femmes que nous avons rencontrées et qui travaillent sont soit agents d'entretien soit femmes de ménages. Elles travaillent surtout pour apporter un salaire d'appoint à leur mari, pas pour le plaisir d'avoir une occupation durant la journée. Ce n'est pas un hasard si elles se montrent capables d'utiliser le métro pour aller travailler : elles ne conçoivent plus la possibilité de faire autrement. Celles-là se sont intégrées au rythme de la vie urbaine en France.

406Qui sont alors celles qui sont incapables de prendre le métro toutes seules ? Et pourquoi ?

407Il y a parmi elles celles dont l'arrivée en France est récente, rares dans notre échantillon. L'une est à Lyon depuis quatre ans seulement, elle a peur de prendre le métro toute seule et de toute façon elle ne sort pas seule. Une autre ne parle pas du tout français ; une autre encore ne connaît pas la ville et ne sait pas se repérer. Seules, elles ont peur de se perdre.

408Les autres femmes qui ne sont ni actives ni arrivées récemment en France n'utilisent jamais seules le métro. Elles sont toujours accompagnées par une personne, souvent un de leurs enfants. Mais on trouve aussi quelquefois des hommes dans la même situation : "moi depuis qu'ils ont fait le métro, je l'ai pris qu'une seule fois, avec ma femme ; je ne sais pas lire ; j’utilise toujours ma voiture ".

409L'exemple de ce couple est singulier dans la mesure où c'est la femme, habituée au métro du fait de son activité professionnelle à Lyon, qui joue le rôle de guide de son mari. Lui travaille à Vaulx-en-Velin et il y va en voiture. La femme maghrébine n'est pas toujours soumise à la loi de son mari !

410De nombreuses mères analphabètes ne prennent le métro qu'accompagnées d'un membre de leur famille alors qu'elles sont tout à fait capables d'utiliser le réseau de surface : "dans le car je me rappelle..." signifie qu'elle voit les choses de la ville et qu'elle peut les garder en mémoire pour retrouver son chemin. Une autre préfère prendre le métro seulement du terminus à terminus : "si je veux m'arrêter au milieu je ne peux pas, alors je préfère prendre le car, au moins on est sur terre..." Un trajet de ce type ne comporte pas de difficulté pour les immigrées : quand tout le monde descend de la rame, c'est qu'on est arrivé au bout ; il faut descendre. On sait où on est. Parfois quand la personne est capable de reconnaître la station où elle doit se rendre, le trajet aller ne pose aucun problème. C'est quand il faut revenir sur ces pas qu'ils apparaissent, car l'usager analphabète ne sait pas quelle est la bonne bouche de métro à prendre pour retourner chez lui. C'est ce que cette femme explique :

411"... dans le car je ne perds pas, mais dans le métro, je peux pas monter dedans, en tous cas toute seule... avec mes filles oui ; quand je vais à Cusset par exemple j'y vais toute seule, je sais où descendre mais quand je dois revenir je prends le 27... je ne reviens pas en métro car je ne sais pas reconnaître la rame qui va à Bonnevay et celle qui va à Perrache... mais maintenant je peux descendre aux arrêts comme les Gratte-ciel, Bellecour ; je comprends un peu les lettres..."

412Petit à petit, l'apprentissage semble se faire.

413A l'opposé du métro, le réseau de bus suit des itinéraires balisés qui empêchent la femme maghrébine analphabète d'être sujette à l'angoisse de l'égarement. En outre, dans un bus on est toujours sur terre et se perdre sur terre parmi les humains n'a pas du tout la même signification que l'égarement sous terre, l'enfer.

414Contrairement au groupe précédent, ces femmes inactives sont pour différentes raisons beaucoup moins ouvertes sur le monde extérieur et leur vie au foyer est plus accentuée. Leur inaptitude à utiliser le métro reflète un mode de vie caractérisé par un repli sur soi, lui-même à l'origine d'un usage de l'espace urbain relativement pauvre. La méconnaissance de la langue française renforce cet isolement.

Dans les bus, ces regards... quels regards ?

415La proximité physique des voyageurs est intime dans les transports en commun ; peut-être plus que dans d'autres lieux publics. Là se jouent un jeu de regards ou d'indifférence entre les usagers, assis les uns en face des autres, ou debout, presque collés les uns contre les autres aux heures de pointe. Les études de transport ont montré que dans certains réseaux comme celui de Nice ou du Mans, les usagers français ressentaient mal la présence des travailleurs immigrés dans les bus, surtout celle des maghrébins et des noirs africains. Ils ternissent l'image sociale des bus. De leur côté, les travailleurs affirment quelquefois être victimes de discrimination de la part des chauffeurs de bus.

416Nous avons donc abordé cette question. L'un des enseignements est que les individus ne ressentent pas de la même façon les situations de rejet dans les bus, et quand elles existent les interprétations qu'ils en font sont de natures différentes.

417La grande majorité des ménages affirme qu'il n'y a pas de racisme particulier contre les maghrébins dans les transports collectifs. Le sentiment de rejet existe seulement au sein d'une minorité et dans des zones résidentielles particulières. Par exemple chez cette famille qui habite à la Grappinière, un quartier qui jouxte la ZUP de Vaulx-en-Velin. De nombreuses familles maghrébines y habitent L'histoire de ce quartier est faite de heurts avec la police. Cette mère explique pourquoi les jeunes du quartier, pendant une époque, jetaient des pierres contre les bus qui passaient près de leurs immeubles : " c'est parce qu'il y a un an, pendant les rodéos... après les flics venaient... les jeunes de 13-14 ans ils prenaient des pierres, ils attaquaient les flics ; les flics ils attrapaient n'importe qui, alors les jeunes qu’est-ce qu'ils faisaient ? ils se vengeaient sur les cars qui passaient... le 37 il passait plus par là, à la fin. Il est resté quinze jours comme ça..."

418Ainsi, les bus qui passent et qui sont regardés comme les objets de la Société payent pour la discrimination dont ces habitants se sentent les victimes. On se venge sur eux. C'est comme si dans ce quartier on ne voulait plus être relié au "réseau", comme si on voulait couper le cordon qui le relie au reste du monde. Une déclaration d'indépendance. Cette mère de famille raconte en outre un incident survenu à sa mère âgée dans un bus :

419"mais il faut voir aussi les chauffeurs comment ils sont ; des fois ils sont racistes... vous avez pas vu de racisme dans les bus ? les gens et les chauffeurs, en plus... je vais t'expliquer, moi... c'est arrivé à ma mère, elle avait pris le 51 pour aller à Bonnevay... elle s'est arrêtée un arrêt avant et le bus il a fermé la porte sur elle. Pourtant elle est vieille, elle s'est cognée contre la porte ; l'autobus il a foutu le camp, ma mère était coincée, elle criait, une dame a dit au chauffeur de s'arrêter, lui il continuait. Comment il a pas vu ma mère ? elle est allée à l'hôpital... le chauffeur il s'en foutait complètement..."

420Le chauffeur était un raciste ; comme les Français. Personne ne changera l'opinion de cette femme. Une autre sent l'hostilité des Français dans le regard qu'ils portent sur elle : "quand les gens voient un Algérien, une Algérienne dans le bus, on dirait qu'ils voient un Diable. Dans le métro il y a beaucoup de gens qui me regardent mais moi quand je passe je leur dis "je vous emmerde" et je m'assois... jamais ils te laissent la place... moi je laisse ma place aux mémés françaises ; depuis trois ans ici c'est le racisme à 100 % ".

421Ce que dit une autre femme qui habite aussi à la Grappinière est moins virulent. Mais elle cite cependant un exemple dans lequel un Maghrébin se heurte à un contrôleur :

422"... moi une fois, dans le 51 j'ai vu une fille Arabe de onze ou douze ans se faire attraper par le contrôleur en civil dans le bus. Elle n'avait pas de ticket, elle l'a mordu... elle faisait juste un arrêt ; elle s'est sauvée mais il l'a attrapée et il lui faisait mal alors je suis allée et j'ai dit : écoute, lâche-la je vais lui donner un ticket, mais il ne voulait pas la lâcher parce qu'il a vu que c'était une Arabe... tout de suite il a dit je t'emmène au commissariat..."

423Chez cette femme, personne ne travaille. Ils vivent dans des conditions difficiles. Pour elle c'est normal que la jeune fille, pour un arrêt, ne paye pas le bus ; la distance est trop petite. En revanche, elle a du mal à admettre la réaction du contrôleur qui, pour un incident aussi mineur, veut emmener la fille au commissariat. Elle est prête à payer pour la faute ; la notion de fraude est mal comprise dans son milieu. Quand les bus circulent à moitié vides dans Vaulx-en-Velin, une personne de plus ou de moins n'a pas grande importance, surtout quand elle voyage d'un arrêt à un autre. Une logique défendable.

424Ces témoignages mis à part, deux ou trois autres familles évoquent des formes de racisme dans sont victimes les Maghrébins dans les bus : des femmes âgées, françaises, qui refusent manifestement d'occuper une place assise à côté des Maghrébins, des chauffeurs qui ne s'arrêtent pas aux arrêts demandés, des usagers qui s'offusquent d'entendre parler arabe dans les bus : "on est en France" ! ce sont là les formes d'exclusion que l'on enregistre. En réalité, ce dossier apparaît bien peu fourni quand on le confronte à celui des nombreux ménages pour qui ce sont les comportements des membres de la communauté eux-mêmes qui sont répréhensibles, plus que le racisme des Français.

425En effet, pour la majorité des ménages, les Français ne sont pas plus racistes que d'autres : mais on considère que ce sont les Maghrébins eux-mêmes qui, du fait de leurs comportements et de ceux de leurs enfants, provoquent des réactions de rejet. En témoigne ce commentaire :

426"... moi je ne comprends pas beaucoup le français, alors si des gens disent des choses dans le car, je ne comprends pas. Dans le car je n'ai jamais eu de problèmes. Ça dépend des Français, quand ils voient quelqu'un qui est sale, des enfants sales, des jeunes arabes qui chahutent dans le bus, ils n'aiment pas bien... mais ils ne sont pas racistes. Moi dans le bus par contre, j'ai vu ce qu'ils faisaient les jeunes Arabes... quand ils se mettent à fumer dans le car moi ma tête elle a envie d'exploser ; ils montent dans le car, ils insultent, ils cassent ; moi j'ai honte... mes enfants quand ils sortent de la maison tu sais pas ce qu'ils font ; moi je les ai vus de mes yeux ; les racistes c'est nous, ça m’énerve ça ; nos enfants ils n'ont pas de respect..."

427Le fils de cette femme qui habite dans un quartier dégradé de la ZUP, a eu des déboires avec la justice pour des problèmes de délinquance. Elle avoue son incapacité à contrôler ses sorties. Elle qui aspire à vivre dans la société française tout en étant invisible, est trahie par le comportement de ses propres enfants. Elle analyse sa situation avec beaucoup de sérénité. Elle ne reproche pas aux Français de faire des généralisations à caractère raciste à propos des Arabes, parce qu'"elle voit... ".

428Un autre enquêté évoque le même état d'esprit :

429"j'aime pas prendre le bus, pourquoi, pourquoi ? eh bien il y a trop de merdier, si y'a un arabe qui fout la merde, qui casse, qui insulte, qui fout les pieds sur la banquette, ça me gêne, moi je me sens concerné, j'ai un complexe comme ça... étant donné que je ne fais pas de mal je ne suis pas concerné... ma tête d'accord, dès qu'on voit un Arabe, bon, il fout la merde comme tous les autres... ceux qui pensent comme ça ils sont cons... moi j'aime pas voir les gens détruire, surtout les gens de ma race qui détruisent, qui parlent mal, qui bousculent, qui ont pas de respect pour les gens..."

430Les comportements des membres de la communauté d'appartenance, surtout les jeunes, suscitent beaucoup plus de commentaires que le racisme des Français. Parfois les accusations portées contre "les Arabes" par les Maghrébins eux-mêmes sont très violentes : "vous n'entendez pas dans le métro depuis qu'il existe, combien de fois il y a eu des vols ? vous lisez pas les journaux ? alors ? c'est les Arabes qui font ça !"

431D'aucuns pensent que "si on se tenait bien les gens s'asseyeraient à côté de nous" et de témoigner de certaines expériences au cours desquelles les chauffeurs ou contrôleurs de bus font acte de "sagesse” à l'égard des Maghrébins. Cette mère de famille a vu un jour une vieille dame arabe sans titre de transport se faire prendre par un contrôleur, "elle ne parlait pas un mot de français ni elle comprenait, la pauvre... tous les Arabes dans le bus n'ont pas bougé, alors j'ai demandé au contrôleur de fermer les yeux et puis il l'a laissée partir tranquillement : c'est une honte pour nous..."

432Dans ce cas, le contrôleur a effectivement "fermé les yeux" sur l'infraction constatée. Ils ne sont donc pas tous racistes...

433Dans d'autres cas, c'est le chauffeur du bus qui manifeste à l'encontre des usagers maghrébins une certaine sympathie comme l'explique cette mère : "une fois en allant aux Puces, je parlais arabe avec un autre Arabe... une vieille dame française m'a demandé si on ne pouvait pas parler français comme tout le monde et le chauffeur l’a menacée de la faire descendre si elle n'arrêtait pas... c'était dans le 51..."

434Comme ces témoignages l'attestent, les situations de racisme ne sont pas vécues quotidiennement par les immigrés maghrébins usagers des transports en commun. Dans les transports comme dans d'autres domaines de la vie en France, les appréciations varient selon les individus en fonction de la situation qu'ils occupent dans la société et des rapports qu’ils entretiennent avec elle. Ceux qui tiennent les discours les plus véhéments à propos du racisme dans les transports se trouvent dans les conditions de vie les plus difficiles : ils n'ont pas de revenus, habitent dans des quartiers à problèmes, subissent la pression policière, etc... Ils revendiquent le droit au travail pour les jeunes, le droit à la tranquillité, le droit d’utiliser gratuitement les transports collectifs... Les autres qui sont mieux lotis se considèrent avant tout comme des hôtes de la France, des travailleurs venus en terre étrangère pour gagner leur vie et vivre en respectant les gens d'ici. La non-visibilité sociale est leur devise. On peut se demander si finalement, ceux qui sont les plus intégrés dans la société française ne sont pas justement ceux qui revendiquent de meilleures conditions de vie dans leur quartier.

435"... du racisme c'est vrai il y en a... mais pas beaucoup. Moi je sors beaucoup et je vois des choses... mais c'est difficile à dire... il y en a beaucoup qui ne sont pas racistes ; un jour moi à Bonnevay quand je suis arrivée à l'arrêt du bus, il partait, alors j'ai couru et j'ai levé le bras : il s'est arrêté. Une Française courait derrière moi, elle a fait un signe au chauffeur pour qu'il s'arrête et bien il ne s'est pas arrêté : si le contraire s'était passé, j'aurais dit c'est du racisme : on ne peut donc rien dire. "

436Il est des situations où en effet on ne peut rien dire.

437Alors que le mot immigré désigne encore dans les imaginaires quelque chose "qui est collectif'", notre exploration sur le terrain révèle en réalité une mosaïque d'attitudes et de comportements qui renvoie à des schémas d'intégration à la vie sociale et urbaine différents voire opposés. Les influences de l'environnement de la société d'accueil sur les familles maghrébines œuvrent de diverses façons, et l'idée selon laquelle les immigrés véhiculent avec eux un mode de vie venu d'ailleurs est trompeuse. Elle interdit de saisir les dynamiques de pliage ou de résistance de ces populations à l'éclatement spatial des fonctions urbaines. Autrement dit, au mode de vie urbain en France.

438Sur le même palier, des voisins originaires du même bled restreignent leurs relations sociales à un simple bonjour-bonsoir...

439Les immigrés que nous avons rencontrés à Vaulx-en-Velin ont en définitive pour seul point commun, le fait d'être venus en France pour trouver des conditions de vie matérielles plus favorables qu'au Maghreb. Mais la vie quotidienne et les habitudes ont écarté les itinéraires de chacun. L'influence du quartier où l'on habite dans la commune apparaît très importante pour expliquer la diversité des situations et des positionnements individuels. Il n'est pas surprenant de voir que les familles qui habitent dans les quartiers "à problèmes" ressentent un mal-être social qui les pousse à rechercher un invisibilité sociale, à fuir les concentrations d'immigrés, à refuser le ghetto. Dans d'autres quartiers, on trouve trace d'une solidarité entre familles maghrébines et en règle générale, une appréciation positive de l'environnement. L'ancienneté de ces quartiers, leur histoire, la composition de leurs populations expliquent une telle différence par rapport à la ZUP.

440Afin de relever l'existence de facteurs spécifiques aux immigrés maghrébins dans la problématique de la mobilité urbaine, nous avons essayé de mettre en relief l'élément culturel. Cependant, il n'y pas sur ce registre de découvertes que l'on pourrait attribuer à l'ensemble des familles maghrébines.

441Les stéréotypes liés au mode d'organisation interne des familles maghrébines suggèrent souvent l'image d'un foyer dans lequel la femme est soumise à l'homme et à un rôle restreint aux activités domestiques. Ce schéma est tout à fait exceptionnel à Vaulx-en-Velin. La diversité des cas prédomine, avec toutefois un schéma classique : celui dans lequel l'homme travaille et la femme gère les activités quotidiennes du foyer, mais sans restriction de sa mobilité imposée par le mari. Les enfants jouent alors un rôle important ; ce sont eux qui font tous les jours les achats quotidiens (pain, lait...). Lorsqu'ils sont adolescents ou bien quand ils ont une voiture, les garçons s'autonomisent et participent de moins en moins aux activités du foyer. Mais la sollicitation des filles reste permanente, pour les achats par exemple, ou bien pour accompagner la mère.

442Les références à la culture arabe replacent explicitement la femme immigrée maghrébine dans ses rôles codés. Elles s'expriment dans les discours notamment quand il s'agit du goût pour la sortie : une femme arabe ne sort pas de chez elle pour aller nulle part ! Une femme arabe sort de chez elle quand elle est obligée de le faire. C'est la norme. Mais il suffit de se balader dans les marchés ou dans les grandes surfaces pour vérifier l'écart entre ce qui est dit et ce qui est fait. Une femme arabe quand elle est immigrée depuis vingt ans à Vaulx-en-Velin, n'est plus tout à fait une femme arabe comme celles qui vivent à Djeddah, Damas ou Alger.

443Les références aux valeurs héritées s'expriment également quand il est question de l'usage des modes de transport. Par exemple, l'usage du vélo est impensable et déshonorant pour la femme.

444Enfin, la recherche aura révélé des déplacements spécifiques aux Maghrébins musulmans : ceux liés par exemple aux achats de viande hallal, de semoule de blé, de tissus, de moutons à la campagne... mais, de plus en plus, les grandes surfaces au bas des immeubles, tendent à remplacer les lieux de consommation spécialisés de la communauté maghrébine.

445Au statut d'immigré se trouve également associé la question du racisme vécu dans les transports en commun. Il y a des individus pour qui la voiture personnelle satisfait un désir d'invisibilité sociale, procure un refuge contre l'hostilité ressentie des Français et celle des compatriotes. L'individualisme dont serait victime la société française dans son ensemble, gagne aussi les immigrés. Signes de l'adaptation ?

446Au temps de transport en lui-même enfin, l'immigré n'associe aucune valeur. C'est un temps mort, un temps perdu. Parfois l'étranger nous apprend, au détour d'une phrase, que le temps vécu en France n'a pas la même valeur que celui qu'il vivait au Maghreb. Dans l'espace-temps des transports, cet étranger ne perçoit aucune existence sociale affective, contrairement à son pays d'origine où on le reconnaît à chaque instant, en chaque lieu. Mais peut-être en est-il de même pour le Breton devenu parisien ou l'Ardéchois émigré à Lyon...

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search