Version classiqueVersion mobile

Polarville

 | 
Jean-Noël Blanc

Première partie. Le poème noir de la ville assassinée

Chapitre 1. Où il s’avère que le polar, genre répute réaliste, est d’abord poétique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La ville dont parlent les polars n’est pas une ville réelle. C’est une une ville symbolique. Dès lors, on discours s’apparente plus à une sorte de poésie urbaine qu’au réalisme.

Le genre jouit pourtant d’une solide réputation de réalisme. Certains observateurs lui en accordent même plus qu’au « roman romanesque » parce qu’il ose appeler un chat un chat, surtout lorsqu’il évoque les arrangements entre politiciens et truands, ou entre le monde des affaires et celui du crime, et parce qu’il est capable de mettre en scène la brutalité des contrastes sociaux, la violence des affrontements, et la dureté de l’anonymat urbain. Sa prédilection pour les descriptions sordides et pour les scènes les plus crues renforce encore ce trait de caractère, quand il emmène ses lecteurs jusque dans les bouges, les meublés miteux et les venelles reculées où jamais ne se risque la littérature mondaine.

Voilà qui apparaît comme le comble du réalisme. Il convient toutefois d’éviter le piège de cette interpréta...

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search